Le forum ferme ses portes après 5 longues années d'existence.
Merci à vous tous de nous avoir suivi et qui sait, à bientôt sur d'autres forums ♥

Partagez|

Respire à fond

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Respire à fond Dim 19 Mai 2013 - 20:06

John Allen & Silvia Radwanska




Tu es la seule qui peut m'aider !

Sur le chemin qui menait jusqu'à chez elle, Silvia n'avait pas dit un mot. D'une parce que aidait John à marcher lui demandait toute son energie et deux parce qu'elle était encore en train de penser à la dernière phrase qu'il avait dit.
« Ma fille ne peux pas me voir dans cet état ». Elle pensait connaître John depuis pas mal de temps, mais jamais elle n'avait imaginé qu'il puisse avoir un enfant. Ou alors elle aurait mal entendu ? Non on ne disait pas cette phrase à la légère. Mais qu'il ait une fille laisser notre banquière sans voix. Elle ne pouvait pas se sentir trahie par cette confession, parce qu'entre eux - même s'ils s'appréciaient beaucoup – tout était profesionnel, enfin jusqu'à ces dernières heures où Silvia avait du prendre sur elle pour ne pas craquer face à John.
Il comptait sur elle – autre que pour leurs affaires – et elle comptait bien ne pas le décevoir. Jusque là, elle estimait avoir bien remplie le contrat, même si à quelque moment John l'avait rassuré et tout ça, mais elle avait gérée. Enfin selon elle toujours.

Un autre aspect qu'elle ne devait pas négliger, c'était son petit frère. Comment lui expliquer qu'elle rentrait avec des vêtements tachés de sang et avec une personne plus que salement amochée. C'était une très bonne question, mais elle comptait sur la discrétion de son frère sur l'instant présent et jusqu'à ce qu'elle lui parle, elle trouverait bien une explication logique. Et puis après tout ce n'était pas comme si il vivait dans un monde de bisounours où tous le monde était beau, tous le monde était gentil. Donc elle pouvait tout simplement dire la vérité. John – à la rigueur elle donnerait un faux nom – était un ami qui avait eu des ennuis et donc il avait appelé Silvia parce qu'il n'avait confiance qu'en elle et qu'il savait qu'elle allait venir rapidement. Oui voilà, pas besoin d'en dire plus. De toute façon son frère n'était pas aussi curieux qu'elle. Une de ses plus grandes qualités et qu'elle appréciait à sa juste valeur.

Arrivée en bas de chez elle, Silvia venait de se rendre compte que dans sa précipitation à rejoindre John, elle avait carrément oublié de prendre ses clés. Elle n'avait d'autre choix que d'appeler son frère. Elle savait que de toute façon il ne dormirait pas sachant qu'elle était partie précipitemment.

« Chou, j'ai oublié mes clés tu peux m'ouvrir s'il te plait. Merci !! »

La porte ne mis pas longtemps à emettre le bruit caractéristique de l'ouverture. Dans bien que mal tout en tenant la porte et John, Silvia réussit à passer. Lui faire prendre les escaliers serait le torturer inutilement même si elle n'habitait qu'aux deuxième étage. L'ascenseur était le moyen le plus sur d'arriver à destination. Comme pendant tout le chemin, ils étaient toujours aussi silencieux. De temps en temps les mots n'avaient pas besoin d'être prononcer pour que les personnes puissent se comprendre. Arrivée à son palier, le frère de Silvia avait entrouvert la porte pour qu'elle puisse rentrer sans problème. La première chose qu'elle avait à faire en rentrant, était d'installer John dans son canapé. Qu'importe pour qu'il mette du sang dessus, ça pouvait se nettoyer. Par égard pour John et son frère, elle aurait pu le mettre dans sa chambre, pour qu'ils puissent être plus tranquille, mais après tout à quoi bon ?
Pendant que John s'installait dans son canapé, elle alla cherchait tous le nécessaire pour le soigner du mieux qu'elle pouvait. Elle passa sa tête dans la chambre de son frère pour lui dire de pas s'inquiétait et qu'elle lui expliquerait. Dans ces moments là, il savait qu'il ne devait pas pointer le bout de son nez dans les affaires de sa sœur.
Silvia lui faisait maintenant face prête à dégainer ses compresses et spray pour pouvoir nettoyer aux mieux ses plaies. Mais il lui restait une chose à lui demander avant.

« Est ce que tu veux boire quelque chose ? Scotch, vodka ou autre ? »

Ce n'était pas vraiment la question qu'elle voulait lui poser, mais elle n'osait pas lui demander quoi que ce soit à propos de sa fille. Donc à défaut elle lui avait proposé de boire quelque chose. Avec un peu de chance, c'est lui même qui reviendrait sur le sujet.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Respire à fond Lun 20 Mai 2013 - 2:54

La route était courte mais non moins difficile à faire que ce soit pour John ou pour Silvia, pendant le trajet elle ne prononça aucun mot. Es le fait d'aider John à avancer qui lui demander trop d’effort ou bien es en rapport au fait qu'il ai citer sa fille juste avant de partir? Nul autre que Silvia connaissait la réponse et surtout ce qu'elle pensait de cette dernière phrase elle pourrait aussi bien s'en moquer que de ne pas savoir quoi en pensée ou même se poser mille et une question à son sujet. De toute façon elle l'aurais appris d'un moment à l’autre, enfin... Qui sait. John n'aurais surement pas juger utile de lui en faire part si ils auraient continuer leur affaire et rien d'autre, le professionnel et rien d'autre. De toute façon maintenant c'est trop tard il ne peuvent plus séparer l'un de l'autre avec ce qui viens de ce passer cette nuit, la question que ce pose John est. Comment va ce dérouler leur affaire après cette nuit? Ce qui est certain c'est que maintenant les règles était changer impossible de rester strictement professionnel à présent.

Une fois en bah Silvia appuyât sur l'interrupteur pour que son frère les ouvres, dans la précipitation elle à probablement du les oublier. La réponse ne se fit pas attendre et Silvia eu vraiment du mal à maintenir la porte ouverte tout en les faisant entrer c'est pourquoi John lui donna un coup de main après tout il n'était pas inconscient, juste dans un état désastreux. Pour monter ils prirent ascenseur, peut importe l'étage cela aurais était de la folie d'essayer de monter les escaliers dans un état pareil. Une fois en haut son frère avait entre ouvert la porte pour plus de faciliter à entrer, ensuite Silvia laissa John s'installer sur le canapé pendant qu'elle aille parler à son frère puis préparer ce qu'il faut pour le soigner, à ce moment la John retira ce qui rester de sa veste exposant ainsi les blessures qui avait était faite mais aussi les multiples cicatrice qu'il a sur son corps. une fois de retour elle était prête à attaquer puis proposa à boire, son air gêner sembler étrange pour une proposition de la sorte elle voulait probablement dire quelque chose, peut-être pour sa fille qui sait. Silvia proposer à boire sans savoir le problème d'alcoolisme de John, il accepta volontiers un verre de scotch et au moment ou elle partie prendre les bouteilles il ce mis à parler.

"- Du coup, tu à réfléchit pour après? Je ne veut pas m'imposer chez vous...

En demandant cela non seulement John voulait savoir ce Silvia comptait faire une fois qu'elle aura soigné ses blessure mais il chercher aussi à montrer de façon subtile à Silvia que si elle le voulait elle pouvait lui parler de sa fille.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Respire à fond Mar 21 Mai 2013 - 9:33

Depuis ce soir, les cartes avaient été redistribué. Il n'était plus question de professionnalisme entre eux maintenant. Avec les événements de ce soir Silvia et John étaient entré dans une sphère plus personnelle. Peut être même un peu trop.
Pourtant plus d'une fois Silvia avait voulu que leur rapport soit plus que ce pour quoi il s'était rencontré et travaillé ensemble, mais John avait insisté pour garder une limite entre eux et il avait raison. Silvia était le genre de personne qui s'attachait vite aux gens. C'était le cas avec John. Même s'il elle ne savait rien de lui, elle était prête à tout pour lui. La preuve ce soir, elle n'avait pas hésité une seule seconde à venir l'aider.

