Le forum ferme ses portes après 5 longues années d'existence.
Merci à vous tous de nous avoir suivi et qui sait, à bientôt sur d'autres forums ♥

Partagez|

Une farandole de textes : Présentations de perso' surtout ! :)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
 Nolan Baker 
Supervisory Special Agent (SSA)




• • • • • • • • • • • • •


▌Messages : 2445
▌Date d'inscription : 21/02/2011
▌Métier : Chirurgien - Tueur en série psychopathe
▌Avatar : Johnny Depp - Kwikiki © Gif cartouche by Sevnol ©


MessageSujet: Une farandole de textes : Présentations de perso' surtout ! :) Sam 14 Mai 2011 - 10:34

Alors voilà ... Dans ce topic, j'pensais mettre quelques unes de mes meilleures présentations de perso's !
A commencer déjà par Nolan, que je me mettrais pas ici, mais bon ... CHIBI En fait, pour ceux qui n'aurait pas remarqué, son histoire a subit des changements, ou plutôt, des détails se sont rajoutés, lorsque j'ai refait les fiches de Nolan & Ayame, pour un minimum de présentation, que cela fasse plus yoli !
*Oui ... Je veux dire « Yoli » au lieu de « Joli » *

Dans le prochain post, vous aurez la présentation, d'un de mes perso's préférés, créé de toute pièces par moi-même en une demie heure, tellement pressé de jouer avec ! xD

*J'aime mettre en halène* Coeur


Nolan & Marilyn

« Quand un médecin tourne mal, il devient le pire des criminels. Il a le sang-froid et la connaissance. »
© belzébuth
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
 Nolan Baker 
Supervisory Special Agent (SSA)




• • • • • • • • • • • • •


▌Messages : 2445
▌Date d'inscription : 21/02/2011
▌Métier : Chirurgien - Tueur en série psychopathe
▌Avatar : Johnny Depp - Kwikiki © Gif cartouche by Sevnol ©


MessageSujet: Re: Une farandole de textes : Présentations de perso' surtout ! :) Sam 14 Mai 2011 - 10:52

Présentation de Kaze Nakamura, Haute Dignitaire Yakuza


(Avec Shoko Tendo, fille de Yakuza, dans le rôle de Kaze Nakamura)

Tokyo, le 18 janvier 1975 à 03h00 du matin. Noriko Nakamura ressent de grosses douleurs au ventre, et se rends compte que ses contractions, veulent lui faire comprendre qu'elle est sur le point d'accoucher. Aujourd'hui … Maintenant ! Paniqué, Ryu, son mari, appelle les secours et elle se fait évacuer dans l'hôpital le plus proche, en très peu de temps … Arrivés sur place, ils sont tout aussi apeurés. Ryu fini par être séparé de sa femme, tandis qu'il la voit sur un brancard, entourée de toutes sortes de médecins et infirmiers pour l'emmener en salle d'accouchement. Quelques minutes après, un interne vient chercher Ryu pour lui dire qu'il est autorisé à se rendre près de sa femme, habillé d'une blouse et portant un masque. Il arrive sur les lieux, et déjà, le travail à commencé … Il entend sa femme crier de douleur, et cela lui met la pression. Mais il sait qu'il aura un enfant, un bel enfant … Il s'approche nerveusement, pour essayer de calmer sa chère et tendre. Au bout d'une bonne demie heure, le bébé sort. La mère, soulagée, pousse encore des souffles énormes …

Une fille. C'est une fille. Le temps de couper le cordon et de lui enlever l'excédent de sang, pendant que la petite pleurait, le père et la mère en étaient ravis. Ils en pleuraient mais ils en étaient heureux. C'est tout simplement un élan de joie qui s'était emparé d'eux. Un médecin, fini par poser la petite dans les bras du père. Il était encore tout émoustillé. Sous le charme, du fait que, la vie avait fait son travail, donnant naissance à une si jolie fille. La mère avait voulu la porter aussi. Un médecin tenait un bracelet en plastique, demandant quel nom les parents voulait lui donner. Azumi. Elle s'appellerait Azumi Nakamura. Et sans le savoir encore, un deuxième prénom allait la suivre dans son côté sombre, encore inconnu … Vous allez le découvrir. Lisez encore ….

Cela faisait maintenant 6 ans que Azumi était née. Elle commençait à suivre des cours à l'école, comme tous les autres enfants de son âge. Elle aimait ce qu'elle y apprenait. Elle était douée. Très douée. Au point même de finir dans les premiers de sa classe et en faire rager certaines. Certaines autres filles qui étaient jalouses. Jalouses d'elle sur tout les points. Elle travaillait bien à l'école et elle était jolie. Tous les garçons en bavaient. C'est donc pour ça que, des années plus tard, quand elle avait 11 ans et qu'elle venait d'entrer au collège, sa vie allait commencer à devenir un enfer … Elle se faisait martyriser par toutes les adolescentes qu'elle croisait. Elle ne pouvait pas passer dans un coin, sans que l'on ne la remarque pour la cribler de méchancetés. La pauvre s'isolait souvent pour pleurer. Elle avait du mal à se faire des amies. Un jour, quand elle était en troisième, ce fut la journée de trop. Elle s'était laissée entrainée dans les toilettes pour finir la tête dans … Enfin je vous laisse deviner. Depuis ce jour, je peux vous garantir qu'Azumi est devenue très violente. Pour sûr ! Volant une dague, pourtant objet de collection, sur la cheminée de la maison, elle s'en était servie pour faire payer ce qu'elle avait enduré aux autres …

