Le forum ferme ses portes après 5 longues années d'existence.
Merci à vous tous de nous avoir suivi et qui sait, à bientôt sur d'autres forums ♥

Partagez|

Retour aux sources

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Retour aux sources Dim 17 Mar 2013 - 10:32

En cette fin de journée, Gillian était épuisée. Ce n’était pas tant le fait d’avoir passé le plus clair de son temps dans son bureau à recevoir ses patients, c’était d’être passé chez sa sœur. Juliet n’était pas un fardeau pour elle, mais Gillian était bouleversée par ce qui lui arrivait. La voir détruite de la sorte la rendait triste et lui donnait envie de pleurer à chaque fois qu’elle sortait de chez elle. Ce soir-là ne faisait pas exception, malheureusement. La psychologue n’avait pas envie de rentrer chez elle, elle ne voulait pas se retrouver toute seule et broyer du noir. Sam n’était pas encore rentré, il avait prévu de sortir pour dîner en ville (probablement avec Brooklyn). Comme il faisait encore jour, elle choisit donc de se balader un peu en ville avant de rentrer. Elle roula un moment dans les rues de Quantico sans vraiment savoir ou aller, sans vraiment faire attention à où elle était. Ce fut quand elle se retrouva dans un paysage familier qu’elle réalisa qu’elle se dirigeait tout droit sur la salle de boxe de Harry, et l’envie la prit soudainement de le revoir.

Harry était l’homme le plus protecteur qu’elle connaissait, et pourtant, il n’en avait pas toujours été ainsi. Tous deux s’étaient connus dans le cabinet privé de Gillian, du temps où elle exerçait encore en solo. Harry avait perdu tragiquement sa femme et connu de gros problèmes avec la drogue. On l’avait forcé à consulter un psy, et c’est en traînant les pieds qu’il s’était rendu dans le bureau de Gillian. La jeune femme avait peiné à le faire parler, il était très réticent au début de sa thérapie. Mais le temps avait fait qu’un jour, il avait fini par se confier et se laisser aider par le docteur Foster. Quelques années plus tard, remis sur pieds, il avait ouvert sa propre salle de boxe et avait défoulé toute son énergie dans ce sport pour repousser ses vieux démons. Gillian s’était rendue quelques fois dans son établissement, elle connaissait les lieux. Mais cela faisait trop longtemps qu’ils ne s’étaient pas revus… Même après que la thérapie se soit terminée, ils étaient restés en contact, et très vite une forte amitié était née. Du fait de son jeune âge, Gillian avait toujours été traitée avec douceur et respect par Harry. Très protecteur, il était toujours soucieux de sa santé, des hommes qu’elle fréquentait, et de bien d’autres choses encore. Il n’avait jamais supporté de la voir pleurer ou complètement défaite, il l’aimait trop pour ça. Les rôles s’étaient inversés, ce n’était plus elle qui lui venait en aide, mais ça ne lui déplaisait pas.

La jeune femme se gara donc à proximité de la salle de boxe et y entra. Elle croisa quelques jeunes hommes qui la regardèrent d’un air étrange. Ce n’était pas courant qu’une femme franchisse les portes de la salle. Elle continua donc et prit le premier couloir à sa droite pour entrer dans l’antre de la boxe, la salle d’entraînement. Les lieux étaient mal éclairés, et le soleil qui rentrait par l’un des velux l’éblouissait totalement. Ne voyant pas grand-chose, elle décida d’appeler son ancien patient.

- Harry ? Tu es là ?

Elle avança encore un peu mais très vite, elle s’immobilisa pour regarder autour d’elle et le chercher du regard.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Retour aux sources Dim 24 Mar 2013 - 23:53

Tyler envoya valser son adversaire dans les cordes, il ne lui laissa pas même le temps de se relever que déjà il était sur lui, le rouant de coups, je voyais la rage sur son visage, ses yeux brillants injectés de sang, tandis qu’il frappait encore et encore sur David qui peinait à se redresser, du sang maculant sa peau. Je sautais sur le ring et me plaçait entre les deux boxeurs, les bras tendus entre eux deux, les gardant à une distance de deux mètres l’un de l’autre.

- Ca suffit, faites une pause, Tyler c’est un entrainement je te rappelle, alors c’est bien, tu as une très bonne force de frappe, mais garde en un peu pour le championnat d’accord.

Je le sentais comme enragé, trop tendu, trop énervé, il se battait avec une fureur et une violence telle qu’il pourrait très bien tuer son adversaire s’il le voulait. Il acquiesça d’un hochement de tête et sauta du ring pour aller boire un coup et essuyer un peu la transpi qui dégoulinait sur lui. Je le regardai partir, dubitatif, me disant qu’il allait falloir certainement que j’ai une discussion avec lui. Frapper fort et bien, en boxe, c’était une bonne chose, de ce coté là il était très bon, mais il était aussi d’une violence telle, il y avait comme une animalité au fond de lui, mêler cette cruauté et à cette colère qu’il nourrissait, ce n’était pas sain du tout. C’était dangereux. J’aidai David à se relever, il allait bien, incident normal d’entrainement, ça arrivait que ça dérape un peu dans un match entre deux aussi bons boxeurs qui cognaient durs. Il avait l’air de ne se sentir pas très bien pourtant, ce n’était pas tant les coups qu’il avait prit, c’était la rage de Tyler qu’il avait encaissé.

- Allez va te changer t’a fini pour aujourd’hui.

David prit le temps de reprendre un peu ses esprits, descendants du ring pour laisser la place à un autre duo qui voulait s’entrainer en combat, il se dirigea à son tour vers les vestiaires après que je me sois assuré qu’il aille bien, il me rassura qu’il n’avait rien et qu’il ne sentait aucun trouble physique comme la tête qui tourne, un bourdonnement, ou quoi ce soit qui serait du aux coups qu’il a reçu. C’est sûre que c’est pas un sport pour les gamins ça… On cogne dur sur le ring. Mais je préférai être prudent, et je suis particulièrement à cheval sur le règlement du club, mais ça ne suffisait pas, et pour éviter des bagarres pouvant déraper en bain de sang le mieux c’était toujours de garder l’œil ouvert et de faire gaffe. Et justement Tyler me donnait l’impression de devoir me méfier et rester sur mes gardes. Je regardai un peu le combat suivant, deux combattants plus jeunes qui s’entrainaient à la technique, rien de bien captivant, mais au moins ils risquaient moins de se foutre la gueule en sang. Je leur donnais quelques conseils, leur réexpliquant les techniques au besoin et les corrigeant, mais ils faisaient ça surtout pour s’amuser le week end ou les soirs après les cours ou le boulot et n’avaient pas envie d’être aussi exigent que je l’étais avec mes boxeurs. Je les laissais donc tranquille puis me rendait dans le bureau après avoir passé du temps à me promener dans la salle pour aider les uns et les autres.

Je passais un bon moment à m’occuper de la paperasse, je m’occuper de plusieurs contrats de joueurs professionnels que j’entrainais et qui devaient faire des matchs prochainement, toute une organisation, mais moi c’était pas mon truc… Mais bon il fallait bien le faire, sinon qui le ferait ? Je serais bientôt trop vieux pour la boxe malheureusement, oh j’avais encore de belles années devant moi mais je savais qu’elles tiraient à leurs fins, et ce n’était pas trop peu, j’étais épuisé. Depuis la perte de Maya et de mes enfants j’étais comme entre la vie et la mort, attendant qu’elle vienne me chercher, mais jamais rien ne venait, et j’étais seul hors du temps. Je repoussai un dossier et me frottai les yeux, lasse. J’avais besoin de me défouler, l’administratif me rendait nerveux. Je me relevai et attrapai mes gants au clou du mur, je me bandai les mains avant de les enfiler puis repartis dans la salle en fermant la porte du bureau derrière moi. J’allais taper un bonne heure dans un sac de frappe qui commençait a avoir du mal à accuser les coups, il se faisait vieux comme moi. Je déchargeai tout ce que je ressentais dans les coups que je donnais, retrouvant cette ivresse et ce bonheur éphémère mais qui malheureusement cesserait dès que mes poings s’arrêteraient de frapper. C’était comme une drogue, et si j’avais arrêté toutes les autres, celle-ci je ne me voyais pas tenir sans. Je frappais sans m’arrêter, de plus en plus fort, et des craquelures sur le sac s’échappaient des grains de sable, la chaine grinçait bruyamment, et je n’entendais plus aucun bruit que celui des poings qui tapent.