Son désir ne pas dire un mot sur tout le trajet, n'était pas qu'elle était mal à l'aise ou autre, mais elle voulait surtout ne pas se montrer trop indiscrète en posant des questions gênantes. Après tout si John n'avait jamais mentionné qu'il avait une fille ce n'était pas pour rien. Il la cachait pour mieux la protéger. Bien qu'il ne risquait rien avec Silvia, mais on était à l'abri de rien dans ce monde de fous. Donc pour l'instant elle attendait le meilleur moyen pour en parler. Ou alors pour qu'il engage la conversation lui même.

Maintenant qu'ils étaient chez elle et que John ne risquait plus rien, était peut-être propice à la conversation. Alors que John s'était installé dans le canapé, Silvia avait ramené le nécessaire pour le soigner. Elle lui avait proposé un verre, parce qu'elle aussi après cette soirée en avait bien besoin. Avant de ramener son verre de scotch à John, elle se servit une vodka qu'elle but tout de suite avant de s'en servir une deuxième fois. Elle se donnait du courage pour que sa main ne tremble pas au moment d'appliquer les pansements et autres sur le corps de John. En allant dans la chambre de son frère elle n'avait pas pensé à lui prendre des vêtements. Ce n'était qu'un détail, elle irait après. Son petit frère avait une quantité incroyable de vêtement qu'il ne mettait jamais. Pire qu'une fille.

John venait de lui faciliter la tâche en commençant lui même la conversation. Ca voulait dire qu'il était prêt à en parler. C'était une bonne chose, bien que notre banquière ne savait pas vraiment par où commencer avec ses questions. Elle devait essayer de réorganiser les pensées dans son cerveau sinon elle allait débiter des phrases sans queue ni tête.

« Ne t'inquiète pas pour ça. Tu dormiras dans ma chambre et moi je prendrais le canapé. »

Avec toutes ses blessures, il était hors de question que John dorme ailleurs que dans un lit. Le canapé n'était pas très confortable et il avait besoin avant tout de repos. Pour Silvia ce n'était pas vraiment un problème, elle avait cette faculté à pouvoir dormir n'importe où qu'il y ait du bruit ou pas, qu'il fasse noir ou en plein jour. Rien n'était impossible pour elle quand elle était vraiment fatiguée. Et cette soirée avait été assez éprouvante pour qu'elle s'endorme comme une masse après.

« Je...si tu dors ici, qui va s'occuper de la...enfin de ta fille ? »

Elle avait enfin osé dire qu'il avait une fille, le jeu des questions-réponses n'allaient pas tarder à commencer. Mais oui elle s'inquiétait quand même pour cette gamine qui ne voyait pas son père rentrait. Silvia ne savait pas si quelqu'un était avec elle ou si elle était toute seule chez lui. Mais il clair qu'elle ne pouvait pas non plus le voir dans cet état. Au vu de la réaction de Silvia, celle d'une petite fille pouvait être pire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Respire à fond Mar 21 Mai 2013 - 20:32

Cette soirée était loin d'être l'une des meilleurs qu'il eu l'occasion de vivre c'est le moins que l'on puisse dire, mais maintenant qu'il est en sécurité avec Silvia, John ne trouver aucune raison de ronchonner, pour les voyous de ce soir il aura tout le temps de se débarrasser d'eux plus tard, vue que le mur que John avait placer entre le personnel et le professionnel n'exister plus il n'avait plus cas profiter de l'instant présent en compagnie de sa collaboratrice. après tout cela était devenue une bonne soirée si l'on oublie tout se sang, et ses multiple blessures. Silvia partie chercher de l'alcool après avoir déposer le matériel de soin au prêt de John, alors qu'elle buvez pour se donner du courage John regarder le contenue de ce qu'elle avait apporter, de quoi désinfecté les plaie, de quoi les couvrir aussi mais rien pour refermer ses coupures causé par des coups de couteau non pas tellement grave juste une ou deux par ici et la mais suffisamment pour que John perde du sang et que l'on doivent les refermer.

"-Je sais que tu à vécu beaucoup de chose ce soir mais j'aurais besoin que tu m'apporte du fil et une aiguille si tu en a."

Oui oui John est sérieux en disant cela, il savait que Silvia ne pourrait pas le faire et surtout il ne voulait pas lui demander de faire une tel chose. Silvia en fait a déjà fait beaucoup en remettant en place son épaule et en décidant de le soigné, John peut très bien s'en charger tout seul de plus il y a du scotch pour amoindrir la douleur, quoi qu'il arrive ils fallait le faire et il se refuser de demander à Silvia, rien que de voir sa risque de la choqué alors le faire n'en parlons pas.

John demanda à Silvia comment ils aller faire car il ne pouvait pas rentrer chez lui dans un tel état alors que sa fille est chez lui. John savait très bien qu'elle était entre de bonne main alors il ne inquiétait aucunement pour elle. Silvia expliqua à John qu'il n'avait pas à s’inquiéter, qu'il prendrait sa chambre alors qu'elle prendra le canapé, John se révolta. Non pas parce qu'il n'avait pas envie mais par respect pour son hôte.

"-Désolés mais Je refuse te laisser dormir sur le canapé après tout c'est chez toi et de plus c'est ta chambre et crois moi quand je te dit que tu ne pourra pas me faire changer d'idée."

Même dans un état pareil il rester galant enfin si on veut c'est surtout par éducation qu'il se refuse de la laisser dormir sur un canapé alors que lui dors dans son lit. John peut très bien dormir sur le canapé que ça ne le dérangerais pas et puis si elle lui laisse la bouteille en lui disant qu'il peut se servir il n'aura aucun mal à s'endormir. Tout à coup le ton de Silvia devenez hésitant, presque timide. Elle demander qui s’occuperait de sa fille lors de son absence John répondu du tac au tac sans même prendre le temps de réfléchir au mot qu'il prononcer.

"-Ne t'en fait pas pour ça la baby-sitter est la pour s'occuper d'elle, de plus mon absence ne l'inquiéteras pas, Delphine se dira surement que je dors chez un collège car je suis trop saoul pour rentrer."

John avait trop parler, non pas qu'il pense avoir un problème avec l'alcool, ses mot pouvait faire pensé Silvia que John est un alcoolique...

Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Respire à fond Dim 26 Mai 2013 - 22:12

Tout en récupérant tous objets utiles pour soigner John, notre banquière se disait que sa vie aurait pu être tout à fait différente s'il elle n'avait pas choisi de commencer à détourner des fonds. Elle aurait pu avoir une petite vie bien rangée de banquière dans une grande ville, peut être même qu'elle aurait un mari et des enfants, mais la vie serait banale. Grâce à ses activités illégales, tous les jours elle était heureuse d'être en vie, et surtout c'était tellement existant de faire ça. A tous moments elle pouvait passer du mauvais côté de la ligne jaune, mais jusqu'à présent elle ne s'était jamais fait prendre et avec John à ses côtés qui veillait sur son dossier au FBI elle ne craignait presque plus rien. Mais au délà de ça, elle n'aurait pas pu vivre aussi aisément, ni payer à son frère ses études. Donc pas un instant elle ne regrettait son choix de vie. Alors oui peut être qu'il était dangereux, mais cela lui convenait très bien. Et mine de rien elle était heureuse d'avoir pu rencontrer une personne comme John. Parce qu'au délà de son air bourru, il était vraiment quelqu'un de bien sur qui on pouvait compter.