Des semaines après ce qui s'était passé, à la sortie des cours, dans une ruelle, elle avait poignardé, dans le foie, l'une des responsables de son humiliation. Elle en avait égorgée une autre. Deux meurtres en une rapidité remarquable. Les autres avaient pris la fuite … Apeurées ! Elle aussi, mais dans un tout autre sens. Elle s'était réfugiée dans les docks avec son sac. Pour prendre un ferry et partir loin, très loin … Sans le savoir, elle se dirigeait vers Washington. Son voyage avait duré presque deux semaines et durant tout ce temps, elle avait essayé de ne pas se faire remarquer … En vain. Un homme l'avait vu et avait décidé de l'aider, la trouvant perdue. Elle, n'avait pas voulu dire qui elle était, ni d'où elle venait. Il avait tout de même fini par l'aider, en l'hébergeant dans sa cabine. Il lui apportait à manger et à boire, pour ne pas qu'elle meure de faim et de soif. Elle avait ce qu'elle voulait, pour se sentir bien, histoire de la mettre en confiance. Il lui avait même trouvé des vêtements. Et comme Azumi ne voulait pas lui donner son prénom, l'homme l'avait appelée Kaze.

Le jour « J » de son arrivée, elle était toujours accompagnée par cet homme. Il l'avait fait envoyer dans sa maison, son repère qu'il avait loué. Il la considérait plus ou moins comme sa protégée. Chez lui, elle avait apprit à manier le sabre et se caractériser avec toutes sortes d'art martiaux. Au bout de quelques années de pratique, la jeune Azumi, ou plutôt Kaze, maintenant âgée de 20 ans, était remarquable. Au fur et à mesure, elle intégra l'Organisation des Yakuzas. Avec le temps, elle en était ensuite devenue la Chef, puisqu'elle était en fait, la seule femme de la Conspiration. Il lui avait fallu pas moins de dix ans pour y parvenir. D'ailleurs, depuis qu'elle a intégré cette Organistation, avec le statut haut placé qu'elle occupe, elle possède des tatouages traditionnels, qui lui recouvrent le corps entièrement ...

© NCIS RPG - Copie partielle ou totale Interdite. Tous droits réservés.


Nolan & Marilyn

« Quand un médecin tourne mal, il devient le pire des criminels. Il a le sang-froid et la connaissance. »
© belzébuth
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
 Alexei Ivanovitch 





• • • • • • • • • • • • •


▌Messages : 330
▌Date d'inscription : 29/05/2011
▌Métier : BAU Supervisor Special Agent
▌Avatar : Robert Downey Jr.


MessageSujet: Re: Une farandole de textes : Présentations de perso' surtout ! :) Ven 18 Nov 2011 - 12:16



Katherine Vassiliev, vampire

~ Biographie & Histoire :

La naissance et l'évolution


9ème Phobos du mois de Nero, 21h00. Année -169. C'est à ce moment là que Katherine voit le jour. Elle est née de parents fermiers, dans le petit village des Collines d'Umar. La mère de Katherine avait accouchée non sans mal. La petite est d'ailleurs venue au monde par césarienne, et sa mère n'a pas pu survivre. Tout le reste du temps, c'est son père qui s'est occupé d'elle. Enfant, elle était quelqu'un de très solitaire déjà. Elle n'aimait que très rarement la compagnie. Quand elle eut l'âge de se scolariser, Katherine n'a pas eu de parcours très brillant. Elle s'était arrêtée aux bases puis par la suite, préférait s'adonner aux plaisirs de l'école buissonnière. Lorsqu'elle ne se trouvait ni à étudier, ni à dormir, Katherine adorait passer ses journées et ses nuits en pleine forêt. Elle aimait cette atmosphère qui s'y dégageait. Elle s'y sentait en sécurité. Son père pouvait alors s'inquiéter et la chercher partout. Au point où, dès qu'il la retrouvait, cette dernière se faisait punir de façon extrême comme les coups de ceinturon ou la privation du repas. Lorsqu'elle pouvait se faire mal aussi en tombant, si elle s'écorchait par exemple, elle ne pouvait s'empêcher de sucer la plaie. Ce qui plus tard, dans l'adolescence avait formé un déclic chez elle, s'en qu'elle ne s'en aperçoivent. Aussi, son asociabilité se renforçait d'année en année. Elle détestait la compagnie des gens, préférant se retrouver seule, livrée à elle-même. Sans aucune contrainte, aucune limite imposée. C'était en partie pour cela que Katherine fuyait l'école. Les ordres donnés par les professeurs la rendait malade. L'Autorité était bien la chose qui lui plaisait le moins. Autant celle qui venait des professeurs que de son père ... De ce fait, Katherine devenait de plus en plus violente, de plus en plus colérique.


