Le forum ferme ses portes après 5 longues années d'existence.
Merci à vous tous de nous avoir suivi et qui sait, à bientôt sur d'autres forums ♥

Partagez|

Opération marchandage (Declan)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
 Jack Sutton 





• • • • • • • • • • • • •


▌Messages : 977
▌Date d'inscription : 10/06/2012
▌Métier : Agent FBI spécialiste en explosifs// Chef intérim
▌Avatar : Keanu Reeves


MessageSujet: Opération marchandage (Declan) Mer 28 Nov 2012 - 16:01

Depuis des jours je tentais de convaincre les infirmières de ma bonne volonté à prendre Lili avec moi. que j'étais LA personne qui lui fallait, qu'elle était trop apeurée et meurtri pour retourner dans une place où elle ne connaissait personne. À chaque fois on me répondait la même chose: " Elle appartient à l'État maintenant monsieur Sutton" et à chaque fois j'avais envie de hurler de rage. Lili ne savait pas à quel point je travaillais fort pour arriver à mon but. Oui d'accord j'étais un homme, je travaillais beaucoup et j'étais célibataire... donc rien pour m'aider en fait. Mais je savais que j'étais capable de le faire même le dirigeant de la BAU réussi à voir son fils alors pourquoi pas moi?

En douce j'avais pris plusieurs arrangements pour ainsi facilité l'arrivée de Lili dans ma vie. Delphine était prête à s'occuper d'elle le temps qu'elle reprenne son boulot ensuite je verrai je m'arrangerai je n'étais pas inquiet. Au pire ma mère se ferait une joie de venir quelques temps ici. Je n'étais pas au bout de mes ressources je trouvais toujours.

Là je me mis en tête d'aller voir ce sapré docteur et lui faire valoir mon point de vue. Je l'avais vu quelques fois il semblait professionnel et attentionné... mais c'était un homme et Lili ne lui faisait pas confiance. À quelques reprise je dus convaincre la fillette de se laisser soigner qu'il ne lui ferait pas mal. Restait encore les examens pour voir à une possible agression sexuelle mais même moi je n'arrivais pas à la convaincre. Cependant j'avais un bon contact avec elle, et je réussissais à lui prendre la main ou même juste m'asseoir sur son lit et elle ne se roulait pas en boule sous les couvertures. Bon elle ne sautait pas de joie non plus mais c'était déjà beaucoup plus que le docteur Walker.

J'avais demandé un rendez-vous avec le médecin lors d'un de ses journée de bureau pour ainsi avoir le temps de lui parler et peut-être tenter de contourner ce règlement ridicule. Il pouvait me faire passer tout les examens qu'ils voulaient j'aillais quitter cet hôpital avec Lili. Je me trouvais à présent devant la porte entrebâillée et je risquai un oeil et le vit là à son bureau remplissant un dossier. Une grande inspiration et je cognai doucement en ouvrant la porte.

- Dr. Walker? J'aimerais vous parler s'il-vous-plaît. C'est concernant Lili.

Je fis un pas dans le bureau et attendit qu'il me donne la permission de m'asseoir. J'étais nerveux oui mais en même temps déterminé à ce que le docteur accepte ma doléance. J'étais assez têtu et je ne dérogerai pas de mon idée surtout que la jeune demoiselle acceptait de rester avec moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Opération marchandage (Declan) Mer 28 Nov 2012 - 19:57

Le dossier Lili. Une jeune fille d'une douzaine d'années, abandonnée à la rue et ses vices, meurtrie, sans doute violée, devenue muette, sous-alimentée. Multiples plaies aux bras et jambes. Hygiène déplorable, voire inexistante. Voilà ce que contenait le dossier de cette patiente atypique lors de son arrivée. J'avais pris en charge la fillette dès qu'elle avait été sortie de l'ambulance. A cet instant, je n'avais que peu prêté attention aux deux flics qui l'accompagnaient. Kate Sweet et Jack Sutton. Au fil des jours - et des semaines - qu'avait passé Lili à l'hôpital, s'auto-confinant dans sa petite chambre, j'avais pu voir avec quelle persévérance ces deux adultes rendaient visite à la jeune fille. Pas un jour ne passait sans que l'un d'eux ne vienne. C'était admirable, mais pas forcément appréciable. Il est vrai qu'un cadre social fixe, pour Lili, était le mieux pour sa guérison, tant psychologique que physique. Mais pour ces deux individus qui se sentaient l'âme charitable, il n'était pas bon qu'ils s'attachent à la patiente. Vraiment, il ne valait mieux pas. Je ne suis pas de mauvaise foi en affirment cela, car je sais qu'il y a peu de chances que Lili se remette un jour complètement de ses traumatismes. Le risque qu'elle devienne violente, insociable, qu'elle reste même tout simplement muette, était réellement important. Quelqu'un avait infligé des sévices à la jeune fille, cela était certain, et c'était également certain qu'elle avait réussi à quitter la personne qui la malmenait. Par quel moyen ? Ruse, fuite ou vengeance ? Cela, nous ne le saurions que lorsque l'enquête prendrait fin. Mais j'avais l'impression que Lili était pleine de ressources et pouvait s'en servir à tout moment, dès qu'un potentiel danger se présenterait. Elle ne pouvait pas être placée en famille d'accueil. Elle ne pouvait pas être adoptée. Une structure était nécessaire, et nous la lui proposions. Nous faisions d'immenses progrès avec elle ! Notre jeune patiente communiquait par les dessins, très précis et réalistes, qu'elle esquissait dans son cahier. Quelques mots, de temps à autre, nous donnaient les informations dans nous avions besoin. Mais elle ne répondait pas souvent à nos questions. Le mystère planait encore autour de son agression et de sa vie antérieure. Ses véritables parents devaient la chercher. Où étaient-ils ? Nous stagnions. Enfin, les flics stagnaient. Parce que nous, niveau soins, on commençait à comprendre Lili.

Je refermai le dossier auquel j'avais annoté les soins que je venais de lui prodiguer. Il faisait assez chaud dans mon bureau, malgré la pluie qui s'abattait sur Quantico. Je me levai pour ouvrir la fenêtre et donner un courant d'air à la pièce. Puis, je retournai m'asseoir lorsqu'à ce moment précis, on frappa à la porte. Cette dernière s'ouvrit aussitôt, laissant apparaître un homme d'une trentaine d'années. Ses cheveux bruns étaient courts. Son uniforme foncé mettait en valeur la plaque qui se trouvait au niveau de sa poitrine. Un flic. Le flic. Jack Sutton, le sauveur de Lili. J'avais ouï dire qu'il mettait tout en oeuvre pour récupérer la jeune patiente chez lui. Pour l'instant, rien n'était officiel, et il faisait davantage de propagande à son sujet que de réels actes. Il avait pris rendez-vous avec moi, ce jour-là. Je ne savais pour quelle raison. Problème médical ou réclamations à faire au sujet des soins prodigués à Lili ? La réponse arriva tandis qu'il s'avançait vers moi. Lili. Retenant un soupir, je mis le masque du gentil médecin attentif sur mon visage.

