Le forum ferme ses portes après 5 longues années d'existence.
Merci à vous tous de nous avoir suivi et qui sait, à bientôt sur d'autres forums ♥

Partagez|

Les fragments du passé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Les fragments du passé Sam 3 Nov 2012 - 16:30

Il était dix heures du matin, Gillian avait pris sa journée parce qu'elle avait été obligée d'en passer avant la fin de l'année sinon ses congés passaient à l'as. Dommage de laisser passer ça... Ce matin-là, elle avait failli se tromper de destinataire en envoyant un texto. Son doigt avait rippé et le téléphone avait automatiquement sélectionné le numéro de Delphine Moore. La psychologue s'était arrêtée à temps avant de l'envoyer et était restée pensive en se remémorant les moments passé avec cette jeune femme. Il s'agissait d'une ancienne patiente de Gillian, cela datait de l'époque où elle travaillait à temps partiel pour le Pentagone. L'autre moitié de son emploi du temps était reservée aux consultations privées qu'elle faisait dans son propre cabinet. Elle avait reçu Delphine alors qu'elle n'était qu'une enfant, et elle, une toute jeune psychologue. Son amour pour les enfants la poussait toujours à s'attacher à eux, surtout lorsqu'elle les recevait en thérapie... et Delphine n'avait pas échappé à la règle. Cela faisait des années qu'elle ne l'avait pas revue, elles échangeaient seulement des mails et quelques textos de temps en temps. Juste assez pour ne pas s'oublier et se souhaiter la bonne année chaque premier Janvier. Elle se doutait que Delphine était devenue une jolie jeune femme. Gillian savait qu'elle travaillait dans une crèche à Quantico et l'envie la prit de revoir son ancienne patiente. Elle n'avait rien prévu de la journée, c'était l'occasion d'aller prendre des nouvelles de la petite fille qu'elle avait soignée.

Elle l'avait connue lorsqu'elle avait perdu ses parents et qu'elle avait été séparée de sa soeur. C'était une petite fille introvertie, qui avait peur de dévoiler ce qu'elle ressentait et qui n'avait personne à qui se confier. Gillian avait pris le temps nécessaire pour se rapprocher d'elle et lui faire comprendre qu'elle était de son côté. Pendant les toutes premières séances, Delphine n'avait pas ouvert la bouche. Elle était restée assise sur le canapé de la psychologue, à caresser les cheveux de la poupée que la jeune femme lui avait prêtée. Et puis un jour, sans prévenir, elle lui avait adressé ses premières paroles. Gillian s'en souviendrait toujours, elle lui avait dit qu'elle ne voulait pas parler de ce qui était arrivé à ses parents. La psychologue lui avait répondu que ce n'était pas grave, qu'elle pouvait parler de toute autre chose. La petite fille avait donc commencé à évoquer ses journées d'écoles, à lui parler de ses amies, et de fil en aiguille, la psychologue l'avait menée au sujet tant redouté. Mais après lui avoir parlé de tout et de rien, la fillette s'était mise en confiance avec elle. Et elle s'était ouverte à elle, s'était attachée à la thérapeute. Cette époque lui manquait, et l'envie de voir son ancienne patiente heureuse et en bonne santé la tiraillait.

Gillian mit donc sa veste en cuir sur ses épaules et sortit de chez elle. Elle monta dans sa voiture qui était garée à quelques mètres à peine et démarra. De mémoire, elle situait à peu près la crèche à moins de vingt minutes de chez elle. La circulation relativement fluide du matin l'y mena assez rapidement car les embouteillages n'encombraient les routes qu'entre sept heures et huit heures et demi le matin. Elle tourna un petit moment dans les rues avant de trouver une place de parking. C'était un peu éloigné de la crèche car elle n'avait rien trouvé de plus proche, mais marcher un peu ne la dérangeait pas. Lorsqu'elle poussa les portes du centre, elle eut un petit pincement au coeur. Et si Delphine ne la reconnaissait pas ? Et si elle ne voulait pas se rappeler des durs moments de son enfance ? Des tonnes de questions inutiles tournaient dans la tête de la jeune femme. Mais une petite voix dans sa tête lui disait que si elle avait vraiment voulu couper les ponts, elle ne lui aurait pas envoyé tous ces messages des années après sa thérapie. A l'accueil, une employée vit que c'était la première fois que Gillian mettait les pieds dans cette crèche. Elle s'approcha d'elle et lui demanda en quoi elle pouvait lui être utile.

- Je cherche Delphine Moore, je suis... une connaissance.

Elle préféra éviter de dire "sa psychologue" parce que ce mot avait un aspect négatif pour la plupart des gens. Mais la femme ne prêta pas attention à sa gêne occasionnée, elle hocha la tête et l'invita à la suivre. Elle poussa une porte et entra dans une pièce où jouaient une dizaine d'enfants en bas âge. Le regard de la psychologue resta figé sur un petit garçon brun, toute attendrie. Les enfants étaient sa faiblesse, c'était bien pour cela qu'elle était ici ce jour-là. L'employée qui l'avait accueillie se dirigea vers une jeune femme brune et lui désigna Gillian. Elle tourna la tête vers la psychologue et pendant une fraction de seconde, son regard s'éclaira. Elle l'avait reconnue. Sans s'en apercevoir, Gillian avait retenu son souffle. Mais quand leur regard se croisèrent, un sourire se dessina sur les lèvres du docteur Foster et sa respiration reprit son cours normal. Le passé refit surface. Cela faisait si longtemps...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Delphine Moore Emia 
Special Agent (SA)




• • • • • • • • • • • • •


▌Messages : 2814
▌Date d'inscription : 21/04/2012
▌Métier : Employée dans une crèche mais rêve de montée sa propre crèche pour échapper à la violence de son actuel patronne.
▌Avatar : Selena Gomez - Bazzart © (Kit) & Sevnol © (Gif profil)


MessageSujet: Re: Les fragments du passé Mar 6 Nov 2012 - 1:35

Delphine est quelqu'un de très timide et reservée alors le fait de ce confier a une psychologue a été une étape très longue dans la vie de la jeune femme mais ça l'a beaucoup aidé. En même temps la jeune brune n'avait pas eu une enfance facile du tout, entre la perte de ses parents il y a 10 ans, la séparation avec sa soeur à la même époque, être élévée par une famille de cinglés, ce n'est pas toujours marrant pour une petite fille qui essaie de s'en sortir et de trouver sa place dans la société de nos jours. C'est grace à sa maitresse d'école que Delphine a réussi a aller voir une psychologue. C'est une femme charmante mais en même temps quand on a toujours pris l'habitude de tout gardé pour soit, se confier a quelqu'un qu'on ne connait pas est toujours compliqué. Pendant les premiers séances, Delphine ne dit rien , elle ne la regardait même pas, restait fixée sur la poupée qu'elle lui avait prétée et lui caressait les cheveux. Mais avec le temps elle a commencer a ouvrir la bouche et les premiers mots qu'elle a dit était les suivants : "Je ne veux pas parlé de ce qui est arrivé a mes parents". Elle risquait de se renfermer sur elle même si elle en parlait directement d'ailleurs. Mais plus les scéances passaient et plus la jeune fille se dévoila a Gillian. Mais maintenant le temps est passée, il est vrai qu'elle garde souvent contact avec Gillian elles s'envoient souvent des SMS. En faite rien que de parler avec elle lui fit du bien alors elle le faisait souvent car avec sa mère, celle de la famille d'accueil, ça se passait très très mal. Bon même si maintenant a cause du travail, elle se parle moins, elle n'oublie jamais de se souhaite la bonne année chaque premier janvier bien evidement. Cela faisait plusieurs années qu'elles ne c'étaient pas vu et ça manquait un peu à Delphine d'ailleurs.

6h du matin, le réveil sonna et oui il faut bien aller bosser pour gagner sa vie. La jeune brune n'avait aucun mal a se lever le matin car elle aimait son travail, même si elle détestait sa patronne qui l'avait quand même conduise a l'hopital, elle adorait ses collègues et les enfants qu'elles gardaient. Elle le leva donc toute souriant et mis même de la musique en prenant son petit dej. Elle allait beaucoup mieux que depuis quelques jours. En effet quand on a failli mourrir d'un arret cardiaque, ça nous remet en question et on profite un peu plus de la vie en même temps. Elle dansa dans son salon avant d'aller prendre une bonne douche laissant la musique allumer et chantant en se savonnant. Une fois sortit, elle se secha et lissa les cheveux toujours d'aussi bonne humeur et fini par aller s'habiller. Elle resta un bon quart d'heure devant sa garde robe pour trouver ce qu'elle allait mettre aujourd'hui. La première tenue qu'elle sorti ne lui plaisait pas, la deuxième non, la troisième n'en parlons pas. Elle finit par sortir une robe blanche avec de la dentelle au niveaux de la poitrine et elle mit avec sa une ceinture marron qui etait beaucoup plus décorative qu'autre chose. Elle se tappait une choregraphe toute seule dans sa chambre en train de s'habiller. Elle attrapa le collier avec le pendentif appartenant a sa défunte mère, le bracelet qui avait appartenu a sa soeur jumelle et mit la bague que lui avait offert Kylian peut de tems avant. Une fois tout ça mit, elle allait se maquiller un peu et se parfumer avant d'aller mettre ses chaussures, de belles petites bottines montantes marrons. Elle regarda l'heure : 7h14, elle se décida donc de partir pour eviter d'avoir trop de bouchons sur la route. Elle éteignit la musique et pris sa veste en cuir noir, son sac a main et ses clés de maison et de voiture.

