Le forum ferme ses portes après 5 longues années d'existence.
Merci à vous tous de nous avoir suivi et qui sait, à bientôt sur d'autres forums ♥

Partagez|

Excusez-moi docteur.... (Gillian)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
 Jack Sutton 





• • • • • • • • • • • • •


▌Messages : 977
▌Date d'inscription : 10/06/2012
▌Métier : Agent FBI spécialiste en explosifs// Chef intérim
▌Avatar : Keanu Reeves


MessageSujet: Excusez-moi docteur.... (Gillian) Dim 4 Nov 2012 - 22:43

J'avais une maquette de bombe entre les mains que les autorité de San José m'avaient fait parvenir. Cependant ils demandaient un profil pour pouvoir bien cerner leur criminel. De ce fait je regardait les images et certains fragments pour un étude approfondis de l'engin mais comme je ne suis pas Profiler autant aller voir les ressources! De ce fait j'avais pris rendez-vous avec l'un d'eux et ensemble nous travaillâmes sur le cas. Enfin après des heures à regarder nous arrivâmes à un (ou des) suspects. Le tout était dans une enveloppe.

Cependant je devais trouver une certaine psychologue. Aaah! J'aimais pas la promesse que j'avais faite à Kate! Pourquoi j'avais lâcher aussi vite aussi? J'en avais pas besoin, ça me tentait pas le moins du monde! Mais bon une promesse est une promesse! En parcourant les couloirs je me demandais pourquoi j'étais aussi gentil et honnête! Bon allons-y et mettons-nous en quête de cette psy! Par chance Kate me l'avait décris un peu sinon je passerais ma journée ici!

Tiens ce ne serait pas elle là? Rousse, mignonne comme tout. Je me dirigeai vers elle en espérant que se soit la bonne!

- Excusez-moi! Madame? Je cherche Gilian Foster, je... il faudrait que je lui parle.

Dites-moi que ce n'est pas elle et je fous le camp d'ici! Ben oui j'aurais qu'à dire à Kate que je l'avais pas trouvé et que j'étais débordé de travail, qu'on m'avait appelé à l'autre bout des États-Unis n'importe quoi... Ouais bien elle ne croirait pas ça et je serais mûr pour une autre dispute.

- Enfin... si vous savez si elle est là aujourd'hui
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Excusez-moi docteur.... (Gillian) Dim 11 Nov 2012 - 16:23

Gillian venait de passer la journée complète dans l’enceinte du FBI. Elle avait donné une conférence aux nouvelles recrues pour les former en matière de sciences comportementales. Les agents devaient avoir certaines notions lorsqu’ils étaient sur le terrain et que les gars de la BAU n’étaient pas là. La jeune femme n’avait pas l’habitude de faire ce genre de chose mais elle avait été heureuse de pouvoir mener cette formation. Elle avait présenté les travaux qu’elle avait menés avec Lightman ainsi que le fruit de ses propres recherches en sciences du comportement et de la communication. Lorsque sa journée s’acheva, elle rassembla ses affaires avant d’éteindre l’appareil qui projetait son exposé sur une grande toile blanche. Elle sortit ensuite de l’amphithéâtre et se dirigea vers l’intendance où elle remit les clés de la salle à une secrétaire. Enfin, elle prit le couloir Est afin de gagner l’ascenseur qui menait au parking souterrain du FBI. Dans le sens inverse, un homme marchait à sa rencontre en la dévisageant. Sur le moment, elle n’y fit pas vraiment attention. Mais lorsqu’elle arriva à sa hauteur, il l’interpela. Il cherchait quelqu’un : elle. La jeune femme haussa un sourcil. Instinctivement, elle chercha un quelconque signe qui pouvait prouver qu’il était du FBI. Son comportement n’avait rien d’hostile, et ses expressions non plus… Enfin elle trouva ce qu’elle cherchait : son badge. Il dépassait légèrement d’une de ses poches et la photographie était identique à son visage. Rassurée, la psychologue se rendit compte que sa paranoïa était légèrement poussée à l’extrême… Mais mieux valait prévenir que guérir. Elle lui répondit avec un sourire détendu.

- Oui, c’est moi. A qui ai-je l’honneur ?

L’agent en question était grand, brun, avec un subtil mélange de deux expressions dans le regard. Il semblait à la fois déterminé et sûr de lui, mais à partir du moment où il lui adressa la parole, il parut tout hésitant face à elle. Comme si ce petit bout de femme l’impressionnait… La situation était paradoxale, mais elle en avait l’habitude. En consultation, la psychologue avait vu des agents réputés infaillible réduits au silence parce que le simple fait de suivre une thérapie les mettait mal à l’aise. Mais la douceur de son regard arrivait souvent à apaiser leurs craintes.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Jack Sutton 





• • • • • • • • • • • • •


▌Messages : 977
▌Date d'inscription : 10/06/2012
▌Métier : Agent FBI spécialiste en explosifs// Chef intérim
▌Avatar : Keanu Reeves


MessageSujet: Re: Excusez-moi docteur.... (Gillian) Dim 11 Nov 2012 - 22:09

- Ha... Enchanté madame Foster. Je suis Jack Sutton FBI... je... je me demandais si vous pouviez me rencontrer pour une sorte de thérapie?

Hé! Merde! Pourquoi j'étais tombé directement sur celle que je ne voulait pas voir?? Bon elle était jolie et semblait toute douce mais c'est à cause de Kate si j'étais debout devant elle comme un idiot! J'avais réussi à lui faire abandonner son idée de me foutre un rapport sur le dos si j'allais "consulter pour de l'aide" et je savait très bien que si je ne respectait pas ma part du marché j'aurais un rapport sur le dos et là Lucy ne pourrait pas grand chose pour me sauver les fesses.

- Ok je sais c'est bête de vous dire ça dans les couloirs mais... Enfin je voudrais vous expliquer ça ailleurs disons...

Ben oui je voulais pas que les agent de la BAU entendent non plus! Se faire profiler par des collègues?? Han han non merci! J'aimais pas être là, je voulais pas aller voir une psy. Je m'étais fort bien débrouiller jusqu'à ce que Kate "s'inquiète" pour moi. Bordel pourquoi j'avais une grande gueule et que je pouvais pas me calmer aussi?? Mais non Jack Sutton était un agent intrépide et casse-cou doté d'une magnifique grande gueule qui ne lui emmenait que des emmerdes! Bon pas toujours mais souvent disons...

Probablement que Kate avait déjà parlé de moi à Gillian qui sait? Ça m'éviterait un temps fou de raconter ma vie! Non mais avouez que ma vie n'est pas des plus joyeuse en ville! Bon j'aurais pu avoir pire mais disons que le mots "vivre heureux" était assez difficile dans mon cas. Cependant je restai là comme un con devant elle à attendre une réponse... enfin la seule que je voulais entendre était "Non désolée je ne peux pas" et c'est bête mais je savais qu'elle ne le dirait pas...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Excusez-moi docteur.... (Gillian) Ven 16 Nov 2012 - 22:48

Quand elle se présenta, Gillian vit bien qu'il était déçu d'être tombé sur la bonne personne du premier coup. Cela l'amusa, un de ses proches avait du le forcer à la consulter. Il se présenta à son tour, et la psychologue reçut comme une décharge électrique. Jack Sutton ? Il n'y avait pas cinquante agents Sutton au FBI, et il n'y en avait pas autant qui tournaient autour de Lucy non plus. La psychologue sourit en se demandant s'il n'avait pas été obligé par son amie à l'aborder.

- C'est Lucy qui vous a forcé à venir me voir ? Ca se voit que vous me le demandez à contre-coeur.

C'était amusant de voir à quel point la jeune femme le mettait involontairement mal à l'aise. Ses grands yeux clairs rivés sur lui passaient ses émotions aux rayons X et le décryptaient parfaitement. Elle savait que les scientifiques spécialisés comme elle en micro-expressions faisaient cet effet-là aux gens. Mais c'était incontrôlable. C'était drôle, parce que c'était lui, le grand type armé et baraqué, elle était vraiment minuscule à ses côtés, même avec ses talons. Elle avait mentionné le nom de son amie pour le détendre un peu. Psychologiquement, cela passait mieux d'aller aborder l'amie d'une amie plutôt que LA psy du FBI.

- Cela dit, je ne mords pas. Et si vous avez la volonté de suivre une thérapie, ce serait avec plaisir de vous accueillir.

Gillian carburait au sourire pour le rasssurer, comme elle le faisait avec tous ses autres patients qui avaient douté de la thérapie au départ. Mais il ne semblait pas plein de mauvaise volonté, c'était déjà un bon point. Cependant, il avait l'air gêné et voulait parler de cela en privé. La psychologue le comprenait : pour un homme de sa condition, faire une thérapie était peut-être considéré comme une faiblesse. Il était donc logique qu'il tienne à ce que ses collègues ne l'entendent pas. La jeune femme hocha la tête d'un air entendu et l'invita à la suivre.

- Bien sûr, je comprends. On peut en discuter autour d'un café, si vous voulez. C'est moi qui invite !

Elle traversa alors le couloir et entra dans la salle de repos qui heureusement était vide. La machine à café les attendait bien sagement dans son coin. Elle inséra quelques pièces à l'intérieur et laissa l'agent choisir sa boisson. Une fois qu'elle eut pris la sienne, elle s'installa à une table et attendit qu'il se décide à lui parler des raisons pour lesquelles il voulait être suivi. Elle ne voulait pas lui forcer la main, elle préférait qu'il ne se sente pas brusqué dès le début.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Jack Sutton 





• • • • • • • • • • • • •


▌Messages : 977
▌Date d'inscription : 10/06/2012
▌Métier : Agent FBI spécialiste en explosifs// Chef intérim
▌Avatar : Keanu Reeves


MessageSujet: Re: Excusez-moi docteur.... (Gillian) Sam 17 Nov 2012 - 5:44

- Lucy?! Lucy Evans? Euh... Non non pas elle une autre de mes connaissances.