" Bonjour, agent Sutton. Asseyez-vous, je vous en prie. "

Je le regardai s'asseoir. Puis je rouvris le dossier concernant Lili, afin de l'avoir bien en évidence sous les yeux. Une fois que l'agent fédéral fut installé, je lui demandai :

" Il n'y a rien de grave avec Lili, j'espère ? "

Je le regardais dans les yeux. Allait-il tourner autour du pot ou bien foncer tête baissée ? Cela importait peu. J'allais écouter ses arguments, bien que je fus réticent, et je verrai ensuite ce que je ferais. Il allait devoir me convaincre, me séduire, et Dieu sait que ça n'est pas chose facile !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Jack Sutton 





• • • • • • • • • • • • •


▌Messages : 977
▌Date d'inscription : 10/06/2012
▌Métier : Agent FBI spécialiste en explosifs// Chef intérim
▌Avatar : Keanu Reeves


MessageSujet: Re: Opération marchandage (Declan) Jeu 29 Nov 2012 - 4:13

J'entrai donc dans le bureau et pris place quand Declan me fit signe que c'était correct. Je pris une autre grand inspiration en m'asseyant devant lui. Ses yeux se plantèrent dans les miens et je sus à se moment que je devait user de charme avec lui pour récupérer la jeune demoiselle chez-moi. Je savais également que la plupart du personnel ici ne voyait pas d'un bon oeil ma décision mais j'en avais que foutre de leur pensée, le bien-être de la petite passait en premier pour moi.

Je retint un sourire le voyant feindre de ne pas savoir de quoi je voulais lui parler. Comme s'il ne le savais pas! Tout l'étage le savais! Je plantai mes yeux noirs dans les siens déterminé, car il était mon seul et infime espoir de contourner le règlement stupide de l'envoyer dieu sait où! Je croisais les mains et pinçai les lèvres quelques secondes pour donner le temps à ce que mon cerveau se mette en marche. Oui j'allais attaquer le problème de front, j'étais comme ça dans ma vie alors je vois pas pourquoi il en serait autrement ici.

- Vous pouvez fermer le dossier docteur. Elle va bien... comme on peut bien aller dans un cas comme ceci. Elle communique bien, fait voir ses émotions. Elle mange un peu mieux même si on voudrait plus et elle apprend l'hygiène corporelle. Mais ça vous le savez déjà non?


Je le regardai franchement. J'avais relevé la tête et le dévisageait toujours les lèvres pincées. Je finis par me détendre et pousser un soupir. Je le trouvais gentil avec Lili restait juste à faire comprendre à la petite qu'il ne lui voulait aucun mal. Chose que j'essayais de lui faire comprendre à chaque fois que je venais la voir.

- Vous savez pourquoi je suis ici docteur. Je souhaite prendre Lili chez-moi elle a déjà une chambre que je lui emménage et des effets bien à elle. C'est à dire vêtements, couvertures et tout petits truc pour qu'elle soit bien. Je sais que Lili "appartient à l'État" comme on me l'a souvent répéter mais je me demandais si avec votre aide docteur on pourrait pas trouver un moyen de contourner ce règlement stupide.

En fait c'était mon ultime espoir. L'infirmière en chef avait bien essayer de faire quelques démarches mais à chaque fois elle revenait en secouant la tête négativement. À chaque fois je me demandais quoi faire puisque je ne connaissais pas trop les rouages des papiers d'État je préférais demander à ce docteur qui lui pourrait m'aider... enfin je l'espérais. J'étais calme et au plus profond de moi j'entendais presque une petite voix supplier mais je continuai de dévisager le docteur vraiment déterminé dans ma démarche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Opération marchandage (Declan) Jeu 29 Nov 2012 - 22:46

Nos yeux étaient plongés les uns dans les autres. Je fixais ses pupilles sombres avec force. J'aperçus le mouvement de ses mains, faisant faiblement osciller ses épaules. Sa voix grave et puissante, une voix autoritaire et précise, retentit dans la pièce. Je sentais dans son ton toute l'importance que revêtait Lili pour cet homme. Il me fit un rapide bilan de la situation. Ce n'était pas un problème chez la jeune fille qui l'amenait ici, je le savais bien et il en avait pleinement conscience. Ses paroles étaient lourdes de sens et chacun de ses mots, pesés avec la justesse du flic, montrait à quel point il était fier de ces progrès. Il s'attachait. Non. Il s'était déjà attaché. Il était bien trop tard pour le convaincre de faire marche arrière, et sans même qu'il me fasse sa requête, j'étais persuadé que je ne possédais pas la force de le pousser à abandonner. Toutefois, je hochai la tête, approuvant ses paroles, puis je le laissai poursuivre tout en refermant le dossier, comme il me l'avait suggéré. Son regard n'avait pas lâché le mien une seule seconde. Et puis, tout d'un coup, il se décontracta et laissa échapper un soupir. C'est alors que je détournai mes yeux de ses pupilles noires quelques secondes, pour regarder par la fenêtre. La pluie tombait violemment. Sans jamais s'arrêter depuis le matin-même. Le courant d'air frais parvint jusqu'à moi, et me fit frissonner. Toutefois, c'était réellement agréable de sentir ce froid humide, alors que j'étais resté enfermé dans mon bureau plusieurs heures. C'était plutôt revigorant comme sensation. J'étais désormais parfaitement disposé à écouter pleinement les demandes de l'agent Sutton. C'est d'ailleurs au son de sa voix que je tournai de nouveau mon visage vers le sien. Nous en venions au fait. Jack Sutton me dévoila les secrets de son coeur, ses dernières manigances, son rêve ultime.

Adopter Lili.

Un sourire étendit mes lèvres, mais mon regard se perdit sur le pot à crayon en métal posé sur mon bureau. Je réfléchissais. Le regard de mon interlocuteur pesait sur mon front. Je le voyais scrutait le moindre de mes haussements de sourcils, voulant intégrer mes pensées pour y projeter l'ombre chinoise de ses desseins. Alors il voulait la prendre avec lui ? Une chambre, des effets personnels, un cadre social. Oui, mais beaucoup d'éléments s'opposeraient à cette démarche d'adoption. Jack Sutton, flic, apparemment célibataire - parce que sans alliance, et que généralement, les flics dans son genre enchaînent autant les coups d'un soir que les bières au bar -, au métier risqué puisqu'il pouvait très bien ne jamais rentrer. Lili avait besoin de bien plus que cela. Il lui fallait une structure stable et protectrice. Une présence en permanence. Même si j'avais voulu de tout mon coeur les unir par les liens de la famille, cela n'aurait pas été chose évidente. Je relevai alors mes yeux gris pour les planter dans ceux de l'agent, l'assurant ainsi de ma franchise à son égard.

