Le forum ferme ses portes après 5 longues années d'existence.
Merci à vous tous de nous avoir suivi et qui sait, à bientôt sur d'autres forums ♥

Partagez|

La chance tourne pour ceux qui le mérite.. ( PV Harry et Jack )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: La chance tourne pour ceux qui le mérite.. ( PV Harry et Jack ) Dim 23 Juin 2013 - 19:46

 Voilà maintenant plusieurs jours que Sury s'est enfuie pour retrouver une vie à peu près normale. Pour le moment Sury vit au jour le jour, ne sachant pas de ce que demain est fait. Après êtres partie en blessant l'homme qui l'accompagnait, Sury avait demandé à un routier de la déposer un peu plus loin que Santa Fé. Heureusement qu'elle est tombée sur un homme bon sans arrière pensée. La fatigue avait commencé à se faire savoir, ses paupières étaient devenues de plus en plus lourdes elle peinait à rester éveillée. C'est la peur et la douleur qui la gardaient à moitié consciente, en échappant à son tortionnaire Sury s'était foulée la cheville gauche, une douleur qui remonte le long de son mollet, une douleur qui lui tapa au coeur. L'homme s'arrêta dans un restaurant routier et sortit un sourire a Sury, il partit chercher à manger pour eux deux, sachant que la jeune fille n'avait aucun argent sur elle. Dans le camion elle regarda son reflet dans la vitre à sa droite, ce qu'elle voyait lui donna mal au coeur, elle ne se reconnu pas, comment en est-elle arrivée là ? Le visage creusé par la fatigue, le stress et les coups. Depuis son évasion Sury s'est emmurée dans un silence profond, elle n'avait confiance en personne.

Quelque chose attira son attention dans le rétroviseur côté passager, une voiture noire aux vitres fumées vint se garer à proximité du camion où elle était. Quand un homme en sortit, Sury le reconnu immédiatement, il la tenait captive dans cette maison close, mais comment a-t-il pu la retrouver aussi facilement ? Son coeur s'accéléra elle enjamba le frein à main et sortit du côté conducteur s'accroupissant pour ne pas se faire repérer. Sury ne pouvait pas courir trop vite, sa jambe gauche lui faisait mal. La chance tourna enfin non loin du restaurant se trouva une gare, elle courut tant bien que mal jusque là-bas mais l'homme qui la rechercha l'aperçut, il courut après elle, il l'attrapa fortement par le bras, elle se rebiffa et lui donna un coup de poing violent. Elle attrapa un bout de bois usagé qui se trouva sur le sol et ne lui laissa pas le temps de se remettre du coup qu'elle l'assomma. Elle courut jusqu'à la gare, une petite télé se trouva perchée sur un poteau sur le quai. Le train avait pour terminus San fransisco, des flashs lui revinrent à la mémoire. Elle dans son jardin avec son papa, sa maman et son petit frère, elle jouait au foot avec eux et sa mère venait leur apporter de la citronnade faite maison. Des larmes roulèrent sur ses joues, elle n'aurait plus jamais des moments comme ce fameux jour avec eux. Elle attendit que le train reprenne sa course pour monter dans un wagon de marchandise, elle vit l'homme qui arriva en titubant, en criant " On t'aura Salope !!! Tu nous échapperas jamais !!! "

Sury se cala entre plusieurs sacs, elle s'adossa à l'un deux et remonta son pantalon pour voir l'état de sa jambe. Son mollet était rouge comme la braise et très chaude, le bas de son mollet et sa cheville avait un peu gonflé et une bosse s'était formée derrière sa jambe, peut-être une fracture..Elle éclata en sanglot et finit par s'endormir. Elle se réveilla plusieur heures plus tard, elle ne pouvait plus bouger sa jambe, un hématome s'était formé il était de couleur violette. Elle se traîna vers une caisse en bois où elle cassa un bout de bois pour faire office de scalpel et ouvrir l'hématome pour laisser le sang couler. Elle n'était pas médecin ni même infirmière mais elle savait qu'elle ne pouvait pas rester comme ça, elle comprit que ce n'était pas sa cheville qu'elle avait foulée mais sa jambe. Elle laissa le sang couler et fit un garrot avec un bout de son tee-shirt, elle serra de toutes ses forces. Elle ouvrit la porte du wagon car le train venait de s'arrêter. La gare où elle venait d'accoster, était grande elle sortit quand le contrôleur rentra dans la gare et sortit de la gare en traînant sa jambe. Elle regarda la façade de la gare, une immense horloge y était posée en hauteur, elle regarda les pancartes et reconnut les rues avoisinantes elle était de retour chez elle, dans la ville où elle avait laissé ses parents et son petit frère, elle avança dans les rues toujours en titubant. Elle s'arrêta sur un banc et souffla. Elle était enfin libre depuis toutes ces années d'enfermement. Des gens passèrent devant elle en la dévisageant, elle était pas très bien habillée et du sang coulait de sa blessure au mollet, elle décida de se rendre dans la maison où elle a grandit avec une seule pensée en tête retrouver son père. Il ne pouvait-être que là-bas.

Elle marcha une bonne trentaine de minutes, elle ignora combien de temps elle était restée dans ce train. Elle ne portait aucune montre et n'avait aucun téléphone pour se repérer. Elle se rappela la maison de son enfance, une grande maison blanche avec un joli jardin à l'arrière, une balançoire et une piscine gonflable quand il fait très chaud. Elle marcha le coeur serré jusqu'à ce que soudain elle aperçut cette fameuse maison, elle accéléra le pas. Elle se retrouva devant le portail, mais visiblement personne n'y vivait, il n'y avait aucun rideaux aux fenêtres, la maison n'était plus si blanche mais salie par la poussière et par le temps. Peut-être que son père n'avait plus l'envie de faire le ménage. Elle se retrouva devant la porte blanche munie d'un toquet noir, elle tenta d'ouvrir la porte d'entrée mais celle-ci ne s'ouvrit pas. Elle chercha dans l'un des pots de fleurs, en dessous de certains cailloux et trouva une clef, son père l'avait peut-être laissé ici au cas où. Elle entra la clef et tourna la poignet, elle fit quelques pas à l'intérieur, les meubles étaient recouverts de draps blancs, elle monta les escaliers qui la séparaient de sa chambre. Elle passa devant celle de son défunt frère, quelques jouets ce trouve encore sur le sol, la chambre n'avait pas été dérangée. Sury ne put contenir son chagrin et s'effondra sur le sol. Elle ne savait plus quoi faire, la vue de cette maison, des affaires de sa mère et son frère la ramena à la triste vérité qu'il n'était plus de ce monde... Elle comprit que son père n'était plus là, qu'il avait peut-être refait sa vie et l'avait complètement oubliée. Elle se releva se tenant à la rambarde des escaliers, elle parcourut toutes les pièces...


Dernière édition par Sury Margaret Hudson le Lun 24 Juin 2013 - 8:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Jack Sutton 





• • • • • • • • • • • • •


▌Messages : 977
▌Date d'inscription : 10/06/2012
▌Métier : Agent FBI spécialiste en explosifs// Chef intérim
▌Avatar : Keanu Reeves


MessageSujet: Re: La chance tourne pour ceux qui le mérite.. ( PV Harry et Jack ) Lun 24 Juin 2013 - 7:27

Un appel, cet appel!! Une sonnerie et une nouvelles que nous n'espérions plus tellement les pistes. Mon informateur m'avait assuré que Sury avait quitté ses ravisseur qui était à Santa Fe. Je tremblais d'excitation tellement j'étais content de la nouvelle. Je pris immédiatement des congés pour pourvoir aller chercher la petite... enfin maintenant jeune femme. 12 ans, 12 ans de dur labeur. J'avais raccroché avec mon indic qui m'assurait qu.il allait suivre la piste pour ne pas la perdre. Je pris un sac et fourrai des vêtements un peu épars mais sombre pour éviter de me faire coincer. Je devais avertir Harry... mais il prendrait la nouvelle comment?

 Je m'assied un moment sur mon lit mon cellulaire entre les mains. Est-ce que je devrais l'appeler? Ouais et qu'il claque dans son gym? Je devais aller là-bas, lui dire en face... au moins s'il arrivait quelque chose je serais là.

 - Harry? C'est Jack. Tu es libre il faudrait que je te parle de boxe... Ok j'arrive.

 De boxe! Quel nom d'indice de merde j'avais trouvé!! Comme on avait peur que nos lignes soient possiblement sur écoute j'avais trouvé ce mot de passe débile pour dire que c'était de Sury que je voulais lui parler. Une fois sa réponse je fourrai le tout dans ma bagnole et conduisit vers le gym de Harry. Enfin nous aurons sa fille, enfin il pourra la serrer dans ses bras. Sa longue attente et sa quête arrivait à sa fin. Direction Santa Fe! Nous nous relayons le volant avec le folle espoir de voir Sury surgir devant nous. Enfin nous retrouvâmes le paysage de Santa Fe et aussitôt je me plongeai dans mon rôle d'agent, devant protéger la victime mais surtout Harry qui était près à claquer tout le monde. Je descendis de la voiture la ou mon indic m'avait donné rendez-vous.

 - Harry tu écoute ce que je te dis d'Accord? Là le patron c'est pas toi mais moi, sinon tu te fera sauter la cervelle et tu ne pourras pas revoir ta fille.

 Un voiture arriva et un homme basané en descendit et salua les deux hommes. La nouvelle qui s'ensuivit anéanti Jack. Plus à Santa Fe... Elle était ou là?? Jack se pinça les lèvres car il ne pouvait gueuler dessus à sa guise au risque de le bruler et ainsi bye-bye les infos!

 - Tu m'avais dit qu'elle étais ici bordel... dit-il entre ses dents serrées.

Indic: - Oui je sais Jack mais j'ai perdu sa trace. Elle est rusé quand même la petite.

 - Ouais mais là on fait quoi? J'ai pas traversé la moitié du pays pour retourner sans la petite. T'a une idée Harry de où elle pourrait être?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: La chance tourne pour ceux qui le mérite.. ( PV Harry et Jack ) Lun 24 Juin 2013 - 11:44

Je m'étais remis de mes petits soucis de santé que j'avais rencontré dernièrement, j'avais accepté de suivre un petit traitement pour mon cœur, pas plus, mais mon médecin prenait déjà ça comme une grande victoire. Moi j'en avais pas grand-chose à foutre, ok je m'étais fait engueuler par pas mal de monde, Jack le premier, mais aussi pas mal de mes autres amis proches de moi et même Amoryne s'y était mêler de son petit grain de sel. Ok pour eux je voulais bien faire un effort. Mais à quoi ça rimait tout ça ? Qu'est-ce que j'espérai encore de la vie à mon âge ? Là où il n'en restait déjà plus rien. Les jours passaient et Sury s'éloignait de moi passant peu à peu dans le monde des fantômes. Je m'étais toujours battu, je n'avais pas cessé en 12 ans, j'y croyais encore, mais je crois que je perdais de mes forces. Et cette crise cardiaque à la con le prouvait bien. J'étais peut-être arrivé en fin de course, c'était peut-être comme ça que c'était prévu que ça finisse. Tout ce que je pouvais espérer maintenant c'est que de l'autre côté je retrouve ceux qui depuis si longtemps m'ont été enlevé, et que je puisse savoir où est ma fille après ma mort.    

Voila toutes les choses à laquelle je pensais en faisant ma paperasse ce soir-là dans mon bureau du club qui était fermé depuis bien une heure. Mon regard lorgnait avec envie les gants de boxe rouges qui trônaient sur le mur, accroché à leur clou. J'avais une folle envie de m'en servir et de frapper jusqu'à que mort s'en suive sur le premier truc qui me passerait sous la main, j'étais en manque. Mais le docteur avait dit patience et prudence… Je haïssais ce toubib. Bon, le bon point c'était que je n'étais pas interdit de boxe, mais que je ne devais pas m'entrainer seul en tout cas. Et là j'étais seul… Je soupirai et me replongeai dans mes papiers au moment où la sonnerie du téléphone retentit, je décrochais et entendis la voix de Jack à l'autre bout du combiné, il n'eut besoin de dire qu'un seul mot, ma réponse fut immédiate et il raccrocha.  

Laissant les papiers trainer là j'ouvris le placard et pris un sac de voyage qui était rangé tout au fond, j'y enfouissait plusieurs vêtements qui trainaient là, plutôt sombres pour passer inaperçu, j'y rajoutais la trousse de soin, mon couteau cran d'arrêt et mon poing américain. Ca et quelques affaires, le strict minimum nécessaire à ce style de sortie. Puis, après avoir eu le temps de ranger mes papiers dans mon bureau, de fermer le club et de laisser une note expliquant un départ soudain, j'attendis ce qui ne tarda pas à arriver, Jack et sa voiture, je montais dedans et nous prîmes la route pour un long voyage vers le Nouveau Mexique et vers Sury. Comment je me sentais ? J'en savais rien, impatient, inquiet, en colère, effrayé, en même temps j'avais envie d'être déjà là-bas en même temps j'avais peur de ce que j'y trouverai. En même temps je voulais retrouver Sury, en même temps je me demandai comment je ferai pour ne pas tuer quelqu'un si jamais on avait osé la toucher… Ce qui était probablement le cas. Je ne devais pas penser comme ça, on avait déjà discuté de ça des centaines de fois, l'important c'était Sury, la trouver, la mettre en sécurité, avec moi elle serait en sécurité, je devais tout faire pour la retrouver, ensuite je veillerai sur elle, malheureusement pour toutes les choses passées je n'y pourrais rien, à part me venger bêtement et finir en tôle, ou même pire, mort, ce qui ne l'aiderait pas. Jack avait conscience d'une chose en tout cas, c'est que temps que Sury était en vie il pourrait contrôler la bête furieuse assisse sur le siège à côté de lui, par contre, si elle était morte, je n'aurais plus rien à perdre.  

Six états. 30 heures de route. 1 850 miles. Du 150 kilomètres à l'heure en moyenne. C'est ce qui nous séparait de Sury partie en cavale dans la nature. Elle avait de la ressource pour réussir à s'enfuir comme ça, elle n'était pas perdue, non ma Sury était encore là, malgré tout ce qu'on avait pu lui faire. On roulait sans s'arrêter, à peine de temps en temps pour manger un bout, on avait ravitaillé en vivres à une station service, et quand l'un était fatigué l'autre prenait le volant pendant qu'il dormait, et on alternait comme ça, fonçant sur les routes. Roulant toute la nuit et tout le jour, puis la nuit encore. Jusqu'enfin dans le soleil de l'aube nous atteignons Santa Fé, le Nouveau Mexique, j'étais plus proche que je n'avais jamais été de retrouver ma fille. J'étais comme un lion en cage. Rugissant de fureur.

Mais Jack calma très vite mes ardeurs, me rappelant à l'ordre, anticipant mon état de fureur intérieur qui ne demandait qu'à s'épancher de violence. J'avais retrouvé ma vigueur, et j'étais prêt à tuer avec mes poings, comme j'avais failli tuer Taylor, ce soir-là, il y a 12 ans. Néanmoins, la part encore rationnelle de mon cerveau comprenait Jack et acceptait de se plier à ses règles. Il était flic, et je savais que ses compétences seraient la meilleure de nos forces pour retrouver Sury et la ramener vivante. Ainsi j'acquiesçais d'un regard indiquant que malgré la fureur qui y brûlait il pouvait me faire confiance et que je le suivais. Parce que je lui faisais confiance justement.

Son indic enfin arriva, et là nous tombâmes de haut. Elle n'était plus ici depuis un moment, elle avait réussi à fuir ses ravisseurs, et même l'indic qui devait suivre sa piste, disparaissant dans la nature. Ma fille toute seule dans la nature dans l'état où il le suggérait… Je ne pouvais que faire confiance en ses propres capacités de survie et espérer qu'elle tiendrait jusqu'à qu'on la retrouve. Mais comment la retrouver c'était une bonne question. Et puis on ne pouvait pas non plus foncer comme ça au hasard. Jack me demanda si j'avais une idée de là où elle pourrait être j'en savais fichtrement rien.  

- Comment veux-tu que je le sache ?

