Le forum ferme ses portes après 5 longues années d'existence.
Merci à vous tous de nous avoir suivi et qui sait, à bientôt sur d'autres forums ♥

Partagez|

Once upon a time...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
 Jack Sutton 





• • • • • • • • • • • • •


▌Messages : 977
▌Date d'inscription : 10/06/2012
▌Métier : Agent FBI spécialiste en explosifs// Chef intérim
▌Avatar : Keanu Reeves


MessageSujet: Once upon a time... Jeu 26 Juil 2012 - 7:35

Voilà comme j'ai plus l'âme écrivaine que créas et autre je me lance dans un écrit qui me trotte en tête depuis un moment. Comme j'adore mon perso de Jack (non je suis pas amoureuse folle de Keanu Woups ) Je me lance à quelque chose.

8 JUILLET 2011


On me dit d'écrire, que ça va me faire du bien et oublier. Difficile d'oublier cette douleur atroce qui me déchire les entrailles. Mais bon je peux toujours essayer non? Si je commençait par le début ceci serait plus cohérent pour mes futurs enfants... si j'en ai un jour!

Du plus loin que je ne rappelle ma mère a toujours travaillée pour joindre les deux bouts. Mon père? Pffff.. Ne me parlez pas de se lâche, de ce froussard qui a abandonné ma mère alors que je n'étais qu'un bébé. Je l'ai vu sur photo et pour moi ce n'est rien de plus qu'une image.Bon j'ai eu quelques modèle masculins tel le père de ma mère. Comme il habitait loin on ne le voyait pas souvent donc côté figure paternelle j'en avais pas tellement je les grappillaient ici et là. Mais voilà malgré tout l'amour et la tendresse de ma mère, elle n'avait pas tellement le temps de s'occuper de moi à tenter de gagner notre pitance aussi maigre était-elle. Alors que fais un petit garçon qui veut attirer l'attention? Voilà vous l'avez deviné: Je faisais des mauvais coups. Baa.. pas tellement mauvais juste grimper le plus haut possible à un arbre ou faire peur aux filles en sautant dans leur jeux du haut d'une clôture. Bien sûr je me suis cassé des membres au grand désespoir de ma mère qui soupirait d'exaspération espérant que "cette fois c'était la bonne".

Je ne sais pas peut-être est-ce de là que remonte mon envie, non je me reprends: mon besoin d'agir subitement... Pour me sentir en vie. Je sais c'est idiot de dire ça à mon âge on dirait un gamin qui parle mais depuis toujours j'ai agi ainsi. Alors quand je commençai l'école ma mère fut souvent appelée aussi pour mes "idées de génie" mais aussi parce que je me faisais le défendeur des plus faible. Tiens je me souviens un jour je devais avoir pas plus de 10 ans et un garçon de mon âge asticotait une fillette de 5 ans pour un jouet ou une balançoire je ne me rappelle plus exactement. Enfin peut importe il était méchant avec elle; de ce fait je me plantai devant le garçon pendant que la fillette essuyait ses larmes. Après quelques échanges enfantin je le mis en garde de donner la dite chose sinon il le regretterait. Devinez quoi? J'ai eu droit à un petit rire et mon premier coup de poing à la figure. Il n'en fallait pas plus pour que je me jete sur lui pendant que la fillette hurlait de venir nous séparer. Ma mère vint me chercher après les cours et après avoir discuter longuement avec le directeur elle quitta en me prenant la main et nous sortîmes de l'école.


- Tu vas me faire mourir Jack...

- Désolé m'man


Je vis son sourire, tout petit et elle se pencha vers moi. Comme toujours elle avait son regard tendre que seule une maman peut avoir. Elle lissa mes cheveux en bataille et prit un mouchoir pour éponger le sang.

- Ne le sois pas Jack, tu as défendu une petite fille et pour ça je suis fière de toi. Ce dont je ne suis pas fière c'est de t'avoir battu par contre.

- Mais... maman il m'a frappé le premier! Je pouvais pas me laisser taper dessus!!

- Jack! La violence n'arrange jamais rien tu vois où ça t'a mené? À une retenue. Jack que tu veuille défendre tes amis c'est bien mais de te faire fracasser le crâne ça non. Allez viens on va souper.

Elle ne dit rien de plus. Cependant au fond de moi, le fait qu'elle m'ai dit qu'elle était fière de moi alluma un petit quelque chose. Elle ne me l'a jamais dit mais je crois que ça lui faisait "plaisir" que je défende mes amis ainsi. Un jour elle explosa à la face de ce directeur. Comme j'étais assis dehors j'entendais tout et malgré mon jeune âge j'étais fière que ma mère prenne ma défense et ainsi remette le directeur à sa place.

- Madame St-James, nous ne savons que faire de Jack. Il se bat et nargue ses camarades...

- Ces "camarades" comme vous dites, importune d'autres étudiants. Comptez-vous chanceux que Jack fasse VOTRE travail. S'il y avait plus de surveillance mon fils n'aurait pas à remettre une bande de petit voyous à sa place.

- Madame St-James! Nous avons une surveillance adéquate dans cette cour...


- Ha oui?! Comment se fait-il que mon fils revienne à presque tout les jours de l'école avec des ecchymoses, une lèvre fendue quand se n'est pas le nez enflé! Quand on a une position comme la votre monsieur on veille à la sécurité de tous et à punir ceux qui le mérite.

- Comment osez-vous! Vous êtes entrain de dire que je ne fais pas mon travail?!

- Exactement! Vous ne pouvez le nier vous-même puisque même son professeur dit qu'il prend la défense de ses camarades dans sa classe et ce SANS se battre.

- Peut-être que votre enfant mérite une correction exemplaire madame...


Là je tremblai sur ma chaise car les châtiments corporels étaient encore en vigueur où j'étais. Ça s'en allait tranquillement mais dans les écoles miteuses c'est rester longtemps. J'osais à peine respirer ou même bouger de peur qu'il se rappelle que j'étais là. Je sentis la tension monter d'un cran dans le bureau pendant que moi je tremblais de peur.

- Si vous osez lever la main sur mon fils ne serait-ce qu'une seule fois je vous jure que je m'occuperai personnellement de vous donner une correction exemplaire.

- Discipliner votre fils madame...

- J'essaierai bien mais pendant que je suis ici à tenter de vous foutre dans le crâne de faire votre boulot moi je perds de l'argent et dieu sais que j'en ai pas à perdre! Maintenant si vous voulez m'excuser je dois... "discipliner" mon fils. Viens Jack.


Je me levai sans un mot et la suivit collé à elle de peur d'avoir cette correction. Ce qui m'agaçait le plus c'est qu'elle ne parlait pas de tout le trajet, à peine au souper. Je fis mes devoirs pendant qu'elle faisait les comptes la main dans les cheveux.


- Maman? Est-ce que...est-ce que je suis méchant?

- Quoi? Mais non mon ange. Faire ce que tu fais c'est bien sauf comme je te l'ai dit pas te battre.

- Hum... Mais le directeur a dit...

- Le directeur est un gros connard! Oh! Excuse-moi je n'aurais pas dû. Tu dois toujours le respecter d'accord? Et tout ceux qui seront tes supérieurs. Allez fini tes devoirs.


Une simple caresse de la main sur ma joue suivit d'un sourire tendre avant qu'elle ne se replonge dans ses comptes et mois dans mes bouquins. Au moins là je su que je n'étais pas un mauvais petit garçon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
 Jack Sutton 





• • • • • • • • • • • • •


▌Messages : 977
▌Date d'inscription : 10/06/2012
▌Métier : Agent FBI spécialiste en explosifs// Chef intérim
▌Avatar : Keanu Reeves


MessageSujet: Re: Once upon a time... Jeu 26 Juil 2012 - 21:37

10 JUILLET 2011

Ce bref récit de ma vie me fis remonter une certaine nostalgie du passé. Bien sûr nous avons eu du mal à joindre les deux bouts mais faute d'argent ma mère m'accordait tout l'amour et le temps qu'elle pouvait. Enfin ou en étais-je? Ha! Oui! Suite à cette intervention disons, justicière de ma mère il eut plus de surveillants mais ceci n'enleva pas mon goût du risque. Faire du vélo dans les escaliers vous connaissez? Bien moi oui je me suis péter la jambe et encore une fois j'eus droit aux foudres maternelles. Je ne comprenais pas vite me direz-vous mais c'est plus fort que moi.

Vint ensuite l'adolescence et ses malheurs. Bien que plus grand j'étais toujours aussi téméraire mais avec le temps on peaufine. Mais sans me vanter j'étais tout de même beau gosse! Alors j'avais presque toujours un jolie demoiselle à mon bras. Mais malgré mon air de tombeur ma mère m'appris le respect de l'autre et de moi-même. Ainsi si je ne voulais pas m'engager avec une fille je lui disais simplement pour ainsi éviter qu'elle ne s'imagine des trucs. Oui malgré tout je suis rester un gentil jeune homme...avec des idées d'ados.

Je me rappelle qu'un jour ma mère me prépara pour mon bal de graduation et en ajustant la fleur à ma boutonnière un sourire flottait sur ses lèvres. Je crois que c'est à ce moment que j'aperçus ses rides. Je crois que plus ont grandi plus on les voient et je crois que c'est à ce moment également que je me rendis compte de tout le soucis que je lui avais causé ainsi que ses dures journées de labeur.

- Je m'excuse m'man.

- Mais de quoi mon chéri? D'avoir passé ton secondaire? Allons...

- Non pas ça. De t'avoir tant fait soupirer et inquiéter.


Je vis son sourire s'élargir et sa main caresser mon visage tendrement. Elle n'était pas triste au contraire c'était un mélange de fierté et de nostalgie.


- Jack, je n'aurais pas souhaité un autre petit garçon. Oui tu m'en as fait voir de toute les couleurs mais j'ai tenté de bien d’inculquer de belles manières et je crois ne pas avoir trop mal réussi. Allez va ta compagne va t'attendre.

Un dernier bisous sur la joue et j'étais parti. Une superbe soirée, une superbe demoiselle et bien sûr beaucoup d'alcool. Heureusement ma mère a eu la présence d'esprit de ne pas me prêter la voiture. Mais comme tout bon gentlemen j'ai reconduis ma compagne, enfin elle m'a supporter jusque chez-elle. J'étais engourdis par l'alcool et je lui volais un baiser que j'estimai bien romantique mais une fois à jeun elle me dit que c'était plus un barbouillage de salive qu'autre chose.

Enfin le secondaire terminé je me lançais l'automne suivant dans les cours de police. J'avais travaillé pendant 2 ans à ramasser mes sous et ainsi éviter un temps soit peu la lourde tâche de subir à mes besoin à ma mère. Contrairement à ma jeunesse je me jetai dans mes livres déconnant un peu bien sûr mais je demeurait sérieux.

Vous savez "l'avantage" d'avoir eu peu de chose dans ma vie fait que je me suis responsabilisé plus vite que la normal, bien sûr le sérieux viens avec car qui dit misère dit aussi trouver des moyens pour survivre et souvent se n'est pas dans l'allégresse. De ce fait je me sentais plus vieux que les jeunes de mon âge. Néanmoins je passai le plus clair de mon temps à étudier. Mais ceci rapporta ses fruits car je sorti du collège diplôme en poche prêt pour l'école de police.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
 Jack Sutton 





• • • • • • • • • • • • •


▌Messages : 977
▌Date d'inscription : 10/06/2012
▌Métier : Agent FBI spécialiste en explosifs// Chef intérim
▌Avatar : Keanu Reeves


MessageSujet: Re: Once upon a time... Sam 28 Juil 2012 - 7:32


15 JUILLET 2011

Parti en mission et disons que j'avais pas vraiment envie d'écrire. Bon attendez que je relise... Oui voilà! J'entrai en techniques policières et me plongeai dans mes livres et je fus ma foi, un élève assez modèle. Oui bien comme on peut l'être. J'écoutais bien et répondais avec ma franchise habituelle et en dehors des cours oui j'étudiai bien mais n'oubliez pas que j'étais un jeune homme. Donc les fêtes, l'alcool et les filles. Quelques-unes ont eu mon coeurs d'autre bien...vous savez seulement mon corps. Je crois que se qui faisait ma "renommé" était que j'étais toujours franc avec la gente féminine. Je veux sortir avec toi? Oui je le veux sinon bien je le disais ainsi j'évitai les ambiguïté.

Je sorti du collège avec mention honorable à 20 ans. Je pris un année sabbatique avant de faire mon entrée à l'école de police. Là je devais fermer ma gueule et entrer dans les rangs! J'obéissais à mon instructeur tel un petit toutou mais j'eus droit moi aussi à quelques corvées supplémentaires pour ma grande gueule. Après quelques fois on apprend à se la fermer...apprentissage que j'ai vite oublié. Enfin je passai mon cours de police et vint ma graduation. Vêtu de l'uniforme de policer droit et fier comme pas un! Je jettai un bref regard dans l'assemblée cherchant ma mère des yeux et là je la vis écoutant attentivement le directeur de l'école le sourire aux lèvres. Je me retournai avec cette chaleur au coeur d'avoir bien récompensé votre parent pour ses efforts. Ils nommèrent les élèves un à un et chacun remercia ses proches rapidement pour ne pas que ça s'éternise. Quand vint mon tour je me levai et me dirigeai vers l'estrade droit comme un soldat et acceptai mon diplôme ainsi que mon badge.