" Vous savez, agent Sutton, beaucoup d'éléments ne jouent pas en votre faveur, et aménager une chambre n'est pas suffisant pour obtenir la garde d'une enfant comme Lili. Votre métier comporte quelques facettes qui ne correspondent pas au cadre de vie attendu pour notre patiente. Il lui faut une présence permanente, d'une personne de confiance pour elle, et surtout, elle n'est pas prête à devoir aller reconnaître votre corps quand il sera criblé de balles. "

Mon ton était involontairement dur. Peut-être trop. Après tout, Lili aimait cet homme, comme son père. Je changeai mes jambes de position et me penchai un peu en avant, appuyant mes coudes sur la table de bois. Je poursuivis, avec un demi-sourire :

" Toutefois... Je vois bien que vous êtes déterminé. Et si Lili devait choisir, elle préférerait aller avec vous, plutôt qu'en structure, j'en ai bien conscience. Une procédure d'adoption de ce genre peut s'étendre sur plusieurs mois. Et Lili quittera l'hôpital bien avant que vous n'ayez signé un seul papier. Il va falloir agir rapidement et avec précision, si vous voulez vraiment obtenir sa garde. Aucun faux pas ne vous sera permis, et il faudra tout mettre en oeuvre pour y arriver. "

Mon sourire s'étendit lorsque je lui dis, les yeux légèrement pétillants à l'idée de cette mission un peu saugrenue :

" Mais je vais vous aider, agent Sutton. "

Je n'avais pas été si difficile à convaincre. Le goût du risque, l'envie d'aider Lili à se sentir mieux et le désir ardent de cet homme, tout cela mêlé m'avait fait accepter aussi rapidement. Lorsque notre jeune patiente découvrirait quel avenir l'attendait, elle se sentirait davantage en sécurité, c'était certain.

" Bien alors... Nous allons devoir travailler certains points avant de constituer un dossier. Est-ce que vous avez des questions avant que je ne vous donne mes explications ? "

Je regardais l'agent fédéral dans son ensemble désormais. Je croyais lire sur lui tout entier le bonheur et la détermination liées l'une à l'autre.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Jack Sutton 





• • • • • • • • • • • • •


▌Messages : 977
▌Date d'inscription : 10/06/2012
▌Métier : Agent FBI spécialiste en explosifs// Chef intérim
▌Avatar : Keanu Reeves


MessageSujet: Re: Opération marchandage (Declan) Ven 30 Nov 2012 - 7:13

J'avais fait une tirade franche, honnête et sincère. J'adorais la fillette et celle-ci apprenait à me connaître. Bien sûr nos rapports étaient bien et allaient en s'améliorant mais je suis certain qu'avec un chez-soi et des gens bien qui l'entourent elle ne pouvait qu'aller mieux non? Les yeux clairs de Declan me dévisagèrent un moment après que j'ai terminé de parler. Je restai presque impassible mais à l'intérieur de moi ça fourmillait tellement que j'avais du mal à tenir en place. Enfin il parla et le ton qu'il prit me fit froncer les sourcils. Son ton était dur et disons que ça me frustra légèrement ma démarche était sincère en plus! Je savais que j'étais téméraire et casse-cou mais je comptais bien m'assagir, du moins un peu, pour ne pas justement que Lili me perde. Déjà que ma mère s'inquiétait de recevoir un jour cet appel fatidique je devais pas lui causer un souci de plus.

Je pinçai les lèvres m'attendant à ce qu'il rejette ma demande mais je l'entendis me prononcer les mots que j'attendais depuis des semaines! Il allait m'aider!! J'étais prêt à tout accepter même de marcher sur les mains s'il me le demandais! Oui bien il fallait que je me tienne tranquille aussi et je me dis comment mes collègues allaient réagir devant ce nouvel évènement. Bien sûr je devrais user de prudence avec elle. Pour rencontrer Lucy ça irait mais Matt et Dom c'était autre chose. C'était des hommes qu'elle ne connaissait pas et bien sûr je n'allais pas faire une fête en son honneur aussitôt arrivé chez-moi je n'étais pas stupide à ce point non plus.

- Vous aller m'aider? Docteur merci beaucoup! Vous étiez mon mince espoir.

Ok là je voulais sauter de joie et aller lui plaquer un gros bec sur la joue comme on voit dans les films comiques mais je me retint. Je ne voulais pas qu'il croit que j'étais cinglé non plus. Je sentais la fébrilité dans mon corps et j'avais déjà hâte de le dire à Lili. Bon ça prendra un certain temps mais j'espère qu'elle sera contente car elle fonde beaucoup d'espoir tout de même sur cette possibilité de mener une vie tranquille. Un sourire éclairait mon visage de savoir que là j'avais la collaboration du docteur de Lili pour enfin arriver à mon but. Heureusement que je suis pas un lâcheur et que je fonce quand il y a embuche.

- Des questions? Euh non je crois pas. Mais je souhaite vous dire que j'ai demandé à Lili si elle voulait venir vivre avec moi. Comme c'est la principale intéressée je me suis dit qu'elle avait son mot à dire non? Mais mis à part ça je n'ai pas de question.


Je m'adossai à ma chaise en poussant une longue respiration de délivrance. Je pensais à ça jour et nuit sans arrêt ça tournai dans ma tête toujours. Le jour j'arrivai à me concentrer sur mon boulot mais le soir quand je n'allais pas voir Lili je peinais à dormir tellement ça me rongeait. Résultat? J'avais l'air de n'importe quoi présentement. J'avais des cernes sous les yeux et si je ne m’entretenais pas un peu j'aurais un barbe à faire peur! Après un moment à sentit le poids disparaître sur mes épaules je croisai les doigts et fixai mon sauveur.

- Alors de quoi s'agit-il?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Opération marchandage (Declan) Lun 3 Déc 2012 - 11:49

Jack Sutton me précisa qu'il avait déjà évoqué cette éventualité avec Lili et qu'il lui avait présenté la chose. Bien. Cela nous faisait un point en moins, et j'étais plutôt rassuré que le flic ait demandé l'avis de la principale intéressée avant d'établir des plans et des projets. Je reculai un peu mon fauteuil pour pouvoir accéder au tiroir situé en bas à droite de mon bureau. J'en sortis un dossier portant l'inscription "ADOPTION" écrite en noir sur la première page.

" Vous savez en quoi consiste toute la démarche d'adoption ? Même si c'est le cas, il vaut mieux que vous potassiez un peu tous ces documents. Ce sont les pièces officielles qu'il vous faudra fournir et il y a quelques conseils pour préparer l'arrivée de l'enfant une fois que la demande est validée. "

Je tendis le dossier à l'agent Sutton, puis je sortis trois feuilles de ce même tiroir. Celles-ci reprenaient les éléments peu évidents qu'allait rencontrer mon interlocuteur. Les métiers à risques, l'environnement peu engageant, la situation instable d'un célibataire, ou encore les éventuels problèmes d'argent. L'un des documents reprenait point par point les questions inévitables de l'entretien psychologique, tant avec l'enfant qu'avec l'adulte désirant adopter. Je regardais Jack Sutton. La bataille allait encore être longue. Je pouvais bien sûr permettre à l'affaire d'être accélérée, en prétextant que ce cadre faciliterait la guérison de Lili. Ce qui était possible, mais pas certain. Après avoir pris une légère inspiration, je dis au flic :