« Je suis trop vieille pour ses conneries... »

Cette phrase n'était pas du tout contre John. Au contraire, elle préférait qu'il l'appele à n'importe quelle heure du jour ou de la nuit plutôt que de se faire massacrer. Mais soigner quelqu'un, lui rappelait trop les dernières années de sa mère, ou quand elle s'occupait de son frère quand il rentrait de ses après-midi vélo et skate avec ses potes. D'ailleurs avec John elle avait un patient parfait. Il ne tressautait pas quand elle nettoyait ses blessures et surtout il ne se plaignait pas parce que le produit piquait. Avec une douceur extrême elle avait nettoyé chaque blessure en profitant aussi un petit peu. John était loin d'être moche et puis bon torse nu c'était encore mieux. Elle savait ce qu'il comptait faire avec le fil et l'aiguille, mais elle ne le voulait pas. Ca pouvait être dangereux.
Silvia aurait aimé pouvoir le convaincre d'aller à l'hôpital, mais essayer ne servirait à rien. Et elle comprenait très bien qu'il ne veuille pas. Une fois la bàs on lui poserait beaucoup trop de questions auxquelles John ne répondrait jamais. Au moins ici, même si Silvia lui posait des questions, ça ne sortirait pas de cette maison.

« John tu vas pas te recondre tout seul quand même ? Je suis pas couturière, mais mon frère pourra peut être t'aider. Tu ne pourras pas atteindre certains endroits toi même. »

Elle était surtout terrifiée à l'idée qu'il lui demande de l'aide pour ça. Lui remettre l'épaule en place avait déjà été une épreuve dure à surmonter, mais alors le recoudre serait tout simplement au dessus de ses forces. Mais oui son frère pourrait le faire. Bon d'accord il était un peu douillet sur les bords, mais ce n'était pas lui qui avait mal donc qu'il le fasse pour quelqu'un ne devrait pas lui poser de problèmes. Et puis il était aussi discret que sa sœur. Il ne poserait aucune question. A dire vrai, Silvia était prête à mettre sa main à couper que son frère ne prononcerait même pas un mot de peur de dire une connerie.
Mais autant parler à un mur quand elle était avec John. Il était plus tétue qu'une mûle et quand il avait quelque chose en tête, c'était très difficile de lui faire changer d'avis, mais à force de travailler avec lui, Silvia avait appris à ne plus dire oui à tout et à se rebeller de temps en temps. Un peu comme ce soir.

Tu n'a pas le monopole de l'obstination et je te porterais s'il le faut, mais jamais tu ne dormiras dans ce canapé. Tu iras dans mon lit et c'est tout.

Son regard planté dans le sien, il était hors de question que Silvia baisse les yeux la première. Si elle faisait ça, ça voudrait dire qu'elle capitulait devant John et son envie de dormir dans le canapé, et c'était tout simplement hors de question. Il avait beaucoup plus besoin de repos qu'elle. S'l pensait que l'excuse « tu es chez toi je veux pas déranger » allait fonctionner il pouvait se mettre le doigt dans l'oeil jusqu'au coude. Et puis quoi encore ? Silvia aurait des tas d'autres nuits pour récupérer de cette soirée, John lui était blessé donc il se devait d'être dans un lit confortable et surtout au calme. Et la chambre de Silvia comptait tous ses avantages et en plus elle avait fait le ménage plus tôt dans la journée donc elle n'aurait aucune honte à le faire entrer. Même les draps étaient propres et sentaient bon. De toute façon, elle ne se laisserait pas faire sur ce point, et elle pouvait se montrer très persuasive quand elle le voulait.

« Tu veux pas téléphoner pour prévenir ? Ou que je laisse un message ? »

C'était quand même le minimum qu'elle puisse proposer. Elle même serait dans tous ses états si Mateusz ne rentrait pas un soir sans l'avoir prévenu avant. De toute façon soyons claire, elle le harcèlerait au téléphone et pas message donc il n'avait pas intérêt à lui faire ça un jour. Pour John la situation était différente, il s'agissait de sa petite fille donc c'était beaucoup plus important .Et même si d'après lui la baby-sitter avait l'habitude, ce n'était pas une raison. Et puis un coup de téléphone n'a jamais fait de mal à personne. Sans vouloir l'avouer, cela rassurerait Silvia aussi, parce qu'elle ne voulait pas être responsable de problème dans la vie de John. Il vivait déjà dangereusement donc rassurer son entourage était la moindre des choses selon elle. Cependant elle ne lui mettrait pas non plus un couteau sous la gorge pour qu'il le fasse. Elle respectait sa vie privée pour ne pas lui dire quoi faire. Mais avec toutes les questions qu'elle avait en tête elle n'était pas sure de pouvoir tenir bien longtemps dans le genre je respecte ta vie privée. C'était malheureusement plus fort qu'elle et surtout il fallait que ça sorte.

« Je heuu, je suis suprise d'apprendre que tu as une fille. Sans indiscrétion elle à quelle âge ?  Tu es encore avec sa mère ? Tu as besoin de quelque chose d'autre ? Tu veux manger peut être ?»

Inévitablement, Silvia n'avait pu s'empêcher de poser des questions et après la soirée qu'elle avait passée le robinet une fois ouvert ne pouvait plus se fermer et elle venait d'enchaîner les questions à une vitesse assez inhabituelle pour elle. C'était généralement à ce moment là que son frère lui disait de la fermer, malheureusement il n'était pas là et ce pauvre John dans son état devait en plus supporter Silvia. Pourtant elle n'était pas dans une situation de stresse, comme tout à l'heure dans la forêt, mais elle avait besoin d'évacuer toute cette tension et c'était en posant mille questions à la minute que cela sortait. Silvia en venait presque à éspérer que John lui demande de se calmer, ou même de la fermer.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Respire à fond Lun 27 Mai 2013 - 18:53

John était assis sur le canapé en train d'observer son environnement, pourquoi fait il une chose pareil? A cause de son expérience John à pris cette mauvaise habitude de trouver toute les sortie possible et arme potentiel. Non pas que c'est Silvia et son frère il y avait du danger mais c'était devenue une habitude, de plus cela lui permettait d'observer le décor, la ou vie Silvia. Il est vrai que c'est un endroit modeste mais suffisant pour deux personne, rien à dire sur la décoration après tout on était pas dans une de ses émission télé ou les candidats ce note les uns les autres, John était serein cette endroit était plutôt chaleureux. Une fois de retour Silvia se dit trop vieille pour ce genre de chose, John ne comprenait pas de quoi elle parler. Il craignait que ça la dérange de l'aider. Impossible de savoir ce qu'elle voulait dire sans lui demander, en même temps si John en était capable il aurait fait un autre travail. Peut importe si Silvia ne voulait pas le faire elle l'aurait dit, ce n'est pas le genre de personne à ne rien dire.

Il était temps de commencer... Silvia s'appliqua pour le soigner correctement et de façon lente et sans forcer pour ne pas faire plus mal à John que ce n'était déjà le cas, il est vrai que le produit pour désinfecter peut piquer certaine personne mais comme ses blessures le montrer John avait l'habitude de chose plus douloureuse alors ce n'est pas un produit qui va lui faire grand mal. Silva prenez son temps pour ne pas faire de mal à John c'était certain mais son regard distrait peut visible laisser pensé qu'elle devait soit profiter du moment soit elle se poser des question sur les cicatrice qui était disposer un peut partout sur son corps. que sa soit l'un ou l'autre ne le déranger aucunement. John n'avait aucun tatouage, même si il avait déjà pensé à s'en faire, non pas qu'il craignait que sa soit douloureux non il avait juste pas envie de se lasser et rester marquer de quelque chose qui ne lui plaira plus au bout de quelque années, et aussi qu'est ce qu'il se serait fait tatouer? Silvia avait l'air choqué que John veuille se recoudre tout seul, elle lui proposa que sa soit son frère qui s'en charge. John n'aimer pas beaucoup cette proposition mais il faut avouer qu'elle n'avait pas tord, il ne pourrait pas attendre certain endroit, c'est physiquement impossible.

"-Au point ou j'en suis, de toute façon ma fierté est rester dans la foret quand je me suis fait battre. très bien mais il me faudra plus à boire pour anesthésier un minimum la douleur."

