Le forum ferme ses portes après 5 longues années d'existence.
Merci à vous tous de nous avoir suivi et qui sait, à bientôt sur d'autres forums ♥

Partagez|

Quand le passé revient (Elisabeth)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
 Jack Sutton 





• • • • • • • • • • • • •


▌Messages : 977
▌Date d'inscription : 10/06/2012
▌Métier : Agent FBI spécialiste en explosifs// Chef intérim
▌Avatar : Keanu Reeves


MessageSujet: Quand le passé revient (Elisabeth) Jeu 25 Juil 2013 - 4:21

Je crois que j'étais le plus heureux des hommes sur cette terre... non pas je crois mais JE SUIS le plus heureux des hommes sur cette terre. J'avais une femme que j'adorais plus que tout au monde d'une beauté magnifique et avec tendresse que j'adorais mais également en prime une jolie petite princesse! Une magnifique petite fille du nom de Chrystal. Et elle portait bien son nom laissez-moi vous dire! Petit et toute rose elle semblait fragile telle une petite poupée de porcelaine. Comme ma belle ne rentrait pas avant demain de l'hôpital je voulais lui faire une surprise en règle. Un bon petit repas, un bain chaud comme elle l'aimait mais surtout dorloter ma petite poupée.

Je partis donc presque à regret de l'hôpital pour faire quelques emplettes. D'abord arrêt à l'épicerie pour acheter tout ce dont j'aurais besoin. Je passai presque une bonne heure à fouiller les rangées à trouver les meilleurs légumes, et la meilleure viande qui soit. Après avoir tout mes articles et avoir payé j'arrêtai à la pâtisserie qu'elle aimait pour lui acheter de quoi déjeuner et surtout une petite douceur pour clore notre repas. Ensuite j'arrêtai chez le fleuriste pour acheter un bouquet de fleurs colorées et odorantes pour décorer sa table. Peut-être qu'à travers ses achats je tentais de me racheter de notre rupture aussi stupide. Ma mère était encore en ville voulant profiter de sa nouvelle petite-fille. Elle rayonnait comme peu je l'avais vu, et elle était d'une tendresse et d'une beauté à faire pâlir n'importe qu'elle grand-maman de la terre.

Comme j'avais terminé au fleuriste je me dirigeai vers une boutique pour enfants, pour aller acheter un petit quelque chose à ma petite princesse. Oui elle serait la princesse de Quantico et ça même quelqu'un de sensé ne me l'enlèverait pas de la tête. J'entrai et achetai plusieurs petits vêtements qui lui ferait plus tard, des peluches et autres babioles qui me rendait fier de voir le regard attendri des femmes sur moi. Je ressorti avec des sacs pleins les bras quand mon portable sonna.

- Allo maman! ... Oui tu peux coucher chez-moi tu le sais... Euh... j'ai presque terminé il faut que j'aille porter les emplettes chez Nolène. On se fera un souper plus tard si tu... veux.

Je stoppai mon geste de chercher mes clés car il me semblait que j'avais vu quelqu'un que je connaissais. je terminai ma conversation rapidement en regardant la femme. C'était impossible!! Je l'avais connu ici à peine arrivé à Quantico éperdu de douleur encore. Elle avait été ma maîtresse et moi son amant. Pour faire simple on s'entendaient pas tellement habillés mais tout nu dans un lit... enfin on se "complétaient" bien. Une relation passionnelle qui, vous le savez, vous brulera les ailes.

- C'est pas vrai... dis-je tout bas les sacs pendant aux bout des bras.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Quand le passé revient (Elisabeth) Jeu 25 Juil 2013 - 12:33

Un magnifique temps a été annoncé et c'est le cas. Décidément les mesdames et les messieurs de la météo ont pour une fois eu raison. Je décide de ne pas rester enfermée chez moi. J'enfile ma veste blouson en cuir beige, prends mon sac à main et les clefs puis sors de l'appartement. Une fois dehors, je respire un bol d'air en souriant, le visage baignant dans la lumière de notre très bien-aimé Soleil. Je reste planté là quelques instants puis baisse la tête et me mets à marcher. Mes pas sont à la fois détendus, souples et légers. Je marche en direction du parc tranquillement en savourant ce week-end calme et me pose cinq bonnes minutes sur un banc qui fait face au lac. Je sors un bouquin polar que j'adore lire : Fred Vargas. J'adore le commissaire Jean-Baptiste Adamsberg. Il me fait penser à quelqu'un que j'ai connu, un ami très cher et qui est devenu mon protecteur : il est calme, réfléchi, et surtout il suffit qu'il écoute attentivement une personne pour savoir qui est coupable ou non. A la différence de ce commissaire des romans noirs, mon ami lui n'est pas commissaire et encore moins dans les forces de l'ordre. Non c'est un psychologue comportementaliste ! Son nom ? Dr Greg Lightman ! Il m'a donné des tuyaux sans révéler ses secrets. Mais se pourrait-il qu'il vienne nous donner des cours, nous les apprentis profiler ? Je n'en ai pas la moindre idée.

Mes pensées s'interrompent brusquement lorsque mon téléphone portable se met à sonner. Surprise et un peu contrariée, je sors mon portable et lis un numéro de téléphone. Le même que celui qui m'a à plusieurs reprises contactée. Ayant marre, je décroche, laisse parler la personne sans prononcer le moindre mot et entends une voix que je reconnais entre mille : mon ancienne "sœur" : Camille ! Cette chipie et horrible bonne fillette devenue une femme odieuse a réussi, je ne sais comment, à me contacter. Voici ce que j'entends :

- Allô ma Chérie ??? C'est Camille ta sœur ?! Allô ?! Allô ?!

Au bout de deux longues minutes je finis par dire ironiquement et avec une pointe d'exaspération quand même :

- Allô Camille ?! Oui c'est moi ! Bien et toi ?

Elle bavarde comme une pie, me raconte ses bons souvenirs, qui, entre nous sont mauvais pour moi mais bon assez parlé comme ça, et me propose de nous retrouver ici-même à Quantico. Toujours aussi ironiquement, je lui demande où elle veut qu'on se voit et inutile de vous dire qu'elle fait partie de ma liste noire des personnes que je voudrais fréquenter. Elle me demande de me retrouver au Centre Ville au café qui donne sur l'Hôtel de Ville. Je lui mens sciemment que j'avais un autre rendez-vous et que je la contacterai pour lui fixer un autre rendez-vous. Elle me répond sévèrement et d'un ton sec qu'elle ne sera là que pour une petite semaine... Là mon sang bouillonne et je me mets à hurler au téléphone en lui disant que si c'est pour me parler sur ce ton-là, ce n'est plus la peine de nous nous revoir et lui demande d'arrêter de me harceler puis je raccroche au nez de cette maudite femme. Pour être plus tranquille, j'éteins mon portable. J'essaie de continuer ma lecture mais comme je suis trop énervée à cause de cette Camille, que je n'ai plus voulu revoir de ma vie, je décide d'aller voir mon opérateur pour changer de numéro et de le mettre sur la liste rouge. Je me lève d'un bond, remets mon livre et mon téléphone dans mon sac à main puis marche à pas très rapides en direction du Centre Commercial. J'entre dans ce gros bâtiment et, toujours en colère, me dirige vers la boutique de mon opérateur.

Je n'ai pas fait cent mètre que je vois un homme brun, aux yeux aussi noir qu'un corbeau, qui a pleins de sacs sur lui. J'écarquille les yeux de surprise et me dis :

* Pincez-moi ???!!!! Je rêve ?!!!!


Je m'arrête brusquement, me frotte les yeux en me disant que c'était impossible et que ce n'était pas lui puis je le regarde attentivement.

* Si c'est bel et bien lui ?!!!! Mais... Mais que fait-il ici avec tous ces sacs ????