" Alors. Vous allez rencontrer plusieurs phases délicates dans la procédure. Vous aurez normalement deux entretiens avec un psychologue et une aide sociale pour vérifier que vous êtes capable d'assumer toutes les responsabilités que nécessite l'adoption. Votre situation professionnelle étant le point noir de votre dossier, vous allez devoir employer les bons mots. Je vous propose donc une petite mise en situation pour voir quels sont vos défauts à remanier pour cet entretien. Nous pouvons le faire de suite, ou dans quelques jours si vous préférez avoir le temps de réfléchir un peu à vos réponses. Pour tout ce qui concerne Lili, l'aide sociale fera appel à moi. A ce niveau-là, aucun souci, je sais déjà quoi dire pour faire avancer plus vite la procédure. Je peux également voir à ce que ça soit l'un de mes collègues qui vienne pour l'avis psy'. L'un de ceux qui a travaillé sur le cas de Lili. Cela faciliterait beaucoup de choses. Mais revenons à cet entretien fictif. Qu'en pensez-vous ? "

Il fallait passer par là. Je savais les flics peu causants et surtout méfiants devant les psychologues. Je ne connaissais pas l'agent Sutton, et il m'était impossible de savoir comment il pouvait se comporter face à ce genre d'entrevue, mais je partais du principe qu'il était comme la majorité de ses collègues. Mieux valait bien se préparer. Lili n'était pas un enfant facile à adopter. Nous devions mettre en évidence tout le processus de guérison et la proximité qui s'établissait entre Jack et l'enfant. Les contre-arguments opposables à notre demande étaient nombreux. Nous devions les envisager pour mieux les repousser. Jack était seul. Jack était flic. Jack était un homme. Oui, mais Lili l'appréciait par-dessus tout. La valeur des sentiments d'un enfant aussi perturbé que Lili passait au-delà de toutes ces inconvenances administratives. Car au fond, il ne s'agissait la plupart du temps que de paperasse, et non de véritable amour entre êtres humains.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Jack Sutton 





• • • • • • • • • • • • •


▌Messages : 977
▌Date d'inscription : 10/06/2012
▌Métier : Agent FBI spécialiste en explosifs// Chef intérim
▌Avatar : Keanu Reeves


MessageSujet: Re: Opération marchandage (Declan) Lun 3 Déc 2012 - 18:50

J'étais fébrile et excité comme une puce. Je voyais déjà que de l'aide pointait à l'horizon et j'avais du mal à tenir en place mais je me devait d'être attentif. Il fouilla dans un tiroir et je vis les lettres écrites en noir et il me semblait que mon projet, aussi ambitieux et téméraire soit-il, devenait concret et tangible. Il me tendit le dossier et pendant qu'il me parlait je feuilletais rapidement le tout. Aille ça partait mal déjà pour adopter quelqu’un il faut être en couple stable depuis X années. Loin d'être mon cas en fait. Situation financière ça je le lirais plus tard je n'étais pas à plaindre j'étais en moyen. Mon métier... ouais autre point disons à ne pas négliger. Non seulement je devais m'en aller souvent et pour de plus ou moins longue période mais je pouvais me faire sauter la figure. Décourageant en fait. Même si je m'étais paré à différente éventualité le voir devant mes yeux rendait la chose plus réelle encore. Par chance j'avais Delphine qui pourrait s'occuper d'elle un bout... sinon qui après? Oui j'avais le droit à une nounou mais faire entrer une inconnue chez-moi... restait ma mère. Ma tendre maman qui savait se faire aimer d'un regard. Mais pour ça il faudrait qu'elle quitte L.A pour venir en Virginie...

Je refermais le dossier et le posai sur un coin du bureau pour remonter mon regard vers Declan. Il m'expliqua les différentes phases aussi difficile que délicates qu'elles étaient. Heureusement que je voyais le docteur Foster une fois par semaine pour tempérer mon caractère. Là je devrais lui parler de ma démarche et avec elle non plus ce n'était pas gagnée.

IL me parla que l'ont pouvait faire un entretien fictif pour ainsi m'aider à me préparer et éviter les réponse qui bloqueraient ma demande. Je le dévisageai un moment entre l'envie de le faire et le poids de tout ce que le gouvernement demandait. Je me levai et allai à la fenêtre pour prendre deux minutes. Deux minutes où tout tournait dans ma tête des questions, des réponses, ma conscience qui me parlait mais surtout les yeux bleus ciel triste qui arrivait à me regarder quelques secondes. Les gouttes tambourinaient sur la fenêtre faisant entrer un peu de fraîcheur dans ce local. Je fourrai les mains dans mes poches en réfléchissant. Ma demande, quoique sincère et franche, tout indiquai que je devrais abattre des murs me battre pour elle. Mais au fond de moi je savais que ça en valait la peine. Pas un enfant dans le monde ne méritait ce qu'elle avait vécue. Je pris un grande inspiration et relevai le menton en me retournant vers le médecin.

- D'accord. On le fait maintenant. Je n'aurais des jours pour préparer mes réponses quand ils viendront me voir alors autant se "pratiquer" ici non? La survie de Lili en dépend alors je souhaite bien sûr tout mettre en œuvre pour la reprendre chez-moi. Je lui ai fait une promesse docteur, et jamais je ne brise ma parole donc ce n'est aujourd’hui que ça va commencer.


Je repris sagement ma place prêt, le dos droit, fier et prêt à me battre pour elle. J'étais fort et je le savais je n’échouerais pas, et il ne fallait pas une petite fille dépendait presque de ça pour vivre, ou du moins survivre à tout ceci. J'étais un homme de parole, de confiance et d'action mais avant tout de coeur. Je ne m'engageais pas à moins d'être certain d'en être capable.

- On peut y aller docteur Walker
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Opération marchandage (Declan) Lun 3 Déc 2012 - 23:13

Je regardai l'agent fédéral se lever. Son corps exprimait toutes ses tensions intérieures. L'excitation de la procédure se faisant davantage réelle et proche, et le rapide coup d'oeil qu'il venait de jeter sur le dossier que je lui avais tendu et qui avait pu le décourager. Son visage était resté le même, bien qu'il doive faire face aux critères d'adoption contraignants. Les mains dans les poches, il regardait par la fenêtre la pluie qui tombait. Je me demandais à quoi il pensait. Quel genre de combat intérieur menait-il ? Il luttait pour Lili. Etait-il prêt à être père ? Doutait-il de cela désormais ? J'aurais sans aucun doute payé cher pour avoir libre accès à son cerveau, même en tant que simple observateur. Toujours debout, il fit volte-face et se tourna vers moi. Son ton était serein. Il était sûr de lui et savait pleinement ce qu'il faisait. Il accepta ma proposition. Nous allions faire cette mise en situation afin de préparer au mieux les rencontres avec les psys et l'aide sociale. Tout serait fait pour le bien de Lili, c'était la seule chose qui comptait ici. Son épanouissement. Mais il fallait que Jack Sutton ne s'oublie pas pour autant. Même s'il tenait absolument à rendre la jeune patiente heureuse et plus vivante que jamais, il fallait qu'il se préserve. Le flic se rassit sur la chaise de l'autre côté du bureau, face à moi. Il semblait arborer fièrement sa décision. Son dos était droit, son regard perçant et assuré. Son ton ne laissait paraître aucun doute. Il était prêt. Je toussotai légèrement alors que je jetai un dernier coup d'oeil sur la liste des questions fréquentes posées dans ce genre de cas. Bien. J'étais prêt moi aussi. Nous partions pour un interrogatoire d'une dizaine de minutes.

