Le forum ferme ses portes après 5 longues années d'existence.
Merci à vous tous de nous avoir suivi et qui sait, à bientôt sur d'autres forums ♥

Partagez|

Forcer le poing à un boxeur : le comble ! [Harry]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Forcer le poing à un boxeur : le comble ! [Harry] Jeu 6 Juin 2013 - 13:18

Forcer le poing à un boxeur : le comble !



Harry J. Hudson – Marilyn I. Baker


Détermination et persévérance. C'étaient les mot-clés de la jeune femme pour atteindre ses objectifs et ainsi au final, avoir une réussite professionnelle. Marilyn avait ses plans. A force de frapper à gauche et à droite, et avec autant de culot, elle allait finir par percer et avoir la somme financière nécessaire pour ouvrir sa propre galerie de photographie. Mais ça, c'était bien une autre histoire, malicieuse et intelligente comme elle était.

En ce jour, Marilyn avait déjà une autre idée derrière la tête. En fait, c'était en parlant avec son précieux ami – Jack Sutton – que l'idée fut venue. On pouvait dire que cette rencontre fut une belle perle pour elle. Il lui était tombé du ciel, par enchantement … Et même si au début, leur relation semblait plutôt sexuelle qu'autre chose, ça s'était transformé en une simple amitié au fil du temps autour d'une nouvelle tradition : discussion autour d'un jeu de sociétés nocturne. Et Marilyn devait avouer qu'elle en était plutôt fière car il fallait avouer qu'aujourd'hui, son amitié lui importait beaucoup, même si elle ne l'avouerait pas forcément. Bref, ceci dit, un soir comme les autres qu'ils étaient en train de discuter autour d'un jeu de société, Jack lui avait raconté qu'il avait un ami boxeur, Harry J. Hudson, et de fil en aiguille, vous imaginez bien que le thème de la boxe inspirait la jeune photographe pour ses clichés.

A partir de là, Marilyn s'était mise à faire des recherches sur ce thème et même à savoir quand elle pourrait s'incruster lorsqu'il y aura un éventuel combat de boxe en ville... C'était dans ce genre de moment qu'elle pouvait capturer pas mal de choses : les boxeurs sur scène et non seulement les deux stars de la scène, mais aussi le public... Le fait de prendre un instant de ce moment d'émerveillement, il y avait bien quelque chose qui s'y passait. Bien sûr, dans tout ça, Marilyn avait bien sûr une idée derrière la tête, elle n'allait pas se contenter que de ses clichés : les utiliser serait mieux. Et ce, cheveux colorés tombant sur ses épaules, une veste en jean par dessus d'un tee-shirt noir, un jean troué, ce fut ainsi d'un pas décidé qu'elle dirigeait vers le club de boxe, un dossier dans les bras : et oui, elle avait bien dans l'idée à aller présenter tout ça au maître des lieux qui n'étaient autre qu'Harry J. Hudson... D'ailleurs, elle savait à quoi il ressemblait, il serait bien surpris lorsqu'il verra qu'il était sur un de ses clichés, parce que oui, lors d'un de ces combats junior, elle l'avait vu, là... et il ne fallut qu'un bouton pour immortaliser le moment et en avoir un portrait. En tout cas, elle sourit d'avance pour voir comment il réagirait, bien qu'elle ne le connaissait pas encore. Qui savait si elle ne se ferait pas jeter d'avance mais qui ne tentait rien n'avait rien et elle était toujours assez folle pour aller se brûler les doigts.

Enfin devant le club, elle finit par rentrer et regarda autour d'elle, puis comme si elle savait déjà où elle allait, elle s'approcha alors du bureau de ce bonhomme, ne sachant pas s'il était là ou pas. Dans le fond, elle aurait pu déjà l'appeler pour prendre un rendez-vous, ce qui serait plus professionnel mais en fait, elle avait envie de faire la surprise et ce très cher boxeur n'avait sûrement pas dans l'idée de refaire sa décoration : ce qui était son but à elle...