- Je voudrais remercier ma mère pour tout les sacrifices que tu as fait. Pour tout les soupirs et les inquiétudes dont j'ai pu te causer. Voilà c'est fait maintenant maman.

Elle était resplendissante dans la lumière du jour. Elle m'offrit son sourire le plus chaleureux et le regard le plus tendre qui soit. Je rejoignis mes camarades avant de passer à la fête. Comme j'étais seul je n'avais que ma mère alors je pus lui accorder tout le temps qu'elle voulait. Elle s'approcha de moi en trottinant et me sauta dans les bras joyeuse. Elle se recula et m'admira de pied en cape.

- Wow! Tu es magnifique Jack! Tu en rendra des envieuses je te le dis moi. Regarde-moi un peu... Tu as le regard de ton père. Quand il était heureux ses yeux devenait d'un noir si profond que s'en était hallucinant.

Rare était les fois où elle évoquait mon père et je dois dire que cette simple comparaison me chamboula un peu me faisant pincer les lèvres. Ma mère avait bien tenté de le joindre pour qu'il s'occupe de moi un peu, du moins nous envoyer un peu d'argent mais la dernière réponse qu'elle reçut de lui j'avais à peine deux ans et il lui disait qu'il ne payerait pas pour un fils qui n'était pas le sien. Cette simple accusation, je le sus plus tard, effondra ma mère. Alors elle rompit les ponts et s'arrangea toute seule. De toute façon qu'aurait-elle pu faire à ce moment? Les tests d'ADN n'existait pas encore. Enfin elle remarqua mes lèvres pincées et me sourit pour me rassurer.

- Jack, je sais que n'aime pas ça mais... tu lui ressemble beaucoup. Mais cette manie de te pincer les lèvres quand tu es contrarié tu la tien de mon père. Je l'ai vu trop souvent pour ne pas te lire. Allez viens on va fêter un peu. Tu n'as pas trimer aussi dur pour ne pas te récompenser un peu.

- Alors je t'invite! Un cocktail cher dame? dis-je sourire en coin

- Mais avec plaisir cher monsieur.

Elle glissa son bras sous le mien et nous avons bu et ri et bien sûr festoyer. J'ai dansé comme jamais avec mes compagnes de classes et ma mère avec le directeur. Oui j'ai passé une excellente soirée. De plus les étudiants étaient en majorité engagé par le LAPD alors pas de problème de boulot! J'avais alors 25 ans et une formation en cours avant d'être affecté sur la circulation d'abord. C'est d'un ennui mortel! Regarder le trafic passer pour leur donner des contraventions c'est un boulot de fin de carrière! Je voulais bouger, de l'action! Je dus attendre presque 4 ans avant d'être affecté sur la patrouille et ainsi rencontrer ma belle Julia.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
 Jack Sutton 





• • • • • • • • • • • • •


▌Messages : 977
▌Date d'inscription : 10/06/2012
▌Métier : Agent FBI spécialiste en explosifs// Chef intérim
▌Avatar : Keanu Reeves


MessageSujet: Re: Once upon a time... Dim 29 Juil 2012 - 7:47

Vous pouvez laisser vos commentaires Wink


16 JUILLET 2011

La patrouille! C'est d'un ennui mortel! Avez-vous déjà passé 8 heures dans une voiture à regarder le trafic passer, arrêter ceux qui vont trop vite ou trop lent et ça c'est sans compter faire la circulation lors d'accident. Je vous jure ce n'est pas le job le plus joyeux qui soit. J'avais un bon partenaire avec qui je m'entendais bien. Les fous rires que je me suis pris lors de ces 4 années! Vint ensuite la patrouille. Je vous dit pas comment j'étais excité mon premier jour de patrouille!

Nous avion eu un appel d'un voisin qui disait que la maison voisine il avait entendu des cris de femme et des bris probable de vaisselle. Comme nous étions proche nous nous dirigeâmes vers la dite maison. L'ordre était de rester là car on ignorait si le type était armé ou non. Cependant on entendait les cris apeurés de la femme et bien que nouvellement arrivé nous devions attendre les renforts. Mon partenaire somma l'homme de sortir les mains en l'air. J'étais accroupi derrière la voiture la main sur mon fusil regardant la porte mon coeur cognant dans ma poitrine. Rien ne bougeait, on entendait plus rien pas même un pleur.

- Chuck je crois que nous devrions y aller. dis-je en chuchotant.

- Pas question jeunot. Tu as entendus les ordres on bouge pas l'autre patrouille arrive.

Je retournai mon regard vers la porte espérant vivement qu'il sorte. Cependant une intuition me dit que nous devrions bouger...non plus mon impulsivité. J'hésitai car j'étais tout de même presque sorti de l'école de police et Chuck avait des  années de services devant lui. J'étais vraiment partagé. Finalement je couru vers la maison sous les cris de réprobation de mon collègue. Je toqaui aucune réponse. Hé merde! Je ne vous dit pas tous les scénarios qui peuvent vous défiler dans le crâne en une fraction de seconde. J'entrai sans frapper l'arme au poing pour voir une femme salement amoché et un homme non loin le regard fou le teint encore rouge.

- Monsieur, maintenant vous sortez.

- Pas question! Je suis ici chez-moi!

- Sortez immédiatement pendant qu'il est encore temps.

- Ah oui? Sinon quoi?


 - Sinon je vous mets une belle dans le crâne et je fais passer ça pour légitime défense.

Oui ma carrière commençait bien mal. Mais si vous auriez pu voir son visage! Partager entre l'envie de lui servir un sourire moqueur et mon impassibilité, j'optais pour cette dernière le toisant d'un regard dur.Mon partenaire me rejoins et entraîna l'homme toujours muet. J'expirai longuement me rendant compte que j'avais retenu ma respiration. Je rangeai mon arme et me dirigeai vers la dame et l'assied à la table de la cuisine.

- Ça va madame?

- Oh.. vous savez...

- Attendez je vais vous apporter quelque chose pour vous nettoyer.


Je m'éclipsai à la recherche de débarbouillette et serviette et fouillait dans le congélateur. Je lui tendis le sac de légume congelé et elle le prit et le mit sur son oeil enflé. De mon côté je nettoyai ses plaies doucement.

- Vous êtes nouveau n'est-ce pas?

- Pourquoi dites vous ça?

- Bien... disons que vous êtes le premier à aller chercher débarbouillette et autres trucs.

- Le... premier...

- Disons que j'en vois pas mal. Mais excusez-le vous savez...


- Non non je vous arrête tout de suite. Ce n'est vous qui l'avez fait éclater. C'est lui qui a fait ça comme un grand. Ne l'excusez pas vous n'êtes responsable de rien.

Si vous avez vu le regard triste et soulagée de cette femme! Il semblait qu'elle attendait ses mots depuis un bon moment car elle éclata en sanglots. Je me pinçai les lèvres ne sachant que faire et fini par poser une main rassurante sur elle.

- Écoutez madame, vous pouvez faire une plainte et ainsi il sera loin de vous faire du mal je vous le promets. Vous avez ma parole madame.

- Avez-vous une copine monsieur?

- Euh... non pourquoi?

- Vous êtes un homme bon. Je vous dis qu'elle serait déjà chanceuse de vous avoir.


 Disons qu'en ce moment précis je lui fit un sourire reconnaissant. Vint ensuite la déposition, les rapports et ma première visite au directeur de police. Oui je sais je commence rapidement mais après que je lui ai expliquer mes motivations il poussa un soupir, soupir que j'avais entendu toute ma jeunesse. Il me fit, non tenter, de comprendre que j'aurais pu me faire sauter la cervelle et risquer la vie de mon partenaire. Bien sûr il me félicitai déjà pour mon acte et d'avoir convaincu la dame à porter plainte.

Un temps passa et vint enfin une soirée de congé où je me permis avec d'autres potes de sortir en boîte. Enfin un moment pour rigoler et s'amuser et une soirée où je rencontrai ma belle et douce Julia. Tiens la voilà!


Spoiler:
 

Elle était tout simplement splendide! Elle avait noué ses cheveux auburns en un queue de cheval et avait une robe noire tout à fait adorable. Rien de vulgaire, juste assez pour mouler ses formes. Son sourire était éclatante et je me surpris à sourire avant même qu'elle ne me regarde. Mes copains se fichèrent bien de moi en voyant mon regard lorgner vers elle car ils étaient nombreux à la draguer et nombreux à retourner bredouilles.


- Jack si tu crois mettre la main sur cette fille je te jure que tu perds ton temps! me dit Chuck.

- Ouais elle est comme une sirène qui vous attire au fond de la mer pour mieux vous rejeter ensuite.

- Bon bien à moi de voir si elle me rejettera.


Je lançais un oeil de défi vers mes copains et attendit en l'observant doucement. Quelques fois elle jetait un oeil dans ma direction, se sentant observée sans doute, et toujours je lui répondait avec un sourire. Elle partie danser avec ses copines et je vis là l'occasion rêvée pour aller papoter et bien sûr je me fis foutre de ma gueule. Je me dirigeai à sa table et attendit. Elle revint en riant avec ses copines et je l'accueilli avec un grand sourire un verre à la main et le reste sur la table.

- Mademoiselle, vous devez avoir chaud d'avoir tant danser. Et pour vous mesdames vos breuvages sont ici.

J:- Bien merci monsieur mais...

- Permettez-moi de me présenter, Jack Sutton.

Amies: - Ju, on va...aller voir ailleurs si on y est. Bye Jack!

J: - Non mais attendez... Bon vous êtes content maintenant? Dites-moi ce que vous voulez et disparaissez!


Je remarquai à ce moment même combien elle était jolie, même agacée elle avait quelque chose qui émanait d'elle qui me poussa à rester au lieu de battre en retraite. Je lui fis un sourire charmeur avant de m'asseoir une fesse sur la table et de la regarder longuement. Elle maintint mon regard en haussant un sourcil.

- Bien ce que je veux mademoiselle ce n'est pas compliqué. Votre nom d'abord.

J:- Et pourquoi je vous le donnerais?
dit-elle en haussant la tête

- Bien ainsi je pourrais l'utiliser au lieu de mademoiselle.

Ses yeux marrons me fixaient intensément et m'examinai. Elle essayait probablement si j'étais un pauvre connard. De loin je vis mes copains s'esclaffer en me voyant, même que l'un d'eux me fit un "L" avec ses doigts pour me dire "loser".

- Julia. Maintenant puis-je savoir pourquoi vous me regardez depuis tantôt en souriant bêtement.

-  Mais je ne souriais pas bêtement je tentais une approche. Ensuite pourquoi je vous regarde...


Je me levai et je la dépassait d'une bonne tête malgré tout elle semblait forte et déterminée à m'éloigner. Cependant mon but était elle et je l'aurais quitte à prendre un coup dans les dents...ou ailleurs. Je me rapprochai d'elle doucement comme on approche un animal sauvage.

- Parce que vous êtes magnifique. Votre regard si perçant et brillant. Je sais que nombre de mecs vous l'ont dit mais je suis différent d'eux.

J:- Ha! Oui? En quoi êtes-vous différent?

- En ceci.


Je perçus une lueur de défi dans ses yeux et mon coeur en fit un bond et je n'en fus plus que ravi! Je glissai mes mains sur sa nuque pour en remonter une juste sous sa queue de cheval et glisser l'autre le long de son dos arrêtant juste au milieu et je l'approchait lentement de moi avant de poser mes lèvres sur les siennes en un long baiser langoureux sans jamais chercher à l'effrayer. Je sentis qu'elle baissait sa garde et je dois vous dire que je me sentais fier! Oui bien quel mec normalement constitué ne serait pas fier d'avoir eu sa "proie". Je la sentis se rapprocher de moi avant qu'elle ne mette un terme à notre baiser le souffle court et les joues en feu.

J:- Ne refais jamais un truc pareil.

- Pourquoi? dis-je sourire en coin

J:- Parce que...


Elle remonta son regard vers moi et je me sentis plonger dans l'abîme. À se moment ni un ni l'autre ne trouvèrent les mots et elle ne fit que lever une main ver moi pour glisser ses doigts dans ma chevelure. Ses yeux fouillaient les miens et personnellement pour rien au monde je n'aurais bouger de là. Coup de foudre? Ouais je crois que l'ont peut dire ça. Nous avons parler, danser et laisser nos copains en plan mais ça c'était sans compter leur mine surprise de voir que j'avais réussi à "dompter la bête" comme ses copines l'appellait. Je lui souriais bêtement e tje dois dire que c'est une des choses dont je suis le plus fier. D'avoir connu Julia m'a rendu l'homme le plus gentil et tendre de la terre!


Dernière édition par Jack Sutton le Mar 24 Sep 2013 - 4:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
 Jack Sutton 





• • • • • • • • • • • • •


▌Messages : 977
▌Date d'inscription : 10/06/2012
▌Métier : Agent FBI spécialiste en explosifs// Chef intérim
▌Avatar : Keanu Reeves


MessageSujet: Re: Once upon a time... Mar 31 Juil 2012 - 8:47

18 JUILLET 2011

Nous nous fréquentions depuis un moment quand je décidai de la présenter à ma mère. D’abord de savoir que son fils unique avait enfin trouvé son âme sœur la soulageait terriblement! Quand je lui ai dit elle sauta de joie et me serra fort contre elle. Imaginez alors le souper gargantuesque qu'elle prépara! Du poulet rôti, des pommes de terres pilées, des légumes sautés, de la salade bien fraîche, des canapés et des desserts variés allant des biscuits au gâteau en passant par les tartes.