Le trajet était plutôt fluide pour cet heure et elle arriva assez rapidement a son lieu de travaille. Elle entra et alla déposer sa veste et son sac a main dans le vestiaires pour être beaucoup plus disposer a travailler. Déjà les premiers enfants arrivèrent, Delphine adorait les enfants et adorait donc passer son temps avec eux. Aujourd'hui elle en avait 6 en charge avec une collègue qui s'occuaient des plus grands. Delphine se retrouva donc avec une petite brune de 4 mois, un petit blondinet de 6 mois et un petit brun d'1ans et demi a surveiller. Se n'était pas difficile pour la jeune femme qui arriveait très bien a géré tout ça même si elle sort de l'hopital depuis peu. Delphine avait enmener les enfants jouer dans une salles prévu a cette effet et elle regardait les deux garçons jouer entre eux pendant qu'elle gardait la petite dans ses bras, celle-ci jouait avec les cheveux de Delphine alors qu'elle avait également des jouer pour jouer avec. Elle se mit debout pour se rapprocher de ceux qu'elle gardait car sa collègues arrivea avec les siens et les plus grands que Delphine devait gardait. Elle restait donc debout, la petite dans les bras en souriant voyant les deux garçon jouer sagement ensemble.

Mais dans les alentours de 10h, Une des collègues de Delphine est venu la prévenir de la présence d'une femme qui serait venue la voir. Delphine se retourna et vit Gillian. Son regard s'éclaira et elle se mit directement a sourire. Elle demanda a sa collègue de surveiller les deux petits garçon alors qu'elle gardait la petite de 4 mois dans les bras qui commençait a s'endormir. Elle ne lacha plus Gillian du regard et toute souriante, elle fini par s'avancer près d'elle et une fois a sa hauteur, elle lui fit la bise. Elle était si heureuse de la revoir, depuis le temps qu'elle attendait ce moment.

Oh Gillian, ça fais longtemps ! Je suis heureuse de te voir ici depuis le temps que je me dit que j'aurais put te rendre une petite visite mais avec mon boulot j'ai pas eu vraiment le temps. Comment vas-tu depuis la dernière discutions que nous avions eut ?

Elle ne perdue pas son sourire et son regard restait planter dans celui de Gillian. Elle finit ensuite par regarder la petite qui dormait paisiblement tenant son doudou d'une main et une mèche de cheveux de Delphine dans l'autre. Lajeune brune souria en voyant la petite puis regarda de nouveau Gillian en commençant à repenser a tout les moments qu'elle a passer avec elle.


Il y a toujours un moment où le chemin bifurque. Chacun prend une direction différente en pensant que les chemins finiront par se rejoindre. Ce n'est pas grave, on est fait l'un pour l'autre, notre fin nous réunira. Mais à la fin n'arrive un putain d'hiver. ▵ ©️endlesslove.
hope isn't a dream but a way from of making dreams become reality ▵
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://one-tree-hill-oth.fr1.co/
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Les fragments du passé Lun 12 Nov 2012 - 13:54

Gillian était heureuse d’avoir retrouvé Delphine. Elle ne pouvait détacher son regard de son visage tant elle avait changé. Elle était devenue une très belle jeune femme, mais elle avait gardé cette même lueur pétillante dans les yeux. L’enfant qu’elle avait reçu en thérapie n’était plus, mais on la retrouvait de temps en temps dans certaines de ses expressions. Après tout le temps passé à l’observer quand elle était petite, ses traits étaient restés gravés dans la mémoire de Gillian. Elle s’approcha pour l’embrasser, un enfant dans les bras. Le regard de la psychologue s’attarda sur le bébé puis revint sur son ancienne patiente. Cette dernière s’excusa de ne pas avoir pu lui rendre visite depuis tout ce temps, mais Gillian secoua la tête.

- Salut ma belle ! Ne t’en fais pas, on est tous débordés et les choses les plus importantes passent en priorité. Et puis, quand on sort d’une thérapie, on a surtout envie d’oublier le mauvais souvenir de son psy !

La jeune femme lui fit un clin d’œil pour souligner sa touche d’humour. Elle savait bien que ce n’était pas le cas pour Delphine, mais elles avaient vécu tellement de choses ensemble qu’elle pouvait se le permettre. Elle non plus n’avait pas touché terre depuis qu’elle s’était associée à Lightman, et encore moins depuis le FBI. Et puis elle n’était pas vraiment dans son assiette depuis que Sam avait fait irruption dans sa vie et qu’il avait fini à l’hôpital. Quand Delphine lui demanda comment elle allait, elle esquissa un petit sourire amer. La vérité était qu’elle était exténuée émotionnellement à cause de ce qui était arrivé à son petit protégé.

- Un peu fatiguée en ce moment, je traverse une passe difficile avec certains patients. Mais c’est normal, je travaille pour le FBI maintenant, je vais devoir m’y faire.

Et oui, on ne pouvait pas avoir le beurre et l’argent du beurre. Mais c’était tout de même passionnant pour elle, elle ne pouvait pas s’en plaindre. Elle sourit à Delphine pour ne pas qu’elle s’inquiète inutilement et lui retourna la question.

- Et toi, comment ça va ? Ton métier a l’air de te rendre heureuse, ça fait plaisir à voir.

Ca, elle l’avait lu sur son visage. Mais dans le ‘’comment ça va’’, elle voulait surtout dire ‘’psychologiquement’’. Cela s’entendait dans son intonation, c’était la même qu’elle utilisait du temps de leur thérapie. Cette question n’admettait aucun mensonge, et Delphine y avait toujours répondu avec sincérité car elle savait que Gillian était là pour l’aider et qu’elle se souciait réellement de son état du jour. La petite fille qu’elle avait été était très douce et attentionnée, cela n’étonnait pas Gillian qu’elle ait choisi de s’occuper d’enfants dans une crèche. C’était tout à fait elle, elle aimait prendre soin des autres. Les deux femmes s’étaient bien trouvées, en fin de compte.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Delphine Moore Emia 
Special Agent (SA)




• • • • • • • • • • • • •


▌Messages : 2814
▌Date d'inscription : 21/04/2012
▌Métier : Employée dans une crèche mais rêve de montée sa propre crèche pour échapper à la violence de son actuel patronne.
▌Avatar : Selena Gomez - Bazzart © (Kit) & Sevnol © (Gif profil)


MessageSujet: Re: Les fragments du passé Dim 25 Nov 2012 - 16:15

Delphine était restée debout sans rien faire, juste a la regarder dans les yeux en souriant. Pleins de souvenir lui revenait a l'esprit et pas que les bons moments. Mais le fait de la revoir la fit sourire. Mais pourquoi elle était venu là ? Y avait-il un problème ? Delphine s'approcha doucement de Gillian après avoir demander a sa collègue de surveiller les petits. Mais malgré ça, elle garda dans ses bras la petite brune dans ses bras qui commençait a s'endormir en serrant dans une de ses petites mains son doudou et dans l'autre, une mèche brune de Delphine. Elle était maintenant a la hauteur de Gillian et lui sourit en lui faisant la bise. Elles ne s'étaient pas vu depuis un certains temps et Delphine s'en excusa. La jeune brune sourit en voyant le regard de sa psychologue se poser sur la petite fille. C'est a ce moment là, qu'elle remarqua que la petite c'était endormie dans ses bras. Delphine ne bougea donc pas pour pas la réveiler car quand un bébé commence a peine a s'endormir, il a le sommeil très léger. Elle releva la tête vers sa psychologue en lui souriant et en l'écoutant parler. Elle perdu son sourire en entendant la fin de sa phrase mais en voyant le clin d'oeil de celle-ci elle comprit que c'était de l'humour.

Tu sais très bien que je ne suis pas comme ça Gillian, c'est grace a toi que j'ai réussi a m'en sortir et a surmonter toute les épreuves que j'ai put avoir sur mon chemin quand j'étais plus jeune. Que se soit le deuil de mes parents, la situation difficile que j'avais avec ma famille d'accueil et le regard des autres qui me faisait peur. Et ça je n'oublierais jamais. Alors ne dit pas ça Gillian. Oui je sais que tu vas me dire que c'était pour plaisanter mais j'avais envie de te montrer ma reconnaissance pour tous ce que tu as fais pour moi.

Elle lui sourit et étant caline, elle se blotti dans les bras de sa psychologue doucement pour pas réveiller la petite qu'elle avait dans les bras. Mais elle resta que quelques secondes contre elle car elle avait quand même peur du regard des autres, même si autour il n'y avait que des enfants et ses collègues de travail. Delphine lui demanda donc comment elle allait et la réponse qu'elle eut la surpris, elle ne savait pas qu'elle travaillait pour le FBI maintenant et elle lui sourit.

Oh mais c'est super ça mais ça doit faire quand même un sacré changement quand même non ? Mais te connaissant je suis sur que tu vas t'en sortir comme d'habitude et que tu aideras encore pleins de personnes.

Oui ça se voyait qu'elle était fatiguée et elle aurait préférée qu'elle se repose au lieu de venir la voir mais si elle ne serait pas venu, elle n'aurait pas eu l'occasion de la revoir. Elle ne savait pas ce qu'elle endurait en ce moment dans son travail et si elle n'avait pas envie d'en parler, elle ne la forcerais pas, et puis c'est pas le rôle de Delphine d'ailleurs. Quand Gillian lui retourna la question, le visage de Delphine s'assombrit. Elle n'allait pas lui mentir mais elle n'allait pas parler de ça devant des enfants qui on l'age de parler et de répéter ça a leur parents.