M'énervai-je un poil à cran, faisant les cent pas dans le désert. Je réfléchissais, mais j'avais beau réfléchir, mon cerveau me donnait l'impression de patauger sévère. Je ramais plus que de raison. Et la raison je crois que j'en avais plus beaucoup. Ok, où irait-elle ? Où irait une gamine effrayée et blessée, poursuivie par des monstres, et qui n'avait plus rien sur quoi compter… Sauf peut-être une chose, sauf peut-être moi. Elle essayait peut-être de me trouver. Et moi je la cherchais. Où irait-elle alors ? En Virginie, on en venait, et puis comment saurait-elle ? Non, c'était stupide… Le dernier lieu où nous avions vécu tous ensemble c'était San Francisco… La maison de San Francisco. Ca faisait un bout de chemin comment pourrait-elle s'y rendre ? Elle était certainement poursuivie, mais en même temps je devais lui faire confiance, jusque là elle s'en était bien sortie pour s'enfuir d'ici.

- San Francisco… Notre ancienne maison… Si elle a l'espoir de trouver de l'aide elle ira me chercher là-bas… Sauf qu'il n'y a plus rien là-bas. Et on ne peut même pas être certains qu'elle y soit. Elle pourrait être n'importe où dans la nature…

Il était légèrement désespéré, et ça se voyait, plus encore il sentait poindre l'urgence. Il se tourna vers l'indic pour lui poser à son tour une question.

- Vous suiviez sa piste, avant de la perdre vous savez qu'elle direction elle a pris ?

L'ouest… Elle était allée vers l'ouest. Il y avait tout à parier qu'elle voulait rejoindre San Francisco, mais elle pouvait être perdue n'importe où entre les deux. Et comment s'y serait-elle rendue ? En train ? En train… Harry demanda s'il y avait une gare non loin, il y en avait bien une, mais peu probable qu'elle ait pu s'y rendre seule, c'était trop loin du lieu où elle avait été retenue… Néanmoins ils procédèrent à quelques vérifications, passant plusieurs coups de fils pour voir si on avait pas repéré sa trace là-bas. Un train était parti la veille pour San Francisco, et son signalement correspondait selon plusieurs témoins de la gare. Je n'y croyais pas, et Jack du me secouer pour me faire réagir, on devait reprendre la route et vite, ne pas rester ici.

On fonça droit sur la Californie, traversant l'Arizona et ses paysages arides, me demandant si elle n'était pas quelque part par là écroulée d'épuisement, pour parvenir aux abords de San Francisco dans l'après-midi après avoir dépassé Los Angeles un peu avant midi. Plus on approchait plus je sentais la tension monter, et l'urgence pressante surtout qui me disait que le temps qu'il nous restait été très court pour réussir à la sauver.


Dernière édition par Harry J. Hudson le Mar 25 Juin 2013 - 0:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: La chance tourne pour ceux qui le mérite.. ( PV Harry et Jack ) Lun 24 Juin 2013 - 19:59

Une maison vide voilà ce que Sury venait de découvrir, chaque  pièce était inhabitée, on pouvait resentir le vide dès que l'on franchissait une pièce.  Sury parcoura toute la maison espérant trouver des indices sur ce que son père devenait mais rien. Sa jambe lui faisait atrocement mal, elle enleva le bout de tee-shirt qui faisait office de garot pour déchirer un autre bout de l'un des draps qui recouvraient les meubles à l'abandon. Elle fit le tour de sa jambe et le serra un bon coup retenant un cri de douleur. Elle était épuisée par la douleur, la fatigue, la peur. Elle se leva et tituba tout le long du couloir au premier étage, elle descendit les long esclaiers, elle n'avait qu'une seule idée en tête celle de partir mais pour aller où ? Elle se rapella qu'elle ne connaissait personne, son père n'était plus dans cette ville, elle ne savait pas où le chercher. Elle avait qu'une seule idée à présent celle de etrouver sa mère et son frère, elle n'avait plus rien à perdre, si ces hommes la retrouverait il la tuerait. Un bruit l'avait fait sortir de ses pensées noir, une voiture noir comme celle de la gare venait de ce garer n'importe comment devant la maison. Elle les reconnu tous les deux, son coeur s'accéléra, elle savait maintenant que son heure était arrivée mais elle ne se laisserait pas faire. Elle remonta tant bien que mal au premier étage, elle sursauta quand elle entendu qu'ils venaient de défoncer la porte à coup de pied et crier son dans la maison. Avec le manque de meuble, leur voix résonna un peu partout. Un avait fouillé la cuisine, ouvrant tous les placards tandis que l'autre fouillait la salle-salon. 

Sury se rapella quand elle était plus jeune, du temps où son frère était encore de ce monde qu'elle se cachait souvent dans le contre placard du dressing de ses parents dans leur chambre. Son frère n'arrivait jamais à la retrouver, il finissait toujours par déclarer forfait. Elle entra dans la chambre de ses parents, le lit était toujours là il n'avait pas bougé depuis toutes ces années, il n'était pas l'heure aux souvenirs, il fallait qu'elle sauve sa peau. Elle ouvra la penderie et s'était accroupie en essayant de retenir ses larmes et sa douleur. Il y avait un petit loquet contre la plaque qui la séparait du double fond. Elle l'ouvrit sans faire de bruit et elle y était entrée et avait refermé derrière elle. Le double fond était étroit depuis ses 7 ans, elle avait beaucoup grandi depuis, l'endroit était devenu trop petit pour elle. Elle avait quand même assez de place, elle se colla contre le côté droit et replia ses jambes contre sa poitrine, elle pria à l'intérieur d'elle même pour avoir la vie sauve. 

Les hommes de main avaient commencés à perdre patience, l'un d'eux avait apporté une sorte de matraque et donna des coup contre les bâtis de porte en criant son prènom. Sury éspérait qu'ils ne la trouverait pas, son frère n'y avait jamais arrivait alors eux ne devraient pas y arriver non plus. Ils avaient montés les marches avec qu'une seule idée en tête trouver Sury, la ramenner et là leur patron la tuerait de ses propres mains. Sury respira par le nez et expira par la bouche, elle tentait de ralentir son coeur pour ne pas faire de bruit de respiration. Les deux hommes avaient montés les escaliers bruyammant pour faire savoir à Sury qu'ils étaient tout proche d'elle. Il ne lui resta quelques minutes avant d'être repêcher comme un vulgaire poisson dans l'eau et se ce débattra pour ne pas être enmenner. Il la frapperont surement, mais les coups elle en avait l'habitude maintenant s'était devenu quotidient. Elle se souvenait d'elle enfant, avec tout ces rêves d'avenir qu'elle s'était faite. Au début elle voulait être princesse comme toutes les petites filles de cinq ans, puis après elle voulait être boxeuse comme son papa avoir autant de titre que lui, et même devenir une championne. En une seule soirée tous ses rêves avaient été anéantie. Elle ne fairait jamais un métier convenable comme avocate ou médecin. Peut-être qu'un jour la chance lui sourira enfin...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Jack Sutton 





• • • • • • • • • • • • •


▌Messages : 977
▌Date d'inscription : 10/06/2012
▌Métier : Agent FBI spécialiste en explosifs// Chef intérim
▌Avatar : Keanu Reeves


MessageSujet: Re: La chance tourne pour ceux qui le mérite.. ( PV Harry et Jack ) Mar 25 Juin 2013 - 5:20

J'avais envie de dire à Harry de se calmer quand il me parla rudement, cependant depuis le temps que je le connaissais je savais que j'essuierais une rude rebuffade. Je me contentais donc de le regarder sans rien dire tentant de faire aller mon cerveau. Mon indic était petit, les cheveux de jais et des yeux verts perçant et il se tenait tranquille devant Harry... en fait n'importe qui se tenait tranquille devant lui. Là ce n'étais pas le boxeur qui était là mais l'homme, le père éperdu de douleur et d'inquiétude. Il eu un éclair, chez-lui à San Francisco. Pourquoi j'y ai pas pensé! C'est le seul repère qu'elle a la pauvre, elle pensait peut-être retrouver son père là!

 - Ok, Carlos, tu pars devant et on te suis. On sait pas si ses ravisseurs sont à ses trousses.

 Mon indic approuva de la tête et accorda un dernier regard compatissant à Harry avant d'enfourcher sa moto qu'il pétarder. Et Jack sauta dans la voiture et démarra en trombe une fois son ami à ses côtés.

 - On va la trouver Harry je te promet.


 Une autre promesse, la même que je lui ai faite 12 ans auparavant. Harry savait la portée de ses mots, ce qu'il représentait et pour moi et pour lui. Retrouver Sury était notre seul et unique objectif. Encore une fois nous traversions les villes tendus à l'extrême suivant de loin la moto noire et bruyante de Carlos. Mon souffle était court et à peine perceptible. Je sentais l'adrénaline courir dans mes veines, prendre possession de mon corps. Mon corps et mes sens étaient décuplés. Je sentais chaque vibrations du moteur, chaque bosses que nous prenions.

 San Francisco! Enfin nous y voilà! Je tournai un regard plein de défi à mon ami. Défi dans le sens ou enfin nous allions attraper sa fille et la mettre en sécurité. Je lui fit un signe de tête entendu, pas besoin de mot depuis le temps ou nous étions ami. Il me donna les indications Carlos roulant derrière nous maintenant. Sa moto étant bruyante il fallait quand même pas qu'il se fasse repérer. Nous primes le dédales des rues, en parlant peu la tension étant au maximum. Enfin nous vîmes la grande bâtisse se poindre à l'horizon. Je me stationnait plus loin à l'abri des regard et j'entendis le bruit de la moto s'éteindre.

 - Elle a au moins de la place pour se cacher. dis-je en guise d’observation

 Mon indic partit en reconnaissance pour au moins éviter qu'on se fasse défoncer la cervelle en arrivant dans la cours. Aussitôt il revint en courant mais il semblait flotter sur le bitume. Ses yeux noir ne me rassurèrent pas du tout et ses traits tendus encore moins. IL m'informa que dans la cour il y avait une bagnole noire et la porte de devant était ouverte. IL ne c'était pas approcher assez près mais il avait cru entendre la voix de au moins 2 hommes.

 I:- Mais on sait pas... il sont peut-être plus Jack.

 - Tu estime à combien?

I:- À voir la voiture 4 peut-être 5 hommes. Très possiblement armé, surtout s'il veulent ramener la fille... euh pardon m'sieur, Sury

 - Tu t'es équipé Carlos?

I:- Oui comme tu a demander...

  Je me mets a fouiller dans un grand sac et j'en ressort des armes tactiques et des 9 mm pour moi et Harry. Je les lui tend et lui file une veste par-balle. Juste un regard qui en disait long s'il refusait il ne venait pas. C'est bizarre de penser que c'est moi qui agi comme si j'avais un gamin dans les mains alors que d'habitude c'était moi le gros gamin. J'avais gardé des veste noire sans logo du temps que j'étais policier à L.A. Je descendis de ma voiture et donnai les munitions à Harry.

 - Ok alors je passe devant Carlos tu me couvre. Harry tu reste en arrière mais hésite pas à tirer d'accord? Tu te rappelle ce que je t'avais montrer?

 Une fois ma réponse eue, j'armai mon flingue, posai le cran d'arrêt et le glissai à ma ceinture. Je pris l'arme de style carabine et jeta les balle dedans. Mon coeur cognai si fort dans ma poitrine. Je ne pouvais demander de renfort car j'avais travailler dans l'ombre dérobant des preuves et des dossiers. Si quelqu'un savait ça je perdais mon job. Mais là on arrivait à notre but ultime il ne fallait pas échouer, j'appellerais les renforts 5 minutes après notre arrivée ce qui nous donnait le temps de capturer les ravisseurs et cacher Sury.

 - Une fois à l'intérieur on se disperse pour tenter de trouver Sury. N'oubliez pas que ce sont des brutes et qui s'énerve vite. Go on y va.

 Je marchai silencieusement, telle une petite souris. Arrivé à la cour je ne vis que la voiture pas de garde ni même quelqu'un qui monte la garde dehors. Je me consolais au moins il étaient bêtes! Je fis des signes silencieux à mes comparses. On allaient d'abord faire le tour du premier étage pour ensuite mieux se disperser. Personne sur le premier plancher, j'entrai lentement évitant les bris de verre et de tout les trucs qui pouvait révéler notre présence

 À l'étage j'entendais des pas, des éclats de voix. Visiblement on trouverai rien ici alors autant monter. Encore une fois je passais le premier et entendit un des hommes dire qu'il allait re-visiter le rez-de-chaussé. Aussitôt je repérai le mur du couloir et nous nous dirigeâmes vers celui-ci. Je posai mon arme sur le sol et attendit, prêt à bondir comme un chat. Aussitôt que je le vis je l'empoignai et le collai au mur en lui plantant mon 9MM entre les deux yeux.

 - Bonjour salopard! Tu parle et je te fais sauter la cervelle. J'ai aucune pitié pour des connards comme toi. Elle est ou la gamine?

 Le ravisseur lui ria au visage et aussitôt Jack arma son flingue. Le visage de celui-ci se changea en panique et ses yeux allait de lui à Carlos et s'arrêtèrent sur Harry.

 - Je ne me gênerai pas à répandre ta cervelle ici, mais Tu connais sûrement notre ami ici... Si j'étais toi je lui dirais ou es sa fille...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: La chance tourne pour ceux qui le mérite.. ( PV Harry et Jack ) Ven 28 Juin 2013 - 15:55

Je savais ce que Jack attendait de moi, et ce que je devais faire pour que nous ayons une chance de retrouver Sury en vie. Je savais qu'elle était là, quelque part, je savais qu'elle était vivante, toujours, depuis tout ce temps, et qu'elle se battait comme son vieux père le lui avait appris. Mes enfants avaient l'art de la lutte dans leurs gènes. Jimmy n'avait pas eu la chance de pouvoir s'en sortir, il était trop jeune, il n'avait pas pu se défendre et personne n'avait pu le faire, mais Sury avait pu échapper à la mort, même si son sort avait été certainement bien pire. Jack me le promit à nouveau, je ne sais pas s'il était aussi désespéré que moi, en partant de Santa Fé, je voulais crier et hurler, je voulais les trouver et les tuer un part un, leur faire endurer toutes les souffrances qu'ils lui avaient fait subir. Comment est-ce qu'on pouvait faire des choses pareilles à des enfants ? profiter qu'ils soient sans défense et fragile pour s'en servir pour les plus abjectes de leurs fantasmes… Je voulais bien contenir toute ma rage, tant que je pouvais la serrer dans mes bras enfin, mais si jamais elle n'était plus en vie lorsqu'on la trouverait plus rien ne serra plus jamais capable de m'arrêter à part ma propre mort.

San Francisco se profilait comme un dernier espoir sur l'horizon. Je guidais Jack dans le méandre des rues, son indic nous suivait, jusqu'à que nous apercevions enfin la grande maison où nous avions passé les plus belles années de nos vies, avec Maya, Jimmy et Sury. Elle était différente de mes souvenirs. La haute bâtisse blanches et chaleureuse était une vieille maison délabrée aux murs salis par le temps, le toit s'était affaissé, le jardin de Maya rempli de fleurs avait disparu au profit des herbes et des plantes sauvages qui avaient tout envahis grimpant jusqu'aux fenêtre le long des murs striés de fissures. Je ne pouvais m'empêcher de voir ressurgir en moi tous nos souvenirs en revenant ici. Le jour de l'emménagement, ma fille était encore un bébé posé dans son berceau pendant que nous installions les meubles de notre cocon de bonheur. J'y revoyais toutes les nuits dans notre chambre avec la seule femme que j'ai jamais aimé. La nuit où Jimmy avait été conçu, et le jour où il avait été mis au monde. Maya enceinte que nous avions du conduire en urgence à l'hôpital, j'avais eu peur qu'elle accouche avant que nous y arrivions. Et puis il y avait tant d'autres souvenirs, l'été quand les enfants jouaient dans le jardin, je les faisait jouer au foot, quand ils n'était pas dans la piscine, leur mère leur apportait des jus de fruit, puis elle lisait sous la pergola. Je me souvenais aussi des premiers jours de Sury à l'école, quand je l'emmenais le matin et que je venais la rechercher le soir, quand ce n'était pas sa mère, j'aimais profiter d'être avec mes enfants quand je ne travaillais pas. Sury ne voulait jamais que je parte quand je l'emmenait à la petite école le matin elle voulait toujours rester avec moi.

