Le forum ferme ses portes après 5 longues années d'existence.
Merci à vous tous de nous avoir suivi et qui sait, à bientôt sur d'autres forums ♥

Partagez|

Terres ennemies [Peyton]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Terres ennemies [Peyton] Lun 23 Sep 2013 - 13:24

Terres ennemies

Cela ne fait même pas une semaine que je suis sorti de prison et déjà, je me suis mit à la recherche de celle qui m'y avait envoyé. J'ai lu et relu tous les articles de journaux où cette dernière pourrait être mentionner mais impossible de trouver son nom. Je pense que les journalistes ont fait exprès de ne pas le mettre pour ne pas que je la retrouve. En même temps, ils ont eut raison car une fois que j'aurais trouvé son nom, je trouverais son bureau au palais de justice et je la trouverais. J'ai donc décidé de soudoyer mon avocat afin qu'il me donne son nom car je ne m'en souviens plus du tout.

""Peyton Grace"" Enfin, je connais le nom et le prénom de cette foutue ordure qui m'a mit en prison pendant ces cinq dernières années. Tout ça pour deux petits viols suivit de meurtre. J'aurais pu en prendre pour beaucoup plus, je suis bien au courant mais bon, pour un jeune homme comme moi, ça à ruiner ma vie. Je n'ai que 27 ans et j'ai déjà passé un cinquième de ma vie en prison. C'est malheureux, et dire que mon père m'avait envoyé ici pour justement m'éviter la prison à tout prix. Son plan était bien tombé à l'eau, à cause de moi en plus. D'un côté je m'en voulais, car mon père devait être déçu de moi mais d'un autre côté j'étais content, car c'était maintenant dans ma nature de violer des femmes et de les brûler ensuite. Mais bon, rien que parce qu'elle m'avait poussé en prison, je devais me venger.

Cet après midi, je n'avais rien à faire, j'avais donc décidé de me rendre comme prévu au palais de justice maintenant que j'avais enfin trouvé le nom et prénom de la personne qui m'avait envoyé en prison. J'étais décidé à trouver son bureau et à entrer dedans afin de pouvoir parler avec elle. Je m'étais rendu là-bas avec ma nouvelle voiture, offerte par mon oncle "Pour ta remise en liberté" voile ce qu'il avait écrit sur la carte. Mais bon, je n'allais pas me plaindre car il m'avait offert une Audi A6 noire. Tout pile la voiture que j'aimais bien. J'étais heureux de ce cadeau que je venais tout juste de garer sur la parking du palais de justice. D'un pas décidé, je franchis la porte et je me fis déjà arrêté à l'entrée par un garde. Ça commence, il faut toujours que les gens des forces de l'ordre m'arrêtent à chaque fois que je rentre dans un lieu public. J'ai une tête de délinquant à ce point ou quoi ? Mais bon, j'avais l'habitude et je n'avais rien sur mon qui pouvait montrer que je voulais tuer quelqu'un. Aucune arme automatique et aucun couteau. En même temps, je n'avais pas besoin de ça pour faire du mal à cette femme au cas où j'en aurais envie.

Après lui avoir demandé poliment et gentiment, ce dernier m'indiqua le bureau de Peyton qui n'était apparemment pas en rendez-vous cet après midi. Enfin, pas pour l'instant en tout cas, donc je pouvais me permettre d'aller dans son bureau. Dès l'instant où je pu lire le nom et prénom de cette femme sur la porte, je fus énervé. Je me décida quand même à toquer et je n'attendis même pas qu'elle m'invite à entrer pour le faire. Je referma la porte derrière moi. C'est bon, j'étais enfin arrivé dans ce bureau avec cette femme que je voulais rencontrer depuis 5 ans en tête à tête.

Bonjours Peyton... J'espère que vous vous rappelez de moi car je me rappel très bien de vous. Vous venez de gâcher cinq années de ma vie.

J'étais vraiment énervé et ça pouvait se lire sur mon visage. Je fixais la femme droit dans les yeux avec un petit regard noir. J'avançais vers elle tranquillement sans lui montrer que je voulais être violent avec elle puisque ce n'était pas le cas pour le moment. Tout ce que je voulais dans un premier temps, c'était une discussion avec elle.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Terres ennemies [Peyton] Lun 23 Sep 2013 - 20:18




Terres Ennemies

avec Takashi Mori et Peyton Grace




Peyton avait enfin réussi à se sortir de tout ces rendez-vous quand elle se décida d'appeler Delphine, la nounou de sa fille. Il était 15h et Phoebe lui manquait énormément. Malheureusement, elle lui annonce qu'elle avait encore un centaine de dossier à traiter et qu'elle sera à nouveau en retard. Compréhensive, Delphine l'avait rassurée mais Peyton lui avait mainte fois répété qu'elle pouvait se servir de tout ce qu'elle voulait. Delphine savait que le travail de Peyton lui prenait énormément de temps et ce n'était plus une surprise.