J'avais été chercher Julia, et j'avais déjà rencontré ses parents depuis un moment! Déjà que je n'avais pas un foyer normal! Mais bon comme toute femme qui se respecte elle me cria d'entrer et une fois à l'intérieur elle me servit le classique "J'en ai pour une minute". Je souris en faisant le tour de son appart. Bon ce n'est pas comme si je ne le connaissait pas je passait le plus clair de mon temps ici. Je fis le tour regardant un bibelot ou encore une photo qui ornait une tablette. J'en regardais une qui avait été prise avec sa famille elle se tenait entre ses parents tout sourire le soleil d'été faisant briller ses cheveux au reflet de cuivre.


- Jack?

Je me retournai et la fixai avec stupeur. Elle était époustouflante! Une robe fleurie au genoux voltant autour de ses jambes des ballerines tout simple et ses cheveux étaient bouclés descendant en cascade sur ses épaules. Je lui souri avant de m'avancer vers elle pour l'embrasser tendrement.


- Je te jure que si nous n'avions pas un souper....

- Bien justement ta mère nous attend alors on y va vilain garnement.


Une fois arrivé ma mère l'accueilli comme si c'était sa fille. Je sus que ma mère l'aimait déjà et inversement pour Julia. La tension que j'avais ressenti dans mes épaules se relâcha plus la soirée avançait. Les yeux des femmes de ma vie brillaient et en étant le seul homme de la maison je ne pus que me sentir fier que tout ceci était à cause de moi. On s'approcha de la table que ma mère avait mise et je vis les yeux de Julia s'agrandir de surprise et remontant vers moi avec l'air de dire " On va pas manger tout ça!" je lui souri et lui tirai sa chaise. Jamais je n'avais vu ma mère aussi volubile et joyeuse. Une fois le repas terminé et devant un dessert et un café ma mère releva les yeux vers moi et je sus immédiatement qu'une question lui brûlait les lèvres depuis un moment.

- Alors Jack quand iras-tu rester avec Julia?

Julia s'étouffa avec sa gorgée, pour ma part la tasse se figea dans ma main. Oui bon ma mère avait toujours été directe et franche avec moi mais là! Je reposai ma tasse avant de m'enquérir de l'état de ma douce qui me fit signe que ça allait.


- Maman....

- Non mais sérieusement! Tu as presque 30 ans Jack et tu reste encore au foyer familial. Elle est belle, gentille. Qu'est-ce que tu attends?

- Madame St-James c'est que... on en a pas encore parler...

- M'man ça fait seulement quelques mois...

- Et alors? Ça se voit comme le nez au milieu de la figure que vous êtes pour aller ensemble. N'est-ce pas Julia?

- Euh... bien...


- M'man je peux te parler quelques minutes?

- Parle Jack, je t'ai toujours dit d'être franc.


Bon je savais que rien ne la ferait bouger. Je la vis prendre sa tasse une lueur taquine dans les yeux. Non mais elle se foutait de moi?! Est-ce qu'elle avait préparer mes bagages? Je risquai un oeil vers la porte d'entrée et quand je retournai mon regard vers elle je crus percevoir un sourire moqueur.

- Tu veux que je partes?

- Non mon ange, mais tu es un homme maintenant et tu as trouvé une belle et gentille demoiselle. Bien sûr je ne te pousserais jamais de la maison. Mais je voulais voir enfin si c'était sérieux...


Là je compris qu'elle se moquait de moi. Je poussai un soupir vaincu en la fixant durement. Cependant un sourire se dessina sur mes lèvres pendant que Julia tentait de comprendre ce qui se passait. Je me tournai vers elle et expliquai que parfois j'avais ramener des filles et que j'étais parti vivre avec elle pour revenir quelque mois voire quelques semaines plus tard. J'éclatai de rire en la voyant me regarder avec surprise.

- Non mais tu ne croyais pas que j'étais un ange quand même? dis-je en riant de plus belle

- Non mais... à ce point?


Ma mère éclata de rire avant d'expliquer, enfin raconter mon enfance et mes coups pendable. Je vis Julia écouter attentivement ma mère, je suis sûr qu'elle tentait de m'imaginer tout gamin entrain de faire damner ma mère. La soirée se passa bien et nous quittâmes ma mère pour aller voir un film tout collé dans un ciné pas loin de chez Julia. Nous marchions tranquillement depuis chez-elle et je la sentais pensive et loin dans ses pensées.

- Ça va Ju?

- Hein? Oh! oui oui. Ta mère est une sainte! T'avoir élevée seule et en plus de la faire damner comme tu l'a fait! Tu es impossible Jack!

- Disons que ma mère a fait du mieux qu'elle pouvait. Elle était toujours prise par le boulot et mon père...

- Pas besoin d'en parler maintenant. Mais c'est vrai cette histoire de déménagement chez des filles?

- Bien sûr! À toute les fois je croyais avoir rencontrer ma princesse et finalement c'était la vilaine sorcière. C'est pour ça que ma mère me l'a demandé. Et j'avoue que j'y avais...

- Jack Sutton! Oublie ça!

- Je te taquine Ju.

N'empêche que je me sentais horriblement bien avec elle. On voyait nos amis et on avait du plaisir. Quand je travaillait elle arrivait, dieu seul sait comment, à glisser un mot doux dans mes poches d'uniforme. Je passais de moins en moins de temps chez-moi et de plus en plus chez ma douce. Un soir j'étais resté chez-elle et nous dormions collés bien au chaud dans les couvertures, ma tête reposant sur son épaules. Nos doigts entrelacés et disons que pour moi rien ne m'aurait fait bouger de là... sauf cette sonnerie d e l'enfer! J'ouvris les yeux et pris mon beeper et grognait déjà. Pas besoin d'appeler c'était le boulot. Je m'extirpai du lit lentement et enfilai mes vêtements le plus doucement possible. J'étais dos au lit tentant d'attacher ma ceinture quand sa voix me fit presque pincer.

- Tu sais que tu es beau en uniforme Jack.

- Julia! Tu m'a flanqué une de ses frousse!

- Tu dois vraiment y aller?

- Oui ma puce. C'est ça avoir un petit ami dans la police, je serais pas long, tu devras t'y habituée quand on restera ensemble....

- Tu veux venir t'installer?

J'étais entrain de boutonner ma chemise que mes doigts se figèrent sur un bouton avant de la regarder incrédule, Mon regard semblait dire "Sérieux?" car elle hocha de la tête presque suppliante. Mon visage s'éclaira d'un sourire avant que je me jette presque sur elle.

- Je veux bien et ainsi t'avoir en tout temps à mes côté. Écoute je dois y aller mais je te promets qu'on s'en reparle. Je t'aime ma Juju.

Dernier baiser et je parti mettant la demande de ma belle de côté pour me concentrer sur le cas qui m'arrachait à mon sommeil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
 Jack Sutton 





• • • • • • • • • • • • •


▌Messages : 977
▌Date d'inscription : 10/06/2012
▌Métier : Agent FBI spécialiste en explosifs// Chef intérim
▌Avatar : Keanu Reeves


MessageSujet: Re: Once upon a time... Jeu 2 Aoû 2012 - 8:06


20 JUILLET 2011

Je m'installai chez ma douce Julia lentement. Malgré que ma mère se doutait bien que je quitterai la maison, il n'en reste pas moins que j'étais son fils unique et disons que pour elle c'était rassurant de me savoir sous son toit. Elle m'aida à faire mes cartons les lèvres pincées des larmes au coin des yeux mais toujours elle demeurait du force que j'en étais renversé. Je partageai maintenant mon quotidien avec Julia. J'ai commencé à sortir avec elle le 10 Juillet 2007, cela faisait déjà presque un an que nous étions ensemble.

Oui bien sûr nous avions dû nous adapter car disons que ma douce Julia pouvait se transformer en un dangereux dragon sorti tout droit des enfers. Non mais je n'étais pas toujours gentil mon égo de macho (selon elle) prenant le dessus parfois. Je me rappelle que parfois quand nous sortions je me tenais près en cas où elle aurait affaire à un connard. Jamais je ne me suis battu juste un regard noir et un bras passé autour de ses épaules. Un soir elle m'avait laissé un mot me demandant de la rejoindre dans un petit bistro non loin de notre appartement. Vite une douche et habillé tout propre d'un pantalon de coton marine et d'une chemise bleue plus pâle, rasé de près sentant bon le parfum. Dès que j'arrivai je la vis de dos sirotant un verre tranquille. Je m'approchai et comme toujours son visage s'illumina et m'examina de haut en bas avant de se lever et de me serrer contre elle. Nous nous assîmes et discutions tranquillement quand un homme arriva et aussitôt elle se mit à lui parler mon instinct de protecteur reprit le dessus et instinctivement je me rapprochai de ma douce souriant doucement à Julia qui me servit un regard noir.

- Jack, je te présente Sean un ami. Sean mon copain Jack.

Je serrai sa main non sans un petit "enchanté" qui eut de la difficulté à franchir mes lèvres. Son copain? Non mais... Je n'aimais pas ce mec! Trop près de Julia, trop familier.... Je tentais de me calmer et de passer une bonne soirée trouvant même le "courage" de parler à ce Sean. Ce fut sur le chemin du retour que je sus que j'avais fait le con. Comment? Juste par la manière dont Julia marchait et serrait ses bras autour d'elle. Aussitôt la porte fermée elle lança son sac à main sur le canapé.

- Jack Sutton! Tu es le pire rustre, connard de macho que je connaisse!

- Quoi?! Mais...

- Oui exactement! Un gros macho fini! Un homme des caverne, un... un... salopard qui me prends pour sa propriété!

- Hé! Attends une minute Julia Sanders! Je ne sais même pas qui est ce type!

- Un ancien ami du collège!

- Un ancien petit copain oui!

- Qu'est-ce que tu veux dire?
dit-elle les lèvres serrées.

- Tu le sais très bien! Aussitôt qu'il apparut je suis devenu transparent. POUF! Jack est disparu et non pas tout à fait parce que je suis ton "copain" c'est quoi cette appellation de merde Julia?!

- Tu es disp... Non mais tu es vraiment un gamin quand tu veux toi! Parce que je ne m'occupe pas de toi deux secondes tu fait la moue? Té vraiment con quand tu veux! Et cette "appellation de merde" comme tu dis, c'est qu'il savait déjà que tu es mon petit copain.


J'ouvris la bouche pour la refermer un peu à court d'argument. Bon ok j'ai merdé! Mais disons que je ne le savais pas... et que j'ai pas donné de chance non plus. Là il doit me prendre pour le pire connard de la terre. Aussitôt la tension baissa. Bien que nous restions muet, elle était tellement belle quand elle était fâchée! Ses yeux marrons devenait si clair et son teint virait au rouge, oui elle était belle mais je n'étais bête au point de lui dire à ce moment-là. Bien j'étais con mais pas toujours. Je me rapprochai d'elle lentement avant de poser mes mains sur ses épaules. Son regard c'était radouci pour redevenir de cette couleur brun-ambré et un petit sourire pointa au coin de ses lèvres.

- Oh.. Jack je suis désolée...

- Non c'est moi j'aurais dû me calmer et lui parler gentiment

- Oui peut-être mais j'aurais dû savoir que tu aurais cette réaction. De plus...


Elle s'approcha de moi un sourire taquin aux lèvres et remonta son visage vers le mien.

- J'aime bien quand tu fais ton petit macho...

- Bon hé voilà! Tantôt tu me le reproche et là tu aimes ça. Tu sais que tu es difficile à suivre Juju.
dis-je en souriant.

- Mais c'est ça le mystère des femmes mon amour. J'aime bien te voir faire le petit coq de basse-cour. En gros je t'aime comme tu es mon Jacky d'amour.

Le temps passa comme les saisons pour arriver à la période des Fêtes et ses lumières et cette magie que seul Noël peut faire. Entre le boulot et la maison je devais faire les présents et pour ça je manquai de temps. J'avais réussi à en dégoter quelques-uns pour ma mère et quelques-uns pour Julia. Lentement les jours défilaient et j'emballai mes cadeaux loin de son nez trop curieux. Nous avions inviter ma mère chez les Sanders. Bon je dus la convaincre un peu mais fini par se laisser tenter. Bien habillé de veston-cravate et ma belle d'une robe moulant aux couleurs argent qui flattait ses formes. Bière à la main était dans un coin pendant que les femmes dans une autre petite coupe de vin. Parfois je jetai des œillades à ma douce voulant capturer chaque petits moments comme un appareil photo. Nous nous assîmes à la table entouré de ses frères et de ses parents.