La transformation


11ème Chaara du mois d'Anemos, 02h00. Année -147. C'est en effet lors de cette nuit là, que le changement était survenu. Alors que comme à son habitude, Katherine, âgée maintenant de 22 ans, était sortie en pleine nuit pour se balader dans le bois avoisinant le village, elle entendait des voix, des soupirs et des ricanements des plus inquiétants. Des bruits à vous en glacer le sang et vous paralyser les membres. Quelque chose de vraiment atroces. Elle avançait prudemment, bien que l'inquiétude était présente en elle ... Au moment où elle avait pu sentir une main se déposer avec force sur son épaule droite, Katherine s'était débattue pour courir, encore et encore. Tout ce que la jeune femme voulait, c'était fuir cette présence démoniaque, qui inspirait la peur. Alors qu'elle continuait de courir, elle entendait des bruits semblable au vent la poursuivre. Cette créature était là. Toujours là. Cette ombre la poursuivait sans relâche. Au bout d'un moment, Katherine avait commis l'irréparable dans sa course : en se retournant elle n'avait pu éviter la chute, en se prenant le pied dans une souche d'arbre. Ce bruit des plus affreux qu'était ce souffle, était toujours là. Il se rapprochait. Pétrifié par la peur, elle n'osa bouger. Jusqu'au moment où elle avait senti cette force l'extiper du sol, mettant son visage à la portée d'un visage quasi inexistant. Des yeux d'un jaune perçants la fixait. Elle voulu crier, cependant, elle n'avait pu le faire. Des crocs s'était plantés dans sa chair, et du sang qui n'était pas le sien lui avait été administré de force. Elle avait été contrainte à l'avaler ... Quelques secondes plus tard, la bête l'avait relâchée. Elle était toujours agenouillée sur le sol. Ce sol froid et humide. Soudainement, un énorme mal de tête lui avait broyé le cerveau. Plus les secondes passaient, plus se mal de tête persistait et se montrait de plus en plus coriace. Sa chaleur corporelle, quant à elle, diminuait peu à peu, tandis qu'une douleur intense au niveau de ses canines, se faisait ressentir. Son champ de vision, d'abord envahi par une sorte de lumière blanche, s'était ensuite plongé dans les ténèbres les plus profondes. Tandis qu'elle était maintenant morte, le destin de la jeune femme était scellé, avec cette transformation en vampire ...


La nouvelle ère


2ème Khole du mois de Vita, 18h00. Année 1. Depuis ce jour, Katherine censée avoir 170 ans, n'en paraît que 22, suite à cette transformation. Elle se trouve donc dans le Royaume de Kumra, depuis ce 11ème Chaara du mois d'Anemos. Avec de nouveaux sens qui se manifeste en elle, depuis son réveil. Sa force s'est décuplée, sa sensibilité à la peur et au froid à totalement disparue ... Comme si elle se sentait renaître. De plus, son goût pour le sang s'est aussi prononcé d'avantage. Depuis son réveil, partout où elle se décide d'errer, elle cherche à se nourrir de sang, puisqu'elle en ressent le besoin. Depuis plusieurs mois donc, elle s'enfonce dans les bois aux alentours pour s'attaquer à de pauvres hommes, femmes ou enfants sans défense pour assouvir sa soif et semer la terreur ...

© Les Sept Destinées RPG. Copie totale ou partielle interdite.
Histoire et création du personnage by Kwikiki.
Création de l'avatar by Cindyღ
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
 Nolan Baker 
Supervisory Special Agent (SSA)




• • • • • • • • • • • • •


▌Messages : 2445
▌Date d'inscription : 21/02/2011
▌Métier : Chirurgien - Tueur en série psychopathe
▌Avatar : Johnny Depp - Kwikiki © Gif cartouche by Sevnol ©


MessageSujet: Re: Une farandole de textes : Présentations de perso' surtout ! :) Ven 30 Déc 2011 - 12:40