" Agent Sutton. Pouvez-vous me dire pourquoi est-ce que vous désirez adopter Lili et me raconter dans quelles circonstances vous l'avez rencontrée ? "

Mes yeux gris étaient plongés dans les siens. Pour l'instant, je conservais une certaine neutralité, afin de pouvoir au mieux, lorsque le moment serait venu, mettre de la force et de l'assurance dans ce regard que je voulais le plus persuasif. Je n'étais plus le docteur Walker. J'étais un psy, un assistant social. L'agent Sutton allait être poussé dans ses retranchements les plus extrêmes, et il devrait conserver un calme et une certaine impassibilité. Pour répondre à certaines de mes questions, il allait devoir placer tout l'amour qu'il éprouvait pour Lili. L'attitude à choisir était importante. C'était en fonction de ses choix que l'avis allait être pris au sujet de sa demande. Je vis qu'il était sur le point de me répondre. Je m'emparai alors d'un des stylos qui trônaient parmi les autres crayons sur mon bureau, et m'apprêtai à griffonner quelques unes de ses réponses. Des mots pour dire ses réactions, ses paroles, ses gestes. Je me transformais en analyste, alors que les comportements humains aussi précis ne m'étaient pas vraiment familiers. Mais je savais certaines bases que je comptais bien mettre en application. Qu'allait-il mettre comme partie de lui-même dans sa réponse ? J'étais à deux doigts de le savoir...


Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Jack Sutton 





• • • • • • • • • • • • •


▌Messages : 977
▌Date d'inscription : 10/06/2012
▌Métier : Agent FBI spécialiste en explosifs// Chef intérim
▌Avatar : Keanu Reeves


MessageSujet: Re: Opération marchandage (Declan) Mar 4 Déc 2012 - 7:45

Declan semblait mesurer la portée de mon geste et il semblait enclin non seulement à m'aider mais à bien bâtir une "défense" pour m'aider avec le dossier. Ses yeux gris se plantèrent dans les miens. Le docteur avait disparu pour faire place à un "psy" et pour moi l'agent du FBI était loin c'était maintenant l'homme qui parlait avec son coeur et ses tripes. Sa question ne me surprit pas et elle était disons légitime. Pendant quelques secondes je le dévisageai pendant qu'il prit un stylo et remonter son regard vers moi. Une grande inspiration et je devais me lancer. Je regardais franchement le docteur me rappelant comment on a fait sa découverte et la tristesse dans es yeux effrayés...

- J'ai découvert Lili avec une de mes collègues. Nous allions interroger un témoin quand ma collègue a entendu un bruit dans une ruelle. Comme il faisait nuit je l'ai couvert en sortant mon arme. Elle se tenait là dans le fond d'une ruelle sombre et aussitôt j'ai rangé mon arme pour lui montrer que nous ne lui voulions pas de mal. Elle c'est enfuie et nous avons réussi à la rattraper caché derrière une voiture. Elle ne me faisait pas confiance du tout mais à force de me montrer calme et sage elle tolérait ma présence. Nous avons appelé les secours et ma partenaire tentait de me montrer disons plus humain devant la fillette.

Je fis une pause et me replaçai sur ma chaise. Les souvenirs n'étaient pas si loin mais il me bouleversaient toujours. Je m'en voulais encore d'avoir déboulé dans cette ruelle l'arme au poing mais en même temps je voulais protéger Kate qui sait qu'elle sombre crétin débile se cache dans le noir? Je croisai les doigts et repris ma tirade.

- Nous l'avons visité régulièrement moi et ma partenaire mais celle-ci fut prise à de nombreuses reprises donc un peu moins présente que moi. de ce fait je me mit en tête de lui démontrer que les hommes n'étaient pas tous méchants et cruel. Ce fut donc à coup de parole douce et gentilles et de petits gestes que je suis parvenu à lui faire baisser sa garde du moins avec moi. Car je sais qu'elle se laisse difficilement approcher par d'autre. Elle les tolère oui mais ne leur fait pas totalement confiance. Enfin, je m'égare.

Je fis un mince sourire à l'homme devant moi. Je savais qu'au début il peinait à la soigner et de nombreuses fois moi ou Kate avions dû la calmer d'abord pour qu'il puisse l'examiner. Bien sûr maintenant elle se laissait faire mais gardait une distance prudente entre elle et lui. Maintenant LA question pourquoi je voulais l'adopter. C'était simple non? Mais je devais expliquer la raison première de cette décision.

- Pourquoi je veux l'adopter? Tout simplement parce que je me suis attaché à elle et que pour moi son bien-être passe avant tout. Elle a vécu des choses horribles et cruelles et je sais que les familles d'accueil ne sont pas pour elle. Elle m'a demander de ne pas l'enfermer et je comprends qu'elle a une totale confiance en moi. Je veux son bien simplement ainsi qu'elle ai une vie tranquille et qu'elle voit par elle-même qu'elle peut l'avoir cette vie. Alors pourquoi je veux l'adopter? Pour toute ses raisons et d'autres qui ne me viennent pas maintenant à l'esprit.

Mon coeur cognait dans ma poitrine. Mes yeux étaient brillant juste à prononcer son nom, voire ici presque suppliant. J'adorais cette gamine! Elle me rendait plus responsable, mature moins con et stupide. C'était presque un cri du coeur ça! Je me sentais déjà protecteur de cette fillette meurtrie, je me sentais comme le loup Alpha veillant sur sa meute... bon une petite meute mais une meute quand même. Je en dis rien regardant le docteur griffonner sur son bout de papier. J'espérais m'en être tiré quand même pas mal avec ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Opération marchandage (Declan) Mar 4 Déc 2012 - 22:51

La machine était lancée. Jack Sutton commença le récit de sa rencontre avec Lili. Il donnait des détails, en particulier sur l'attitude qu'avait eu la jeune fille, et sa réaction de peur face à cet homme armé. Il était ainsi franc. Pas la peine de dire qu'il l'avait trouvée dans le monde des bisounours et que Lili lui avait sauté dans les bras dès qu'elle l'avait aperçu. La vérité, simple, à travers les mots réels et spontanés d'un flic. Voilà ce qu'il fallait. L'entretien commençait bien. J'écrivis sur ma feuille les éléments importants : la sincérité et la vérité dans le langage de mon interlocuteur, et la mention de sa partenaire qui semblait attachée à Lili et proche de lui. Elle pouvait être un facteur d'adoption. Bien que n'étant pas en couple, si l'agent Sutton possédait autour de lui quelques amies de la gente féminine, cela pouvait lui ouvrir des portes et non lui en fermer. Là, je remarquai un léger changement d'attitude chez l'interrogé. Il croisa les doigts et se replaça sur sa chaise, se taisant quelques secondes par la même occasion. Il devait réfléchir à la suite du récit qu'il allait faire. Ou se remémorer les images qui avaient changé sa vie. Cela n'était pas un problème qu'il marque des pauses. A la manière dont il le faisait, je voyais bien que ça n'était pas pour chercher à me tromper en se mettant en quête de mensonges. Lorsque l'on sait que l'on va mentir à un entretien comme celui-là, on a déjà préparé ses phrases, tournées et retournées dans son esprit, et l'on cherche davantage à abréger le dialogue. Il poursuivit. L'agent fédéral m'expliquait comment il avait fait pour gagner sa confiance et lui expliquer la valeur de chaque homme. C'était un bon point également qu'il donne ce genre de détails, puisque l'assistante sociale se demandera comment il avait fait pour conquérir le coeur de la petite Lili et se faire accepter d'elle. Un léger sourire étira ses lèvres alors qu'il disait que certaines personnes n'arrivaient pas trop à l'approcher dans une relation de confiance mutuelle. Il pensait à moi et à mes collègues, sans aucun doute. Il est vrai que c'était là mon échec. Je ne parvenais toujours pas à me faire accepter pleinement par cette enfant. Pourquoi ? Je devais représenter une menace. Mais jamais je n'avais fait un faux pas avec Lili. Cela importait peu, et je devais me concentrer de nouveau sur l'homme qui avait réussi, là où j'avais échoué.

