Le forum ferme ses portes après 5 longues années d'existence.
Merci à vous tous de nous avoir suivi et qui sait, à bientôt sur d'autres forums ♥

Partagez|

Après une nuit en Enfer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Après une nuit en Enfer Dim 4 Nov 2012 - 15:21

Les couloirs de l'hôpital sentait le désinfectant et encore autre chose d'impossible à identifier. Gillian détestait cet endroit. Elle emprunta le chemin qu'elle prenait presque tous les jours depuis le début de la semaine : celui qui la menait à la chambre de Sam. Les médecins lui avaient dit que son état s'était stabilisé et qu'il ne resterait pas longtemps en observation. Mais ces quelques jours étaient déjà trop longs pour la psychologue tant elle s'inquiétait pour lui. A chaque fois qu'elle était venue le voir, elle l'avait trouvé endormi dans son lit et toujours aussi pâle. Et elle était restée là, pendant de longues minutes à le regarder dormir. Comme elle sortait trop tard du travail, les heures de visites du soir étaient déjà finies, alors elle passait entre midi et deux. Elle avait demandé à l'infirmière qui s'occupait de son étage de lui dire qu'elle passait tous les jours pour qu'il sache qu'elle était là et qu'elle ne l'avait pas abandonné. Mais le lui avait-elle seulement dit ? La jeune femme en doutait...
Elle pris l'ascenseur et appuya sur le bouton du troisième étage. Ses yeux se perdirent alors dans le reflet que lui renvoyait le miroir. Elle faisait peur. Blême, les traits tirés et le regard fatigué, on aurait dit que c'était elle qui sortait de l'hôpital. Elle se sentait tellement responsable de l'état dans lequel était Sam... La culpabilité la rongeait comme si c'était son propre enfant. Voilà où cela la menait, de s'attacher aussi vite, elle s'en rendait malade. Les portes de l'ascenseur s'ouvrirent et l'arrachèrent à la contemplation de son pitoyable reflet. Elle se ressaisit donc et prit le couloir à sa droite. Elle marcha jusqu'à la chambre de l'adolescent sans croiser personne. Elle prit une grande inspiration avant de frapper quelques coups discrets à la porte et l'ouvrir sans bruit. Elle s'attendait à le voir endormi, encore une fois. Aussi fut-elle surprise de le voir assis dans son lit, bien éveillé. Un énorme poids sur sa poitrine s'envola : c'était la première fois qu'elle le voyait conscient depuis qu'il avait été admis aux urgences. Son visage s'éclaira en croisant le regard de l'adolescent, il lui arracha même un sourire. Soulagée, elle s'approcha de lui et le serra dans ses bras.

- Hey comment ça va ? C'est la première fois que je te trouve réveillé !

Tendrement, elle déposa un baiser sur son front. Puis elle tira le fauteuil qui se trouvait dans l'angle et le rapprocha du lit. Elle prit sa main dans la sienne comme pour le retenir encore auprès d'elle avant qu'on ne le lui prenne. Les yeux ouverts, elle trouvait qu'il avait bien meilleure mine. Il semblait avoir repris des couleurs et des forces. Cela remis du beaume au coeur à Gillian après l'enfer qu'il avait vécu chez elle.

- Les médecins t'ont dit quand est-ce que tu pourras sortir ?

Elle avait évité de dire "rentrer chez toi" puisqu'il n'avait plus nulle part où aller. D'ailleurs la jeune femme avait envie de lui proposer de l'héberger, de rester chez elle autant de temps qu'il voudrait. Mais d'abord, elle voulait s'assurer qu'il allait bien.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Après une nuit en Enfer Mar 6 Nov 2012 - 19:01

Le sommeil était la seule chose que Sam avait besoin. On l'avait placé sous calmant et de ce fait il avait dormit durant plusieurs jours sans relâche. Sam avait rapidement demander si quelqu'un était venue le voir. Une infirmière lui avait parler d'une femme, mais Sam était bien trop fatigué à ce moment là pour penser à Gillian. En même temps il se doutait que cela devrait être elle. L'adolescent dormait tranquillement, un sommeil sans rêve, qui lui faisait un bien fou. Il ne savait pas combien de temps il avait dormit. Il se réveillait parfois le soir, parfois l'après midi, mais rarement le midi et le matin. Il était bien trop fatigué.