Je quitte mon air surpris et énervé, je vais à sa rencontre et lui salue :

- Hééé Bonjour Jack ?! Comment vas-tu ???
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Jack Sutton 





• • • • • • • • • • • • •


▌Messages : 977
▌Date d'inscription : 10/06/2012
▌Métier : Agent FBI spécialiste en explosifs// Chef intérim
▌Avatar : Keanu Reeves


MessageSujet: Re: Quand le passé revient (Elisabeth) Jeu 25 Juil 2013 - 22:13

Je ne sais pas pourquoi mais je ne voulais pas qu'elle me vois. Pas par honte non plus par.. gêne disons. Oui je sais Jack Sutton et gêne dans la même phrase ça colle pas mais en se moment je me sentais pas super bien. J'ouvris le coffre de ma voiture et à peine ai-je mis le premier sac dans le coffre que sa voix retentit à mes oreilles. Je figeai le geste un peu je pourrais faire comme si j'avais rien entendu mais disons que côté chance... je ne l'avais pas alors autant faire face. Je me retournai et la fixai de mes yeux noirs. Elle avait à peine changée toujours se regard chaud sa chevelure de feu et sa bouché légèrement boudeuse. Je ressenti en moi tout ce qu'elle avait été et vraiment je me sentais un peu mal. Nolène était ma belle et tendre amoureuse jamais je ne la tromperais mais... Elisabeth avait ce charisme et ce charme presque félin qui faisait d'un homme sa marionnette. Je plaquai donc un sourire sur mon visage avant de lui parler.

- Elisabeth?? Comment vas-tu? Ça fait un bail quand même!

À mes pieds jonchaient les sac remplis de truc de gamins. Je ne dis rien pendant de longues minutes me disant que cette situation était irréelle quoi! Elle m'avait aimé je le sais et moi comme un con je m'étais poussé doucement d'elle comme pour lui épargner la douleur des ruptures. J'en souffrais moi-même et je ne voulais pas qu'elle traverse par cette phase, qui a du être inévitable. Mes yeux étaient plantés dans les siens et vraiment pour une des rare fois de ma vie je ne savais pas trop quoi dire.

- En visite à Quantico? J'espère que tu sera pour quelque jours c'est loin quand même de la Nouvelle-Orléans.
dis-je en prenant un sac pour le mettre dans le coffre.

C'est à ce moment que le fond du dit sac décida de lâcher éparpillant ainsi des robes, pyjamas, souliers et autre petits truc de fille. Je poussai un grognement et balançai le sac détruit dans le coffre et entreprit de ramasser les vêtements un à un délicatement. J'avais les bras pleins de vêtements et d'accessoire et quand je relevai les yeux je vis ses longues jambes musclées et vint des images disons... assez coquines de notre passé commun. Je me relevai en chassant ses images et mettre les truc dans le sac éventré.

- Excuse-moi... je devais ramasser avant que ça se tache...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Quand le passé revient (Elisabeth) Jeu 25 Juil 2013 - 22:45

Ah ce Jack ?!!! Toujours aussi gaffeur et téméraire ! Je lui souris et lui réponds avec un ton tout à fait charmant :

- Oooooohh !!! Moi ??? Je vais bien merci si c'est que ma "sœur" a osé de me contacter pour me raconter des salades et jeter son venin !!! Bref ! Comme d'hab quoi ! Toujours la même que quand elle était jeune : odieuse, casse-pied et surtout une véritable harceleuse ! Mais bon assez parler de moi !

Ainsi il croit que j'habite toujours au même endroit où on s'est connu. A cette époque, j'étais étudiante et lui mon voisin de pallier. Il venait de perdre sa fiancée et était complètement détruit le pauvre chou. Il a sonné chez moi pour je ne sais quelle raison, si ce n'est qu'il était perdu, et bien entendu j'ai ouvert. Le pauvre il m'a fait une de ses peines ?! Je l'ai laissé entré et je lui ai proposé à boire pour lui faire changer les idées. Il m'a raconté ce qui s'est passé, je l'ai écouté et je lui ai tendu un mouchoir. Et je l'ai consolé comme on console un môme. Au fil du temps, nous nous sommes rencontrés plusieurs fois puis nous avons eu un relation passionnelle. Tellement passionnelle que cela nous a consumé lui et moi : nous nous sommes souvent disputés et... un jour Jack a disparu sans laisser un mot, sans rien me dire.

Bref ! Toujours en souriant, je rectifie l'information :

- Je vois que tu t'en souviens du loft où j'habitais Jack ! Et non je n'habite plus là-bas ! Ça fait un baille d'ailleurs. Non j'habite actuellement ici-même à Quantico. Et pour info, je travaille dans cette superbe ville...

Je vois Jack charger des sacs dans la voiture et l'un d'entre eux, se déchire révélant des vêtements d'enfants, des jouets et d'autres accessoires. Il a l'air embarrassé et me dit quelque chose. Sur le coup je souris et lui propose :

- Tu veux mon aide ?

Je me baisse sans attendre sa réponse et ramasse des vêtements pour filles nouveaux-nés. Je souris en tenant ces vêtements, lui donne à Jack en lui disant :

- Je ne savais pas que tu as de la famille, genres nièces, petites cousines, ou une filleule dans le coin Jack ?!!

Je continue à l'aider loin de me douter que ce n'est pas pour l'une des personnes que j'avais dans la tête mais pour une autre.


Dernière édition par Elisabeth Mary Moore le Dim 28 Juil 2013 - 16:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Jack Sutton 





• • • • • • • • • • • • •


▌Messages : 977
▌Date d'inscription : 10/06/2012
▌Métier : Agent FBI spécialiste en explosifs// Chef intérim
▌Avatar : Keanu Reeves


MessageSujet: Re: Quand le passé revient (Elisabeth) Ven 26 Juil 2013 - 8:50

En fait je connaissais peu l'histoire de la jeune femme mais toujours est-il qu'elle m'avait parlé de sa "casse-pied" de soeur. La parfaite, celle qui a toujours eue de la chance et qui l'étalait. Moi je n'avais ni frère, ni soeur... enfin si j'avais une soeur mais c'était relativement nouveau. Je hochai de la tête pour lui signifier que je la comprenais.. quoique moi une soeur casse-pied j'en avais pas. Mary-Jane était gentille et douce et je l'adorais déjà.

- Je vois pourquoi tu a la mine tendu alors. dis-je avec une tentative de blague.

Je fus doublement surpris quand elle m'avoua qu'elle n'habitait plus à la Nouvelle-Orléans mais ici... à Quantico. Donc elle bossait ici?? Je la fixai longuement comme pris de panique... non pas de panique. enfin je me sentait bizarre. C'est vrai que je l'avais laissé en plan lui disant seulement que je ne pouvais pas. Mais elle faisait quoi comme boulot? Après m'avoir aidé à ramasser les vêtements par terre je la regardai en fourrant les mains dans mes poches de jeans et je pinçai les lèvres un peu mal à l'aise.

- Tu bosse ici? Dans quel domaine? Et euh.. oui je me rappelle ton ancien logement.. J'y ai passé de longs moments quand même. dis-je sourire en coin

Comment pourrais-je oublier toutes ses nuits? Tout ses moments d'intimité passé ensemble? Ce serait me mentir que lui dire que je ne me rappelais de rien. En fait cette période est assez confuse quand même. J'étais fou de douleur. L'accident qui avait couté la vie à ma Julia et à notre bébé à peine formé m'avait jeté dans un état de douleur atroce. Je mis le reste des sacs dans la voiture et je la fixai un moment surpris. Comme si pour moi tout le monde savais que j'avais une soeur à peine retrouvée. J'émis un petit rire avant de répondre.

- Euh... je viens à peine de savoir que j'ai une soeur et on pas de petite nièce. Une petite fille bien à moi. Elle a quelques jours à peine elle s'appelle Chrystal. Elle une petite perfection, ma petite princesse quoi!

J'étais pas peu fier de ma fille. Dire que moi j'avais réussi, enfin avec l'aide de Nolène aussi, à faire cette petite fille toute joufflue et rose. Tout au long de la grossesse j'ai eu peur que ce bonheur d'être père me soit arraché de nouveau. Non enfin la vie m'accordait la chance et le bonheur d'être avec la femme que j'aimais de tout mon être et d'être également papa. Je remontais mes yeux vers elle et fronçai les sourcils.