Il me parlait maintenant avec son coeur je le sentais. L'adoption répondait à plusieurs causes : une demande de Lili de ne pas se faire enfermer, l'amour et l'attachement de Jack pour Lili, l'impuissance des familles d'accueil dans la guérison psychologique et l'insertion de Lili dans la vie active, et la confiance qui régnait entre Jack et Lili. " Et bien d'autres. " Non, il ne fallait pas dire cela. Il ne devait y avoir aucun doute, aucune autre interrogation sur ce sujet. Cette question de "pourquoi l'adopter", devait avoir été réfléchie, étudiée en tous ses sens, causes et conséquences, étendue puis ramenée sur elle-même. Je notai cela en plus des arguments qu'il avait donné sur le papier. Je regardai l'agent fédéral. Ses yeux brillaient et sa respiration semblait légèrement affectée. Que se disait-il ? Il allait falloir qu'il me transmette ce qu'il y avait dans sa tête en cet instant. Je lui demandai alors :

" D'autres raisons vous viendront certainement plus tard, au fil de notre entretien. "

Je jetai un rapide coup d'oeil sur la feuille des questions. Je les connaissais, mais je ne savais laquelle aborder en premier. Mon choix devait être rapide, et il le fut :

" Maintenant, dîtes-moi ce que vous comptez changer dans votre vie actuelle pour faciliter l'arrivée de Lili. Au niveau de votre travail, d'abord. Vous êtes agent fédéral, vous menez une vie risquée et êtes peu chez vous. Votre célibat ne permet pas que vous ayez un enfant chez vous, car lorsque vous partirez en toute hâte pour arrêter un meurtrier courant les rues, que ferez-vous de Lili ? "

Mon regard s'était durci. Ma voix était devenue plus grave et mon ton presque révolté de l'attitude du flic. Il comptait adopter une petite fille pour ensuite la laisser seule ? Qu'avait-il dans le crâne celui-là ?! Voilà ce qu'allaient certainement penser les psys et l'aide sociale. J'étais volontairement devenu hostile à Jack Sutton, afin de le pousser dans ses retranchements et de voir ce qu'il pourrait répondre à cela. Ensuite, suivant ses réactions, nous mettrions fin à cet entretien ou nous poursuivrions encore pour une ou deux questions. Des précisions à ajouter sans doute. A la fin, nous ferions un débriefing sur son comportement, ses mots, son langage. J'avais noté là quelques informations, mais la plus grosse partie du travail allait certainement arriver avec ce qu'il avait à me dire à cet instant précis.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Jack Sutton 





• • • • • • • • • • • • •


▌Messages : 977
▌Date d'inscription : 10/06/2012
▌Métier : Agent FBI spécialiste en explosifs// Chef intérim
▌Avatar : Keanu Reeves


MessageSujet: Re: Opération marchandage (Declan) Mer 5 Déc 2012 - 4:42

IL griffonnait et je dus me retenir pour ne pas étirer le cou pour voir ce qu'il notait ou même juste les améliorations à faire. J'étais confiant d'avoir dit ce qu'il fallait du moins en partie. Oui bien on ne pouvait jamais être certain à cent pour cent mais j'étais confiant. Il prit quelques minutes pour m'examiner et rebaisser son regard d'acier sur sa feuille. J'aimais pas trop me sentir comme un animal que l'on observe curieusement mais je me soumettais à ceci sans broncher car je savais que les psys de l'aide-sociale seraient encore plus inquisiteurs voire même plus bête et strict. Vint ensuite la question de mon emploi et des changements que je pouvais apporter ou même améliorer. J'étais certes agent fédéral appelé à tout les coins du pays mais aussi spécialiste en explosifs donc non seulement voir des maquettes ou des morceaux de bombes mais aussi d'aller les désamorcer sur place donc un risque de plus de me faire sauter le crâne.

Le ton de l'homme fut plus dur voire presque colérique. En fait ceci me surpris et me fit froncer les sourcils mais bon j'imagine que les psys seront aussi, sinon plus, bête que ça alors je devrais demeurer calme quand même.

- À son arrivée je compte prendre quelques semaines de vacances que j'ai gardé en banque pour faciliter son intégration. J'ai une amie qui ne peut reprendre son travail d'éducatrice dans une crèche pour le moment donc je me suis informé si elle pouvait s'en occuper le temps que je partes sur les enquêtes de ce fait elle a acceptée. J'ai une totale confiance en Delphine Moore ainsi que Lili. Je compte parler à ma mère qui est d'une tendresse et d'une affection sans borne pour venir m'aider avec Lili. De là mes semaines de vacances pour ainsi permettre à ma mère et à Lili de faire plus ample connaissance. Bien sûr il y a mon amie et collègue Kate Sweet qui peut s'en occuper si besoin est. Je sais que je peux recourir au service d'une aide, une genre de nounou quoi. Cependant j'hésite sur ce point car se sera encore une inconnue pour Lili et je veux qu'elle est des gens qu'elle connaît autour d'elle pour faciliter son intégration.

Je défiai l'homme du regard à savoir ici de lui faire comprendre que j'avais des ressources et des gens stables autour de moi pour m'aider. Mais encore il fallait que je parle à Lucy de la venue de Lili dans ma vie. Je la vois déjà se foutre de moi croyant à une blague. Mais là je ne pouvais pas penser à Lucy je devais être concentré sur l'entretien, même fictif.

- Pour ce qui est de mon boulot je peux diminuer mes heures et même les interventions au niveau de ma spécialisation car elle ne nécessite pas toujours mon aide. Donc pas d'heures tardives au bureau et direction chez-moi après le boulot. Je ne suis pas un fêtard qui ramène des hordes de filles alors ce point est déjà facile pour moi. Je veux lui offrir une vie stable et rassurante le plus possible et pour ça je suis près à fournir les efforts nécessaire pour qu'elle soit bien, et surtout entouré de gens aimants et rassurant pour elle. Si je dois changer de boulot à savoir faire du travail de bureau soit je le ferais. Oui je risque ma vie à chaque appel j'en suis parfaitement conscient mais à chaque fois je fais attention à ne pas me prendre une balle dans le crâne ou agir stupidement. Je suis un homme pas parfait certes mais j'ai de bonnes valeurs et une bonne éducation ainsi que la sincérité de ma démarche.