Qu'est-ce que Lucy venait faire là-dedans? Pourquoi elle me parlait d'elle? Je la regardai curieusement, mon regard de policier comme certains de mes anciens amis l'appelait. Je me demandais si Lucy n'avait pas demander à Gillian de me trouver pour me faire subir cette consultation. si c'était le cas, alors vraiment j'étais entouré de gens qui voulait me voir devenir un gentil toutou. Cependant malgré mon regard c'était plutôt disons l'insistance de Gillian qui me fit mettre mal à l'aise et me sentir comme un petit rat de laboratoire. J'aimais pas ce que je ressentais en moi, cette impression de me sentir en faute même si je sais que je n'ai rien fait.

La voix de Gillian me sorti de mes rêveries mais j'avais toujours les lèvres pincées, signe de contrariété et de malaise dans mon cas. Elle me dit qu'elle serait heureuse de m'accueillir pour une thérapie mais j'en avais pas vraiment envie mais si je ne le faisais pas kate me collerai un rapport sur le dos alors d'un côté ou d el'autre j'étais pigé alors autant allez avec le moins pire... quoique c'était relatif. Mais bon s'il lisait le rapport de Kate ils m'obligeraient donc je serais ici de toute façon.

- Bien disons que c'est.... compliqué docteur.

Aaaah!! J'aimais pas me sentir comme un gamin! Mais je la suivis tout de même bien sagement et une fois dans la salle de repos je me choisi un café noir et bien fort... et toujours aussi infect mais bon faute de mieux on va s'en contenter! Je la sentais me regarder et attendre que je daigne un tant soit peu lui dire la raison d'être là devant elle comme un condamné. Oui c,est ça! Je me sentais condamné déjà au début. Enfin je poussai un soupir et relevai mes yeux vers elle en me pinçant les lèvres.

- Je suis ici car pour mon amie Kate Sweet, je ne vais pas bien à cause d,une réaction sur une enquête. Nous avions des cas de jeunes femmes d'environ 18 ans qui c'étaient fait tuées et j'ai réagi vivement lorsqu'un collègue tenta de me calmer. Les autres qui travaillent avec moi savent qu'il me faut un peu de temps pour reprendre le contrôle de moi-même. Mais pas lui visiblement. J'ai déjà travaillé avec Kate et elle sait que les enquêtes concernant enfants et femmes sont difficile pour moi. Tenez pour vous épargner de chercher je vous ai apporter mon dossier ainsi vous pourrez le consulter.

Je lui déposai le dossier sur le table et la toisai à la limite du défi. Je me sentais mal et comme si ma vie était en danger. Non mais il faudrait que je lui raconte quoi? 35 ans de ma vie misérable? Dans mon dossier mon évaluation psychologique était bonne et positive alors je voyais pas pourquoi je pourrissais ici...Ah! Oui le putin de rapport!! Merde Kate savait comment arriver à ses fins s'en était presque épeurant!

- Dû à cette réaction j'ai promis à Kate de venir vous voir si elle oubliais le rapport qu'elle voulait rédiger. Je sais c'est nul comme raison mais j'aurais probablement attéri ici de toute façon.

Je ne voulais tellement pas être ici mais bon je l'avais promis et je n'avais qu'une seule parole alors...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Excusez-moi docteur.... (Gillian) Dim 2 Déc 2012 - 11:07

Le discours de l'agent fit légèrement sourire Gillian. Ce n'était pas du mépris ou de l'amusement, non. C'était d'un oeil attendri qu'elle voyait cette scène. Cet homme avait des airs de gros durs dans son uniforme, elle devinait que c'était un homme intrépide et à qui on pouvait faire confiance dans des affaires délicates. Mais subitement, le regard de la psychologue lui avait donné cet air confus qu'ont les enfants forcés d'avouer une bêtise. Mais au moins, il était franc avec elle. La jeune femme apprécia ce geste, ce n'était pas souvent qu'elle voyait cela. D'habitude, les patients réticents (et c'était presque toujours le cas avec les criminels) commençaient par lui dire qu'ils ne voulaient pas lui parler, et devenaient désagréables à cause de cela. Lui, on l'avait forcé à la consulter, mais il ne lui faisait pas payer ce désagrément. C'était même exactement l'inverse, il s'excusait presque d'avoir à la déranger. C'était un signe de bonne volonté, et Gillian se dit que quitte à prendre un patient de plus, ce serait celui-là. C'était bien plus agréable que de se coltiner un criminel qui préférait la mater plutôt que de lui parler de son état psychologique.

- Les complications ne me font pas peur, au contraire. La seule question est : Avez-vous réellement envie de vous confier à moi ? Si vous le faîtes pour faire plaisir à votre amie, on peut toujours arranger ça. Mais si vous voulez vraiment vous tirer de cette mauvaise passe, je serai ravie de vous aider.

Rassurer au maximum ses patients était la meilleure chose que Gillian savait faire. Mais pour cela, il fallait qu'ils lui accordent leur confiance. Et ça, ce n'était pas chose facile. De nombreux exemples rencontrés dans sa carrière en faisaient foi, elle était d'ailleurs sur le point d'adopter un gamin à qui elle était venue en aide pour faire le deuil de ses parents. C'était une vraie tête de pioche, il ne voulait pas communiquer... mais ça, c'était avant qu'il ne rencontre la jeune femme. Sa simple présence à ses côtés lui avait permis de changer et de s'ouvrir aux autres. C'était un beau souvenir, mais la psychologue ne voulait pas en parler. Elle détestait vanter ses mérites pour se faire de la pub, et considérait que chaque instant passé avec un patient était unique et devait donc rester dans le domaine du privé. C'était sa vision du secret professionnel, en quelque sorte...

L'agent lui tendit alors un dossier en le présentant comme le sien. La jeune femme le regarda mais ne l'ouvrit pas : il devait probablement s'agir de son bilan psychologique d'entrée au FBI. Sutton pensait certainement pouvoir s'en tirer avec cette pirouette, mais ce n'était pas ainsi que Gillian fixait les règles en thérapie. Certes, lire le rapport aurai été plus facile et plus rapide... Mais elle voyait bien que le jeune homme avait souffert d'un traumatisme qui l'avait poussé à mal réagir sur cette enquête. Et elle voulait que ce soit lui qui le lui explique.

- Tout ce que je vais trouver dans ce dossier ne sera qu'un tas de mots froids et trop grossiers pour exprimer ce que vous ressentez réellement. Ce sont vos émotions, vos souvenirs qui m'intéressent pour pouvoir vous venir en aide. Alors si vous le voulez bien, j'aimerai entendre de vive voix ce qui s'est passé durant cette enquête et pourquoi vous avez réagi de la sorte. Ne vous inquiétez pas, je ne porte aucun jugement sur ce que j'entends, tout ce qui m'intéresse c'est vous comprendre.

Il allait certainement prendre ça pour du blabla, mais la jeune femme était sincère. Elle agissait toujours de la sorte et ne dérogeait pas à la règle. Pour le tranquilliser, elle lui adressa un sourire rassurant tout en resserrant ses mains autour de son gobelet. La chaleur qui émanait du café était bienvenue : elles étaient glacées.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Jack Sutton 





• • • • • • • • • • • • •


▌Messages : 977
▌Date d'inscription : 10/06/2012
▌Métier : Agent FBI spécialiste en explosifs// Chef intérim
▌Avatar : Keanu Reeves


MessageSujet: Re: Excusez-moi docteur.... (Gillian) Dim 2 Déc 2012 - 21:21

Elle voulait arranger cette histoire de rapport? Elle connaissait pas Kate visiblement! Elle était d'un professionnalisme à faire peur cette fille. Pour elle oui j'étais impulsif et j'agissais rapidement alors c'était dû à la perte de Julia donc inapte à faire mon boulot... ou du moins presque inapte. J'avais promis et j'irai au bout de cette promesse quitte à ouvrir de vieilles blessures que je ne voulais pas ouvrir.

- Non ça va aller. Si ce n'est pas maintenant que je le fait se sera plus tard alors autant le faire.

Je la vis prendre mon dossier mais elle ne l'ouvrit pas le posant simplement sur elle. Mince moi qui croyait m'en sortir avec ça j'avais mal jugé Gillian. Je l'écoutais me parler et quand elle me demanda de lui expliquer ce qui c'était passé, comment je m'étais senti et pourquoi j'avais sauter le bouchon. Je la dévisageai un moment pour détourner le regard. Je savais pourquoi j'agissais ainsi. Pourquoi ça c'est une autre question... c'était comme ça... c'était moi. Je pris un longue inspiration avant de débuter.

- Bien c'était une enquête sur des jeunes femmes blondes et belle comme tout âgées de 18 ans. Elle étaient kidnappées sur le chemin du collège et réapparaissaient deux jours plus tard tuées. Étranglement, viol et quelques lacérations au niveau des mains. Quand nous avons été appelés c'était la dixième victime. Ma réaction a été celle de la colère quand un agent croyant bien faire, est venu pour tenter de me calmer. Bien sûr je lui ai exploser à la figure. Ceux de mon équipe savent comment ça me met à l'envers alors il me laisse tranquille le temps que je me ressaisisse.


Je fis un pause le souvenir de cette belle jeune femme étendue sur le sol les cheveux blond épars autour d'elle ses yeux froids et mort fixant un ciel qu'elle ne voyait pas me revint en mémoire. Je fermai les yeux et serrai les mâchoires chassant cette pensée le plus loin possible de moi. La peine des parents étaient tellement douloureuse que mon coeur se tordait juste à ce souvenir. Garder un visage froid et une distance me demandait un effort de tout les instants. Je finis par relever ma tête et la regarder franchement les mâchoires encore raides, le corps tendu.

- De voir un salopard enlever la vie à des jeune femmes me foutaient dans une rogne pas possible. Heureusement on l'a attrapé et si je n'avais pas été agent je crois que je lui aurais flanqué la râclée de sa vie. Et ça je vous jure qu'il ne s'en aurait pas sorti vivant. Pourquoi j'ai agi ainsi? Je sais pas j'ai été policier à Los Angeles et j'étais comme ça. Je suis peut-être un casse-cou, un impulsif, je met peut-être ma vie en danger mais j'ai été toujours comme ça même tout petit alors je crois pas que ça va changer.