Je... euh.. viens on va parler de ça plus loin, j'ai pas envie que les petits entendent...

Elle avança doucement vers l'extérieur de la pièce avec la petite collée contre elle et Gillian qui devait la suivre. Elle referma la porte derière elle et alla s'asseoir sur un canapé non loin de là. Elle invita Gillian a s'asseoir près d'elle. Oui vous aller dire, elle ne veut pas que les enfants entendent alors qu'elle a garder un enfant dans les bras. Et bien elle a eu un attachement pour cette petite qu'elle avait du mal a s'en séparer et puis elle dormait et ne parlait pas, elle ne pouvait pas répétée, n'est ce pas ?

Oui mon travail me rend heureuse, enfin c'est m'occuper d'enfant qui me rend heureuse. Sinon venir travailler ici, avec une patronne comme celle-là c'est dure. Comment je vais ? Je garde la tête froide même si au fond de moi ça va pas...

Delphine regarda par terre et soupira. Elle caressa doucement les cheveux de la petite qu'elle avait allongée sur elle.

(HRP : Désoler du retard et j'espère que ma réponse te conviendras sinon je modifie ce que tu veux Smile)


Il y a toujours un moment où le chemin bifurque. Chacun prend une direction différente en pensant que les chemins finiront par se rejoindre. Ce n'est pas grave, on est fait l'un pour l'autre, notre fin nous réunira. Mais à la fin n'arrive un putain d'hiver. ▵ ©️endlesslove.
hope isn't a dream but a way from of making dreams become reality ▵
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://one-tree-hill-oth.fr1.co/
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Les fragments du passé Lun 10 Déc 2012 - 15:37

Gillian n'avait pas voulu s'étendre sur ses problèmes avec Sam pour ne pas inquiéter Delphine. Elle avait sûrement d'autres préoccupations et d'autres choses à faire que d'écouter les lamentations de sa psy. C'était le monde à l'envers... La jeune femme l'écouta plutôt parler de son métier. Depuis toujours, elle avait su que Delphine passerait sa vie à s'occuper des autres, veiller sur les plus faibles. C'était donc sans étonnement qu'elle avait appris qu'elle travaillait dans une crèche. En thérapie, la jeune femme avait vu très tôt que la petite avait besoin de recevoir et de donner beaucoup de tendresse. D'ailleurs ce jour-là encore, Delphine démontra son affection à sa psychologue, ainsi que sa reconnaissance en l'enlaçant. Gillian n'en fut pas surprise : de nombreuses fois, la petite fille avait fini la séance en pleurant dans ses bras, ou avait préféré se blottir contre elle plutôt que de parler. Mais contrairement aux fois précédentes, son ancienne patiente se dégagea rapidement. Gillian ne posa pas de questions, elle savait bien que le regard des autres était un poids pour elle. La jeune femme ne lui en tint donc pas rigueur.

Lorsqu'elle lui parla d'épanouissement, sa patiente se rembrunit. Jusqu'ici, un sourire radieux avait illuminé son visage parce qu'elle avait retrouvé Gillian et qu'elle était dans son élément : entourée d'enfants, un bébé dans les bras. Elle l'invita à sortir de la pièce avec elle pour parler. Elle voulait que personne ne puisse l'entendre, elle avait besoin de parler seule avec sa psychologue, comme au bon vieux temps. Gillian la suivit donc et s'installa à ses côtés, légèrement inquiète. Elle connaissait trop bien cette expression de contrariété sur le visage de Delphine, et cela ne lui plaisait pas du tout. Cela lui rappelait les longues années de thérapie passées à se battre contre ses démons.

- Qu'est-ce qui se passe, ma belle ?

Gillian caressa doucement la main libre de Delphine. L’autre soutenant le bébé endormi, elle ne voulut pas troubler son sommeil si léger. Ce que la psychologue voyait était vraiment très représentatif de sa patiente. Même si à l’intérieur c’était la tempête, pas une vague à la surface : Delphine restait calme et sereine en apparence. C’était d’ailleurs pour cela que la petite fille avait réussi à s’endormir contre elle. Elle avait réussi à se forger une carapace après tout ce qu’elle avait enduré. Elle avait vécu la perte complète de sa famille et s’était retrouvée livrée à elle-même face à ceux qui l’avaient adoptée. En fin de compte, tous les enfants perdus de Gillian se ressemblaient. Lili, Marwan, Sam, tous avaient la même histoire que Delphine même si les traumatismes subis variaient. La jeune femme les identifiait comme l’enfant qu’elle avait perdu, et certains d’entre eux la considéraient comme une deuxième maman. Elle avait toujours été là pour eux, même lorsque leur thérapie se terminait. La preuve : elle était revenue vers Delphine et lui accordait toute son attention en ce moment-même.

D’un geste maternel, Gillian écarta une mèche de cheveux qui était tombé sur le visage de sa protégée et l’encouragea à se confier.

- Allez, raconte tout à ta psy préférée.

Le ton de la jeune femme était ironique, mais au fond, elles étaient revenues dix ans en arrière. Un canapé une petite fille malheureuse, une psychologue. Seule manquait la tranquillité de son bureau et l’odeur des bougies parfumées qu’elle y brûlait. Gillian avait du mal à agir différemment entre sa vie personnelle et professionnelle car c’était sa nature. Elle ne pouvait pas faire autrement. Elle s’attachait à ses patients et écoutait ses proches avec tout autant d’attention. La limite entre les deux étant très fine, certains patients finissaient par faire partie de son vie. Lightman en était la preuve vivante, il était passé de simple patient au Pentagone au statut de meilleur ami et grand amour secret. En fin de compte, même si ce n’était pas toujours bon pour elle, Gillian ne fonctionnait qu’à l’émotionnel avec ses patients. Surtout pour ceux qui comme Delphine avaient besoin de plus d’attention que d’autres.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Delphine Moore Emia 
Special Agent (SA)




• • • • • • • • • • • • •


▌Messages : 2814
▌Date d'inscription : 21/04/2012
▌Métier : Employée dans une crèche mais rêve de montée sa propre crèche pour échapper à la violence de son actuel patronne.
▌Avatar : Selena Gomez - Bazzart © (Kit) & Sevnol © (Gif profil)


MessageSujet: Re: Les fragments du passé Ven 28 Déc 2012 - 2:36

Delphine était heureuse d'avoir retrouvée Gillian. Elles ne s'étaient pas vu depuis plusieurs années, quelques SMS parcis parlà pour se donner des nouvelles et se souhaiter la nouvelle années mais s'en plus. Mais là elles étaient l'une en face de l'autre à se regarder et se sourire. Des flashs de ses thérapie revenait à l'esprit de Delphine. Elle se revoyait à l'age de 11ans, assise sur le canapé en cuir noir près d'un meuble en bois plein de livre, tenant une poupée dans la main en lui caressant les cheveux. Elle se revoyait une autre fois contre sa psychologue en pleurant. Oui Gillian l'avait beaucoup aidée à surmonter toute les épreuves qu'elle avait vécue et elle lui en était reconnaissante mais ne savait pas quoi faire pour la remercier. Delphine s'avança doucement vers Gillian avec une petite fille dans les bras, la petite Elodie agée de 4 mois. Delphine eut un fort attachement pour cette petite.

Elodie, une petite puce de 4 mois. Delphine est très attachée a elle et ferait tout pour qu'elle vive heureuse. A à peine 4 mois, elle n'a pas eut une enfance facile. Sa mère a refuser de s'occuper d'elle et est partie à l'étranger, son père est décédé suite à une mauvaise chute à son lieu de travail et elle se retourve seule, élévée par sa grand mère de 80 ans. C'est femme à quand même un courage extraordinaire mais la force ne suit plus, c'est pour celà qu'elle l'enmene très tôt le matin à la crèche et vient la chercher très tard. Delphine a déjà parler avec elle et elle lui a même donner son numéros de téléphone au cas ou elle voudrait un coups de main ou si il se passait quelques chose. Delphine a déjà accueillie Elodie quelques nuits chez elle quand la vielle femme avait besoin de se reposer elle aussi.

Spoiler:
 

Delphine se blotti doucement contre Gillian, mais contrairement au autre fois, Delphine se décolla rapidement, très mal à l'aise par le regard des autres. En même temps avec ce qu'elle avait subit ses dernières semaines, Delphine s'était encore un peu plus renfermer sur elle même de ce qu'elle était déjà à vrai dire. La jaune brune regarda autour d'elle, silencieusement en gardant la petite dans ses bras. Celle-ci jouait avec les cheveux de Delphine, commençant légèrement à fermer les yeux malgré le brouhaha que fesait la ribambelle d'enfants dans la pièce.

Quand Gillian lui demanda comment elle allait, le visage de Delphine s'assombrit. Elle allait pas bien et avait tout garder en elle depuis plusieurs semaines maintenant. Mais elle saait très bien qu'elle pouvait être sincère avec Gillian, elle avait toujours été là pour elle et elle semblait toujours l'être. Elle regarda de nouveaux autours d'elle et ne voulant pas être entendu par ses collègues et les autres enfants, invita Gillian à sortir pour aller discuter dans le couloir. Delphine ne disait rien, silencieuse. Elle s'assit doucement sur le canapé du couloir et sentit Gillian s'installer près d'elle. C'est d'ailleurs le son de sa voie qui la fit redescendre un peu sur terre et la calma doucement.

Disons que c'est assez long et compliquer... Une accumulation d'évenements aux lourds ravages m'ont particulièrement affaiblie...