A un moment il ne savait pas trop à quelle heure, il reçut une magnifique visite. C'était Gillian qui se trouvait devant lui. Il sourit, car il avait confiance en elle et il savait qu'elle ne l'abandonnerait pas. L'ado remarqua qu'elle avait l'air faible et fatigué, il se sentit légèrement coupable, c'était de sa faute il en était presque sur... Il ne voulait pas pourtant qu'elle le prenne mal car elle était très importante pour lui. Comme une sorte de mère ? Peut être pas, ou peut être que oui, il n'en était pas certain en tout cas. Le jeune brun lui fit :

"Oui je vais bien. Et c'est grâce à toi, si tu ne m'aurais pas emmener ici bah je sais pas si je serrais là."

Oui c'était logique, mais dans le "là" dont il avait parler il parlait de la vie. Il ne savait pas si il aurait survécut dehors sans son aide. Et puis l'acolade qu'elle venait de faire et sa façon d'agir avec lui, lui faisait penser qu'elle avait bien d'autres sentiments pour lui que seulement celui de psychologue à patient. Ses yeux d'or parcourèrent rapidement le visage de Gillian. Il fit une petite grimace et lui dit :

"Tu devrais essayer leur cure franchement ça marche !"

Un petit peu d'humour dans une situation un peu complexe. Sam était ravie et en même temps gêné. Il avait été sauver par une femme qu'il avait menacer et voilà que maintenant cette femme était devenue la personne la plus importante pour lui. Il ne comprenait pas tout. L'adolescent sourit ensuite, et s'assit totalement en tailleur prêt devant elle. Histoire de pouvoir parler de manière plus confortable. On lui avait gentiment lavé le jean qu'il portait le soir de leur rencontre, en revanche le t-shirt était celui du FBI, petit cadeau d'un ami de son père. Sam ne les connaissait pas, mais depuis la mort de son père, il recevait assez souvent des petits objets comme ça, sans pour autant voir les personnes. La femme lui demanda ensuite si il savait quand est-ce qu'il pourrait sortir. Sam grimaça et fit :

"Bah en faite ils attendent qu'une famille vienne me chercher, ou que l'assistance publique me trouve une place dans un foyer. Et c'est surement ce qui va m'arriver, car personne ne voudra adopter un adolescent de 16 ans qui vient de perdre son père de manière aussi brutale...Donc voilà...je vais pas tarder à filer dans un de ces foyer miteux..."

Il avait peur de cette nouvelle aventure, mais en même temps il savait qu'il n'y resterait pas, il partirait, comme il était partie de l'hôpital, il n'aurait pas le choix. Et franchement cette idée ne lui déplaisait pas tant que ça. Vivre sa vie tranquillement dans son coin serait parfait.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Après une nuit en Enfer Jeu 15 Nov 2012 - 22:35

Sam avait l'air heureux de voir Gillian, c'était comme s'ils se connaissaient depuis des lustres. Alors qu'en réalité, cela ne faisait qu'une semaine. Il y avait pourtant quelque chose de fusionnel entre eux, quelque chose qui ne s'expliquait pas. Il la remercia de l'avoir sauvé en l'emmenant à l'hôpital, mais Gillian secoua la tête.

- J'aurais dû réagir plus tôt au lieu d'attendre toute une nuit. Ils t'auraient remis sur pieds plus rapidement.

Elle lui fit un sourire fatigué et lui caressa le visage. C'était rare de voir autant de gratitude dans les yeux d'un gamin de son âge. A cause de ces traumatismes, il n'avait pas grandi comme les autres enfants. Il n'était probablement pas passé par la fameuse crise de l'adolescence et n'arborait pas cet air arrogant qu'avaient tous les autres lycéens. En quelque sorte, ses malheurs avaient eu du bon sur lui, il allait devenir quelqu'un de bien parce qu'il avait connu la douleur. Cela l'attendrissait davantage, elle aimait beaucoup ce môme. Et il lui semblait qu'il l'aimait tout autant. Ils étaient si proches qu'il se permit même une petite blague sur le teint de cadavre qu'avait Gillian. La jeune femme se mit à rire et lui donna une petite tape sur l'épaule.

- Tu as quelque chose à redire sur mon nouveau fond de teint ? Non sérieusement, je sais que je suis à fare peur en ce moment. Mais je retrouverai le sommeil et mes couleurs quand ils te laisseront sortir d'ici.