ALVAREZ, Isabel, Marilyn ; « Izzy »
Feat. Rachel Bilson



« Le journalisme, c'est le contact et la distance. »
Hubert Beuve-Méry



Notre belle Isabel Alvarez a vu le jour, le 13 juin 1987, à Barcelone, en Espagne. Son père Rodrigo à ce moment là, travaillait comme Directeur dans une firme automobile et sa mère Catalina, comme adjointe au maire. Question argent donc, inutile de vous dire que depuis sa naissance, Isabel pouvait posséder ce qu'elle souhaitait. Enfin ... Ses parents lui imposait tout de même des limites ou des conditions. À l'age de trois ans par exemple, elle comprenait ce qu'on lui disait et rangeait sa chambre. À six ans, elle aidait sa mère à faire la cuisine. À dix ans, elle faisait la vaiselle et le ménage, lorsque sa mère ne se trouvait pas à la maison pour l'aider. Son éducation était droite, efficace. Le père d'Isabel était du genre à inculquer les bonnes valeurs et donner de bonnes leçons de morale. Par moment, la petite pouvait trouver ça chiant, mais pour le paternel, c'était nécessaire. Du côté de l'école, Isabel faisait tout ce qui était en son possible pour ramener le plus de bonnes notes. D'ailleurs, elle se trouvait parmi les cinq meilleurs élèves de sa classe. Ses parents et ses grands-parents étaient fiers d'elle. Elle excellait notamment en matière de lettre. Espagnole d'origine, la jeune fille a appris plusieurs notions de Français, là-bas. Certes, elle était parfaitement bilingue et avait de quoi se payer un déménagement avec ses parents en France, mais Isabel avait d'autre chose en tête. En effet, zappant la télé de chaîne en chaîne, la petite brune tombait sur les informations retranscrites en américain. Elle y voyait des images de Washington, de Boston, de New-York. Ah oui ... New-York. Il fallait dire que les célèbres taxis jaunes appelés « yellow-cabs » dans le jargon américain, la fascinait. À la télévision, elle en voyait partout et rêvait de pouvoir monter dans l'un d'eux. Ouais ... Ce qu'elle voulait à coup sûr plus tard, c'était de déménager à New-York. Àgée de 18 ans, Isabel fut entrée à l'Université. Là bas, elle avait l'intention d'obtenir un diplôme en Journalisme. L'écriture et la lecture étaient deux de ses plus grandes passions. En effet, l'adolescente lisait depuis ses 6 ans. Bien sûr, les livres qu'elle lisait était de plus en plus gros, au fil des années. De plus, l'écriture était venue comme une volonté, à l'âge de 13 ans. Au début, elle avait commencé par des petites nouvelles de quatre à six pages. Elle pouvait exploiter plusieurs genres différents, mais Isabel voulait bien admettre qu'elle était tout de même attirée par le policier, et l'épouvante un peu plus tard. Au niveau de l'écrit, elle possédait des modèles : Agatha Christie, Arthur Conan Doyle, Mary Higgins Clark, Stephen King et j'en passe ... Elle trouvait leur plume spéciale, accrocheuse. Du genre à vous faire réfléchir sur le dernier chapitre lu, pendant toute la nuit. Elle cauchemardait que très rarement, ayant pris l'habitude de lire ce genre de bouquins d'année en année.



À l'Université, Isabel s'était faite pas mal d'amis. Plus que les années précédentes, lorsqu'elle était au lycée en tout cas. D'ailleurs - petit détail - tous ses amis l'appelait « Izzy ». C'était simple à retenir, c'était rapide à prononcer et Isabel trouvait ça mignon. Elle s'était entourée de pas mal de gens. Cela dit, la petite Izzy cherchait un petit ami. Elle pouvait trouver un jeune homme en soirée, y jeter son dévolu ... Mais cela n'allait jamais plus loin que la fameuse aventure d'un soir. D'ailleurs, elle en parlait souvent dans son journal intime. À cet âge là, elle trouvait les hommes machos. Avec elle, ils refusaient d'aller plus loin. Après avoir effectué une bonne partie de « jambes-en-l'air » le gars à qui elle avait à faire, se tirait comme un lapin. À chaque fois ... C'était dans des moments comme celui-là, qu'Izzy réfléchissait d'avantage à l'avenir qu'elle pouvait se forger à New-York. Elle rêvait d'y emménager, embrassant un début de carrière en tant que Journaliste. Le Times ... Voilà l'objectif que la brunette s'était fixé. Pour sûr ! Elle se motivait, elle savait qu'elle allait y arriver. Et qui sait, peut-être qu'en mettant ses atoûts en avant, elle allait pouvoir charmer un américain. Oui ... Un deuxième objectif qu'elle tenait. Ambitieuse, elle avait déjà plein de projets après son déménagement. Et elle commençait à avoir des envies de femme. La maturité venait petit à petit. Elle se disait aussi que, là-bas, elle pourrait aussi développer son projet de bouquin. Un rêve qu'elle voulait accomplir. Voir le fruit de son travail se faire justement récompenser. C'est donc au bout de plusieurs mois d'acharnement, qu'Izzy avait décroché son diplôme de Journalisme, à l'âge de 20 ans. Fière d'elle, elle n'avait pas attendu pour l'annoncer à toute sa famille. Le premier objectif de sa vie professionnelle avait été atteint. Comme promis, ses parents lui avait offert une bourse qu'elle avait mérité. L'argent qui se trouvait là, était amplement suffisant pour un déménagement à New-York et une location d'appartement de classe moyenne, en centre-ville. Heureuse. Izzy était heureuse. Elle avait sauté au cou de ses parents. Son rêve était en train de se réaliser, petit à petit. Bien sûr, elle savait qu'elle allait perdre de vue tous les amis qu'elle s'était faite sur Barcelone. Comme le disait le proverbe latin : « Loin des yeux, mais proches du coeur ». Isabel n'allait pas les oublier pour autant. Avec son argent donc, elle avait fait en sorte d'obtenir passeport et visa. Elle en avait profité pour faire refaire ses papiers d'identité et finir les dernières tâches administratives, concernant son appartement à louer une fois là-bas.