Monsieur Hudson ? Lâcha-t-elle.

Le pire serait que le bureau soit vide et qu'il apparaisse derrière elle comme dans un film d'horreur. Quoi ? Elle en avait trop vu ? Ou elle avait trop peur ? Mais non, ELLE ? Avoir peur ? D'après ce qu'elle savait, il avait trop l'air adorable.


Dernière édition par Marilyn I. Baker le Mar 25 Juin 2013 - 17:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Forcer le poing à un boxeur : le comble ! [Harry] Dim 9 Juin 2013 - 18:37

Une journée commune, vous savez, on se lève, on donne à mangé à son chat, on boit un café, on enfile son jogging, on court dans le parc une petite heure avant d'aller ouvrir le club, avoir mal à la jambe, s'occuper des papiers, gérer les dossiers, boire un café, entraîneurs les joueurs, séparer les bagarreurs hors ring, se défouler sur ce qu'on peut, boire un café, se sentir vieux… Harry se sentait vieux. Ou il avait juste mal au cœur, la poitrine serrée, une impression d'être broyé de l'intérieur, démoli, un pincement, comme une piqûre, une déchirure. Ça lui faisait mal. C'était pas la première fois que ça lui faisait mal comme ça. Ça arrivait parfois, sa tension grimpait en flèche, le rythme de son cœur devenait trop rapide, il n'aimait pas se bourrer de médicaments, en fait ne prendre ne serait-ce qu'un médicament déjà c'était non, il n'aimait pas l'idée d'être dépendant à des cachets. Mais quand c'était comme ça, qu'il avait autant mal, il serait bien capable de craquer et de s'enfiler la moitié des cachetons pour la tension que lui refilait le médecin, à prendre tous les jours, quelle blague… Une rasade de whisky et tout allait mieux. Il préférait un penchant pour l'alcoolisme qu'une replongée dans la drogue.

Bref, il était dans le vestiaire, assis sur un banc à se tenir la poitrine, une expression de douleur sur le visage, la lumière était éteinte, la pièce qui suintait la sueur était plongée dans l'obscurité. Il respirait difficilement, son cœur battait vite, il dut mettre une dizaine de minutes avant que son souffle redeviennent normal et qu'il se sente enfin un peu mieux. Il prit la bouteille d'eau posée à coté de lui et s'en envoya bien la moitié. Heureusement il n'y avait pas grand monde aujourd'hui, il était content que personne n'ait pu assister à ce moment de faiblesse. Pas question qu'on lui sorte encore des conseils à la noix du genre d'aller voir le toubib ou même d'aller aux urgences. Il se sentait déjà mieux à vrai dire, alors c'était pas la peine d'en faire tout un plat. Il se releva attrapant ses gants et retourna dans la salle, Chris était entrain de se battre contre Jim sur le ring, un combat d'entrainement, Harry passa à côté d'eux sans rien dire, ils se débrouillaient bien, il allait vers son bureau direction la machine à café, il se sentait un peu fatigué aujourd'hui.

Il avait plutôt mal dormi, encore des cauchemars qui l'avaient tenu éveillé une partie de la nuit. Des morts hantaient ses rêves. Mais cette fois ce n'était pas juste ça… En plus des corps de Maya et de Jimmy il y avait eu une autre chose qui l'avait perturbé. Sans doute à cause de tout ce dont ils avaient discuté à propos de Sury avec Jack, sur la piste qu'il suivait. Il réalisait qu'il préférait encore revivre en boucle la mort de ses proches quand il dormait, plutôt que de laisser aller son imagination et son inconscient pour lui proposer diverses hypothèses bien glauques sur ce que pouvait endurer sa fille. Ça n'avait jamais été facile, depuis douze ans. Mais il était toujours plus fatigué chaque nuit.