Delphine regarda la main de Gillian caresser la sienne, elle avait vraiment l'impression d'être retourner en thérapie. Le silence, elles étaient assise à s'écouter mutuellement. Delphine avait envie de pleurer. Pourquoi ? L'accumulation possiblement. En même qui ne craquerait pas avec tout ce que vit Delphine en se moment : ses problemes cardiaques, l'accidents avec sa patronne, le meurtrier de ses parents qui la suit toujours, etc. Delphine serra doucement la main de Gillian et de l'autre caressa le dos et les cheveux d'Elodie qui dormait maintenant allonger sur elle. Avec le temps et l'expérience, Delphine avait appris à tout garder en elle et a ne rien montrer au monde exterieur. Comme là par exemple, elle avait envie de hurler, de pleurer mais non malgré tout ça la petite fille c'est endormie sur elle. Delphine sourit faiblement en la voyant faire.

La jeune brune failli sursauté quand Gillian lui degagea une mèche de cheveux tomber devant ses yeux quand elle avait baisée la tête pour regarder la petite. Non pas parce ce qu'elle avait peur de Gillian, juste parce qu'elle n'avait pas vu sa main bouger. Elle sourit en voyant se geste très maternel chez Gillian. Tout lui dire ! Oui mais par ou commencer ? Ses soucis de santé qui s'aggrave ? Non d'abord la patronne si on suit les ordre chronologique des évènements. La jeune brune soupira et bascula sa tête en arrière en la collant contre le mur.

Oui ma psy préférée, ma seule psy de toute façon. Alors ... Cela remonte à il ya 3 semaines.. Il y avait peut de monde à la crèche se jour là et un des petits que je gardait c'est enfui.. Le petit Ethan, celui que tu regardais quand tu es entrer dans la pièce tout à l'heure. Un agent du FBI à fini par nous le ramener, heureusement sain et sauf. Le seul soucis c'est que je savais que j'allais avoir des problèmes avec ma patronne mais je ne m'attendais pas à ceux-là. A la fin de la journée j'avais rendez vous dans son bureau avec les parents du petits et l'agent du FBI, l'agent Sutton. Le soucis c'est que ma patronne a commencer à se retourner contre moi en me disant que je ne savais pas faire mon boulot, que je mentais sur mes problemes de santé pour pas aller bosser quand ça m'arrangeait. Delphine commençait à avoir les larmes au yeux. La discution commençait a dégénérer de plus en plus jusqu'au moment ou elle m'a gifler. Mais bon rien de grave.. c'est plutôt après.. Elle commençait à m'insulter et moi ne voulant pas faire de même j'ai juste fait une allusion a sa vie privé. Elle est resamment divorcée et sa fille a décider de rester vivre chez son père.. J'ai rebondit là dessus en lui disant que si elle se comportait comme ça avec elle, normal qu'elle soit partie. Et là.. elle était hors d'elle... je revoit encore le coups de poings s'approcher de moi au ralentit et me toucher au niveau de la poitrine violement. Delphine descendit un peu le haut de son t-shirt pour juste laisser perçavoir le haut de la marque laisser par le poing de sa patronne. C'est à se moment là que ça a commencer les réels problèmes pour moi...

Delphine avait les larmes au yeux mais ne voulait pas pleurer. Elle s'arreta au milieux de son récit pour reprendre son souffle et au moins retenir ses larmes encore. Elle posa doucement sa tête contre l'épaule de Gillian et caressant la tête de la petite Elodie.

(HRP: Vraiment vraiment désoler du retard Embarassed Je suis impardonnable je sais mais j'espère que ma réponse te convient, sinon je modifie il n'y a pas de soucis. Encore désoler Sad)


Il y a toujours un moment où le chemin bifurque. Chacun prend une direction différente en pensant que les chemins finiront par se rejoindre. Ce n'est pas grave, on est fait l'un pour l'autre, notre fin nous réunira. Mais à la fin n'arrive un putain d'hiver. ▵ ©️endlesslove.
hope isn't a dream but a way from of making dreams become reality ▵
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://one-tree-hill-oth.fr1.co/
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Les fragments du passé Dim 30 Déc 2012 - 14:34

Alors que Delphine commençait à lui raconter ses problèmes, Gillian se mit à lui caresser les cheveux. C’était un réflexe qui datait de l’époque de ses thérapies avec elle. Lorsque la petite fille s’était sentie suffisamment en confiance avec la psychologue, elle s’était rapprochée d’elle au fur et à mesure des séances jusqu’à venir s’installer tout près d’elle. Dès lors, la jeune femme avait pris l’habitude de passer sa main dans ses cheveux, de manière presque automatique. Surtout lorsque ça n’allait pas pour elle. Et plus de dix ans plus tard, elle avait retrouvé ce vieux réflexe empreint de tendresse et d’amour presque maternel.

Lorsque la jeune femme évoqua l’agent Sutton, Gillian haussa un sourcil, surprise. Le monde était petit… Jack était devenu son patient depuis peu, pour qu’elle l’aide à surmonter le chagrin de la perte de sa femme. Cela la rassura de savoir qu’il avait été là au moment de l’agression de Delphine, il avait l’air d’être quelqu’un de bien, quelqu’un sur qui on pouvait compter. La violence dont sa supérieure avait fait preuve choqua la jeune psychologue. Elle savait depuis longtemps que Delphine avait des problèmes cardiaques, cela l’inquiéta donc affreusement. La jeune femme baissa légèrement son t-shirt pour lui montrer sa marque. Horrifiée, Gillian découvrit ce qui restait de l’hématome. Du bout des doigts, elle effleura la marque, puis remonta au niveau de sa joue pour caresser le visage de Delphine.

- Quelle horreur… Elle aurait pu te tuer ! On t’a emmenée voir un médecin au moins ?

Une colère sourde bouillonnait à présent en elle. Elle ne supportait pas que l’on touche à ceux qui lui étaient chers, surtout lorsqu’ils présentaient de telles faiblesses. Sa jeune patiente était vulnérable sur le plan émotionnel mais également physique, et sa patronne en avait profité pour l’humilier et mettre sa vie en danger. Il était certain qu’elle avait connaissance des problèmes de santé de Delphine : en tant que directrice d’un centre éducatif, elle devait savoir si les personnes qu’elle employait étaient aptes ou non à s’occuper d’enfants. Ce n’était donc pas innocemment qu’elle avait frappé à quelques centimètres de l’endroit où battait le cœur de Delphine.

- Comment un monstre pareil peut superviser une crèche et son personnel ?
La psychologue songea à tous les enfants qui étaient placés sous sa responsabilité. C’était scandaleux… Si on lui avait laissé la garde de Sophie quelques années auparavant, la jeune femme n’aurait certainement pas laissé son bébé à une personne aussi violente et colérique, même si génétiquement ce n’était pas le sien. De loin, elle observa avec méfiance une femme qui s’affairait dans un bureau. Peut-être que c’était la directrice, peut-être que ce n’était qu’une employée, elle ne savait pas. Mais elle ne laisserait personne approcher Delphine tant qu’elle resterait dans cette crèche, c’était certain. Elle espérait d’ailleurs que sa patronne se montre pour lui expliquer sa façon de penser quant aux traitements qu’elle infligeait à son personnel. Hors d’elle, Gillian n’arrivait pas à croire que de telles choses puissent se produire dans une crèche. De l’extérieur, on ne voyait qu’un établissement calme, de jolis dessins faits par des petites mains inspirées, mais personne ne savait ce qui se passait réellement dans les bureaux…

Delphine interrompit le fil de ses pensées en posant sa tête sur son épaule, des larmes roulant sur ses joues. Elle lui avoua que ce n’était que le début de ses ennuis qu’elle lui racontait là. Gillian ferma les yeux pendant quelques secondes. Etait-ce possible d’empirer la situation ? Elle ne le voulait pas, bien sûr, mais elle s’apprêtait à entendre des horreurs, elle le savait. L’espace d’un instant, elle eut la sensation d’avoir déjà vécu ce moment-là. Ce n’était qu’un souvenir de la thérapie qu’elle avait menée avec Delphine quand elle était plus jeune. Tous ces instants de tristesse se ressemblaient tous, et elle détestait ça. Elle haïssait cette sensation d’impuissance, de savoir que tout ce qu’elle faisait n’était jamais assez pour protéger ses proches du malheur. Elle s’en voulait de lui avoir fait la promesse un jour que tout s’arrangerait. A son tour, elle sentit les larmes lui monter aux yeux.

- Je suis désolée chérie… Je t’avais promis que je ne laisserai plus personne te faire de mal...