Plus aucun lorsqu’une petite voix que je connaissais trop en l’entendant si peu dernièrement me fit m’arrêter, sortant de cet état de transe furieuse où je pouvais être quand je me laissais aller à frapper sauvagement dans ce qui me tombait sous la main. Oui, valait mieux que ça ne soit pas vivant. Arraché à mes pensées qui tournaient comme des oiseaux noirs dans mon cerveau, je me retournai vers la salle, sortant de mon coin d’ombre, et vit apparaitre dans un rayon de lumière pâle sauvage filtré par les fenêtres sales et jaunis placées en haut des murs une délicate jeune femme aux cheveux bruns, toute petite, et soudainement noyée sous les regards qui la dévisageaient. Je lui souris et vint vers elle pour la serrer doucement dans mes bras.

- Gillan… Ca me fait plaisir que tu sois là, on ne s’est pas revu depuis un moment… Comment vas-tu ?

Je m’écartai d’elle et la dévisageai, la blancheur de son visage aux traits tirés, ses yeux sombres cerclés de cernes brunes, me frappèrent et je fronçais les sourcils, soucieux. Je mis ma main sur son bras pour l’inviter à me suivre dans le bureau.

- On sera plus tranquille pour discuter dans le bureau…

Je l’y fis entrer et lui offrit de s’asseoir sur une des chaises. Je m’adossai au coin de la table du bureau, la regardant, les bras croisés, hésitant entre me mettre de suite en colère contre la raison quelle qu’elle soit qui puisse la mettre dans cet état là, ou attendre et commencer par la réconforter.

- Assis-toi. Tu as à l’air fatigué Gillan…

Je marchais jusqu’à la cafetière et mit du café en route, j’en pris deux gobelets dont un que je lui tendis.

- Tu veux un café ?

Il y avait quelque chose qui n’allait pas, pas du tout, chez Gillan, je ne savais pas quoi, et c’était horrible de se le demander. Je tenais à elle, énormément, on n’aurait pas dit comme ça, moi tenir à ma psy, mais maintenant c’était moi qui la protégeait, et si elle avait un problème, quel qu’il soit, j’étais là pour elle, toujours.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Retour aux sources Sam 6 Avr 2013 - 16:13

De l’obscurité finit par surgir un homme à la musculature imposante et à l’air rassurant. Le visage de Gillian s’illumina en reconnaissant Harry. Lui aussi avait l’air heureux de la voir ici. De ses immenses bras, il serra contre lui le corps frêle de la jeune femme. En cet instant, elle se sentit dans la sécurité la plus totale, une sorte de quiétude qu’elle n’avait pas connue depuis longtemps. Lorsqu’il relâcha son étreinte, il lui demanda comment elle allait. La jeune femme décida d’éluder la question pour ne pas l’inquiéter tout de suite. Elle espérait que l’obscurité dissimulerait ses traits tirés et ses yeux rougis par les larmes.

- Ca va et toi ? Ca faisait tellement longtemps que je n’avais pas de tes nouvelles, j’ai eu envie de passer te voir.

La psychologue sourit à son ancien patient, mais elle remarqua le froncement de sourcils soucieux qui en disait long sur son inquiétude. Il avait repéré les signes de fatigue visibles sur le visage de la jeune femme. Tant pis, il s’en serait aperçu tôt ou tard… Il l’invita alors à le suivre dans son bureau et à s’y asseoir pendant qu’il préparait le café. Ce fut à ce moment qu’il choisit de souligner qu’elle avait mauvaise mine. Gillian baissa la tête, un peu honteuse et marmonna une excuse.

- Oui, je ne dors pas beaucoup en ce moment…

Les rares instants où elle réussissait à fermer l’œil, ses songes étaient peuplés de cauchemars. Le reste du temps, elle ressassait ses idées noires en pensant à sa jeune sœur. En l’espace d’une nuit, des cambrioleurs avaient transformé la vie de Juliet en enfer. Ils avaient tué son mari sous ses yeux, l’avaient rouée de coups, violée, et étaient partis en la laissant agoniser. Elle s’était heureusement réveillée du coma, mais Gillian savait qu’elle aurait préféré ne jamais refaire surface. Depuis, elle avait aidé sa sœur à déménager dans un nouvel appartement et avait dormi plusieurs nuits avec elle pour la rassurer. Elle lui rendait visite tous les jours, mais elle tremblait toujours de tomber sur son corps inanimé en poussant la porte. Juliet avait de terribles envies de rejoindre son mari dans l’au-delà, et Gillian en était malade de voir à quelle vitesse elle était en train de la perdre.

Harry était au courant de tout cela, c’était un ami proche de Juliet. Du temps où elle était encore militaire, il avait entraîné la jeune femme en boxe et ils étaient devenus de très bons amis. Ce n’est qu’au bout de quelques années qu’il s’était rendu compte que son élève et sa psychologue étaient en réalité demi-sœurs. Et lorsqu’elle s’était fait agresser, Harry était resté à ses côtés pour la soutenir. C’était un ami des plus fidèles, les des sœurs avaient toujours pu compter sur lui.

Les yeux de Gillian commencèrent à s’embuer de larmes sans qu’elle sache vraiment pourquoi. C’était sans doute l’épuisement qui finissait par avoir raison d’elle. Perdue dans ses pensées, elle se ressaisit pourtant lorsqu’Harry lui proposa du café. Elle refusa d’un signe de la main.

- Non merci, c’est gentil mais si je me mets à boire du café, je ne vais plus fermer l’œil de la semaine.

Elle dissimula son mal-être derrière une boutade et un petit sourire, mais il n’y avait pas moyen de retirer la tristesse du fond de ses yeux. Et ça, ça ne pouvait malheureusement pas échapper à Harry, elle ne pourrait pas lui mentir très longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Retour aux sources Dim 19 Mai 2013 - 19:59

Elle était peut-être psy, mais ce n'était pas à moi qu'elle allait jouer la comédie. Mais si j'avais toujours eu un tempérament rentre dedans associé à un manque total de délicatesse, je n'étais pas aussi stupide pour foncer tout droit et rentrer dans le tas, comme je le faisais bien souvent quand il s'agissait de boxe. Non, j'avais appris à connaitre les femmes, elles restent pour toujours un mystère aux yeux des hommes, mais du moins j'en comprenais une petite partie, et avec le temps je connaissais bien mes amies, surtout mes amies proches comme Gillian. Je n'aimais pas qu'elle aille mal, mais je savais que contre certains problèmes frapper ne me servirai à rien, et si je voulais l'aider je devais m'y prendre autrement.

- Ca va moi.

Répondis-je à sa question avant de l'inviter à me suivre à mon bureau. Une fois tranquille je lui fis remarquer qu'elle n'avait pas très bonne mine, espérant qu'elle se confie à moi sur ce qui n'allait pas, à quoi elle répondit qu'elle manquait de sommeil. Je me doutais que ça devait avoir un rapport avec sa sœur et tout ce qui s'était passé dernièrement. Voila de quoi me mettre encore plus rage mais bon je me contenais. C'était l'avantage qu'avaient les femmes par rapport à mes amis masculins comme Jack, j'avais plus de facilité à ne pas péter un plomb avec elle de peur de leur faire du mal ou peur. Je ruminais en allant chercher le café, revenant vers elle je fus frapper de nouveau par son visage, et ses yeux rouges, elle refusa la boisson d'un geste poli, tendant de maintenir un semblant d'une fausse gaité sur son visage. Elle semblait à bout de nerfs et sur le point de craquer. Elle me mentait pour ne pas me faire de peine, mais la tristesse dans ses yeux était suffisante. Je posai les gobelets sur le bureau et me rapprochai d'elle.