Il arrivait vers son bureau quand il remarqua une jolie jeune femme blonde juste devant qui visiblement l'attendait. Il repassa dans sa tête son emploi du temps de la journée pour voir s'il n'avait rien raté, mais non il n'avait pas de rendez-vous en particulier de prévu. Enfin, de toute façon, les gens qui venaient le voir prenaient rarement la peine de prendre rendez-vous connaissant le caractère renfermé de l'ours. Venir à l'improviste était encore la meilleur chance de réussir à le voir. Ce qui le rendez suspicieux sur la raison de la visite de la jeune femme. Depuis la journaliste de l'autre jour il était de toute façon plus méfiant qu'une belette. Et puis il avait toujours été plutôt méfiant faut dire. Un solitaire quoi. Il regarda sa tenue plutôt dégingandée, veste en jean, vieux pantalon en jean troué, c'était charmant, après tout peut-être voulait-elle s'inscrire ? Quoique rien n'était moins sûre et le dossier qu'elle tenait lui mis la puce à l'oreille. Qu'est-ce que c'était que ça encore ? Décidément… Il s'approcha dans son dos tranquillement pour la saluer. Après tout elle était visiblement venue ici pour le voir.

- Bonjour, je suis là, excusez-moi, Harry Hudson…

Dit-il, en lui tentant la main et en attendant qu'elle se présente. Elle était petite par rapport à lui, enfin comme la plus part des gens cela dit.

- … Je ne crois pas vous connaitre, nous avions rendez-vous ?

Il était plutôt poli, tant qu'il ne savait pas ce qu'elle faisait là il n'avait pas vraiment de raison de se comporter en ours mal léché. Et puis il voulait aussi cacher son petit malaise de tout à l'heure, paraitre trop agressif signifierait qu'il était fatigué, paraitre fatigué signifierait qu'il n'allait pas bien.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Forcer le poing à un boxeur : le comble ! [Harry] Mar 25 Juin 2013 - 19:13

Evidement, Marilyn avait l'impression d'être dans un simple film où le bureau serait vide, qu'un type apparaissait avec une grosse hache derrière la protagoniste en question et qu'évidement, cette dernière finissait par se rendre compte de la présence derrière elle. Par la suite, tout comme une mauvaise actrice, elle se mettrait à hurler d'une voix aiguë et au lieu de courir pour trouver une issue, elle se laisserait tomber au piège démoniaque que chercherait à réaliser le producteur du film pour avoir finalement la tête coupée d'un coup nette et de voir celle-ci rouler au sol comme un ballon de football. Glauque ? Bien sûr, c'était le film de la veille qui restait à l'horizon dans la mémoire de la jeune Marilyn.

Mais ceci dit, elle n'avait pas tort sur un point : une voix vint derrière elle et en se retournant, elle pouvait s'apercevoir qu'elle n'avait pas face à un mec avec une hache, ni avec une tronçonneuse... seulement un homme un peu baraqué comme un boxeur et qui était largement un peu plus grand qu'elle... Il s'agissait bel et bien de ce célèbre Harry Hudson en chair et en os. On ne pouvait pas dire que Marilyn n'avait pas la chance de tomber directement sur lui... Enfin tout de même, s'il y avait un autre boxeur et une quelconque secrétaire, Marilyn n'aurait pas la force de Hulk mais serait bien assez fourbe pour aller jusqu'au bout. Et puis bref, ne pensons à rien, à côté de cher Hudson, Marilyn était une fourmi et elle était persuadée que d'une simple pichenette, elle se retrouverait à terre... Pour lui casser un bras, il faudrait y aller... Mais Marilyn était loin d'être une violente et une vilaine fille, rassurez-vous ! Elle pouvait juste être légèrement impressionnée par la carrure de ce boxeur ... Mais elle n'en fit rien paraître.

La photographe en herbe afficha alors un grand sourire chaleureux sur ses lèvres et serra volontiers l'épaisse main que ce boxeur lui tendait aimablement. C'était un honneur de pouvoir enfin le rencontrer.

Marilyn Baker ! Photographe, Se présenta-t-elle.

Et bien sûr, évidement, il ne la recadrait pas. Leurs routes ne s'étaient jamais croisées jusqu'à aujourd'hui et Marilyn ferait en sorte que ce bougre ne le regrette absolument pas.