C'est exactement ce que j'aurais voulu connaître, une table rempli et pleins de bruits. Je relevai les yeux vers ma mère et d'un simple coup d'oeil je su qu'elle pensait la même chose que moi. La main de Julia c'était posé sur la mienne comme un oiseau, je me tournai vers elle pour lui sourire. Elle savait toute mon histoire, mon enfance, comment j'ai souffert et du pourquoi j’agissais comme un casse-cou. Je dois dire qu'avec elle je m'étais assagi je prenais un peu plus de temps pour penser avant de me lancer. Elle était mon port d'attache, mon ancrage. Enfin le souper passa et la soirée avançait et le dépouillement de l'arbre. Les cadeaux faisaient le tour du salon et une fois tout déballer je sentis mon coeur faire un bond dans ma poitrine. Déjà les gens se regroupaient pour discuter entre eux et faire voir leur cadeaux. Je m'approchai de Julia et lui pris la main le coeur me martelant la poitrine.

- Excusez-moi, j'ai un dernier cadeau à donner à Julia.

Aussitôt les murmures se turent ma mère me regarda en fronçant les sourcils se demandant se que je foutait encore. Je me tournai vers Julia et plantai mes yeux dans les siens hypnotisé comme je l'étais à chaque fois. Elle fit un rire gênée avant de me presser du regard.

- Julia, depuis 1 an et demi tu partage ma vie. Ta rencontre a été disons...difficile mais ça valait tellement la peine que tu me prenne pour un con.

Elle fit un gloussement se rappelant de cette soirée. Je sentis ses doigts se refermer sur ma main et la presser affectueusement.

- Ju, tu me connais mieux que personne. Tu sais comment je pense et comment j'agis. Tu connais chaque coin de mon âme et de mon coeur mieux que moi-même. Tu sais lire en moi ce que je tente de me cacher. Tu connais le Jack sombre, le Jack drôle. Mais ce soir c'est le Jack totalement fou de toi qui te parle. Oui parce que je suis plus que raide dingue de toi je te demandes bien tendrement....

Je fouillai dans la poche de mon veston et je dus lâcher sa main pour ouvrir le petit écrin où était une bague en or surmonté d'un diamant et où j'avais fait gravé "À ma Juju de ton Jacky" Mon coeur s'arrêta de battre un long moment quand je vis l'expression de son visage. Elle avait ses mains devant sa bouche et ses yeux agrandis fixait la bague. Le temps et les gens c'était figés. Lentement son regard ambré remonta vers moi me demanda du regard si c'était sérieux. Elle baissa les mains et caressa l'anneau du bout du doigt. Pendant ce temps, qui me semblait interminable, je suppliais qu'elle me donne une réponse affirmative. Ce ne fut pas long car ses bras m'entourèrent me serrant fort. Je libérai ma main l'entendant souffler dans mon oreille un "oui" rempli d'émotion. J'enfouis mon visage dans son cou soudain seuls au monde dans ce salon bondé. Elle m'embrassa longuement et je m'y accrochai comme à une bouée. Je passai l'anneau à son doigt et la regarda longuement avant de me regarder de nouveau.

- Ne refait jamais ça Jack! dit-elle la voix remplis d'émotion.

Je lui souris et la rapprochai de moi me perdant dans ses yeux et collai mon front au sien.

- Pourquoi?

- Parce que...


Elle me donna un dernier baiser avant de s'éloigner en laissant une main glisser sur moi pour montrer sa bague pendant que j'avais des félicitations et des tapes amicales dans le dos. Maintenant que j'y pense aurais-je fais la même chose avoir connu la suite? Oui sans hésitation elle est toujours là en moi comme un petit ange veillant sur moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
 Jack Sutton 





• • • • • • • • • • • • •


▌Messages : 977
▌Date d'inscription : 10/06/2012
▌Métier : Agent FBI spécialiste en explosifs// Chef intérim
▌Avatar : Keanu Reeves


MessageSujet: Re: Once upon a time... Sam 4 Aoû 2012 - 9:01

(Non ne dites rien ^^)
22 JUILLET 2011

Juste me relire et revivre ses moments me serre le cœur et je sens la douleur atroce de la peine me tordre les entrailles, comme un sentiment de danger auquel mon corps répond avant même que je m'en aperçoive. Comment vous dire combien j'étais bien et heureux avec ma Julia? Maintenant que j'y pense ça me semble une époque lointaine et révolue.

Toujours est-il que nous avions fixé une date de mariage et ça c'était sans compter notre autre projet que nous mettions pour l'année prochaine: celle d'avoir notre petit bout juste à nous. Nous étions pris dans les essayages, le fleuriste. Mais à chaque fois nous réussissions à nous entendre pour les couleurs et autres petits trucs.

Mais vous ai-je dit ce que faisait Julia dans la vie? Elle était relationniste pour MGM.Oui bien en étant à LA il fallait s'y attendre un peu. Elle était belle, sociable donc à même de caser rendez-vous et contacter différents producteurs et acteurs pour des auditions. Malgré tout ça elle restait d'un simplicité désarmante! Elle était presque une maman avec moi étant toujours fourrer dans des situations pas possible. Tiens voilà un exemple.

Nous étions sur une enquête où un homme menaçait de faire sauter la tête des membres de sa famille. La crise économique avait frappé tout le monde et suppliait de parler à son patron. Caché derrière une voiture de police je me tournai vers Chuck.

- On sait quoi?

- Ben il travaillait dans une usine d'automobile et il a perdu son emploi à cause des coupures.

- Non Chuck... sa famille.

- Oh! Ça! Marié depuis 5 ans et deux enfants un garçon de 3 ans et une fille de 9 mois
.

Je retournai le visage vers l'homme qui brandissait une arme. Je devinai la femme cachée à l'intérieur entourant ses enfants pour les protéger contre la folie meurtrière de son mari. Aussitôt la colère entoura mon cœur ne comprenant pas comment un homme pouvait en arriver là. Chuck du apercevoir ça dans mon regard car il me fixa découragé.

- Jack n'y pense même pas! Il est instable et pourrait tirer sur toi.

- Tu préfère qu'il fasse sauter la cervelle de sa famille je suppose?
dis-je d'un ton dur

- Non Jack comme personne ici. Mais je t'en prie attends les ordres...

- Mmmph


Mon regard noir était posé sur cet homme qui visiblement était envahi de colère et de désespoir. Mentalement j'essayais de mettre en place un plan pour le clouer au sol sans qu'il n'atteigne un de mes collègue ou encore que je me fasse sauter la cervelle. Je sentais chaque parcelle de mon corps fourmiller sous le stress.

- Jack... murmura Chuck les yeux rivé sur le père.

- Je pense là...

- Jack merde ça te dérangeait d'écouter une fois juste pour que tu vive encore? Qu'est-ce que Julia va faire si tu n'es plus là?

- Et si je ne fais rien tu crois qu'elle va sauter de joie?

- Bordel que tu es tête de mule Sutton!


Après des minutes à tergiversé sans que personne ne fasse rien je me levai et avançai l'arme au poing le regard noir. Aussitôt l'arme se mit en ma direction.

- Posez votre arme! dis-je durement

Je sentais la tension derrière moi et surtout les murmures! Oui bien personne ne bougeait alors il fallait que quelqu'un le fasse

- Bordel Jack! cria Chuck

- Non mais comment il fait pour être aussi con?! dis un autre

- Bah il fallait s'y attendre. Il n'est pas du genre à attendre les ordres répondit un autre.

- Putain il va finir par mourir ce mec!


Je les entendis à peine avançant lentement vers l'homme du coin de l’œil je perçut un mouvement de rideau pour voir un œil. L’œil de sa femme apeurée, seulement un iris vert qui me suppliait presque de l'aider. Elle rabaissa le tout probablement pour protéger ses petits. Heureusement j'avais une veste par balle!

- Reculez! Je veux mon patron!

- Posez votre arme monsieur! Vous voulez que votre femme et vos enfants voient ça?


Petite hésitation ou son arme trembla dans sa main mais j'eus la présence d'esprit de ne pas débouler dessus sinon qui sait où il aurait pu tirer! Toujours aussi guidé par l'envie de sauver cette famille j'avançais lentement. L'arme se releva plus sûr que jamais et son visage se durcit. Je sus que là rien ne l'arrêterait, même pas un petit policier comme moi.

- POSEZ VOTRE ARME!!

- JE VEUX MON JOB!


Je plongeai sur lui comme j'entendis une détonation. Je ne sus pas tout de suite si c'était moi, lui ou mes collègues. Je roulai sur le sol l'immobilisant ma rage me guidant. Chuck vint me rejoindre ainsi que le reste de la bande. Ils le prirent et je fonçai à l'intérieur. La femme était recroquevillé sur son poupon son fils collé à elle sanglotant. Je poussai un soupir de soulagement en les voyant. Ils n'étaient pas blessé quoique secoué.

- Madame, vous allez bien?

- Mon mari? Il est... Oh! Mon Dieu! C'est son sang?


Je baissai mon regard et vit une tache rouge sur mon bras en même temps que la douleur cuisante. Je lui fit un non vigoureux de la tête. Aussitôt une demi-douzaine de policier débarquèrent comme je m'affalai sur un fauteuil.

- Merde Jack ça va? On va t'envoyer à l'hosto. Ici l'agent Chuck Montgomery envoyer une ambulance on a un agent touché. Té dans la merde Jack j'espère que tu le sais.

On amena la petite famille dehors et en quelques minutes on s'occupa de moi. Je les chassai de la main leur disant que j'allais bien. Chose qui était en partie vrai, la douleur était cuisante et elle me brûlait le bras de tout son long. Quand l'ambulance arriva on me fit monter à l'intérieur. Examen rapide pour constater que la balle avait trouver logis dans un os de mon bras. Direction bloc opératoire. Je ne fus pas là longtemps mais assez pour que quelqu'un prévienne Julia et qu'elle soit là dans la chambre se rongeant les ongles.

- Hé! Juju! Comment...

- Jack!


Elle se jeta dans mes bras oubliant mon bras blessé je la serrai contre moi tendrement. Je sentis ses épaules tressauter et je su qu'elle sanglotait contre moi. Je la serrai encore plus fort tentant de calmer ses sanglots mais elle se détacha de moi férocement.

- Comment as-tu pu me faire ça? Tu ne pouvais pas écouter les ordres?

- Julia, une famille était en danger...

- HÉ ALORS! Comment tu crois que j'ai réagi quand Chuck m'a dit que tu étais blessé? Je te croyais à l'agonie Jack!


Sa voix tremblait de rage, de peine et d'inquiétude tout ça mélangé à la fois. Je crus sage de ne pas répondre. Ses yeux étaient inondés de larmes que je savais par ma faute.

- Pourquoi Jack il faut toujours que tu joue les super-héros? Tu n'es pas Superman! Tu peux mourir!

- Julia...

- Non pas de Julia! Pense que tu m'as moi! Comment ta mère réagirait si elle perdait la seule personne qui compte pour elle? Si elle perdait cet homme que tu es, sa raison de vivre. Tu la tuerais Jack.

- Julia, je sais que je n'aurais pas dû mais je ne pouvais pas laisser cette famille sous la menace d'un homme désespéré. Je le referais s'il le fallait...et ce même pour te sauver toi ou ma mère. Je ne voulais pas t'inquiéter. Allez viens.


Elle ne dit rien mais comprit ce que je voulais dire. Elle savait mon métier dangereux et que, oui je l'admet, je prends des risques inutile... selon elle. Mais à chaque fois c'est pensé, réfléchi pour que justement il n'y ai qu'une seule personne de touché, en l’occurrence moi. Cependant je ne dit rien me contentant de la serrer contre moi pour la rassurer et lui prouver que j'étais bien en vie près d'elle

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
 Jack Sutton 





• • • • • • • • • • • • •


▌Messages : 977
▌Date d'inscription : 10/06/2012
▌Métier : Agent FBI spécialiste en explosifs// Chef intérim
▌Avatar : Keanu Reeves


MessageSujet: Re: Once upon a time... Mar 7 Aoû 2012 - 8:24


23 JUILLET 2011

Le sermon que j'ai eu je ne vous dit pas! Malgré que mon capitaine m'est féliciter pour mon initiative je me fis vite remettre à ma place me disant que j'avais risqué ma vie ainsi que celle de mon partenaire et de mes collègues et bla bla bla... Oui bien à force d'attérir dans le bureau je connaissais la chanson et si je peux me confier j'ai toujours eu une chance incroyable de ne par perdre mon job. Oui bien juste ça aurait valu une suspension. Non mais là je fus mis à la paperasse. Si la circulation est ennuyante la paperasse est à se jeter du pont! Je suis un homme de terrain et d'action alors me retrouver confiné à classer des papiers c'était ma mort! Bon je n'avais qu'à écouter me direz-vous mais que voulez-vous je suis ainsi.

De ce fait Julia me bouda presque toute la semaine chose qu'elle ne faisait que si elle était vraiment en pétard contre moi. Alors pendant quelques jours je filai doux mais après un moment j'en eu marre de sa gueule de frustrée alors une journée j'attendis qu'elle soit partie et j'appelai pour leur dire que j'étais malade. Je fis le ménage, la lessive, plier et ranger le linge (et tout ça d'une main!) ainsi que lui préparer un bon souper. Quand elle arriva elle ferma la porte et s'arrêta net dans l'entrée de la cuisine.

- Mais....

- Je t'ai fait couler un bain ma belle alors va relaxer.

- Qu'est-ce que tu mijote encore?
me dit-elle suspicieuse

- Rien Julia. Je veux juste que tu arrête de me faire la gueule. Allez vite avant que je me fâche.