John prépara en avance un bout de chemise qu'il pourra mordre au moment ou l’aiguille rentrera dans sa chaire, il est évident que ce sera douloureux, Il va falloir serrer les dents. Cela ne le déranger pas plus que ça que le frère de Silvia se charge de le recoudre du moment qu'il ne se rate pas, inutile de pensé à cette possibilité, il fera surement attention, en espérant qu'il ai déjà recousu au paravent, rien qu'une veste, ou même un bouton, ce qui est sur c'est que John ne laissera pas faire quelqu'un qui n'a jamais fait une chose similaire au paravent. Silvia et John se disputer pour savoir qui dormirait ou, enfin pour le moment John avait juste donner son point de vue. Mais Silvia démontra qu'elle était absolument contre et qu'elle le forcerait même si il n'était pas d'accord. Silvia savait très bien que dans son état il ne pourrait pas lutter.

"-On peut trouver un compromis. Je suis persuader qu'il y à de la place pour deux, nous somment deux adulte, dormir dans le même lit n'engage à rien de plus si tu à peur que je t'agresse dans la nuit je te rassure dans mon état je ne pourrait même pas lever le petit doigt."

John n'avait aucune idée de ce que Silvia aller bien pouvoir répondre, mais il n'avait pas d'autre choix que de faire cette proposition car il sait très bien que dans tout les cas Silvia ne lâchera pas l'affaire, voila une option qui peut les mètre tout les deux d'accord, enfin si Silvia l'approuve évidement sinon il risquer d'en parler toute la soirée pour savoir qui dormira sur le canapé et qui dormira dans le lit. Silvia proposa quelque temps après de passer un coup de fil pou dire qu'il va bien. John inclina la tête avant de prendre son téléphone et de composer le numéro pour appeler chez lui.

"-Bonsoir, c'est John. Tu passe une bonne soirée? C'était pour te dire que je passe la nuit chez une amie. Que je ne rentrerais pas avant un moment, Tu peut t'occuper d'elle jusqu'à mon retour? Merci je te revaudrait sa."

En général ce n'est pas John qui appel chez lui était trop saoul pour articuler une phrase, ce soit plutôt ses collègue qui s'en charge pour lui, mais et tant donné qu'il est en état de parler. Il reposa son téléphone, le sourire au lèvres, d'après ce qu'il avait entendu elles ce sont bien amuser ce soir, rien à redire sur la soirée si ce n'est que de leur coté elle c'était bien passé, maintenant que sa fille est couché Delphine devait surement s'occuper comme elle pouvait. Ce qui est sur c'est qu'après cette appel elle va préparer la chambre d'amis pour se couché sous peut. Et oui ils commence à se faire tard elle devait surement attendre le retour de John pour rentrer chez elle se coucher. Ensuite Silvia enchaina un bon nombre de question à toute vitesse, elle demander son age, si John était encore avec sa mère et d'autre question qui n’ont rien à voir, John décida de faire quelque chose pour qu'elle arrête de parler, il n'arriverait pas à retenir toute les questions qu'elle lu poserais sinon. Sans prévenir John embrassa Silvia, peut de temps après ils s'éloigna d'elle puis se mis à parler.

"-Je vais répondre à t'est questions dans l'ordre et même répondre à celles que tu na pas encore poser. Ma fille Jenna a dix ans, ma femme est morte il y à de cela quelque années, j'ai besoin de rien et j'ai déjà manger. Ma proposition précédente de dormir dans le même lit n'as aucun rapport avec le fait que je t'ai embrasser. Ma mère ma dit un jours que le meilleurs moyen de faire taire une femme c'est en l'embrassant. Et sa me donne une bonne excuse d'embrasser une belle femme."

Il est vrai que John avait pris par surprise Silvia et les réponse qu'il avait donner était loin de la ménager, malgré la tristesse tout en jouant avec sa bague John annonça le fait que sa femme est morte. Silvia ne s'attendait surement pas à ça, mais à quoi bon mentir?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Respire à fond Dim 9 Juin 2013 - 21:29

En soignant John et en laissant trainer son regard sur lui, elle avait découvert des cicatrices un peu partout sur lui. Evidemment elle se posait des milliers de question sur le pourquoi des ces cicatrices, mais elle n'avait pas le courage de lui demander. Et surtout elle n'avait peut être pas envie de connaître certaines réponses. Elle connaissait le métier de John, elle savait qu'il mettait sa vie en danger plus que de raison, et donc si certaines étaient du à la torture elle ne voulait pas le savoir. Ou plut^t elle ne supporterait pas d'entendre le récit. Parce que malgré les apparences Silvia était quelqu'un de très sensible, encore plus quand cela touchait les personnes qu'elle appréciait énormément. Elle avait peur de ne pas pouvoir s'empêcher de pleurer si elle lui posait des questions. Donc du coup, elle resta muette et continuer à le soigner.
Mais avec John il était difficile de rester silencieuse très longtemps, surtout quand il voulait se recoudre toute seule. Pourtant avec son frère elle en avait entendu des choses stupides, mais pas à ce point. Faire ça n'était pas humain. Silvia était incapable de le faire, pas le courage nécessaire, mais elle lui proposa de demander à son frère. A croire qu'il avait quand même garder sa raison, parce qu'il avait fini par accepter à condition d'avoir plus d'alcool. Cette condition n'était pas vraiment un problème et avant d'aller chercher son frère elle lui donna la bouteille.

Silvia ne savait pas vraiment ce qu'il lui était passé par la tête en parlant pour son frère, mais maintenant elle ne pouvait plus reculer. Il était étudiant en médecine donc cela ne devrait pas lui poser de problème, il avait l'habitude, mais ce qu'il l'embêter vraiment c'était de l'impliquer. Pas qu'elle ne faisait pas confiance à John, bien au contraire, mais moins son frère en savait et mieux il se portait. Il ne savait pas que sa sœur trempait dans des affaires louches et il n'était pas question qu'il l'apprenne aujourd'hui. Alors forcément elle allait devoir lui parler, lui donner certaine réponse, mais elle resterait très évasive. Elle en dirait juste assez pour ne pas qu'il s'inquiète. De toute façon, elle savait qu'il n'allait pas poser de question à John, il avait assez de jugeote pour ça. Et comme John dormait ici ce soir, il ne lui poserait aucune question avant demain à moins qu'il attende qu'il soit couché pour avoir des réponses. Dans tout les cas, Silvia ne se déroberait pas. Sans frapper à sa porte, elle entra directement dans sa chambre. Le temps était loin où elle l'avait surpris plusieurs fois à se faire du bien tout seul. Maintenant il n'avait plus besoin de ça, du moins elle l'espérait. Il était assez beau gosse pour qu'il puisse avoir des copines différentes tous les jours.

« Matt, j'ai un service à te demander. J'ai un ami qui est pas mal amoché, et il a besoin d'avoir des points de suture. Il ne veux pas aller à l'hôpital. Tu peux lui faire ? »

Lui demander un tel service la gênait un peu, mais en même temps elle n'avait pas vraiment le choix et elle savait que son frère – passionné par ses études – ne raterait pas l'occasion de s'entrainer une fois de plus. Et puis bon il ne pouvait pas faire d'énorme connerie même s'il n'avait pas de résident pour le superviser. Silvia avait une confiance absolue en son frère et savait que malgré le manque de matériel, il réussirait à faire ça comme un pro.

[g] « Et j'imagine que je dois pas poser de question non plus. T'as des fréquentations étranges Sil', tu veux bien faire attention à toi de temps en temps ? » [/g]

Si seulement son frère connaissait la moitié de ses fréquentations, il en ferait une attaque. Elle n'avait pas d'amis, rien et les gens qu'elle côtoyaient était plus ou moins dangereuse. Mais bien sur son frère n'en savait rien, elle trouvait toujours un petit mensonge à lui dire quand elle sortait pour une mission ou autre. Et jusqu'à présent il n'avait jamais rien soupçonné et elle espérait bien que cela puisse continuer comme ça. Et comme pour se protéger de ça, elle alla se réfugier dans les bras de son petit frère qui l'a dépassé d'une bonne tête maintenant.