La voix de Jack me fit retourner à la réalité, c'était bien le moment tient de se rappeler les quelques dix années passées ici. A nouveau je me concentrais, tandis que nous arrivions, l'indic partit devant en reconnaissance, je restais avec Jack, silencieux comme une tombe, ruminant ma colère tout comme la nostalgie que je pouvais éprouver en revenant pour la première fois ici depuis que j'avais quitté cet endroit, il y a 12 ans, pour partir à plusieurs centaines de kilomètres, loin des souvenirs. Nous attendîmes en retrait qu'il revienne, je dois avouer que je devais faire pas mal d'efforts pour rester calme, et pas foncer droit dans la baraque pour frapper tout ce que j'y trouverais et récupérer Sury. Je ne voulais qu'une seule chose, c'était la ramener en sécurité, là où elle ne risquerait plus rien, où je pourrais veiller sur elle et la protéger de tout ça. Mais je restais calme, du moins en apparence, en tout cas je demeurais maitre de moi-même, mais ça ne durerai seulement qu'un temps. Il revint et je les écoutais parler de leur plan, et surtout de nos ennemis… Ils étaient ici ? Ca voulait dire qu'elle aussi… Elle était bien là… Et si jamais ils l'avaient trouvé avant nous ? Si elle était déjà morte ? Qu'est-ce qu'ils allaient lui faire si jamais ils la trouvaient ? Trop de questions tournaient dans ma tête, je n'avais qu'une envie, me ruer à l'intérieur. On devait faire quelque chose avant qu'il ne soit trop tard, on ne pouvait plus attendre. Ils étaient là, aussi près d'elle que nous l'étions, il fallait l'éloigner d'ici, la mettre à l'abri, avant qu'il n'est le temps d'y toucher de nouveau. Je jetai un regard à l'autre type près à lui mettre une droite quand il parla de " la fille ", avant qu'il ne se rattrape soudain, sentant le danger venir. J'étais plus qu'en colère, j'étais furieux, je haïssais les personnes qui avaient fait ça, et si jamais elle ne s'en sortait pas ils pouvaient être sûre que je les retrouverai tous, oui, je les traquerai, je les trouverai, et je les tuerai. Il ne valait vraiment pas m'énerver plus encore dans cet état là, car j'étais près à tuer n'importe qui tant ma rage était grande, le poing serré autour du poing américain que je tenais. Mais j'allais pas craquer maintenant, j'avais bien entendu le " armé " dans la phrase, j'avais beau taper fort, les balles elles pouvaient me tuer. Foncer dans le tas serait aussi con que le soir qui me valut trois ans dans une prison d'état y a une trentaine d'années de ça.

Jack, lui, avait l'habitude des assauts de la police. J'avais peut-être pas envie de faire comme il le voulait, mais c'était sa solution la meilleur pour qu'on ait une chance que tout se passe bien. Il farfouilla dans un sac et en sortit des munitions, il me donna un gilet par balle avec un regard très significatif. Qu'est-ce que j'en avais à faire franchement ? Si on ne trouvait pas Sury en vie je pouvais bien me faire trouer la peau j'en avais plus rien à foutre, mais rien n'indiquait qu'elle était morte. Je poussais un soupire en prenant le gilet que je mis. Il me passa ensuite un 9 mm, je dois dire que ça faisait longtemps que j'avais pas eu un flingue dans les mains. J'hochai de la tête pour toute réponse, je sentais que si je disais un mot je craquerai. Oui, il m'avait montré comment m'en servir, pour me préparer si un jour un truc comme ça devait arriver, justement c'était en train d'arriver… J'étais un boxeur moi, j'avais jamais utilisé ce genre de truc, et j'avais encore moins déjà tué quelqu'un, enfin même si mon casier judiciaire disait le contraire. J'avais déjà eu ce genre de chose entre les mains quand j'étais jeune, mais je ne savais pas m'en servir et c'était plus pour faire jolie qu'autre chose, je ne savais pas tirer avec et c'était Jack qui me l'avait appris.

Très prudemment, nous commençâmes notre assaut de la maison où j'avais vécu ces années de ma vie qui furent les meilleurs. Mon cœur cognait dans ma poitrine, j'avais eu la bonne idée pour une fois de prendre mes médicaments pour éviter une crise cardiaque au milieu, ça serait con, mais je me demandait si ça serait suffisant. En tout cas je tenais le coup, même si mon cœur avait certainement largement dépassé le 130 et que ma tension devait friser l'hérésie. Dans ma poitrine mon cœur se serrait, mais la douleur était encore soutenable, j'étais loin d'être mort bien au contraire je me sentais très vivant. Plus peut-être que je ne l'avais jamais été ces 12 dernières années, plus que quand je m'étais effondré sur le ring, plus que jamais je ne le serais si on ne la retrouvait pas en vie. Je ne pouvais pas imaginer, je crois que si je devais la voir morte, je crois que j'en mourrais certainement sur le coup.  Je crois que je ne pourrais plus jamais revivre. Je regardai Jack, restant derrière lui, il avait rangé son arme à sa ceinture, il tenait un fusil de gros calibre, moi je gardais mon flingue à la main, je n'avais pas son habitude, je ne savais même pas si je serais capable de tuer quelqu'un avec une arme, pourtant avec mes poings et contre ces ordures ça ne me dérangerait pas…

Nous entrâmes silencieusement dans la grande maison, il y avait deux étages, le dernier était le grenier, elle était cachée quelque part par là. Jack avait raison, elle avait de la place pour se cacher, et c'était peut-être notre meilleur espoir, parce que la maison était truffée de cachettes que les enfants avaient explorés de long en large lors de leurs parties de cache-cache. Il y avait même des passages secrets menant d'une pièce à une autre. La maison était très ancienne, on l'avait rénové quand on l'avait acheté, mais elle gardait toujours ses petits secrets dans ses entrailles. Je connaissais toutes les cachettes qui s'y trouvait, Jimmy me demandait souvent de l'aider quand il n'arrivait pas à trouver sa sœur, bien souvent elle était cachée dans notre buanderie, mais je le laissais se débrouiller tout seul, quelque fois je lui donnais la solution pour l'aider un peu. Sury était douée, elle savait se servir de son environnement pour se protéger, elle était en vie.

Nous commençâmes par explorer le rez-de-chaussée, je parcourais le salon et la salle de bain du bas, tandis que Jack lui passa par la cuisine et le cellier, j'avais l'arme au poing, mon bras était sûre mais ma main tremblait légèrement. Tout était vide, mais en haut, nous entendîmes des bruits, de pas, suivant Jack nous nous dirigeâmes à l'escalier qui menait à l'étage supérieur où il y avait les chambres et une seconde salle de bain. En montant nous entendîmes des bruits de voix, ils n'étaient vraiment pas très organisés et en plus ils parlaient forts, visiblement ils n'étaient pas très contents, ça voulait dire qu'ils ne l'avaient pas encore eu. L'un deux parla de retourner fouiller en bas, alors que nous nous montions, Jack nous tassa dans un coin du couloir où nous attendîmes silencieusement que le type en question se pointe, mon pote lui sauta dessus d'un coup le plaquant contre le mur, l'arme contre sa tempe, il le menaça. Enfin j'avais une de ces ordures en face à face…

" Tu crois peut-être que je vais te le dire ? "

Face à Jack il fit le malin lui riant au nez, mais lorsqu'il me vit il s'arrêta soudain, Jack avait armé son arme, je savais qu'il voulait surtout lui faire peur pour qu'il nous apprenne où était Sury, et j'allais l'aider… Sans faire d'esclandre ni de gros bruit je remplaçais Jack l'empoignant par le cou pour le soulever du sol, aussi facilement que s'il n'avait été qu'un fétu de paille. J'étais plutôt du genre enragé comme mec, mais je pouvais aussi en me contenant énormément utiliser la colère froide, celle où dans mes yeux brulait une envie de meurtre si terrifiante que personne ne pouvait tenir devant. J'étais furieux, je serrais sa gorge mais j'aurais voulu l'écraser comme un puceron, à la place j'approchais mon visage aux traits reflétant une colère noire tout près du sien.

" Elle… S'est planquée quelque part… on sait juste qu'elle est ici… "

Dans ses yeux je pouvais voir une terreur si grande qu'il m'aurait presque fait pitié s'il n'avait pas fait à ma fille ce qu'il lui avait fait. On ne devait pas faire de bruit, pas la peine que Jack me le redise, même si je le sentais nerveux à coté de moi, murmurant je demandai à l'homme :

- Et comment tu sais qu'elle est ici ?

Il ne voulait pas me répondre, mais je rajoutai histoire de le motiver chuchotant juste à son oreille une menace que seul lui entendit. Il écarquilla les yeux de peur et craqua m'avouant ce qu'il savait à voix basse :

" Un capteur… Elle a un traceur… Une puce sur elle… Dans son corps… C'est comme ça qu'on savait qu'elle était ici… "

Je le renvoyais à Jack, qu'il en fasse ce qu'il voulait, moi si j'avais essayé de l'assommer je l'aurais certainement tué, mes coups là n'avaient plus de demi mesure. A mon avis elle était certainement ici, à cette étage, dans l'une des chambres. De là où j'étais dans l'angle du couloir du côté de l'escalier je pouvais voir la chambre de mon fils, je n'avais pas pu la ranger, je l'avais laissé dans son état, incapable d'y toucher. Soudain nous nous plaquâmes au mur, quelqu'un venait vers nous. Certainement le type qui était avec celui dont Jack venait de faire son affaire, je serrais mon arme dans ma main, concentré sur les bruits de pas qui avançaient. Combien ils étaient au juste ? Ils avaient dit 5 maximum… Nous n'étions que trois mais tant qu'on n'était pas repéré nous avions une chance d'avoir le dessus.

" Miguel ? T'a trouvé quelque chose ? "
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: La chance tourne pour ceux qui le mérite.. ( PV Harry et Jack ) Ven 28 Juin 2013 - 18:56

Sury était restée encore dans sa minuscule cachette attendant que les hommes de main partent, au fond d'elle, elle sais qu'ils ne partiront jamais sans elle. Elle ferma les yeux priant la vierge Marie de la laisser en vie, de la laisser vivre encore plusieurs années. Sa vie ne doit pas ce terminer sur une note aussi désespérante. Mourir à 19 ans, sans ne jamais s'être marier ni même avoir eut la chance de porter pendant neuf mois un enfant dans son ventre. Sury commença à manquer cruellement d'air non pas que l'espace soit un endroit étouffant, mais en mélangant la peur, le stress le coeur s'emballe facilement et l'endroit devient alors plus petit qu'il ne l'est. Tout les sens de sury se mis alors au aguet le moindre bruit elle pouvait l'entendre, c'est comme ça qu'elle entendit le bruit de la porte de chambre de ses parents s'ouvrir. Elle s'ouvrit délicatement avec un grincement désagréble pour les oreilles comme ci on faisait grincer une fourchette sur une assiette. Le bruit de semelle en caoutchou ce fit entendre à chaque pas que l'homme fit. Elle l'entendit s'approcher de plus en plus, il fit le tour de la chambre regardant sous le lit et ouvrit la penderie. Sury pouvait alors sentir le petit courant d'air en dessous de la trappe, elle s 'arrêta alors de rspirer pour être sûr qu'il ne la voit pas. Ce fut une réussite l'homme en question referma la porte après avoir fouillé à travers les boites et les quelques vêtements qui rester. Elle entendit les pas de l'homme resortir de la pièce et refermer la porte.

Elle ne réfléchi que quelques secondes pour prendre la décision de sortir de sa cachette. Elle ne pouvait pas rester là indéfiniment. Elle ouvrit le loquet et poussa tout doucement la trappe et sortie la tête la première, elle se redressa dans la penderie et entrouvrit la porte lentement elle regarda d'un œil pour s'assurer que l'homme était bel et bien sortie de là. En effet il n'était plus dans cette pièce. Elle sorti le cœur battant ne sachant pas par où sortir ni même où allait. En tout cas elle ne pouvait pas sortir par la porte ils se trouvaient peut-être dans le couloir à fouiller la chambre de son défunt frère. Elle ne voyait qu'une seule solution la fenêtre. Elle s'avança vers celle ci et passa ses mains en dessous de la vitre et la poussa verticalement pour qu'elle remonte et qu'elle puisse passer. Elle enjamba la rambarde et se retrouva en à peine trois secondes sur le toit de sa maison d'enfance. Elle finit par s’asseoir sur les tuiles et se tenir la jambe. Elle avait de plus en plus mal et marre de tout ceci, marre d'avoir une vie aussi minable, de ne pas être maître de son avenir. Elle regarda en bas, ce qu'elle voyait c'était un vide et du béton, une solution miracle qui pourrait arranger son mal être. Elle revint vite à la raison quand elle entendit à nouveau du bruit dans la chambre de ses parents. Elle se releva tant bien que mal et entra dans une autre pièce qui n'était autre que sa chambre.

Une chambre rempli de rose mais avec toujours une touche masculine. Au mur une photo de type poster de son papa, le jour où il avait fait une interview Sury l'avait suivie, un photographe l'avait pris avec ses gants de boxe à la main et en position combat, elle s'approcha en titubant vers la photo de son père adorée, elle caressa la photographie de ses longs doigt, revoyant le moment où elle avait était prise. Elle avala sa salive avec comme une boule à la gorge. Elle repris ses esprits et chercha à nouveau où se planquer ou trouver quelque chose pour l'aider à se défendre, même si elle n'en sortira pas vivante. Elle se rappela de la batte de Baseball qu'on lui avait offerte pour son 7éme anniversaire. Un sport dans lequel elle venait de rejoindre, à côté elle allait aux séance de boxe avec son papa un passe temps qui les avaient beaucoup rapprocher. Elle ouvrit le dernier tiroir de sa commode et sortir cette longue et grosse batte blanche. Elle ouvrit les portes coulissante de sa chambre qui la menait à celle de son frère. Son petit frère Tommy l'emprunter souvent la nuit pour venir la rejoindre quand il faisait des cauchemars ou quand il y avait du tonnerre. A chaque fois Sury lui disait que le tonnerre était simplement le Seigneur qui jouer au bowling, et Tommy se rendormait aussi vite qu'il s'était levé. Elle était là encore cacher dans ce passage quand elle entendit quelqu'un entrer dans la chambre en criant son prénom " SURY !!" La peur l'envahi là elle n'était pas dans une cachette comme la précédente où personne ne la verrait, elle longea le court couloirs et ouvrit lentement la porte de placard de son frère. Toujours la batte dans la main et marcha à reculons pour entrer dans la chambre de son petit frère. La poignet de a porte d'où elle avait entrer pour rejoindre l'autre chambre tourna quelqu'un n'allait pas tarder à mettre la main sur elle et à la faire de nouveau sa vie un enfer...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Jack Sutton 





• • • • • • • • • • • • •


▌Messages : 977
▌Date d'inscription : 10/06/2012
▌Métier : Agent FBI spécialiste en explosifs// Chef intérim
▌Avatar : Keanu Reeves


MessageSujet: Re: La chance tourne pour ceux qui le mérite.. ( PV Harry et Jack ) Sam 29 Juin 2013 - 7:45

L'homme me fut "arraché" mais avec une douceur presque menaçante. Harry c'était emparé de lui avec un calme presque dangereux. Oui j'étais nerveux et pour cause. De voir mon ami aussi tendu, et silencieux me flanquait la frousse. Cependant le badaud ne se montra pas résistant malgré son envie de nous tenir tête, donc c'était pas lui le chef de la bande. Harry se montra assez convainquant en lui chuchotant un truc à l'oreille. Carlos me regarda interrogatif et je ne fis que hausser les épaules. Je sais pas ce qu'il lui avait dit mais ceci porta ses fruits. Je fermai les yeux en entendant que le petite avait une puce. Harry ayant obtenu ce qu'il voulait me le redonna et malgré ma stature moins imposante d'Harry il me regarda avec une lueur d'effroi. IL croyait vraiment que j'allais le flinguer ici?? IL était bête ma parole! Mon but était de les capturer ET de les ramener à la police... mais pas dans la même bagnole que Harry sinon ils crèveraient de ses mains!

Une voix interrompit mon monologue intérieur et aussitôt je me tournai vers lui. Miguel? Sur les photos il semblaient beaucoup plus menaçant! Devant moi ce tenait un gamin! Enfin gamin fallait le dire vite car il en avait seulement les traits. L'homme en question me regarda à la fois apeuré et soulagé. Si un débarquait ici et mettait les autres au courant on était cuits! Je le fixai de mes yeux noirs et dur tout en étant attentif à ce qui se passait autour.