Lorsqu'elle raccrocha, Peyton posa ses mains sur son visage, la tête légèrement inclinée sur son fauteuil et soupire. Phoebe dormait paisiblement, c'était le principale. La jeune femme aimait son travail car, elle se battait tout les jours pour faire ses preuves et prendre des bonnes décisions pour tout à chacun. Néanmoins, sa fille lui manquait et c'était une douleur qu'elle avait du mal à surmonter. Elle en avait oublié son rôle de femme au profit de son rôle de mère pour profiter de son petit angelot. Toujours est-il qu'elle avait encore beaucoup de travail et qu'un café ne serait pas du tout de refus. Elle se leva et alla un peu plus à gauche, pres des grandes baies vitrées de son bureau, prit une tasse et se versa du café en poudre après avoir mit en route la bouilloire. En peu de temps, l'odeur du café chaud lui titilla ses narines. Elle alla se rassoir et pris au passage un dossier au sommet de la pile qu'elle devait traiter. Elle s'était donné un objectif et ses supérieurs étaient plutôt content de son débit de travail malgré son statut de jeune mère.

Elle entendit son interphone sonné. C'était Marta son assistante : « Madame Grace ? Un homme n'a pas demandé d'entrevue mais il a l'intention d'entrer... » Elle la remercia en prenant une profonde respiration. Elle pensa à Nate, l'homme qu'elle avait rencontré dans un bar et qui avait forcé l'entrée de son bureau pour qu'elle l'aide à régler une affaire qui le touchait personnellement. Mais lorsque l'individu se frappa mais entra sans attendre qu'elle réponde, elle eu un mouvement de recul, ne reconnaissant pas du tout l'homme, de type asiatique, brun et plutôt l'air furieux.
Elle ne savait vraiment pas comment agir mais il était inutile de lui demander de sortir et de prendre un rendez-vous auprès de son assistante. Ce serait limite mettre le feu aux poudres. D'autant qu'elle ne relevera pas son impolitesse à entrer dans son bureau comme si c'était un moulin. A croire qu'il faille qu'elle place un gardien devant sa porte histoire de se protéger de toutes représailles. Peyton n'envoyait pas les personnes en prison par plaisir, elle le faisait uniquement lorsqu'il y a eu une preuve sur leur acte. Ce qui retardait la plupart du temps les jugements mais au moins, il y avait moins d'erreurs judiciaires.  

Il l'avait appelé par son prénom, chose qui lui arrivait vraiment dans de rares occasions et malheureusement, elle n'arrivait pas remettre un nom sur son visage. Elle voyait tellement de monde de part son travail qu'elle en zappait quelques uns la plupart du temps. Elle prit une profonde respiration, histoire de se détendre et ne pas se montrer agressive. Apparemment, elle n'avait pas été sympathique avec lui en l'envoyant en prison pendant cinq ans.

« Je suis désolée mais votre visage ne me dit rien. Vous êtes ? » Je demande, en essayant de me rappeler, attendant impatiemment qu'il lui réponde. C'était un peu compliqué pour Peyton de faire face aux criminels qu'elle aurait envoyé en prison. Bien sûr, ce genre de situation ne s'était jamais présentée à elle. En générale, les criminels sortaient de prison et partait vivre dans un autre état pour se faire oublier.
love.disaster


Dernière édition par Peyton Grace le Mar 24 Sep 2013 - 22:44, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Terres ennemies [Peyton] Lun 23 Sep 2013 - 23:36

Terres ennemies

En entrant dans le bureau, je pu déjà constaté que la femme avec laquelle j'allais avoir une longue conversation était du genre à faire son travail correctement. Tout était si bien rangé et si bien aligné que ça faisait presque peur. Elle devait vraiment être à la limite du maniaque.

Lorsque j'avais ouvert la porte, j'avais remarqué qu'elle tenait un dossier dans les mains. Surement entrain de lire le dossier de la prochaine personne qu'elle allait mettre en prison. Après tout, si elle faisait bien son travail, il fallait qu'elle lise correctement chaque dossier de chaque affaires qu'elle allait traité avant de pouvoir se rendre en salle pour indiquer la peine qu'elle donnera à la personne concernée. Il fallait quand même que Peyton examine chaque preuve pour se forger aussi son opinion à elle et ne pas se laisser influencer par l'un des deux partis qui allaient se faire face lors du procès.