« Tu sais que t'es le meilleur, et t'inquiète pas je sais me défendre toute seule. Il est dans le salon va étudier ses blessures. Je t'emprunte des vêtements. »

Le temps de trouver quelque chose de présentable pour John et d'aller les rejoindre elle les retrouva en train de se regarder en chien de faïence. Comme s'ils cherchaient à se tester et à connaître les intentions de l'autre. La tension dans la pièce était presque palpable, mais pas une vilaine tension plutôt de la part de son frère une tension qui voulait dire « attention à toi. C'est ma sœur et t'as pas intérêt de lui faire du mal. » Voilà ce que cela faisait deux laissé deux mecs dans une même pièce sans femme pour les surveiller. Pire que des gamins. Il était grand temps de faire les présentations et peut être détendre l'atmosphère

« John je te présente mon frère Matteusz et Matt je te présente John un ami. Pas d'inquiétude il est étudiant en médecine donc il ne te charcuteras pas. Si t'as besoin de quoi que ce soit, n'hésite pas à demander. Pour le coup je vais rester assistante, mais je reste à côté. »

Se tenir à côté de John et son frère pendant qu'il se faisait recoudre était déjà un énorme effort pour elle, alors qu'on ne lui demande pas de faire plus. Elle s'installa dans le canapé à côté de son complice et face à son frère. John avait la bouteille à la main et il avait également pris un morceau de son ancienne chemise pour s'empêcher de crier. Elle n'avait jamais eu besoin de se faire hospitaliser pour un problème quelconque, donc elle ne savait pas quel effet cela pouvait faire. Ni même la douleur que pouvait ressentir. Mais avec toutes les cicatrices déjà existence, John devait avoir l'habitude et elle doutait qu'il avait été à l'hôpital chaque fois, un peu comme aujourd'hui finalement. Silvia admirait la dextérité de son frère et surtout la confiance qu'il affichait avec une aiguille à la main. Elle était si fière de lui, pour un peu elle en verserait un larme mais ce n'était pas vraiment le moment pour ça.
En deux en trois mouvement son frère avait fini de recoudre John et toujours sans un mot était déjà repartie dans sa chambre sans oublier comme même d'embrasser sa sœur sur le front. Un ultime signe de protection selon lui. Du coup l'ambiance était redevenue un peu plus sympathique. John était toujours dans le canapé et semblait avoir repris quelques couleurs. Maintenant qu'elle était sure qu'il était complétement hors de danger Silvia pouvait enfin se détendre et ce qu'elle avait bien l'intention de faire en prenant la bouteille des mains de John et en buvant à meme le goulot sans prendre la peine d'aller chercher son verre.
Tout était désormais sous contrôle et la conversation pouvait reprendre là où elle s'était arrêter un peu plus tôt dans la soirée avant l'intervention de son frère. L'objet de la discorde était l'endroit où John allait dormir. Il ne voulait pas la déranger et donc voulait dormir sur le canapé, mais pour Silvia c'était hors de question. Mais effectivement la proposition de John était loin d'être ridicule.

« Pas con comme idée. J'ai effectivement un lit deux place. J'ai même changé mes draps ce matin. »

Ce n'était certain qu'un détail les draps, mais un détail qui avait son importance. Pour Silvia faire dormir quelqu'un dans des draps de plusieurs jours c'était carrément impossible. Elle n'était pas du genre maniaque, mais elle adorait quand ses draps sentaient le frais du coup elle les lavaient toutes les semaines. Et puis c'était tellement plus agréable des draps propres. Et puis dormir avec John était loin de lui déplaire. Elle savait qu'il ne se passerait rien entre eux, mais bon dormir avec un beau gosse faisait toujours du bien au moral. Et après cette étrange soirée il était clair que dormir toute seule aurait été difficile. D'ailleurs il affirmait qu'il n'allait pas l'agresser ni la toucher, mais le contraire ne l'aurait pas déranger. Elle était une femme avec des besoins et elle ne dirait certainement pas non à John s'il essayait quelque chose dans la nuit. Mais avec ses blessures ce n'était même pas envisageable. Trop dangereux, ses blessures pourraient s'ouvrir au moindre mouvement.
Cependant ce n'était pas encore l'heure de dormir, Silvia avait des tonnes de question à poser à John sans vraiment oser le faire, mais cela n'allait pas tarder, arrivé un moment elle n'arriverait plus à se retenir et enchainerait les questions en cascade. Elle le savait, elle se connaissait mais elle ne voulait pas que John pense que c'était par simple curiosité. Elle avait vraiment envie d'en connaître un peu plus sur sa vie, surtout maintenant qu'elle savait qu'il avait une fille. D'ailleurs elle l'avait limite forçait à appeler sa baby-sitter pour prévenir qu'il ne rentrerait pas ce soir. Apparemment elle devait avoir l'habitude parce que cela n'avait pas l'air de la déranger.

Cet appel passé, Silvia n'avait pu se retenir de répondre et avait finalement enchainait ses questions. La réaction de John n'était pas vraiment celle à laquelle elle s'attendait puisque pour la faire taire il l'avait tout simplement embrasser. Elle était tellement surprise qu'elle n'avait pas forcément répondu à son baiser. Jamais elle n'aurai imaginé ça. Ce n'était pas désagréable pour autant. Maintenant que le choc était passé il pourrait même recommencer que cela ne la dérangerait pas. Cependant elle doutait que ce baiser avait une signification particulière, il voulait juste trouver un moyen de la faire taire. Et pour le coup ça avait sacrément bien fonctionné, elle ne savait pas quoi dire et donc se contentait d'écouter les réponses à toutes ses questions tout en repensant à son geste.

« Je heuuu d'accord... »

Niveau conversation on avait rarement fait mieux. Silvia devait réorganisait ses pensées, mais elle avait beaucoup de mal. En plus de ce baiser elle devait prendre en compte toutes les informations qu'il venait de lui donner. Jamais elle n'aurait soupçonné ne serait ce qu'une seconde que John avait un enfant. En tout cas il l'avait bien caché et protéger. Avec son boulot c'était normal en même temps. Pourtant en faisant des recherches sur John du temps de leur première collaboration, Silvia avait fait des recherches sur lui, mais n'avait presque rien trouvé. C'est d'ailleurs ce qui l'avait convaincu d'accepter sa proposition. Mais cacher un enfant c'était quand même du grand art.

« Déjà, merci pour le compliment et effectivement très efficace pour faire taire une femme. Ta mère est d'excellent conseil. Et je suis désolé pour ta femme, je voulais pas me montrer curieuse, c'est juste qu'en savoir plus sur toi c'est sympa. »

Ben oui, il avait quand même qu'elle était belle. Elle le savait, elle jouait beaucoup de sa beauté pour ramener des mecs chez elle, mais cela faisait toujours plaisir à entendre. Mais surtout elle était contente que John lui parle. Comme elle venait de lui dire, c'était sympa d'en apprendre plus sur lui. Parce qu'après tout ce temps à travailler ensemble elle pouvait dire qu'il était plus ou moins ami, mais elle était incapable de dire quelque chose le concernant. Et apprendre qu'il était veuf la rendait triste. Silvia était très empathique, des fois à l'extrême et du coup maintenant elle s'en voulait d'avoir demander tout ça, parce que cela avait réveillé des souvenirs par très heureux chez John. Mais elle ne pouvait pas savoir. Par contre l'imaginer avec une petite puce de 10 ans la faisait sourire. Elle était presque sure qu'il était un papa protecteur voire un peu trop avec sa fille. Ce n'était que des supposition et après ce qu'il venait de lui dire elle ne poserait pas la question, elle en avait déjà suffisamment poser.