- Miguel! Bordel qu'est-ce tu fous?? T'a trouvé quelque chose??

J'entendais les pas descendre lentement les escaliers. Le dit Miguel savait que s'il révélait notre présence allait passé un mauvais quart d'heure et pas nécessairement entre mes pattes. Je gardai un oeil sur notre comparse mais les pas se firent plus discret et lent. Plus aucun mot n'était audible et comme je voulais jeter un oeil pour voir ou était le complice je vis la pointe d'une arme. BOn bien changeons de stratégie alors!Je me tenait près et une fois bien paré, lui donnait un coup de coude dans un oeil et un coup de crosse pour l'assommer.

- Et de deux! Combien en reste-t-il?

- Deux... mais ils sont....


Je le bâillonnai et l'attachai à son copain, pieds et poings menottés. Avant de lui servir une sourire malicieux. Comme je finissais d'attacher les menottes et poser le bâillon sur notre nouvel ami inconscient, j'entendis un cri qui disait le nom de notre petite prisonnière. Je me demandai s'il fallait appeler les renforts ou non. Il est certains que les plus coriace était à l'étage, il ne laisserait pas leur "proie" ainsi. En mon fort intérieur j'espérais que Sury se batte griffe et ongles, ce que je ne doutait guère, ou se soit planquer dans une cachette merveilleuse! Un signe de tête et déjà on gravissait les marches aussi silencieux que des souris.

Des coups frappés à intervalles réguliers sur les murs, les cadres de porte nous indiquait leur position. Vraiment l'art d'être silencieux leur échappait totalement et tant mieux pour nous. je fis signe à Carlos d'inspecter les autres pièces et me tournai vers Harry pour m'assurer qu'il n'allait pas me claquer entre les doigts. Je vis dans ses yeux une détermination et une volonté de faire payer ses pourritures qui me renforça dans mon action. J'allais peut-être en faire les frais mais nous allons sortir d'ici avec sa fille. Je continuai donc ma route Harry derrière moi. J'inspectai les grandes pièces spacieuse. Une chambre puis une autre, une salle de bain.

Je ne m’inquiétais pas vraiment pour Carlos il était d'une discrétion à faire peur et surtout il savait minier et les armes et les combats corps à corps s'il le fallait. J'arrivais à une chambre toute rose avec un poster de Harry sur un mur et un homme de stature menaçante l'adrénaline déferla en moi. Je levai mon arme et avançait lentement. Une fois proche de lui j'armai mon arme et celui-ci se détourna.

- Tu pose ton flingue et je te ferais rien. Tu reste bien sage...

- Tiens tiens un p'tit cowboy! Tu viens pour le petite pute?

- Pose ton flingue...

- Sinon quoi cowboy? Tu vas me faire sauter le crâne?

Des étoiles... je ne vis que des étoiles. Je ne vis pas le coup de crosse qu'il me porta droit au crâne. Je m'affalai sur le sol en grognant de douleur. Je me retournai pour au moins le flanquer par terre et donner ainsi la chance à Harry de sauver sa fille ET sa peau. Mon arme était trop loin pour que je puisse l'attraper et la douleur me vrilla le crâne me rendant étourdi.

- Alors cowboy?

J'entendis un rire mesquin. maléfique serait plus juste mais je ne devais pas lâcher au nom de Sury probablement pas loin, et au nom d'Harry qui ne demandait qu'à revoir sa fille
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: La chance tourne pour ceux qui le mérite.. ( PV Harry et Jack ) Sam 29 Juin 2013 - 16:02

En voyant cette pourriture en face de moi, je n'avais qu'une seule envie, le tuer à coups de poing, le réduire en miettes. Dans son regard je voyais qu'il savait à quel point je voulais lui faire du mal, c'était ce que je lui avais susurré à l'oreille, que l'enfer que je lui ferai vivre serait bien pire que toute les souffrances qu'il n'a jamais pu infliger, pas même dans ses plus profonds fantasmes. Mais je ne l'avais pas tué, ni même réduit en morceaux, je gardais encore le peu de contrôle qui me restait pour la fin, si jamais un seul d'entre eux me barrait le chemin entre moi et Sury, si jamais un seul essayait d'y toucher, je lui ferai vivre l'enfer. Lorsque l'autre arriva Jack s'occupa de lui, silencieusement et proprement, attachant et bâillonnant les deux, nous devions resté discret si nous voulions être efficaces, c'était encore le meilleur moyen d'aider Sury et c'est pour ça que je contenais mes nerfs et laissais Jack diriger les choses. Plus que deux, deux obstacles encore posés sur ma route, je ne comptais pas les laisser nous arrêter. J'étais plus que déterminé maintenant, elle était ici, elle était en vie, si peu nous séparait et pourtant mon cœur n'avait jamais battu aussi fort, comme si tout était devenu complètement désespéré, pourtant elle était là, tout près.

En entendant crier son nom, avec cette rage meurtrière, nous nous élançâmes dans les escaliers pour rejoindre le premier étage et la pièce dont venait le hurlement enragé. J'étais paniqué en entendant ce cri, si jamais il l'avait déjà trouvé, lui avait déjà fait du mal, avant que nous ayons eu le temps d'arriver… Elle devait se croire toute seule, complètement abandonnée dans cette maison vide et triste, elle devait être si désespérée. Jack lui restait maître de lui, du moins en apparence, je connaissait très bien mon meilleur ami et je savais quelle aversion il avait pour ce genre de personnes et ce qu'ils faisaient aux enfants, mais il restait calme, au moins pour pouvoir me contrôler moi. Le cri était venu de la chambre de Sury, une chambre de petite fille, aux murs tout roses, avec des posters de boxe tapissés dessus, allez comprendre. Jack pointa son flingue sur le mec armé qui se tenait devant la porte faisant le passage entre la chambre de ma petite fille et celle de son défunt petit frère, celui-ci se retourna et soudain… Je cru devenir fou. Je bloquais là dans l'encadrement une micro seconde, le temps d'un bref échange entre les deux hommes suivi d'un coup de crosse mal placé qui envoya Jack au tapis, sans même que je n'ai eu le temps de voir venir. Aveuglé par la haine que j'étais.

Tout ce que j'avais retenu en moi, depuis notre arrivée ici, depuis le début de notre voyage depuis la Virginie à travers tout les Etats-Unis, depuis que Jack m'avait parlé pour la première fois de traite des blanches, pendant toutes ses années de recherches acharnées sans jamais réussir à trouver la moindre piste, depuis que l'affaire avait été classée que ma fille avait été déclarée comme morte, depuis que j'avais retrouvé les corps dans cette chambre d'hôtel, toute cette rage que depuis 12 ans j'avais envoyé dans les murs et dans les sacs de boxe, pour ne jamais exploser la gueule à quelqu'un quand j'avais besoin de cogner et de frapper, toute cette fureur, l'animal enragé que j'avais contenu, gardé en cage, jusqu'à en devenir fou… Il l'avait libéré, et il allait le regretter. Je me fichais présentement de me prendre une balle, d'ailleurs il n'eut pas le temps, surpris par la bête fondant sur lui. Je le plaquais au mur et le frappais de toutes mes forces, c'est-à-dire beaucoup, avant de le jeter par terre et de le cogner encore et encore, me fichant bien présentement de le tuer, je ne me faisais plus ce genre de réflexion là. Et pourtant je devrais, j'avais été condamné à 5 ans de prison pour meurtre et la police devait toujours avoir mes empreintes dans son fichier d'état, si je le tuais de mes coups j'irais directement en prison. Du sang recouvrait mes mains, mais il respirait encore, quelques coups et j'en aurais fini de cette ordure, quand des cris soudain m'arrachèrent à lui. Me redressant je laissais là le corps à côté duquel trainait le pistolet que je lui avais fait lâcher.

" Alors petite putain tu voulais t'échapper mais tu n'iras pas plus loin… "

Beugla une voix venant de la chambre de Jimmy, après avoir vérifié que Jack était sur pied je me ruais hors de moi dans le couloir en lui disant de passer par le passage secret afin de coincer le dernier homme entre nous deux. Qu'il ne touche pas à ma fille, parce qu'il me restait bien assez de rage pour lui… L'autre pourriture aurait la chance de s'en sortir, même si j'aurais préféré qu'il meurt, mais au moins ça m'éviterai d'être à nouveau accusé de meurtre, et un vrai cette fois, Jack avait raison, je devais penser à Sury et à ce qu'elle deviendrait. A quoi ça servirait qu'on se soit battu autant pour se retrouver si des barreaux devaient nous séparer. La porte de la chambre était à peine entrouverte, sortant mon flingue je la poussais du pied pour l'ouvrir en grand.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: La chance tourne pour ceux qui le mérite.. ( PV Harry et Jack ) Sam 29 Juin 2013 - 22:29

Des bruits, des hurlements, des cris, cette maison qui était inhabitée et délabrée depuis douze ans maintenant devenait en même pas quelques minutes une maison bruyante et rempli de vie. Sury n'avait vu que deux hommes mais pourtant en entendant les voix, elle pouvait en compter plusieurs peut-être que les deux hommes avaient eut des renfort. Sury tenait toujours sa batte enjoue prêt à cogner comme ci elle se tenait au terrain prêt à taper dans la balle que le receveur aurait lancer. Ces vêtements faisait pitiés, un tee-shirt tout sale et à moitié déchirer, elle avait du en arracher un bout pour ce faire un garrot à la jambe. Sury resta dans ce fameux passage, un homme demanda à un autre de poser son arme ou un truc du genre. Est ce qu'il serait policier ? Serait-il là pour aider la malheureuse à retrouver une vie normale comme toutes les filles de son âge ? Elle entendit des gens se battre juste derrière la porte qui se trouva devant elle, elle recula recula, jusqu'à ce qu'elle atteins la porte qui donna sur la chambre de Tommy. Elle se retrouva maintenant dos à la porte, le cœur haletant les larmes aux bords des yeux. Sury vit des ombres en dessous de sa porte de chambre, au moins trois hommes s'y trouver. Sury avait juste envie de pleurer, de verser toutes les larmes de son corps retenues depuis tant d'années. Soudain la porte sur laquelle elle s'était adossée s'ouvrit brusquement.

" Alors petite putain tu voulais t'échapper mais tu n'iras pas plus loin… "

Sury se sentie partir vers l'arrière la tête la première. L'homme venait de l'attraper par sa longue chevelure rousse. Prise de panique Sury se retourna sur le côté toujours les cheveux tenu et lui donna des coups de batte pour qu'il la lâche mais que faire contre un homme de 1m78 avec une plus grande carrure que la pauvre jeune fille qui elle fait à peine 50 kilos tout mouillés. Il attrapa la batte et lui fit lâcher prise même si elle s'y accrocha de toute ses forces. Les larmes coula toute seule, le noir de son maquilla lui donna l'air vraiment à bout de force, à bout de tout... Elle était seule contre tous peut-être qu'ils étaient plus de 5 personnes elle, elle était seule affamée et blessée à la jambes, la fatigue lui avait aspirer toute son énergie. Grâce à l'adrénaline elle se débâtie dans tout les sens, essayant même de le griffé. Il était là avec une grosse poignet de cheveux de la belle dans ces mains jubilant de la situation, il avait obtenu satisfaction.

" Lachez Moi !!!!!!! Sale porc !!!!! "

L'homme venait de l'attraper par la gorge et de l'allongé violemment dans le lit de son petit frère qu'elle aimait tant. Il se mit en califourchon sur Sury serrant sa gorge aussi fort que possible. Un jubilation dans les yeux de l'homme fit frémir Sury, dans ces yeux elle voyait sa propre mort, son reflet son visage, tout son corps qui se débattait en manque d'oxygène à la recherche de la plus petit bouffé d'air. Elle lui donna des coup sur son torse qui était malheureusement aussi dur que du béton, elle porta ses mains sur les siennes essayant de le griffer. Les forces de Sury commencèrent à l'abandonner, elle s'arrêta de se débattre l'homme commença à lâcher prise. Elle tourna légèrement la tête sur le côté vers la table de chevet de Tommy. Une photo de famille y était installer, le visages des quatre membres de la famille étaient joyeux. Elle entendit une voix dans sa tête une voix féminine " N'abandonne pas !! ". Elle cligna doucement les yeux n'entendant plus rien dans la pièce, l'homme pensait avoir gagner il s'essuya les mains s'en prendre garde à l'autre homme que Sury apercevait à l'embaillement de la pièce. Sury se releva tant bien que mal et tomba sur le sol pour ramasser sa batte qu'ellle avait fait tomber plutôt, elle essaya malgré la douleur à se relever avec la tête qui lui tournait. Elle avait comme une rage intérieurement, une rage qui avait besoin de s'exprime, une rage tenue pendant des années à l’intérieure d'elle, elle rassembla toutes ses forces et donna un gros coup de batte sur la tête de son ravisseur comme ci elle frappa un essaie à un match. Qu'est ce que les autres hommes allaient lui réservé ? Quitte à mourir ce soir autant ce donner à fond pour sauver une vie même si cela fait très longtemps qu'elle n'a plus de vie...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Jack Sutton 





• • • • • • • • • • • • •


▌Messages : 977
▌Date d'inscription : 10/06/2012
▌Métier : Agent FBI spécialiste en explosifs// Chef intérim
▌Avatar : Keanu Reeves


MessageSujet: Re: La chance tourne pour ceux qui le mérite.. ( PV Harry et Jack ) Lun 1 Juil 2013 - 23:09

J'étais à quatre pattes quand je vis Harry passer comme une bombe près de moi. J'entendais ses grognements furieux mais en relevant le regard je vis également le sang gicler du visage du malfrat. Je m'entendis lui crier d'arrêter avec en prime un douleur atroce vriller mon cerveau qui me fit grimacer de douleur. Je réussi à me trainer jusqu'au... suspect? Mouais enfin ce qui en restait et l'attachai au pied du lit en fer forgé de Sury.

** Au moins Harry a pensé à mettre ça c'est utile quand même** pensais-je avec un petit sourire.

Je vis Carlos sortir d'une des chambre alarmé par les grognements je lui fit signe que ça allait et me relevait en faisant fit de la douleur dans mon crâne. Le salaud il m'avait vraiment taper fort! Des cris d'hommes mais surtout de fille retentirent derrière la cloison aussitôt je me ruait dans la chambre en l'enfonçant d'un coup de pied et il vit l'homme de frotter le crâne et aussitôt il se rua sur lui en courant il le plaqua au sol. Au ralenti il aurait eu l'air d'un chat. Il attérit durement sur lui et malgré qu'il soit sonné par le coup de batte il se défendit bec et ongle il était là le chef de la bande. Jack lui colla un bonne droite pour le calmer un peu.

- Va!! Va trouver ta fille!!

Je hurlai à Harry mais j'avais senti le coup de vent derrière moi et je le savais déjà près d'elle. Carlos était dans l'entrée de la porte et composai déjà le numéro des renfort pour venir cueillir leurs méchants. Cependant loin comme on était on avait encore du temps. Je me fis mettre sur le dos en un temps record et je rouais le chef de coup, pendant que j'en recevais aussi. Aussitôt je fus libre Carlos l'ayant choppé par les cheveux et lui parlant en espagnol.

- Putin... mais tu lui a dit quoi? pendant qu'il le maintenait

C:- Que j'allais lui arracher ses couilles et lui faire bouffer.

- Ah... tu veux attendre avant de le faire? dis-je le souffle court.