- Gillian… Tu es sûre que ça va ?

Je lui pris les mains doucement dans les miennes. J'aimerai avoir le pouvoir de tout arranger, pour me battre je suis le meilleur, mais quand l'adversaire en face de moi n'est pas physique, mais immatériel, je me sens impuissant. J'aimerai pouvoir tout arranger. Mais je ne sais que détruire juste. La voir ainsi, si triste, me mettait à la fois en rage, mais me plongeait aussi dans un profond désespoir. J'étais nul pour aider les gens, je savais juste frapper, Gillian, elle, elle était douée pour ça, même si avec moi ce genre de trucs ça marchent pas, et malgré l'opinion que je peux avoir des psy, Gillian elle était douée pour ça. Tenant ses mains je m'accroupis devant elle.

- Tu as le droit de craquer et de ne pas aller toujours bien tu sais, et je suis là pour ça…

Je voulais la réconforter, je voulais tout effacer, ne plus voir ce masque triste sur son si jolie visage. Mais j'étais nul pour ça… Bon, peut-être pas si nul que ça, je savais réconforter mes enfants, ou consoler mon épouse, mais je n'avais pas été capable de les sauver non plus, à la fin, j'étais… incapable.

- Tu prends l'air un peu ? Tu t'occupes ? Il faut que tu te changes les idées, que tu arrives un peu à te détendre…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Retour aux sources Lun 27 Mai 2013 - 18:57

Assise sur chaise, Gillian voyait Harry aller et venir avec son gobelet de café à la main. Il tournait comme un lion en cage, furieux de ne rien pouvoir faire pour elle. Elle sentait bien qu’il l’observait, qu’il avait remarqué ses traits tirés et ses yeux rougis par les larmes. A quoi bon le nier ? Elle ne pouvait plus le cacher, et surtout pas à lui. Elle sourit légèrement lorsqu’il s’accroupit devant elle et qu’il prit ses mains dans les siennes. C’était étrange de voir la façon dont leurs mains étaient le reflet de leur personnalité. Celles de Gillian étaient fines et douces, toutes petites comparées à celles de Harry qui s’étaient musclées contre des sacs de sable pendant toutes ces années. Elles étaient si imposantes qu’elles enveloppaient entièrement celles de la jeune femme dans un élan affectueux et protecteur. Lorsque Gillian releva la tête et vit le regard plein de tendresse et d’inquiétude de son ancien patient, elle éclata en sanglots. Etre gentil avec une femme sur le point de craquer était fatal : c’était l’élément déclencheur de toute crise de larmes.

- Non, ça ne va pas. Avec tous les problèmes qu’on a depuis l’agression de Juliet, je n’arrive plus à sortir la tête de l’eau. J’ai toujours peur de ne pas la trouver quand je rentre dans son appartement, elle veut rejoindre Eliott. L’autre nuit j’ai trouvé son appartement vide : elle s’était enfilé une bouteille de whisky et toute une boite de somnifères. Elle a traversé la ville pour venir chez moi, Dieu sait comment elle a pu rester envie…

Juliet lui avait fait la peur de sa vie ce soir-là. C’était insoutenable d’avoir à la chercher pendant des heures sans savoir si elle était encore en vie ou non. Elle ne lui en voulait pas, Gillian aimait profondément sa sœur et elle savait qu’elle était désespérée. Le seul problème, c’était qu’elle avait de plus en plus de mal à la convaincre de rester en vie.

- J’ai peur qu’elle fasse une bêtise, Harry…

Elle espérait qu’un jour, Juliet en finirait avec ses idées noires et qu’elle reprendrait sa vie là où elle l’avait laissée avant son agression. La jeune femme n’arrivait plus à dormir la nuit : à peine sombrait-elle dans le sommeil qu’elle faisait d’horribles cauchemars peuplés de visions de mort et de cris. Elle se réveillait souvent en sursaut, toute tremblante et apeurée, et c’était épuisant. Elle évitait d’en parler à Sam, l’adolescent qu’elle avait adopté. Elle ne voulait pas qu’il s’inquiète davantage pour elle, sa vie avait déjà été bien assez tumultueuse. Non, elle ne voulait pas étaler ses problèmes devant tout le monde, elle détestait ça. C’était assez paradoxe pour une psychologue, mais la jeune femme avait toujours eu énormément de mal à se confier aux autres. Il fallait croire qu’elle préférait soigner les blessures des autres plutôt que de s’apitoyer sur elle-même. C’était assez rare que la jeune femme craque, mais sous le poids de toute cette pression, elle ne pouvait plus retenir ses larmes. Et elle préférait que ce soit devant Harry plutôt que n’importe qui d’autre. Elle avait besoin qu’on la réconforte, qu’on la prenne dans ses bras pour sécher ses larmes. Elle savait qu’elle pouvait trouver tout cela chez son ami, il avait toujours veillé sur elle. Parfois, il lui faisait même office de psy, jouant ce rôle à la perfection. Il lui demanda d’ailleurs si elle parvenait à se changer les idées ces derniers temps. Pour être honnête : absolument pas.

- Je n’en ai pas vraiment le temps, je m’occupe de Juliet quand je ne suis pas au travail. Et j’ai Sam quand je rentre chez moi, je ne peux pas le laisser tomber.

La jeune femme respira un coup et essuya son visage inondé de larmes.

- Excuse-moi Harry… Ca me ronge de l’intérieur cette histoire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Retour aux sources Mer 29 Mai 2013 - 22:50

Je voyais à quel point Gillian semblait étouffer, elle était au bord des larmes, son visage tiré et fatigué, ses yeux rougis, elle retenait tant en elle pour ne pas effrayer son entourage, pour ne par leur faire peur ou les blesser, pour les protéger. Il n'en fallut pas grand-chose, pour qu'elle se laisse aller et avoue tout ce qu'elle avait sur le cœur. Elle éclata en larmes et pleurant tout en parlant de sa sœur et de ses craintes à son sujet. Je la pris dans mes bras si grands par rapport à elle. Je connaissais ses inquiétudes, je savais aussi ce qui pouvait traverser la tête de Juliet, mais je ne pouvais pas croire qu'une femme capable d'être si forte puisse vraiment vouloir mettre fin à ses jours. Elle avait essayé, mais elle était venu voir sa sœur, elle avait choisi de vivre, seulement toute seule s'était trop difficile, mais nous étions là pour elle. Gillian n'avait pas à supporter ça toute seule.

- J'ai toujours connu Juliet comme une femme très forte, et je suis persuadé que cette force se trouve encore en elle. Et je ne crois pas qu'elle veuille réellement mourir, sinon elle ne serait pas venue te voir, si elle est venue c'est parce qu'au fond d'elle, elle a choisie la vie. C'est difficile évidemment, et sa conduite la met en danger, elle a besoin de ses proches autour d'elle et ils sont là pour veiller à qu'elle tienne bon, mais il ne faut pas laisser cette situation durer elle s'est déjà enfermée là-dedans et faut l'en faire sortir c'est dangereux… Je sais ce qu'elle peut traverser.