Elle fila non sans me jeter un oeil par-dessus son épaule encore suspicieuse mais elle m'obéit. Pendant que je l'entendait se dévêtir je continuai à cuisiner et les odeurs qui envahissaient la cuisine me fit saliver. Je sursautai par ma belle qui se tenait là dans son peignoir de satin les cheveux encore humides de son bain. Je dus ouvrir la bouche comme un idiot car elle ria doucement et la ferma d'un doigt.

- Alors? Est-ce convenable ou je dois me changer?

- Heu... non non ça va Ju... Wow! Mais tu tellement belle

- Hé ça va là! Je suis juste en peignoir. Alors tu veux te faire pardonner?

- Ben... un peu oui...

Elle me souri et j'installai la table et nous servit et mangeait à côté d'elle lui caressant un cuisse ou encore lui prenant la main j'étais subjuguée par ce qu'elle dégageait. Un an c'était écoulée depuis nos fiançailles et de plus en plus nous parlions de bébé et je dois avouer que l'idée me traficotait dangereusement. Et malgré que je sois blessé je savais que ça ne m'arrêterai pas. Julia mangea avec appétit et nous discutâmes gentiment sans prise de tête quand elle se leva et vint s'asseoir sur mes genoux ses pieds pendants dans le vide et ses bras passé autour de moi. Je posai ma tête dans le creux de son épaule humant le parfum de son savon m'enivrant de son odeur.

- Jack, je veux un enfant de toi...


J'ouvris les yeux surpris et arraché à mon ivresse et lentement je relevai ma tête vers elle fouillant son regard. Ses yeux était d'une tendresse tellement touchante que j'en était figé je ne faisais que la regarder mon regard se perdant dans le sien et sa petite phrase se frayant un passage jusqu'à mon cerveau.

- Tu es sérieuse?

- Pourquoi je ne le serais pas? Depuis le temps qu'on en parle...

- Tu veux des dizaine de petits Jack courir ici.

- Ben.. peut-être pas une dizaine mais quelques-uns oui.

- Tu sais que tu es la femme la plus merveilleuse?


Je lui fit un large sourire avant de la serrer dans mes bras et la transporter dans notre chambre en s'embrassant avidement. Bon je ne raconterai pas ici ce que nous avons fait mais on s'en doute! Après avoir terminé elle était lovée contre moi et encore engourdi par l'alcool et se qui venait de se passer je la gardai contre mon coeur de peur qu'elle s'échappe. Elle fit un soupir d'aise qui me fit baisser le regard vers elle. Je la tournai doucement sur le dos et posai ma main sur son ventre encore plat.

- Tu crois que...

- Attends un peu!
dit-elle en riant Tu es peut-être Super-Jack dans ton boulot mais au lit tu reste un homme normal.

- Ha bien là madame tu es vexante! Je me donne toujours corps et âme...

- Peut-être mais tu ne peux pas être plus rapide que la nature.
dit-elle en se relevant sur ses coudes.

 - En tout cas je vais lui apprendre à jouer au baseball...

- Et si c'est une fille?

- A servir le thé?

- HA! Tu es un gros macho Jack Sutton!


Elle riait sachant que je blaguais. Je dois vous dire qu'elle était belle là près de moi les yeux brillants et le sourire qui flottait sur son visage. Oui je pouvais être le gentil "toutou" de Julia mais n'en reste pas moins que là je me sentais comme un loup qui veille sur sa meute. Je voulais protéger la mère et le petit qui prenait probablement forme en elle. Je reposai ma tête sur son ventre écoutant les battement de son coeur pendant qu'elle glissai ses doigts dans mes cheveux. Je crois que je m'endormis ainsi la tête sur elle pendant que je sentais ses doigt caresser mon cuir chevelu.

Nous avons attendus des semaines quand finalement ma belle n'y tenant plus passa un test de grossesse. Je le trouvai sur le divan le test entre les doigts et son visage! Indéchiffrable. Ce fut la première fois que je ne parvenais pas à savoir ce qui se passait. Je laissai tombé ma ceinture sur un fauteuil et je me précipitai à ses pieds.

- Julia... Qu'est-ce qui se passe?

- Je ne suis pas enceinte Jack.

- Ah... Ne me refait jamais une frousse pareille j'ai cru mourir. Allons ça va on va recommencer, ce n'est pas le temps qui manque.

- Oui mais je croyais que...

- Hé même les super-héros prennent des vacances.
dis-je en souriant

- Jack té vraiment con tu sais.

- Je sais mais tu m'aimes alors ça va.


Je la senti se blottir contre moi encore plus et je soupirai lentement ayant eu peur d'une catastrophe


Dernière édition par Jack Sutton le Mar 24 Sep 2013 - 5:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
 Jack Sutton 





• • • • • • • • • • • • •


▌Messages : 977
▌Date d'inscription : 10/06/2012
▌Métier : Agent FBI spécialiste en explosifs// Chef intérim
▌Avatar : Keanu Reeves


MessageSujet: Re: Once upon a time... Mer 8 Aoû 2012 - 7:27


28 JUILLET 2011

J'ai laissé passé du temps car ce que je vais écrire va me faire mal je le sais. Peut-être est-ce pour ça que l'on m'a dit d'écrire pour extérioriser ma douleur. Enfin...

Pendant des semaines et des mois nous avons essayer de faire un bébé et à chaque fois je retrouvais ma belle le visage défait et triste. Je faisais de mon mieux pour tenter de la réconforter mais même mes petites blagues ne marchaient pas je peinais à lui arracher un sourire. Puis plus rien, elle avait arrêter comme ça tentant probablement de remettre de l'ordre dans sa tête. Julia était une femme positive et optimiste alors de la voir aussi triste et songeuse me rendait impuissant. Je pouvais être un bon policier et chasser les bandits mais dans ma maison à voir ma tendre ainsi me laissait sans défense.

- Juju... j'aimerais tellement faire quelque chose.

- Oh... Jacky je sais mais malgré toute tes bonnes volontés tu n'y peux rien. J'ai juste besoin de te sentir près de moi.


Je la pris doucement dans mes bras et la serrai contre moi en déposant un baiser sur sa tête vraiment mal à l'aise de ne pas faire plus. Déjà la balle dans mon bras n'était qu'un mauvais souvenir et j'avais repris mes bonnes vieilles habitudes mais en écoutant un peu plus... juste un peu. Non mais une famille ça se fondait à deux alors. Je chouchoutai ma belle comme jamais elle ne l'avait été pour tenter de la faire sourire. Jusqu'à ce jour.

Ce jour où mon monde s’ensevelit. J'étais en congé et j'avais invité Chuck à une partie de balle dans ma cour. Nous avions passé l'avant-midi à se lancer la balle en se tirant la pipe et en discutant tranquillement. Chuck était papa de deux jolies filles et marié à une espagnole tout aussi virulente que ma Julia. On s'entendait bien et comme les filles étaient à l'école et a femme travaillant il passa la journée avec moi. Nous étions assis entrain de terminé notre repas se prélassant au soleil comme des pachas.

- Alors Jack, quand tu fera de petites terreur comme toi à Julia?

- Bien... On travaille là-dessus.
dis-je avec un sourire

- Juste une chose que j'espère pour Julia c'est que les gamins lui ressemblent sinon elle deviendra dingue!

- Bien si elle a réussi à être avec moi aussi longtemps, elle mènera la marmaille d'une main de fer je te le dis moi.


Je cognai ma bière contre celle de Chuck en riant. Nous discutâmes gentiment jusqu'à ce que j'entende la sonnerie du téléphone, cet engin du diable qui envahi la maison vide et tranquille. Dérangeant deux hommes se prélassant au soleil.

- Oui c'est moi...

- Monsieur Sutton, ici l'hôpital de Los Angeles vous connaissez une certaine Julia Sanders?

- Oui c'est ma fiancée elle va bien
? dis-je légèrement inquiet

Silence, tout petit au bout qui me sembla une éternité. Je savais qu'elle avait un rendez-vous chez le docteur mais avait-il trouver autre chose à Julia?

- Bien, nous voudrions que vous veniez tout de suite c'est urgent.

- Mais dites-moi....

- Venez nous vous le dirons sur place monsieur Sutton.


Je raccrochai restant immobile quelques minutes le coeur cognant dans ma poitrine le sentiment d'urgence envahissant chaque fibre de mon corps. Quand je relevai la tête je vis Chuck qui était entrer sans bruit. D'un seul regard il comprit que quelque chose n'allait pas. Il posa sa bière prit ses clés et me demanda où il fallait aller. Je ne m'entendis pas répondre mais tout ce que je sus c'est que j'étais assis dans sa voiture sachant que là ça n'allait pas. J'étais dans un état second regardant sans le voir le paysage défiler devant mes yeux. Chuck ne me parlait pas sentant la tension qui suintait des pores de ma peau. Quand je vis l'hôpital je me redressai et à peine stationné je couru jusqu'à la porte et me dirigeai vers l'accueil. On m'amena dans une salle et j'attendis... longtemps très longtemps. Un docteur arriva la mine grave les traits tirés je le pressai du regard et tout ce qu'il me dit c'était de le suivre. Je le suivis docilement me demandant c'était quoi ce bordel elle était où ma douce? Là je la vis sur un table en métal froid je la regardai mon cerveau n'enregistrant pas ce que je voyais.

- Monsieur Sutton, nous vous demandons...

- Julia? Elle... elle n'est pas...

- Un carambolage monsieur. Un homme ivre qui a perdu le contrôle et, malheureusement, votre fiancée était prise entre deux camions...

- Non c'est impossible elle... Non non....


Je m'approchai de cette table trop froide pour elle, pas assez confortable. Elle n'aimait pas avoir froid. j'arrivai à elle et je la touchai comme pour la réveiller. Lentement je compris qu'elle était morte, qu'elle ne reviendrait pas à la maison. Le médecin légiste parlait mais déjà je ne l'entendait plus j'avais les yeux fixé sur elle le coeur meurtri, la tête vide.

- Non Julia... Tu ne peux pas... Juju, aller dis-moi que c'est une blague idiote...

- Monsieur...

- LAISSEZ-MOI!!


Je dégageai mon bras de la main du légiste fou de douleur. Je pris le visage de ma belle entre mes mains en murmurant son nom. Je lui donnai un baiser croyant je ne sais quelle fable, peut-être revivra-t-elle comme la belle au bois dormant? J'enfouis mon visage sur elle en pleurant, secoué de sanglots. Je crois que j'aurais aimé mieux que l'on m'arrache un bras au lieu de vivre cette douleur atroce.

-NON JULIAAAAAAAAAA!!!!!!

- Jack...


Je me tournai ver la voix. Dieu sait comment Chuck se tenait là. Je vis sa mine aussi défaite que la mienne comprenant qu'à partir de ce moment le Jack qu'il connaissait ne serait plus jamais le même. Il s'approcha de moi lentement et mit une main sur mon épaule.

- Allez on va y aller. Le docteur veut te parler, je vais...

- Qu'est-ce que j'en ai à foutre du doc?! Elle est morte Chuck! Elle est... Oh.. Julia qu'est-ce que je vais devenir sans toi...


Je caressai sa chevelure de cuivre aussi douce que de la soie. Même en ce moment je ne saurai vous décrire ce que ça me faisait. Je me sentais vide, détruit comme si un énorme trou faisait office de coeur. Mon monde était parti avec elle. Chuck réussi, par je ne sais quel moyen, à m'arracher à Julia pour me traîner au bureau du docteur. Je m'assied la tête lourde et vide.

- Monsieur Sutton je n'imagine pas votre douleur. Je voulais vous voir pour vous dire que votre fiancée est morte sur le coup. Elle... elle a été comprimé entre deux camions et...

Il s'interrompit en voyant mon regard mort. Les larmes coulaient toutes seules sur mes joues j'écoutai d'une oreille mais sans vraiment enregistrer les mots. Je n'en avais rien à foutre elle n'était plus là.

- Il y a autre chose monsieur Sutton...

- Quoi? Qu'est-ce qu'il peut y avoir d'autre?! Elle n'est plus là...

- Jack calme-toi...

- Bordel! Je suis mort aussi Chuck! En même temps qu'elle

- Monsieur Sutton en faisant l'examen légiste nous avons vu que... bien qu'elle...

- Quoi?! Il faut que je vous arrache les mots de la bouche en plus!
rageai-je

- Elle était enceinte.

Les mots tombèrent comme un couperet. Je restais là interdit même les larmes restèrent figés dans mes yeux. Pas possible! C'était donc ça son rendez-vous?

- Combien...

- Environ deux mois.

- C'est pas vrai... Ce salopard de chauffard...

- On l'a retrouvé plus loin mais on ignore l'état de l'homme.

- Bien prier pour qu'il meure car si je le retrouve il crèvera de mes mains je vous le promets.

- Jack! Calme-toi tu ne pense pas ce que tu dis.


Après de longues et interminable minutes à jongler entre la tristesse et la colère je parti avec quelques calmants pour m'aider à dormir et Chuck me conduisit chez-lui. Je ne protestai pas et me laissai faire ailleurs. Je regagnai la chambre qu'ils m'avaient assigné et je me couchai en foetus sans un mot. Je ne mangeai pas. Une des filles de Chuck vint ouvrir la porte et je lui jetais un oeil presque indifférent.

- Maman nous a expliqué Jack. Je peux entrer?

- Oui Rosie.