Je me levai tendu, frustré sachant très bien où ça allait me mener: À la mort de Julia, à l'absence de mon père et autre truc débile de psychologie. Ma mère avait tellement trimé dur pour nous faire vivre, faire de moi un homme respectable et je dois dire qu'elle n'avait pas trop mal réussi. Je tournais en rond comme un lion en cage. Non je ne m'en irais pas même si je savais que je pouvais quitter à tout moment mais je savais que si je m'en allais je ne reviendrais pas. Je stoppai ma ronde pour me prendre l'arête du nez et tenter de reprendre le contrôle de moi-même. Je finis par fourrer les mains dans mes poches et relever mes yeux noirs et les planter dans ceux de Gillian la défiant presque de ne pas aller au-delà de ce que j'avais dit... même si je sais qu'inévitablement on y arriverait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Excusez-moi docteur.... (Gillian) Dim 16 Déc 2012 - 23:08

Une fois de plus, l’agent Sutton montra toute sa bonne volonté à Gillian. Il ne voulait pas choisir la facilité qu’était l’esquive de cette thérapie. C’était plutôt rare de la part des agents du FBI : c’était souvent eux les plus réticents à se confier. Il lui raconta alors l’incident qui avait provoqué ce rendez-vous improvisé. Sans surprise, cela rappela à la jeune femme le cas de Marwan St John, un profiler qu’elle avait actuellement en thérapie. Tout comme lui, Jack Sutton avait dérapé lors d’une arrestation et avait eu un comportement violent qui lui avait fait risquer la mise à pied. Gillian l’écouta attentivement en scrutant les expressions qui naissaient sur le visage de cet homme pendant qu’il lui exposait les faits. Elle vit de la colère et du mépris, qui étaient évidemment destinés au criminel qu’il avait arrêté. Il n’y avait absolument pas de signes de honte ou de regret sur son visage, et les mots qui sortaient de sa bouche étaient en parfaite adéquation avec ses micro-expressions. Cela rassura la jeune femme sur un point : cet homme était sincère et il n’allait pas lui mentir pour lui faire plaisir ou faire semblant de respecter le protocole. Mais elle vit autre chose sur ses traits, ce qu’elle tenait à voir et à comprendre : sa tristesse. Elle était apparue lorsqu’il avait parlé de ces jeunes femmes tuées. C’était la raison même du pourquoi il était venu la voir. Sa réaction avait été causée par un certain traumatisme, et c’était de cela qu’ils devaient parler. Mais Gillian ne voulut pas le brusquer. Le regard du jeune homme s’était assombrit, révélant le vrai visage de la douleur.

- Je comprends. J’ai actuellement un patient qui est dans votre cas, il m’a été envoyé après avoir passé à tabac un criminel qu’il venait d’arrêter. Je ne l’associe pas à vous car votre histoire est très certainement différente de la sienne. Vous n’avez certainement pas enduré le même supplice, mais c’est ce qui vous a poussé à réagir.

L’explication technique était donnée. A présent, il fallait aborder l’épineux problème… Gillian jeta un bref regard au dossier que l’agent lui avait donné. Oh il contenait sûrement la réponse à ses interrogations, mais elle refusa d’y toucher. Ce n’était pas à ces feuilles de papier de lui confier les malheurs de cet homme. Cela devait sortir de sa bouche, de son cœur, de ses larmes s’il le fallait. Et la psychologue était prête à les accueillir.

- Je vois clairement sur votre visage que quelque chose de terrible vous est arrivé pour que vous ayez ressenti le besoin de sauter sur ce criminel. Vous n’êtes pas obligé de m’en parler aujourd’hui si vous estimez que c’est trop tôt, mais si vous envisagez de suivre une thérapie avec moi nous devront aborder le sujet…

Elle lâcha un instant son futur patient du regard pour lui donner un temps de répit et éviter qu’il se sente oppressé. Elle joua un moment avec la petite cuillère en plastique dans son gobelet de café, puis finit par le boire. Elle comprenait qu’il puisse se sentir mal à l’aise, c’était sans doute la première fois qu’il abordait un psychologue. Elle s’efforça de lui sourire pour effriter un peu le mythe du psy borné et coincé. C’était une étiquette qui collait un peu trop à la profession, un préjugé à qui il faudrait bien casser la gueule pour libérer un peu l’inconscient des gens en détresse et les pousser à se confier. La plupart des gens les voyaient comme des intellectuels trop occupés à disserter sur des questions existentielles alors que cette époque était révolue depuis bien longtemps. Gillian en tout cas n’était pas comme ça. C’était plutôt le profil type de l’amie toujours à l’écoute des problèmes de ceux qu’elle aimait. La plupart du temps, elle laissait ses patients parler autant qu’ils le désiraient et se permettait rarement de les interrompre pour porter un jugement sur eux. Elle les accompagnait dans les moments difficiles et discutait simplement avec eux pour les aider à voir le meilleur côté de la vie. Et accessoirement éviter qu’ils ne deviennent fous ou finissent par se jeter par la fenêtre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Jack Sutton 





• • • • • • • • • • • • •


▌Messages : 977
▌Date d'inscription : 10/06/2012
▌Métier : Agent FBI spécialiste en explosifs// Chef intérim
▌Avatar : Keanu Reeves


MessageSujet: Re: Excusez-moi docteur.... (Gillian) Lun 17 Déc 2012 - 4:48

Malgré le fait que je sois pris entre "je veux pas" il y avait toujours la menace du rapport de Kate. Elle l'avait rédiger et elle le tenait dans un de ses tiroirs et elle le garderait tant que je n'irais pas voir Gillian et s'assurer que j'allais bien. Mais ce que j'aimais moins c'est que un jour où l'autre il faudrait arriver à gratter mon passé. Je ne regrettais rien au contraire! Mais je savais que ma "malchance" appelons ça ainsi, avait laisser es cicatrices probablement mal refermées. Mais j'avais appris à vivre avec, du moins me plonger dans mon travail lorsque je n'allais pas. Elle m'expliqua les termes "techniques" et je dus dire que ça m'irritai qu'elle me "compare" à un autre patient. Non mais on était tous barge si je comprenais bien! De toute façon qui était capable de rester sain d'esprit avec un boulot comme le nôtre?

Je pris une grande inspiration, toujours les mains dans mes poches. J'avais toujours les yeux rivés sur elle comme un chat guettant sa proie. De la voir ainsi calme et presque sereine me donna envie de hurler de rage. Non mais c'est vrai quand nos émotions se chamboulent en nous et de voir quelqu'un de calme ça choquait quand même. Je baissai les yeux un moment comme un enfant pris en faute. Je me résignais malheureusement à retourner dans mon passé et tenter de régler mes problèmes. Cependant mon auto-examen pris fin abruptement quand elle me dit qu'elle voyait que quelque chose de terrible m'était arrivé. Je remontai vite mes prunelles vers elle paniqué à l'idée qu'elle me le déballe là! De toute façon par où commencer? J'avais beaucoup de trou non -comblé que j'ai comblé autrement. Je n'avais pas besoin là de déballer ce que j'avais tant mieux! Je poussai un soupir de soulagement car j'avais vraiment pas envie de lui dire. Elle voulait le savoir bien il faudrait qu'elle vienne le chercher.

- Comme je vous l'ai dit plus tôt docteur Foster je serais arrivé devant vous un jour ou l'autre et probablement plus réticent que maintenant. Donc oui une thérapie me ferait du bien. À quel point? Je ne le sais pas encore, je verrais en temps et lieux.

J'avais revêtu mon attitude de police. Froid, distant et avec cette carapace que tout les humains de la terre se forge pour éviter de laisser entrer qui que soit dans leur bulle. Les policiers devaient s'en faire une sinon on finirait tous au bout d'un corde. Je pris donc rendez-vous avec Gillian pour une suite de ma future thérapie.

PLUS TARD CETTE SEMAINE LÀ

Horrible! Ma semaine a été horrible! Bon j'ai été professionnel et attentif mais tout ce qu'avait remué en moi cette brève rencontre m'empêchait de dormir et même de me concentré plus que 10 minutes. J,allai à mon rendez-vous tel que promis et même que je suis certain qu'elle ne m'attendait plus voire même pas du tout. Arrivée à sa porte je stoppai quelques secondes. La forte envie de m'en aller en courant me pris mais j'étais un homme de parole... malheureusement, et également trop faible devant la gente féminine. Pas possible comme Kate, ma mère et même Lucy arrivait à me tourner en bourrique! Enfin je chassai mes pensées et toquai à la porte. Une fois que j'ai entendu un "Entrez" je mis ma main sur la poignée ayant l'impression de tourner la porte de l'enfer et une vive voix dans ma tête me disait de me barrer de là!

- Bonjour, tel que convenu me voilà

Je tentai un sourire sachant fort bien que j'avais autant envie d'être ici qu'avoir une belle dans le crâne. Je m'assied devant elle les mains sur mes cuisses nerveux, et surtout en me demandant comment j'avais pu accepter un marché pareil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Excusez-moi docteur.... (Gillian) Jeu 27 Déc 2012 - 19:41

Gillian avait fini par insérer ce nouveau patient dans son planning. Il était conscient qu’une thérapie pourrait l’aider à surmonter la dure épreuve de ce deuil. Enfin quelqu’un de lucide ! Cela faisait longtemps que la jeune femme n’avait pas eu affaire à des personnes aussi faciles. Elle avait été habituée à ce que chaque première séance tourne à l’affrontement avec ses patients. Mais cela n’avait pas été le cas avec Jack, et subitement, la conversation était devenue beaucoup plus plaisante. Certes, ils avaient un bon bout de chemin à faire tous les deux, mais il n’y allait pas en freinant des deux pieds. Une semaine plus tard, il frappa à la porte de son bureau pour sa toute première séance. La psychologue le fit entrer, souriante, comme à son habitude.

- Bonjour agent Sutton, comment allez-vous ?