Bon, apparemment, elle ne me reconnaissait pas du tout vu la tête qu'elle venait de faire. Mais elle paraissait très zen dans sa tête, je ne l'ai même pas vu froncer les sourcils alors que je venais d'entrer dans son bureau sans qu'elle me le dise. Elle n'a pas critiquer le fait que je n'ai pas pris rendez-vous avec elle pour m'incruster dans son bureau avec elle. Donc ça va, pour le moment, elle ne fait rien pour m'énerver, je pense qu'elle ne s'énerve pas exprès pour que le ton ne monte pas encore nous. J'étais déjà bien sur les nerfs alors il ne manquerait plus que ça qu'elle se mette aussi à s'énerver. Il fallait donc que je lui rappel qui j'étais, c'était facile, dans ma famille, on a l'habitude de rappeler d'où on vient et qui on est, comme ça les gens nous respecte plus.

Takashi Mori, j'ai violé et brûlé deux femmes aux États-Unis depuis mon arrivé. J'aurais pu faire bien plus que ça si je ne m'étais pas fait arrêté et que vous ne m'aviez pas envoyé en prison.

Jamais je ne cacherais ce que j'ai déjà fait. Surtout que j'avais été jugé pour ça et par elle alors pourquoi lui cacher. Autant qu'elle se rappel tout de suite qui j'étais pour lui remettre les idées en place. Au moins, elle sera à qui s'adresser et comment le faire. Je suis du genre très rancunier en plus, c'est de famille. Ayant presque toute la famille du côté de mon père qui travail dans la Mafia au Japon, je pense que ça à joué sur mon caractère à être rancunier. En même temps, dès qu'on a un problème avec quelqu'un, on se bat avec ou on le tue, ça va aussi vite. Au moins, plus de soucis avec les gens et tout le monde respecte ma famille au Japon.

Je me rapproche ensuite d'elle tranquillement et je pose mes mains sur le bureau avant de me rapprocher d'elle. Nos visages ne sont plus qu'à même pas un mètre l'un de l'autre et je la regarder droit dans les yeux. Mon regard est toujours aussi méchant car je sais que c'est elle qui vient de me faire gâcher un cinquième de ma vie. Je penche mon corps vers elle sans trop m'approcher pour ne pas non plus lui faire trop peur et qu'elle appelle un garde. Mais pour lui faire assez peur pour que le souvenir de mon procès lui revienne à l'esprit.

Vous vous souvenez de moi maintenant j'espère.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Terres ennemies [Peyton] Lun 23 Sep 2013 - 23:58




Terres Ennemies

Takashi Mori & Peyton Grace


Takashi Mori... Takashi Mori...

Oui, elle finit par s'en rappeler finalement et son cerveau ne fit qu'un tour lorsqu'elle se rendit à l'évidence de qui elle avait en face d'elle. Il s'était tellement rapprochée d'elle qu'elle avait du mal à ne pas respirer sa propre oxygène. Il n'y avait personne ici qui faisait la sécurité ou il se passait quoi au sein de "Ce palais de Justice". Comment avait-il pu passé les portes de sécurité, les gardes, les surveillants et aussi, son assistante. Je n'en voulais pas à cette dernière, il était salement intimidant avec ses yeux noirs globuleux ainsi que son visage sévère, bouffé par la haine qu'il lui portait.

A vrai dire, elle ne savait vraiment pas quoi faire. Elle était prise au piège et elle n'avait aucun moyen de se défendre. Il était là et au fur et à mesure qu'elle réfléchissait et se rappelait difficilement du dossier qu'elle avait étudié, il y a maintenant cinq ans, des méthodes de ce tueur en série. Oh bien sûr, il n'avait pas du tout eu le temps d'aggraver son cas. La police de l'état avait réussi à le coincer avant qu'il ne dépasse la limite de la peine de mort. Malheureusement, il n'avait pas prit cette mise en quarantaine pour repentir de ces actes mais plutôt, préparer une vengeance...