Un rendez-vous ?

Comme si Marilyn pouvait être surprise et que les rendez-vous lui passaient au-dessus de la tête. C'était loin d'être son genre d'en prendre... Limite si elle ne passerait pas voir son médecin ainsi .. Enfin c'était le cas lorsqu'elle était à Columbia, il fallait dire aussi que son médecin là-bas la connaissait depuis qu'elle était petite et était un ami de la famille.

Non, excusez-moi, je n'ai pas pris le temps pour ça, répliqua-t-elle franchement dans un sourire avant de reprendre. Je suis une amie de Jack... Jack Sutton...

Enfin « amie », on pouvait dire que c'était le cas... Plus précisément, ils avaient démarré sur une relation de « Sex-Fiendship » à cause de leur manque d'affection sur le moment puis cette relation avait cessé juste pour se transformer « Friendship » tout simplement... Mais ils leur arrivaient souvent de se voir de temps à autre afin de continuer leur tradition au pieu : discussion et confidence autour d'un jeu de société en plein milieu de la nuit. D'ailleurs, la dernière fois, elle l'avait bien battu au Monopoly.

Il m'a parlé un peu de vous, continua-t-elle... et du coup, comme je cherchais un projet, il m'est venu alors une idée de créer un projet spécialement pour vous …

Et là, on pouvait deviner qu'elle avait au creux de ces mains, dans cette pochette, le projet qu'elle voulait lui proposer.... Allant alors droit au but :

Monsieur Hudson, si vous voulez bien m'accorder un peu de votre temps pour vous présenter mon projet qui pourrait grandement vous intéresser.

Marilyn espérait bien attirer sa curiosité et qu'il lui accorde son temps ici tranquillement dans son bureau pour qu'elle le lui présente... et espérait bien également qu'il ne la jète pas comme une malpropre... Bon, dans ce cas-là, il n'aurait pas pris le temps de se présenter aussi, comme un malpoli. Elle était curieuse de voir comment il allait réagir .. Et il n'avait pas intérêt à refuser car comptez sur elle pour insister, déterminée comme elle était... Elle n'allait en aucun cas lâcher le morceau … Et jusqu'où irait-elle ? A faire une petite moue tout mignonne pour qu'il lui accorde seulement cinq petites minutes ? Bien sûr. En tout cas, il lui semblait qu'elle n'ait jamais été aussi polie que ça, la p'tite Marilyn ... Comme si d'être tout aussi sage pouvait être bien son genre. Il ne fallait surtout pas en douter. Surtout pas.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Forcer le poing à un boxeur : le comble ! [Harry] Jeu 4 Juil 2013 - 16:20

La jeune femme blonde se tournant vers lui dévoila son jolie minois souriant tandis qu'elle lui serrait la main en se présentant. Une photographe voila qui commençait bien, il ne voyait pas trop bien ce qu'elle pouvait vouloir mais bon c'était pas méchant un photographe. Elle s'excusa tout d'abord de ne pas avoir pris de rendez-vous avant de se présenter comme étant une amie de Jack, et que c'était son meilleur ami qui lui avait parlé de Harry et l'avait encouragée dans son projet à son sujet. Si c'était de Jack, alors il pouvait bien lui faire un peu confiance, il ne lui aurait pas envoyé n'importe quoi, mais il était à la fois curieux et méfiant au sujet du fameux "projet" en question qui était visiblement contenu dans la petite pochette qu'elle tenait à la main. Sérieusement c'était quoi le rapport ? Bon des photographes il en avait connu du temps de sa carrière, oui mais là ?

Suspicieux il accepta tout de même de la rencontrer et de l'écouter, même s'il serait comme à son habitude difficile à convaincre. A son âge et taciturne comme il était il fallait vraiment y mettre du sien… Et puis il avait du temps devant lui et absolument aucune envie de s'occuper de la paperasse sur son bureau. Et puis s'il voyait qu'elle lui faisait perdre son temps il n'aura qu'à la mettre dehors.