- Hé... ça va?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Quand le passé revient (Elisabeth) Ven 26 Juil 2013 - 13:38

Il parvient à me faire rire avec sa petite blague sur ma sœur adoptive. Je ne veux pas lui faire perdre son temps. Il me demande ce que je fais comme travail ici-même, je ne peux lui répondre tout de suite car j'étais pris d'un méga fou-rire et il m'a fallu une bonne vingtaine de minutes pour me calmer. Pendant ma "crise", je lui ai ramassé, passé tous les vêtements et vérifié s'il n'en restait pas par terre, qui se soient éventuellement envolés sous la voiture ou dans le parking. Une fois que j'ai pu m'arrêter de rire, je m'essuie les yeux et lui répond en souriant :

-Oui je travaille ici Jack. Je travaille pour le FBI et je suis ici pour devenir profiler, donc je suis assez récemment devenue apprentie profiler. J'ai hâte de commencer... Et toi ?! Où bosses-tu ?


Il me parle de sa découverte : ainsi donc il a une sœur. C'est vraiment chouette ça, vraiment, je lui demande :

- C'est super ça et comment s'appelle-t-elle ? Ça fait combien de temps que vous vous êtes rencontrés ? Comment as-tu découvert qu'elle était ta sœur ?

Je me plonge dans mes pensées : mes parents biologiques sont morts peu avant et peu après ma naissance. J'ai beau cherché depuis des années en vain. C'est comme chercher une aiguille dans une meule de foin : tant qu'on ne sait par par où commencer, ça peut prendre toute une vie pour trouver ce qu'on cherche. Rien qu'à ces pensées, je perds mon sourire et deviens de plus en plus sombre et triste. Je reviens péniblement à la réalité et là c'est un véritable coup de poignard : Jack est devenu père ?!!! Une dénommée Chrystal... Là inutile de vous dire que le choc est trop... rude et encore ce qualificatif est un doux euphémisme. Je le fixe droit dans les yeux, surprise, muette et le souffle coupé.

Je reste ainsi comme ça pendant de très longues minutes sans rien faire, les bras ballants et les yeux écarquillés. Se fiche-t-il de moi ???!!! Lui ?!!! J'essaie de revenir à la réalité et surtout de me calmer mais en ouvrant la bouche je ne peux que dire :

- Une fille... Chrystal ????!!!!

J'hésite entre deux choses : me barrer en vitesse en pleurant ou le gifler en pleurant aussi. Dans tous les cas, quelque chose en moi s'est brisé. Je l'ai cherché depuis son départ pour lui dire que je l'aimais malgré tous ses défauts et je n'ai pas utilisé le moteur de recherches du FBI pour faire mon enquête. Et aujourd'hui, j'apprends qu'il est père, ce qui signifie qu'il a fait sa vie ailleurs et avec une autre femme ! Je me mords les lèvres, sens des larmes monter puis apparaître au bord des yeux et dis d'une voix plus que brisée :

- Qui... Qui... Qui est la mère ?

Je me détourne de lui, mets mes mains devant les yeux pour pleurer et me mets à courir sans trop attendre sa réponse. En effet, je trouve à présent Jack trop cruel car j'avais envie de fonder une famille et je voulais que mon ex, car c'est à présent comme ça qu'il faut que j'appelle Jack, soit le père de mes enfants, nos enfants. Je me sens utilisée, salie et trahie par l'homme que j'aimais profondément. Mes pensées sont devenue tout aussi noires que les yeux de Jack, je le maudis et l'insulte copieusement et intérieurement. Tout en courant vers l'entrée du centre commercial, je ne peux que penser :

* C'est fini Eli ! Tu l'as bel et bien perdu ton Jack ?! Ah ?! Il s'est bien moqué de toi en acceptant de coucher avec toi ! Qui voudra d'une...*

Non ?! Il faut que je retrouve mon calme et pour cela, il faut impérativement que je mette plus de distance entre Jack et moi. C'est la seule solution ?! Je suis à deux mètres à peine de la porte d'entrée que j'entends des pas de course. Inutile de vous dire que j'ai deviné qui me poursuit et qui me rattrape : Jack lui-même !

* Oh non ?! Barre-toi Jack ?! Tu as suffisamment fait de dégâts comme ça ?!*


Dernière édition par Elisabeth Mary Moore le Ven 26 Juil 2013 - 23:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Jack Sutton 





• • • • • • • • • • • • •


▌Messages : 977
▌Date d'inscription : 10/06/2012
▌Métier : Agent FBI spécialiste en explosifs// Chef intérim
▌Avatar : Keanu Reeves


MessageSujet: Re: Quand le passé revient (Elisabeth) Ven 26 Juil 2013 - 22:33

Merde!! C'est pas vrai le destin est vraiment trop cruel avec moi! Pourquoi à chaque fois que tout va bien je me retrouve à être soit dans la merde soit pris entre l'arbre et l'écorce?? Putin... un vie tranquillou c'est pas trop demander je pense! Je restai interdit quelques secondes avant de tripoter mon porte-clé. Une apprentie-profiler... et moi qui est en couple avec une! Déjà que toute les femmes qui croisent ma route font de moi ce qu'elle veulent mais en prime j'en ai 2 à qui je ne pourrais jamais rien cacher!!

- Oh... alors on se verra quelques fois alors quoique toi tu sers quelques étages au-dessus. Moi je bosse au FBI et j'ai une spécialisation en explosifs. Le type de bombe, qui les montent et les règlent.. tu sais ce genre de truc sans compter les différents corps de police des différents états qui m'envoient des dossier épais comme des encyclopédies.

J'adorais mon métier! Quand j'avais rencontrer Elisabeth j'étais encore policier à Los Angeles et en processus pour poser ma candidature pour les FBI. Ouais.. c'est une époque trouble ou je ne savais même plus qui j'étais. J'ai même pas pris une cuite trop défait que j'étais! J'avais réussi à faire croire à ma mère que j'allais bien pour aller prendre quelques semaine en Louisianne. C'est là que j'ai connu la plus belle et attirante femme après ma Julia. Peut-être parce qu'elle lui ressemblait à faire peur que je me suis perdu avec elle, mais elle a été un rempart pour éviter que je sombre dans la dépression la plus totale.

- Oui bien les... rencontres sont longues à expliquer. Elle s'appelle Mary-Jane et est assitante-sociale. Je la connais pas trop encore mais elle est déjà est gentille et douce.

Je me méfiais un peu encore mais probablement parce que le même sang coulait dans nos veines je l'adorais déjà et pour une fois mon voeu était exaucé! J'avais quelqu'un d'autre de mon sang à mes côtés avec qui je deviendrais complice... et il le fallait parce mis à part ma mère je n'avais pas d'autres personnes. Mais le pire était que je voyais sa mine tomber quand elle sut que j'étais papa.

- Euh... oui Chrystal. Et sa mère... Nolène Wattford.

Elle me tourna le dos et je la vis se prendre le visage entre ses mains. Mais j'avais dit quoi bordel?? Ah... mais j'étais une cloche! J'étais trop obnubilé par la naissance de ma fille et le fait que j'ai fait ma déclaration à Nolène que je ne voyais pas qu'elle était là pour MOI. Elle ne me disait rien et parti en courant vers l'entrée du centre commercial. Je mis les derniers sacs dans la voiture fermai le coffre rapidement et m'élançai à sa soute. Elle courait vite dis donc et heureusement que j'étais entraîné! Je la rattrapai en quelques secondes et me plante devant elle à peine essoufflé et la saisi par ses épaules.

- Hé... mais qu'est-ce qui se passe?? Je... qu'est-ce que j'ai dit? Je comprends pas pourquoi tu pleures??