Elle lui avait dit cela en milieu de thérapie, parce qu’elle sentait que leur travail la rendait de plus en plus forte. Elle avait alors eut la sensation que le caractère qu’elle s’était forgé grâce à leurs séances permettrait que plus jamais rien ne l’atteigne, qu’elle ne s’effondrerait jamais. A cette époque, elles se voyaient si souvent que les problèmes de cette petite fille faisaient partie de la vie de Gillian. Elle s’était considérée comme sa marraine plus qu’une tutrice, et elle l’avait aidée à grandir. Mais maintenant, ces beaux souvenirs étaient partis en fumée. Doucement, la jeune femme passa son bras autour du cou de Delphine pour la serrer contre elle et déposer un baiser sur son front.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Delphine Moore Emia 
Special Agent (SA)




• • • • • • • • • • • • •


▌Messages : 2814
▌Date d'inscription : 21/04/2012
▌Métier : Employée dans une crèche mais rêve de montée sa propre crèche pour échapper à la violence de son actuel patronne.
▌Avatar : Selena Gomez - Bazzart © (Kit) & Sevnol © (Gif profil)


MessageSujet: Re: Les fragments du passé Mar 7 Mai 2013 - 3:30

Quand elle était plus jeune, Delphine n'allait pas au contact des gens, elle essayait au maximum de les éviter et de ne pas les regarder. Elle était très renfermée sur elle même et ne parlait plus, se laissant maltraiter par son père d'adoption et laissant aussi ses flash sur la mort de ses parents l'envahir. La première personne avec qui elle a lié le premier contact dans cette période c'est Gillian sa psychologue et cela n'a pas été facile du tout. Elle avait souvent peur et pleurant en silence en serrant contre elle la poupée que lui prêtait Gillian à chaque séance pour essayer de la détendre et de la faire parler. Pendant plusieurs mois on avait appris à Delphine à se taire car chez ses parents adoptif elle était le chien, la boniche, l'esclave de la maison et n'avait pas son mot à dire alors quand Gillian essaya de la faire parler cela a été très long. Alors quand Delphine commença à se confier à sa psychologue malgré une bonne dizaine d'années plus tard, elle a l'impression de se revoir des années en arrière. Alors quand Gillian lui caressa les cheveux, elle repensa au lien qu'elles avaient tiser toute les deux grâce à ses thérapies, la présence de Gillian dans la vie de Delphine avait vraiment changer beaucoup de chose.

Delphine commença a raconter ce qui c'était passer en commençant par l'agression qu'elle connu avec sa patronne. En effet, un jour ou la crèche manquait de personnels, un petit que Delphine avait en garde s'était enfui car la porte avait été ouverte et non refermer comme il fallait. Heureusement que l'agent Sutton est passer par là à ce moment là, sinon le petit n'aurait pas été retrouver aussi vite. Quand Jack ramena le petit Ethan à l'intérieur, il resta discuter un peu avec Delphine et revint le soir quand les parents sont arrivés. Les parents n'en voulaient pas du tout à Delphine car Ethan faisait pareil avec eux et que le petit bonhomme ne disait que du bien de Delphine à ses parents mais bon elle n'était quand même pas rassurer à vrai dire. Quand les parents sont partis, elle tourna la tête vers la patronne qui lui balança tout à la figure lui disant qu'elle simule ses problèmes de santé, qu'elle ne sait pas travailler, qu'elle est incompétente et inutile. Delphine sentant la colère monter, dit ce qu'elle avait sur le coeur et elle n'y allait pas de main morte en lui disant qu'au lieu de se la raconter en restant derrière son bureau et de mettre des batons dans les roues de ses employés, elle avait qu'a bouger un peu ses fesses et aller travailler quand la crèche est en manque d'effectifs. La patronne l'ayant mal pris, donna une claque à notre jeune brune. Delphine choquée continua en lui parlant de sa fille qui était partit vivre chez son père en lui disant que si elle se comportait aussi mal avec sa fille qu'avec ses employés, c'est normal qu'elle soit partie. Et voila pourquoi le coup de poing au niveau de la poitrine arriva. Delphine descendit lentement le haut de son t-shirt pour ainsi montrer sa marque à sa psychologue. La jeune brune avait les larmes aux yeux mais ne voulait pas pleurer, cela ferai beaucoup trop plaisir à sa patronne. Gillian glissa doucement ses doigts sur l'hématome, enfin ce qu'il en reste, que Delphine avait. La jeune brune grimaça un peu car il n'y avait pas que le coup que sa patronne qui lui avait fait beaucoup de mal mais également les coups que lui ont donnés son père adoptif et l'homme qui la traque un peu plus tard. Mais bon faisons les choses dans l'ordre.

Oui on m'a emmener voir un médecin, de toute façon je n'avais pas le choix suite au coup qu'elle m'a donner, j'ai fait une crise et j'ai perdue connaissance. D'après ce que m'a raconter les médecins et l'agent Sutton, cette folle à aggraver mon cas encore plus qu'il ne l'était déjà. Elle est sous surveillance de la police et moi sous protection mais bon cela n'empêche pas que j'ai la trouille à chaque fois que je la vois.. Ce séjour à l'hôpital à vraiment faillit me coûter la vie, pas que à cause de ma patronne d'ailleurs... Heureusement que l'agent Sutton était là, sans lui, je serais morte à cause d'eux c'est sure...

Oui eux, en faite elle ne voulait pas tout dire d'un coup à sa psychologue. Elle avait déjà l'air bien inquiète comme ça et Delphine ne voulait pas alors elle s'arrêta dans son récit. Et puis elle ne lui dirait peut être pas tout non plus aujourd'hui. Elle ne lui dira pas qu'il ne lui reste que un ans à vivre si elle ne trouvait pas de donneur. Delphine voulait que personne ne soit au courant en faite, elle ne voulait pas voir les gens souffrir autour d'elle à vrai dire. Delphine resta contre sa psychologue en caressant les cheveux de la petite Elodie. A oui elle devait lui dire aussi qu'elle était sur le point d'adopter la petite puce mais bon on verra cela plus tard.

Je n'en ai aucune idée mais des gens de cette espèce ne mérite pas d'être ici, il ne mérite pas notre attention, j'en connais bien trop des personnes comme ça qui profite de vous et joue les faux culs. Ils sont gentil tout pleins en face de vous et quand vous êtes pas la ou quand ça va mal ils vous balance tout à la figure. Nous ne sommes pas des objets de foires mais des employés, on essaie de gagner notre vie comme on peut et non il faut qu'on tombe sur des gens comme ça... Pardon je m'énerve un peu mais j'en ai tellement marre, j'en peux plus d'elle mais je ne peux rien faire contre ça...

Elle en pouvait vraiment plus, elle allait péter un plombs si cela continuait. Elle avait mit beaucoup de temps avant de retourner travailler à la crèche, elle avait peur qu'elle ne recommence ce qu'elle était fort capable de faire en plus. Elle avait beau se dire qu'elle était sous surveillance, elle avait quand même peur.. Pas que pour elle mais aussi pour Elodie, sa future fille. Et si elle lui faisait du mal quand Delphine avait le dos tourner hein ? Que faire ? Elle devait tout faire pour qu'elle ne soit plus en état de nuire à qui que se soit, mais comment ? Elle ira en discuter avec Samantha, ou encore Jack, ils sont du FBI, ils pourront peut être faire quelque chose.

Delphine s'arrêta dans ses pensées et se blotti de nouveau contre Gillian en posant sa tête contre son épaule. Elle pleurait, n'en pouvait plus de tout ça, n'en pouvant plus de tout les problèmes qui s'accumule dans sa vie. Mais qu'avait-elle fait pour connaitre tout ça ? Elle avait envie que tout s'arrête, elle ne voulait pas mourir non, elle voulait simplement ne plus connaitre tout ce qu'elle connait en ce moment. Souvent elle avait pensée à se suicider mais quand elle pense qu'elle finira possiblement par mourir si elle ne trouve pas de donneur, l'idée de se suicider s'en va vite de son esprit à vrai dire. Delphine dit à Gillian que ce n'était que le début de ces ennuis, ce qui est vrai d'ailleurs. Suite à ses mots, elle sentit Gillian ailleurs et quand elle releva la tête vers elle, elle vit les larmes lui monter aux yeux et avant qu'elle n'ai eut le temps de dire quoi que se doit, Gillian pris la parole. Delphine baissa la tête à l'écoute de ses paroles. Oui elle lui avait promis mais bon elle n'y était pour rien dans tout cela et puis elle avait beaucoup de boulot et n'avait pas tout son temps à consacrer à Delphine non plus à vrai dire. Elle avait fait tout son possible pour que Delphine se sente mieux et elle avait réussi. Pour la jeune brune, Gillian était une personne extraordinaire, une personne qu'elle considère comme une sorte de marraine qu'elle n'a jamais eut. Elle sourit et releva lentement la tête en plongeant son regard dans le sien.

Tu n'as pas à être désolé, tout cela n'est pas de ta faute. Je sais que tu me l'avais promis mais tu ne pouvais pas être tout le temps à mes côtés pour me protéger, tu as tes autres patients. Gillian, je ne t'en veux pas d'accord ? J'ai connu bien pire mais grâce à toi je m'en suis bien sortit regarde ! Je suis toujours en vie

Delphine rigola un peu, un petit rire nerveux mais un rire quand même. Elle resta contre elle longuement se rappelant de ses thérapies qui lui faisait beaucoup de bien en faite. Quand tout d'un coup la porte du bureau de la patronne s'ouvrira violemment

Patronne | Bon maintenant ça suffi ! Delphine au travail et que ça saute, je ne te paye pas pour que tu passes tes journées à discuter !


(HRP : Vraiment Vraiment désolé du retard Sad J'étais vraiment débordée et j'essaie de me mettre à jour peut à peut... J'espère que tu ne m'en veux pas trop. Normalement les prochaines réponses seront plus rapides à arriver, je déteste faire attendre les gens Crying or Very sad Désolé encore ma belle Crying or Very sad )


Il y a toujours un moment où le chemin bifurque. Chacun prend une direction différente en pensant que les chemins finiront par se rejoindre. Ce n'est pas grave, on est fait l'un pour l'autre, notre fin nous réunira. Mais à la fin n'arrive un putain d'hiver. ▵ ©️endlesslove.
hope isn't a dream but a way from of making dreams become reality ▵
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://one-tree-hill-oth.fr1.co/
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Les fragments du passé Sam 25 Mai 2013 - 13:49

[Il n’y a aucun problème poulette, moi non plus je suis pas très à jour ^^)]


Lorsque Delphine lui expliqua comment était arrivée son agression, le cœur de Gillian se serra. Elle était extrêmement sensible aux cas de violence. Ce n’était pas parce qu’elle l’avait subie, plutôt parce qu’elle en avait trop vu à force de travailler avec les fédéraux. Et voir une personne chère en être la victime était insoutenable. Heureusement que Jack Sutton était intervenu car la situation aurait pu empirer. Cela soulageait Gillian de le savoir si proche de Delphine car c’était un homme de confiance à qui on pouvait s’en remettre en cas de problème.