Elle ne voulait pas en arriver là et Peyton ne voyait pas ce genre de "punition" pour gâcher la vie d'un être humain mais tout d'abord, d'en sauver et en plus, de lui éviter la peine de mort. Si elle le pouvait, elle le ferait, elle les enfermerait tous pour leur permettre d'éviter d'en arriver là mais apparement, ça n'était pas du tout à ce que pensait le jeune homme. Elle était dans une impasse :

"Je ne vois pas ce que j'ai à voir la-dedans. Que vous vous fassiez du mal, ce n'est pas de mon ressort, Mori-san, mais que vous vous attaquiez à de jeunes innocentes en les agressant, en les torturant et en les tuant... je me devais d'agir ! C'est pour cela que vous êtes venu dans mon bureau ? D'autant que vous n'avez donc rien comprit au processus de cette "mise en quarantaine". Au lieu de vous repentir durant ces cinq années de prison ferme pour ensuite reprendre votre vie du bon côté, vous êtes venue ici pour me retrouver. A quoi cela vous avancera ?"


love.disaster
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Terres ennemies [Peyton] Mar 24 Sep 2013 - 0:22

Terres ennemies

La respiration de la jeune femme était réduite, je le sentais d'où j'étais. Sans doute étais-je allé trop près d'elle ? Je pense bien que c'est à cause de ça qu'elle n'a plus la même respiration qu'avant. Elle avait l'air si décontractée quand j'étais rentré dans le bureau que ça faisait presque peur à voir. Quelqu'un venait l'agresser, surtout que c'était quelqu'un qu'elle avait mit en prison et elle était calme. Mais dès que je m'étais rapproché d'elle, tout avait changé, sa respiration et son regard sur moi était totalement différents. Elle me le fit d'ailleurs bien comprendre quand elle reprit la parole. Peyton était sur la défensive et elle avait bien raison car moi j'étais sur les nerfs.

Le ton qu'elle prenait avec moi vers la fin de son discours ne me plaisait pas du tout. Je m'étais légèrement reculé afin qu'elle puisse quand même trouvé une bouffée d'air frais. Mais pas trop quand même car elle allait surement penser que je battrais en retraite alors que ce n'était pas du tout le cas. J'aimais la confrontation et cela ne me dérangeais absolument pas que mon adversaire soit de sexe masculin ou féminin. Dans les deux cas j'étais gagnant et aussi méchant avec l'un que l'autre. Cela ne me dérangerait pas de frapper une femme ou de me disputer avec comme si c'était un homme. Après tout, je suis un violeur de femmes et je n'ai aucun remord quand je les tues, il faut de la force et de la violence pour faire tout ça. Ce qui ne me dérange absolument pas, là dessus, j'ai hérité du caractère de mon père. Un sourire pervers s'installa alors sur mon visage quand elle me rappela tout ce que j'étais capable de faire aux femmes.

Me repentir ? Ce fut les cinq années les pires de ma vie. J'ai été frappé, violé, torturé, on m'a craché dessus et insulté pendant cinq années de ma vie et j'en passe. Et pour vous, j'aurais du me repentir de tout ce que j'ai fait dans ma vie de mal. Surement pas, ça me donne encore plus la haine d'être allé en prison. Tout ce qui m'est arrivé c'est de votre faute.

Pour moi, il était hors de question que j'aille en prison quand j'avais changé de pays et même de continent. Mon père m'avait obligé à faire tout ça justement pour ne pas que je connaisse la prison. Mais enfaite, les prisons des Américains étaient pire que celles de chez nous, je venais de m'en rendre compte. Jamais personne ne m'aurait touché là-bas sous peine de mourir dans la semaine qui suivait. Mais ici, personne ne me connaissait alors tout le monde en avait bien profité. Un petit asiatique avec peu de muscle et tout mince, tout le monde m'avait donc frappé dessus sans se retenir. C'est pas comme si les violeurs étaient bien accueillis en prison. Enfin, c'était quoi cette réflexion à deux dollars du fait que j'aurais du prendre cette "mise en quarantaine" pour me rendre compte de mes erreurs et devenir plus gentil. Cela me faisait bien rigolé intérieurement mais je gardais mon sérieux extérieurement. Il fallait tout de même que je sois crédible devant la femme qui m'avait permis de me repentir... ça n'avait pas du tout marché en tout cas, ça m'avait rendu encore plus méchant. Et aussi plus fort car j'avais fait beaucoup de musculation pour apprendre à me défendre un peu contre tous ceux qui se permettaient de m'attaquer derrière les murs froids de la prison.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Terres ennemies [Peyton] Mar 24 Sep 2013 - 22:43




Terres Ennemies

feat Takashi Mori et Peyton Grace



"Vous auriez peut-être dû changer de vocation avant qu'il ne soit trop tard..." dit Peyton en reculant de son fauteuil, gardant une distance plus convenable entre l'ex taulard et elle-même. Elle prit une profonde respiration et resta le plus calme possible. Elle ne voulait pas que cette entrevue tourne mal, cela n'arrangerai en rien la situation, d'autant qu'elle pensa tout de suite à Phoebe, sa fille. Seule face à un violeur et tueur en série qui vous en voulait à mort, vous fait très vite réfléchir.