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Quand le passé revient (Elisabeth) Sam 27 Juil 2013 - 13:49

Marie-Jane Sutton une femme avec qui j'ai adoré collaborer. Une jeune femme tout à fait charmante à vrai dire ! Pas comme cette Camille ?! Mes pensées se bousculent et se heurtent tels des électrons. Nolène Wattford ??? Je viens juste de faire sa connaissance, bien qu'enceinte, elle est souvent venue pour prendre et donner des nouvelles à ses collègues. Comme ça fait quelques semaines que je suis ici et je viens de commencer la semaine dernière. Cette jeune femme est un véritable cœur d'or, elle avait de l'énergie à revendre, une patience... Et c'est elle qui est enceinte de mon ex. Mon cœur saigne de plus en plus ! Ô Dieu ?!!! Pourquoi m'avoir fait ce coup cynique à moi qui aspirait à de l'amour ? Pourquoi ??? Qu'ai-je donc fait pour mériter ce coup de poignard ???? Jack vient de me dépasser et se met devant moi pour me saisir. Toujours en larmes, dépitée, je ne l'écoute à peine : il ose me demander ce qu'il ne va pas ?! Ça paraît évident non ?!!! Dans mon for intérieur, je hurle :

* Espèce de salaud ?!!!*

Je secoue violemment la tête pour me remettre les idées en place mais reste parfaitement silencieuse. Comme je sais parfaitement qu'il ne me lâchera pas avant d'avoir la réponse à ses interrogations, j'amorce une série de gestes.

D'abord, je le frappe avec la tranche de mes mains sur ses coudes pour qu'il me lâche, puis j'enchaîne par une grosse gifle, je lui tords un bras, puis me mets derrière lui avant de le pousser violemment devant lui. Tout en faisant cela, je me mets à hurler et à l'insulter copieusement !

- ESPECE DE SALE POURRITURE ?! TU AS LE TOUPET DE ME DEMANDER CE QUI NE VA PAS ???????!!!!!!!

Je n'attends pas de savoir s'il tombe, je fais demi-tour, reprends ma fuite, ouvre la porte d'entrée du centre commercial et entre à l'intérieur. Avant que la porte se referme, j'entends une série de jurons, mais je ne me retourne pas. Je continue à foncer en direction... des WC. J'ai envie de m'isoler là !!! Ce n'est pas pour un caprice ou je ne sais quoi d'autre, c'est une question de survie ! C'est ça ou je me flingue la cervelle ce soir. Bien entendu, connaissant Jack, il ne va pas me laisser tranquille. Pour éviter d'être rattrapée comme il y a à peine une minute, je cours le plus vite possible. C'est peut-être un ex-agent de la police de Los Angeles, mais moi, j'ai été championne d'endurance et de sprint, toutes distances confondues. Là je vous apprends quelque chose de nouveau sur moi mais comprenez que je n'aime pas trop parler de moi, donc j'espère que vous m'excuserez pour cette petite cachotterie ! En prime, j'ai bossé pour le FBI avant de venir ici. En pensant à mon ancienne affectation, je ne peux que penser à une amie : Alicja  L. Zeleski. je me demande ce qu'elle est devenue... Bref je m'égare là !!!

Donc je disais que je voulais me cacher dans les toilettes du centre commercial et là encore, j'entends une personne qui est de plus en plus essoufflée, qui court après moi et qui en même temps peste plus contre lui-même que contre moi.

* Encore lui ?????!!!!! Ce que je lui ai fait ne lui a pas suffit ???!!!! Bon Dieu ???!!!! Quand va-t-il enfin comprendre que tout est fini et que je ne veux plus jamais le revoir ?????!!!!!!!!!


Ce coup-ci et à voix haute, je le maudis et dans mes paroles, je laisse volontairement échapper des informations importantes qui explique ma colère noire, qui est devenue aussi noire que noire. Je souffre comme un martyr. Parmi les informations prononcées avec cri, il est question que je l'aimais, que je voulais fonder une famille avec lui mais qu'il m'a bien utilisée comme une vulgaire femme. Qu'entends-je par là ? Me demanderiez-vous ! C'est hyper-simple : je me sens souillée dans mon corps et dans ma tête. J'ai la nette impression d'être... une prostituée. Voilà le mot qui fait peur à toutes les femmes et qui, en même temps, les fâche. Alors ne me demandez plus pourquoi je me sens plus que mal ! Je sens que mon ex me rattrape mais plus péniblement cette fois et aucun WC dans les parages !

Tout en continuant à courir, je me mords les lèvres jusqu'à les faire saigner, ferme les poings en faisant blanchir les articulations et à cause de mes ongles longs, je me mets à saigner. Je ne sens rien au niveau de mes blessures. Je sens son souffle et fais un brusque écart. Je me mets à zigzaguer dans le centre commercial, passe devant la boutique de mon opérateur, quand des mains m'empoignent avec plus de force au niveau de mes épaules. je hurle à celui qui m'a attrapé :

- MERDE JACK ?!

(Finalement j'ai pu répondre à ton récit. J'espère qu'il te plaira. siffle Euh là je crois que tu es cuit Jack ! Smile Sinon je te dis peut-être à ce soir ou à dimanche. (; )
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Jack Sutton 





• • • • • • • • • • • • •


▌Messages : 977
▌Date d'inscription : 10/06/2012
▌Métier : Agent FBI spécialiste en explosifs// Chef intérim
▌Avatar : Keanu Reeves


MessageSujet: Re: Quand le passé revient (Elisabeth) Sam 27 Juil 2013 - 22:54

Le lueur de tristesse voilé de colère me font rester muet. Qu'est-ce que j'ai fait à cette femme?? Je ne lui ai jamais rien promis, pas d'avenir ensemble rien j'ai quand même pas été vache! En même temps je ne lui ai jamais dit de ne pas s'attacher à un homme brisé comme je l'étais. Mais... n'importe qui le ferait non? Je veux dire de ne pas s'attacher à une loque humaine tel que j'étais à cette époque. Mais les coups sur les coudes et suivi de la gifle me laissa surpris le temps qu'elle m’agrippe et me torde un bras m'arrache un grognement de douleur. J'aurais pu la plaquer au mur et lui intimer de fermer sa gueule mais déjà elle me gueulait dessus et les passant se tournai sur mon passage. Elle me lâcha et s'enfuit encore une nouvelle fois. Je me frottai l'épaule et les coudes en lançant des jurons bien senti. Putin mais j'avais fait quoi??

- Laisse-la vieux... dit un client gentil

- T'en mêle pas ok?
dis-je en plantant mon regard de braise dans le sien.

Je m'élançai à sa suite et elle avait une bonne longueur d'avance je parti donc à sa suite guettant un bruit de pas rapide. Mais en même temps je me demandais ou elle avait pu filer. Ou se cachent les filles en peine d'habitude?? Réfléchis Jack bordel!! J'étais essoufflé et le la vit là plus loin. Je redoublait d'ardeur et arrivait presque à sa hauteur et j'entendais des bribes de se qu'elle disait et aussitôt je me maudis de ne pas l'avoir vu avant. Elle courait vite tel une proie refusant de se faire attraper. Néanmoins elle ralenti semblant chercher quelque chose et je parvins à sa hauteur en la saisissant par les épaules. J'entendis son "MERDE JACK!" mais je n'y tint pas compte. Je serrais doucement ses épaules la forcer à arrêter de me gueuler dessus et se détendre un peu.

- Eli, je suis désolé.. je.. je pouvais pas savoir que tu m'aimerais un jour... j'étais...


"J'étais assez con oui pour me lancer dans une relation purement sexuelle" pensais-je. Je ne voulais pas la voir aussi triste et aussi blesser. Vraiment vire "heureux et paisible" c'était pas pour moi. J'adorais Nolène j'étais éperdu d'amour pour ma fille et pour une simple fois j'ai cru que ma vie serait calme et paisible. Mais non!! On fait ressurgir une ex-amante de mon passé et voilà`que c'Est encore la merde.

- Écoute, j'étais disons assez perdu à cette époque. Si je me serais douté que tu éprouverais ses sentiments envers moi... je... je t'aurais donné signe de vie avant je te jure.