Le voir plaisanter était rassurant, il semblait avoir repris goût à la vie. Mais très vite, son visage s'assombrit quand la psychologue aborda le sujet de sa sortie. On voulait le mettre en famille d'accueil, et c'était normal puisqu'il était encore mineur. Mais la jeune femme se doutait qu'il s'enfuirait à peine sorti, comme il l'avait fait précédemment quand on l'avait emmené à l'hôpital. Elle ne voulait pas qu'il recommence parce qu'il négligeait trop sa santé. Il avait besoin qu'on s'occupe et qu'on s'inquiète pour lui. C'était exactement ce qu'elle faisait en ce moment. Elle eut subitement envie de lui proposer de venir chez elle. Elle était prête à signer tous les papiers qu'il fallait, elle voulait le sauver et lui offrir l'affection maternelle dont il manquait depuis si longtemps. Elle se rapprocha alors de lui.

- Tu sais, je ne veux pas qu'on t'envoie n'importe où parce que... D'une, je serai extrêmement jalouse. Et...

Elle s'arrêta un instant. Elle ne pouvait pas toujours se dérober par une plaisanterie, il fallait qu'elle prenne sur elle-même et qu'elle le lui dise. D'un côté, elle avait peur qu'il refuse. Elle le comprenait, il avait l'air de tenir à sa liberté. Mais elle avait vraiment peur qu'il se fasse du mal.

- Je ne veux pas qu'il t'arrive quoi que ce soit. Je sais que tu t'enfuiras à la première occasion car tu ne seras pas heureux avec la famille qu'ils vont te choisir. Et je sais aussi que personne ne pourra te retenir, mais... si je fais les démarches nécessaires, est-ce que tu voudrais rester avec moi ?

Bien sûr, Gillian avait cerné son caractère. Elle savait d'emblée comment se comporter avec lui s'il venait à vivre sous son toit. Elle allait devoir réfreiner ses attitudes de maman poule et ne pas montrer son inquiétude pour lui. Mais il était l'enfant qu'elle n'avait jamais eu et elle ne voulait pas le perdre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Après une nuit en Enfer Sam 24 Nov 2012 - 16:26

Sam était heureux de la voir et cela se voyait à son visage, il était plein de vie et tout étincelant. On aurait dit que cet enfant avait la possibilité de revoir une personne de sa famille. Il ne savait pas pourquoi mais cette femme était comme une maman pour lui et il ne voulait pas la quitter ni être loin d'elle. Il se permis une blague, blague à laquelle elle répondit, il sourit, et se dit qu'il pouvait respirer maintenant. Il sourit de nouveau et lui dit pour la rassurer :

" Tu n'as pas à t'inquiéter pour moi, je vais bien tu sais. Et puis j'ai juste fait une sorte de sieste tu sais. Tu devrais te reposer aussi."

Sam se sentait obligé de lui dire ça, comme si elle était sa mère. C'était ce qu'il avait dit à sa mère la fois où ils avaient été malade tout les deux. Elle avait sourit et lui avait passer une main dans ses cheveux. Car oui à l'époque Sam avait des cheveux, du moins un peu plus que là. L'ado papillonna des yeux pour oublier ce souvenir, pas qu'il en voulait pas repenser à sa mère, mais plutôt qu'il ne voulait pas y repenser là tout suite. Par la suite la femme lui parla de sa sortie, et Sam lui expliqua son avenir et ses fuites qui seraient sure et certaines. La femme sembla devenir encore plus inquiète que avant. Elle prit un air grave et sérieux, ce qui fit peur à Sam. Puis elle lui dit qu'elle ne voulait pas qu'on l'envois n'importe où car elle serait jalouse. Sam fronça les sourcils, c'était quoi cette révélation pourrie ! Puis elle lui qu'elle ne voulait pas qu'il ne lui arrive quoi que se soit, mais où voulait-elle en venir ? Sa nouvelle fit un effet coup de poing pour Sam. Il écarquilla les yeux et fit :

"Quoi ?"

Puis ravalant sa salive il fit en pointant ses mains d'abord en avant puis vers lui et enfin vers elle :

"Attend ! Attend ! Tu veux que moi...j'ai vivre chez...toi ? Pour toujours ? Enfin jusqu'à ma majorité ? En gros tu veux..."

Il marqua une pause pour être certain de dire les bons mots :

"Tu veux m'adopter ?"

Oui bon dans un sens c'était bien ça. Il était d'accord mais est-ce qu'il ne lui ferrait pas courir un risque ou un danger. Il fit ensuite l'air un peu inquiet...