Elle était en robe de nuit ses cheveux de jais tombant sur ses épaules et ses grand yeux noisette me fixant. Elle grimpa sur le lit et se coucha à côté de moi et sans un mot son petit corps se détendit et elle posa une main sur ma joue.

- Maman nous dit toujours que même si on ne vois pas la personne elle vit toujours dans notre coeur. Elle sera toujours là Julia?

- Oui ma belle mais tu sais...

- Tu as beaucoup de peine hein?

- Oui mais ça va aller.

- Tu peux dormir maintenant. Je vais rester pour pas que fasse de cauchemars.


Je n'eus pas la force de la chasser. Je lui donnait un bisous sur le front et lentement je sombrait dans un sommeil sans rêve engourdis par les calmants.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
 Jack Sutton 





• • • • • • • • • • • • •


▌Messages : 977
▌Date d'inscription : 10/06/2012
▌Métier : Agent FBI spécialiste en explosifs// Chef intérim
▌Avatar : Keanu Reeves


MessageSujet: Re: Once upon a time... Jeu 9 Aoû 2012 - 8:38

(Je vous mets au défi de ne pas pleurer ou d'avoir une boule dans la gorge Wink )

[u] 29 JUILLET 2011[u]

Je laissai Rosie près de moi mais elle s'endormit bien vite. Bien que j'avais pris des calmants je me réveillai au milieu de la nuit étouffant dans mon sommeil. La petite forme près de moi se recroquevilla et je la couvris des couvertures et me levai pour aller prendre l'air. Je n'arrivai pas à reprendre mon souffle même l'air frais de la nuit ne me revigora pas. J'avais envie de hurler, de cogner, de pleurer, tout ça à la fois. Je marchai avant de m'écrouler sur mes genoux la tête entre mes mains sanglotant comme un enfant. L'herbe était fraîche sous moi mais j'avais envie d'entrer sous terre. Je ne remarquai pas que la porte était ouverte et que quelqu'un s'approcha de moi.

- Jack? Dios mio! Mais tu vas attraper la m... s'interrompit-elle voyant qu'elle allait dire "mort"

C'était Esperanza la femme de Chuck. Je ne relevai même pas la tête vers elle mon corps tremblant de sanglots tous plus douloureux les uns que les autres. Elle accouru vers moi et se jeta sur le sol et me prit le visage entre ses mains aux longs doigts fins. Elle me fit un sourire désolé et me serra contre elle. Ce simple contact fit que je m’agrippai à elle comme si elle pouvait me sauver de cette noyade d'émotions. Je serrai mes doigts dans sa chevelure d'ébène pendant qu'elle tentait de me réconforter.

- Pobre amor, viens à l'intérieur allez.

Elle m'aida à me lever et me fit entrer dans la maison. Je m'affalai sur un chaise pendant qu'elle me mettait un verre de whisky devant moi. Je la regardai interrogateur. Elle poussa le verre vers moi et s'en servit un elle aussi. Avec sa posture droite et ses yeux couleur nuit je la trouvait l'allure d'une reine espagnole. Je pris le verre et elle le cogna contre le mien et elle avala son verre d'un trait comme le mien. L'alcool me brûla la gorge emplissant mon corps d'une douce chaleur. Elle remplit de nouveau mon verre.

- Mon père me disait toujours que l'alcool aidait à la douleur. Je sais pas si c'est vrai... mais je dois avouer que ça fait du bien.

Je rabaissais mon regard vers le liquide ambré devant moi. Je n'avais pas vraiment l'intention de me souler la gueule mais je dois avouer que le "remède" de mon hôtesse n'était pas à négliger. Je fis tourner le verre entre mes doigts avant de le boire d'un trait.

- Julia... elle n'aimait pas quand je buvais beaucoup. Elle disait que ça me rendait trop taquin. Je... j'aimais la taquiner elle était si belle quand elle riait...

Je ne dis rien et Esperanza sembla s'occuper de mon sort en remplissait nos verres. Elle me fit un sourire désolé avant de poser sa main sur mon bras. Je le senti à peine mais la remerciai du regard.

- Jack, si tu as besoin je suis là. Là on s'occupe de toi. S'il faut rester debout toute la nuit je le ferais.

- Mais les filles?

- Les ninas? Oh! Chuck s'en occupera demain. Le pauvre ne sait pas quoi faire alors c'est moi qui t'aide. J'ose à peine imaginer comment tu te sens présentement...


- Là? Je suis vide Esperanza. J'ai perdue ma raison de vivre... et l'enfant... notre bébé...

J'éclatai en sanglots les mains dans le visage. Elle attendait un enfant de moi! Moi son Jacky! Jamais je n'aurais la chance de me faire appeler papa. Deux ans de fiançailles et trois ans de pur bonheur! Ma mère serait tout aussi détruite que moi. Je relevai les yeux me rappelant que je n'avais pas averti ma mère.

- Ma mère.

- Chuck a appelé ta madre.


Je restai presque une semaine chez Chuck et quand je revins chez-moi je trouvai ma mère qui m'attendait assise sur le canapé les traits tirés et les yeux bouffis. Elle adorait Julia, elle l'avait prise comme sa fille un peu comme Kate. Tiens pendant que j'y pensai il faudrait que j'avertisse mon amie. Enfin je m'affalai dans le canapé près de ma mère et posai ma tête sur son épaule. Elle ne dit rien me laissant aller à mon rythme et glissant ses doigts dans mes cheveux comme seul une maman était capable de faire. Je travaillais réussissant de mettre de côté ma peine. J'organisai ses funérailles dans un état second.

La famille défilait devant moi m'offrant leur condoléances sans que j'enregistre qui c'était les remerciant du bout des lèvres. Le prêtre dis son sermon que j'écoutai à peine me retenant pour ne pas hurler "Tu ne la connaissais pas donc ferme ta gueule!" Non j'étais assis sagement fixant le cercueil fermé dans l'allée avant que ma mère me pousse du coude pour que je dise quelques mots. Je fouillait dans la poche de mon veston et m'avançai péniblement jusqu'à l'estrade.

- Julia était une femme extraordinaire. Elle a été mon pilier, mon phare et celle qui tempérait mes humeurs. Depuis un an nous... nous préparions notre mariage et elle était... magnifique à voir. Ensuite vint l'idée des enfants...

Je m'arrêtai sachant que là dans ce cercueil il y avait non seulement ma Julia mais notre bébé. Je serrai les mains sur le lutrin et pinçai mes lèvres. Il fallait que je tienne le coup encore un peu. Je repris contenance et battit des cils pour chasser un moment les larmes.

- Elle est morte de façon affreuse mais néanmoins je su plus tard qu'elle portait notre bébé. tout petit encore. Julia, maintenant où que tu sois veille sur tes proches et tes amis mais surtout prend soin de notre bébé adoré... Sache que ton sourire, ta vois et ton rire vont me manquer à jamais... je t'aime Juju...

Je descendis de l'estrade un nœud dans la gorge et je m'arrêtai quelques instant près de la tombe et posait mon front sur le métal froid espérant qu'à travers le métal elle pouvait sentir ma main. Je sais c'est idiot quand on le lit comme ça mais sur le moment je ne voulais que la prendre et la bercer contre mon coeur.

- Oh Ju, comment je vais tenir sans toi? murmurais-je contre le cercueil.

Je repris ma place toujours aussi émotif mais tellement détaché de mon corps qu'il semblait que plus rien m'atteignait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
 Jack Sutton 





• • • • • • • • • • • • •


▌Messages : 977
▌Date d'inscription : 10/06/2012
▌Métier : Agent FBI spécialiste en explosifs// Chef intérim
▌Avatar : Keanu Reeves


MessageSujet: Re: Once upon a time... Mer 15 Aoû 2012 - 8:28


(un petit clin d'oeil à la scène la plus touchante de CM)

30 JUILLET 2011

10 Juillet 2009 je mettais en terre ma belle Julia et notre bébé. 2 ans exactement après notre rencontre. Je marchai comme un zombie indifférent à ce qui se passait autour de moi. Ma mère avait passé un bras autour de mon bras mais je la sentais à peine. Bien sûr nous étions tous vêtu de noir et je tenais un bouquet de lys blanc, les fleurs préférées de Julia. Je ne tremblais pas les larmes restaient figés au fond de ma gorge. Ma mère était secouée de sanglots et s'essuyait les yeux et le nez sous son petit voile. Je tournai les yeux vers l'assemblée autour du cercueil de métal et tous avait la même expression de sortir droit d'un film d'horreur. Je croisai le regard de Chuck vide et triste. La plupart de mes collègues étaient là mais je les remarquai à peine. Un prêtre se tenait là son missel à la main récitant un prière que je n'entendis pas trop enfoncé dans ma peine et ma douleur. Il referma son missel et lança de l'eau bénite sur le cercueil. Chacun s'approcha pour déposer un lys blanc mais je restai en retrait. Une main se posa sur moi je me retournai et la voix me dit:

- Jack on t'attends au poste.

Je ne fis même pas un geste me retournant simplement vers ce long bout de métal. Ma mère quitta me laissant seul, elle savait que j'avais besoin d'un moment avec ma belle. Une fois tout le monde parti je posai le bouquet et m'effondrai sur les genoux m'accrochant aux poignées dorées pleurant toute ma douleur réprimant un cri animal. Je voulais m’étendre là avec elle, près d'elle.

- Julia.... Oh ma belle qu'est-ce que je vais faire sans toi? Julia.....

J'étais perdu, sonné à mille lieux de où j'étais. Je sentis une main me lever et je n'opposai aucune résistance. On m'amena au poste où j'étais dans un état second, pourquoi il fallait que j'y ailles? Je voulais mourir là que l'on m'abatte pour que j'aille avec ma belle. Non au lieu de ça on me traîna au poste où mon patron me dit avec une mine désolé.

- Jack, je suis vraiment déchiré de te demander ça mais... il faudrait que tu patrouille aujourd'hui...

Je relevai des yeux morts vers lui, vide j'étais vide à l'intérieur. Je ne dis rien et sorti du bureau et allai directement au vestiaire me changer. Je revêtais mon uniforme dans un état second et c'est l'entré de Chuck qui m'arrêta.

- Jack... mais...

- Julia aimait quand je mettais mon uniforme. Elle me trouvait sexy...

- Hé mon pote tu n'es pas dans un état pour...

- Le chef a besoin de moi sur la patrouille. Tasse-toi on a un boulot à faire.


Je passai à côté de lui finissant d'attacher ma ceinture pour aller dans la voiture. Je fis mon quart dans le silence le plus morne et lourd que j'avais jamais fait. Quand j'arrivai chez-moi ma mère dormait sur le canapé. Je n'eus pas le courage de la déplacer alors j'allai lui chercher une couverture et la couvrit. Je m'assied sur le fauteuil et restai là de longues heures dans le silence. Il fallait que je me sorte de cette torpeur. Je me rendis à peine compte que j'avais tombé endormi complètement épuisé. Je me réveillai au matin un odeur de café me chatouillant les narines et ma mère assise à la table la main dans les cheveux. Je me levai doucement et la regardai. Elle était assise devant des rôties froides et son café fumant mais ne bougeant pas.

- M'man?

- Oh! Jack! Viens je vais te faire à...

- Non j'ai pas faim.

Elle me regarda tendrement mais se leva et me guida sur une chaise.

- Allons mon coeur, il faut que tu mange un peu.


Elle s'activa dans la cuisine mais j'avais une boule dans l'estomac. Des rôties atterrirent devant moi que je regardai d'un oeil indifférent. Machinalement je beurrai les rôties mais après un moment j'arrêtai et posai tout.

- Jack? Ça va?

- Je vais postuler pour le FBI.

- Quoi?! Mais...

- Après j'irai chercher une spécialisation en explosifs...

- Attends une minute! Ça sort d'où tout ça?

- J'en avais déjà parler à Julia mais j'avais tout mis de côté. Elle trouvait ça trop dangereux...

- Et elle avait bien raison Jack! Tu veux vraiment te faire sauter....

- Maman, je dois m'en aller d'ici sinon je deviendrais fou. Comme elle n'est plus là...

- Prends quelques jours pour te remettre au moins. Jack, tu ne dois pas prendre de décisions trop hâtive. Pas dans ton état.

- Dans mon état! J'en ai marre que l'on me protège comme un gamin! Elle n'est plus là maman! Elle ne le sera jamais plus comme aucune femme d'ailleurs.
dis-je rageur

- Jack prends le temps de vivre ta douleur...

- Ha! Oui! Comme toi je suppose! Toujours espérer le retour d'un lâche qui ne viendra jamais! Je passerai pas ma vie comme toi...

- JACK SUTTON! Jamais je ne te permettrai de médire sur moi! Ton père il y a longtemps que j'y ai mis une croix dessus. Depuis le jour où il m'a dit que tu n'étais pas de lui. J'ai été effondrée, détruite mais tu n'a jamais manqué de rien!
dit-elle le teint rouge de rage

Je me pinçai les lèvres. Ma peine et ma colère avait dépasser les bornes. Comment avais-je osé traiter la seule femme qui m'aimait d'un amour si fort que même moi je le ressentais.

- M'man...