Je la contournai un peu mal d'être la cause de sa douleur. J'avais baissé mon regard noir vers le sol et le remontai lentement vers elle. Je me sentais vraiment comme une merde. Comment ai-je pu être aussi cruel?? Ce n'était pas moi ça! Mais quand on a mal et qu'on souffre, qu'on se cherche on est pas vraiment pareil. Puis un animal blessé fini toujours par aller se cacher pour panser ses blessures.

- Je ne voulais pas te faire mal... c'Est pas moi ça...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Quand le passé revient (Elisabeth) Sam 27 Juil 2013 - 23:56

Purée là trop c'est trop ?! Il m'a derechef rattrapée ?! Bon je ne suis pas une meurtrière mais là je vous avoue que j'ai eu envie d'avoir un flingue pour lui tirer dans le genoux et me réchapper à nouveau. Je veux être seule pour pouvoir me calmer et reprendre mes esprits. Est-ce trop demander ? Quelques instants de tranquillité. Je commence sérieusement à me demander s'il a mieux valu que je sois actuellement avec cette peste et odieuse Camille. OK elle me harcèle au téléphone pour ensuite cracher son venin à la figure, mais ça j'ai l'habitude.

Alors que là... C'est tellement... horrible et encore je reste polie même si je balance des insultes très impolies à Jack. En même temps j'ai du mal à trouver mes mots et mon sang-froid (ce qui est rare si on ne compte pas les disputes avec Jack). J'ai bien envie de me flinguer la cervelle ou de couler dans les abysses pour m'effacer de ce monde pourri. Mon ex se plante derechef devant moi, me prend par les épaules, me supplie de me calmer.

Or saviez-vous ce que ça fait qu'on demande ça ? Non ? Vous êtes sûrs et certains ? Alors je vais vous le dire franchement : ça ne calme jamais une personne qui est en colère, au contraire ça l'énerve encore plus. Bon je reconnais que ce n'est pas dit à haute voix mais rien que par le geste, c'est tout comme. Je regarde par dessus ses épaules tout en évitant son regard et voit qu'il y a les toilettes à... dix mètres devant moi et apparemment bien gardées.

* Enfin les toilettes ?!


La voix très mal assurée de Jack me fait revenir à la réalité. Cette voix que j'avais chérie et que je maudis à présent. Je me mets à trembler de rage de la tête aux pieds et le fixe droit dans les yeux. Sauf qu'au lieu d'avoir des yeux doux, je lui lance toute ma hargne telle une mitrailleuse. Je complète vertement sa phrase qu'il n'a pas terminée :

- Comme un vulgaire salopard ?!

Il me dit qu'il m'aurait fait un signe s'il avait su que j'éprouvais des sentiments pour lui. Mon œil oui ?!!! Il ne m'a pas laissé le temps de le lui dire ???!!! Je le regarde toujours avec un regard plus noir que jamais et continue à trembler de rage et de douleurs :

- Et bien entendu tu t'es dit que ça suffisait comme ça ?!!! Tu as disparu sans ME dire un MOT ou sans ME laisser une NOTE disant que tout était terminé entre nous, comme ça d'un claquement de doigts !

Je joins les gestes à ma parole, reprends difficilement mon souffle et poursuis sans lui laisser le temps de me dire quoique ce soit :

- Certes je l'aurai mal pris mais ou moins je ne me serai JAMAIS lancée à ta RECHERCHE car je ne suis pas UNE IDIOTE ?!!!

Je reprends mon souffle et ma respiration est tremblante puis j'enchaîne toujours en pleurs :

- Tu ne m'as PAS laissé le temps de te le dire. Bien que tu sois un fou furieux de la vitesse et de la précipitation Jack, JE T'AIMAIS ?!! Et le pire Jack, tu veux que je te dise franchement à quoi je pense que je suis devenue à cause de toi ? Non ? Bien sûr que non car sinon tu ne serais pas là à me demander pourquoi je réagis comme ça depuis cinq minutes ?!!!! Je vais te le dire mon impression que j'ai : je SUIS DEVENUE une putain grâce à toi ?! Oui c'est ça une putain ?!!!


Il me dit que ce n'était pas son intention de me faire souffrir et je lui lance en pleurs :

- Trop tard Jack ?! Tu m'as brisé le cœur ?!!! Je n'aurais jamais dû te recroiser ici ! Et je n'aurais jamais dû t'ouvrir la porte ce fameux jour ?!


Les larmes aux yeux coulent à flot sur mes joues et sur mes vêtements (veste et top), je me détourne de lui et me mets à marcher pour m'asseoir sur un banc vide. Les passants et les marchands continuent à faire ce qu'ils ont à faire, à passer devant Jack et moi sans se mêler de nos affaires. Je m'assois totalement anéantie, prends un mouchoir dans mon sac à main et le mets devant mes yeux. Tout en tremblant et tout en sanglotant, je répète en murmurant :

- Une putain ?! Une putain ?! Une putain ?!


Je n'ai plus envie d'aller aux toilettes pour m'isoler car de toute façon Jack va me rattraper encore une fois. J'abandonne donc la partie de course poursuite. Je me mords une nouvelle fois et plus cruellement les lèvres qui saignaient déjà. Je n'ai plus qu'une envie : qu'une âme charitable vienne me voir et me tue. Au moins je cesserai de souffrir. Mais je sais que personne ne viendra à mon secours. une chose est sûre, je n'ai plus envie de hurler et de crier, j'ai envie d'évacuer ma détresse et ma douleur par le sang, les larmes et seule. Je sais que Jack n'est pas cruel au fond mais ses manières de penser et d'agir le sont vraiment. Et plus particulièrement celles d'aujourd'hui ?!!!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Jack Sutton 





• • • • • • • • • • • • •


▌Messages : 977
▌Date d'inscription : 10/06/2012
▌Métier : Agent FBI spécialiste en explosifs// Chef intérim
▌Avatar : Keanu Reeves


MessageSujet: Re: Quand le passé revient (Elisabeth) Dim 28 Juil 2013 - 22:06

Ok je pouvais prendre ses insultes aussi cruelles que vraies. J'étais un salaud, un connard, un pauvre type sans cervelle, j'étais prêt à les entendre. Comment je pouvais savoir moi qu'elle m'aimait?? J'étais nul en matière de sentiments! Les filles qui me draguait je les voyaient à peine et encore il me fallait presque un claque derrière la tête pour que je m'en aperçoive. De plus dire ce que je ressentais à une fille c'était une véritable montagne la preuve il a fallut la naissance de ma fille pour enfin dire à Nolène que je l'aimais et que je n'avais jamais arrêter de l'aimer...quand je vous dit un con! Ok la gifle je n'y comprenais pas grand chose mais elle se permit de m'exploser à la figure et sérieusement je mit les mains dans mes poches.

Elle continua sur un ton rageur, colérique et ses yeux étaient vrillés au miens. Je trouvais plus sage de fermer ma gueule le temps que l'orage passe. Cependant je tiltai carrément quand elle me dit que j'avais fait d'elle une putain. Là, je croisai mes bras sur mon torse et mes yeux, je le savais, passait du brun foncé au noir nuit. Je pinçai les lèvres car si je disais quoique se soit maintenant je la secouerai comme un prunier. Les clients passaient entre nous et certains, autant hommes que femmes, me dévisageaient avec un regard dur presque meurtrier. Bordel!! mais je lui ai rien promis!! Je lui ai fait miroiter aucun avenir entre nous!! JU'étais trop fou de douleur pour m'occuper d'une possible relation. Pour moi jamais je n'aurais de relation avec une autre femme tellement je l'aimais. Ma seule idée au départ était de creuser un trou et me laisser crever mais mon partenaire de l'époque m'a pris en charge.

Enfin je revint à Elisabeth qui était en pleurs assise devant moi en répétant un seul mot. Normalement je ma serais assis à ses côtés et je l'aurais serré contre moi pour la réconforté mais là j'étais trop en colère.