"Heu je...je serais d'accord...mais tu prendrais un trop grand risque...Il pourrait s'en prendre à toi..."

Le fait de s'inquiéter pour elle montrait qu'il tenait autant à elle que elle à lui. Et c'était un bon point, il fallait juste lui prouver qu'il ne risquait rien. Du moins pour le moment.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Après une nuit en Enfer Ven 7 Déc 2012 - 9:41

Lorsque Gillian aborda le sujet de l'adoption, les yeux de Sam s'agrandirent de surprise. Puis ce fut de la joie qui apparut sur son visage. C'était sûrement la première fois qu'on lui demandait son avis... Il avait beaucoup de mal à y croire, et c'était compréhensible. Après tout ce qu'il avait vécu, c'était à peine croyable que quelqu'un lui veuille du bien ou s'occuper de lui. Trop beau pour être vrai. L'adolescent semblait avoir confiance en elle et pouvait à peine contenir sa joie. La jeune femme, quant à elle, ressentit un immense soulagement. La réaction de Sam était spontanée, naturelle, la psychologue ne doutait pas que sa proposition avait illuminé sa journée. Comme pour s'assurer que ce n'était pas un rêve, il lui demanda une confirmation. La jeune femme se mit à rire, et lui caressa le visage.

- Oui, toi et moi, pour de vrai ! Enfin, si tu te sens prêt à cohabiter avec une psy !

La perspective d'un avenir commun était vraiment réjouissante, mais un ombre passa sur le visage de Sam. Gillian s'inquiéta, mais il lui dévoila très vite l'objet de ses craintes. On le recherchait et il avait peur pour elle. Certes, elle était la seule qui lui restait à présent et il était normal qu'il aie peur de la perdre elle aussi, mais en tant qu'adulte, c'était à elle de le protéger.

- Sam, tu n'as pas à t'inquiéter pour moi. Je veux que tu sois heureux, peu importe les risques que ça implique pour moi. Si tu te sens menacé, on demandera une protection policière au FBI autour de mon studio. Et si on est victimes d'une attaque surprise...

La jeune femme haussa les épaules en signe d'impuissance.

- Il devra d'abord me passer dessus pour t'avoir, parce que je ne laisserai personne t'approcher.

Gillian sourit à son petit protégé pour le rassurer. Elle se doutait qu'en tant qu'homme, il ne supporterait pas qu'elle risque sa sécurité pour lui. Mais il était encore mineur, c'était une obligation pour Gillian, tant au niveau judiciaire que sentimental. Elle savait qu'il craignait les représailles de Nolan Baker. Il le soupçonnait d'avoir tué son père parce qu'il avait été témoin d'un autre de ses méfaits. La vérité était que le FBI n'avait jamais mis la main sur le meurtrier de Mike Donovan. Mais Baker était tout de même recherché pour d'autres crimes. La psychologue savait qu'elle ne ferait pas le poids s'il défonçait sa porte pour venir chercher Sam. Elle n'avait même pas d'arme cachée dans sa table de chevet... C'était sans doute la raison pour laquelle l'adolescent ne cessait de fuguer : pour éviter que Nolan Baker ne le localise et vienne lui régler son compte. Voilà pourquoi Gill pensait qu'une protection policière ne serait pas de trop autour de chez elle. Elle se promit de la demander à son supérieur, M. Taylor. Elle savait qu'elle pouvait tout lui dire et même lui suggérer la piste Baker pour l'assassinat du père de Sam. Taylor passait tout à la jeune femme, et il céderait également à tous ses caprices si elle en avait envie. Mais Gillian n'était pas le genre de femme à profiter de la situation de la sorte. C'était la première fois qu'elle allait formuler une requête à son supérieur, il lui accorderait bien cela. Elle était la seule femme de l'équipe de psychologues du FBI, la plus jeune aussi. C'était donc tout naturellement que Taylor avait pris la petite dernière du groupe sous son aile, surtout en sachant qu'elle avait travaillé au Pentagone quelques années plus tôt. En somme, elle avait carte banche. Et sachant que cette demande n'était même pas pour elle, elle doutait que Taylor lui dise non.

Subitement, une pensée traversa l'esprit de Gillian. La peur que Sam avait de Baker était-elle la seule raison pour laquelle il avait tenté de la faire renoncer à l'adoption ? Il se pouvait tout à fait qu'il tienne trop à sa liberté pour y renoncer et qu'il ne veuille pas l'avouer à la jeune femme pour ne pas la blesser... Gillian décida donc d'émettre cette hypothèse pour mettre l'adolescent à l'aise et lui montrer qu'il pouvait tout lui dire.