D’un geste, elle l’invita à prendre place sur le canapé qui trônait au milieu de la pièce. Elle saisit sur son bureau le dossier qu’il lui avait remis la semaine précédente et s’installa à son tour dans son fauteuil, face à lui. Elle posa le dossier sur ses genoux mais ne l’ouvrit pas pour autant. A vrai dire, elle ne comptait pas lui accorder beaucoup d’attention tant qu’elle n’aurait pas avancé avec cet agent du FBI. Il était tellement convaincu que lire ce dossier serait plus facile pour tout le monde qu’elle avait décidé de ne pas y toucher. C’était trop facile de se cacher derrière des mots ou de vulgaires feuilles de papiers alors que la vérité était bien plus atroce.

- Je n’ai pas ouvert votre dossier, je n’ai pas voulu m’immiscer dans votre vie privée de cette façon. Je préfèrerai que le récit de votre passé vienne entièrement de vous. Ça ne vous oblige pas à tout me déballer immédiatement, j’attendrai le temps qu’il faudra, ne vous en faîtes pas pour ça.

La jeune femme ponctua sa phrase d’un sourire rassurant. Elle avait tout son temps, elle savait qu’elle n’aurait pas à se battre contre lui pour lui prouver qu’en tant que psy, elle était là pour son bien. Elle tenait à ce que cette première séance se passe bien. Aussi bien pour lui que pour elle.

- Puis-je vous appeler Jack ? Si cela vous dérange, on en restera à monsieur Sutton, mais sachez qu’ici nous ne sommes plus vraiment dans l’enceinte du FBI. Ici il n’y a que vous et moi.

Ce n’était pas qu’elle détestait les normes du système judiciaire, mais elle tenait à mettre à plat toutes les barrières que dressaient les grades entre les gens. Souvent, les supérieurs inculquaient à leurs agents le culte des psychologues, presque leur équivalent. Gillian n’aimait pas ça, elle n’avait pas ce genre d’estime d’elle-même et détestait se mettre en avant. Son regard d’experte en sciences comportementales intimidait suffisamment les gens comme ça, elle ne jugeait pas nécessaire d’en rajouter.

- Alors… De quoi avez-vous envie de parler aujourd’hui ?

Toujours dans le but de le mettre en confiance, la jeune femme ne voulait pas le brusquer. Sans compter que comme elle, il était proche de Lucy. Ayant une amie en commun, elle le protégeait un peu plus que ses autres patients.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Jack Sutton 





• • • • • • • • • • • • •


▌Messages : 977
▌Date d'inscription : 10/06/2012
▌Métier : Agent FBI spécialiste en explosifs// Chef intérim
▌Avatar : Keanu Reeves


MessageSujet: Re: Excusez-moi docteur.... (Gillian) Ven 28 Déc 2012 - 5:43

Comment j'allais? En fait bien mais toujours avec l'idée que je n'avais pas besoin d'être ici. Je me pinçai les lèvres toujours aussi nerveux que la première fois. Qui ne le serais pas de toute façon? Elle me pointa un canapé et je m'y assied les mains croisées entre mes genoux. Je me sentais toujours comme un petit rat de laboratoire avec elle. Elle était belle, séduisante mais surtout très observatrice... beaucoup plus que moi en fait. Je savais que même si je ne parlais pas elle réussirait à mettre le doigt sur le bobo.

Elle posa mon dossier sur ses genoux en m'avouant qu'elle ne l'avait pas lu, qu'elle préférait que je parle moi-même de mon passé. Je pinçai les lèvres il y a bien certaines choses que je ne voulais pas dire comme l'Abandon de mon père et qu'il ne m'es jamais considérer comme son fils et Julia. Si elle l'avait lu elle aurait su tout de suite mais non il fallait que MOI je lui déballe! Ça j'aimais moins mais bon je vais pensé à une solution pour tenter d'éviter le plus longtemps possible le sujet le plus malheureux de ma vie.

- Ça va docteur Foster vous pouvez m'appeler Jack.


Bon bien elle attaquait de front au moins! De quoi je voulais parler? Je sais pas de ma vie merdique ça serait déjà pas mal. Mais justement par ou commencer? Je pris un temps de pause pour réfléchir par ou commencer? Toujours et encore ça tournait dans ma tête. Je finis par relever la tête et malgré mon profond désir de ne rien dire je commençai par le début. Aussi abruptement qu'elle.

- Je n'ai pas de père. J'en ai jamais eu. Enfin oui un géniteur mais il a abandonné ma mère et ne m'a jamais reconnu comme son fils. Vous imaginez quand vous apprenez ça? Je suis le seul fils, le seul enfant de ma mère. Je n'ai pas eu beaucoup de modèle masculin mis a part mon grand-père et quelques oncles.

Je fis une pause. Non je ne pleurerais pas j'avais bien vécu mon enfance mais je me rappelait surtout de ma mère qui peinait a nous faire vivre. Elle c'est toujours battu pour nous faire vivre, m'offrir une vie décente. Je sais même pas comment elle a fait pour arriver à me payer des études en techniques policières.

- J'ai vu ma mère enchaîner les boulots, dormir sur la table et même pleurer en silence. Je savais que c'était beaucoup pour elle même petit. Alors je m’efforçais d'être un bon garçon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Excusez-moi docteur.... (Gillian) Dim 30 Déc 2012 - 20:01

L’agent avait accepté qu’elle utilise son prénom, cela en disait long sur son état d’esprit. Le ton de sa voix n’était pas défaitiste, il était volontaire et acceptait cette relation sur le long terme qu’ils s’apprêtaient à établir. La jeune femme le gratifia d’un sourire.

- Merci. Vous pouvez m’appeler Gillian si vous le souhaitez. C’est moins imposant que ‘’docteur’’.

Elle ne savait pas pourquoi elle avait toujours eu du mal avec ce titre. Mais cela ne facilitait pas les choses, elle l’avait souvent constaté. Beaucoup de gens étaient intimidés par le simple fait de l’appeler docteur, et elle ne se voyait pas non plus avec l’imposante carrure que laissait sous-entendre cette appellation. Elle se sentait tout simplement mal à l’aise qu’on la place au-dessus des autres alors qu’elle ne le méritait pas.

Contre toute attente, Jack lui livra son passé. La jeune femme ne s’attendait pas à ce qu’il le fasse, du moins pas lors de leur première séance. En général, ses patients attendaient un peu, le temps de la tester et de voir si elle était digne ou non d’accueillir leurs secrets et les douleurs de leur passé. Visiblement, Jack désirait en finir. Ce n’était pas le genre d’homme à passer par quatre chemins, et Gillian devina qu’il détestait se voiler la face. En lui livrant une ébauche de ce à quoi avait ressemblé son enfance sans père et avec une mère malheureuse, il semblait se diagnostiquer lui-même. Effectivement, son enfance était l’une des principales raisons pour lesquelles un individu tournait mal ou passait le reste de sa vie à être malheureux. Mais Gillian sentait qu’il y avait autre chose. Le manque de figure paternelle ne semblait pas avoir nuit au développement de ce jeune agent dans le sens où rien ne clochait chez lui du point de vue identitaire. Et officieusement, la jeune femme connaissait son caractère grâce à Lucy : son amie le fréquentait depuis longtemps et avait fini par se mettre en couple avec lui. Les enfants qui grandissaient sans père ne finissaient pas tous violeurs ou schizophrènes, Gillian en avait vu, mais ils ne constituaient pas la majorité de ce cas. La plupart, en revanche, avaient du mal à se détacher de leur mère, par peur qu’on leur fasse du mal ou qu’un homme ne fasse irruption dans leur vie. Le syndrome d’Œdipe, mais à plusieurs niveaux. Lorsqu’il parla de sa mère, Jack ne semblait pas plongé dans la psychose ou l’obsession pour sa génitrice. A part la tristesse due à cet abandon et de la rancœur envers son père, il ne semblait pas y avoir de problème grave lié à son enfance et à son rapport avec ses parents. Mais comme il ne fallait pas se fier à la première impression, la psychologue essaya d’approfondir le sujet.

- C’est grâce à vous que votre mère a survécu à tous ces obstacles, vous étiez sa raison de se battre. Elle doit être fière de voir l’homme que vous êtes devenu… Et votre père ? Est-ce que vous avez déjà fait sa connaissance ?

Les hommes, toujours les hommes… Le père était souvent l’élément absent de l’histoire des patients de Gillian. La jeune femme avait connu le sien, l’avait aimée et avait été aimée en retour. Elle n’avait jamais connu ce sentiment d’abandon et cela l’attristait de ne pouvoir comprendre ses patients sur ce point. Mais comme disait Lightman, on ne pouvait pas porter toute la misère du monde pour comprendre ses clients, ni se flageller d’avoir une vie heureuse.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Jack Sutton 





• • • • • • • • • • • • •


▌Messages : 977
▌Date d'inscription : 10/06/2012
▌Métier : Agent FBI spécialiste en explosifs// Chef intérim
▌Avatar : Keanu Reeves


MessageSujet: Re: Excusez-moi docteur.... (Gillian) Lun 31 Déc 2012 - 4:52

Parler de mon enfance ne me dérangeait pas en fait. C'était réglé depuis le temps où je l'avais su... même si c'était jeune adulte. Après tout je n'avais jamais posé de question non plus. Ma tendre maman a bien comblé chaque parcelle de mon éducation et de mes divers besoin d'affection ou de comportement respectable. J'avais bien tourné en fait car j'aurais pu devenir un bandit ou un criminel en puissance allez savoir! Non j'étais équilibré... non pas tout à fait si j'étais ici. J'avais Lucy dans ma vie et je l'adorais et je me voyais avec elle pour le reste de ma vie. Non le problème de "l'engagement" je n'en avais aucun. Probablement parce que dans mon inconscient je savais comment ma mère avait trimé dur et avait souffert de se support masculin.

Gillian me parla combien ma mère pouvait être fier de moi, de ce que je suis devenu. En fait elle en était très fière même si elle avait peur que je me fasse sauter la gueule avec les bombes que je désamorçais ou que je me fasse mettre une balle dans le crâne parce que j'étais trop téméraire. Je fis même un petit sourire tendre car elle me le disais souvent quand je lui parlais de mes enquêtes. Je n'avais pas vraiment besoin de son approbation mais au fond qui n'aime pas entendre "Je suis fière de toi"? Personne selon moi! Mais ce qui me fit changer d'attitude ce fut le reste de sa question. Aussitôt mon corps se raidi et mes lèvres se pincèrent. J'en ai toujours voulu à cet homme de nous avoir abandonné, d'avoir fait pleurer ma mère et surtout d'avoir disparu de nos vies pour une raison aussi conne!