«Je te force pas à en parler, mais si t'as besoin hésite pas. Et n'hésite pas à demander si t'as besoin de quelque chose. Je t'ai pris des vêtements de rechange. »

Ce que Silvia venait de dire était un peu bateau, surtout au vue des circonstances mais pourtant c'était sincère. John venait en quelque sorte de se livrer à elle et la pauvre ne savait pas vraiment quoi faire. Si elle devait lui poser des questions sur sa femme ou alors ne rien dire. Parler de sa fille ou se taire. Autant de question, mais aucune réponse.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Respire à fond Lun 10 Juin 2013 - 1:16

La soirée c'était vraiment arranger avec le temps même si il rester à lui coudre ses blessure John commencer à apprécier le moment, il est vrai qu'un verre de scotch cul sec vous remet les idée en place et vous fait arrêter de pensé constamment à ses coupures. Alors que Silvia le soigné délicatement tout en profitant du spectacle, John lui ne trouva rien d'autre à faire que d'avoir son regard fixé sur elle. Il resta donc la à contempler la jeune femme en attendant que celle-ci ait enfin fini. Une fois ceci terminé John proposa de se recoudre lui même en étant aussi sérieux qu'il pouvait l'être Silvia refusa une tel chose, à vrai dire je doute même qu'elle aurait céder alors il accepta que son frère s'en charge à sa place mais il demanda plus d'alcool pour que la douleur soit moins forte. Silvia posa une bouteille sur la table avant d'aller voir son frère alors John pris la bouteille et se mis à boire encore et encore jusqu'à l'arrivé du petit frère ou il déposa la bouteille.

"-Merci d’accepter de me recoudre c'est vraiment généreux de votre part."

Après ses parole aucune réponse ne suivit. Le frère de Silvia se contenta juste de s'assoir sur le canapé et de rester à le fixé. Il était difficile de dire ce qu'il pensait mais son regard n'avait rien d'amical, John ne trouva rien d'autre à faire que de lui montrer que lui aussi peut peut rester fixé une personne avec cette air. Au bout de peut de temps Silvia arriva à son tour accompagné de vêtement, John en conclua que c'était pour lui. Elle fit les présentation mais John savait déjà comment il s'appeler et tant donné qu'il avait fait des recherche sur Silvia. Par contre il n'avait pas pousser les recherche jusqu'à savoir son métier, enfin la c'était plutôt ses études. un futur médecin? Très bien dans ce cas il ne devrait pas se rater et si c'était le cas il n'aurait aucune excuse. Alors qu'il s’apprêter à commencer John pris une autre grosse gorger avant de mordre le morceau de tissu préparer plus tôt. Comme il l'avait prévue l'alcool ne diminuer que la douleur mais pas encore assez. alors que l’aiguille transperça de part en part son corps John mordait de plus en plus fort son morceau de veste et essayer de résister le plus possible à la douleur mais de temps en temps quelque cri s'échappa tout de même amoindrit par le bout de tissu qui était dans sa bouche mais ceux ci se fit tout de même entendre pas Silvia et son frère. au bout de quelque minute le supplice était terminé. John recracha le morceau de tissu alors que Matteusz lui fila dans sa chambre sans un bruit. Une fois remis de ses émotions John pus enfin s'exprimer autrement qu'avec des grognements.

"-Et bien il est pas bavard ton frère."

John repris une gorger puis silvia retira des main la bouteille à John pour boire à son tour mais cette fois ci elle bu au goulot, il est vrai que ce qu'elle à endurer à du être difficile. Alors que Silvia buvait John lui s'habilla mais pas entièrement il n'enfila pas de haut pour laisser ses blessures respirer à l'air libre. Peut de temps après il pouvait reprendre leur conversation. John avait proposer à Silvia de dormir tout les deux dans le même lit. Elle accepta en expliquant que c'était un lit double et qu'elle avait changer les draps le jours même. répliqua avec une pointe d'humour dans la voix.

"-c'est peut-être le destin."

Cette phrase était loin d'être sérieuse John ne croyait pas au destin il n'avait juste rien trouver d'autre a dire. Malgré cela John aurait préférer dormir dans le même lit que Silvia dans d'autre circonstance que le faut qu'il soit totalement amocher. Il est vrai que John avait déjà pensé à essayé de séduire Silvia mais il ne l'avait jamais fait et tant donnée que leur rapport n'était que professionnel. mais rien ne lui en empêcher à présent il espérer juste qu'elle n'ai pas de petit ami si il se décider à le faire.

peut de temps après John fit comprendre à Silvia qu'elle pouvait lui poser des question si elle le désirer et celle ci ne se fit pas attendre, alors que ses question commencer à partir dans tout les sens John décida de l'embrasser pour la faire taire, elle fut surprise à un tel point que quand John répondit à ses question elle répondit en premier un simple d'accord.

"-Désolés j'aurais peut-être pas du t'embrasser. Mais c'est la seul chose que j'ai trouver pour te faire taire... De plus j'en avais envie..."

Cette phrase ne voulait pas dire qu'il n'aurait pas du le faire mais plutôt qu'il n'aurait pas du la prendre par surprise de cette façon. Il est vrai qu'il lui avait volé un baisé et la réaction de Silvia Troubla John il ne savait pas si il avait bien fait ou non. Elle remercia John de l'avoir complimenter puis enchaina en disant que c'était très efficace et en effet c'était rien de le dire. Elle disait aussi que sa mère était d'excellent conseille. Puis elle s’excusa pour sa femme que son but n'était pas d'être curieuse mais d'en savoir plus sur lui.

"-Ne t'en fait pas parler d'elle ne me dérange pas vue que sa fait un moment qu'elle nous à quitter j'ai pus m'y faire. Mais je doit avouer que tu est la première personne à qui je parle de ma fille ainsi que sa mère. La pauvre crois qu'elle est toujours de ce monde je n'ai pas eu le courage de lui dire la vérité."

John ne pris pas de gants pour en parler il faut dire que l'alcool l'aider à s'exprimer. Silvia se sentait mal pour John et sa ce voyait, John posa donc sa main sur sa joue pour lui montrer qu'il aller bien. Silvia expliqua qu'elle ne lui forcer pas d'en parler mais que s'il il le voulait il le pourrait puis si il avait besoin de quelque chose il ne devait pas hésiter à lui demander.

"-J'ai tout ce qu'il me faut ne t'en fait pas."

Dit il en la regardant dans les yeux.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Respire à fond Mar 18 Juin 2013 - 19:22

Maintenant que tout était en passe de s'arranger, que John n'avait pas eu à se recondre tout seul, tout ce qu'il restait à faire était de se détendre. D'ailleurs pendant que son frère opérait, elle avait entendu John criait de douleur à travers le morceau de tissu qu'il mordait. Jamais elle ne voulait faire cette expérience. Se faire recoudre sans anesthésie n'était même pas envisageable, mais dans tout les cas elle ne voudrait personne d'autre que son frère, même s'il n'était pas encore titulaire de son poste et qu'il avait encore pas mal d'année devant lui avant de l'être. Et connaissant son petit frère, elle se demandait s'il faisait tout ce qui était en son pouvoir pour éviter de faire souffrir John autant qu'il ne pouvait, ou si au contraire il s'amusait à être un peu plus brute qu'en temps normal. Quel qu'en soit la raison, elle savait qu'il faisait son boulot correctement, ne serait ce que pour faire plaisir à Silvia.
John trouvait qu'il n'était pas bavard et pourtant il arrivait des jours où Silvia ne pouvait pas l'arrêter une seule seconde. Mais entre parler à sa sœur et parler à un inconnu blessé, il y avait une grande différence. Et Matteusz devait faire ça en signe de rebellion. Comme quoi il n'aimait pas que sa grande sœur sorte avec des types qui étaient recouvert de cicatrices et qui ne voulait pas aller à l'hôpital pour se faire soigner. Il devait trouver ça louche et sur ce point il n'avait pas tout à fait tord.