À 22 ans donc, Izzy était parfaitement en règle pour rejoindre les États-Unis d'Amérique et New-York, au grand dam de ses parents. Ils avaient voulu lui donner quelques recommandations avant qu'elle ne s'en aille. Son père surtout. À propos des États-Unis et de leur système politique et judiciaire. Le Gouvernement était assez crapuleux. Fallait bien le dire ... Et Rodrigo s'en méfiait. Il avait peur que sa fille perde son emploi pour telle ou telle raison. En fait, il enseignait tout ce qu'il pouvait savoir sur eux à sa fille. Il était vrai que pour chaque chose qui passait à la télévision, un tas de polémiques faisait surface. Des attentats comme celui du World Trade Center par exemple, ou en remontant plus loin, les assassinats d'anciens Présidents des États-Unis d'Amérique ... C'était là-bas qu'il s'était passé : à New-York. Inutile de vous dire que Rodrigo et Catalina flippaient pour leur fille. En réfléchissant, le père savait très bien que cela pouvait se reproduire ... Et que sa fille se retrouverait mêlée au milieu de tout ça. Moche ... Ouais, c'était un peu triste de penser déjà aux funérailles de sa fille. Il espérait qu'elle fasse au mieux pour avoir une vie digne de ce nom, une fois là-bas. Seulement voilà ... Sans le savoir, Rodrigo avait éveillé de mauvais sens chez Izzy. Avec toutes ces « bonnes paroles » la jeune brune allait se sentir tentée de faire tout un tas de recherche là-dessus, plus tard. Bref ... Les adieux furent longs et douloureux, mais Isabel avait fini par partir, en direction de l'aéroport pour quitter l'Espagne. Ce voyage lui avait pris 9 heures au total. Une fois avoir attérit à l'Aéroport John Fitzgerald Kennedy, Izzy n'était pas mécontente d'arriver. Enfin ... Sortant de l'avion, la jeune femme pouvait ressentir l'air si particulier de cette ville. Le soleil rayonnait. Elle était fière de pouvoir fouler le sol de cette ville qu'elle attendait tant. On pouvait dire que ce rêve américain lui tendait les bras petit à petit. Quelque chose de magnifique. Quelques heures après son arrivée d'ailleurs, elle s'était retrouvéé dans son appartement. Rien qu'à elle. C'est deux jours plus tard, qu'elle se metta au travail. Elle cherchait absolument à avoir un poste au sein du New-York Times. Elle avait envoyé son CV sur lequel elle avait inscrit les nombreux petits boulots effectués à Barcelone le temps d'obtenir son diplôme. Le fait qu'elle était passionnée par la lecture et l'écriture, également. Au bout d'une semaine et demie, Izzy avait obtenu une réponse ... Favorable. Acceptée. Elle avait été acceptée. Le mois suivant, elle avait été mise à l'essai, durant deux semaines. Deux semaines où, déterminée comme jamais, la jeune femme avait travaillé d'arrache-pied. Elle était prête à tout. Elle était concentrée, rigoureuse. Elle faisait tout pour se faire remarquer au sein de l'équipe. Elle termina l'année en contrat simple, avant de se faire embaucher définitivement l'année suivante. De fil en aiguille, maintenant âgée de 24 ans, Izzy travaille toujours pour le New-York Times, s'occupant de la fameuse rubrique des « News » mais aussi de la rubrique supplémentaire du dimanche, concernant les best-sellers. Fière de son métier et de son parcours jusqu'à présent, elle espère se faire des amis, peut-être trouver l'Amour avec un grand « A » et aussi fouiner jusqu'au bout afin de trouver ce qui se cache derrière toutes ces polémiques d'attentats et d'assassinats de Présidents, qui sait ...

© Undercover RPG. Copie totale ou partielle interdite.
Histoire et création du personnage by Kwikiki.
Gifs by Tumblr


Nolan & Marilyn

« Quand un médecin tourne mal, il devient le pire des criminels. Il a le sang-froid et la connaissance. »
© belzébuth
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
 Aaron Hotchner 
Supervisory Special Agent (SSA)




• • • • • • • • • • • • •


▌Messages : 2908
▌Date d'inscription : 10/12/2010
▌Métier : Chef d'équipe au BAU
▌Avatar : Thomas Gibson


MessageSujet: Re: Une farandole de textes : Présentations de perso' surtout ! :) Lun 2 Jan 2012 - 2:37

CHIBI J'adore cette dernière présentation ! Cette fille qui rêve d'aller à New York et tout, c'est le rêve de beaucoup de monde. Et surtout, elle a une vie plus que parfaite, ça y est, je vais commencer à l'envier maintenant, je sens *sors* Bref, tout ça pour dire que c'était une super histoire CHIBI J'ai hâte qu'il y en ai d'autre !