Je lui pris la main doucement, je n'aimais pas la voir aussi fragile, blessée et vulnérable, je n'étais pas aussi doué qu'elle pour aider et réconforter les gens mais je savais ce que pouvais vivre Juliet, elle avait tout perdu, elle se sentait seule, malgré tous ceux qui l'entouraient, et pour survivre à ce qu'elle avait vécu il fallait beaucoup de forces, sans compter la peur. Gillian était très forte elle aussi, elle savait aider les gens, elle déployait une énergie considérable pour les autres, comme ce qu'elle avait fait pour le jeune Sam. Mais si elle dépensait toute son énergie sans jamais se reposer elle ne serait plus capable d'aider comme elle sait le faire.

- Ecoutes, tu peux pas continuer comme ça, il faut que tu récupères, tu te rends compte de toute l'énergie que tu mets à aider les autres ? Si tu ne te reposes pas tu finiras par t'effondrer d'épuisement et tu ne seras plus capable de faire ce que tu fais. Tu es là pour ta sœur, tu es là pour Sam, tu es là pour tes patients, tu es là pour tout le monde, mais tu dois aussi être là pour toi. C'est pour ton bien, tu ne pourras pas continuer comme ça sinon, tu seras épuisée…

J'espérai vraiment réussir à la convaincre de s'accorder un peu de temps, il fallait qu'elle s'aère pour se ressourcer, pas seulement pour elle, parce que son moral finirait forcément par avoir des répercussions sur son travail et même sur sa capacité à aider ses proches, malgré tout l'amour qu'elle leur porte. Elle se demandait ce qu'il pourrait lui proposer et qu'elle serait susceptible d'accepter, elle était parfois si difficile à convaincre. Un dîner peut-être ? Quoiqu'elle ne laisserait pas Sam pour la soirée, mais il pourrait venir aussi dîner, je ne le connaissais pas bien mais c'était un gosse bien. Oui je pourrais lui proposer une petite promenade, un footing dans le parc ça change les idées. Enfin en tout cas sur moi ça marche…

- Il faut que tu sortes pour te vider la tête, qu'est-ce que tu dirais d'un petit dîner ? Sam pourrait même venir ? Ca te détendrait.

Je priais vraiment pour que ça marche et qu'elle accepte un peu de se détendre et de relâcher la pression, il le fallait, ce n'était pas bon pour elle tout ça.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Retour aux sources Lun 3 Juin 2013 - 22:21

Lorsque la jeune femme éclata en sanglots, Harry la prit dans ses bras avec douceur. Elle se sentit à la fois toute petite et tellement en sécurité qu’elle ferma les yeux un moment, comme pour faire un barrage à ses larmes. Harry était quelqu’un d’attentionné, il avait un cœur en or et grâce à lui, son moral remonta légèrement. Il avait raison, porter le malheur des autres sur ses épaules était ce qui l’épuisait. Entre Marwan qu’elle avait libéré des tourments de son enfance, Sam qui craignait que l’assassin de ses parents ne revienne, sa sœur et le reste de ses patients, il était vrai que le vase n’allait pas tarder à déborder si elle ne sortait pas la tête de l’eau. Et curieusement, se sentir protégée par les grands bras de son ami la soulageait. C’était comme s’il arrivait enfin à la protéger de ses tourments dans un cocon de douceur. Il essaya de la rassurer en lui rappelant que Juliet avait toujours été forte et qu’elle s’en sortirait. Dans ses bras, Gill avait envie de le croire, mais une part d’elle en doutait quand même. Harry avait souvent raison… Et bien qu’il dise le contraire, cet homme savait parfaitement lire dans les yeux de ses interlocuteurs. Pas besoin d’avoir fait d’études en psychologie ou en sciences du langage, il lisait en elle comme un livre ouvert. C’en était troublant pour Gillian car la seule autre personne qui avait le pouvoir de faire cela était son associé Cal Lightman. Mais elle se rappelait du temps où Harry suivait encore sa thérapie avec elle, il n’avait besoin que de quelques secondes pour la regarder et savoir si elle était fatiguée ce jour-là ou si elle était de mauvaise humeur. Il la connaissait par cœur et en venait même à être peiné en la voyant mal C’était ce qui était en train de se passer, une fois de plus, malheureusement.

- Je sais bien que Juliet s’en est toujours sortie… Mais j’ai l’impression de la voir au bord du gouffre et qu’elle n’a qu’une envie : c’est de s’y laisser tomber. Elle est tellement fatiguée et désespérée que sa seule envie est d’avoir la paix. Quel qu’en soit le prix.

C’était plus fort que tout, elle ne pouvait pas assister à la triste fin de sa sœur sans bouger le petit doigt… C’était un cercle vicieux, une spirale infernale. Gillian allait à nouveau sombrer dans ses idées noires quand Harry la rattrapa in-extremis en lui proposant un dîner avec lui. Sam était invité lui aussi, et cela redonna un peu le sourire à Gillian.

- Ce serait avec grand plaisir ! J’ai hâte que tu fasses la connaissance de Sam, je suis sûre qu’il te plaira.

Rien qu’en évoquant le nom de son petit protégé, le regard de Gill s’illumina. Même si elle n’était pas sa mère biologique, elle l’aimait comme son fils et était fière du beau jeune homme qu’il était devenu. Il était d’un courage exceptionnel et lui rendait vraiment bien sa tendresse. Il angoissait lorsqu’il ne la trouvait pas à la maison et s’inquiétait toujours pour elle-même si c’était avant tout à la jeune femme de le protéger puisqu’elle en avait la garde. Voilà ce qui, contrairement à sa sœur, lui permettait de survivre. Il était la raison pour laquelle elle se battait, plus que tout au monde. Juliet n’avait pas d’enfant, personne de qui s’occuper. Son mari étant passé de l’autre côté, il ne lui restait plus aucune famille proche à part Gillian. Mais la psychologue comptait bien l’aider à remonter la pente comme était en train de le faire Harry.

- Merci Harry… Merci d’avoir toujours été là pour nous.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Retour aux sources Mar 11 Juin 2013 - 17:08

Harry n'aimait pas voir ses amis souffrir et être impuissant à les aider. Gillian était importante pour lui, il serait pas trop vous dire pourquoi et leur amitié n'était pas banale, lui qui détestait les psy, mais elle était importante pour lui. Tout comme il se sentait impuissant à aider Juliet, il savait bien ce qu'elle lui disait et lui aussi il avait peur. Il connaissait la tentation de mettre fin à une douleur qui ne vous quittait jamais. Il ne voulait pas ça pour elle. Mais malheureusement, ils pourraient toujours la soutenir, être là pour elle, l'aider comme ils le pouvaient, il y avait toujours une part du combat qui ne regardait que nous. Et une part du choix qui n'était finalement que le notre. C'était lâche peut-être, mais c'était plus facile comme ça.

- Je sais…

Répondit-il en hochant doucement la tête. Avoir la paix, était-ce si mal ? Quand on se posait la question à soi-même, on était presque prêt à franchir le pas. Mais quand c'était pour quelqu'un d'autre, une amie, un parent, quelqu'un qu'on aimait, cette idée était insupportable. Mais que nous restait-il quand on avait tout perdu ? Et quand tout ce qu'on regarde autour de nous ne nous rappelle qu'un monde dont on est prisonnier et qui nous a fait tellement souffrir. Le pire, c'était que l'état de Juliet était encore plus mauvais que le sien avait du être, et ça lui faisait peur, parce qu'il savait les difficultés qu'il avait eu, qu'il avait encore, à traverser tout ça. Il savait que le seul espoir de Juliet était qu'elle se raccroche à quelque chose d'assez important pour survivre, mais ce n'était toujours que survivre. Et comment survivait-il lui ? A qui mentait-il ? Pas de drogue n'est-ce pas, juste assez d'alcool pour ne plus penser et dormir une nuit sans rêve, et assez d'épuisement pour espérer qu'un jour ce qu'il y avait d'encore vivant dans sa poitrine finisse par lâcher. Heureusement que ni elle ni Jack ne s'était encore rendu compte de ça. Il ne le faisait pas vraiment consciemment, il sentait comme il avait mal parfois, il n'aimait pas les médecins et les médicaments, alors il continuait juste à avoir mal et ne faisait rien contre. Quant à l'alcool il ne voyait pas ça comme une addiction, il pensait qu'il gérait encore sa consommation, de toute façon il lui en fallait beaucoup pour qu'il soit saoul, c'est pour ça que personne ne s'en rendait compte malgré tout ce qu'il buvait ça n'avait presque pas d'effets sur lui. Comment pouvait-il condamner les idées noires de Juliet sans être hypocrite ? Même si elle trouvait quelque chose qui lui donnait plus d'envie de se battre que de laisser tomber, elle continuerait de souffrir.