- A moins qu'il n'y ai autre chose qui puisse te faire changer d'avis et dont tu veuille me parler ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Après une nuit en Enfer Ven 7 Déc 2012 - 10:35

Sam était aux anges, il n'en revenait pas que Gillian veuille l'adopter. Pourtant il pensait que avec toutes les conneries qu'il pouvait faire, personne ne voudrait de lui, et puis il avait quand même braqué la femme et elle ne lui en voulait pas. Il était stupéfait de la bonté de cette femme. Il ne savait pas quoi dire, et surtout il n'y croyait pas. Il lui avait demander confirmation et elle lui avait affirmer que tout les deux pourraient vivre ensemble, si lui était d'accord. Il était content, il aurait enfin une vraie vie, une nouvelle vie. Il se demandait si c'était bien de penser ça, alors que son père était mort, ou si au contraire, il devait enfin penser à des choses joyeuses. L'adolescent avait par la suite parler de sa peur. Gillian avait directement répondue qu'elle pouvait toujours demander une surveillance et une protection de la part de la police ou du FBI. Le gamin grimaça un peu c'était ce qu'il appelait être discret. Mais là où il vit rouge c'est lorsqu'elle lui dit que si ce type venait il devrait d'avoir la tuer elle avant de devoir le tuer lui. Il la regarda et fit un non de la tête :

"J'ai déjà vus ce que ce type pouvait faire et je veux pas que ça recommence ! Si il veut me tuer, il me tue moi et il te fou la paix !! Je veux pas que tu meurs !!!"

Et voilà comment Sam était quand on parlait de ce genre de sujet. Il était têtue et partait vite en crise de colère. Il détestait qu'on lui dise ça. Une fois de plus, un policier poster à l'entrée entra pour voir si tout allait bien. Après un signe de tête, Sam regarda Gillian et lui dit plus calmement après que le policier soit repartie :

"Je veux pas qu'il te tue, tu comprends ? Je veux pas perdre encore quelqu'un."

Après sa mère, son père et surement d'autres gens pour qui il était trop jeune pour se souvenir de leurs disparition, Sam ne voulait pas perdre cette femme qui comptait l'adopter. Par la suite, Gillian resta silencieuse,tout comme Sam. Le gamin avait peur qu'elle renonce à l'adopter à cause de ce qu'il avait dit, il s'en voulait d'avoir énoncer sa peur. Mais voilà que pendant qu'il ruminait ses pensées, elle lui demanda si il y avait pas autres choses qui pouvait le faire changer d'avis. Il arqua un sourcil et lui dit :

"Quoi ? Je ne comprend pas ?"

C'était bien la première fois que Sam ne comprenait pas quelque chose. Si ça aurait été un moment plus comique, il aurait surement fallut le noter sur le calendrier. La jeune femme lui expliqua alors le fond de sa pensée et Sam lui dit :

"C'est vrai que je tiens à ma liberté; à bouger quand je veux et tout, mais...mais ce que je veux vraiment c'est sortir d'ici et avoir une vraie vie. Je sais que mon père aurait voulut que je sois avec quelqu'un en qui j'ai confiance et je crois que tu es l'une des personnes en qui j'ai le plus confiance..."

Après cet avoeux, il la fixa de son regard. Il était plus que sérieux et ne comptait pas changer ce qu'il pensait pour rien au monde. L'adolescent voulait rester avec elle. Pas qu'il oublierait son père, non loin de là. Mais il voulait reprendre sa vie, reprendre son rêve, devenir profiler et retrouver le tueur de son père ! Il regarda Gillian et lui dit :

"Est-ce que...est-ce que tu pourras m'emmener chercher quelques affaires chez moi ? Je veux dire...j'ai laisser mes affaires de cours et aussi des affaires personnelles, et je...je voudrais récupérer une photo...de mon père et de ma mère. Enfin si tu es d'accord..."