Je saisi les menottes mais un coup de pied m'arracha un cri de douleur puisque c'était les miennes qui était éclatées. Je me roulai au sol en grognant de douleur. Carlos se démenait pour immobiliser le malfrat pendant que je tordais de douleur... encore. Bordel mais comment c'était possible en même pas 10 minutes? Ben au moins j'étais pas flingué, c'était déjà ça Chrystal allait avoir son papa.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: La chance tourne pour ceux qui le mérite.. ( PV Harry et Jack ) Mar 2 Juil 2013 - 1:46

Je pensais qu'aucune image ne serait pire dans ma mémoire à vif que celle des deux petits corps posés dans un coin de la chambre d'hôtel dont les murs étaient peints de sang lors de la plus terrible nuit de mon existence, où tout s'effondra. Mais j'ignorai encore ce qu'était la souffrance avant d'entrer dans cette chambre et de voir cet homme écrasant de son poids ma fille sous lui, plaquée au lit, un cri de rage intérieur bouleversant déchira ma poitrine, comment venant des plus lointaines profondeurs de la terre. Je bondis pour sauver mon enfant, mais dans le même temps celle-ci parvint à se dégager et frappa son agresseur, qui tentait de l'étrangler, d'un coup de batte de base-ball en pleine tête. Home run pour la fille du grand boxeur. Au même moment Jack pénétra dans la pièce pour se jeter sur l'homme. J'avais deux choix qui s'offraient à moi, et pas une seule seconde pour y réfléchir, c'est mon instinct qui décida. J'aurais pu tuer cet homme, je le voulais, tout mon corps le voulait, le frapper jusqu'à la mort, lui faire vivre un enfer pour lui faire payer tout ce qu'il avait fait à Sury. Mais ma fille était juste là, l'enfant qui m'avait été arraché pendant douze putain de longues années, qui n'avait plus huit ans à présent, qui était blessée par terre, terrifiée, d'une pâleur et d'une maigreur cadavérique, recouvertes de bleus et de marques de coups, elle avait plus besoin de moi et moi d'elle que j'avais besoin de tuer cette pourriture qui ne méritait même pas le repos de la mort… Depuis douze années je l'ais cherchée, à en devenir fou, et elle était là, enfin là, et j'avais failli ne jamais la revoir, alors je ne voulais plus la quitter une seule seconde des yeux… Je passais derrière Jack dans un coup de vent, je ne voyais plus qu'elle, je n'entendais plus rien autour de moi, il n'y avait présentement rien d'autre qui existait dans tout le monde entier que la petite fille par terre dans la chambre d'enfant. Je la pris doucement dans mes bras, la serrant contre moi, elle était hors de danger maintenant, contre moi plus rien ne pouvait lui arriver, plus rien ne pouvait lui faire de mal.

- Je suis là… mon petit ange… c'est fini… papa est là… tu n'as plus rien à craindre plus personne ne te fera de mal…

J'embrassai ses cheveux en la serrant contre mon torse, elle était minuscule dans mes bras, elle avait grandi et changé en douze année, mais elle était toujours aussi microscopique quand je la serrais contre moi. Je refermai mes yeux humides en posant ma tête sur la sienne l'espace d'un instant profitant de ce moment qui n'existait dans aucun espace temps possible, une seconde de paix, de calme et de bonheur. Avant que la tempête ne revienne. Derrière nous Jack et Carlos se démenaient comme des diables pour immobiliser l'ordure qui se débattait comme si sa vie en dépendant, d'ailleurs sa vie en dépendait. Jack blessé il parvint à se défaire de Carlos en lui envoyant un violent coup en pleine tête, il se rua ensuite en avant, du sang ruisselait sur son visage, ses yeux en étaient injectés, ils respiraient une folie furieuse, une haine sans borne, je ne sais vers qui exactement elle était dirigée parmi toutes les personnes de cette pièce mais en tout cas il se jeta sur nous un couteau cran d'arrêt dissimulé dans sa manche.

- Mets toi à l'abri !

Demandai-je à Sury en la repoussant derrière moi, en sécurité, avant d'intercepter l'homme qui la visait. Je le déséquilibrai par mon poids et nous fîmes rouler sur le sol, je le frappai de toute mes forces, il se défendait avec la même vigueur, sauf que lui il n'était pas en train de défendre la vie de son propre sang, tout en ressentant la haine la plus profonde pour ce salopard qui lui avait fait des horreurs que j'étais même pas capable d'imaginer. C'est ce qu'il me dit à l'oreille quand soudain il planta la lame de son couteau dans ma cuisse, à l'endroit même de mon ancienne blessure m'arrachant un cri de douleur, suivi d'un hurlement de rage tandis que je mettais mes mains autour de son cou après avoir arraché le couteau avant qu'il n'ait pu l'enfoncer trop profondément, lui brisant le poignet par la même occasion. Je sentis les os de ses cervicales craquer dans un bruit de broyage répugnant. Il criait et gémissait, mais j'ôtai mes mains, la douleur dans ma cuisse était trop forte et mon cœur battait si vite que je passais sans le savoir à côté d'une seconde crise cardiaque qui aurait très bien pu m'être fatale. La souffrance et le manque d'oxygène le plongea dans les vapes et moi je serrai les dents pour ne pas tomber inconscient tandis que du sang s'échappait de ma blessure. Je m'éloignai de lui, traînant ma jambe blessée pour retrouver ma fille restée en arrière que je serais contre moi, désirant ne plus jamais la lâcher.  

Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: La chance tourne pour ceux qui le mérite.. ( PV Harry et Jack ) Mer 3 Juil 2013 - 20:51

Sury regarda l'homme qui fut un peu sonner mais le coup ne sera pas suffisant pour l'arrêter et elle le savait. Elle fit de très lent pas en arrière, laissant tomber la bâte de nouveau à bout de force. Elle continuait de reculer quand un homme rentra dans la pièce, un homme armé. Sury ne le reconnu pas, elle continua de reculer de peur que se soit encore un homme qui lui voulait du mal. Elle recula tellement qu'elle se tapa la table de chevet de la chambre au niveau de sa jambe blessée. Elle tomba à genou en gémissant de douleur et se mit assise doucement en regardant l'homme qui s'approcha d'elle. Elle tremblait légèrement, pas beaucoup pour pas montrer sa peur mais suffisamment pour qu'elle le ressente. Mais l'homme s'approcha d'abord sur le premier qui était par terre assommé, il pointait son arme sur lui. Mais pourquoi ? Que faisait-il ? Mais plus les secondes passaient et le comportement de l'homme armé changeait. Il ne pointait plus son arme vers l'autre homme, il regardait Sury et s'approcha d'elle lentement. Sury commençait à avoir peur de nouveau. Elle ne se souvenait pas, ne le reconnaissait pas, qui aurait put imaginer que l'homme qui était là était son père. Tout avait changé pendant 12 ans. Beaucoup changé même. Mais surtout Sury avait perdu espoir de revoir son père un jour. L'homme se baissa et pris Sury dans ses bras, il était beaucoup plus grand et costaud d'elle, elle faisait toute petite dans ses bras. Sury releva la tête vers lui ne le reconnaissant toujours pas mais elle n'avait pas beaucoup de force et surtout pas assez pour le repousser en faite. Il était bien trop costaud pour ressentir quoi que se soit. L'homme qui l'avait agresser et qui venait d'essayer de la tuer avant le torse dur comme de la pierre mais lui c'est pas mieux. Qu'allait-il lui faire maintenant ? Il continuait de la serrer contre lui en lui déposant un bisou sur les cheveux et lui parlant tendrement. Papa … ce mot résonnait dans la tête de Sury. Non ce n'était pas possible, ça devait être un homme qui se faisait passer pour lui pour avoir sa sympathie et pour mieux lui faire du mal. Sury ne répondit pas au parole de l'homme. Elle avait peur et mal, ça se voyait dans son regard. Deux autres hommes venaient de rentrer dans la chambre, eut aussi pour retenir l'homme qui s'en prenait à Sury on dirait. Mais qui étaient ses hommes ? L'homme ne se laissait pas faire et blessa un des deux hommes qui se retrouva au sol en gémissant de douleur. Sury avait peur, la suite des événements prévoyaient d'être pleines de surprises.

L'homme qui l'avait agresser ne se laissait pas faire, malgré qu'il soit blessé aussi, il se rua vers Sury et l'homme qui la serrait toujours dans ses bras. Sury émet un petit crie de surprise en le voyant arriver ainsi en courant et cachant un couteau sous sa manche. Sury n'eut pas le temps de se lever ou même d'ouvrir la bouche que l'homme qui disait être son père la mit derrière lui en lui disant de se mettre à l'écart. Sury respirait fortement, ayant toujours mal au niveau du cou à cause de la tentative d'étranglement que l'homme à fait sur la jeune femme. Elle regardait la scène qui s'offrait devant ses yeux. L'homme qui se disait être son père, Harry si c'était bien lui, se mit à se battre avec l'autre homme, roulant avec lui. Sury vit l'arme que tenait Harry voler dans la pièce et atterrir non loin de Sury. La jeune femme profita que les hommes se battait pour se lever et essayer de marche jusque l'arme pour la prendre en main mais elle la fit tomber une fois en entendant le crie d'Harry qui la fit sursauter. Elle le regarda et vit le coup de couteau dans sa cuisse, ça lui fit se rappeler de sa propre douleur d'ailleurs. Mais tout se passa très vite, trop vite pour elle d'ailleurs. Harry réussi à mettre KO l'homme et désormais se retourna et marcha vers elle. Ni une ni deux elle récupéra l'arme et fit un pas en arrière en lui pointant.

- Ne.. ne vous approchez pas... Sinon j'appuie sur la détente ! Et c'est pas une blague. Et c'est la même chose pour vos amis !

Sury continuait de le pointer avec l'arme qui était charger, elle pointa aussi sur les deux autres qui se mit à bouger. Doucement elle recula et mit la main sur la table de chevet pour s'aider à tenir debout car de plus en plus la douleur devenait de plus en plus insupportable. Elle ne lâchait pas les hommes du regard et elle n'hésiterait pas à tirer si elle hésitait sur son destin vitale. Qui sait.. ils sont peut être là pour lui faire du mal eux aussi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Jack Sutton 





• • • • • • • • • • • • •


▌Messages : 977
▌Date d'inscription : 10/06/2012
▌Métier : Agent FBI spécialiste en explosifs// Chef intérim
▌Avatar : Keanu Reeves


MessageSujet: Re: La chance tourne pour ceux qui le mérite.. ( PV Harry et Jack ) Ven 5 Juil 2013 - 0:21

J'arrivai difficilement à me mettre sur pieds dans le bruits de bataille. Carlos avait le front fendu et la lèvre en sang, moi j'étais une prune au front de la forme de la crosse et mon entre-jambe m'élançait dangereusement. Je tentais de dire è Harry de le lâcher mais il n'entendait rien et surtout ne voyait pas grand chose sauf le visage de cette pourriture au sol, ensanglanté. Il la lâcha comme j'entendais le bruit des cervicales craquer sous ses mains puissante. Intérieurement je me dis que j'étais plutôt content d'être celui qui l'aide! Je fis un signe à Carlos pour qu'il entraîne cette pourriture de connard plus loin.

C:- Santa Maria... il est faible Jack...

- Amène-le plus loin. Tu peux le menotter proche de son pote dans la chambre rose.

Un cri retentit dans la petit chambre de garçonnet que je me retournai vers elle. Merde! Mon flingue! Je l'avais laisser tomber dans la lutte et là elle le braquai sur nous. J'étais parvenu assez rapidement à la conclusion que la demoiselle ne reconnaissait pas son père. Je levais les mains pendant que Carlos était figé aussi avec une main du bandit entre les siennes. La tension montaient dangereusement et je m'avançai lentement les mains en l'air le regard rivé vers elle.

- Ne faites rien mademoiselle... attendez...

Je passai devant Harry pour au moins servir de bouclier, puis c'était moi qui était entraîné pour des situations comme ça. Je glissai une main dans ma poche avec quelques arrêts parfois la sentant devenir nerveuse. Je jetai un regard à Harry pour m'assurer qu'il tenait encore debout. Le pauvre il devait être tellement sonné, mais c'est surtout son coeur qui m'inquiétait moi. Je voyais sa veine palpiter dans son cou et sérieusement je me demandais s'il n'allait pas me claquer entre les mains. Je sentais mon coeur s'affoler dans ma poitrine tellement il cognait fort. Je tournai mon regard vers elle en lui dépliant ma carte.

- Calmez-vous mademoiselle. Je m'appelle Jack Sutton, je suis agent au FBI de Quantico. Je ne vous veux aucun mal on souhaite seulement vous apporter en sécurité.

Je me tassai lentement laissant de la place pour Harry. Il devait peiner pour prendre sa fille contre lui. Seulement elle était apeurée tel un animal sauvage. Je jetai ma plaque sur le sol devant elle pour au moins elle se rende compte que ce n'était pas une plaque bidon. Je gardai les main relevées mais fit signe èa Carlos de sa magner pour aller menotter le dernier connard. On y était arrivés! Après 12 ans de plan, de pistes infructueuse nous nous tenions devant Sury... et j'étais près à donner ma vie que c'était loin de l'idée de mon pote à mes côtés. IL voulait visiblement la tenir contre lui, rassuré qu'il était.

- Mademoiselle, on est venue pour vous sauver. Vous devez reconnaître votre père... Harry. IL vous a attendu pendant 12 ans...


Je regardai mon ami à mes côtés et lui fit signe de prendre la relève. C'était à lui de la rassurer, qu'elle était en sécurité. Je me tournai vers un Carlos hésitant mais néanmoins rassuré qu'elle soit saine et sauve.

- Combien de temps encore Carlos?

C:- 5 minutes Jack. Juste le temps de mettre mademoiselle en sécurité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: La chance tourne pour ceux qui le mérite.. ( PV Harry et Jack ) Ven 5 Juil 2013 - 11:50

Elle ne le reconnaissait pas ? Comment pouvait-elle ne pas le reconnaitre ? Comment ne pouvait-elle pas reconnaitre son propre père qui ne voulait qu'une chose retrouver son enfant et la mettre en sécurité là il pourrait la protéger de tout mal ? Il était sonné, sous le choc, incapable de bouger ni de dire quoique ce soit, en une seconde il avait été mis hors jeu, et c'était pas celle pour qui il s'était battu si longtemps. Evidemment qu'elle ne se souvenait pas, évidemment qu'elle était terrorisée et souffrait atrocement après ce que ces monstres avaient pu lui faire, évidemment qu'elle n'arrivait plus à se rappeler de qui il était. Elle, elle ne voyait qu'un salopard de plus voulant profiter d'elle pour lui faire du mal, un gros type baraqué n'hésitant pas à utiliser sa force pour brutaliser une petite fille sans défense et effrayée, un connard incapable de compassion et inhumain, capable des pires choses juste pour son plaisir personnel. Une douleur fulgurante crispa son cœur, comme une pointe traversant sa poitrine, il crut qu'il allait s'écrouler sur place, mais il se tint immobile face à l'arme qui le visait, dans la main de Sury qui l'avait ramassée. La douleur violente longtemps ne s'estompa pas.

Les yeux rivés sur sa petite fille que l'oubli séparait de lui il vit du coin de l'œil Jack s'approcher, passant devant lui, s'interposant entre le boxeur et une possible balle. Tout doucement il sortit quelque chose de sa poche, un moment je me demandai ce qu'il foutait à part chercher à se faire flinguer, mais il finit par extirper sa carte du FBI qui montra à Sury précautionneusement tout en se présentant, cherchant à sa rassurer sur ses bonnes attentions. Il se doutait évidemment qu'elle ne serait pas aussi facile à convaincre de leur faire confiance. Mais il avait l'habitude aussi de ces situations, il faisait ce qu'il pouvait pour désamorcer la très délicate tensions qui s'étaient emparée de tout le monde. Harry, lui, était le plus angoissé des trois hommes, avec Sury ils devaient en ce moment battre des records en matière de peur et d'angoisse. Il avait peur pour elle, tellement peur, il voulait enfin pouvoir l'avoir en sécurité et saine et sauve, pas ainsi blessée et terrifiée, désespérée au point de ne reconnaitre en son père qu'un inconnu aux mauvaises intentions. Mais elle était là, elle était en vie, elle n'était pas quelque part dans un fossé ni enfermée dans un sac plastique au fond de l'eau, elle était vivante. Et pour l'instant en sécurité.