- Non. Je ne l'ai jamais rencontré et je ne le souhaite pas. J'ai vu une photo un jour car ma mère en dépit de sa tristesse, garde un photo de ce lâche. Je lui ressemble à un tel point que ça me dégoûte en fait. Il a rendu ma mère malheureuse toute sa vie. Il lui a brisé le coeur à un tel point qu'elle n'a jamais refais sa vie. Je suis son seul et unique enfant. Jamais je ne le rencontrerais ça c'est une promesse.

Je me tut pendant quelques minutes. Un jour ma mère m'a dit que quand j'étais heureux, et totalement, j'avais les yeux qui brillaient comme mon père. C'était à chaque fois une gifle et une insulte mais à chaque fois elle me disait que malgré tout je fus conçu dans l'amour et que j'étais sa plus grande réussite. Soudain je me rendis compte que Gillian voulait peut-être me faire aller le voir régler mes différents avec lui. La panique et la colère s'empara de moi. Jamais je ne le ferais!

- Si vous me dites que je dois aller le voir pour lui parler je vous le dit tout de suite se sera un non officiel. Je ne le connais pas et je ne souhaite pas le connaître. Il a foutu le camp comme un lâche et accusé ma mère à tort alors non jamais je ne rencontrerai un homme qui n'a jamais fait face à ses responsabilité.

Mon regard se planta dans le sien. J'étais déterminé à lui faire comprendre que cette pourriture qui a seulement servit de géniteur, ne viendrait pas me harceler... puis j'irais pas me faire humilier devant lui en plus! Non mais j'ai ma fierté quand même!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Excusez-moi docteur.... (Gillian) Mar 1 Jan 2013 - 20:10

[HS : suite aux MP échangés avec Juliet qui est nouvelle, je vais un peu modifier l’histoire de Gillian. On a convenu qu’elles seront demi-sœurs par leur père, donc les parents de Gillian se sont séparés quand elle était petite pour que son père aille vivre avec la mère de Juliet. Du coup ce n’est pas cohérent avec mon précédent post, mais je voulais te prévenir =). ]

Le jeune agent parlait sans embarras de son enfance, il ne semblait pas avoir de problèmes avec ça. Sa colère envers son père était visible mais il ne la cachait pas : il l’assumait complètement. Il le haïssait pour son absence et aussi parce qu’il lui ressemblait. C’était légitime comme réaction, personne ne pouvait le blâmer pour ce le ressentiment qu’il éprouvait contre son géniteur. Gillian elle-même en avait voulu à son père lorsqu’il avait quitté sa mère, mais il était resté présent pour elle malgré tout. Contrairement au père de Jack, il avait tenu à conserver les liens qui existaient entre eux, et il n’avait jamais cessé d’aimer sa fille. Il s’était excusé aussi, de l’abandonner pour une autre famille, et cela avait en partie aidé la jeune femme à tourner la page. Pour Jack, tout avait été compliqué dès le début : son père n’avait pas voulu le reconnaître, était parti comme un voleur et n’avait jamais cherché à revoir l’enfant à qui il avait donné la vie. Jack en avait tellement souffert qu’il n’avait pas voulu le rencontrer, il ne voulait absolument pas entendre parler de lui.

- C’est toujours ça le problème… Dès que l’un des parents s’en va, l’autre retrouve toujours ses traits sur le visage de son enfant. Et ce n’est jamais plaisant à entendre quand on se sent trahi comme ça.

La jeune femme voulu enchaîner, mais Jack ne lui en laissa pas le temps. Son ton se durcit soudain et son visage se déforma sous l’effet d’une colère subite. Il ne voulait pas qu’on l’oblige à aller voir son père dans le cadre de la thérapie. Gillian n’avait pas encore eu le temps d’envisager cette idée, mais elle avait déjà fait ce genre de chose. Pour Marwan, l’un de ses patients, elle était prête à rencontrer en prison ses parents adoptifs qui avaient ruiné sa vie. Le jeune homme avait refusé qu’elle y aille seule et l’avait donc accompagnée. Il avait fait face à ses parents, pour tourner la page une bonne fois pour toute. Cependant, ils en avaient longuement parlé avant de tenter l’expérience, et Gillian lui avait laissé le choix jusqu’à la dernière minute. Elle ne forçait jamais la main à ses patients car elle savait que dépasser les limites revenait à perdre leur confiance. Sans compter qu’elle n’aimait pas se les mettre à dos…

- Sur ce point, vous pouvez être tranquille : je ne tenterai rien qui puisse vous faire du mal inutilement. J’ai déjà fait ce genre de chose avant, mais jamais je ne l’ai fait sans le consentement de mes patients. Je ne vous forcerai pas à le revoir, je sens bien que votre père n’est pas votre seul problème. Ni le plus important d’ailleurs…

S’il s’était emporté comme il le lui avait dit sur une histoire de meurtres de jeunes femmes, Gillian ne voyait pas le rapport avec son père absent. Non, il y avait autre chose qui le tourmentait et qui hantait ses nuits. Il avait les nerfs à vif, et cela semblait aller bien plus loin que la rancœur contre son père.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Jack Sutton 





• • • • • • • • • • • • •


▌Messages : 977
▌Date d'inscription : 10/06/2012
▌Métier : Agent FBI spécialiste en explosifs// Chef intérim
▌Avatar : Keanu Reeves


MessageSujet: Re: Excusez-moi docteur.... (Gillian) Mer 2 Jan 2013 - 21:39

Je poussai un soupir en l'entendant me confirmer que je n'aurais pas besoin d'aller le rencontrer. Je lui souris doucement en la remerciant de la tête. Au moins elle comprenait mon point de vue et mon ressenti. Puis qui sait il était probablement mort, alors de là disons que je serais plutôt soulagé. La figure paternelle est importante dans le développement d'un enfant et encore plus dans celui d'un petit garçon mais je dois dire que on ne souffre pas de ce qu'on a pas connu. Même petit je ne m'étais pas posé de question! Mes amis avait un papa et moi pas, point final je n'avais pas besoin de le savoir ou même de le comprendre.

Je perdis mon sourire en entendant sa dernière phrase. Elle avait des radar cette femme! Bon en même temps c'était son boulot mais c'était épeurant à force! Malgré son ton de voix doux, sa compréhension et même son profond respect je ne m'attendais pas à ce qu'elle douter là tout de suite qu'il y avait quelque chose de plus. Je le savais c'était quoi et je ne voulais pas en parler là... et pas du tout serais même mieux. Pendant que je la regardais je sentais l'anneau de Julia contre ma peau et presque me brûler à force. Je savais que c'était là le point de départ. J'étais à Los Angeles à l'époque et sa perte m'avait anéanti alors pour fuir ma douleur ou la vivre seul je m'étais poussé de ma vie pour aller au FBI et aller me chercher un spécialisation qui était devenu ma passion.

- Je ne vois pas ce que vous voulez dire Gillian... Disons que cette... absence paternelle part mal dans la vie non?


Je ne voulais certainement pas lui déballer ici la perte de Julia. J'avais déjà du ma; à en parler à Lucy et à toutes les autres filles avant car malgré que mon deuil soit pratiquement fait, il n'en reste pas moins qu'elle est morte dans un accident de voiture en revenant de l'hôpital en sachant qu'elle était enceinte de 8 semaines. J'étais nerveux et je posais mes yeux partout et nulle part à la fois cherchant à éviter ce regard à la fois doux et inquisiteur. Je me retenais vivement d'aller toucher cet anneau qui avait tant fait sourire ma Juju.

- À moins que vous ne voyez autre chose... je ne sais pas ce qui pourrait être pire que ça...

Dans ma tête résonnait une voix qui me hurlait "menteur tu le sais!!" mais malgré toute ma bonne volonté je restais sur mes garde et bien sûr avec ma tête de mule, restai sur mes positions à savoir celle de rien dire sur Julia... même si je savais qu'elle allait finir par mettre le doigt dessus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Excusez-moi docteur.... (Gillian) Jeu 3 Jan 2013 - 15:01

La compréhension de Gillian toucha l’agent qui se tenait devant elle, elle le vit dans ses yeux. En silence, il l’avait remerciée de ne pas vouloir aller plus loin dans la relation inexistante qu’il avait avec son père. Pour un premier rendez-vous, c’était normal qu’elle ne franchisse pas la ligne rouge, elle ne tenait pas à le mettre mal à l’aise. Cependant, le visage du jeune homme s’assombrit lorsqu’elle parla de l’autre problème qui semblait le tourmenter. Comme pour se convaincre lui-même, Jack insinua que l’absence de son père était déjà suffisante. Mais voilà, il avait fait l’erreur de le souligner, et cela n’échappa pas à Gillian. Le regard hésitant, il la fuyait, comme s’il se sentait coupable de lui mentir. La jeune femme n’était pas dupe : rien qu’au ton de sa voix, elle sentait un léger malaise, et son visage présentait quelques signes de mensonge. Sa dernière phrase acheva de la convaincre qu’elle avait vu juste. A moins qu’elle ne voie autre chose ? Et comment ! Elle voyait de la tristesse et de la culpabilité sur son visage, en plus du mensonge. Et elle ne comptait pas s’arrêter à cela.

- Je vois un homme malheureux, Jack. Et la cause ne peut pas être l’absence de votre père, j’ai bien vu que cela ne vous faisait rien. Il y a autre chose, j’en suis certaine.