Sam ne voulait pas s'incruster comme on dit, il ne voulait pas forcer la main de la femme, en lui imposant ses affaires. Bon il n'en avait pas tant que ça. Qu'est-ce qui prenait le plus de place dans sa chambre ? Surement la batterie. Après il avait un lit, une armoire, un bureau avec son PC portable, une commode, une radio de police qu'il avait piquer à son père étant plus jeune, et ça devait bien être les seules meubles qu'il devait prendre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Après une nuit en Enfer Sam 22 Déc 2012 - 16:00

Sam s’inquiétait pour Gillian, et c’était bien normal. Elle reconnut que si elle avait été dans sa situation, elle aurait refusé de vivre avec quiconque pour ne pas mettre la vie d’autrui en danger. Jusque-là, elle n’avait jamais eu à vivre ce genre de choses sur le long terme et quand elle s’était sentie menacée, il y avait toujours eu un homme pour la protéger. Que ce soit son ex-mari, son associé ou l’un de ses patients lorsqu’ils avaient eu à tenter une rencontre risquée dans une prison, une présence masculine avait toujours su la rassurer. Mais là, la situation s’inversait. C’était à elle de protéger Sam, et même si elle n’était qu’un frêle petit bout de femme, c’était sa volonté et elle ne comptait pas trahir sa promesse. Elle était prête à tout pour qu’il ne lui arrive rien, mais cette idée ne plut pas à l’adolescent. La douleur du deuil était encore trop vive pour lui pour concevoir qu’un autre de ses proches risque sa vie pour lui. Il s’emporta, alertant même le policier qui était de garde devant sa chambre. Mais ce dernier vit bien que ce n’était rien de grave, il ne fit que jeter un œil, saluer Gillian d’un mouvement de tête, et reprendre sa place. La jeune femme reporta alors son attention sur son protégé.

- On ne peut pas prévoir ce qui arrivera, Sam. Mais tu ne me perdras pas, je te le promets : quand on a une raison de vivre, on s’y accroche et ça nous permet de surmonter pas mal de choses.

En disant cela, la jeune femme avait relevé son chemisier pour dévoiler la longue cicatrice qui traçait comme une frontière entre les côtes flottantes et sa hanche gauche. Une blessure de guerre, en quelques sortes. Un coup de couteau qui était parti sans prévenir bien des années auparavant. La jeune femme s’en était remise facilement, mais elle ne cachait pas qu’elle avait cru voir sa dernière heure arriver, étendue sur le bitume dans son propre sang. C’était de l’histoire ancienne, bien avant Lightman et le Pentagone, mais cela avait marqué son corps et son esprit à jamais. Machinalement, elle effleura du bout des doigts cette affreuse marque et releva les yeux vers Sam.

- Tu vois, je suis une survivante. Je n’ai pas peur de me battre pour ceux que j’aime, et je n’hésiterai pas une seconde pour toi. Il arrivera ce qui arrivera, tant pis.

Gillian voyait bien que la crainte dans ses yeux n’était pas prête de disparaître, mais elle savait que d’une façon ou d’une autre, elle ne pouvait pas prévoir ce qui allait leur tomber dessus. Ils n’avaient pas le choix. Pour le rassurer, elle l’enlaça avec tendresse, même s’il était clair que cela ne suffirait pas. Il lui avoua alors qu’effectivement, il tenait à sa liberté mais que cela n’empêchait pas qu’il veuille vivre avec elle. La jeune femme trouva cette déclaration vraiment touchante, elle sortait du cœur. Elle l’embrassa alors sur le front avant de se détacher de lui.

- Je te laisserai toute la liberté dont tu as besoin si c’est ce qui te rend heureux. Et tant que tu ne mets pas ta vie en danger, je ne m’immiscerai pas dans tes affaires, promis.

Elle lui adressa un sourire complice, soulagée qu’il ait autant confiance en elle. Il lui parla alors de repasser chez lui pour reprendre quelques affaires. C’était une demande un peu timide, la jeune femme voyait bien qu’il était gêné d’avoir à poser cette question. Mais elle secoua la tête.

- Bien sûr que non, ça ne me dérange pas. Au contraire, tu ne peux pas t’installer quelque part et tourner le dos à ton ancienne vie. Quand tu sortiras d’ici, la première chose qu’on fera sera de retourner chez toi. Tu prendras tout ce que tu voudras, on s’arrangera pour que tout tienne à la maison.