- Je suis sûre que tant que ceux qui l'aiment sont là et ne la laissent pas tomber elle arrivera à s'en sortir…

Est-ce qu'il était sûre lui de ce qu'il disait ? Il voulait réconforter son amie, il y croyait aussi, en partie, mais il avait conscience de la partie qui n'appartenait qu'à Juliet de choisir. Il effleura doucement sa joue, essuyant les larmes de son amie, il aurait tout fait, tout tenté, pour la réconforter. Et il était ravi de l'entendre accepter son invitation, la voir comme ça le rendait si triste, il voulait tellement lui faire plaisir et l'aider à se sentir un peu mieux.

- Tant mieux, comme ça je n'aurais pas à te forcer à te détendre…

Plaisanta-t-il en lui souriant, un peu plus léger, même si ses dernières pensées le préoccupaient encore. Il en aurait été capable, franchement, si elle avait refusé. Enfin, il ne sait pas trop comment il aurait pu faire, mais il fallait vraiment qu'elle se change les idées avant d'aller très mal et ça il ne voulait pas. Sa dernière remarque le toucha assez, et il ne sut pas vraiment quoi répondre pendant un petit moment, ému et déstabilisé. Depuis la mort de sa femme et de son fils, il n'avait pu vraiment l'impression de pouvoir être bon à quoique ce soit, ni pour qui que ce soit. Il se considérait plutôt comme un fardeau inutile pour ses amis. Il sortit de ses pensées quand un toc toc affolé résonna contre la porte, suivit par l'entrée de Chris alarmé et paniqué dans le bureau.

" Monsieur hudson ? Tyler et David sont en train de se battre dans les vestiaires, je crois que Tyler a pété un plomb ! "

Il se releva alarmé et se retourna vers Gillian.

- Excuse moi, je reviens tout de suite…

Merde, s'était exactement ce qu'il craignait. Il suivit Chris en courant jusque dans les vestiaires où Tyler était comme devenu enragé à hurler et à frapper sur David qui était recroquevillé en sang contre le mur. Les autres boxeurs essayaient de les séparer mais apparemment ils n'arrivaient pas à maitriser Tyler. Il attrapa se dernier dans son dos, bloquant ses bras et le força à reculer. Il essaya de se débattre et de frapper Harry mais il esquiva et le bloqua contre le mur, les autres écartèrent David pendant que Tyler retrouvait peu à peu ses esprits, complètement furieux.

" C'est lui ! Il m'a provoqué ! "

Dit-il enragé. David avait le visage en sang, une sacré plaie au nez et une autre à l'arcade sourcilière gauche ainsi qu'à la lèvre, sans compter les hématomes. Mais il était encore conscient, sonné mais conscient, il s'assit avec l'aide des autres, il avait l'air en colère aussi contre Tyler, visiblement les deux s'étaient disputés à cause de leur précédent match bien animé où Harry avait déjà du les séparer.

" J'ai rien fait ! C'est lui qu'a était trop loin pendant le match, je lui ai reproché et il m'a sauté dessus ! "

C'était bien probable, mais sans témoin Harry ne pouvait prendre le parti d'aucun des deux, si ce n'est que visiblement Tyler s'était acharné sur David alors qu'il ne pouvait plus se défendre quand il était arrivé et qu'il n'avait pas écouté les autres qui avaient essayé de les séparer.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Retour aux sources Lun 17 Juin 2013 - 19:14

[pardon pour le code couleur, ce nouvel éditeur me prend la tête T.T]

Avec sa force de conviction, Harry réussit à convaincre la jeune femme de sortir un peu et de se changer les idées. Il arriva même à la faire sourire, un beau sourire plein de franchise et de tendresse. Elle lui envoya un petit coup de poing tout gentil dans l’épaule.

- Personne ne me force, moi !

Sa crise de larmes terminée, elle se sentit un peu mieux, comme si l’optimisme de ce cher Harry l’avait contaminée. Sa présence la soulageait un peu car il lui semblait que ses grands bras à eux seuls pouvaient porter toute les peines du monde. Celles de Gillian en tout cas. Fut un temps où c’était sa présence à elle qui le rassurait, lorsqu’ils passaient ces longues heures de thérapies dans son cabinet privé. Mais à présent, la donne avait changé, la roue avait tourné. C’était à son tour d’avoir le moral au plus bas et d’avoir besoin d’une épaule sur laquelle pleurer. Elle en était extrêmement reconnaissante à Harry d’ailleurs. Comme beaucoup d’autres patients, il aurait pu l’oublier lorsque ses séances avaient pris fin, mais non, il était resté à ses côtés. Ce genre de liens ne s’oubliait pas étant donné tout ce qu’ils avaient partagé pendant ces années. Un subtil mélange entre un profond respect et une affection sans limite l’un pour l’autre. Gillian adorait cet homme et c’était réciproque. Elle déposa un baiser sur sa joue pour le lui démontrer une fois de plus.

- J’ai beau te le répéter, mais ce ne sera jamais assez : merci pour tout.

C’était quelqu’un de bien, un cœur en or. N’importe qui pouvait compter sur lui sans hésiter. D’ailleurs, c’était actuellement le cas : un jeune homme entra dans le bureau, l’air paniqué. Deux boxeurs étaient en train de se battre dans les vestiaires, et visiblement, l’affrontement était violent. Harry se précipita pour les séparer et Gillian le suivit aussitôt. L’un des deux hommes était à terre, le visage en sang. L’autre lui frappait dessus à coups répétés avec une hargne sans limite. Harry se jeta sur lui pour le maîtriser en esquivant ses coups. La jeune femme, quant à elle, s’approcha du blessé et fit quelques tentatives pour arrêter le saignement de son arcade. N’y arrivant pas, elle demanda à l’un des jeunes d’aller lui chercher une trousse de secours. Instinctivement, elle se retourna pour jeter un regard à Harry, de peur que ce Tyler ce soit retourné contre lui. L’instinct maternel était plus fort que tout, même s’il était bien plus âgé qu’elle. Elle n’aurait pas supporté qu’il se prenne un coup ou qu’on le menace.

Lorsque la trousse de soins arriva enfin, Gillian s’empressa de l’ouvrir et compressa la plaie à l’arcade avec de la gaze. Elle fut soulagée de voir que cela arrêta le saignement. Elle avait l’habitude de jouer aux infirmières du temps où elle était avec Lightman. Il aimait tellement jouer la carte de la provocation qu’il se ramassait parfois quelques coups de poing dans la figure. Ainsi, Gill était passée pro en matière de soins. Elle adressa un sourire au jeune homme.

- Ça va ? Tu te sens bien ?