Sentant que son regard était pesant pour lui, la psychologue détourna les yeux un instant. Elle ne voulait pas paraître trop insistante pour leur première séance, ni trop suspicieuse. Elle décroisa la jambe droite pour mettre la gauche au-dessus de l’autre, puis elle reporta son attention sur Jack. Son regard plongé dans le sien, elle lui dit d’une voix douce :

- Vous n’êtes pas obligé de m’en parler tout de suite. Mais je préfèrerais que vous me disiez que vous n’avez pas envie d’aborder le sujet pour l’instant plutôt que de me mentir. Je suis experte en détection de micro-expressions, alors la déformation professionnelle veut que je remarque immédiatement les signes de mensonges.

Il n’y avait aucune pointe de menace ni de reproche dans sa voix. Elle désirait seulement mettre les choses au clair et faire valoir l’honnêteté entre eux car sans cela, ils n’arriveraient à rien.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Jack Sutton 





• • • • • • • • • • • • •


▌Messages : 977
▌Date d'inscription : 10/06/2012
▌Métier : Agent FBI spécialiste en explosifs// Chef intérim
▌Avatar : Keanu Reeves


MessageSujet: Re: Excusez-moi docteur.... (Gillian) Ven 4 Jan 2013 - 3:27

Ok cette femme était le suppo de Satan! Elle voyait tout et impossible de lui cacher quoique se soit! En effet je ne voulais pas lui en parler de ce que j'avais, de la douleur que je trainais depuis 2 ans mais qui c'était amenuisé avec le temps enfin je le croyais alors quand elle me dit que c'était pas le fait que je n'ai pas eu de père je sentit le ton se durcir, pas beaucoup juste assez pour que je me dise "Bon ok ça va" mais dans ma tête j'étais pas assez stupide pour le dire de vive voix quand même! Alors je pinçais les lèvres contrarié et un peu honteux d'avoir tenté de lui faire gober n'importe quoi.

Pendant un moment il ne se dit rien entre nous mais quand elle repris la parole je la regardai. C’est vrai que je lui devais au moins la franchise de lui dire ce que j'avais, enfin au minimum! Mais je voulais pas aborder le sujet d Julia ni là, ni la semaine prochaine ni jamais... même si je savais que c'était impossible finalement. Je relevai mes yeux vers elle déterminé à garder ceci en moi. C'était déjà douloureux le souvenir alors en parler je savais que je m'y noierais!

- Je peux être franc avec vous ça oui. Cependant ma douleur ou ma peine ou autre truc du genre je ne veux pas en parler ni là ni jamais d'ailleurs...


Je me levais me sentant pris au piège, comme si un étau se resserrais sur moi. encore une fois je tournai en rond comme un lion en cage. Le souvenir, la douleur et la peine prenait forme en moi et je me battait violemment contre moi-même pour étouffer le tout ou du moins le ramener là ou il devait être c'est à dire loin dans le fond de mes souliers. Je serrais et desserrais les mâchoires quand je stoppai et me prit l'arête du nez le temps que la tempête en moi se calme. Je relevai des yeux humides vers elle... Elle ne pouvait me demander ça!

- Gillian... vous ne pouvez pas.... vous ne pouvez pas me demander ça... C'est trop difficile, trop...

Je me sentais presque suppliait, presque. Je ne voulais pas y retourner j'avais trimer trop dur pour remonter et devenir un bon agent. J'avais le souffle court étouffé dans ma demande silencieuse de ne pas revenir là-dessus et l'envie de tout déballer. Depuis deux ans que je traînais cette peine et malgré l'amour inconditionnelle que je portais à ma Lucy il me restait des reste de se deuil. Je restai donc immobile à serrer le dossier du canapé les yeux suppliant sur elle. Je ne pouvais pas retourner au tréfonds de la peine et expliquer tout ce qui n'allait pas à ce moment et même maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Excusez-moi docteur.... (Gillian) Sam 5 Jan 2013 - 19:23

Gillian venait de percer à jour le jeune agent. En plein dans le mille, il y avait effectivement autre chose qui le contrariait. Elle vit des signes de honte sur son visage, mais elle se doutait bien que c’était parce qu’il se sentait coupable de lui avoir menti. Les lèvres pincées, les sourcils froncés, le regard dur, un combat se jouait dans sa tête entre sa conscience qui désirait se confier, et son orgueil qui lui criait de la boucler. Il pensait n’avoir besoin de personne, d’être capable de faire face à ses problèmes seuls. Mais la vérité était qu’il en était incapable, c’était beaucoup trop lourd pour lui. La preuve : il ne se poserait pas autant de question s’il reconnaissait ce besoin de parler à quelqu’un d’autre. La jeune femme le vit réfléchir un instant, puis il déclara ne pas avoir envie de parler de sa peine. Gillian ne se vexa pas, au contraire. Elle hocha la tête d’un air compréhensif.

- Si le problème vient de moi, je peux tout à fait vous recommander un autre de mes collègues. On ne tombe pas toujours sur le bon psy du premier coup.

La source du problème, elle l’ignorait, mais elle préférait tout autant abandonner cette affaire si c’était pour le bien de son patient en le transférant à un autre psy. Etait-ce parce qu’il préférait parler à un homme ? Parce qu’elle lisait sur les visages et qu’il se sentait désarmé face à son regard perçant ? Parce que son attitude ne lui convenait pas ? Tout était possible, elle déchiffrait les expressions mais ne pouvait pas deviner la source de chaque émotion. Personne ne le pouvait. Jack se leva subitement de son siège, très énervé. La jeune femme se leva à son tour pour tenter de le raisonner. Il semblait bouleversé par ce qu’il ne voulait pas dévoiler ce qui le rongeait. Gillian tenta de le calmer.

- Jack… Jack écoutez-moi. Les thérapies ne sont pas censé devenir des séances de torture pour vous. Vous n’en parlerez que lorsque vous vous sentirez prêt. Personne n’a le droit de vous forcer !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Jack Sutton 





• • • • • • • • • • • • •


▌Messages : 977
▌Date d'inscription : 10/06/2012
▌Métier : Agent FBI spécialiste en explosifs// Chef intérim
▌Avatar : Keanu Reeves


MessageSujet: Re: Excusez-moi docteur.... (Gillian) Sam 5 Jan 2013 - 21:03

Le problème ne venait pas d'elle alors je secouai la tête lui faisant comprendre que ça allait pour moi qu'elle soit là. Non le problème venait du début de ma vie! Mais ça impossible de revenir en arrière de tout effacer et m'inventer un début plus normal disons. Non ça venait de plus tard de cette journée cette journée ou j'avais tout perdu, ma fiancée, mon amour et surtout la certitude que je pouvais être heureux. Même mon ancien collègue et partenaire n'avait pas réussi à me ramener à la raison, même la soulerie avec sa merveilleuse femme n'avait pas aidé. Je serrai toujours le dossier de ce canapé priant pour qu'elle ne me parle jamais de ça. Cependant je me battais contre moi même et la lutte devenait de plus en plus féroce... et malgré mon entêtement et ma grande volonté de ne rien dire je senti que je flanchais.

Elle se leva pour me calmer et m’assurer que les thérapies étaient là pour aider et non forcer les gens à parler. Mais si on ne faisait pas d'efforts... à quoi ça servait? On se torturait l'esprit rien de plus! Je savais pourquoi je réagissais ainsi devant les femmes victimes d'actes criminels... inconsciemment je sauvais ma mère et ma fiancée. Oui bien n'importe qui aurait pu le trouver quand même! Cependant je plantai mes yeux dans ceux de Gillian de l'autre côté du canapé. Parler quand je serais prêt? Et on le sait quand ça? Faisait 2 ans que je réprimait ma peine et mon deuil, que j'avais tourné la page... enfin pas assez parce que j'étais ici!

- Quand je serais prêt? Quand est-ce qu'on est prêt à parler d'une morte? Quand est-ce qu'on est prêt à dire qu'il y a 2 ans j'étais un homme heureux et comblé et ma vie à basculé? Quand est-ce qu'on se dit "Ok je tourne la page et je refais ma vie"?

Je tentais de rattraper les mots qui affluaient à mes lèvres mais trop tard! Telle une vague les mots et l'émotion déferla en moi tel un tsunami. Mes yeux laissaient couler des larmes trop longtemps retenues sans que je ne m'en aperçoive vraiment. Mes mains serraient et desserraient le dossier. J'étais agité et nerveux. Je sentais mes muscles trembler sous ma peau et j'aimais vraiment pas ça! Depuis tout petit je m'étais efforcé de paraître fort et inébranlable et la seule personne, mis à part ma mère, qui avait vu ma vulnérabilité avait été Julia.

- Savez-vous ce que ça fait d'être amoureux fou de quelqu'un et de savoir dans chaque fibre de votre corps qu'elle est faite pour vous? Savez-vous ce que c'est être assez proche du paradis qu'on a qu'à étirer les doigts pour y toucher? Savez-vous ce que c'est l'horrible douleur de perdre cette personne et d'être certain que vous allez devenir fou?

D'un geste rageur, enfin pas envers Gillian mais plutôt envers ce destin tragique, je trouvai ma chaîne et la dénouai pour la tirer hors de ma chemise et la plaquer sur la table. Là régnait l'anneau d'or fin que j'avais réussi à avoir après l'autopsie de ma Julia. J'avais les mâchoires serrées d'en avoir déjà trop dit, je ne voulais pas mais la vague avait été plus forte que ma volonté. Je relevai les yeux vers Gillian triste, fâché de moi et les plantai dans les siens. Je pouvais sentir toute la compassion et l'empathie du monde.

- C'est tout ce qu'il me reste d'elle... Même son odeur est partie et son souvenir bien que présent est flou.

Je refis le tour du canapé et m'affalai dedans en prenant ma tête entre mes mains. J'étais secoué de sanglots, et mes épaules tressautaient. Je n'arrivais plus à me calmer en fait. C'était pathétique en fait, enfin dans ma tête. Je n'étais pas celui qui demandait de l'aide mais plutôt celui qui en donnait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Excusez-moi docteur.... (Gillian) Lun 14 Jan 2013 - 23:17

[mille pardons pour le retard...]