- Ça va t'a terminé? dis-je sèchement

Je restai devant elle les bras croisé sur ma poitrine la fixant durement. Une chance que c'était une fille car si ça avait été un mec il aurait eu mon poing en pleine figure!!

- Je ne t'ai jamais rien promis ni même fait miroiter un avenir entre nous. Comment je pouvais savoir moi que t'allais tomber amoureuse d'une loque humaine comme j'étais à l’époque?? Il y a pas une fille dans le monde qui s'attache à un mec qui ressemble à rien!

Non mais c'est vrai! Il n'y a pas une fille en ce bas monde qui veut s’embarrasser d'un mec qui est carrément dépressif et qui ne vois rien de beau en la vie. C'est pas possible je nageais en plein délire là!

- Puis tu n'est pas une putain et je ne t'ai jamais traité comme tel! Tu vas retirer tout de suite ce mot de ta bouche. Je suis peut-être un salaud, un connard de la pire espèce mais si je suis fier d'une chose c'est bien de ne pas t'avoir traité en pute ou en salope. Puis... je vais dire comme toi, je n'aurais jamais du aller cogner à cette porte!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Quand le passé revient (Elisabeth) Lun 29 Juil 2013 - 14:47

Je suis tellement blessée que je ne m'aperçois pas vraiment ce que je disais ! Suis-je vraiment une putain ? Non pas vraiment mais là c'est que j'ai atteint le sommet ! Si Jack m'avait laissée faire, je me serais calmée et on aurait pu avoir une discussion disons plus saine et plus tranquille... Là il a forcé les choses en ne me laissant pas tranquille cinq minutes. Je continue à pleurer en répéter inlassablement et en murmurant le mot fatidique. Je finis néanmoins par me calmer partiellement. Je sèche mes larmes et me mouche. Toutefois je garde la tête baissée.

Je m'en moquais un peu des passants jusqu'à ce que l'un d'entre eux vienne nous voir et donner une leçon de moral à Jack. La colère refait surface soudainement et je dis d'une voix agressive au donneur de leçon :

- Foutez-nous la paix donneur de leçon ?!!! Cela ne vous regarde pas ?!!!

Je n'en pouvais plus et je me lève pour marcher un peu. Je reprends un mouchoir et finis de me moucher. Je me tourne vers le donneur de leçon et le regarde d'un air plus que mauvais. Vous avez compris ce qui se passe là ? Non ? Vous en êtes sûrs et certains ? Allez quoi ?!! Ne me faites pas croire que vous êtes comme cet idiot ?!!! Pfffff !!! OK ! Je vais vous le dire : quand un couple qui est séparé et qui se dispute, la règle de politesse consiste à ne pas se mêler de ses affaires, sauf s'il y a un vrai danger ! Mais là il n'y en a plus aucun. J'ai vidé ce que j'avais dans la tête. Attention, je n'ai pas dit que je pardonnais Jack, il me faudra du temps pour cela, le temps que je me reconstruise en fait.

A ce propos Jack m'a demandé si j'avais fini, je ne réponds pas. Mes lèvres saignent tellement et ma douleur psychologique fait place à la douleur physique. Je regarde mes mains et vois qu'elles saignent, de même que je sens une sacrée brûlure au niveau des lèvres. Je porte une de mes mains à ces dernières et regarde mes doigts : ils sont tâchés de sang. Je me maudis mais en même temps je me comprends.

Mon ex me parle du passé, je l'écoute pour la première fois depuis tout à l'heure. Je le laisse exprimer le fonds de ses pensées et je lui réponds plus calmement :

- On n'arrêtait pas de nous disputer et quand tu as dit que tu ne pouvais plus continuer, c'était toujours pendant nos disputes et pourtant tu étais revenu. Je ne t'ai pas pris au sérieux cette fois-ci...

Je tilte quand il me dit les mots "loque humaine". Je le regarde fixement et je lui dis :

- Une loque humaine dis-tu ?!

Je reste scotchée ! Comment lui pouvait-il dire une chose pareille ?!! Je fronce les sourcils et lui dis :

- Toi ?! Tu me demandes de retirer le mot "putain" de ma tête, encore faut-il que tu me donnes une bonne raison de ne pas penser à ça !

Je prends une respiration qui est saccadée mais enchaîne toujours aussi calmement :

- Mais toi Jack, je peux te garantir que tu n'étais pas une loque ! Tu étais en détresse après la perte de ta fiancée et de ton bébé ! Et ça c'est une sacrée nuance !!! Je ne me serai pas permise de prendre une loque chez moi et coucher avec ! Alors toi aussi retire ce mot de la tête ?!

Il me rend la monnaie de la pièce, furieux et je me contente de dire en haussant les épaules :

- Si tu m'avais laissée aller m'isoler cinq minutes seule, je ne t'aurais pas craché toutes ces horreurs en pleine face... et surtout on aurait pas eu cette énième dispute au milieu de tous les passants. Car, et s'il te plaît laisse-moi finir, je me serais calmée.


Je soupire et ajoute :

- Cela dit, cela ne signifie par pour autant que je n'aurais pas pensé un mot de ce que je t'ai dit, mais cela veut dire que j'aurais mis plus de pondération dans mes paroles.

Je le regarde droit dans les yeux et conclus :

- Maintenant que j'ai en partie vidé mon sac à venin, je te laisse vider le tien.


Je mets mes mains ensanglantées dans les poches de mon blouson beige dont le col et la partie supérieure de la fermeture éclaire est en sang et j'attends patiemment. Je veux entendre toutes ses critiques et qu'on en finisse une fois pour toute.

Après j'irai voir mon opérateur téléphonique pour faire ce que j'ai à faire. En tout cas, je me sens légèrement mieux mais il me faudra du temps quand même pour me reconstruire et connaissant Jack, bien qu'il soit furieux, blessé..., il ne va pas quitter ce lieu sans me demander de le pardonner.

Mais ce n'est pas à l'ordre de ce moment précis, aussi je me mets en mode ON "écoute attentive" et je réfléchirai au pardon plus tard.

(J'ai préféré faire baisser la tension de mon côté. Ne crois pas qu'Elisabeth va pardonner Jack tout de suite, mais elle cherche à apaiser l'atmosphère - déjà bien électrique je trouve - en laissant parler ton personnage.)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Jack Sutton 





• • • • • • • • • • • • •


▌Messages : 977
▌Date d'inscription : 10/06/2012
▌Métier : Agent FBI spécialiste en explosifs// Chef intérim
▌Avatar : Keanu Reeves


MessageSujet: Re: Quand le passé revient (Elisabeth) Mar 30 Juil 2013 - 5:23

Sérieux là j'avais envie de lui foutre une baffe juste pour qu'elle reprenne ses esprits. J'avais l'impression d'être la pire merde des hommes alors que je n'avais pas fait quelque chose qui vaille cette explosion de colère. Sérieux je me retenais pour ne pas la plaquer au mur et lui gueuler dessus en lui promettant une claque si elle se calmait pas. Mais je pris une grande respiration pendant qu'un passant se donnait le droit de me faire la morale. Je tournai la tête lentement vers lui et dardai mes yeux d'ébène dans les siens lui faisant comprendre de battre en retraite et également sur les paroles virulentes d’Élisabeth. Je me replantai devant elle et la laissai me parler et plus elle me parlait plus je sentais la colère vibrer en moi telle les cordes d'une contre-basse.

Je me retenais au mieux mais là s'en était trop. Quand elle termina et me fixa je devais me retenir pour ne pas hurler mais là s'en était trop. J'étais pas un salaud quand même!! J'étais gentil bon peut-être pas dans ce cas-ci mais quand même!!

- Ok là tu me laisse parler et si tu me coupe la parole de te traine jusqu'à ma bagnole ou tu devras m'écouter! dis-je fermement

Je sentais ma respiration s'accélérer et mon coeur battre fort, tellement que j'étais certain qu'elle en entendait les battements.