Je fis un pause tout petite pour reprendre mon souffle et surtout pour prendre le temps de penser encore à ce que je pouvais changer à mon boulot. Le terrain était ma vie j'avais déjà fait de la paperasserie quand j'étais flic à Los Angeles à mes débuts et je trouvais ça d'un ennui mortel! J'étais un homme d'action il me fallait sentir l'adrénaline dans mes veines mais pour le bien de Lili j'étais prêt à prendre un job ennuyant juste pour qu'elle m'es à tout les soirs sans inquiétudes. Oui je pouvais lui téléphoner mais elle ne parlait pas.

- Je sais que ma demande est disons saugrenue et inattendu de la part d'un célibataire mais si je dois changer tout dans ma vie pour que Lili soit assurée de m'avoir à tout les soirs auprès d'elle je le ferais même si je trouve mon job ennuyant. Pour moi l'important c'est elle et seulement elle.

Je terminai là ma phrase une boule se formant dans ma gorge que je peinais à ravaler. Mes yeux noirs reflétait non seulement tout le désir de cette démarche et l'amour sincère que je portais à une fillette courageuse mais aussi la franchise avec laquelle je m'ouvrais. Je sais que ma mère sauterais dans le premier avion pour Quantico pour venir m'aider et m'épauler. Elle était encore en forme et vive alors aucun mal à élever Lili si je venais à disparaître quoique cette pensée je la refoulais loin en moi. Pas question que je meurs. Je sentais le poids sur mes épaules s'en aller comme je terminai ma phrase. Longuement je dévisageai le docteur sans dire un mot. Je sentis mes yeux se brouiller mais je chassai le tout d'un clignement de cil.

- Excusez-moi...

Dis-je en ravalant et la boule et les larmes. Non mais je devenais pathétique ma foi! On dirait presque je le suppliais à genoux! Mais j'étais prêt à mettre mes tripes sur la table et jurer sur la bible que je serais toujours là pour elle comme je lui avais promis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Opération marchandage (Declan) Mar 18 Déc 2012 - 10:49

Mon ton d'inquisiteur semblait avoir quelque peu surpris la victime de mes questions. Ses sourcils froncés trahissaient cette attitude. Allait-il en perdre le contrôle ? Je ne pensais pas. Il était bien trop déterminé pour abandonner à la simple intonation presque furieuse de ma voix ou à mon regard trop soutenu. Comme je le pensais, le jeune agent demeura calme et se relâcha légèrement au fil de ses explications. Des vacances, une amie éducatrice qui connait Lili, sa collègue, sa mère, et éventuellement une baby-sitter. Il ne refusait l'aide de personne et était prêt à engager toutes ces personnes afin d'accéder au bonheur de la fillette. Il n'avait pas l'orgueil de prétendre pouvoir s'occuper seul de Lili. Personne ne le pouvait. Je notai cela sur mon papier. C'était un bon point. Après une sensible pause marquée par l'agent Sutton, ce dernier poursuivit avec ses contraintes professionnelles. Il "pouvait" diminuer ses heures. Mauvais point. Il fallait qu'il soit prêt à tout, et en l'occurrence, mieux valait dire qu'il "comptait" diminuer ses heures. Cela passerait mieux. Je le pris en note. Mais vite je me raccrochai à ce qu'il disait afin de ne rien manquer de ses propos. Il me parla alors des risques de sa spécialisation. J'avais cru comprendre qu'il bossait sur les bombes. Ou quelque chose comme ça. Cela m'étonna. Un agent de terrain, prêt à quitter l'adrénaline de ces quelques secondes pendant lesquelles il côtoyait la mort, pour ne travailler que dans un bureau, face à des montagnes de dossiers à remplir ? Je souris intérieurement, et me gardai bien de lui montrer que cela me semblait totalement dérisoire, improbable, et surtout vraiment pas crédible. Toutefois, il semblait sincère et parlait avec son coeur depuis le début. Alors même s'il ne tenait pas toute sa vie entre un ordinateur et une chaise, s'il prenait une fonction plus stable et moins risquée le temps que Lili prenne de l'âge, de l'assurance, cela pouvait être très positif. Je fronçai les sourcils. Après une seconde pause, Jack Sutton avait ajouté quelques mots pourvus d'émotion intense. Je sentais là son coeur qui me parlait. Il se confiait à moi. Il voulait me persuader, me dire avec force tout ce qu'il était prêt à faire pour Lili. Je sentis qu'il allait peut-être craquer. Je baisai les yeux sur ma feuille afin de lui laisser un peu de répit et ajoutai quelques dernières annotations. Il s'excusa. Je relevai mon visage vers le sien. Je lui souris et lui répondis, ignorant totalement sa petite faiblesse afin qu'il ne se sente pas mal :

" Bien, petit débrief' maintenant... Alors, dans l'ensemble, c'est plutôt bien. Vous êtes vraiment convainquant. Les mots que vous employez, ce sont bien les vôtres, ceux qui viennent du coeur. C'est absolument important que vous n'ayez pas un discours trop surfait. Ils vont avoir besoin de sentir que vous êtes un homme, et que ce sont vos sentiments qui priment et pas un simple désir de sortir Lili de sa situation. Après, ce que j'ai noté de moins bon... "

Je regardai mon papier. Par où commencer ? Dans l'ordre des questions. Je lis rapidement le tout et dévoilai ensuite mes remarques à l'agent fédéral :

" Vous devez être extrêmement précis. Vous m'avez donné vos raisons d'adoption et vous avez fini par " et bien d'autres ". C'est ce que j'ai noté. Il faut éviter ces formulations vagues, mais je sais qu'une fois que vous aurez bien réfléchi à la question, vous saurez vos arguments sur le bout des doigts, et vous les porterez avec tout le sens que vous leur donnez. Sinon, c'est une bonne chose que, bien que vous soyez célibataire, vous ayez dans votre entourage un petit nombre d'amies femmes. Evidemment, le mieux serait que vous ayez une petite amie. Peut-être même que... Non, je reviendrai là-dessus plus tard. Hmmm. Vous dîtes aussi que vous "pouvez diminuer vos heures". De même que tout à l'heure, ne dîtes pas que vous pouvez, mais que vous comptez faire votre demande dès que le dossier sera validé. Cela montre un engagement plus poussé de votre part. Voilà... Je crois que c'est tout. Pour le reste, ça me semble avoir été adapté à la situation. Vous n'avez plus qu'à retourner toutes mes questions afin de trouver toutes les réponses possibles. "

Je lui tendis le papier sur lequel j'avais mis mes annotations. Comme cela, il pourrait le reprendre, points positifs et négatifs, pour améliorer son entretien. Mon idée me revint en tête subitement. Ah oui ! Il fallait que je la lui transmette, car c'était très important :

" Vous savez, Agent Sutton, vous êtes célibataire et c'est un gros point noir dans votre dossier, mais si cela pouvait être réglé, ça changerait sûrement la donne. Je me disais... Peut-être que l'une de vos amies pourrait jouer les relations amoureuses le temps de la constitution du dossier et les quelques visites que feront les aides sociales avant de vous confier Lili. Vous voyez ? Un coup monté mais... si c'est bien fait, vous ne risqueriez rien. Il faudrait simplement duper un peu les autorités à ce niveau-là. Je sais que proposer cette idée à un agent fédéral n'est sûrement pas très ... adéquat, mais je vois que vous êtes prêt à tout, et c'est sans aucun doute l'une des solutions à ce qui vous empêcherait d'obtenir la garde de la petite. "

Je savais que c'était déplacé. Un agent fédéral. Représentant de la loi. Jamais il n'accepterait de jouer les amoureux pour mentir à la santé publique et à l'état. Cependant, il l'avait dit. C'était elle avant lui, c'était Lili ou rien. Je ne savais pas trop où se situaient ses limites. J'allais le découvrir. Je faisais cela pour son bien, mais après tout, ça n'était qu'une simple proposition. Comme une autre...