Jack dit tout ce qu'il voulait dire pour la rassurer puis laissa sa place à Harry, s'écartant, conscient que seul lui pouvait faire revenir les souvenirs de Sury et se rappeler à elle. Le temps passait, il en était conscient, il leur était compté. Harry ne bouge pas, il n'avança pas, conscient que sa carrure l'effrayait, très lentement il s'accroupit devant elle, se mettant à une hauteur proche de la sienne, elle avait hérité de la petite taille de sa mère. Il grimaça de douleur en sentant sa blessure à la cuisse qui lui aurait arraché un hurlement de souffrance s'il n'avait pas serré ses mâchoires comme de redoutables portes de fer. Il la regardait dans les yeux, elle et lui avaient les mêmes yeux, elle avait le même visage et ils avaient les mêmes yeux, le même regard…

- Sury… C'est moi… n'ait pas peur… je te ferai pas de mal… Je t'aime ma puce il faut que tu te souviennes de moi… Je sais que ça fais longtemps qu'on s'est pas vu… mais j'ai pas arrêté de te chercher tu sais… Maintenant je suis là…

Il devait faire travailler sa mémoire, si elle était venue ici c'était qu'elle se souvenait de son ancienne maison et de sa famille, elle ne parvenait pas juste à assimiler que l'homme en face d'elle était son père, il devait l'habituer à lui et la faire se souvenir de lui jusqu'à qu'elle comprenne qui il était. Il regarda autour de lui sans faire de mouvements brusques, ils étaient dans la chambre de son petit frère Jimmy, il y avait trainant par terre la batte de baseball avec laquelle elle s'était défendue tout à l'heure, sur une commode il y avait un vieux cadre photo montrant Jimmy bébé dans les bras de sa mère avec Sury contre elle et Harry enlaçant sa femme et sa fille le regard posé sur le bébé, des jouets qu'il n'avait pas pu ranger trainer encore ici et là en bazar.    

- Tu sais où on est ? Je sais que tu le sais parce que c'est ici que tu es venue… On est à San Francisco, la maison où tu as grandi une majeure partie de ton enfance après qu'on ait déménagé de Chicago… Tu te souviens de cette chambre ? C'est la chambre de Jimmy ton petite frère, il portait en seconds prénoms les noms de mon père James, et de mon grand-père, Ellias. Toi tu t'appelles Sury Margaret, Magaret c'était le nom de ta grand-mère maternelle… la mère de la maman, Maya… Ils sont tous sur la photo qu'il y a sur la commode…

Dit-il en désignant le cadre photo en bois posé non loin d'elle. Il était toujours complètement immobile, sa blessure le faisait souffrir mais ça allait il encaissait pour l'instant, et puis visiblement tout le monde avait bien besoin d'un petit tour à l'hosto… Il continua sans la perdre des yeux toujours d'une voix douce et calme.

- Tu aimes toujours le baseball ? Tu aimais beaucoup ce sport quand tu étais petite, on t'a offert cette batte pour ton anniversaire à tes 7 ans… On avait aussi été au zoo cette année là tu avais vu des singes capucins c'étaient tes animaux préférés tu en avais des tas en peluches…

Il ne savait plus quoi dire pour la convaincre, le temps filait et ils devaient être partis avant l'arrivée de la police, putain pourquoi il avait fallu que ça se passe comme ça… Et Harry qui se vidait de son sang par sa plaie à la cuisse, heureusement le saignement avant l'air de se réduire mais la douleur était restée perçante tout comme celle lancinante dans sa poitrine. Il jeta un coup d'œil à la photographie sur la petite table, le visage de Maya semblait tout illuminé dessus, avec ses cheveux roux brillants… Elle était si belle… Il retourna ses yeux vers sa petite fille, essayant de continuer de stimuler sa mémoire.

- Tu te souviens de ta mère ? Tu lui ressembles beaucoup… Tu l'adorais et elle aussi elle t'aimait tellement… Tu dois pas te souvenir parce que c'est très vieux mais quand tu étais bébé tu adorais qu'elle te chante une comptine que lui chantait sa mère quand elle était petite en maori, sa langue maternelle. Ta mère savait un peu parlé Maori mais elle connaissait surtout les chansons, et elle te chantait celle-là, je sais pas parler le néo-zélandais et je me souviens plus des paroles, mais je crois que je peux retrouver l'air… Mais je chante très mal…

Doucement il se mit à fredonner les quelques notes dont il se souvenait du refrain de la comptine néo-zélandaise, ayant entendu Maya la chanter à leurs enfants des milliers et des milliers de fois quand ils étaient tous petits. Il se souvint du nom, elle s'appelait E papa waiari, et il arriva même à tenir le refrain en entier malgré ses maigres souvenirs d'une chanson qui n'était pas dans sa langue. Il trouvait que le maori était une très belle langue, sa femme lui en avait appris des mots à l'époque il y a longtemps, il ne s'en souvenait plus très bien, elle ne lui avait appris que quelques petites choses simples comme ça, il en avait tout oublié. Il se força tout de même à fouiller dans ses souvenirs pour en retrouver quelque chose, car Maya utilisait souvent des expressions en maori pour parler aux enfants, tout en leur apprenant l'anglais comme langue principale, elle n'en avait certainement plus grand souvenir mais peut-être qu'elle pourrait se rappeler si il arrivait à se souvenir ce que leur mère disait en maori. Il se souvint, oui, une chose lui revint en mémoire, lors de leur mariage, dans ses vœux, elle avait dit quelques choses en maori, lui aussi avait réutiliser cette expression dans ses vœux pour rendre honneur à la Nouvelle-zélande dont Maya était à demi originaire de part sa mère. Ca voulait dire je t'aime, il le réentendait dans sa tête comme si elle le murmurait encore à son oreille :

" E aroha ana ahau ki a koe "

C'était une des rares fois où il n'éprouva aucune souffrance au souvenir de Maya, mais au contraire il ressentit une paix et un bonheur immense le submerger, il était calme et serein pendant un instant. EMaya utilisait souvent ces mots pour dire je t'aime aux enfants, si elle ne s'en rappelait plus directement, ça Sury ne pourrait pas l'oublier, c'était des choses qui étaient gravées en nous. Alors il lui murmura doucement un peu hésitant sur la prononciation, cherchant les mots…

-  E aroha ana ahau ki a koe…


(La comptine en question...)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: La chance tourne pour ceux qui le mérite.. ( PV Harry et Jack ) Lun 8 Juil 2013 - 22:43

Sury était toujours en joue contre les trois individu devant-elle. Devant trois hommes aux allures musclés qui pouvaient sans aucun doute la tuer en un claquement de doigt. Elle tenait fébrilement le revolver ramassé plutôt sur le sol de la chambre de Tommy, elle posa lentement et délicatement le doigt sur la détente en le pointant sur l'homme qui lui parler qui s'était mis devant-elle pour tenter de la raisonner. Ce dénommer Jack Sutton voulait que son bien à ce qu'elle comprit et qu'il était aussi du FBI. Elle n'y croyait pas un mot de ce qui sortait de la bouche de cet individu. Elle pointa son arme contre lui enfermant a cross de ses deux mains.

- Calmez-vous mademoiselle. Je m'appelle Jack Sutton, je suis agent au FBI de Quantico. Je ne vous veux aucun mal on souhaite seulement vous apporter en sécurité.
- Je vous crois pas !!!

Le coeur de Sury s'emballa et sa respiration s'accéléra, elle regarda durement Jack et pointa toujours son arme contre lui, elle était prête a faire feu, elle s'arrêta net quand celui ci lui parla de son père de Harry Hudson celui qui la éleva pendant ses première années, celui qui est dans son cœur depuis sa naissance, l'homme à qui elle pense chaque seconde depuis le jour de sa disparition. Derrière ce cacha un homme aux allures de garde du corps, grand baraqué des traits commun avec la jeune fille, des traits qu'elle ne reconnu pas. Son papa ce tenait devant-elle, il venait de prendre la relève, essayer de faire entendre raison à sa fille. Il s'avança doucement devant son ami policier et regarda Sury dans les yeux. Étrangement elle se sentit tout de suite en confiance, grâce à ce regard elle baissa de quelques millimètres son arme, elle n'était pas sûr que cet homme était son père qu'elle était enfin sauvé de toutes ses années de misère. L'homme tenta de la rassurer mais Sury ne savait plus trop quoi penser, on lui a tellement menti durant toutes ses années,on lui a dit que son père avait refait sa vie qu'il l'avait oublier qu'il avait même fait une pierre tombale avec sa mère et son fils elle s'était faite à l'idée qu'elle ne reverrais jamais les siens. Quand l'homme qui ce dit être Harry se mit à parler.

Tu sais où on est ? Je sais que tu le sais parce que c'est ici que tu es venue… On est à San Francisco, la maison où tu as grandi une majeure partie de ton enfance après qu'on ait déménagé de Chicago… Tu te souviens de cette chambre ? C'est la chambre de Jimmy ton petite frère, il portait en seconds prénoms les noms de mon père James, et de mon grand-père, Ellias. Toi tu t'appelles Sury Margaret, Magaret c'était le nom de ta grand-mère maternelle… la mère de la maman, Maya… Ils sont tous sur la photo qu'il y a sur la commode…

Sury essaya de chercher dans le regard de son interlocuteur une hanse de mensonge mais elle ne vit rien, et puis tout ce qu'il disait était vrai. Elle tourna légèrement la tête vers la commande près d'elle. Cette fameuse photo était exactement pareil que ce que Harry venait de raconter. Elle regarda attentivement la photo et reporta son attention sur Harry la ressemblance fut flagrante. Cet homme était bel et bien son papa avec quelques années en plus bien sûr.

- Tu aimes toujours le baseball ? Tu aimais beaucoup ce sport quand tu étais petite, on t'a offert cette batte pour ton anniversaire à tes 7 ans… On avait aussi été au zoo cette année là tu avais vu des singes capucins c'étaient tes animaux préférés tu en avais des tas en peluches…

Sury ne trouva plus la force de parler elle hocha positivement la tête, pour lui confirmer que oui elle aimait toujours ça. Elle aimait courir sur le sol fraîchement battu, courir de base en base, elle était la meilleure de son équipe la seule à faire des home run et courir tout le long du terrain en une seule fois. Tout ça grâce à son père qui l’entraîner en dehors de ses séance d'entrainement.

- Tu te souviens de ta mère ? Tu lui ressembles beaucoup… Tu l'adorais et elle aussi elle t'aimait tellement… Tu dois pas te souvenir parce que c'est très vieux mais quand tu étais bébé tu adorais qu'elle te chante une comptine que lui chantait sa mère quand elle était petite en maori, sa langue maternelle. Ta mère savait un peu parlé Maori mais elle connaissait surtout les chansons, et elle te chantait celle-là, je sais pas parler le néo-zélandais et je me souviens plus des paroles, mais je crois que je peux retrouver l'air… Mais je chante très mal… E aroha ana ahau ki a koe…

Les larmes commencèrent à rouler sur les joues aussi blanche que la neige, elle reprit la chanson que son père venait de commencer et abaissa complètement son arme. Elle se mit à pleurer en entendant dans sa tête la voix de sa maman qui lui chanter tout les soirs cette chanson pour qu'elle s'endorme. Quelques fois son père lui chanta, elle ria toujours car il ne savait pas chanter mais dans sa bouche cette chanson même si il ne savait pas chanter était toujours aussi mélodieuse. Elle laissa tomber le revolver, et se traîna jusqu'à lui pour lui tomber dans les bras. Elle fondit en larmes dans les bras musclé de son papa. Après toutes ses années d'attente, elle était enfin sauver, elle était enfin dans les bras de son géniteur. Elle le sera fort contre elle
- PAPA..!! tu m'as tellement manqué....lui dit-elle en larmes
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Jack Sutton 





• • • • • • • • • • • • •


▌Messages : 977
▌Date d'inscription : 10/06/2012
▌Métier : Agent FBI spécialiste en explosifs// Chef intérim
▌Avatar : Keanu Reeves


MessageSujet: Re: La chance tourne pour ceux qui le mérite.. ( PV Harry et Jack ) Mer 10 Juil 2013 - 4:16

Pendant tout le temps que Harry parla je tenais mes mains en vue pour éviter qu'elle me tire dessus ou sur mon indic. Carlos et moi échangions des coup d'oeil presque affolé mais avec un calme olympien. Il évoquait les souvenirs et sérieusement je me dis que cette gamine avait été durement éprouvée pour ne pas reconnaître son père. Il entama une comptine en maori, langue inconnue pour moi en fait, et je fus forcé d'admettre qu'il chantait comme une casserole le pauvre. Mais malgré mon petit sourire pincé je me dis que ça devrait aider la jeune fille. Quand elle se jeta dans ses bras moi et Carlos poussâmes un soupir de soulagement. L'arme tomba derrière Harry et j'allai la récupérer pour la mettre dans mon étui à ma taille.

- Jack faudrait...

- Attends encore quelques...

- IL reste à peine le temps de se rendre au VUS.


Je regardai ma montre et je dus constater que c'était vrai. Je voulais que Harry prenne quelques minutes pour profiter de sa fille enfin retrouvée. Je levai un oeil ver eux et le tableau était quand même émouvant. Sury disparaissait carrément dans ses bras et elle avait le visage enfoui dans l'épaule de son père. J'ose à peine imaginer ce qu'il lui ont fait subir, les menaces qu'elle à entendue. Je m'approchai lentement de ce joli tableau offert pour parler à Harry. Ça me crevait le coeur de devoir les détacher ainsi.

- Harry, il faudrait mettre mademoiselle en sécurité. Suivez Carlos et je vous suis dans quelques minutes. Prenez place derrière le VUS, y'a tout pour vous soigner.

Je risquai un oeil attendri vers la jolie demoiselle lovée contre son père et force de remarquée combien elle était jolie. Dans se syeux ont voyait la lueur de la battante, de la fonceuse qui c'est battu pour sa survie. Oui pas de doute c'était la digne fille de monsieur Harry Hudson.

- Mademoiselle, une joie de vous rencontrer enfin. Allez dépêchez-vous je dois remettre le dossier au renforts.

C'était l'entente. Carlos les menait au point de rencontre et je les rejoignais rapidement sur la moto de celui-ci. J'attendis que Harry se détache de sa fille pour l'aider à se relever... enfin relever était facile à dire il avait quand même quelques blessures. Je repris ma plaque et la glissai dans ma poche leur faisant signe de partir rapidement. On avait l'air de n'importe quoi! Carlos, Harry et moi-même amoché au possible mais tout de même moins pire que les 5 salopards qui trônaient un peu partout dans la maison. J'aidai Harry à descendre lentement chaque marche et une fois sur le pas de la porte je le regardai bien en face.

- Ça été la promesse la plus logue de toute ma vie. Allez filez avant de vous faire prendre.

J'attendis qu'il soit hors de vue pour sortir le dossier humide de sous ma veste par-balle et attendre les renforts. Je m'appuyai au chambranle de la porte et attendit. Une tension énorme venait de quitter mes épaules. Enfin ma promesse remplie! La petite avait retrouvé le nounours dont j'avais soutenu pendant 12 ans. J'entendais des sirènes hurler au loin et là commençait la deuxième partie de ma mission. Celle de donner les ravisseurs ET de faire taire l'affaire au risque de perdre mon job.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: La chance tourne pour ceux qui le mérite.. ( PV Harry et Jack ) Ven 12 Juil 2013 - 16:04

Il sut que tout été enfin terminé lorsqu'il l'entendit doucement entonner l'air qu'il avait commencé, reprenant à sa suite la comptine néo-zélandaise que lui avait si souvent chanté sa maman. Des larmes roulèrent sur ses joues pâles enfouies entre les mèches de sa chevelure de cuivre emmêlée, Harry aurait voulu la prendre contre lui et l'enfouir dans ses gros bras, mais il ne voulait pas la brusquer et commettre encore une fois la même erreur. Elle lâcha l'arme qui tomba à ses pieds et se jeta épuisée dans ses bras en pleurant. Il la serra contre lui doucement en caressant ses cheveux, il embrassa le sommet de son crâne et la tint contre lui la protégeant de ses gros muscles.