Le jeune homme était encore un peu sonné, mais il lui rendit son sourire en hochant doucement la tête. Etrangement, s’occuper des autres lui redonnait un peu de baume au cœur. Cela l’empêchait de penser au pire et de s’apitoyer sur  son sort.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Retour aux sources Ven 21 Juin 2013 - 13:41

Le ton remontait déjà entre les deux adversaires, Gillian qui avait accouru à la suite d'Harry avait eu la bienveillance de s'occuper de David, le boxeur était soulagé de voir que malgré ses blessures il allait " bien " ou du moins pas aussi mal qu'il l'avait craint en entrant. Tyler lui avait bien cherché à se débattre, mais Harry l'avait fermement immobilisé contre le mur, tenant son bras serré dans son dos et son genoux bloquant le creux du sien, l'empêchant de bouger. Les autres boxeurs autour d'eux étaient prêts à tous moments à venir en aide à Harry pour contrôler les deux hommes. Comme Tyler qui essayait de se défaire de sa prise en le poussant grommelait des propos que vu sa situation il aurait mieux fait de taire Harry répliqua avec autorité et fermeté.

- Ca suffit, je veux pu vous entendre. Je ne sais pas ce qui s'est passé ici et j'ai pas envie d'écouter vos explications à deux balles, à l'un comme à l'autre, maintenant si je peux pas savoir qui a commencé je sais qui s'est acharné sur qui et je te préviens Tyler que t'a intérêt à te calmer si tu ne veux pas te retrouver au poste de police… Pour ma part, je vais pas appeler les flics, libre à David de décider s'il veut porter plainte pour coups et blessures et si c'est le cas je te préviens que t'es plutôt mal parti vu comment se présente la situation, en tout cas pour moi t'as plus rien à faire ici, tu ne remets plus les pieds dans le club de boxe et ce à partir d'aujourd'hui. Est-ce que tu vas te tenir tranquille où je suis pas assez clair ?

Harry avait un peu relâché sa prise, juste à peine pour que le garçon puisse se retourner et il le regarda droit dans les yeux, les pupilles de l'un comme de l'autres brûlaient d'une semblables fureur. Après un temps de silence, le jeune homme hocha de la tête et Harry s'écarta de lui, lui lançant un regard d'avertissement pour se retourner vers David. Il s'approcha de lui et Gillian, la jeune femme s'était assurée de son état, il lui en était reconnaissant, il était inquiet mais vu la colère de Tyler il avait du le gérer lui en premier avant qu'il ne fasse d'autres dégâts.

- Merci Gillian…

Elle l'avait remerciée tout à l'heure, pour tout ce qu'il faisait, et elle, elle était encore là à l'aider, alors que la situation n'était vraiment pas des meilleurs, et dangereuse pour elle, se mettre entre deux gars comme ça… C'était un peu dangereux. Il ne voulait surtout pas que son amie se fasse blesser, ni qu'elle soit choquée par ça. De toute façon tant qu'il était là elle n'avait rien à craindre. Il savait qu'elle était forte, mais il la voyait toujours avec cet espèce de regard paternel, comme une petite fille fragile et sensible. C'était amusant qu'elle aussi soit sensiblement dans le même regard à son sujet, maternelle elle n'avait pas hésité. Il s'approcha de David, regardant l'état de ses blessures, c'était moche, mais ça allait, il avait déjà vu bien pire sur un ring de boxe, et il avait fait aussi bien pire.

- David tu m'entends ? Comment tu te sens ? Est-ce que tu veux qu'on t'amène aux urgence ?

Le jeune homme était un peu sonné encore, il se sentait dans un sale état, mais il avait l'habitude de se faire amocher, même si là ce n'avait pas été un combat très conventionnel en tout cas il savait encaisser les coups. A vrai dire, Harry aurait préféré qu'il aille quand même voir quelqu'un, hôpital ou médecin, pour faire examiner ses blessures, on sait jamais. Mais le garçon n'avait pas l'air décidé de monter dans une ambulance de sitôt. Il allait lui répondre quand soudain ses yeux tuméfié se fixèrent hagards sur un point derrière lui. Harry n'eut pas le temps de voir venir, et sur le moment personne ne put réagir assez rapidement, que Tyler trop tard fondait sur lui.

Il frappa un point dans son dos d'un coup de pied, provoquant une intense douleur chez Harry qui ne s'effondra pas comme il l'aurait cru mais au contraire se retourna contre lui, bloquant son coup de poing avant de lui envoyer un revers suivi d'un coup de pied dans l'estomac. Tyler enragé se jeta sur lui, battant des poings, il lui donna un coup au torse qui lui coupa le souffle, le jeune homme n'eut pas le temps de continuer, plusieurs autres boxeurs s'étaient mis entre des deux combattants pour tenter de les séparer, essayant de bloquer ses poings, l'un deux avait passé ses bras autour de lui pour l'empêcher d'avancer. Mais il se libéra de son entrave et fondit à nouveau sur lui, il fut reçu par une suite de coups de poings enragés d'Harry qui le rabattit sur le mur contre lequel il s'effondra le nez en sang. Le combat n'avait pas duré longtemps, mais le vieux boxeur était épuisé, son cœur tambourinait dans sa poitrine, et il avait du mal à apaiser son rythme cardiaque, il eut besoin de s'asseoir à bout de souffle, se tenant la poitrine. Il rassura d'un geste de la main Chris qui s'approcha inquiet.

- Ca va…

Dit-il d'une voix un peu hésitante, mais qu'il essaya de rendre plus dure, pas question qu'on l'envoi à l'hôpital pour ça, les médecins c'étaient pas son truc. Il avait juste pris un mauvais coup, dans la bagarre Tyler avait aussi cherché son point faible, lui donnant un coup à la jambe où il souffrait toujours de sa vieille blessure, mais Harry s'y était attendu, il savait que l'autre boxeur connaissait son point faible et l'avait empêché de l'atteindre. Dire qu'il s'était fait surprendre… En faite, tout le monde avait été surpris, en cas de bagarre où Harry devait intervenir, en général ça calmait de suite les deux adversaires pour un moment, ils savaient qu'ils risquaient de se faire expulser du club, et personne ne se risquerait à se prendre un mauvais coup de l'ancien champion du monde, après tout il avait déjà failli plusieurs fois tuer ses adversaires sur le ring au temps où il combattait en professionnel.

" Je suis désolé Monsieur Hudson… "

S'excusa David visiblement dépassé par la situation. Il savait que lui aussi avait gagné le droit à une exclusion, mais comparé à Tyler il ne comptait pas discuter ça, et puis la sienne ne serait pas définitive, le temps qu'Harry étudie la situation, mais il ne comptait pas renvoyer David, c'était un bon boxeur et un bon gars. Tyler lui était un fauteur de troubles, ce n'était pas la première fois qu'il pétait un plomb, mais ça serait la dernière ici.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Retour aux sources Jeu 4 Juil 2013 - 18:23

Alors qu’elle était en train de soigner David, Harry s’approcha pour évaluer la gravité de son état. Il s’accroupit aux côtés de la jeune femme et l’espace d’un instant, leurs regards se croisèrent, remplis à la fois de gratitude et d’inquiétude l’un pour l’autre. Cela dit, même si elle était entourée d’hommes ayant l’expérience du combat, elle n’était pas tranquille de savoir Tyler libre de ses mouvements dans leur dos. Elle se fit la remarque qu’elle était un peu trop parano, après qu’Harry soit intervenu, il n’y avait aucune raison pour que la situation dérape à nouveau. Non, aucune, mais Tyler se jeta quand même sur son professeur de boxe pour l’attaquer. Gillian cria mais le jeune homme était trop rapide, personne n’eut le temps de le retenir et Harry encore moins. Il le frappa à plusieurs reprises, mais Harry para plusieurs de ses coups avec dextérité. Pour éviter qu’il ne s’en prenne à David, Gillian l’aida à se déplacer quelques mètres plus loin. La bagarre ne dura pas longtemps, mais elle suffit pour qu’Harry reçoive un mauvais coup en pleine poitrine. Le souffle coupé, il réussit pourtant à repousser son adversaire et à le tenir en respect. Ils s’effondrèrent en même temps, l’un le visage en sang, l’autre à bout de souffle. Gill se précipita au secours d’Harry, terriblement inquiète. Il avait beau dire que ça allait, la grimace qui tordait son visage clamait bien le contraire.