Son studio était un peu petit, elle ne savait pas encore comment elle allait agencer leurs deux vies, mais c’était faisable. Quand on veut, on peut. Et ça allait fonctionner à merveille, elle en était sûre. Evidemment, cela faisait longtemps qu’elle n’avait pas eu de compagnie dans ce studio, mais son petit protégé allait combler cet immense vide qu’elle avait dans le cœur depuis qu’on lui avait enlevé Sophie. C’était le début d’une nouvelle ère, pour lui comme pour elle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Après une nuit en Enfer Mar 8 Jan 2013 - 20:26

SAm avait peur. Se dire que cette femme pouvait risquer à tout temps de se faire tuer par l'homme que l'adolescent avait provoquer était une réelle torture. Il ne savait pas quoi dire. Son coeur était perdue dans une grande bataille. Une sorte de dilemme intérieur, entre vivre heureux avec elle, et donc la mettre en danger, ou refuser et regretter l'amour de cette femme à son égard jusqu'à sa majorité...et peut être même plus. Sam détestait ressentir ce genre de dilemme. Au final l'adolescent avait accepter mais il avait rebrousser chemin en lui expliquant sa peur. Elle lui expliqua que quand on aimait quelqu'un on ne se laissait pas marcher sur les pieds, on donnait tout ce qu'on avait pour la sauver et pour la protéger. Elle lui dit également qu'elle donnerait sa vie pour le sauver lui. C'était justement ce qu'il en voulait pas. Il la regarda et lui dit dans un murmure en baissant les yeux pour regarder ses mains se grisper sur les draps et se serrer si fort qu'il en tremblait d'avance :

"Je ne veux pas que tu risques ta vie pour moi...je ne le mérite pas...mon père est mort comme ça..."

Mais il devait avouer que Gillian était forte pour amadouer les gens. D'un regard Sam comprit qu'il ne pourrait rien faire contre elle. Qu'elle finirait par avoir le dernier mot et que la condition pour qu'il vienne avec elle serait d'accepter le faite qu'elle donnerait sa vie pour lui la sauver à lui. Elle l'aimait comme on aime un enfant, ou son fils, et ça cela faisait bien longtemps qu'il n'avait pas sentit se sentiment. Bien que son père l'aimait, ce n'était pas le contraire hein, mais c'était pas le même amour, son père ne lui disait jamais "je t'aime"' par exemple, c'était trop féminin selon lui, mais Sam aurait aimer l'entendre de la bouche de son père pourtant. Par la suite Sam avait finit par accepter et donc par se résigner, il était bien trop malheureux pour se battre contre cette nouvelle et pour imposer ses principes. Et puis si ça devenait dangereux il pourrait toujours faire une fugue pour la sauver, si cela pouvait la sauver.

Enfin Sam eut une dernière hésitation, voudrait-elle bien qu'il prenne ses affaires ? Il lui demanda après avoir tourner et tourner encore sa question dans sa tête pendant des lustres. Elle lui dit que oui, elle l'aiderait à prendre ses affaires. Ouff il pourrait enfin retrouver un peu de sa vie. Il sourit et se mit à faire rapidement le trie dans ce qu'il avait et ce qui lui manquait le plus : son PC, sa batterie, mais elle il songea qu'il la prendrait que si Gillian avait de la place bien évidemment, puis ses photos, et la chose qui le surprit le plus, la tasse de son père. C'était pourtant une tasse totalement banale, blanche avec juste le logo du FBI dessus. Mais pour Sam c'était une tasse importante, elle était à son père, tout les matins il avait but un café dedans, il avait regarder son fils grandir en ayant but ses gorgées dedans, il avait vus son fils pour le dernier matin de sa vie en buvant son dernier café de sa vie. C'était son souvenir le plus important et la chose qu'il voulait absolument. Il fit un hochement de tête à Gillian et se détendit enfin. Puis soupirant, il lui dit en redressant enfin son regard chocolat vers elle :

"On part quand alors ?"

Il avait envie de partir mais c'était surtout pour ne plus sentir l'odeur du chlore, du sang, pour ne plus avoir cette sensation de croiser des fantômes dans les couloirs, pour ne plus entendre les cris des blessés ou des membres de la famille en deuil. Sam décroisa ses jambes et espérait pouvoir partir maintenant, mais ce coup-ci c'était à Gillian de répondre, ou du moins de demander au médecin si Sam pouvait partir, il était vrai qu'il était en bien meilleur forme que lorsque Gillian l'avait emmener ici et qu'il n'avait montrer aucune résistance aux médicaments, ou même qu'il n'avait pas chercher à s'enfuir, comme avant. Mais en revanche, il refusait de voir la psy enfantine qui était dans le service, là il trouvait toujours une excuse pour retarder le rendez vous et quand il y allait il restait silencieux ou alors jouait avec les crayons de la femme. Il fit ensuite à Gillian :