- Oui, heureusement que Jack était là. Ca me rassure qu’il ait été là pour toi, c’est quelqu’un de bien.

Oui, enfin… « rassurer » n’était pas le mot approprié quand on savait tout ce qu’avait traversé Delphine lorsqu’elle était enfant. La petite fille avait d’abord subi la perte de ses parents, puis la douloureuse séparation avec sa sœur et enfin les mauvais traitements de sa famille d’accueil. Après des années de combat contre ses idées noires, elle arrivait enfin à sortir la tête de l’eau et voilà qu’elle se faisait harceler et frapper par son employeuse. Certaines personnes naissaient vraiment malchanceuses… Et c’était pas rien de le dire.

La jeune fille resta un long moment blottie contre Gillian, comme si elle n’avait pas eu droit à la tendresse depuis la dernière fois qu’elles s’étaient vues. La psychologue passa alors un bras autour de ses épaules et l’embrassa sur le front. Son ancienne patiente se laissa aller et lâcha un peu le poids qu’elle avait sur le cœur. Gill l’écouta d’une oreille attentive jusqu’à ce qu’un détail attire son attention. Un tout petit détail qui lui fit froid dans le dos.

- A cause d’eux ?

D’une voix tremblante, la jeune femme avait répété les dernières paroles de Delphine. Non pas parce qu’elle avait mal entendu, mais pour l’inciter à développer davantage. Pourquoi utilisait-elle subitement le pluriel pour nommer la source de ses tourments ? La directrice de la crèche n’était-elle pas amplement suffisante dans cette affaire ? Delphine avait beau se montrer forte, elle n’irait pas bien loin s’ils étaient plusieurs à s’acharner sur elle… Un vent de panique agita l’esprit de Gillian. Immédiatement, elle se mit à chercher le nom des agents qu’elle connaissait qui étaient susceptibles de faire de la protection rapprochée.

- Répond-moi Delphine, de qui est-ce que tu parles ? On t’a fait des menaces ?

La crainte se lisait à présent dans les yeux de la psychologue. Toute cette pression était dangereuse pour une personne ayant des problèmes cardiaques, et elle ne voulait pas perdre sa petite protégée. Mais voilà qu’un autre problème surgit devant elle, et de taille. La directrice de la crèche fit irruption dans le couloir et se planta devant la jeune fille pour lui parler d’un ton très agressif. Sans même s’en apercevoir, Gillian se leva et se dressa entre Delphine et cette femme. Chassez le naturel et il revient au galop. Les attitudes maternelles de la jeune femme n’avaient jamais vraiment disparu.

- Bonjour madame, je suis le docteur Foster, psychologue au sein du FBI.

Elle lui avait parlé d’un ton glacial et lui avait tendu la main comme si elle était venue pour des raisons professionnelles. Elle espérait que son titre l’intimiderait un minimum pour l’empêcher de s’approcher de Delphine. Malheureusement, cette tactique ne marchait pas à tous les coups, elle croisa donc les doigts pour que cela fasse effet.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Delphine Moore Emia 
Special Agent (SA)




• • • • • • • • • • • • •


▌Messages : 2814
▌Date d'inscription : 21/04/2012
▌Métier : Employée dans une crèche mais rêve de montée sa propre crèche pour échapper à la violence de son actuel patronne.
▌Avatar : Selena Gomez - Bazzart © (Kit) & Sevnol © (Gif profil)


MessageSujet: Re: Les fragments du passé Jeu 6 Juin 2013 - 0:52

[Elodie à 14 mois, j'ai changer son age ^^ Mais ça change rien lol]

Delphine se sentait de moins en moins bien, une boule au ventre et des montées de chaleurs. Elle avait peur et le fait de se remémorer tout ça n'arrangeait rien. Elle pleurait serrant Elodie contre elle et se blottissant contre Gillian comme elle le faisait étant petite. Elodie commençait à ouvrir les yeux et lève doucement la tête doucement vers Delphine. Avec sa petite main elle vint la poser doucement sur sa joue humide et approcha du mieux qu'elle pouvait son visage du sien pour essayer de la consoler du mieux qu'elle pouvait. Elle se mit à gazouiller faiblement en regardant successivement Delphine et la dame qui se tenant près d'elle et qu'elle ne connaissait pas, ou du moins pas encore car elle fait quand même partie de la vie de Delphine cette dame alors elle sera amener à la voir plusieurs fois. Des petites larmes montèrent aux yeux de la petite, elle n'aimait pas la voir triste, elle la considérait comme sa maman et puis elle le sera dans peu de temps en faite. Vous savez c'est prouver, quand on montre l'image de sa maman à un bébé alors que celle-ci n'est pas dans la pièce, si sur l'image la maman sourit, le bébé sourira et si elle pleure, le bébé pleurera à son tour. C'est scientifique -vive la S-

Delphine continuait de pleurer, posant doucement sa main sur celle de sa fille, sa future fille mais bon on peut dire fille tout simplement car l'adoption est quasiment faite. La jeune brune raconta ce qui s'était passer à sa psychologue tout en restant contre elle. Elle avait peur, très peur et le fait de se remémorer tout ce qui s'est passé n'arrangeait pas vraiment les choses, elle avait pour elle, pour son entourage et pour sa fille. Elle avait tellement peur qu'il lui arrive quelque chose, qu'il lui arrive la même chose qu'elle a vécue dans son enfance, elle avait déjà perdue ses parents cette petite et elle ne voulait pas qu'elle se retrouve dans une famille qui ne font que souffrir les enfants et les petites filles qu'ils considèrent comme des esclaves ou des chiens.

Delphine lui expliqua l'agression avec sa patronne, la présence de Jack également. Jack est un homme de confiance il est vrai mais bon Delphine est un peu en froid avec lui à cause d'une discutions avec lui il y a quelques jours de cela à l'hôpital au sujet de la mort de Lili, sa fille adoptive. Delphine considérait Jack comme son père de substitution et avait prit l'habitude de l'appeler papa mais là Jack l'avait mal pris et lui avait dit d'arrêter de l'appeler ainsi ce que Delphine à très mal pris.. Voila le point de départ du froid entre les deux jeunes gens.

Oui quelqu'un de bien.. Dans certaines circonstances oui mais bon passons, là n'est pas le sujet de la conversation..

Delphine continua son récit en tremblant encore un peu plus et laissant ses larmes se frayer un chemin sur ses joues encore humides. Sa carapace avait complètement disparue maintenant, elle pleurait et ne retenait plus ses émotions comme elle le faisait il y a encore quelques minutes. Elodie la regarda, assise sur ses genoux et ne savait pas quoi faire. Elle lui gazouillait pour la faire rire mais rien n'y fait. Elle se reblotti contre sa future maman en gigotant pour essayer de s'enrouler dans le gilet de sa maman qui était ouvert. Elle suça doucement son pousse frottant le ventre de Delphine doucement. Delphine ferma lentement les yeux continuant de parler, instinctivement un bras s'enroulait autour d'Elodie tandis que l'autre resta contre Gillian.

La jeune brune vida ce qu'elle avait sur le coeur jusqu'à même annoncer à Gillian que sa patronne n'était pas la seule cause de tout ses problèmes. En effet il y en avait deux autres : Jörgen et Steven. Deux types complètement malade, l'un : Jörgen est le meurtrier des parents de la jeune brune et maintenant il la traque et essaie de la tuer coûte que coûte et lui envoie des lettres de menaces. Et le second : Steven est le père adoptif de Delphine, un homme stupide, immature même pire encore qui enfermait Delphine dans la cave et la laissait mourir de faim , de froid et de soif. Elle devait se taire et tout le temps obéir sinon c'était encore pire. Delphine releva la tête vers Gillian quand elle prit la parole, mais elle n'avait aucune envie d'en parler maintenant à vrai dire. Elle voyait bien le regard inquiet et emplit de panique de Gillian ce qui la fit encore plus pleurer d'ailleurs. Elle ne voulait pas que les gens autour d'elle se sentent mal, avant elle n'avait pas cette peur là mais elle est arriver après son premier viol subi par Jörgen un soir de juillet alors que Delphine rentrait du travail, Gillian en avait été la première informer par téléphone d'ailleurs. Quand Gillian reprit de nouveau la parole, Delphine essaya de sêcher ses larmes et lui répondre de manière audible.

On me fait déjà des menaces depuis longtemps.. Et ça tu le sait bien... De qui je parles ? De mon père adoptif et du meurtrier de mes parents, ils s'en sont pris à moi à l'hopital peut de temps après mon hospitalisation, Jack était là mais n'a rien put faire au début. Le meurtrier de mes parents m'a ligotée et bayonnée sur le lit et me frappa de toute ses forces alors que Jack se débattait avec l'autre. Au final, Jack leur à tirer une balle dans la cuisse à chacun.. Voila de qui je parlais...