« Ne t'en fait pas pour lui, il s'inquiète pour moi. Ne le prends pas personnellement, il fait la même chose aux mecs qui vienent chez moi. »


C'est seulement après l'avoir dite que Silvia réalisa l'importance de se phrase. Parce que sans le vouloir elle venait d'en dire un peu trop sur elle et John allait surement la considerer comme une salope ou une fille facile. Mais ce n'était pas du tout le cas. Certes son frère avait vu défilé un nombre de gars important, mais cela ne voulait rien dire. Pour Silvia elle avait autant le droit qu'un mec à vouloir se faire plaisir et avoir des coups d'un soir. Un coup d'un soir il fallait être deux pour ça et les mecs étaient bien content de trouver des femmes qui étaient d'accord avec ça. Bien que même si elles ne sont pas d'accord avec ça, cela ne les dérange pas plus que ça. Il invente pas mal de mensonges pour la mettre dans le lit et le lendemain hop on se casse discrètement et surtout rapidement avec le réveil de la conquète du soir. Silvia aimait bien faire comme les mecs, elle ne voulait rien de sérieux et ne le cachait pas, elle s'assumait comme ça et c'était surement ça qui devait attirer tous les hommes. Ca plus la confiance qu'elle affichait. Dès sa plus tendre enfance elle avait appris à ne pas faire attention aux regards des autres et à s'assumer. Bien sur à l'adolescence cela avait été plus compliqué, mais elle avait réussi à traverser cette periode ingrate avec plus ou moins de difficulté.
Bref, que John puisse penser qu'elle était une fille facile l'embêtait un peu, mais en même temps c'était son style de vie et elle n'avait pas honte de ça. Donc tant pis.

Ils avaient enfin réussi à se mettre d'accord sur la question du lit. Ils allaient tout simplement dormir ensemble en tout bien tout honneur. Et pour répondre à la phrase de John, la jeune femme venait tout simplement de lui sourire. Que pouvait-elle dire d'autre ? Selon lui c'était le destin, soit mais pas seulement. Pas que Silvia ne croyait pas au destin, mais elle avait du mal à croire que tout était écrit à l'avance. Et elle ne croyait pas que les choses arrivaient en fonction du karma des gens. Alors certes elle volait des gens, certes elle faisait des magouilles mais en dehors de ça elle estimait être une bonne personne et qu'elle n'avait rien fait pour mériter la mort de ses parents si tôt et encore moins que John se fasse taper pour la protéger. Donc le destin il pouvait se mettre le doigt dans l'oeil jusqu'au coude pour qu'elle puisse lui accorder un jour le moindre crédit.

Entre temps elle avait eu l'agréable surprise de se faire embrasser. Heureusement que son frère était parti sinon il n'aurait pas vraiment aimé. Mais pour Silvia c'était tout autre chose, la soudaineté de ce geste l'avait prise de court, mais elle n'en avait pas moins appréciait le moment, même si c'était pour la faire taire. Mais en plus l'entendre dire qu'il en avait envie c'était le summum. Plus d'une fois Silvia avait rêvé de ce moment. John était beau gosse et elle n'aurai jamais dit non à une nuit avec lui si seulement il avait semblé intéressé, mais cela n'avait jamais été le cas. D'ailleurs elle avait toujours cru que c'était parce qu'il était marié. Alors oui, et elle venait de l'apprendre ce soir – c'était effectivement le cas, mais sa femme était morte depuis un petit moment. Ceci dit, coucher avec John ne serait pas déplaisant pour Silvia, mais elle avait peur de ce que cela pourrait entrainer, notamment en ce qui concernait leur petit accord. Ils étaient en quelque sorte associé, et ajouter le sexe à cette histoire serait peut être compliqué. Mais c'est le genre d'erreur qu'on a envie de faire. Cependant il y a certaine fois dans la vie où on sait que c’est une erreur mais on ne sait pas vraiment que c’est une erreur parce que la seule façon de vraiment savoir que c’est une erreur, c’est de faire l’erreur, et de regarder en arrière et de dire « Ouep, c’était une erreur. » Alors franchement, la plus grande des erreurs serait de ne pas commettre l’erreur, parce que dans ce cas, on passe toute sa vie sans savoir si c’est une erreur ou pas. Mais en se disant cela, Silvia essayait surtout de se convaincre.

« Je sais que cela ne me regarde pas, mais tu devrais la vérité à ta fille. Si elle le découvre elle même, elle se sentira trahie. »


Alors certes, Silvia n'avait aucune expérience en matière d'enfants et d'éducation, seulement elle avait pratiquemment élevé son frère elle-même, sa mère étant trop faible dans ses dernières années pour le faire. Alors certes elle lui mentait un peu sur ses activités, mais dès que quelque chose d'important arrivait, il était le premier au courant. Et elle presque certaine que si la fille de John l'apprenait d'une tierce personne elle se sentirait non seulement trahie mais surtout déçue que son père ne lui ai pas parlé ouvertement. Mais encore une fois cela ne la regardait pas. C'était à lui de faire ses propres choix, elle n'avait aucun droit au chapitre dans sa vie et certainement pas concernant sa fille dont elle venait d'apprendre l'existence.

« Mais contente que tu te sentes sufisamment à l'aise pour en parler avec moi. »


Cela lui faisait plaisir plus qu'elle ne voulait se l'avouer. C'était toujous gratifiant qu'une personne vous fasse assez confiance pour parler de sujet aussi grave et surtout triste.
Silvia ne savait pas si c'était la soirée très étrange qui venait de se passer, mais elle trouvait John très tactile avec elle, beaucoup plus que d'habitude et elle ne savait pas si elle resisterait bien longtemps à l'envie de l'embrasser elle aussi. En ce moment même il avait mis sa main sur sa joue, c'était un geste tellement tendre qu'elle se sentait fondre. Elle était incapable de réfléchir correctement et n'obeïssant qu'à ses instinct elle embrassa à son tour John. Après tout il n'était pas le seul à pouvoir prendre ce genre d'initiative


« Désolé moi aussi j'en avait envie. C'était trop dur de résister à la tentation ! »


Mais contrairement à lui, Silvia ne lui laissait pas vraiment le temps de réagir au geste, parce aussitôt après le baiser elle se leva et ranga un peu tout ce qui trainer sur la table. Notamment les compresses et tout ce qui avait servi pour soigner John. Pas qu'elle regrettait de l'avoir embrasser, bien au contraire mais ça l'amusait de le laisser en plan juste après ça. A lui ensuite de savoir ce qu'il voulait. Bien que dans son état rien n'était recommandé. Il ne devait pas faire trop d'éffort et encore moins d'effort physique, cependant elle était prête à lui tendre quelques perche se soir, à voir s'il avait envie de les saisir ou pas. Donc c'est pourquoi une fois son petit ménage terminé elle se dirigait vers le couloir qui menait à la chambre sans oublier de se retourner au dernier moment vers John toujours dans le canapé.

« Tu viens te coucher ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Respire à fond Dim 23 Juin 2013 - 18:03

L'envie de John de se recoudre était plutôt étrange mais lorsqu'on le connais on comprend qu'en faite c'est tout à fait logique de sa part. John n'aime pas avoir besoin d'aide et ce dans toute circonstance, alors quand il annonça une tel chose il était évident qu'il était complétement sérieux et que ce n'était pas l'alcool qui lui faisait perdre la tête. Cette expérience était douloureuse même pour quelque comme John et ce n'est pas ses nombreuse blessure qui vont l’immuniser contre la douleur. Quoi qu'il en soit c'était enfin terminer et le frère partie aussi vite et silencieusement qu'il était venue à cette réaction John fit une remarque avec humour en disant qu'il n'était pas très bavard mais la réponse de Silvia était assez inattendue. Il s’inquiéter pour elle quoi de plus normal mais elle expliquée aussi qu'il faisait ça à chaque fois qu'elle ramener des homme chez elle. John ne savait pas quoi pensé mais après tout à quoi il s'attendait? Une jeune et jolie femme célibataire ne va pas se contenter de son travail. John n'y fit pas grande attention après tout elle faisait ce qu'elle voulait et ce n'est pas John qui aller l'en interdire, d'ailleurs quel droit aurait il de le faire? Ce ne sont que des collègues. Du moins c'est ce que John pensé à ce moment de la soirée mais au fur et à mesure des événements les deux amis se rapprocher de plus en plus ne savant ce qui aller ce passer.