- D'abord oui j'étais une loque! Je venais de perdre ma fiancée et le bébé qu'elle portait. Je l'aimais comme un fou et la seule idée de vivre sans elle m'était insupportable! Je n'étais rien d'autre qu'un homme rempli de souffrance ma vie ne valait rien! Oui j'étais une loque et pas une fille au monde ne serait tombé amoureuse de cet homme qui ne pensait qu'à rejoindre sa femme. PAS UNE! Tu dis que je n'étais pas une loque et pourtant! dis-je en émettant un rire narquois, J'en étais une et tu l'a pas seulement laissé entrer chez-toi mais il a été dans ton lit!!

Je m'approchai d'un pas les bras toujours croisé sur ma poitrine. J'étais ivre de colère, jamais je n'avais ressentit une rage aussi forte... enfin pas depuis que Dexter m’ait fait suspect dans une affaire de meurtre.

- Je ne t'ai jamais rien promis, je ne t'ai jamais fait miroiter un possible avenir avec toi. Tu as fait ça toute seule et comme une grande! Oui on se disputait souvent, oui je t'ai dit plusieurs fois que je ne pouvais plus continuer. Je suis parti oui parce que je ne pouvais pas t’imposer MA douleur MA souffrance. Comment je pouvais savoir moi merde que tu m'aimais? J'ai toujours été honnête avec toi, je t'ai toujours bien traité mais visiblement pas assez puisque je suis qu'un connard de salaud à tes yeux!!

Je serrai les mâchoires je voyais rouge carrément. Les passants nous évitaient et bien tant mieux parce que si un p'tit con était venu nous déranger je crois que je l'aurais éclaté en morceaux avant de le déchirer comme un morceaux de papier.

- Ensuite tu débarque ici en pensant que je suis rester seul. Tu me fais une scène pas possible parce que j'ai une copine et un bébé!! Putin mais t'a quoi dans le crâne?? Que je suis resté chaste jusqu'à ton retour en me disant "Enfin elle est là?" Merde mais j'ai une vie, un boulot que j'aime et des femmes j'en ai pas eu à la tonne comme tu semble peut-être le penser. Je viens à peine de me remettre de mes blessures. Je viens à peine de me rendre compte que le soleil brille pas juste pour les autres mais pour moi aussi!

Je la dévisageai blanc tellement j'étais furax! Mon coeur ne cognait plus il tentait désespérément de sortir de ma poitrine. Je sentait une veine dans mon cou battre au rythme de mon coeur.  

- Tu peux dire ce que tu veux de moi je m'en fiche! Je suis un salopard ok. Un gros connard qui a profiter de toi d'accord. Mais t'avise surtout pas de t'approcher de Nolène ou de ma fille tant que tu croiras que je me suis joué de toi sinon là tu auras affaire à moi. C'est pas que des mots... c'est une promesse.

Et j'étais sérieux. Si jamais Nolène me parlait d'une quelconque jeune femme rousse qui semait le trouble entre nous je m'arrangerai avec elle. J'avais retrouvé Nolène et je comptais bien la garder...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Quand le passé revient (Elisabeth) Mar 30 Juil 2013 - 14:50

Bon je reconnais là mes torts ! J'ai imaginé les choses comme Jack vient de me le dire, mais quand on a une relation passionnelle avec un homme, le jugement et la raison cesse de jouer leur rôle. On s'est brûlé les deux ailes Jack et moi et il est temps pour nous de tourner la page.

Il me hurle dessus comme je l'ai fait et il me fait bien comprendre que c'était terminé entre nous. Il n'y a pas de doute là-dessus mais ça je l'avais bien pris en compte avant qu'il me parle dans le centre commercial. Je l'écoute attentivement et prends note sur certaines choses. Je ne lui coupe pas la parole à aucun moment. Je le vois qui tremble comme j'ai tremblé il y a à peine dix-quinze minutes. Sa rage est restée à travers sa gorge. Je ne peux que le comprendre. Mais quand je lui ai dit que j'aurais pris mes précautions s'il m'avait laissée m'isoler quelques minutes, j'ai été plus que sincère.

J'attends donc qu'il ait tout déballé, m'assure qu'il ait bel et bien fini et lui dis calmement :

- Avoue que ça t'a fait du bien de me parler ainsi Jack ?!

Je ne souris pas mais je le regarde :

- En revanche, je suis désolée mais non tu n'étais pas une loque humaine. Enfin bref ! On ne va pas ressasser le passé éternellement, car tu ne m'as rien appris de neuf. Aurais-tu oublié que tu m'avais déjà raconté cette sinistre et tragique histoire de ta fiancée et du bébé que toi et elle attendiez avec amour le fameux jour de notre rencontre ?

Je soupire et lui dis :

- Désolé si je suis parue plus qu'odieuse à tes yeux mais quand je t'ai dit, il y a à peine quelques minutes, que si tu m'avais laissée m'isoler un peu, le temps que je me calme, je ne t'aurais pas craché toutes ces horreurs à la figure. Et quand je te dis ça Jack, je suis sincère. Et non tu n'es pas un salaud Jack mais j'aurais apprécié que tu me le dise... disons... autrement.


En repensant à sa menace, je lui dis juste :

- Pas la peine de me menacer Jack, en outre, on est deux à bosser pour le FBI, trois si je prends en compte ta Nolène chérie. Bon c'est sûr, on ne va pas s'entendre à merveille elle et moi dans les premiers temps, mais ça viendra. Du moins je l'espère.


Je regarde ma montre et vois qu'il est à présent 17h. Je lève mon regard pour croiser celui très en colère de Jack et lui dis toujours aussi calmement :

- Ça ne servira à rien de prolonger notre dispute... Fais donc ce que tu as à faire et oublie-moi d'ac ? Je vais faire de même de mon côté ! Et si nous devons travailler ensemble à l'avenir, tâchons de le faire en bonne intelligence.

Je commence à faire un quart de tour pour me diriger vers la boutique de mon opérateur téléphonique. Je prévois, non sans un certain déchirement au cœur, de supprimer le numéro portable de mon ex, car je ne serai plus tentée cette fois-ci et de couper mon ancienne carte SIM pour marquer le coup.

(Super ton récit ! On voit jusqu'où va le mode ON "Je te rentre dans le lard" de Jack !)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Jack Sutton 





• • • • • • • • • • • • •


▌Messages : 977
▌Date d'inscription : 10/06/2012
▌Métier : Agent FBI spécialiste en explosifs// Chef intérim
▌Avatar : Keanu Reeves


MessageSujet: Re: Quand le passé revient (Elisabeth) Mer 31 Juil 2013 - 20:54

Quand elle me dit si ça me soulageait de lui parler ainsi j'avais une envie là subite de lui flanquer une raclée. Dieu sait que je ne suis pas violent avec les femmes, mais le ton disons presque frondeur, attisa les braise de ma colère. Je pinçai les lèvres ne voulant pas exploser de rage ici. Elle avait beau me dire que j'étais pas ceci mais plus cela je savais ce que j'étais à cette époque. J'avais pas une enfance et une adolescence facile donc je crois que je me connaissais bien et à savoir quel genre d'homme et de personne j'étais. Je ne voulais pas ressasser ses vieux souvenirs. C'était une des raison de notre rupture à moi et Nolène et par peine ou simplement en voulant tourner la page, j'avais rangé la photo de Julia et moi dans un album et je l'ai remplacé par une de Nolène et notre fille promesse d'un jour meilleur.

Elle me débita encore une fois, un long monologue en me reprochant presque que j'étais la cause de cet esclandre!! Putin et puis quoi encore? Elle savait comment j'étais non? Je lâchais pas facilement, j'aimais pas voir les gens souffrir, et encore moins les femmes, donc je m'employais à régler les problèmes le plus rapidement possible.

- Attends une minute!! Tu met sur MA faute TON impossibilité à te contrôler?? Non ça oublie! Je voulais seulement t'expliquer et toi tu m'a abreuver de saloperies, que tu devais penser d'ailleurs! Ne dis pas le contraire! tu sais comme moi que dans le métier que l'on fait c'Est toujours sous le coup de la colère qu'on en sait le plus. Donc tu le pensais... es au moins la décence d'être franche sur ce coup!