- Chut, je suis là… c'est fini…

Il y comptait bien, maintenant qu'il l'avait il ne laisserait plus personne y toucher ni même s'en approcher. Il était blessé mais il s'en moquait bien, il était capable de supporter la douleur et s'il avait perdu un peu de sang maintenant la plaie ne coulait presque plus. Tout son cerveau était tourné vers Sury qu'il tenait contre lui, elle lui était enfin rendue, il ne pouvait pas imaginer tout ce qu'elle avait pu subir, mais il le sentait à travers elle, il ne laisserait plus qui que ce soit lui faire de mal. Il était heureux de la tenir contre lui, présentement plus rien n'importait d'autre. Il avait du tellement faire pour la retrouver, et elle aussi avait du tellement endurer pour s'en sortir. Il avait du tellement attendre sans jamais savoir, tout ce temps où elle avait souffert. Il avait du espérer sans rien avoir à se raccrocher, elle avait du garder espoir. Il avait du combattre contre lui-même pour réussir à avancer, elle avait du combattre ses tortionnaires pour s'échapper. Il avait du surpasser tout ce qui les séparait, même elle, il avait du surpasser sa peur, sa terreur, sa souffrance, et les limites même de sa mémoire, de son esprit, blessé, pour enfin la retrouver. Jack voulut leur laisser du temps, mais ils en manquaient, il fallait partir. Ce n'était pas terminé. Il fallait fuir d'ici avant l'arrivé de la police, fuir ceux qui nous poursuivraient, les empêcher de lui faire du mal, il fallait soigner Sury pour la ramener enfin chez elle. Dans les bras de Harry elle était toujours chez elle. Son ami s'approcha doucement d'eux pour les presser de partir, il fallait s'en aller maintenant, on ne pouvait plus attendre et Carlos très nerveux n'arrêtait pas d'insister. Harry releva son regard, ses yeux étaient rouges, vers Jack et hocha la tête de haut en bas. Il murmura à l'oreille de sa fille pour la rassurer :

- N'ai pas peur, ce sont des amis, ils ne te feront pas de mal, tu restes avec moi ne t'inquiète pas.

Il se détacha d'elle, sans la lâcher pour autant, la gardant prêt de lui et sous sa protection tandis qu'il veillait sur elle comme un lion sur son clan, ou plutôt un puma, son emblème de boxeur. Jack l'aida à se relever, rapidement il déchira du tissu du bas de son pantalon pour l'attacher autour de sa plaie à la cuisse afin d'en arrêter le saignement en attendant de pouvoir se soigner. Il aida sa fille à se relever, elle était fatiguée, et aidé de Jack ils descendirent les escaliers, le plus vite qu'ils pouvaient dans l'état où ils étaient. Heureusement il ne vit pas en passant les pourritures qui avaient osé porter la main sur sa fille, c'était mieux pour eux, il les avait déjà bien amoché, mais il n'aurait pas hésité une seule seconde à les tuer. En bas ils devaient se séparer de Jack qui resteraient sur place pour transmettre le dossier à la police, et surtout les criminels que nous avions capturé, avant de nous rejoindre plus loin au point de rendez-vous qui se situait juste en dehors de la ville.

- Merci…

Répondit-il à Jack, ému, mais avec ensuite un regard appuyé qui voulait dire "rejoins nous vite ou je t'éclate le crâne". Ils sortirent et il mena sa fille qu'il tenait contre lui jusqu'à la voiture dont Carlos allait prendre le volant tandis qu'il allait à l'arrière après avoir aidé sa fille à s'y installer. Ils devaient aller à l'hôpital, mais pas dans cette ville, c'était trop près, trop dangereux, ils allaient devoir faire un peu de route avant de pouvoir s'arrêter dans un hôpital, ils devaient s'éloigner des ravisseurs de Sury qui voudraient certainement la récupérer, avec son implant en plus ils pouvaient les suivre à la trace, ils devaient l'enlever au plus vite. En attendant ils devaient être vigilants. Rouler vite, ne pas s'arrêter trop longtemps ni trop souvent, prendre les petites routes… Une fois dedans Carlos démarra en trombe et ils s'éloignèrent de la maison dans les rue de San Francisco, pile avant l'arrivée de la police.

- Tu es blessée ?

Demanda-t-il à Sury en l'étudiant du regard, elle était dans un sale état, il repéra la blessure à sa jambe, tel père telle fille visiblement. Il attrapa à l'arrière la trousse de soin, après y avoir balancé son coup de poing américain, gardant toujours par contre son arme à la ceinture, en roulant ça n'allait pas être évident mais il ferait ce qu'il pourrait en attendant d'être au point de rendez-vous où ils pourraient enfin s'arrêter. Ses compétences en la matière devraient suffire en attendant l'hôpital, il n'avait jamais reçu aucune formation en médecine mais il savait recoudre l'arcade d'un boxeur, arrêter l'hémorragie d'une plaie, et plusieurs autres trucs qui pouvaient résulter d'un combat de boxe, en attendant les soins d'un vrai médecin. Elle avait l'air affamée la pauvre et si fatiguée, il y avait de la nourriture en prévision dans la voiture, il lui demanda donc si elle avait faim :

- Tu veux manger ?

Il fallait qu'elle reprenne des forces et qu'elle se repose, elle avait besoin de soins mais aussi d'attention et d'écoute, et qu'on soit là pour elle. Il serait là tout le temps pour elle. Il attrapa une couverture qu'il passa autour d'elle pour ne pas qu'elle ait froid.

- Ne t'inquiète pas, ça va aller, d'accord ?

Et lui ? Est-ce qu'il s'inquiétait ? Il avait peur, mais il savait qu'avec le barrage de leurs trois personnes ils ne pourraient jamais la récupérer, il ne les laisserait plus jamais lui faire du mal, à aucun prix. Pourtant la situation était dangereuse… Et sa blessure le faisait beaucoup souffrir, surtout maintenant que l'adrénaline redescendait. Mais il voulait en priorité s'occuper de celle de Sury.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: La chance tourne pour ceux qui le mérite.. ( PV Harry et Jack ) Sam 10 Aoû 2013 - 9:09

Elle avait enfin retrouvée un père, son père. Celui dont-elle rêver sans cesse de retrouvée de reformer une famille comme avant toute cette malheureuse histoire. Elle espérait retrouvé son petit frère, pouvoir le serré dans ses bras encore une fois, que sa mère vienne la prendre dans ses bras pour lui dire que tout va bien mais tout cela n'arrivera pas. Au moins son père est là, cet homme dont elle était très proche enfant et qui est devenu un peu un étranger. Ces individus malhonnête lui ont tellement bourrer le crâne avec des paroles comme " ton père à refit sa vie, tu crois qu'il essaye de chercher une pauvre fille comme toi ? " Au fur et à mesure elle avait finit par y croire mais cette preuve que harry venait de lui faire était celle qui ne l'a jamais oublier et toujours rechercher. Elle s'appuya contre lui pour sortir de cette chambre, elle n'oublia pas de lancer un regard des plus noirs à son tortionnaire en lui jetant un juron en espagnol. Elle marcha en titubant, sortir de la chambre de son enfance profaner par cet homme sans scrupule. Elle avança un pied devant l'autre en les traînant sur la moquette bleu. Elle se retrouva au dessus des marches, elle les descendit avec difficulté mais grâce à son père elle y arriva, maintenant elle pourrait arrivée à faire tout et n'importe quoi maintenant qu'il est de nouveau près d'elle.

Elle mit un pied dehors, elle s'arrêta un instant pour fermer les yeux et respirer un bon, cet air frais et pure. Un air qu'elle n'avait jamais le droit de côtoyer. Elle était toujours enfermé pour être sûr qu'elle ne s'échappe pas. Elle ne voyait pratiquement jamais les rayons du soleil, elle ne sortait que le soir pour aller rejoindre ses clients. Elle rouvrit les yeux et avança de nouveau vers une voiture, celle grâce à qui Harry à pu venir, et monta à l'arrière avec son père. Elle se glissa sur le siège en imitation cuir noir jusqu'à ce qu'elle ce calme à la portière, laissant tomber sa tête sur la vitre. Son père lui demanda si elle était blessé, elle descendit sa main sur sa jambes meurtri pour lui montrer. De sa fenêtre elle regarda le paysage, un paysage qu'il l'avait bercer toute son enfance, elle pensait pouvoir rester vivre ici, mais apparemment son père avait déménager. Ses yeux se ferma lentement, la fatigue commença à lui prendre toute son énergie ainsi que sa blessure, où elle avait perdu beaucoup de sang. Son garo était devenu rouge, voir noir. Elle regarda son père quand il lui dit que tout aller bien ce passer. Elle lui sourit, un sourire sur un visage pâle. Elle commençait à baisser les bras, elle réunit toute ses dernières forces pour aller se caler contre son père.

- Maintenant oui...


Ce fut ses derniers mots avant de tomber dans l'inconscience. Elle relâcha son bras sur la cuisse de son père et l'autre à côté d'elle. Sa blessure ce remit à saigner, heureusement qu'ils allaient bientôt arriver à l'hopital où elle sera soigner.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Jack Sutton 





• • • • • • • • • • • • •


▌Messages : 977
▌Date d'inscription : 10/06/2012
▌Métier : Agent FBI spécialiste en explosifs// Chef intérim
▌Avatar : Keanu Reeves


MessageSujet: Re: La chance tourne pour ceux qui le mérite.. ( PV Harry et Jack ) Dim 18 Aoû 2013 - 22:36

Je regardai le VUS s'éloigner ainsi que le vrombissement de celui-ci. Ce ne fut pas très long que le bruit fut remplacer par celui des sirènes hurlantes des voitures de police. J'étais encore appuyer sur le chambranle de la porte fixant la marée de voitures blanches qui arrivait en trombe. La porte d'une de celle-ci s'ouvrit à peine arrêté et un agent en sorti les visage couvert de rides et buriné par le soleil. Je le fixai impassible et surtout intensément. Sans un mot je lui donnai le dossier que j'avais et il fit déployer ses agents dans les divers pièces où était les malfrats. L'agent pris le dossier et le feuilleta comme je me mettais en marche.

- Agent Sutton... ce dossier est clos depuis...

- 12 ans je sais. dis-je froidement, Cependant j'ai fait une promesse à un homme et je me suis engagé à la respecter et une chance. Car cet après-midi nous avons retrouver sa fille.

- Sa... fille?? Elle...

- Elle est vie oui. Et salement amochée. Pendant que vous aviez décidé que c'était une cause perdue MOI je me suis engagé à suivre toutes les pistes qui m'étaient fournies. Pendant que vous faisiez les sale putin de lâche bureaucrates moi je faisais mon boulot. J'ai mis de mon temps pour aider un homme terrassé par le destin.

- Agent Sutton comprenez...


- Comprendre quoi bordel?! Un homme perds sa famille mais on arrête tout faute de preuves?C'est ça pour vous protéger et servir?

- Mais il y a 12 ans vous n'étiez pas du FBI...

- Non de la police de Los Angeles, du LAPD. Mais j'ai continuez quand même. Vous avez tout ce qu'il faut pour les coffrer. De la prostitution à l'enlèvement et traites des blanches et j'en passe. Je vous laisse ça entre les mains monsieur. Oh! Et on s'entend que vous n'avez jamais entendu parler de moi ni de monsieur Hudson. Je risque quand même ma carrière...

L'agent releva ses yeux du dossier et me fixa longuement. Je demeurai devant lui droit et impassible presque froid. Je soutenais son regard longuement quand celui-ci referma le dossier lentement et me tendit la main. Je la serrai avec un petit sourire entendu.

- Vous avez des couilles Agent Sutton. Promis je ne dirais rien et encore une fois félicitations pour votre acharnement. Enfin un réseau qui serra démanteler.

Je le remerciai d'un signe de tête et me dirigeai vers l'extérieur et j'enlevai ma veste par-balles et la fourrai dans une des sacoches de Carlos. Je l'enfourchai et pris quelques secondes pour remercier le ciel d'être encore en vie. Je pourrais voir mon bébé... et Nolène. Je chassai cette pensée et démarra la moto et fonçai sur la route pour rattraper le VUS à notre lieu de rendez-vous.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: La chance tourne pour ceux qui le mérite.. ( PV Harry et Jack ) Lun 2 Sep 2013 - 15:26

- Sury ? Sury !

Appelait-il, à la fois avec douceur et inquiétude, elle avait refermé ses yeux et semblait inconsciente dans ses bras, son visage pâle lui faisait peur mais elle devait être épuisée. Il prit sa jambe délicatement, observant la blessure qui saignait à nouveau, elle avait très mauvaise mine, la plaie rouge virait au noir, il mit sa main dessus pour arrêter l'écoulement de sang, vu ce qui imbibait le tissu autour de sa jambe elle devait en avoir déjà perdu pas mal et il devait calmer l'hémorragie. Il attrapa la trousse de secours avec son autre main et l'ouvrit, en extirpant bandages, alcool désinfectant et autres petites choses plus ou moins douloureuses mais qui pouvaient sauver la vie de quelqu'un au besoin.

- Elle ne va pas bien, il faut aller à l'hôpital.

Indiqua-t-il au chauffeur qui lui précisa qu'ils arrivaient au point de rendez-vous et que Jack devrait être là d'une minute à l'autre, et après hôpital… Il ne voulait pas attendre, il voulait y aller tout de suite, elle allait mal, elle avait besoin d'aide. Sa main qui n'était pas recouverte de sang effleura son visage comme pour la rassurer.

- Ça va aller t'inquiète pas…

Elle était si froide, sa peau était glaciale, il ramena bien la couverture sur elle pour l'envelopper dedans. Puis il défit précautionneusement son garrot sauvage, découvrant la plaie à vif et malmenée, il fit pression avec des compresses imbibées d'alcool et noua au-dessus un autre garrot plus propre, il attendit que le saignement diminue pour enlever les compresses qu'il devait changer au fur à mesure que le sang les réduisait en bouillies filandreuses. Carlos se gara à se moment là, ils se trouvaient dans une lande déserte juste en dehors de la ville, très bien, il serait mieux pour s'occuper de la blessure si la voiture arrêtait un peu de bouger. Il pria une fois arrêté Carlos de venir l'aider. Il était tellement inquiet que sa blessure à lui ne lui faisait même plus mal.

- Tiens moi ça…

Dit-il en lui posant un tissu dans les mains sur lequel était posé divers instruments et du fil. Il alluma la lumière du plafonnier de la voiture pour y voir plus clair. Il nettoya la blessure avec de l'alcool et un linge propre puis prenant une petite pince à épiler il enleva les caillots noirs et autres croutes qui avaient commencé à se former et auraient pu provoquer une infection. Une fois la plaie bien propre, ainsi que ses contours, il prit du fil et une aiguille et commença à recoudre comme il pouvait la blessure. Il n'était pas médecin et ça ne suffirait pas, ils devaient aller à l'hôpital le plus vite possible mais Carlos ne cessait de lui répondre qu'on devait attendre Jack, Harry le savait mais il avait tellement peur pour elle que sa rationalité en avait pris un coup. Une fois terminé il renoua des bandages autour de la blessure et défit le garrot doucement. Il observa Sury, regardant si elle n'avait pas d'autres blessures qui auraient besoins de soins immédiats. Elle avait surtout beaucoup d'hématomes et de bleus ainsi que des égratignures superficielles. Pendant toute son intervention il n'avait pas cessé de lui parler pour la rassurer et la réconforter, pour qu'elle n'ait pas peur et pour lui dire aussi tout ce qu'il était entrain de faire. Il était conscient que ça pouvait être douloureux mais il n'avait pas vraiment beaucoup le choix. Une fois terminé il déposa un baiser tendre sur le front de sa fille chérie avant de l'allonger sur la banquette arrière, repoussant le reste des affaires sur la plage arrière. Il la recouvrit bien de la couverture et en mis une deuxième par-dessus pour être sûre qu'elle n'ait pas froid, il demanda aussi à Carlos de mettre le chauffage. Il prit une bouteille d'eau fraiche dont il imbiba un tissus propre qu'il passa doucement sur son visage pour la rafraichir et la nettoyer un peu.