- Harry ! Vite, que quelqu’un appelle les secours !

Malgré les protestations de son ami, Gillian fit signe aux jeunes boxeurs de s’activer. Cela serait autant utile pour lui que pour David et Tyler qui étaient couverts de sang. Harry fit cependant signe à Chris qu’il allait bien, mais Gillian était bien décidée à l’emmener voir un médecin.

- On te demande pas ton avis…

Légèrement ironique, la jeune femme laissa un sourire se dessiner timidement sur ses lèvres malgré son inquiétude. Elle caressa doucement le visage d’Harry en attendant que sa respiration se calme. Elle avait eu peur pour lui lorsque Tyler s’était jeté sur lui. Elle ne voulait pas qu’on lui enlève cet être si cher à son cœur à cause d’une stupide bagarre. D’ailleurs l’affrontement n’était visiblement pas fini pour tout le monde… Gillian se retourna en entendant Tyler se relever derrière elle. Il avait repris son souffle et essuyé partiellement le sang qui avait coulé de son nez. Il dévisageait Harry d’un air mauvais. Gillian se leva à son tour, se dressant entre les deux hommes.

- C’est fini Tyler, rentre chez toi.

Le ton de sa voix n’avait rien d’agressif, mais il était suffisamment ferme pour que le jeune homme comprenne que cet ordre n’était pas négociable. La psychologue n’avait rien d’autre que son aplomb pour se défendre contre les poings meurtriers de Tyler, elle n’avait pas le choix. Le boxeur la regarda à peine, son attention était figée sur Harry. Il fit quelques pas en avant pour la contourner mais Gillian lui barra la route. Il avait une sorte de code d’honneur dans son attitude : elle ne l’intéressait pas car elle était bien plus faible que lui. Il visait bien plus haut et n’en démordrait pas. Sa cible était définie depuis bien longtemps, ce serait Harry ou personne. La psychologue choisit donc d’entrer dans son jeu. Il essaya d’aller sur la droite, elle suivit le mouvement. Un peu plus vite à gauche, mais elle lui barra à nouveau le chemin. Excédé, il lui hurla de s’écarter, mais la jeune femme ne cilla pas. Impassible, son cœur tambourinait pourtant dans sa poitrine à une vitesse folle. Mais elle était obligée de garder son sang-froid devant lui, sinon c’en était fini d’elle.

- Tu trouves ça digne, de frapper un homme à terre ? Je ne te laisserai pas l’approcher, il faudra me passer sur le corps avant.

L’air de défi qu’elle avait dans les yeux surprit légèrement Tyler. Et pourtant, elle espérait que son sens de l’honneur l’empêcherait de lever la main sur une femme. Cela dit, elle avait déjà reçu des coups, ce ne serait ni la première ni la dernière fois…[/b][/b]


Dernière édition par Gillian Foster le Lun 9 Sep 2013 - 11:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Retour aux sources Ven 19 Juil 2013 - 11:30

C'était tout Gillian ça, s'inquiéter toujours pour lui, et il avait beau dire que ce n'était pas la peine et qu'il allait bien, elle n'en démordait pas. Autoritaire elle le rembarra malgré ses protestations, sa main glissa doucement sur son visage, un sourire doux effleurait ses lèvres, il mis sa paume contre le dos de sa main lorsqu'elle caressa sa joue. Elle était inquiète, mais il ne fallait pas, il était solide comme de l'acier. Il reprit son souffle et son calme, plongé dans les vagues bleus de son regard fixé sur le sien. Son cœur qui tapait fort dans sa poitrine comme le roulement d'un tambour s'apaisa jusqu'à n'être plus que le battement de gouttes d'eau sur la pierre dure. Il ferma les yeux, fatigué, les journées étaient longues, les nuits encore plus, à errer. Il soupira et balança sa tête en arrière, de sa bouche quitta un souffle froid et chaud à la fois, en brume de fumée il se perdit dans l'atmosphère lourde et transpirante d'une sanglante âpreté.

" Les secours ont été prévenu ils arrivent… "

Chris était un bon gars, il ne pouvait pas lui en vouloir. Mais qu'elle ne compte pas sur lui pour aller à l'hôpital, les secours seraient cependant utiles pour les deux autres. Il rouvrit les yeux, sur le point d'affirmer encore une fois ses positions quant au fait qu'elle le traîne voir un médecin alors que tout allait très bien chez lui, c'est vrai qu'est-ce qui ne tournait pas rond ?

- Je vais bien Gillian…

Son souffle encore un peu court il aperçut Tyler s'avancer dans le dos de la jeune femme, ses sourcils se froncèrent et il la vit se relever pour lui faire face, faisant barrière entre les deux boxeurs. Que cherchait-il ? Que voulait-il prouver en le défiant ? Ses yeux restaient fixés sur lui, ignorant Gillian qui lui faisait obstacle et qui tantôt douce tantôt autoritaire cherchait à le raisonner. Qu'y avait-il à raisonner en lui ? Tout ce qu'il voulait c'était être le plus fort, avoir le pouvoir par la violence, et pour prouver qu'il était meilleur il devait combattre son propre maître. Harry ne rentrait pas dans son jeu, contre son égo s'affirmait une plus forte sagesse. Cependant, s'il n'avait aucun intérêt à un combat inutile et dangereux, sans avoir à craindre de qui gagne et qui perdre car dans cette situation il s'en moquait bien, il était plus inquiet pour Gillian et n'hésiterait pas à la défendre s'il cherchait ne serait-ce qu'à la toucher. Pourquoi faisait-elle ça ? Elle se mettait en danger et il n'aimait pas ça, il y avait peu de risque pour que Tyler la considère comme une adversaire assez intéressante pour s'en prendre à elle, c'était lui qu'il voulait, mais elle lui barrait la route et il n'était pas sûre de comment il allait réagir. Autour d'eux l'attroupement s'était fait moins dense, certains s'occupaient de David le temps que les secours arrivent, d'autres étaient sortis à la demande des plus âgés ou des plus concernés, pour faire un peu d'espace et protéger l'intimité du conflit qui ne les regardait pas. Il ne restait que quelques boxeurs attroupé autour du petit groupe de belligérants, et l'on pouvait sentir chez chacun d'eux une tension tandis qu'ils demeuraient figés observant la scène se jouer devant eux. L'honneur leur obligeait pour le moment à ne pas intervenir à moins qu'ils considèrent qu'Harry ou la fille soient vraiment en danger. Mais ce n'était pas rien ce que Tyler avait fait, il avait provoqué leur entraineur, un ancien champion du monde, se serait insultant pour lui que quelqu'un réponde aux coups de Tyler à sa place, il n'avait pas besoin qu'on le protège. Et Gillian était son amie, elle était sous sa protection, et il ne permettrait pas qu'il puisse la toucher. Harry garda ses yeux rivés sur Tyler, attentif aux moindres de ses mouvements, son cœur avait repris le rythme des tambours mais il pouvait respirer à nouveau correctement, il sentait le sang battre à ses oreilles et surtout l'adrénaline et l'instinct accroitre ses sens et sa force. Il ne lui laisserait ni le temps de la frapper, ni de pouvoir le mettre lui au tapis comme il venait de le faire. Ses poings étaient serrés, ses jointures blanches, il se leva quand Tyler ne fut plus qu'à quelques centimètres de Gillian, quittant des yeux le boxeur pour alors regarder pour la première fois la femme qui lui tenait tête, la considérant comme son ennemie. Il eut un petit sourire narquois en la dévisageant, jaugeant le petit corps mince et fragile qui avait l'insolence de lui tenir tête, à lui et à son égo.