"Surtout que personne ne vous a forcé la main pour violer non plus..." Elle resta assise, donnant à l'homme la sensation de dominer la situation sauf qu'elle avait appuyé sur le bouton  "l'appel de secours", de sous son bureau. Les agents de sécurité ne devraient plus tarder et elle savait qu'il allait surement prendre cher en le retrouvant dans le bureau du procureur, menaçant qu'il était. Néanmoins, il ne l'avait pas vu. Il était tellement obnubilé par sa haine et les horreurs qu'il avait vécu : "Au moins, vous avez pu ressentir ce que vous avez infligé à toutes ses femmes..."

Elle posa une main sur son bureau et l'autre sur le bras de sa chaise et fronça les sourcils : "Mr Mori, réfléchissez bien à ce que vous avez réellement l'intention de faire.. Il n'est pas encore trop tard alors ne franchissez pas le seuil de non-retour. Je connais votre histoire et celle de votre famille mais ici, ça ne se passe pas comme ça. C'est bien plus compliqué et la loi, c'est la loi. Vous n'auriez pas pu passer outre votre crime."

Elle regarda la porte d'entrer mais personne n'arriva, lorsqu'elle jeta un oeil sur l'horloge, elle soupira. Elle pensa qu'il était l'heur du déjeuner. Super pour des agents de sécurité. Ils verront l'alarme s'être déclenchée à leur retour, après s'il est trop tard...

love.disaster


Dernière édition par Peyton Grace le Mer 20 Nov 2013 - 14:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Terres ennemies [Peyton] Mer 25 Sep 2013 - 13:31

Terres ennemies

Le sourire en coin que j'avais sur mon visage n'était pas la pour rien. J'aurais du changer de vocation d'après elle, elle était folle. En naissant comme le fils du patron de la Mafia et en étant élevé par une prostituée qui n'était que ma nounou, je ne vois pas comment je pourrais avoir une autre vocation que celle de maintenant. Je n'avais connu que ça depuis ma plus jeune enfance, le sexe, la drogue et le meurtre. Mon père me disait toujours que j'étais né pour ça. Ce n'était pas pour rien qu'il m'avait éloigné de ma mère et fait élevé par une prostituée, pour qu'elle m’apprenne tout sur le fabuleux métier de mafieux. En même temps, ça ne m'avait jamais dérangé d'être le fils du grand patron, je n'ai jamais eut de problème à l'école et encore moins dans la rue, je pouvais faire ce que je voulais, de toute façon tout le monde craignait mon père.

Vous ne savez pas d'où je viens et encore moins ce que j'ai vécu alors changer de vocation c'est un peu facile à dire. Vous devez venir d'une petite famille sage alors que moi c'est tout le contraire. Pour ce qui est de violer des femmes j'y peut rien, c'est des pulsions, ça m'est venu une fois et ça reviens de temps en temps. Ça fait un bien fou...

Voila que je devenais fou. Enfin, pas pour moi mais la pauvre Peyton allait me prendre pour un gros débile de dire ça. Elle allait peut être aussi prendre peur mais ça je m'en fichais complétement. Ce que j'aimais dans le viol, c'est sentir que je suis plus fort que la femme et que c'est moi qui décide, c'est ça qui est vraiment bien dans ce que je fais. Après, la femme en face de moi ne pouvait pas comprendre ce qui me motivé à faire tout ça car elle n'était pas dans ma tête. Après tout, elle n'était pas psychologue et j'en voyais déjà une. Je n'avais pas besoin d'avoir un nouveau rendez-vous pour le moment, j'en ai jamais eut besoin, on m'a forcé à y aller.

Mes sourcils se froncèrent lorsqu'elle me dit que j'avais ressenti tout ce que je faisais à toutes ces femmes. Mon poing droit se serra et je regardais maintenant Peyton avec un regard noir. En tout cas, ce n'est pas elle qui savait ce que c'était que de se faire violer. Mais si elle voulait une petite leçon elle avait qu'à m'appeler. Sans problème je lui montre la souffrance que c'est. Il était bien vrai que maintenant je savais ce qu'était un viol mais je savais déjà avant que ça faisait mal en le voyant sur le visage de mes victimes, sans pour autant ressentir leur douleur je dois bien l'avouer.