Carlos lui fit remarquer avec une certaine inquiétude sa jambe qui se remettait à saigner, le sang rouge sombre s'écoulant le long de son pantalon. Harry n'avait aucune envie de laisser sa fille dont il tenait doucement la petite main dans la sienne, comme quand elle était petite et qu'il attendait qu'elle soit profondément endormie pour s'en aller. Il envoya balayer les inquiétudes de son compagnon d'un revers de main, c'est vrai que ça commençait à le repiquer bien mais il refusait de laisser Sury toute seule même si c'était pour se soigner lui. Finalement Carlos finit par l'y contraindre de force en invoquant l'autorité que Jack avait sur lui, qui n'était pas encore arrivé mais n'allait pas tarder, en disant qu'il avait promit de veiller sur la petite mais aussi sur lui. Renfrogné il laissa sa fille à l'arrière, refermant la porte pour la garder au chaud, et alla à l'avant avec la trousse de soin pour s'occuper de sa blessure. Remontant son pantalon il découvrit la plaie qui n'avait pas du tout belle allure, la douleur lancinante lui revint à l'esprit et il grimaça, l'adrénaline l'avait laissé tombé et maintenant il avait juste très mal. Il nettoya la plaie et arrêta le saignement comme il pouvait avant de se recoudre, ce qui lui valu plusieurs jurons, puis de bander sa cuisse. Il se retourna pour surveiller sa fille à l'arrière, il effleura doucement sa main qui s'était un peu réchauffé à son grand soulagement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: La chance tourne pour ceux qui le mérite.. ( PV Harry et Jack ) Sam 7 Sep 2013 - 19:08

Sury sombra dans l'inconscience pour oublier la douleur vacillante de sa jambe, se mettre en veille pour enfin récupérer ce qui lui reste de force. Elle ne vit plus que le noir, un noir sombre une lumière qui fait peur. Dans ce tableau obscure elle vit comme une petite porte de lumière au loin devant-elle. Une personne grande et élancé s'approcha lentement, l'ombre de ses pas ce refléter sur le sol illuminer par cette lumière blanche et étrange. Sury plissa les yeux pour voir qui était cette personne et que lui voulait-elle ? Peut-être aussi que tout cela n'est que son imagination. En tout cas Sury était toujours inconsciente. Cette personne approcha de plus en plus Sury dans ce long tunnel noir illuminer par cette lumière mystérieuse, le bruit de ses pas résonna, Sury assise par terre se recula quand la personne arrive a quelques pas d'elle. Cet inconnue lui tendit la main et Sury pour une raison inexpliquée lui donna sa main et se releva. Quand elle fut debout le visage de l'inconnue n'était plus inconnue. Sa maman, sa défunte mère se trouva debout devant elle Sury se sentie en panique, si elle voyait sa mère et pouvait la toucher c'est qu'elle était morte elle aussi. Elle balbutia un "Maman" Lui tâta le bras pour être sûr qu'elle ne rêvait pas. Sa mère l'entraîna dans ses bras, la serra fort contre et la décolla lentement. Elle sentit une vague de chaleur envahir tout son corps, sa mère recula et reparti vers la porte illuminer en souriant à sa fille. Sury vit que tout lui tourner autour d'elle et ré-ouvrit lentement les yeux.

Sury essaya d'ouvrir les yeux, et tourna la tête très lentement vers l'homme qui se trouva à côté d'elle. Son coeur s'accéléra, elle ne reconnut pas l'endroit, pour elle, elle se trouva encore avec ces hommes sans pitiés. Elle se repella tout ce qui c'était passer durant ces 24h, son évasion, son trajet à bord du train de marchandise, son retour dans sa maison d'enfance, et surtout ses retrouvailles avec son papa qu'elle reconnut. Elle lui serra la main pour ne plus le perdre encore une fois. Elle voya encore le visage de sa mère illuminer par cette lumière divine, elle souria en regardant devant-elle. Le trajet pour l’hôpital fut assez long pour Sury, ses forces commencèrent à l'abandonner. Son père lui avait changer ses pansements, il s'en était très bien tirer. Dehors il n'y avait rien aux alentours, Sury se demanda où son père compter t-il l'emmener, a l’hôpital ? mais il n'y avait pas l'air dans avoir là où ils trouvèrent. Sury avait un peu de mal à bouger, elle avait surement quelques côtes cassés à cause de ces hommes, elle grimaça quand son père regarda si elle n'avait rien d'autre comme blessures grave. Carlos reprit la route, Sury était allongé de tout son long sur la banquette arrière, ce fameux Jack allait surement les rejoindre à l'hopital. Sury sentit les nid de poule sur lesquels Carlos roula. Sury commença à reperdre connaissance, son coeur se fatigua de plus en plus, elle avait perdu beaucoup de sang. Elle souri encore une fois en repensant à sa mère et son petit frère qui veillaient sur elle. La voiture s'arrêta enfin et Sury resta encore éveiller pour faire plaisir à son papa, pour ne pas le laisser seul. Pour l'instant seul son père peut s'approcher d'elle, le seul qui peut poser les mains sur elle. Sury se leva tant bien que mal et regarda par la fenêtre Cralos s'était garer devant un hôpital de la ville voisine, le coeur de Sury s'accéléra, la peur au ventre, tout ses hommes en robes blanches la fit paniquer, elle sorti de la voiture et tituba dehors

- Je ne veux pas d'hôpital !!!!

L’hôpital, tant de mauvais souvenirs pour elle, là où elle était séquestrer, il y avait un hôpital, un bon marché, a chaque fois qu'elle avait mal quelque part son tortionnaire l'envoya là bas, mais ce fameux hôpital n'avait pas de bon médecin. là bas on lui injecta plusieurs produit. Une fois on l'avait opéré mais on l'avait tellement mal soigner. Puis plusieurs de ses clients mexicains ou américains étaient des médecins, Sury eut peur dans croiser l'un d'entre eux...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Jack Sutton 





• • • • • • • • • • • • •


▌Messages : 977
▌Date d'inscription : 10/06/2012
▌Métier : Agent FBI spécialiste en explosifs// Chef intérim
▌Avatar : Keanu Reeves


MessageSujet: Re: La chance tourne pour ceux qui le mérite.. ( PV Harry et Jack ) Mer 25 Sep 2013 - 14:34

La moto me donnai un sentiment incroyable de liberté, d'ailleurs je me demande pourquoi j'en ai pas une présentement... Ah Oui! Parce que Nolène verra ça comme un engin où je me casserai la gueule à coup sûr. Mouais mais ce sentiment que la terre entière vous appartient était enivrant, exaltant en fait mieux que de foncer tête baisser sous les balles. La poussière levait derrière moi et le vent me fouettait le visage et sérieusement pour la première fois de ma vie un sentiment de sérénité m'envahit. On avait retrouvé Sury, j'allais devenir papa... et j'étais amoureux, encore, de Nolène. J'accélérai pour rejoindre le VUS.

Le soleil jouait entre les arbres et je dus mettre des lunette de soleil pour voir un peu celui-ci me tapant directement dans le visage. Je conduisais avec une fluidité et une aisance que je m'étonnai moi-même. Je m'inquiétais pour Harry qui avait quand même été amoché, mais surtout pour Sury. Depuis combien d'années elle avait subi des maltraitances? Est-ce qu'elle parviendrait à faire confiance à nouveau? Bon là pour le moment c'était seulement pour son papa alors moi... Je doute qu'elle m'écoute une seconde. Enfin je vis au loin le VUS et je vis Sury ce débattre et crier, et bien sûr mon informateur tenter de la calmer le plus possible. Je mit la moto sur son pied enlevai le casque et allai voir Carlos.

- Elle ne veut pas mec...

- Il le faut, elle est blessée et c'est le meilleur que j'ai pu trouver. Je peux pas prendre le risque de l'amener à Quantico... Tiens attends je vais voir ce que je peux faire.

Je lui donnai son casque et ses clés et allai vers la petite furie rousse, complètement paniquée et affolée. J'osais même pas la toucher, qui sait quel sévices elle avait eue pendant ses nombreuses années.

- Sury... calme-toi... regarde-moi.

J'attendis que la tension de se petit corps blessé, meurtri et surtout paniqué se calme. Je plantai mes yeux foncés dans les sien attendant qu'un contact visuel et confiant se fasse. Elle ne ressemblait pas tellement à Harry, du moins physiquement mais elle avait sa fougue et sa rage de vivre ça oui! Pour l'avoir côtoyer pendant 12 ans je pouvais reconnaître ça à 10 mille à la ronde!

- Écoute-moi, tu es blessé et ton père aussi. Vous avez besoin de soins ils sont gentils et professionnels ici. Je ne peux pas prendre le risque de te ramener à Quantico dans ton état. Harry doit y aller aussi et je suis certain qu'il veillera sur toi pour que rien n'arrive.


Je risquai un oeil vers le VUS pour voir l'état de mon pote. En fait on avait tous besoin de soin mais je doute que la jeune femme me laisse l'approcher plus près que je ne l'était déjà. Puis avec nos gueule de zombies ont faisait peur à voir en fait. Carlos me fit signe qu'il allait bien mais je lui servit un regard noir par-dessus l'épaule de la jeune femme.

-  Écoute on dois tous aller voir le docteur, on va entrer ensemble. Personne ici ne te veux du mal d'accord? Moi le premier, je veux juste que les docteurs s'assurent que ça va. Ça va Harry? Tu veux que j'aille t'aider vieux?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: La chance tourne pour ceux qui le mérite.. ( PV Harry et Jack ) Jeu 3 Oct 2013 - 1:18

Il avait craint qu'une fois à l'hôpital sa petite Sury se mette à paniquer, et ça n'y manqua pas. Terrifiée elle était sortie de la voiture et protestait vivement sur le parking devant le grand bâtiment blanc où ils attentaient toujours Jack et sa moto. Carlos était sorti directement à sa suite et tentait maladroitement de la calmer. Harry avait ouvert la porte, mais sa jambe lui faisait atrocement souffrir et il n'arrivait pas à se lever pour marcher. Le voyage en voiture s'était avéré long et même avec les soins de fortune qu'il s'était administré plus tôt, à son âge rouvrir ce genre d'ancienne blessure n'était jamais bon.

- Carlos, laisse-là…

Répliqua-t-il depuis la voiture, il voulait certainement bien faire mais il ne ferait que la terroriser encore plus. Harry savait qu'il était le seul présentement qui pouvait la calmer et la convaincre d'aller à l'hôpital, en la rassurant et en promettant de la protéger contre tout ce qui pourrait lui faire du mal et tout ce dont elle avait peur. Mais les initiatives du genre de celles de Carlos, maladroite et d'une approche trop abrupte pour une jeune fille si effrayée et traumatisée, ne risquait pas d'améliorer les choses. Si seulement il arrivait à se lever au lieu d'être bloqué là comme un con pendant que sa fille se débattait comme un diable comme si elle tuait pour sa vie alors que justement on essayait de la sauver.

A ce moment une moto arriva en pétaradant sur la route et Jack débarqua enfin, peut-être lui serait-il capable d'un peu plus de bon sens. Dès son arrivée il se rua pour séparer les deux opposants qui n'avaient pas lieu d'être et essayait de calmer Sury avec un peu plus de tact il faut dire que son pote. Il avait pour lui une formation professionnelle pour gérer les victimes, et aussi dans sa vie personnelle une certaine expérience en la matière avec sa fille adoptive même s'il ne la connu que bien peu longtemps avant que la malheureuse petite ne trouve la mort. Comme Harry en avait marre il passa outre sa douleur et s'accrochant au capot de la voiture d'une main tenter de se lever se hissant dehors. Il grimaça de douleur en se trainant jusqu'au groupe toujours accroché à la voiture. Il fit un signe de main à Jack pour lui signifier que tout aller bien en réponse à sa question et ses inquiétudes.

- Sury, vient, assis-toi.

Lui dit-il en lui montrant le siège passager d'où elle venait de s'enfuir. Il se mit à hauteur de son visage et planta ses yeux dans les siens, un savant mélange des regards de chacun de ses deux parents, si parfait et détonnant que chacun aurait cru y voir l'autre en la regardant. S'accroupissant il gémit de douleur mais tenta de garder au moins bonne contenance. Il prit ses mains doucement dans les siennes, elles étaient si petites dans les grosses mains du boxeur, mais il était d'une telle douceur qu'on aurait jamais pu penser en le voyant prendre ses mains qu'il aurait pu lui faire du mal.

- Regarde-moi, tu vas prendre une grande inspiration avec moi, et quand j'expirai tu feras pareil d'accord ?

Il sentait son cœur battre à la chamade, fort et vite, son sang s'écoulant dans ses veines comme des torrents furieux, la peur hérisser sa peau, il lisait la terreur dans ses yeux, une terreur à un tel degré d'intensité que ça dépassait tout ce qu'il aurait pu s'attendre à lire en elle. Il inspira profondément, l'intimant à faire de même, puis au bout de plusieurs secondes expira lentement.

- On recommence d'accord ? Regarde moi, concentre toi sur ton souffle.

Il recommença l'opération plusieurs fois pour l'aider à mieux respirer et à ce calmer un peu même s'il ne pouvait imaginer à quel point ça devait être dur. Lui, lorsque tout était arrivé, la chambre d'hôtel, les corps, le sang, il avait disjoncter, et pendant des jours, des semaines, il avait été incapable de se calmer, tout son être mental comme physique avait été torturé jusqu'à l'agonie la plus profonde. Il voulait aider Sury, mais quelque part il se sentait impuissant, il ne pourrait jamais que la protéger, pas la guérir de ce qu'elle avait vécu…

- Comment tu te sens ? Ecoute moi, regarde moi. Tu me fais confiance ? Je te promet que personne ne te veux ni te fera de mal. Je vais rester avec toi, d'accord ? Je ne laisserai pas quelqu'un te faire du mal… Je sais que tu as peur, mais si tu me fais confiance, ça ira non ? Tant que je suis là, ça ira, je resterai avec toi je te le promet…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: La chance tourne pour ceux qui le mérite.. ( PV Harry et Jack ) Jeu 21 Nov 2013 - 17:53

Sury était devenu incontrolable ne laissant personne l'approcher même si ces hommes l'ont sauvé de ce cauchemar qui avait durer plusieurs années. Elle tena sa jambe endolorie, l'hémorragie c'était estompé grâce à son père. Son coeur s'accéléra plus les deux hommes qui accompagnaient Harry s'approcher d'elle plus elle se sentie persécutée. Des flashs back lui revint en mémoire, ce qu'elle subissait quand elle faisait quelque chose qu'elle n'avait pas le droit de faire, les coups de ceintures, les brûlures et j'en passe...Dans ce tableau noir, le visage de son père dans la voiture fit prendre conscience à son cerveau qu'elle n'était pas en danger que son père était là et tant qu'il était là il ne lui arriverait rien. Il lui montra le siége passager, elle avança timidement vers celle ci gardant à l'oeil les deux autres hommes. Après qu'elle est montée dans la voiture à côté de son père, celui ci lui montra comment reprendre son calme. Elle fit pareil que lui, sa poitrine ce souleva en même temps que lui et s'abaissa en même temps.

- Comment tu te sens ? Ecoute moi, regarde moi. Tu me fais confiance ? Je te promet que personne ne te veux ni te fera de mal. Je vais rester avec toi, d'accord ? Je ne laisserai pas quelqu'un te faire du mal… Je sais que tu as peur, mais si tu me fais confiance, ça ira non ? Tant que je suis là, ça ira, je resterai avec toi je te le promet…

Elle regarda son père dans les yeux, une vague d'apaisement l'envahi et Sury relâcha tout ses muscles qui étaient contractés. Elle lui souria et posa sa tête contre l'épaule de son père. Elle accepta tout compte fait d'être emmener à l'hopital. Elle resta contre son père le temps du voyage somnolent de temps à autres jusqu'à ce le nom URGENCY soit visible, Sury releva la tête pour regarder à travers la vitre. Plusieurs ambulance était garer, elle serra la main de son père. L'homme gara la voiture prés de l'entrée. Sury regarda son père avec de la peur dans la voix

- Tu...restes...hein ? tu restes avec moi ?...

Sury n'avait pas prononcé beaucoup de mot depuis que son père la retrouvé. En même là où elle était retenir contre son grès Sury n'avait pas le droit à la parole. Elle s'était faites des amies là bas la plupart ont réussi à s'adapter à leur sort et c'est ce que Sury avait fait, ce résigner à être esclave, elle s'est forgée une carapace tout autour de son coeur, elle s'est inventé une autre personnalité pour l'aider à surmonter les moments désagréable qu'elle devait passée. A vraie dire sa véritable amie était simplement elle même, même si elle parlait avec les autres, il n'y a que sur elle qu'elle peut compter. Elle sortie de la voiture et avança vers cette pancarte URGENCY, un endroit vers l'inconnue, vers des personnes qu'elle ne connait pas mais elle fait confiance à son père et à lui seule pour le moment.
Revenir en haut Aller en bas

 Contenu sponsorisé 





• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: La chance tourne pour ceux qui le mérite.. ( PV Harry et Jack )

Revenir en haut Aller en bas

La chance tourne pour ceux qui le mérite.. ( PV Harry et Jack )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Pour ceux qui ont péri en mer
» Pour ceux qui n'arrivent pas à dormir !
» Pour ceux qui attendaient la liberté ...
» une sortie photo a nantes pour ceux que ca interessent
» pour ceux ou celles que cela intéresse
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Criminal Minds :: Divers :: RP terminés (ou abandonnés)-