Pour ce qui est de la conversation de la chambre, John fit une proposition qui les mis d'accord. L'idée de dormir dans le même lit avait l'air de lui plaire et il faut avouer que John n'était pas indifférent non plus de plus ça lui changera il faut avouer que depuis la mort de sa femme il na dormit avec personne d'autre que sa fille. Non pas que cela ne le déranger mais il faut avouer que depuis ce tragique accident John na jamais fait réellement son deuil et na jamais chercher à refaire sa vie mais plutôt de se concentrer sur le bien être de sa fille laissant sa vie sentimental de coté. Non pas que dormir dans le lit d'une femme avait le moindre rapport avec cela mais ça ne lui ferait que le plus grand bien.

De fil en aiguille la conversation tourna sur la mort de sa femme et le fait qu'il na jamais eu le courage de le dire à Jenna  il s'en mordait les doigts lui cacher une tel chose était impensable, d'ailleurs c'est le premier à dire à une famille que tel ou tel personne est mort mais quand il s'agit de sa fille sa devient tout de suite plus compliquer. Quand il annonça ce fait à Silvia elle lui expliqua qu'il devait lui annoncer car si elle devait l'apprendre d'elle même elle considèrerais ça comme une trahison John savais qu'elle avait raison et répondit en serrant le poing.

"-Oui je le sais bien... Mais je n'ai pas le courage, peut-être que je suis un lâche et la peur de devoir affronter cette épreuve. Plusieurs fois j'ai essayez de lui dire mais jamais j'y suis parvenu..."

John était énerver contre lui même, ne pouvait rien faire d'autre que de s'en vouloir et essayez en vain d'annoncer cette nouvelle à sa fille mais à chaque tentative il se sentait de moins en moins capable de lui annoncer. peut de temps après Silvia lui dit qu'elle était contente qu'il ai assez confiance en elle pour lui en parler, à ce moment John la regarda droit dans les yeux et lui dit à son tour.

"-Tu sait tu est la première personne à qui je parle de ça..."

A quoi beau mentir? Il n'avait pas honte de dire qu'il en avait parler à personne d'autre au paravent, d'ailleurs c'est aussi la première personne qui apprend l'existence de sa fille de la bouche de John, il n'en avait pas honte non! Il voulait simplement la protéger des personne qu'il fréquente qui pourrait se venger sur elle pour atteindre John et si ça arriver il ne se pardonnerais jamais il faut avouer que Jenna est la seul raison de vivre pour John et que si il lui arriverait quoi que ce soit il ne le supporterais pas. Alors que John posa sa main sur la joue de Silvia pour la rassurer elle se mis à l'embrasser sans même se faire désirer. John fut surpris à son tour puis ravis car il comprenait que son baiser ne l'avait pas effrayez. tout en se relevant ne laissant à John le temps de répondre à son baisé elle exprima que elle aussi en avait envie et qu'elle ne pouvait pas résister. John souris à cette annonce puis la vit ranger tout sur la table alors il termina son verre avant qu'elle le range aussi puis la vit se diriger vers la chambre avant de se retourner au dernier moment pour demander à John de venir se coucher. Il ne fallait pas être intelligent pour comprendre qu'elle lui faisait du rentre dedans.

"-J'arrive à l'instant."

répondit il avant de se lever. La douleur se faisait encore sentir et ne pouvait faire autrement que pour y aller de se tenir d’abord au canapé et ensuite longer le mur pour atteindre la chambre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Respire à fond Sam 29 Juin 2013 - 22:54




Après cette soirée de malade, l'heure était enfin à la détente. Son frère avait soigné John donc tant qu'il ne faisait pas de geste brusque il était hors de danger et du coup Silvia se sentait beaucoup plus rassuré. Parce que mine de rien elle tenait beaucoup à John même si leur rapport était professionnel. Bien que durant cette soirée ils avaient pris une tournure nettement plus personnelle. Ce qui n'était pas forcément déplaisant, elle en apprenait ainsi un peu plus sur lui. L'inverse n'était pas vrai puisque John avait du faire un rapport complet sur Silvia avant de s'approcher d'elle pour lui proposer cette fameuse collaboration
D'ailleurs elle était touchée qu'il lui parle de sa femme. Surtout que ce n'était pas facile puisqu'elle était morte. Après l'alcool aidant c'était peut être ce qui l'avait fait parler, mais Silvia – avec ou sans alcool – était contente qu'il lui fasse assez confiance pour lui confier qu'il avait une fille et que cette dite fille ne connaissait pas la vérité sur sa mère.

Silvia ayant elle même perdu ses parents n'adhérait pas à cette idée de John qu'il faisait ça pour protéger sa fille. Mais elle n'avait aucune leçon à lui faire, il élevait sa fille de la manière dont il l'entendait, elle n'était rien pour lui dire ce qu'il avait à faire. Comme il ne se permettrait pas non plus de lui faire des remarques sur son frère. Et pourtant niveau éducation elle était calée, parce que après la mort de son père, sa mère avait sombré dans le dépression et Silvia malgré son jeune âge avait du s'occuper du foyer et surtout de son petit frère. C'est en partie à cause de cela qu'elle s'était mise à cambrioler à droite, à gauche et plus tard à blanchir de l'argent. Parce qu'elle voulait que son frère soit toujours en sécurité, que l'argent ne soit pas un problème pour lui, comme ce le fut pour elle. Mais cela jamais elle ne le dirait à quelqu'un, même à John. Et si jamais elle devait le dire alors c'était parce qu'elle faisait une confiance aveugle en la personne. Cependant elle ne croyait pas que cela puisse arriver un jour.
Mais encore une fois c'était à lui de faire ses choix et non à Silvia.

« Je sais que dire la vérité est compliquée, mais votre relation n'en sera que plus honnête pas la suite, surtout à l'adolescence. »

Pourtant la jeune femme était plutôt mal placée pour dire ça, puisqu'elle mentait constamment à son frère sur certain sujet de sa vie. Son frère n'était pas au courant de ses activités illégales. Et chaque jour cela la rongeait un peu plus, mais elle avait trop peur de sa réaction. Elle ne voulait pas qu'il la rejette pour ce qu'elle avait fait. Entre elle et son frère c'était bien trop fusionnel pour qu'elle puisse supporter qu'il la juge ou pire qu'il la déteste. Donc entre la peste et le choléra son choix était difficile, mais elle avait pris le parti de ne rien dire jusqu'au moment où elle serait dos au mur et ne pourrait pas faire autrement.
Mais encore une fois les deux situations étaient complétement différents pour être comparer et donc les choix et les décisions qui en résultaient n'étaient pas du tout les même.

Durant la soirée, malgré les nombreuses révélations, la tension était devenu un peu plus électrique chacun cédant à la tentation de l'autre. La soirée s'annonçait même torride, seulement John n'était pas vraiment en état pour ce genre de soirée. Il venait juste de se faire recoudre et c'était donc impossible que la soirée puisse se finir comme ça. Quand Silvia l'avait invité à venir se coucher, il avait eu du mal à marcher tout seul, il devait même s'appuyer sur les murs. Ce n'était pas vraiment ce à quoi elle s'attendait, mais elle ne pouvait pas le laisser dans cet état.

« Attends, laisse moi t'aider. »

Finalement la nuit se terminée exactement comme elle avait commençait. Silvia soutenant John pour qu'il puisse marcher sans trop faire d'effort. Mais cela ne la dérangeait pas, elle aimait savoir que quelqu'un pouvait s'appuyer sur elle en tout confiance et surtout dans toutes les situations.



FIN
Revenir en haut Aller en bas

 Contenu sponsorisé 





• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Respire à fond

Revenir en haut Aller en bas

Respire à fond

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» [INFO] Problème aléatoire (ou programme qui tourne en fond) La BATTERIE!!!
» [REQUETE] Fond d'écran Androïd
» [REQUETE] Fond d'écran animé !!!
» Fond de cocotte brûlé
» Orchidées sur fond vert
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Criminal Minds :: Divers :: RP terminés (ou abandonnés)-