Elle eut à peine le temps de finir de parler et de se reblottir contre Gillian que la patronne vint faire irruption ordonnant à Delphine de reprendre le travail. Delphine se mit à trembler et à pleurer en la voyant, elle avait une peur bleue d'elle maintenant. Elle voulut rester contre Gillian mais celle-ci se mit debout entre elle et la patronne de manière protectrice comme avant. Delphine sourit faiblement à ça continuant de pleurer. Elodie réussi à descendre des genoux de Delphine et marcha à quatre pattes jusqu'à la patronne et s'assit devant elle en lui gazouillant pour la gronder. La patronne la regarde et croise les bras en soupirant puis relève la tête en direction de la femme qui se présente de façon glacial en lui tendant la main. Delphine avait peur de ce qui pouvait se passer et ne lâcha pas Elodie des yeux, voulant se lever pour aller la chercher tellement elle avait peur qu'elle lui fasse quelques chose.

Patronne | Bonjour madame.. Et vous êtes là pour ?... Delphine je t'es dit quoi ? Au travail et que sa saute sinon tu vas voir ce qui vas t'arriver et emmener le machin là avec toi ! regardant Elodie par terre.

Delphine ne savait plus quoi faire, elle était tétanisée par la peur et ne pouvait plus bougée.

Ma.. Ma puce vient voir maman..

Elodie tira la langue méchamment à la patronne avait de retourner vers sa maman mais se met assise près des jambes de Gillian protégeant sa maman ou enfin faisant mine. Imite Gillian. Delphine se mit debout sur ses jambes encore tremblante de peur ce qui fit rire la patronne.


Il y a toujours un moment où le chemin bifurque. Chacun prend une direction différente en pensant que les chemins finiront par se rejoindre. Ce n'est pas grave, on est fait l'un pour l'autre, notre fin nous réunira. Mais à la fin n'arrive un putain d'hiver. ▵ ©️endlesslove.
hope isn't a dream but a way from of making dreams become reality ▵
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://one-tree-hill-oth.fr1.co/
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Les fragments du passé Ven 7 Juin 2013 - 22:37

Gillian tomba de haut lorsqu’elle apprit que Delphine se faisait encore harceler. Bien sûr, elle connaissait le sombre passé qui liait la jeune fille à Jörgen. Après lui avoir pris ses parents, il lui avait pris son innocence. Elle se souviendrait toujours de ce soir d’été où Delphine l’avait appelée en pleurs. La psychologue l’avait récupérée toute chancelante et l’avait directement conduite à l’hôpital. Ce malade avait juré de la retrouver et de lui faire connaître l’Enfer. Et il avait réussi… Gillian savait ce que cela faisait de se sentir traquée : quelques années plus tôt, elle avait subi ce genre d’agression, mais heureusement pour elle les secours étaient arrivés à temps pour empêcher le violeur de commettre l’irréparable. L’expérience avait été énormément traumatisante, mais elle osait à peine imaginer ce que pouvait ressentir Delphine. Et savoir que les deux personnes qui pouvaient le plus nuire à sa protégée l’avait retrouvée lui faisait froid dans le dos.

- Mon dieu, ces monstres t’ont retrouvée… Heureusement que Jack a pu les neutraliser. On devrait te mettre sous protection policière pour que cela n’arrive plus jamais. J’appellerai mon chef dans la journée pour lui demander.

C’était la moindre des choses qu’elle puisse faire. Elle se sentait tellement impuissante face à la situation qu’elle aurait fait n’importe quoi pour épargner Delphine. La jeune fille en avait assez bavé pendant son enfance, il était temps d’avoir une vie paisible, non ? En parlant de tranquillité, la leur allait bientôt prendre fin. Une femme à l’air antipathique s’avança vers elles et Gillian devina aussitôt qu’il s’agissait de la directrice de la crèche. Elle salua à peine la jeune femme et se mit à houspiller Delphin. Mentionner le FBI ne l’impressionna guère, visiblement, le passage de Jack dans l’établissement ne lui avait pas servi de leçon. En entendant la façon dont elle s’adressait à sa protégée ainsi que la petite Elodie, Gill se mit à bouillonner de rage. Comme la directrice avait tourné la tête pour s’en prendre à Delphine, Gillian se décala légèrement pour occuper entièrement son champ de vision.

- Suite à une visite de courtoisie, je constate, madame, que vos employées ne sont pas traitées comme il le faudrait. Et à ce que j’en juge de par votre comportement avec les tout petits, je ne mettrais pas mes enfants dans votre crèche pour tout l’or du monde. Une simple visite de l’inspection du travail vous retirerait le droit d’exercer votre métier.

Une chose était certaine : il était fortement déconseiller de prendre Gillian de haut lorsqu’elle était de mauvais poil. Elle allait payer cher de s’en être prise à Delphine… Elle lâcha quelques secondes la directrice du regard quand elle s’aperçut qu’Elodie était assise parterre à ses pieds, en position de défense pour protéger sa future maman. La jeune femme se baissa pour prendre le bébé dans ses bras et se tourna vers Delphine.

- Prends la petite et sors d’ici. Attends-moi dans ma voiture, je n’en ai pas pour longtemps.

Elle déposa Elodie dans ses bras et lui donna les clés du véhicule. Puis elle continue en reportant son regard sur la directrice.

- Je ne te laisserai pas vivre cet enfer ici plus longtemps.

La fuite organisée était la spécialité de Gillian. Elle savait qu’elle n’en avait pas le droit mais c’était une mesure d’extrême urgence. Elle l’avait déjà fait auparavant, du temps où elle travaillait avec Lightman. Elle avait aidé une femme et ses enfants à s’enfuir d’une secte, sans craindre la fureur du gourou qui cherchait par tous les moyens (chantage inclus) à les retenir. La tâche ne fut pas facile et elle se doutait que ce serait le cas ici aussi. Mais elle n’avait absolument rien à perdre contrairement à la directrice de la crèche.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Delphine Moore Emia 
Special Agent (SA)




• • • • • • • • • • • • •


▌Messages : 2814
▌Date d'inscription : 21/04/2012
▌Métier : Employée dans une crèche mais rêve de montée sa propre crèche pour échapper à la violence de son actuel patronne.
▌Avatar : Selena Gomez - Bazzart © (Kit) & Sevnol © (Gif profil)


MessageSujet: Re: Les fragments du passé Mer 10 Juil 2013 - 10:31

Delphine resta contre sa psychologue, elle pleurait longuement en dévoilant tour à tour les problèmes qu'elle enduraient depuis leur dernière rencontre. Gillian connaissait une bonne partie de la vie de Delphine et elle connaissait que trop bien le lien qui unissait Jörgen à Delphine et même le lien qui unissait la jeune brune et le père adoptif de Delphine, celui qui lui avait fait du mal, beaucoup de mal même. Delphine avait déjà beaucoup souffert dans cette période et là ça recommençait. Steven, le père adoptif, voulais récupérer Delphine qui c'était enfui il y a quelque année déjà quand la jeune fille n'avait que 18 ans et était encore mineure aux Etat-Unis, c'était un soir d'été, Steven avait mal attachée les liens et Delphine réussit à se détacher non sans mal quand même et réussi à trouver un moyen pour sortir de cet enfer, de cette cave sombre et humide qui avait bercer son enfancer si on peut dire ça ainsi. Delphine s'était mise à courir le plus vite possible malgré ses soucis de santé, elle voulait partir de cet enfer. Elle se rendit à une cabine téléphone. Elle était en larme, fatiguée et n'en pouvant plus de tout cela. Elle regarda autour d'elle avant de composer le numéro de sa psychologue. Celle-ci ne mit pas longtemps pour venir la chercher et la conduire à l'hôpital. Delphine pleurait, elle avait peur qu'il la retrouve, elle ne voulait pas rester seule et prendre le risque de se faire gravement punir.. Mais Gillian resta près d'elle et la protégea en essayant de la rassurer un maximum. Delphine avait beaucoup de chance qu'elle soit là sinon c'est sur qu'il lui aurait fait la peau si il l'avait retrouvée. Mais celui qui la faisait le plus souffrir, fut largement Jörgen, entre avoir tuer ses parents, avoir engendré la perte de sa soeur jumelle, les lettres de menaces par paquet avec les renvois du passé également, les viols et encore la liste s'allonge encore. Steven a côté c'était un petit calme même si il traitait Delphine comme une esclave et un chien en faite.. Mais bon c'est comme ça et on ne peut rien n'y faire malheureusement. Ils y a des gens pas net sur cette terre et on en paye les conséquences directe comme ici.

Delphine continuait de lui parler mais elle ne lui dit pas tout, elle n'allait pas tout lui dire non plus mais bref. Ils y avait des choses qu'elle ne savait pas et que personne savait à part Delphine mais jamais elle n'en parlera. Elle resta la tête contre son épaule quasiment coller à elle avec Elodie dans les bras qui lui faisait un câlin pour la rassurer du mieux qu'elle pouvait. La voix de Gillian fit sortir Delphine de ses pensées sinistre de son passé.

Tu n'es pas obligée Gillian, Jack me protège dejà ou du moins à sa façon même si je ne lui parle plus vraiment mais bon passons là n'es pas le sujet. De toute façon même sous protection il arrivera à me faire du mal, les deux même... Puis après ce qu'il m'ont déjà fait je vois pas ce qu'ils peuvent faire de pire.. Avec ce qui m'attend au final tu sais..