" Si j'étais toi ma jolie je m'écarterai… "

Remarquant le mouvement d'Harry il ne cilla qu'à peine, son attention à présent focalisée sur la femme qu'il avait comprit être sous sa protection. Le boxeur qui avait peiné à se relever, sa jambe et sa poitrine lui provoquant de douloureux lancements, lança un avertissement, et un seul, à son adresse, d'une voix forte et rauque, sombre comme la nuit menaçante.

- Ce qui se passe ici entre nous reste entre nous Tyler, la boxe ne concerne que les boxeurs, elle, c'est différent, tu es allé trop loin, mais si tu t'attaques à elle je te promet que tu n'en reviendras jamais…

Le jeune boxeur ne quitta pas la jeune femme de ses yeux noirs de haine, comme s'il toisait Harry à travers elle, il n'aimait pas qu'il se soit focalisé comme ça sur Gillian, ce n'était pas un assez gros adversaire pour lui, il n'en avait rien à faire, il ne la voyait même pas, c'était Harry qu'il voulait, mais elle lui barrait la route, et s'il la touchait c'est Harry qu'il atteignait à travers elle. Il espérait qu'il ne l'aurait pas compris, mais son regard affirmait le contraire. Harry n'avait qu'une envie, saisir Gillian et la mettre en sécurité derrière lui, mais de une cela serait très machiste et prouverait qu'il ne considérait pas qu'elle pouvait lutter contre son adversaire, de deux, cela affirmerait à Tyler qu'il pouvait le frapper à travers elle. Tyler voulait le tester, et Harry avait peur que Gillian fasse parti du test, il ne le laisserait pas faire, et si jamais il lui faisait quoique ce soit il pourrait être sûre que la colère d'Harry serait beaucoup trop fort pour qu'il puisse maitriser sa violence. Dehors l'on entendit les sirènes de l'ambulance ainsi que de la police. Tyler s'approcha de Gillian jusqu'à être presque collé à elle, Harry se rapprocha dans son dos. Il la regarda dans les yeux, et parla en détachant chaque syllabe de sa phrase comme pour donner à ses mots autant de forces qu'auraient eu ses poings :

" Ecarte-toi sale pute. "

Il cherchait à faire craquer Harry, à l'obliger à frapper le premier en le provoquant, utilisant Gillian pour ça. Si les années passées l'avaient rendu sage, Harry ne pouvait pas supporter qu'on s'en prenne aux siens, et pour lui, traiter ainsi une femme était semblable à la frapper. Il attrapa Gillian par la taille pour la repousser derrière lui et dans le même mouvement se jeta sur Tyler trop heureux d'avoir pu obtenir ce qu'il voulait, faire sortir la bête de sa cage, trop sûre de lui pour imaginer qu'il pourrait non seulement perdre ce combat, mais aussi que les conséquences pourraient lui être très néfastes. Tyler chercha à le frapper mais fut vite dépassé par les coups rapides et forts du boxeur qui même à la retraite s'entrainait encore tous les jours et n'avait rien perdu de son efficacité au combat. Harry guidé par son instinct de combattant gardait une part de conscience et de réflexion qui lui disait d'éviter les coups portés sur ses points faibles et d'économiser son souffle, ainsi il parvint après plusieurs droites et uppercuts bien placé à rabattre Tyler sur le mur malgré ses tentatives pour se défaire de son assaillant. Dans un effort désespéré il parvint cependant à atteindre son point faible à la jambe, lui permettant en blessant Harry là où ça lui faisait le plus mal de reprendre un peu le dessus l'espace d'un instant, il le repoussa cherchant à le maitriser pour gagner le combat, mais il en était encore bien loin cependant et trop sûre de lui pour se rendre compte qu'il n'y parviendrait pas. C'était quand Harry était blessé qu'il était le plus dangereux.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Retour aux sources Dim 15 Sep 2013 - 12:21

[Mille excuses pour ce retard...]

Plus Tyler s’approchait d’elle, plus la respiration de la jeune femme s’accélérait. Elle savait bien que le jeune homme était de la même trempe qu’Harry. Un simple coup de poing et elle resterait à terre, c’était sûr. Il essaya une première fois de l’écarter par la manière douce, mais Gillian refusa de bouger. Elle aurait fait exactement la même chose pour Sam, Marwan, Delphine, n’importe quel autre de ses proches ou patients. Mais la grandeur d’âme, Tyler semblait s’en foutre éperdument. C’était à croire qu’il n’avait pas reçu sa dose de coups pour la journée, il en voulait plus. Rien ne semblait pouvoir l’arrêter, pas même les sirènes qui commençaient à se faire entendre dans la rue. Sans le lâcher du regard, Gillian le supplia une dernière fois.

- Arrête Tyler, on a eu droit à assez de violence comme ça aujourd’hui. Les flics sont là, c’est pas le moment de faire n’importe quoi.

Tout aussi efficace que ses premières tentatives. Tyler cherchait toujours son adversaire du regard. Harry lui lança une dernière mise en garde pour qu’il épargne la jeune femme. La peur se faisait sentir dans sa voix, il craignait qu’un coup parte et que la psychologue se retrouve à la merci de ce monstre. Mais Tyler n’avait que faire des avertissements, il avait soif de sang avant tout. Quelqu’un avait eu la bonne idée d’appeler la police, on allait donc leur venir en aide, ce n’était qu’une question de minutes. Gillian avait hâte que ça se termine car plus le temps avançait plus la tension devenait forte. Elle voyait le feu que Tyler avait dans les yeux et elle se doutait qu’Harry avait le même, ça n’allait pas tarder à exploser entre eux. La jeune femme se retint de tourner la tête pour jeter un regard à son ami. Elle ne voulait pas qu’il lise la crainte et la vulnérabilité sur son visage. D’ailleurs elle espérait qu’il reste à sa place pour éviter de relancer le combat, mais brusquement, elle sentit une main puissante la tirer par la taille et la propulser en arrière. Harry s’était interposé entre elle et Tyler car il ne supportait plus de la voir exposée aux poings de ce fou. Le maître se jeta sur son élève pour réparer l’affront et le combat reprit, violent et impitoyable. Gillian et quelques jeunes leur crièrent de s’arrêter, mais les deux combattants n’entendaient plus rien à part leur soif de vengeance. Criblé de coups, Tyler fut à nouveau acculé contre le mur mais il réussit à atteindre Harry à la jambe : son point faible. Le temps commença à se faire long pour Gillian tant elle était inquiète pour son ami. La rixe pouvait très mal se terminer si personne n’intervenait. Que faisaient donc les forces de l’ordre ? N’y tenant plus, la psychologue courut à l’extérieur de la salle de boxe pour appeler à l’aide. Passé la porte d’entrée, elle vit un homme en uniforme. Ses collègues étaient en train d’arriver et de se garer derrière l’ambulance.

- Vous devez venir et vite ! Un des élèves est devenu fou, il s’en est pris à un de ses amis et maintenant il s’attaque à son professeur ! Faites quelque chose, je vous en prie !

Devant l’air désespéré de la jeune femme, le policier fit signe à ses hommes d’intervenir immédiatement, sans attendre les renforts. Puisque c’était une simple bagarre, pas besoin d’être dix pour les immobiliser. Lorsqu’ils pénétrèrent dans la salle de boxe, c’est avec effroi que Gillian vit le masque de la douleur sur le visage d’Harry. Elle espérait que la police mette fin au combat avant que Tyler ne le mette à terre.
Revenir en haut Aller en bas

 Contenu sponsorisé 





• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Retour aux sources

Revenir en haut Aller en bas

Retour aux sources

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» 7x15 - Get it Done [VF : Retour aux sources]
» MERCY THOMPSON (Tome 1) RETOUR AUX SOURCES de Patricia Briggs
» Mercy Thompson - retour aux sources [Briggs, Patricia]
» Un petit retour aux sources: le gothique
» Amphora Full Aroma : retour aux sources
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Criminal Minds :: Divers :: RP terminés (ou abandonnés)-