Oh... Parce que vous savez vous peut être ? Enfin sinon je peux vous donner un petit cours particulier de ce qu'est le viol. Maintenant que grâce à vous je sais ce que ça fait et comme je le pratiquais déjà avant. Cela ne devrait as être difficile de vous enseigner toutes les techniques.

Quand elle pense tout savoir de moi, je garde un regard noir envers elle. Je me redresse toujours poing serré pour ne pas trop m'énerver sur elle et déclencher une crise afin d'avoir envie de la violer. Je contourne ensuite le bureau, je me rapproche d'elle. Quand je suis à sa hauteur, je desserre le poing et j'attrape les poignées de son fauteuil avant de m'approcher encore plus d'elle et de l'encadrer avec mes bras. Je la regarde droit dans les yeux méchamment, seulement quelques centimètres me séparent d'elle cette fois-ci. Nous sommes vraiment à deux doigts de nous toucher les lèvres. Je prends une grande inspiration et je peux sentir son parfum délicat. Elle a un très bon goût pour se parfumer, j'aime bien.

Ne faites pas la maline, vous ne savais rien ne moi.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Terres ennemies [Peyton] Mer 25 Sep 2013 - 14:40




Terres Ennemies

Takashi Mori & Peyton Grace




Peyton était loin d'imaginer une chose pareil. D'accord, son tempérament était un peu trop sur la défensive lorsqu'elle se sentait en danger et elle se demandait souvent pourquoi elle ne prenait pas de cours de self-delfense au cas où ce genre de situation se présentait mais quand même.. ça faisait déjà deux fois qu'on entrait dans son bureau sans qu'il n'y ait de contrôle. Il allait vraiment falloir qu'elle fasse une revue sur la sécurité car ça n'allait pas du tout. Elle comprenait bien qu'il soit furieux contre elle et elle pensait que plus d'un l'était mais jamais elle n'avait eu de retour. Une protection au niveau des médias avait suffit jusque là car ils n'avaient pas le droit de citer mon nom dans leur reportages mais apparemment, c'était loin d'être satisfaisant. Elle devait trouver une solution pour se sortir de cette malencontreuse rencontre mais comment se débarasser de cet homme qui lui mettait tout sur le dos.

"Ce n'est pas de ma faute si vous avez vécu tout ça... Mais de la vôtre, Mr. Mori. Vous ne devez que vous en prendre qu'à vous même. C'est aujourd'hui que vous pouvez choisir de ce que vous pouvez devenir. Vous n'avez donc jamais pensé à votre avenir ? Vous vous voyez violer et tuer des femmes... toute votre vie ? Ou du moins, finir votre vie en prison ou plutôt vous construire une famille ?"

Quoiqu'il en soit, elle fut heureuse que ça arrivait loin de sa famille. Elle n'avait pas besoin que sa fille connaisse tout ça.

"Mr. Mori, je ne crois à une destinée toute tracée. L'etre humain est doté d'une conscience. Il peut faire des choix, se tromper et reprendre sa vie en suivant une autre voie... Maintenant que vous êtes sortie de cet enfer, vous pouvez commencer autre chose au lieu de venir dans mon bureau pour me faire payer votre incarcération des crimes que vous avez commis..."

Elle prit une profonde respiration en essayant de reculer de sa chaine mais il la tenait fermement.

"Et non, je ne suis pas née avec une cuiller en argent dans la bouche, j'ai travaillé dur pour en être arrivée là où je suis aujourd'hui. Les femmes que vous avez violenté et tué n'ont rien demandé. Elles vivaient leur vie jusqu'à ce que vous y mettiez un terme. Or, personne n'a le droit de décider d'ôter la vie d'une personne. Vous n'êtes pas dieu, Mr Mori et ce n'est pas parce que dans votre pays, votre père est un homme craint que ça vous donne une carte d'intouchable en Amérique..."

Lorsque l'individu contourna son bureau pour l'intimider elle se colla sur sa chaise en ignorant ce qu'il disait, il ne fallait qu'elle y pense si elle ne voulait pas provoquer en elle une crise de panique.  Elle sentit le souffle de Takashi sur son visage et la fureur de cet homme commençait vraiment à l'effrayer. Peyton avait même l'impression qu'il avait vraiment l'intention de l'agresser pour ne pas dire, embrasser... au peu de centimètre qui les séparer. Il devenait de plus en plus agressif d'où le changement de son discours. Elle n'avait à aucun moment penser le matin qu'elle allait surement être la victime d'un homme qu'elle avait elle-même envoyé en prison. La jeune procureur se radoucit n'ayant pas du tout envie de provoquer un "accident" ou un "cours".