"Je suis prêt pour partir maintenant, je veux plus être ici. J'ai...j'ai l'impression d'entendre des voies et ça me rend dingues. Je voudrais vivre tranquillement moi aussi maintenant. "

Et puis il y avait Brooklyn. Cette adolescente qu'il avait rencontrer, lors de sa dernière fugue de l'hôpital, d'ailleurs il avait bien faillir se faire violer en voulant défendre la jeune fille, mais personne ne savait exactement ce qui s'était passer, car Sam disait une version et voulait que tout le monde croit qu'il avait tuer le type pour protéger Brooklyn, alors que c'était elle, pour le protéger lui. Mais jugeant qu'elle était trop fragile pour supporter ça, il voulait la protéger. Gillian avait eut vent de ça, mais sans réellement en entendre parler. Et puis Sam était poursuivit, mais ça sans le savoir, par un autre malade. Un violeur qui était également un patient de Gillian, mais aucun des deux protagonistes ne le savaient...La suite de la vie de Sam promettait d'être Rock'N Roll.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Après une nuit en Enfer Mer 16 Jan 2013 - 10:12

Un mélange d’espoir et d’inquiétude trônait dans les yeux de Sam, et la jeune femme pouvait clairement le comprendre. Trouver enfin le bonheur et mettre un être cher en danger était un compromis trop difficile, une décision trop dure à prendre. L’adolescent n’en dit pas plus, mais il n’en pensait pas moins. Peut-être se résignait-il à oublier les risques pour croire en un avenir meilleur avec Gillian… La psychologue y croyait, en tout cas, et elle comptait lui offrir une vie plus paisible. Elle pensait sincèrement que sa demande d’adoption serait acceptée même si elle vivait seule. Comme elle travaillait pour le FBI maintenant, la procédure serait probablement accélérée si elle était considérée comme un agent fédéral. La jeune femme se dit également que comme sa première demande avait abouti (même si la mère biologique lui avait repris le bébé), la seconde serait plus facile. Et cette fois, personne ne lui enlèverait Sam. Le souvenir de la menace que représentait Nolan Baker l’effleura un instant, mais elle le chassa rapidement. Elle n’aurait qu’à demander à Taylor une protection policière discrète… Sam lui demanda alors quand est-ce qu’elle pourrait l’emmener. Gillian haussa les épaules.

- Je ne sais pas quand les médecins voudront bien te laisser partir… Mais il faut aussi que ma demande d’adoption soit acceptée. Normalement, il n’y a pas de raison qu’elle soit rejetée, surtout si tu en fais la demande écrite. Et si ça ne passe pas, le FBI fera passer ça pour une mise sous protection d’agent fédéral.

Gill n’espérait pas en arriver là, mais dans le pire des cas, Sam était presque majeur. Il n’aurait que quelques années à tenir avec ce stratagème... Une infirmière frappa alors à la porte de la chambre. Elle s’excusa de les interrompre et annonça qu’elle devait emmener l’adolescent passer une série de tests. Gillian hocha la tête et se tourna vers Sam.

- Je vais vous laisser alors.

La jeune femme serra Sam dans ses bras avec tendresse et déposa un baiser sur son front.

- La prochaine fois que je reviens, c’est avec les papiers d’adoption, je te le promets.

Elle se détacha de lui avec un sourire confiant. Même si elle n’aimait pas le laisser seul dans cet hôpital, mais elle savait qu’ils seraient bientôt réunis. Et de toute façon, elle n’avait pas le choix. D’un geste maternel, elle lui caressa doucement la joue.

- En attendant, fais attention à toi et prends bien les médicaments qu’ils te donnent. Je t’aime.

Sur ces mots tendres, elle le laissa avec l’infirmière et quitta l’établissement. Elle avait des coups de fil à passer à son patron au FBI maintenant…
Revenir en haut Aller en bas

 Contenu sponsorisé 





• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Après une nuit en Enfer

Revenir en haut Aller en bas

Après une nuit en Enfer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Une Nuit En Enfer 2
» Une Nuit en enfer 3 : la fille du bourreau
» Une nuit en enfer
» Une Nuit en Enfer : 20/11/12
» [BLURAY] Une Nuit En Enfer arrive en Bluray le 20 novembre !
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Criminal Minds :: Divers :: RP terminés (ou abandonnés)-