Elodie leva la tête vers Gillian ne comprenant pas trop la situation pour son jeune âge mais dans son regard elle avait l'air de lui supplier de faire quelque chose quand même. Elle reporta son regard sur sa maman, elle n'aimait pas la voir souffrir, ni la voir pleurer, comme tout les enfants d'ailleurs. La petit brune de 14 mois posa doucement sa tête contre celle de sa maman pour lui faire un gros bisou baveux sur la joue avant de la reposer contre l'épaule de celle-ci et lui faire un gros câlin. Delphine regarda la petite faire et lui déposa un bisou sur le front doucement en la serrant contre elle. La jeune brune laissa un petit silence s'instaler pour se calmer doucement mais ce silence fut de courtes durée et vite intérrompu par l'arrivée de la patronne de Delphine. Une femme blanche d'environs soixante ans, d'apparence et de comportement sévère, vêtu d'une veste noir et d'un pantalon de la même couleur, les cheveux blond délavé un peu gris pendouille de part et d'autre de ses épaule levées et droite. Elle ne semblait pas prêter attention à la femme qui se tenait devant elle à vrai dire. Elle regarda Delphine et lui demanda, méchamment ceux-ci dit de retourner travailler et de prendre Elodie, qu'elle nomma de façon inaproprié et rabaissant. Delphine le prit d'ailleurs mal mais n'eut pas le temps de dire quoi que se soit que Gillian contrôla la situation en se plaçant devant elle et la petite et continuait de s'adresser à la patronne.

Patronne | Vous croyez que vous allez me faire peur ? 20 ans que je dirige cette crèche, 20 ans que je travaille de la même manière et 20 ans que je fonctionne ainsi alors vous savez, l'inspection du travail s'en fiche regarder je travail toujours et qu'est-ce que vous avez à dire ? Rien alors fichez moi le camp ! Delphine je veux de voir à ton poste maintenant sinon c'est dehors un coup de pied au c** !

Elodie était descendu de sur sa maman et se tenait assise près de Gillian pour protégée sa maman. Elle regardait la direction en fronçant les sourcils pour faire méchante comme elle le faisait souvent quand les gens qu'elle ne connaissait pas s'approchait de sa maman, elle voulait que personne lui fasse du mal. Tout un coup elle se sentit porter et regarda l'amie de sa maman. Elle en profita pour lui faire un bisou sur la joue avant de regarder la patronne et lui tirer la langue. Delphine restait un peu en retrait. Elle avait peur des évènements qui allaient se produire là. Elle pris lentement sa fille dans les bras et écouta Gillian qui lui dit de sortir d'ici. Au fond d'elle c'est ce qu'elle aurait voulu mais d'un autre côté c'était sa faute si il se passait quelque chose et elle ne voulait pas que la patronne est un excès de colère sur sa psychologue comme elle en a déjà eut un sur elle.

Non Gillian, je reste ici avec toi. Je ne veux pas qu'elle te fasse du mal... S'il te plait.. Laisse là elle n'en vaut pas la peine..

Elle voulu lui tenir la main pour l'inciter à venir mais voyant son regard il n'était pas préférable. Gillian lui tendit les clé de sa voiture et Delphine les prit lentement sans trop de conviction. Elle ne savait même pas c'était laquelle sa voiture comme la reconnaitre sur le parking. Elle ne bougea pas pendant de longues secondes avant de faire un pas en arrière avec Elodie dans les bras. Elle recula doucement a petit pas et se retourna pour marcher vers la sortie pas rassurer. Elodie ne lachait pas du regard la directrice tout en serrant sa maman contre elle tendrement. La directrice soupira en disant un petit "Sale petite peste cette mome" avant de reporter son regard sur Gillian qui se tenait toujours devant elle.

Patronne | Vous n'avez pas à vous mélez de ça vous ! regardant Delphine Delphine reviens ici tout de suite sinon tu es viré c'est clair ! Et je verrais en sorte qu'Elodie ne soit plus accepter ici également. De toute façon je suis la patronne alors c'est simple à faire !

La patronne eut un léger sourire qui s'aggrandi en voyant la réaction de Delphine. En effet la jeune brune s'arrêta et se retourna lentement faisant face de loin à sa patronne. Elle avait peur, elle ne pouvait pas faire ça. Pour pas prendre de risque, elle ne bougea pas sans non plus se rapprocher pour autant..

(HRP : Désolé du retard :/ Petite perte d'inspiration ces temps-ci Sad)


Il y a toujours un moment où le chemin bifurque. Chacun prend une direction différente en pensant que les chemins finiront par se rejoindre. Ce n'est pas grave, on est fait l'un pour l'autre, notre fin nous réunira. Mais à la fin n'arrive un putain d'hiver. ▵ ©️endlesslove.
hope isn't a dream but a way from of making dreams become reality ▵
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://one-tree-hill-oth.fr1.co/
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Les fragments du passé Jeu 22 Aoû 2013 - 17:40

[Je m’excuse aussi pour cet énorme retard…]

Le regard de la directrice de la crèche était glaçant, mais Gillian n’avait que faire de ses menaces et de son air méprisant. Elle pensait pouvoir diriger son petit monde du haut de son bureau, mais elle faisait plus de mal qu’autre chose. Elle se croyait supérieure aux autres et se donnait le droit de rabaisser ses employées. Mais elle n’allait pas être de poids face aux force de l’ordre et à la justice quand on lui retirerait le droit d’exercer dans cet établissement. Quand bien même cela faisait vingt ans qu’elle dirigeait sa crèche, cela ne lui donnait pas le droit de traiter ses employées comme des esclaves, et encore moins les enfants qu’elle accueillait. La psychologue méprisait les gens comme elle, elle aurait voulu faire exploser sa colère au visage de cette femme. Mais contrairement à elle, Gill savait se contrôler et parlait d’une voix posée, même si elle la nuançait avec un peu de fermeté.

- L’ancienneté n’a aucun rapport avec la qualité de travail. Commencez par avoir un regard objectif sur vous-même avant de juger les autres et de les rabaisser en permanence. Et je ne partirai pas sans Delphine.

La jeune psychologue savait jouer la carte de la provocation, elle aussi. Ce n’était pas cette mégère qui allait l’impressionner, loin de là ! Elle avait fait face à bien trop de criminels, de drogués et de délinquants sexuels pour que cette dictatrice la fasse frémir. C’était l’avantage d’avoir travaillé sur le terrain pour le FBI : la vie de tous les jours et ses obstacles semblent bien moins impressionnants après toutes les horreurs qu’on pouvait voir en travaillant. Et cela aidait également à rester maître de soi dans des situations désespérées.
Delphine essaya de la convaincre de laisser tomber. Cet affrontement était inutile pour elle et elle semblait fatiguée de ce combat permanent contre sa supérieure. Mais Gillian ne comptait pas lâcher le morceau : cette femme avait déjà agressé son ancienne patiente et elle n’allait pas attendre que cela recommence pour la protéger. Il était inconcevable pour la psychologue de vivre dans la soumission et il était hors de question que Delphine vive ainsi. Elle avait bien trop souffert auparavant, elle ne le méritait pas. La jeune fille avait également peur que sa patronne ne lève la main sur Gillian, mais la psychologue ne craignait pas les coups. Elle était pris assez pour savoir que le monde était cruel et qu’il n’y avait rien à faire contre cela. Juste serrer les dents en attendant que cela passe et attendre le bon moment pour se relever et reprendre le dessus. La jeune femme tourna donc la tête vers sa protégée et lui adressa un sourire qui se voulait rassurant.

- Elle ne me fera rien Delphine, ne t’en fait pas. Entre adultes civilisés, on sait se maîtriser pour régler un problème calmement, n’est-ce pas ?

Cette dernière phrase était bien évidemment destinée à la directrice de la crèche, teintée d’ironie et de provocation. Malgré tout, Gillian n’était pas certaine de ce qu’elle avançait car cette femme était nerveuse et imprévisible. Elle avait déjà attaqué Delphine, il était tout à fait possible qu’elle fasse de même pour quiconque se mettait en travers de son chemin. Lorsqu’elle ordonna à Delphine de s’enfuir avec sa fille, Gillian fit tout la fureur du monde naître sur les traits de la directrice. Elle lui lança toute une série de menaces pour qu’elle reste à son poste, et son ton autoritaire fit stopper net la jeune fille. Elle avait fait tellement bien régner la terreur dans son établissement que son personnel lui obéissait au doigt et à l’œil. Gillian serra les poings, furieuse, mais elle ne se laissa pas décontenancer. Sans lâcher du regard leur ennemie commune, elle s’adressa à Delphine.

- Ne l’écoute pas, sort d’ici, elle n’a plus aucun droit sur toi ni sur Elodie.

Elle glissa sa main droite dans la poche de sa veste et composa le numéro de son supérieur avec un air de triomphe dans les yeux.

- Monsieur Taylor, ici le docteur Foster. J’aurais besoin d’hommes sur le terrain pour une histoire de harcèlement moral d’un patron sur ses employées. Avec au moins une plainte, c’est sûr. Merci monsieur.

Il n’était pas du ressort de la psychologue de lancer des investigations ici et là, mais son supérieur lui faisait pleinement confiance. En tant que psychologue et experte en détection de mensonges, elle était particulièrement bien placer pour repérer les situations qui menaçaient de déraper. Hors la situation avait déjà dégénéré et personne n’avait mis cette femme hors d’état de nuire. Il pouvait tout aussi bien lui envoyer des bleus, ça lui était égal : elle voulait qu’on embarque cette folle.
Revenir en haut Aller en bas

 Contenu sponsorisé 





• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Les fragments du passé

Revenir en haut Aller en bas

Les fragments du passé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Marilyn Monroe
» Passé, Présent et Futur
» Broder ensemble le marquoir Cadichon du Passé Composé
» J'ai passé une journée de dingue !
» [Test Blu Ray] Fragments [Emylia]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Criminal Minds :: Divers :: RP terminés (ou abandonnés)-