"Non, ce n'est pas du tout ce que je souhaite et je ne pense que ça soit une solution. Prenez un peu de recul, d'accord ? Pensez à ces 5années de détention et le nombre d'année que vous risquez pour avoir agressé, violé et tué une autre personne, peu de temps après votre sortie... Réfléchissez bien ! Je vous ai évité la peine de mort la première fois mais imaginez la peine des familles à qui vous avez arraché ces pauvres filles ?"

love.disaster
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Terres ennemies [Peyton] Dim 29 Sep 2013 - 1:04

Terres ennemies

S'il y a bien une chose qui m'énerve dans la vie, c'est qu'on me tienne tête et qu'on m'envoie pleins de reproche super chiant dans la face. C'est exactement ce qu'était entrain de faire la femme que j'avais en face de moi. C'était presque encore plus horrible d'entendre tout ça de sa bouche que de la bouche d'un homme.

Pour moi, la femme est faite pour le plaisir des hommes et non pour nous dire ce qu'on doit faire. Je vis peut être quelques siècles en arrière mais c'est bien comme ça que j'ai été élevé. Mon père m'a donné cette éducation et ce n'est surement pas en changeant de continent que tout cela allait disparaître. C'était bien pour ça que je ne supportais pas les femmes qui refusaient tout contact physique avec moi, cela me rendait donc encore plus violent et ça me donnait effectivement envie de les violer et de les tuer par la suite. Mais si je les brûlais, c'était tout simplement pour effacer toutes traces de mes actes afin que personne ne me retrouve. Cela n'avait apparemment pas fonctionné lors de mon dernier crime.

Mon avenir ? Il est déjà tout tracé. Une fois que mon père sera mort, je reprendrais sa place. Je n'ai pas besoin des conseils d'un femme pour ça. Si je suis venu ici, c'est pour faire mes preuves en essayant de ne pas me faire coincer. Cela n'a pas marché et je m'en suis un peu mordu les doigts mais c'est pas grave, j'ai une deuxième chance.

Mon regard dans le sien, je ne suis pas décidé à lâcher son fauteuil pour le moment. Je suis tellement énervé par tout ce qu'elle dit qu'il vaut mieux que je tienne fermement les poignées de ce fauteuil plutôt que je lui mette ma main dans sa face. Elle a vraiment du répondant cette femme, elle me donne presque envie de la frapper ou de partir en claquant la porte afin d'éviter de commettre ce geste irréparable. Je la fixe toujours en écoutant sa petit histoire qui me fait bien sourire.

Je n'ai pas besoin de travailler et je n'en aurais jamais besoin. Ce n'est pas mon objectif dans la vie. Oh... Pauvres petites femmes mortes. Cela ne me touche pas vraiment, j'espère que vous avez remarqué.

Où c'est écrit que j'ai un cœur ? Nul part, donc je ne vois pas pourquoi elle me dit que les femmes sont mortes. Je le sais après tout puisque c'est moi qui les ai tué. Et puis, si j'avais un cœur, je ne serais surement pas dans ce bureau entrain de m'engueuler avec elle, je serais entrain de pleurer à l'église pour me faire pardonner pour ce que j'avais fait et aussi pour tout ce qui m'était arrivé en prison. Si j'en avais un, je me serais rendu compte que tout était de ma faute mais ce n'était pas le cas et pour moi, rien n'était de ma faute. C'est surement pour ça qu'ils avaient décidé de m'envoyer voir un psychologue.

Je pu enfin remarquer que Peyton commençait à calmer ses paroles quand elle se rendit compte que je pouvais être méchant et que la colère commençait à monter en moi. Je ne voulais pas lui faire de mal donc c'était pas plus mal qu'elle se calme car je pourrais aussi redescendre en pression. En même temps, je suis impulsif et si quelqu'un s'énerve contre moi, je veux toujours être le plus méchant pour qu'il baisse les armes. C'est ce que la juge venait de faire. Elle venait enfin de se rendre compte qu'elle était entrain d'énerver un violeur en série qui s'en fichait de tout.

Je n'ai pas besoin d'imaginer la peine des familles, j'ai pu lire dans leur regard de la colère, de la honte et de la peine quand elles sont venues lors de mon procès. Mais si vous voulez tout savoir, je m'en fiche. C'est pas les premières familles et ce n'est peut être pas les dernières.