❝ sometimes there are no words, no clever quotes to neatly sum up what’s happened that day. sometimes you do everything right, everything exactly right, and still you feel like you failed. did it need to end that way ? like i said, sometimes there are no words, no clever quotes to sum up what’s happened that day. sometimes, the day just… ends. ❞
► a. hotchner
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.rpg-criminal-minds.com
avatar
 Nolan Baker 
Supervisory Special Agent (SSA)




• • • • • • • • • • • • •


▌Messages : 2445
▌Date d'inscription : 21/02/2011
▌Métier : Chirurgien - Tueur en série psychopathe
▌Avatar : Johnny Depp - Kwikiki © Gif cartouche by Sevnol ©


MessageSujet: Re: Une farandole de textes : Présentations de perso' surtout ! :) Lun 2 Jan 2012 - 2:53

« Valeriya ; Inov ANTONOVITCH »
Feat. Ginta Lapina



« Une mauvaise action trouve toujours sa récompense »
Michel Audiard


Katerina Aleksandra Vassiliev est née à St Petersbourg, un matin d'hiver. Ses parents, travaillant tous deux dans une usine, n'étaient pas près à vivre une vie de famille comme on aurait pu le croire. Ils avaient donc décidés de l'envoyer dans un orphelinat. Par chance, le personnel à très bien pu s'en occuper. Pendant les dix premières années, la jeune fille s'était bien conduite, envers les adultes et les autres enfants. Son comportement irréprochable, avait valu l'attention de tout le personnel. Malgré cela, la jeune fille avait du mal à s'intégrer dans le groupe des autres enfants. Ces derniers n'avaient pas du tout envie de la respecter, de faire connaissance ou de l'aider en cas de besoin, en lui parlant ou en la laissant se confier. Bref, au fil des années, les autres pensionnaires de l'orphelinat de Lharta, avaient complétement délaissé la jeune Katerina. Ce qui, un jour, l'avait littéralement fait sortir de ses gonds. À douze ans, elle était devenue renfermée sur elle-même, violente et insolente à la moindre occasion. Quand un enfant lui parlait de travers ou lui faisait une mauvaise blague, la jeune fille ripostait par les coups. Constatant cela au bout de deux semaines, ils avaient décidés de la punir en l'isolant un mois entier. À sa sortie, encore plus énervée qu'à l'origine par ce qu'on avait pu lui faire, Katerina avait tenté de mettre le feu à l'établissement. Cet incident fut le premier le plus dangereux dans l'orphelinat. La direction, à bout de ressources, avait tout simplement voulu la faire sortir de cet endroit, habituellement prospère et sans histoire. Après une semaine de recherche, la directrice avait trouvé un centre d'adoption en ville : le Centre Elvira Voronov. À ce moment là, quittant l'orphelinat en direction du centre, Katerina était âgée de quatorze ans. Un mois et demi après son arrivée, la jeune fille fut adoptée par un couple russe : Sergeï et Anna Ivanovitch. Seulement voilà, sans que Katerina ne s'en rende compte, le pire était à venir ... En effet, le couple avait conclu l'adoption à des fins pas très ortodoxes. Ils avaient dans l'idée d'intégrer leur « fille adoptée » dans un réseau vicieux de prostitution. Commençant à peine son adolescence, Katerina n'avait rien vu arriver. Malheureusement pour elle, elle avait dû vivre ce cauchemar que l'on n'aurait souhaité à personne, durant plus de trois ans. Pendant ce laps de temps, l'adolescente avait été contrainte à se laisser faire. Elle offrait son corps avec dégoût et souffrance. En effet, elle se faisait aussi battre, elle était considérée comme un passe temps, traitée comme une moins que rien. C'est seulement en approchant ses dix-huit ans, que Katerina avait trouvé le courage pour prendre la fuite et déserter cet endroit ignoble, dans lequel on avait mis son avenir en suspens. À côté de ça, ce qui la mettait en danger, c'était que le centre d'adoption détenait ses papiers. En réfléchissant, Katerina n'avait plus qu'une seule et unique solution : changer de nom. Elle avait donc suivi toute la procédure ... Elle avait fait publier dans un journal d'annonce légal, son désir de changer de nom, avec le motif. Elle avait précisé également le nouveau patronyme qu'elle avait choisi : Valeriya Inov Antonovitch. Après quoi, elle finalisa sa demande, en adressant une lettre au Ministre de la Justice. Elle y avait joint le double des pièces qu'elle avait volé à ses « parents adoptifs ». Expliquant réellement le fait que le réseau de prostitution dans lequel on l'avait entraînée, était illégal et cruel envers ses droits de citoyens, elle espérait pouvoir changer de nom, rapidement. Après un délai de deux mois, comme le déroulement de la procédure le stipulait, Katerina avait pu changer de nom, obtenant alors de nouveaux papiers. À partir de ce moment là, âgée de dix-huit ans et quatre mois, Katerina portait le nom de Valeriya Inov Antonovitch. Un changement qui soulageait grandement la jeune femme. Obtenant donc tout ce qu'il lui fallait, valise en main - vêtements, quelques accessoires, nécéssaire de toilette, quelques roubles convertie pauvrement en dollars, papiers d'identité, visa et passeport - Valeriya avait pris l'avion, en direction des États-Unis d'Amérique. Là, elle savait qu'elle pourrait se sentir en sécurité. Qu'elle allait se trouver loin de tout cet Enfer qu'elle avait pu vivre, jusqu'à ce jour, qu'elle avait tant attendu ... Un vol d'un peu plus de dix heures. Valeriya en avait d'ailleurs profité pour se reposer, se vider la tête. Elle s'était endormie, imaginant ce que pouvait être ce doux rêve américain dont tous les européens pouvaient parler, dans les bouquins et à la télévision. Ce voyage avait été long, mais sans histoire. De plus, il lui avait permis un sommeil réparateur. Au bout des fameuses dix heures et demie de vol, notre jeune femme d'origine russe, foulait de ses pieds le sol américain, à l'aéroport J.F. Kennedy. Un soulagement pour elle. Pour ses premiers pas qui étaient quelque part une libération, on pouvait voir un sourire se dessiner sur son visage. Elle était peut-être heureuse d'avoir changé d'identité et de pays, loin de tout ce bazar sans nom, mais Valeriya n'en restait pas moins renfermée, solitaire, froide et silencieuse. Au contraire. En arrivant à New-York, elle espérait vivre une vie sans