Plus d’une fois, Gillian avait été confrontée à ce genre de patients, le genre qui avait peur d’aller trop loin et de briser la solide carapace que le deuil les avait forcés à se forger. Certes, c’était douloureux, mais libérateur lorsqu’on prenait du recul. Comme les autres, Jack ne se sentait pas prêt à exposer sa douleur, et il n’arrivait pas à se projeter dans le futur non plus. Visiblement, quoi qu’il lui soit arrivé, il n’avait jamais réussi à tourner la page. Il avait enseveli ce douloureux souvenir sous des années de silence et avait réussi à faire bonne figure pour qu’on ne lui pose pas trop de questions. Mais les psychologues savaient déterrer ce genre de secrets enfouis au plus profond du cœur des gens malheureux, et même si c’était douloureux, ils savaient comment soigner les blessures. Gillian était de ceux-là, et elle comptait bien le remettre sur pieds. Subitement, Jack explosa. Il laissa s’échapper sa rage et son désespoir, certain qu’il n’arriverait jamais à surpasser ce drame. Malgré lui, il confia à la jeune femme la source de ses tourments, à demi-mots. C’était la femme de sa vie qu’il avait perdue, et à en juger les micro-expressions qui déferlaient sur son visage, elle n’avait pas trouvé la mort de la manière la plus douce. Etait-ce un accident ? Un meurtre ? Un suicide ? Le jeune agent n’en dit pas plus, mais sa disparition l’avait traumatisé. Il avait des gestes nerveux quand il évoquait le sujet, incapable de tenir en place ou de calmer son rythme respiratoire.

- Je sais à quel point c’est dur, Jack. Et c’est normal que vous n’arriviez pas à tourner la page, mais laissez quelqu’un vous aider. Tant pis si ce n’est pas mois, tant pis si ce n’est pas cette année que vous le faites, mais je vous en supplie, confiez-vous à une personne que vous considérez apte à vous écouter. Ce choc vous a rongé de l’intérieur et bientôt vous allez sombrer avec ce poids du passé.

La jeune femme savait qu’il était tombé amoureux de Lucy, et que cette relation allait probablement sauver son état psychologique. Mais il fallait qu’il arrive à ne plus penser avec autant de tristesse à sa femme. C’était ça, tourner la page : ne se rappeler de l’être perdu que dans les moments de bonheur que l’on avait vécu avec lui. Après quoi, il accepterait la fatalité, le fait d’être encore en vie et que sa compagne n’aurait certainement pas voulu qu’il passe le reste de sa vie seul à se morfondre.

Fou de chagrin, Jack tira ce qui semblait être un pendentif de sous sa chemise et le plaqua sur la table. Gillian s’aperçut que c’était une alliance : celle de sa femme disparue. Il l’avait portée autour de son cou, contre son cœur pour ne jamais oublier la promesse qu’il avait faite devant Dieu le jour de leur mariage : l’aimer pour toujours. Epuisé, il se laissa tomber sur le canapé et se prit la tête entre ses mains en pleurant. Gillian s’approcha en silence et vint s’asseoir à côté de lui. Elle posa alors doucement la main sur son épaule.

- Comment s’appelait-elle ?

Connaître son prénom n’était pas qu’une simple question de courtoisie. S’il fallait que Gillian entre dans sa vie et dans les tourments de son passé, il était nécessaire que le grand amour de son patient ne soit pas une parfaite inconnue pour elle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Jack Sutton 





• • • • • • • • • • • • •


▌Messages : 977
▌Date d'inscription : 10/06/2012
▌Métier : Agent FBI spécialiste en explosifs// Chef intérim
▌Avatar : Keanu Reeves


MessageSujet: Re: Excusez-moi docteur.... (Gillian) Mer 16 Jan 2013 - 4:33

Ce flot de mots et d'émotions qui sortirent de moi me fit perdre mes repères. J'étais celui qui était fort, celui qui supportait tout. L'homme sur qui à peu près tout le monde pouvait s'appuyer, pas l'espèce de pleurnichard que j'étais là. Dire que j'étais ici pour un rapport que je voulais pas qu'il tombe dans les mains de Lucy, tout ça pour une réaction que j'ai eu et un jeunot qui avait bien tenté de me calmer. L'anneau brillait sur la table mais je n'eus pas le courage de le reprendre. Gillian se montra compatissante mais elle ne savait pas... elle ne pouvait savoir c'était horrible, insoutenable. À chaque fois que j'avais une copine je guettait le moindre moment où elle allait me flanquer à la porte ou l'inverse.

Cependant je ne répondis rien. Je gardai les yeux entre mes mains n'osant plus fixer quoique se soit d'autre. Déjà de le dire m'avait fait ouvrir ma blessure. Je remontai les yeux vers Gillian quand elle me demanda son nom. Je retournai le regard vers son anneau fin et le pris entre mes doigts.

- Julia, elle s'appelait Julia. Elle... elle était parfaite.

Oui parfaite mais un caractère mon ami! La seule qui arrivait à me fait sentir nul quand j'agissais en imbécile. La seule que j'ai aimé à perdre la tête, la seule qui a su voir au-delà de ma carapace que l'on se forge pour notre boulot. Elle était mon univers, mon soleil ma lumière et tout ça a disparut le jour où elle est morte. Je tripotait l'anneau entre mes doigts, elle avait des doigts fins comparé au miens. Ça me tue de ne pas me rappeler ses moindre détails.

- On allait se marier dans les mois à venir, mais je lui ai juré sur ma vie que je l'aimerais toujours. La journée où elle... Elle revenait du médecin et elle a été happé par un chauffard ivre....

Je pinçai les lèvres car je me rappelait ce jour! Une magnifique journée à me la couler douce avec mon partenaire et ce téléphone maudit, la nouvelle et surtout son corps sur la table c'est une vision que beaucoup trop de famille voit. De ce fait je ne les accompagnaient jamais à la morgue. Je remis l'anneau autour de mon cou mais gardai les yeux rivés sur mes mains croisées. Dans mon coeur ça faisait comme une brûlure vive tellement que j'avais envie de me rouler en boule sous le canapé. Je remontai mes yeux noirs vers elle. J'étais oui triste mais surtout reconnaissant et meurtri de déballer ça ici, devant elle que je connaissait à peine.

- Vous savez ce qui est le pire? C'est que depuis quelque mois essayons d'avoir un enfant et à chaque mois elle était tellement déçue de ne pas avoir un bébé. Seulement ce jour-là son rendez-vous...

Je me levai enfonçant les mains dans mes poches et fermant les yeux. Je revoyais le visage du légiste qui m'annonçait la nouvelle, un cou de plus dans mon bonheur envolé. Je revoyais tout clairement, trop clairement pour ne pas m'empêcher à serrer les mâchoires pour contrôler mon envie de hurler à l'injustice de la vie.

- Elle était enceinte... de 8 semaines. Vous vous rendez compte de tout ce que j'ai perdu en une journée? En une journée j'ai perdu la chance d'être un mari et un père. En une journée j'ai perdu le bonheur de ma vie! En une journée je me suis juré de ne pas sombrer dans la folie et de protéger les innocents de menaces.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Excusez-moi docteur.... (Gillian) Mer 6 Fév 2013 - 15:34

[hs : Je suis vraiment vraiment vraiment désolée pour ce retard, j'ai eu beaucoup de travail et pas beaucoup de temps pour répondre à tout le monde...]


Gillian avait devant elle un patient complètement effondré. Il ne s’était jamais remis de la mort de sa femme car tous ses rêves de bonheur étaient partis avec elle. S’ils avaient peiné pendant des années à avoir un enfant, la psychologue se doutait du choc émotionnel qu’avait dû causer cette perte. Elle qui n’avait jamais eu la chance d’être mère, on lui avait brisé le cœur lorsqu’on lui avait enlevé la petite fille qu’elle avait adoptée. Elle savait ce que ça faisait. Julia avait trouvé la mort alors qu’elle était enceinte de quelques semaines, au mauvais endroit, au mauvais moment. C’était un mauvais coup de la fatalité, et comme toujours, ça tombait sur ceux qui n’avaient rien demandé. Il était certain que l’agent Sutton s’en voulait de ne pas avoir été percuté par ce chauffard à sa place. Mais il fallait qu’il traverse se cap pour pouvoir s’en remettre et tourner la page afin de commencer une nouvelle vie.

- C’est vrai que c’est injuste, vous étiez à deux doigts du bonheur et on vous l’a pris. Mais vous torturer l’esprit de la sorte ne vous ramènera pas Julia. Une thérapie pourrait vous aider à tourner la page… Ce ne sera pas facile, c’est sûr, mais seul le temps vous aidera à vous en sortir.[b/]

Jack n’osait plus la regarder. Il avait fini par reprendre l’anneau qu’il avait enlevé et par rattacher le pendentif autour de son cou. Son regard avait repris la dureté qu’arboraient les agents du FBI, celui qu’ils se forçaient à garder face aux horreurs qu’ils affrontaient tous les jours. Gillian savait bien que c’était justement le fait de voir ces horreurs qui leur permettait de tenir, parce qu’ils rendaient justice grâce à ce poste.

[b]- C’est grâce à ce job que vous tenez, n’est-ce pas ? C’est pour elle que vous vous acharnez à sauver des vies et à enfermer les criminels ? Vous n’avez rien à lui prouver, vous savez. Je suis sûre qu’elle était fière de vous de son vivant, elle le sera toujours.


Jack se leva à nouveau et enfonça ses poings serrés dans ses poches. Il était en colère contre lui-même, et s’efforçait d’occuper ses mains pour ne pas céder à un accès de fureur. Il fallait qu’il comprenne qu’il devait tourner la page. Accepter, il ne le pourrait jamais, c’était certain, mais se laisser du temps règlerait en partie son problème. Il avait déjà passé le plus dur en se mettant en couple avec une nouvelle femme, il commençait tout juste à écrire le premier chapitre de sa nouvelle vie.