- J'ai un peu de temps justement…

Dit-il avec un sourire avenant, enfin, chez lui c'était plutôt avenant vu la rudesse du personnage, avant de l'inviter à entrer dans le bureau et à s'asseoir sur la chaise en face de la table recouverte de papiers qu'il ordonna rapidement ainsi que de l'ordinateur et du téléphone et de quelques cadres photos. La pièce en elle-même était une petite pièce sombre avec une petite fenêtre et une lampe au plafond ainsi qu'une autre sur le bureau, des poster de boxers tapissaient tout un pan de murs, un autre était pris par une étagère couverte de trophées, de médailles, et de photographies. Il accrocha ses gants de boxe au clou à coté de la porte en entrant, il se souvint en voyait la machine à café posée dans le coin pourquoi il était revenu à son bureau, principalement pour un café histoire de se remettre de son malaise quelques minutes plutôt dans les vestiaires.

- Je vous offre un café ? Alors donc vous êtes une amie de Jack ?

Demanda-t-il à Marilyn en mettant en marche la machine avant de revenir à elle. Il buvait beaucoup de café en ce moment parce qu'il ne dormait plus beaucoup et qu'il était épuisé. Il en buvait presque autant d'alcool, c'était ce qui l'aidait aussi à tenir toutes ces longues nuits. Ces deux boissons lui apportaient un certain réconfort à la fois physique et moral. Faut dire que des sources de réconforts il en avait pas beaucoup, au contraire de tout ce qui pouvait en ce moment le faire aller de plus en plus mal. En plus, sa douleur de tout à l'heure avait eu bon de réveiller sa jambe et sa vieille blessure à la cuisse qui le faisait toujours souffrir. Il en était presque à vouloir prendre un de ces cachets à la con contre la douleur, il en prendrait un surement quand elle serait partie. Il n'aimait pas ça mais il avait vraiment mal maintenant et pourtant il n'avait rien fait que marcher entre les deux… Il soupira en s'asseyant.  

- Je vous écoute.  

Il était vraiment curieux maintenant, il la dévisageait avec un regard interrogatif, et ses questions à ce sujet étaient presque aussi importantes que ses soupçons sur sa venue, s'attendant aussi à qu'elle lui cause des problèmes ou lui fasse perdre son temps en conneries inutiles. C'est-à-dire que ça arrivait tellement souvent et pas plus tard que la semaine dernière avec cette journaliste à la noix. Il avait fallu qu'elle s'accroche en plus comme une tique à sa proie ne le lâchant jamais malgré tout ses efforts pour se débarrasser d'elle. Et elle avait fini par obtenir ce qu'elle voulait en plus de ça. Mais il avait lu son article et finalement faut dire qu'elle n'avait pas mentit et qu'il avait peut-être eu tord d'avoir été aussi dur. L'article était bon et elle avait respecté à la fois le boxeur et ses secrets, ne dévoilant rien sur les informations très compromettantes, notamment à propos de sa fameuse aide anonyme dans le FBI, qu'elle avait pu lui arracher de gré ou de force. Faut dire qu'elle avait une sacré force de volonté celle là. Comme Amoryne, la jeune femme qu'il avait rencontré il n'y a pas longtemps, et comme la femme en face de lui dont il ignorait encore la force de caractère. Décidément en ce moment il se faisait mener par les femmes.  
Revenir en haut Aller en bas

 Contenu sponsorisé 





• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Forcer le poing à un boxeur : le comble ! [Harry]

Revenir en haut Aller en bas

Forcer le poing à un boxeur : le comble ! [Harry]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» [RÉSOLU] OPERA 9.7 : forcer le site Facebook dans sa version classique
» Convention harry potter
» Quel est votre tome préféré de Harry Potter ?
» Quel est votre personnage préféré dans Harry Potter
» Ou habite HARRY???
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Criminal Minds :: Divers :: RP terminés (ou abandonnés)-