histoires. Elle espérait pouvoir évacuer en elle, toute la rage qu'elle avait essayé de contenir jusque là. Cela dit, ce qu'elle voulait allait être difficile à obtenir. Sans argent, ruinée avec son voyage, Valeriya avait dû enchaîner petits boulots sur petits boulots. Elle avait commencé comme un peu toute la population, ici. Elle avait été engagée en tant que serveuse, refusant catégoriquement de se payer des études, même en travaillant d'arrache-pied, histoire d'otenir une bourse pour se les payer. Elle se disait que les études, ce n'était pas pour elle. Loin de là. Elle voulait en finir avec tout ça. Rentrer pleinement dans la vie active. C'est au bout de quelques mois, que la jeune femme en était venue à démissionner. Elle détestait ce genre de milieu professionnel, se sentant obligée de rester au beau milieu de gens au comportement sexite qui refoulait la plupart du temps et ne faisait que boire, en la sifflant de temps à autre, lorsqu'elle passait entre les tables des clients. Quelque chose qu'elle dénigrait au plus haut point. C'est donc en quittant cet endroit un an plus tard avec les quelques dollars qu'elle avait pu se procurer, que Valeriya avait décider de s'acheter une arme à feu. Elle avait prétexté vouloir se sentir en sécurité, se trouvant nouvelle en ces lieux, depuis un an à peine. Chose qui était à moitié vraie de toute façon. Sans compter qu'aux États-Unis, on pouvait se procurer une arme avec n'importe quel motif. En porter une, comme simple désir de self-défense était suffisant. La quasi-totalité de la population, pouvait en porter une, personne n'était censé le savoir. Valeriya se rendait compte que tout cela était vrai, petit à petit. L'Amérique du Nord était bel et bien un pays libre, quoi qu'un peu anarchique sur les bords par moment, il fallait l'avouer ... Anarchique et pas vraiment si sûr que cela, au final. En effet, sans que notre femme russe ne le sache, elle était suivie depuis son arrivée. Ou plutôt, quelqu'un la suivait même depuis son départ de St Petersbourg. Un tueur à gages, en mission de réperage. Suivant sans relâche Valeriya, il s'était rendu chez elle, prétextant être un électicien qui vérifiait tout simplement le compteur de son appartement. Si elle savait ... La pauvre s'était réveillée, dans une salle inconnue, attachée solidement sur une chaise. Évidemment, elle se demandait ce qu'elle faisait là, comment elle avait attéri jusqu'ici. On lui avait tout simplement expliqué qu'elle était l'Élue. Qu'elle avait été soigneusement choisie par l'Agence. L'Agence ? Quelle agence ? Cette « Agence » était un regroupement indépendant de tueurs. Ils bossaient à leur propre compte, et non pour le Gouvernement, comme certaines nouvelles recrues pouvaient le penser. Leur but était de tuer des cibles considérées comme gênantes pour l'avenir de la population New-Yorkaise. Ils supprimaient sans sommation, les personnes qu'ils qualifiaient d'arrogantes et sans intérêt. Comme les nouveaux politicards avec leurs projets trop vagues ou douteux, ou encore des grattes papiers pas très honnêtes, en passant par de simples personnes, des Messieurs et Mesdames « Tout le Monde », travaillant simplement comme avocats ou directeurs d'entreprises diverses. À première vue, comme vous vous en doutiez, Valeriya pensait à une blague. Mais apparemment non. Apparemment non, puisqu'elle s'était rendue compte au bout de quelques minutes que ces affreux ne rigolaient pas. En effet, la voix d'une des mystérieuses silhouettes qu'elle distiguait très mal en face d'elle - à cause de la lumière - l'avait appelée par son nom. Son vrai nom : Katerina. Sans aucun doute, ces personnes là, la connaissait. Pour sûr. D'ailleurs, c'était flippant quelque part. Elle ne pouvait pas le nier. Quoi qu'il en était, on lui avait expliqué qu'à partir de cet instant, elle allait être surveillée. Surveillée ? Oui. On lui avait transplanté une puce, qui la tracerait toute sa vie. Toute sa vie professionnelle, jusqu'à sa mort, son échec. On allait la former pour tuer, encore et encore. Ne plus ressentir aucun sentiment ou remord. Cela dit, cette partie était déjà plus ou moins réussie. Avec tout ce qu'elle avait vécu jusque là, Valeriya était quelqu'un de très réservée. Elle se faisait de plus en plus discrète, depuis son arrivée aux États-Unis. Sans qu'elle ne le sache réellement pour l'instant, son travail de tueur à gages allait commencer. Elle avait subit un long entraînement. À la fin de sa formation particulière, Valeriya avait « fêté » son vingt-cinquième anniversaire. Son nouveau boulot de tueuse, avait des principes. Évidemment, le règlement voulait que cette dernière n'agisse que la nuit, ou du moins, en silence. Surtout, ne pas se faire repérer. Voilà ce qu'on pouvait lui répéter sans cesse. On lui avait même donné un nom de code, puisque ce n'était pas la seule dans ce cas là. Ils étaient en tous cinq ou six, environ. Pour que ce soit plus facile pour eux, « l'Agence » lui avait octroyé le doux nom de 87. Elle avait eu le droit de le chosir, rapport à son année de naissance. Tant qu'elle le voulait, ses responsables lui avait signalé qu'elle pouvait être fournie en armes par leurs soins pour effectuer au mieux, ses méfaits. Cependant, pour les autres, la contacter depuis ces derniers mois, reste quelque chose de très compliqué. Un intermédiaire, se glisse toujours entre elle et le client. De plus, les contrats que Valeriya effectue, sont toujours conclus à l'aide d'enveloppes bien remplies et scellées. Pour elle, seul le travail bien fait est justement récompensé. Dans leurs plans et leurs intention, l'Agence lui confie des missions aux cibles plus variées les unes que les autres : Hommes d'affaires, politiques, journalistes et plus encore ... Bien sûr, prenant cela comme une certaine vengeance, son plaisir de tuer n'est pas non plus énorme. En effet, trouvant certains objectifs trop risqués, il arrive à Valeriya de rufuser des contrats, tenant tout simplement à garder la vie sauve. Se basant sur son principe à elle, la jeune femme ne tue seulement lorsqu'elle considère ce fait comme nécéssaire. Elle ne s'éxécute qu'après avoir monté un dossier de renseignements méticuleux sur la cible et si l'argent vient à manquer ...