Je ne voulais pas m'emporter mais là c'était un une valve ouverte et j'avais du mal à la fermer ou du moins me calmer. J'étais tel un volcan en éruption crachant sa lave pour tout détruire et mieux reconstruire. Elle m'avoua ensuite qu'elle et Nolène ne s'entendraient pas au début mais que ça allait venir par la suite. Génial!! Eli et No qui bosse ensemble dans la même équipe. No serait jalouse sauf... si je lui tait la relation. Puis bon Elisabeth ne le ferait surement pas non plus, quel intérêt aurait-elle à gagner sauf ma grande colère? Non sur ce coup j'étais tranquille.

- Tu m'étonnes, l'atmosphère sera tendu et la connaissant... elle t'aimera pas beaucoup non plus. Puis désolé pour mon emportement mais sache que je ne prends aucunes de tes critiques. Que tu les penses ou non je m'en fous. Je n'en prends aucun parce que je sais qui je suis. à nous voir maintenant je regrette d'avoir été cogné à ta porte, d'avoir demander un semblant de réconfort et d'avoir laisser mes... pulsion prendre le dessus.

Je réalisai ce que je disais à peine les mots sorti de ma bouche. C'était vache, cruel et insensible mais c'était en quelque sorte ma réponse à ses insultes, et ses coups et de m'avoir fait passé pour un gros connard. Je me redressai la tête droit également en prenant une grande inspiration. Je savais que je l'avais blessée mais j'étais partagé entre m'excusez d'avoir dit des trucs horribles ou simplement me réjouir. J'étais un bon gars, pas ce que j'étais là....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Quand le passé revient (Elisabeth) Dim 11 Aoû 2013 - 18:14

Ses paroles m'atteignent comme une balle mais en même temps je l'ai bien méritée. Sans dire un mot supplémentaire, j'entre dans la boutique de mon opérateur. Un des commerciaux me demande ce que je veux. Je lui explique :

- Bonjour Monsieur ! Pourriez-vous, s'il vous plaît, me créer une autre ligne et la mettre sous liste rouge ?


Le commercial me répond :

- Bon entendu Madame ! Quel est votre nom et quel est votre date de naissance s'il vous plaît ?


Je lui donne toutes les informations. Pendant ce temps-là Jack se calme et se dirige vers moi mais je ne le regarde pas car mon attention est fixé sur mon téléphone et sur le commercial.

Le commercial me pose enfin la question suivante :

- Bon je vois que vous n'êtes plus reliée à votre ancien forfait et comme il est encore proposé, je vous garde le même. Mais pourrais-je, s'il vous plaît Madame, savoir ce qui se passe sur votre ligne actuelle ?


Je lui explique que je subis depuis des mois un harcèlement fait par une femme. Sur quoi il commence à me dire de porter plainte au centre de police et qu'il ne peut rien faire pour le moment. Je sors ma plaque d'agent du FBI et lui dis en douceur :

- Et ça ? Ca ne vous suffit pas ?


Le commercial regarde ma plaque et me dit que c'est bon, qu'il va procéder à l'ouverture de ma deuxième ligne et de la mettre sous liste rouge. Pendant ce temps, je transfère certains numéros de ma carte SIM à mon téléphone. Je sens l'odeur et le souffle de Jack sur ma nuque, sans me tourner vers lui j'exclus d'office quelques numéros : Camille cette pseudo-sœur, quelques autres personnes et... Jack Sutton.

J'entends un petit cri derrière moi mais je m'en moque un peu et quand le commercial me dit que tout est prêt, je lui tends mon téléphone, après avoir préalablement revérifié que je n'ai oublié aucun autre numéro à balancer à la poubelle, et lui demande de transférer les numéros qui sont sur mon portable sur la nouvelle carte SIM. Le commercial fait ce que je lui ai demandé d'effectuer, me redonne le portable et mon ancienne carte SIM. Je revérifie encore une fois, que tout est parfait, puis range mon portable dans mon sac à main. Je prends ensuite l'ancienne carte SIM, demande au commercial :

- Auriez-vous, s'il vous plaît Monsieur, une paire de ciseaux ?


Il m'en tend une, je le remercie et prends la paire. Je me retourne et vois un Jack qui est à mi-chemin entre le malaise et la tristesse. Je ne dis pas un mot et sous ses yeux coupe l'ancienne carte SIM. Son numéro est peut-être voire sans doute encore bon, mais je ne veux plus être tentée. Je rends la paire de ciseau au commercial.

Je règle le commercial qui me donne le nouveau contrat contenant mon nouveau numéro de téléphone portable. Je n'ai pas l'intention de le donner à Jack. Entre lui et moi, c'est terminé. Je soupire en prenant le sac et me rend à l'extérieur pour rentrer chez moi. A la sortie de la boutique, je me retourne vers Jack qui me suit et lui demande :

- Oui Jack ?

Je le regarde sereinement mais affiche quand même que je suis blessée. S'il me demande pourquoi j'ai fait ça et quel est mon nouveau numéro, je lui dirai les choses telles qu'elles sont mais avec plus de soin que tout à l'heure. Une chose est sûre, j'ai brisé quelque chose en lui en faisant ce geste-là.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Jack Sutton 





• • • • • • • • • • • • •


▌Messages : 977
▌Date d'inscription : 10/06/2012
▌Métier : Agent FBI spécialiste en explosifs// Chef intérim
▌Avatar : Keanu Reeves


MessageSujet: Re: Quand le passé revient (Elisabeth) Sam 17 Aoû 2013 - 22:14

Je l'ai suivi sans vraiment savoir pourquoi et je reste sur le seuil de la boutique comme un con la regardant mais surtout me demandant ce que je pouvais dire pour qu'elle me laisse en paix et surtout que Nolène le sache jamais de sa vie. Ouais bien je me pèterais la pire crise de jalousie au monde!! Elle est gentille ma Nono mais quand une fille me rôde autour (et qu'elle ne connaît pas) bonjour l'engueulade! Non si Nolène ignorait tout tout irait bien.

J'écoutais à peine ce qui se passait à l'intérieur mais je revint à moi en la voyant passer les ciseaux dans une carte et sérieux chaque "clip-clic" des lame me rendait triste... don plutôt nostalgique. Je savais qu'elle faisait ça en réponses à mes insultes mais aussi parce que je lui avait quand même fait de "rentre dedans" je la regardais donc faire et finir par déposer les morceaux de plastique sur le comptoir. Inconsciemment j'avais avancé et quand elle me parla je l'écoutais à peine et je saisi quelques morceaux et la regardai longuement.

- Je t'aurais laisser tranquille de toute façon Eli. Je suis pas du genre harceleur, puis non je te demanderais pas ton numéro. J'ai une femme extraordinaire qui m'aime et une petite fille parfaite. Mais comme je connais Nolène, je ne tiendrais pas longtemps si elle apprend ton existence. Bonne journée.

Je fis tomber les morceaux de plastique lentement avant de lui jeter un dernier regard et de m'en aller d,un pas ferme vers la sortie. Là encore il fallait que je regagne ma voiture et tenter de faire voir à Nolène que j'étais aussi content et heureux qu'à mon départ.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Quand le passé revient (Elisabeth) Sam 17 Aoû 2013 - 22:23

RP TERMINE
Revenir en haut Aller en bas

 Contenu sponsorisé 





• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Quand le passé revient (Elisabeth)

Revenir en haut Aller en bas

Quand le passé revient (Elisabeth)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Quand le passé revient nous hanter
» QUAND LE PASSE RESURGIT ^
» Quand le passé vous ratrappe, il ne pardonne pas!
» Quand le passé devient un ennemi.
» Les bleus premiers pas dans la police - quand le passé change l'avenir - Yann/Kévin - PG 13
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Criminal Minds :: Divers :: RP terminés (ou abandonnés)-