- Non pas de m'man Jack! Tu veux aller au FBI parfait! Tu veux aller te faire sauter le crâne par des explosifs? Parfait! Mais ne crois pas que ça me laisse indifférente! Je me suis toujours battue pour nous deux, je t'ai tout donné et appris. Sache que moi aussi j'étais morte quand ton père m'a quittée cependant je me suis battue... pour toi.
dit-elle la voix tremblante de rage et de peine.

Elle se leva et me tourna le dos et je savais qu'elle pleurait. Je savais que j'avais été ignoble et je devais au moins lui faire savoir. Je me levai moi aussi mais elle m'arrêta d'une main.

- Je te jure Jack Sutton si tu m'approche je te donne une claque.

- Je... Maman je m'excuse je n'aurai pas dû...


Elle fit volte face ravalant ses larmes que j'en fus surpris moi-même.

- Parfaitement tu n'aurais pas dû! Tu as le droit d'avoir de la peine et être en colère mais pas de me rentrer dedans à coups d'accusations méchantes. Excuse-moi je vais aller prendre l'air.

Elle sortit quelques minutes plus tard me laissant seul avec mes remords et ma conscience. Je finis par poser ma tête sur mes bras et pleurer tout mon saoul.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
 Noléne Wattford 





• • • • • • • • • • • • •


▌Messages : 1623
▌Date d'inscription : 01/07/2012
▌Avatar : Bethany Joy Lenz


MessageSujet: Re: Once upon a time... Dim 22 Sep 2013 - 9:16

Il me fait trop pleurer ton petit roman et à 9h15 du matin en plus Razz j'adoooore j'attend la suite avec impatience Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
 Delphine Moore Emia 
Special Agent (SA)




• • • • • • • • • • • • •


▌Messages : 2814
▌Date d'inscription : 21/04/2012
▌Métier : Employée dans une crèche mais rêve de montée sa propre crèche pour échapper à la violence de son actuel patronne.
▌Avatar : Selena Gomez - Bazzart © (Kit) & Sevnol © (Gif profil)


MessageSujet: Re: Once upon a time... Dim 22 Sep 2013 - 9:52

J'avoue il est subliiiime ton roman Coeur Moi aussi il m'a fait pleurer, un peu plus tard que ma soeurette mais je me suis coucher plus tard moi xD A quand la suite mon tit Jacky ?


Il y a toujours un moment où le chemin bifurque. Chacun prend une direction différente en pensant que les chemins finiront par se rejoindre. Ce n'est pas grave, on est fait l'un pour l'autre, notre fin nous réunira. Mais à la fin n'arrive un putain d'hiver. ▵ ©️endlesslove.
hope isn't a dream but a way from of making dreams become reality ▵
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://one-tree-hill-oth.fr1.co/
avatar
 Jack Sutton 





• • • • • • • • • • • • •


▌Messages : 977
▌Date d'inscription : 10/06/2012
▌Métier : Agent FBI spécialiste en explosifs// Chef intérim
▌Avatar : Keanu Reeves


MessageSujet: Re: Once upon a time... Mar 24 Sep 2013 - 7:29


3 Août 2011

Ma mère resta avec moi je ne sais combien de temps. Elle m'aidait à faire des cartons emballant les effets de Julia. À chaque carton que l'on fermait j'avais l'impression que c'était ma vie que je mettais dedans. Je gardai quelques trucs à elle. Des vêtements entre autre ou son parfum subsistait et où je nichai mon nez à chaque soir comme si c’était mon doudou. De nombreuses nuits, je me suis roulé en boule sur un chemisier ou un chandail en pleurant, m'endormant sur mes pleurs. Le jour je me montrai fort mais au fond je voulais seulement me rouler en boule dans mon lit. Je ne sais plus combien de nuits ma mère avait fait appel à Kate pour veiller sur moi tellement elle était exténuée. Mes nuits étaient souvent meublés de cauchemars ou je rêvait de l'accident ou encore je la voyait et je courais vers elle et je n'y arrivais jamais.

C'était horrible à chaque seconde. Chuck m'invitai souvent chez-lui et le tourbillon des enfants, leur rires me permettait un peu de m'étourdir pour calmer cette douleur qui était aussi vive qu'un brulure. Esperanza me parlait doucement, me prenait à part et me laissait vider le trop plein. Chuck ne savait plus où se placer parce que son partenaire de jadis avait disparu sous cette couche de douleur, de peine et que je ressemblais plus à un zombie. La preuve je ne me jetai plus tête baissé dans l'action tellement j'étais inerte.

Cependant je posai ma candidature au FBI tout de même. Je faisais mon boulot en espérant m'en aller de Los Angeles. C'était trop difficile pour moi, trop douloureux également. Si je m'en allait dans une autre ville où personne ne me connaissait ça serait beaucoup plus facile non? Ma mère parti et Kate aussi me laissant seul dans mon grand appartement trop silencieux. Je tournai comme un lion en cage cherchant quoi faire pour oublier une seconde que Julia était morte.

J'eus ma réponse du FBI quelques semaines après. J'étais accepté pour la formation d'agent de terrain. Aussitôt je fis mes cartons et d'une boîte tomba un objet métallique et roula sous le lit aussitôt je parti à sa recherche et je fus surpris de constater que c'était l'anneau de fiançailles de Julia. Je le pris doucement entre mes doigts et m'assied en le regardant longuement, était-ce un signe que je devais passer à autre chose?

- C'est moi...

Je relevai les yeux et vis mon partenaire, mon ami fidèle entrer doucement dans la chambre. Il s'assied sur le lit un peu abattu. Instinctivement je serrai ma main autour de l'anneau de Julia.

- Je l'ai demandé au légiste, j'ai cru que tu l'avais vu avant. Alors euh... comme ça tu es accepté au FBI.

- Pour la formation du moins qui...

- Le capitaine me l'a dit. La direction du recrutement devait avoir des références.

- Je vois...

- Alors bien, il me l'a dit se doutant que tu ne dirais rien à personne. Il avait pas tort en fait. Jack... tu es certain de ce que tu fais?

- Chuck je dois y aller, j'en avais déjà parler à Ju mais... Enfin là c'est vital. Je dois partir d'ici sinon je vais finir par me tirer une balle dans le crâne. Tout ici me rappelle Julia. TOUT...

- Ça fera un temps...

- J'AI ENCORE SON PARFUM! Je ne l'ai pas jeter! Quand ses vêtement, son oreiller les draps ne sente plus j'en remet. Il faut que je partes Chuck comprends moi...


Je m'étais relever des larmes toujours au bord de mes yeux noirs. Je dénouai la chaîne autour de mon cou et y glissai l'anneau. Dire que ce qui me restait d'elle était des photos et cet anneau. Chuck resta quelques minutes et m'invita à manger chez-lui j'acceptai plus pour lui faire plaisir qu'autre chose et aussi parce que ça m'évitait de sauter encore un repas.

Je partis quelques semaines plus tard. J'étais assez docile, canalisant mon énergie de désespoir dans mon entraînement et ainsi être efficace et alerte. Jamais je n'avais été aussi attentif aux ordres, ni même au travail simplement. Je réalisais un peu la chance que j'avais d'être pris car je ne sais combien de candidature ils pouvaient avoir et j'étais sorti du lot. Le jour je me donnai à fond tellement que le soir à peine mon repas terminé j'allais dans la douche et m'affalai sur mon lit pour dormir serrant cet unique souvenir de Julia entre mes mains.

Ce fut un matin ensoleillé ou nous reçûmes nos badge du FBI. Une autre journée où j'étais parvenu à surmonter la détresse de mon coeur pour parvenir à cet objectif ultime. Je me tenais droit comme un soldat de plomb le visage froid et impassible. Encore une fois, les seul présent furent Chuck et sa famille ainsi que ma mère.

- Je suis fier de toi mec! Wow! Tu es tout beau dis donc!

- Merci Chuck...

- Mon fils, je peux te parler un peu?

-Je te reparle plus tard mon pote.

Je lui fit un signe de tête avant de me tourner vers ma mère radieuse comme toujours.

- Tu ne souris plus Jack. On dirait que tu n'es pas content, je sais que c'Est dur...

- M'man écoute je... j'ai pas envie d'en parler je dois passer à autre chose. Je vais aller chercher ma spécialisation et ensuite je vais déménager je sais pas où mais je vais quitter L.A.

- Je vois... Alors si c'est comme ça c'Est ton destin mon petit Jack. Tiens j'ai trouvé ça chez-moi

Je pris le morceaux de papier entre mes mains et je constatai que c'était une photo de moi et Julia à nos débuts. Je remontai mes yeux vers ma mère qui serrais ses mains nerveusement. Pour retourner à cette photo laquelle je n'avais jamais vu.

Spoiler:
 

- J'ai pensé que tu aurais besoin de sa force. Ça va être difficile mon ange, elle sera là pour toi.

- Tu es la meilleure maman du monde.

Je lui fit un longue étreinte empreinte d'amour que seul un enfant peut donner à son parent. Elle avait fait ça pour que j'aille mieux, que je fonce, que j'aille d el'avant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
 Jack Sutton 





• • • • • • • • • • • • •


▌Messages : 977
▌Date d'inscription : 10/06/2012
▌Métier : Agent FBI spécialiste en explosifs// Chef intérim
▌Avatar : Keanu Reeves


MessageSujet: Re: Once upon a time... Mer 25 Sep 2013 - 6:46


5 Août 2011

Je suivis donc ma spécialisation en explosif me jetant à corps perdu dans ma formation assimilant les informations avec une rapidité qui m'étonnait moi-même. J'étais dans un des meilleurs de la spécialisation. On m'envoya rapidement sur des mission accompagné d'un autre expert et je fis mes marque en un temps record. On m'invita à écrire des articles, on réquisitionnait déjà mes services à quelques poste aux divers coin des États-Unis et lentement la douleur fis place à cette fureur de vivre en moi. Je ressenti encore cette envie de me jeter à corps perdu dans mon travail.

Lentement je m'étais convaincu que le bonheur n'était pas pour moi, que moi j'étais destiné à autre chose mais pas à avoir une copine, des enfants. Mais j'avais trouvé mon remède, j'avais trouvé a solution à trop pensé et éviter de me vider le corps de mes larmes. On me donna un mutation. Quantico manquait d'effectif et un "agent de votre trempe" manquait. Ok je voulais quitter Los Angeles mais là... c'était loin quand même! Enfin je fini de faire mes cartons sous le regard triste de ma mère. Quand je fermai le dernier carton sur mes effets je fis un dernier tour d'appartement, le coeur lourd.

- Jack... tu n'es pas obligé d'y aller tu sais.

- Maman il faut que je le fasse tu le sais. Sinon... sinon je n'avancerais pas.

- Et tu crois qu'en te sauvant ça va régler les choses?


Je poussai un soupir en baissant la tête. Je savais que me sauver, fuir n'était pas la bonne solution mais là il en allait de ma santé mentale. Le temps que j'avais passé à l'académie du FBI j'allais bien, rien ne me rappelait Julia. J'avais passé presque une année complète à parfaire mon entrainement enchaînant ma spécialisation et travail sur le terrain. Non il fallait que je passe à autre chose. Je sentis une main sur mon épaule douce et frêle me faisant monter le regard vers ma mère.

- Je sais que je ne pourrais pas te retenir ici mon ange. Vas-y alors si c'est pour que tu ailles mieux. Tu es devenu tellement sérieux depuis...

- Mais toi? Je veux pas te laisser seule ici avec tout les détraqué qui se promène...

- Jack, si j'ai survécu au départ de ton père, à tes pitreries et tout les autre tuiles qui me sont tombé dessus je crois que je vais m'en sortir. Aller viens on va aller porter ça dans la voiture.


En quelques heures j'avais vider mon ancien appartement, rempli ma voiture et fait la bise à ma mère. J'avais réussi à dégoter un loft assez spacieux et lumineux pour m'éviter la dépression totale. J'allais chercher les clés et quand j'ouvris je ne sais pas à quoi je m'attendais mais c'était vide, morne, tellement que j'avais envie d'aller dormir dans ma voiture. Je pris donc une profonde inspiration et ouvrit la fenêtre et les store je me débarrassai de mon manteau et ma chemise et descendit chercher mes cartons en camisole. Je pris la journée à tout débarquer de ma voiture. et placer un peu. Mes meubles avait suivit quelques jours avant. Je plaçai mon loft une pièce à la fois tentant d'oublier que j'étais là seul. Ma première nuit je la passai presque blanche. Puis bon mon corps était habitué de prendre que quelques heures de sommeil.

Je me dirigeai donc le lendemain matin vers les bureaux de Quantico frais rasé et bien habillé. Je devais me présenter à l'agent Evans. En arrivant ça bourdonnait de bruits et de personnes qui parle, ça bougeait autour de moi alors j'allais que mieux m'en porter.

- Excusez-moi je cherche l'agent Evans...

Imaginez ma surprise quand elle me dit que c'était elle. Je fus happé par ses yeux bleus. Et sérieusement à ce moment je crus de tout mon coeur être frappé par l'amour encore. Mais si elle était ma patronne... Ok non je m’aventure pas là!

- Alors vous devez être Jack Sutton, celui que nous attendions. Venez je vais vous faire visiter.


Je parcouru avec elle les dédales des couloirs et tenter de me repérer mais bon c'était un nouvel endroit, donc j'allais me perdre inévitablement. Elle revint ensuite au plancher où j'étais et ouvrit une porte qui me montra un long bureau, un ordinateur de la plus récente technologie des étagères et... des dossiers?? Je plantai mon regard noir dans le sien ne comprenant visiblement pas.