[ Piouuu désolée d'avoir mis beaucoup de temps à répondre ! J'ai eu une grosse semaine et un week end chargé. Mais c'est tout bon maintenant ! ]
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Jack Sutton 





• • • • • • • • • • • • •


▌Messages : 977
▌Date d'inscription : 10/06/2012
▌Métier : Agent FBI spécialiste en explosifs// Chef intérim
▌Avatar : Keanu Reeves


MessageSujet: Re: Opération marchandage (Declan) Dim 23 Déc 2012 - 4:39

(HRP: Pas grave Wink Le temps des fêtes est rempli pour tout le monde!^^)

Je me repris assez vite quand même! Oui bien des années à être dans la police ça aide quand même! Je restai silencieux pendant qu'il griffonnait sur ses papiers malgré mon apparente sérénité mon cœur tambourinait dans ma poitrine à savoir si j'avais bien fait. Dans ma tête je m'étais planté sur tout mais bon je devais avoir fait de bons coups... du moins je l'espérais! Il releva enfin la tête et je sentis ma nervosité monter d'un cran. Je le laissait parler en avalant difficilement. Enfin ça ne dura pas car il me donna les points positifs alors je sentis la tension descendre de mes épaules pendant que je souriais doucement. Ben au moins j'avais bien fait de parler avec mon coeur pour une fois!

Mais la suite me fis pincer les lèvres mais ce n'étais pas en mal suffisait juste de bien réfléchir et de biens choisir mes mots. Malgré tout j'avais le sentiment de m'être planté royalement sur ça.. je devrais bien réfléchir et bien étudier les questions. Je prit la feuille toujours en gardant en tête que je faisais ça pour ma Lili. Je pris la feuille et l'examinait lentement. Ils allaient me demander TOUT ça?? Non mais c'est débile!! Je relevai les yeux vers lui surpris. Et là il me fit part de son idée. Il voulait que je fasse quoi?! Je l'écoutait mais ne répondit pas tout de suite. Ça allait contre mes valeurs, mon métier... mais si ça pouvait aider pour que j'ai Lili avec moi... Pendant longtemps mes yeux se posaient sur tout et rien pour revenir aux yeux métallique du docteur. Il était sérieux!!

- Ok ok attendez... Vous demandez d'avoir une fausse copine? Enfin je comprends le point de vue car j'avoue que c'est difficile dans mon cas...


Je fermai les yeux une micro-seconde me demandant à qui je pouvait demander. Kate? Non elle était apprentie-profiler donc dans la même branche que moi. Marilyn? Mouais vive d'esprit elle se plierais au jeu comme pas une! Sinon Delphine? Oui elle était douce mais serait peut-être trop nerveuse...

- Bon je vais me trouver quelqu'un et lui exposer les faits et ainsi montrer aux "autorités" que nous sommes le couple parfait. Merci beaucoup pour votre aide et votre compréhension. Je... je vais étudier tout ça et en parler avec Lili.

Je me levai et comme je touchai la poignée je me figeais. Non pas pris d'un doute mais juste l'envie de rassurer le docteur qui peinait à l'approcher. Mais je pouvais lui expliquer comment? Que c'était pas sa faute? Oui puis moi j'étais bien débarquer dans la ruelle flingue au poing... beaucoup plus épeurant qu'une poignée de bandages... Enfin je ne savais pas les sévices qu'il y avait et je ne voulais pas me l'imaginer en fait. Je finis par me retourner et fixer cet homme avec cet grandeur d'âme et cette patience qu'il avait avec tout ses patients.

- Docteur, je voulais vous remercier au nom de Lili et euh... je sais que vous avez du mal seul avec elle mais ne vous inquiétez pas ça viendra. Vous êtes un excellent médecin et je voulais que vous le sachiez.


Je lui tendis la main signe de profond respect entre deux hommes. Oui bien les filles s'étreignaient et les hommes faisaient quoi? Se donnait la main ou un petit coup de poing sur l'épaule. Ouais bien côté émotions on étaient encore un peu nuls...

(HRP: Tu me feras signe quand tu pourra faire un autre RP Wink )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Opération marchandage (Declan) Mer 26 Déc 2012 - 18:02

A la réaction du jeune agent fédéral, je sentis que ma proposition était assez mal tombée. Quelques instants durant, je voyais la réflexion se profiler sur son visage. Ses moeurs et principes pesaient lourd face à la décision que je lui demandais de prendre. Mentir, cacher, cela ne lui correspondait absolument pas. Mais de l'autre côté de la balance, c'étaient son coeur, ses sentiments et son amour pour Lili qui trônaient, flamboyants. Ses yeux s'illuminèrent. Il avait compris qu'il le fallait. Il allait devoir trouver une amie sur qui compter, avec laquelle mentir et passer quelques jours, mois ou semaines à la manière d'un couple. Ses paroles confirmèrent le choix que j'avais vu se dessiner et prendre vie sur ses traits. Il se leva ensuite et s'approcha de la porte par laquelle il était arrivé quelques minutes auparavant. Une demie-heure, exactement. C'est alors qu'il se retourna vers moi. Son hésitation m'avait frappé et je me demandais ce qui le retenait encore. Une ultime question ? Des recommandations ? Un détail ?

Des remerciements. Des paroles d'espoir. Simplicité et gentillesse. Bienveillance. Ces quelques mots qu'avait prononcés l'agent Sutton m'avaient touché le coeur. Un sourire naquit sur mes lèvres tandis qu'il revenait vers moi pour me serrer la main. Je la saisis fermement et lâchai un vulgaire "merci" qui voulait dire tant à mes yeux. Puis il s'en alla, refermant le battant de bois derrière lui. Je soupirai. Je rangeai le dossier de Lili et les papiers concernant l'adoption que j'avais sortis. Toute cette documentation. J'allais me replonger dedans, je voulais vraiment les aider. Tous les deux. Jack et Lili. Je me dirigeai ensuite vers la porte afin d'apparaître devant mes patients.

" Monsieur Rubadoux, c'est à vous. "

Une poignée de main échangée avec ce vieil homme me lança dans la suite de ma journée.

SUJET CLOS


[ C'est quand tu veux pour un autre RP ! ]
Revenir en haut Aller en bas

 Contenu sponsorisé 





• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Opération marchandage (Declan)

Revenir en haut Aller en bas

Opération marchandage (Declan)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Opération BLACK OPS
» [Santé] Opération des yeux au laser
» Libération de Metz, par la 1e demi-brigade (8e,16e,30e BCP)
» mélange de génération
» Merchandising du festival de la nouvelle génération
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Criminal Minds :: Divers :: RP terminés (ou abandonnés)-