©️ Undercover RPG. Copie totale ou partielle interdite.
Histoire et création du personnage by Tom.
Rajouts dans le scénario by Kwikiki.
Avatar by Cindy ღ


Spoiler:
 


Nolan & Marilyn

« Quand un médecin tourne mal, il devient le pire des criminels. Il a le sang-froid et la connaissance. »
© belzébuth


Dernière édition par Nolan Baker le Lun 2 Jan 2012 - 12:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
 Aaron Hotchner 
Supervisory Special Agent (SSA)




• • • • • • • • • • • • •


▌Messages : 2908
▌Date d'inscription : 10/12/2010
▌Métier : Chef d'équipe au BAU
▌Avatar : Thomas Gibson


MessageSujet: Re: Une farandole de textes : Présentations de perso' surtout ! :) Lun 2 Jan 2012 - 3:19

Alors là, comparé à la présentation d'avant, elle a loin d'avoir une vie toute rose la pauvre. Il ne lui arrive pour ainsi dire que des malheurs en fait, puisque même quand elle est aux USA, les malheurs continuent. Mais franchement, super encore CHIBI Comme tu m'as dit, on comprends pourquoi elle devient tueuse à gage.




❝ sometimes there are no words, no clever quotes to neatly sum up what’s happened that day. sometimes you do everything right, everything exactly right, and still you feel like you failed. did it need to end that way ? like i said, sometimes there are no words, no clever quotes to sum up what’s happened that day. sometimes, the day just… ends. ❞
► a. hotchner
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.rpg-criminal-minds.com
avatar
 Nolan Baker 
Supervisory Special Agent (SSA)




• • • • • • • • • • • • •


▌Messages : 2445
▌Date d'inscription : 21/02/2011
▌Métier : Chirurgien - Tueur en série psychopathe
▌Avatar : Johnny Depp - Kwikiki © Gif cartouche by Sevnol ©


MessageSujet: Re: Une farandole de textes : Présentations de perso' surtout ! :) Lun 2 Jan 2012 - 11:58

Remerciement pour Sév:
 

J'ai mis mon petit remerciement en spoiler, pour éviter de gâcher la surprise à celles et ceux qui souhaite lire ! Wink


Nolan & Marilyn

« Quand un médecin tourne mal, il devient le pire des criminels. Il a le sang-froid et la connaissance. »
© belzébuth
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

 Contenu sponsorisé 





• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Une farandole de textes : Présentations de perso' surtout ! :)

Revenir en haut Aller en bas

Une farandole de textes : Présentations de perso' surtout ! :)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» [TUTO] Configurer un comptes email & recevoir vos dossiers perso
» Création Perso Spé : Altaïr (Assassin's Creed)
» VOS plus belles photos perso
» Scene de guerre/Warhammer dernier perso
» Transferts de textes
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Criminal Minds :: Créations littéraires-