- Vous n’êtes pas seul, Jack, vos proches peuvent vous soutenir dans cette épreuve et je suis sûre qu’ils feraient des merveilles si vous les laissiez approcher. Et puis, vous avez Lucy…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Jack Sutton 





• • • • • • • • • • • • •


▌Messages : 977
▌Date d'inscription : 10/06/2012
▌Métier : Agent FBI spécialiste en explosifs// Chef intérim
▌Avatar : Keanu Reeves


MessageSujet: Re: Excusez-moi docteur.... (Gillian) Mer 6 Fév 2013 - 23:20

Une thérapie.... ouais c’est bien ce qu'il me fallait au moins pour mon bien à moi et celui des autres. J'étais à deux doigts de finir avec une balle dans le crâne, j’avais perdu Julia à cause d'un accident bête et Nolène parce que je n'en avais fait qu'à ma tête. J'étais vraiment près à être interné ma foi! J'opinai de la tête en me mordant les lèvres, j'en avais pas particulièrement envie mais si ça pouvait me faire arrêter de faire des conneries et de m'emporter pour un rien alors ok je serais près à essayer.

- Mouais je pourrais essayer...

De toute façon qu'est-ce que j'avais à perdre?? C'est dur de demander de l'aide alors que d'habitude c’est moi qui en donnait pas en recevait. Comme je venait de passer mon anneau et que je me levai elle me fit stopper avec sa pensée. Je figeai net les mains dans les poches, les mâchoires serrées et encore cette boule énorme dans ma gorge. Je relevai la tête et expirai longuement. Était-ce pour elle? Pour ma mère? Pour toutes les femmes de ma vie qui ont été meurtrie? Kate, Delphine, ma mère, Julia.... Lucy? Pourquoi je faisais ce job? Oui parce que je l'aimais, oui parce que depuis tout petit je savais que c'était ça que je devais faire. était-ce pour ça que je me montrai si téméraire comme si par ce geste je demandais un pardon de ma belle?

Gillian continua de me parler et je fus surpris de l'entendre me dire de laisser mes proches m'aider. Mes proches?? Mathias était déjà débordé avec sa vie de nouveau papa, Delphine peinait à se remettre sur pied, Kate avait été muté, Dom disparu dans la nature me restait Lucy mais je voulais pas l'embêter avec... Mais attends une minute! Je ne lui ai pas dit que je fréquentait Lucy! Comment elle avait fait?? Je chassai cette pensée pour le moment elle avait toucher un point que je grattait depuis un moment.

- Je fais ce métier parce que je l'aime. Depuis tout petit je sais que je vais être policier. Peut-être parce que ma mère a trimer dur et qu'elle avait ses blessures je sais pas mais... Je sais que je n'ai rien à lui prouver c'est peut-être ma manière à moi de corriger ce que je n'ai pu faire auparavant. Je ne me torture pas le cerveau Gillian c’est que...

C'est que je suis trop bête pour vraiment tourner la page! Trop peur peut-être, trop peur que si je le fais je l'oublie à jamais. Oui je sais c'est con mais c'est peut-être ce qui me poussai à garder une photo d'elle dans mon porte-feuille et son anneau contre mon coeur tel un talisman sacré.

- Il n'y a qu'une chose que j'aurais voulu faire mais si je l'avais fait je serais en prison et pas ici. Alors j'ai foncé pour une formation au FBI. Puis elle serait peut-être fière de moi mais... Elle aurait toujours peur qu'une bombe m'éclate à la figure. dis-je avec un sourire en coin

Je sais que je ne faisais pas un métier normal de 9 à 5 et ça Julia avait été une des rares femmes de ma vie à l'accepter totalement, à accepter qui j'étais et comment j'étais malgr mes bêtises... Lucy aussi non? Elle était là et attendait juste que je m'ouvre à elle. Elle était la seule à comprendre pourquoi j'agissais ainsi, pourquoi je le faisais et combien ce job tenait pour moi,

- Mes proches sont rare Gillian. Ma mère est à Los Angeles refusant catégoriquement de venir en Virginie. Agent Cornes est nouveau papa donc déjà plein les bras, Tant qu'à Lucy... J'ai peur de l'embêter malgré qu'elle sache à peu près tout de moi. D'un côté elle ressemble à Julia... enfin je veux pas les comparer car elles sont différentes mais... enfin elle m'aime pour qui je suis et comment je suis.


Un vague sourire tendre effleura mes lèvres. C'est vrai que je l'aimais et ce depuis mon entrée au FBI. Elle avait cette allure de meneuse et fonceuse mais si on grattait un peu on pouvait sentir sa tendresse et son côté presque maternel avec son équipe. Oui je l'aimais depuis longtemps mais je ne la voyais pas en tant que femme mais plutôt entant que patronne... alors que là c'était bien le contraire.

- Mais j'ai une question pour vous Gillian. Comment savez-vous pour Lucy et moi? Je ne vous ai pas parler d'elle, je n'ai même pas fait mention que j'étais en couple...


Oui bien elle était peut-être experte en détection de mensonges mais moi je restais un policier, un agent en autre mot
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Excusez-moi docteur.... (Gillian) Mer 27 Fév 2013 - 21:01

Jack ne semblait pas convaincu par les effets bénéfiques d’une thérapie, mais à long terme Gillian était sûre qu’il s’en rendrait compte. Il lui parla alors de son métier, des raisons qui l’avaient poussé à choisir cette carrière. C’était une vocation depuis son plus jeune âge, il était sur le chemin de la droiture depuis toujours. Ce n’était pas uniquement pour Julia qu’il le faisait, c’était son destin. Bien sûr, elle l’avait encouragé dans ses choix, elle l’avait porté avec son amour même si elle avait peu pour lui. Cette anecdote le fit d’ailleurs sourire tendrement, c’était bien la preuve qu’il commençait à tourner la page. Si cela n’avait pas été le cas, Gillian aurait surprit une expression de tristesse sur son visage au moment d’en parler. C’était un bon début, contrairement à ce que Jack disait, il n’était pas un cas désespéré. La psychologue décida donc de lui en faire la remarque, le sourire aux lèvres.

- Vous aurez beau dire ce que vous voudrez, Jack, ce que je viens de voir me prouve que vous pouvez vous en sortir. Quoi que vous pensiez, vous avez déjà commencé à tourner la page.

Le jeune homme se sentait seul, persuadé que ses proches ne pouvaient plus rien pour lui. Mais c’était faux, et la psychologue était sûre qu’au fond de lui-même, il le savait déjà. Il tiqua légèrement lorsqu’elle lui parla de Lucy, il posa donc sa question qui fit sourire Gillian. Comment savait-elle qu’ils étaient ensemble ? C’était bien simple…

- Lucy et moi sommes des amies de longue date, elle m’a souvent parlé de vous. Elle désespérait que vous vous intéressiez à elle, et aujourd’hui, vous faites d’elle la femme la plus heureuse du monde. Ça aussi, ça prouve que vous arrivez à avancer à nouveau.

Elle gratifia son nouveau patient d’un sourire encourageant. Elle pensait sincèrement ce qu’elle disait, il ne devait pas avoir peur de sa capacité à surmonter cette douloureuse épreuve. Elle serait là à ses côtés quoi qu’il advienne pour qu’il ne retombe pas dans les filets de la dépression.

- Je crois que vous avez été assez éprouvé pour la journée, Jack. Vous devriez rentre chez vous et vous reposer pour repenser à tout ça à tête reposée. Qu’en dîtes-vous ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Jack Sutton 





• • • • • • • • • • • • •


▌Messages : 977
▌Date d'inscription : 10/06/2012
▌Métier : Agent FBI spécialiste en explosifs// Chef intérim
▌Avatar : Keanu Reeves


MessageSujet: Re: Excusez-moi docteur.... (Gillian) Jeu 28 Fév 2013 - 5:32

- Vous croyez vraiment?

J'étais à la fois surpris mais pleins d'espoir je la suppliais presque de ne pas me raconter de blague car je peinais à m'en sortir avec les tuiles qui me tombaient dessus par moment. Je voulais faire cette thérapie maintenant juste par le brin d'encouragement qu'elle me donnait, la lueur d'espoir qu'elle me faisait entrevoir une mince lueur de ce que pouvais être le bonheur, ou simplement m'ouvrir à celui-ci au lieu d'attendre LA catastrophe qui me fera plonger.

Elle revint en ensuite à la réponse à ma question à savoir comment elle savait pour moi et Lucy. La réponse me stupéfia en fait! Elles étaient copines... à ben génial! Mais le fait que Lucy ai parlé de moi et qu'elle était maintenant heureuse, qu'elle attendait après moi pour que l'on soit ensemble et que là j'en ai fait la femme la plus heureuse de la terre. Un petit sourire fier éclaira mon visage. Moi j'avais réussit ça tout seul! Enfin avec ma volonté aussi quoi.

- Elle... elle vous a dit ça de moi?

En fait je m'en doutait un peu à voir les étoiles dans les yeux de ma douce. Pour une des rare fois dans ma vie je me sentais bien à ma place et avec la bonne personne. Je regardais Gillian reconnaissant de se petit coup de boost. Pourquoi je doutais autant de mes capacités à aimer ou même à séduire? La preuve j'avais une magnifique petite copine et contrairement à se que j'avais cru, mes collègues acceptait bien notre relation. En fait au boulot nous étions "patron/employé" et à la maison les plus amoureux de l'univers

- Vous avez raison je crois que pour le moment j'en ai assez. Je veux bien de cette thérapie après tout je dois... comment vous dites? HA! Oui! M'ouvrir un peu plus et je crois que c'est ce que j'ai besoin. Contactez-moi pour les dispositions.

Je la remerciai une dernière fois et sortit plus léger et souriant qu'à mon entrée et téléphonai à Lucy tout content de savoir qu'elle m'aimait et que je la rendait heureuse. Pour la première fois depuis longtemps je décidai de me laisser aller dans cette relation avec la plus belle et la plus gentille des femmes sur terre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

 Contenu sponsorisé 





• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Excusez-moi docteur.... (Gillian)

Revenir en haut Aller en bas

Excusez-moi docteur.... (Gillian)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» [Murail, Marie-Aude] La fille du docteur Baudoin
» 11e docteur, oui, mais quel compagnon pour la nouvelle série?
» Allo ?.. Docteur Micro ?..
» "Hello tous le monde ! Bonjour docteur Nick ! "
» L'Elixir du Docteur Carter - Paradise Canyon - 1935
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Criminal Minds :: Divers :: RP terminés (ou abandonnés)-