Je pouvais raconté ce que je voulais après tout, elle n'avait aucune preuve des autres meurtres que j'avais commit avant et elle n'avait aucune preuve d'un meurtre que je pouvais commettre dans peu de temps. Elle n'avait rien contre moi. Je pris alors une dernière inspiration afin de sentir à nouveau son délicat parfum. Un sourire s'afficha sur mon visage. Cela m'apaisa un petit peu, je lâcha enfin le fauteuil de la femme et je fis un pas en arrière. J'étais comme un lion qu'on venait de relâcher en liberté et qui s'était attaqué directement à la girafe assez forte au lieu de sauter sur le premier petit lapin qui trainait là.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Terres ennemies [Peyton] Mer 20 Nov 2013 - 14:55




Terres Ennemies

feat Takashi Mori et Peyton Grace
Cela ne servait à rien qu'elle ne se servent de sa verve pour lui rabaisser son caquer. Il était enfermé dans son éducation de la chine des années 20 où la femme n'était qu'autre un objet sexuelle et sans valeur. Elle ne pouvait donc pas le prendre par les sentiments, il n'en avait presque pas, voir pas du tout. A vrai dire, elle n'avait aucun moyen de s'en sortir. Il fallait seulement qu'elle sache pour quelle raison il était venu jusqu'à elle et comment le  faire partir. De toute façon, ce qui était fait, était fait. On ne pouvait pas revenir en arrière. Si elle avait peur d'avoir chaque tueur en série, peut-être même tout les malfrats, qu'elle mettait en prison venir débarquer dans son bureau pour l'injurier sur son lieu de travail, elle allait devoir changer de métier et même très vite. Seulement, ce n'était pas le cas et si Mori était aussi en colère contre elle, c'était surtout à cause de ça. Peyton savait que ce qu'elle faisait était juste alors pourquoi demander pardon à un homme qui n'y connaissait absolument rien ?

"Ecoutez Mr Mori, quoiqu'il arrive, je ne regrette en rien du jugement que j'ai posé sur vous. Je n'ai pas de regret au même titre que vous n'en avais pas pour avoir violé et tué toutes ces pauvres femmes. Vous me dites qu'on vous a laissé une seconde change pour obtenir le titre que votre père a en Chine en ce moment même.. Pourquoi venir la gâcher en venant l'avouer dans le bureau de la juge qui vous mis en prison.. ?"

Elle le fixait, glaciale, lui montrant qu'elle était la plus sérieuse.

"Si j'ai à ce point insisté sur votre nom, Mr Mori, c'est parce que toutes les conversations qui se passent dans mon bureau sont sur écoute. Quoique vous me fassiez, on vous retrouvera et votre seconde chance sera indéniablement compromise. Tout en sachant que vous êtes encore sur le territoire américain et qu'il est tout à fait probable qu'après tout vos aveux, un joli bracelet gris métallique vient s'accrocher à votre cheville. De ce fait, vous ne pourrez pas sortir de chez vous à moins d'alerter le plus proche commissariat de votre habitation. Est-ce que je continue, où vous avez comprit qu'en agissant contre moi, je précise bien, physiquement envers un magistrat, que la peine de mort vous pendra au nez. Et votre chance de régner en maitre en Chine sera doublement comprise.."

Au mot "mort" que Peyton avait employé, Takashi eu un petit rictus sur le visage.

"Je pense toujours que chaque être humain sont ni bons, ni mauvais. Ils se diffèrent selon les choix qu'ils vont faire dans leur vie. D'où le fait que vous soyez toujours en vie.." Elle s'humecta les lèvres : "Alors que puis-je faire pour vous, Mr Mori ?"

Elle se leva pour être à peu de chose près, à ma même hauteur que lui : " En ce qui me concerne, je pense que vous êtes encore un enfant pourri gâté qui croit avec tout les droits.. Sauf qu'au jour d'aujourd'hui, vous ne vous trouvez pas en Chine où votre père pourra balayer d'un revers de la main tout vos problèmes et qu'il serait temps que vous deveniez adulte en vous prenant en main…"


[color=#ff9999]



love.disaster
Revenir en haut Aller en bas

 Contenu sponsorisé 





• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Terres ennemies [Peyton]

Revenir en haut Aller en bas

Terres ennemies [Peyton]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Terres lointaines de Leo et Icar
» Terres Neuvas - Bobital - 6, 7 et 8 juillet 2007,
» [Thibaux, Jean-Michel] La malédiction de L'Ankou - Tome 1: Les terres désertées
» terres de sienn
» Découverte des terres balafrées
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Criminal Minds :: Divers :: RP terminés (ou abandonnés)-