- C'est votre bureau agent Sutton. Équiper selon la dernière technologie, et le mobilier tel que vous nous l'aviez demander, enfin le plus possible. Vous êtes tout de même une sommité dans votre domaine.

- Une sommité... ne parlez pas trop vite agent Evans. J'ai que 2 ans de pratique alors...


Je marchai dans ce qui allait devenir mon nouvel antre personnel.

- Peut-être mais votre dossier est bien étoffé et les commentaires plus qu'élogieux. Vous avez travailler comme un forcené pour surpasser vos collègues.


-Mouais...


Si elle savait elle n'aurait peut-être pas les même commentaires aussi gentils et élogieux. Je pris un dossier et l'ouvrit et le feuilletait rapidement. ainsi j'allais faire que ça? De la paperasserie? Putin mais j'allais me jeter par la fenêtre si je ne faisait que ça!!

- Ce sont quelques dossiers de divers corps de police des États-Unis. Vous en prendrez connaissance plus tard si vous ne vous en sentez pas la force tout de suite. Bien sûr ceci est en-dehors du fait que vous serez appelez à tout laisser en plan quand l'équipe aura besoin de vous.

- L'équipe?


- Vous croyez quoi Jack, qu'on vous a fait venir pour remplir des papiers? Votre dossier indique également que vous êtes un bon agent de terrain. Téméraire certes mais un bon agent évaluant rapidement la situation...

- Vous allez me réciter tout mon dossier Lucy?

- Ah.. euh.. non c'est pas...

- Je le connaît par coeur mon dossier, pas besoin de m'en sortir les lignes. En fait je suis ravi de faire du terrain alors.
dis-je avec un petit sourire.

Elle prit place devant mon bureau et moi derrière examinant chaque coin de cette place qui allait me voir chaque jour. Immédiatement une complicité et une entente magnifique vint entre nous.


Dernière édition par Jack Sutton le Lun 9 Mar 2015 - 5:30, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
 Jack Sutton 





• • • • • • • • • • • • •


▌Messages : 977
▌Date d'inscription : 10/06/2012
▌Métier : Agent FBI spécialiste en explosifs// Chef intérim
▌Avatar : Keanu Reeves


MessageSujet: Re: Once upon a time... Jeu 26 Sep 2013 - 6:03


12 Août 2011

Mon entrée se faisait bien je prenais mes marques mais surtout je faisais le casse-cou comme pas possible mais Lucy parvenait toujours à me sortir de la merde. Ok oui j'avais droit à ses foudres mais surtout au "Vous êtes un élément important dans cette équipe". Alors elle me protégeait pour que je reste au sein de cette équipe. Déjà je venais de faire presque une année quand vint ce petit jeune homme, l'oeil vif et le sens de la répartie plus vite que son ombre. Mathias qu'il s'appelle, un bleu.

- Alors je vous présente l'agent Cornes. Je compte sur vous pour lui montrer les rouages du métier mais surtout veiller sur lui.

Les yeux de Lucy se planta dans les miens car je savait que ça voulait surtout dire "L'entraîne pas dans tes conneries Jack". Oui bien entre nous il y a longtemps que nous nous appelions par nos noms, dans l'intimité du bureau quoi. Aussitôt Mathias et moi devinrent comme les deux doigts de la mains. Il était ce petit frère que j'avais pas eu, jeunot que je l'appelais. Sérieusement il avait noté qu'entre Lucy et moi il y avait un truc pas net. Bon oui je pouvais pas cacher que notre patronne n'était pas sexy et hyper canon mais.. non c'était mon boss.

Malgré que "nous devions protéger" Mathias il me suivait comme un gamin, vraiment un petit frère. Il me suivait dans mes conneries sans se poser de questions et ce même si je lui disais de ne pas le faire. Malgré tout nous avions une bonne relation ensemble on est des amis, c'est mon meilleur ami. Maintenant Lucy n'avait plus un mais deux à sauver les fesses. Quand j'y pense ça me fait rire de me rappeler tout ceci. On partageaient tout, nos confidences nos problèmes avec les filles, mon ancienne relation avec Julia et même mon entêtement au célibat. Oui on a sorti quelques fois en boîte ensemble et il m'a vu partir avec une jolie fille mais elles étaient rare celle qui partageait mon lit. Je n'étais pas, et même encore, un mec qui enchaîne les histoires d'un soir. Un matin on m'avait appelé parce qu'un chef de police voulait me parler d'un poseur de bombes qui sévissait dans sa ville et j'ai entrer dans les bureaux avec une gueule de bois pas possible et un mal de crâne! Bien sûr ceci n'échappa pas à l'oeil de Lucy qui me valu un regard sévère.

- Jack bordel... mais tu fais quoi là?

- Ben c'est toi qui m'a appelé rappelle-toi. C'est moi qui vire une cuite et toi qui perds la mémoire?

- Jack te fous pas de moi!

- Lucy calme-toi, c'est qu'un appel téléphonique je vais m'en sortir comme toujours tu le sais.

- Alors tu es sorti seul?


Je posai ma tasse de café et la regardai quelques minutes un peu agacé.

- Tu me fais quoi là? Un interrogatoire sur mes allées et venues?

- Non, mais...

- Mais c'Est ce que tu fais. Lucy je suis un pro dans mon domaine alors relaxe. Puis pour répondre à ta question non je suis sorti avec Matt.

- Hum... et j'imagine qu'il est rentrer plus tôt que toi?

- Putin Lu...
dis-je en soupirant, Non il est parti après moi je sais pas moi! J'étais parti moi.

- Tu merde pas avec le chef de police d'accord? Sinon je me ferais un plaisir de botter ton p'tit cul!

Et voilà elle partie en rogne me faisant soupirer. Je terminai de mettre sucre et lait dans mon café quand je me retournai je vis Mathias qui arrivait tout sourire. Mais il lui avais dit quoi pour quelle soit en pétard contre moi?

- Salut frérot, alors dure nuit?

- Tu lui a dit quoi bordel?

- Ben rien... juste que tu avais fait la fête avec moi et que tu as rencontrer une jolie demoiselle c'est tout.

- Putin, tu peux pas la boucler?


Il s'adossa au comptoir une lueur taquine dans l'oeil.

- Pourquoi tu veux que je lui cache tes conquêtes? Tu sais... tu devrais sortir avec Lucy un de ses soirs...

- Pas cacher mes conquêtes mais merde... ça regarde personne qui peuple mon lit! Puis arrête avec ton truc là!

- Arrête tout le monde le sais que vous vous désirez alors... qui ça dérangerait?

- Écoute jeunot, je suis pas d'humeur ok? Puis arrête de me dire d'aller avec elle... c'est non!

- Ok... moi je te dis c'est tout. Tu veux des aspirines?


Je lui lançai un regard noir et m'en allai m'enfermer dans mon bureau. J'ouvris un tiroir et prit mes comprimés pour au moins tenter d'avoir une gueule présentable. Je fis l'appel et je n'ai pas merder au cas ou ça vous intéresserait. Mais c'était ça Mathias, un bleu à l'affut de tout! Même quand je rencontrai Marilyn qui devint disons... une "amie proche" Mathias se foutait de moi et je ne sais par quel hasard Lucy l'appris et je sentis l'énergie entre elle et moi changer. Je ne voulais plus de relation avec une fille, je ne voulais plus souffrir. La perte de Julia m'a fait trop mal et je suis à peine sorti de ça c'Est pas pour aller avec une autre et lui faire vivre un calvaire. Non j'étais mieux seul et je le savais.

J'ai pas de famille alors j'en construit une autour de moi. Mathias devint mon petit frère, mon pote à qui je peux tout raconter sans gêne ni tabou. IL était plus proche de moi que n'importe qui dans l'équipe et il savait tout de moi ou presque. Non sérieusement je lui confierais ma vie sans hésiter... enfin à lui et Harry.


Dernière édition par Jack Sutton le Lun 9 Mar 2015 - 5:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
 Jack Hotchner 
Special Agent (SA)




• • • • • • • • • • • • •


▌Messages : 479
▌Date d'inscription : 20/09/2013


MessageSujet: Re: Once upon a time... Jeu 26 Sep 2013 - 12:49

Cool ton écrit ! Cool 

Bravo Roxy Bravo  !!

J'adore ton roman. Smile (y) 

Kiss 3CALIN Hey 


Jack Hotchner

Je tiens à toi Papa et à tous tes collègues !  3CALIN 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://csi-rpg.forumactif.org/
avatar
 Jack Sutton 





• • • • • • • • • • • • •


▌Messages : 977
▌Date d'inscription : 10/06/2012
▌Métier : Agent FBI spécialiste en explosifs// Chef intérim
▌Avatar : Keanu Reeves


MessageSujet: Re: Once upon a time... Jeu 26 Sep 2013 - 21:14

(Merci Mini Very Happy LE plus difficile est trouver les vidéos qui vont avec mon récit ^^))

16 Août 2011

Mathias et moi c'était ça! On se tirait la pipe, on se taquinait et en travaillant on était une équipe super. Pas que les autres ne l'était pas mais ensemble on faisait une équipe choc! Le seule chose que je ne voulais pas trop qu'il voit, et ça il allait en voir forcément, c'est de scènes de crimes où on entre déterminé et on ressort pour gerber dans les fleurs. Il avait rencontré récemment une jolie jeune fille du nom de Kelly. Elle avait une adorable petit fille nommé Délinda. Vraiment à eu trois il réussissait à me faire sourire et la petite était d'un vivacité d'esprit propre aux enfants.

Tiens parlant d'enfant, ça me rappelle qu'un petit avait réussi à se sauver de la crèche non loin d'un école primaire. Il devait avoir quoi 2 ans tout au plus et je le vis là pendant que je discutait avec des enfants dans la cour. Il m'arrivait parfois d'aller parler de mon métier dans les classes alors les enfants me reconnaissaient aussitôt. Ceci dit j'attrapai le petit et le ramenai à la crèche où je rencontrait une amie Delphine. Belle, radieuse malgré son problème de coeur elle semblait paniquée à l'idée que sa patronne l'apprenne. Je dus constater que c'était une folle à lier! De ce fait je revint plus tard dans la journée où il y avait les parent du petit et Delphine. Bien sûr ma venue n'enchantait pas la patronne où je dus la menacer de la dénoncer aux autorités relevant de son poste pour la calmer. Cependant le choc fut si fort, et un coup de poing donné affaibli la pauvre jeune fille. Je l'accompagnai donc à l'hôpital et veillai sur elle comme un père.

À force de parler je sus que les parents de la jeune fille étaient décédé, donc sa famille ou presque... comme moi. En me taquinant le terme papa arriva. Je ne m'en offusqua pas outre mesure. Elle était jeune, naïve et avait besoin d'un modèle de père... si modèle j'étais pour elle.

- Papounet? J'espère que tu ne me sortira jamais ça devant le monde?

- Mais non t'inquiète. Ce sera entre nous.

- Ok... mais tu sais les gens vont nous regarder bizarre quand tu m’appellera papa
dis-je en rigolant

- Ouais j'avoue... mais tu es comme un père pour moi.


Ça me faisait chaud au coeur de savoir ça. Je la protégeais comme ma fille, je l'aimais comme une petite soeur. Il n'y avait pas de "l'amour" à proprement parler car on ne serait jamais un couple et ça on le savait tout les deux non c'était plutôt une profonde affection entre nous. Elle m'appelait si elle avait besoin, je la réconfortais quand elle pleurais ou semblait perdue. Je faisais de même, elle était une amie incroyable. Il arrivait souvent qu'on se partageais une bouffe ou simplement un film. C'était platonique notre relation, et ça le restera et j'avoue que cette belle jeune fille à l'intelligence et à la sensibilité vive m'aidait à être un peu plus humain,montrer mon côté un peu plus vulnérable.

Maintenant on se parle à peine, elle ne m'appelle plus et moi malgré les multiples tentatives elle ne veut rien entendre de ma part. Tout ça pour une phrase mal formulé. J'avoue ici sur papier que ça me fait mal, j'ai une peine horrible comme si on venait de m'arracher ma petite soeur. Je ne sais plus quoi faire... J'ai de la facilité à parler aux gens, de les écouter mais faire des liens c'est un peu difficile alors quand ils se brisent je suis carrément démoli. Mais ça j'en reparlerais un peu plus loin car tout doit se suivre... enfin pas selon mon psy mais je trouve que ça fait plus net... plus chronologique. Malgré le fait qu'elle ne me parle plus, que ça me fasse souffrir je l'adore et la trouve toujours aussi mignonne et gentille... enfin avec Nolène et ma fille...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
 Jack Sutton 





• • • • • • • • • • • • •


▌Messages : 977
▌Date d'inscription : 10/06/2012
▌Métier : Agent FBI spécialiste en explosifs// Chef intérim
▌Avatar : Keanu Reeves


MessageSujet: Re: Once upon a time... Ven 27 Sep 2013 - 6:39


20 Août 2011

J'ai oublié de dire qu'avant de rencontrer Delphine j'avais rencontré une femme formidable, belle à couper le souffle. Ma Nolène, ma belle, mon amour. La rencontre? Une journée de congé et ensoleillée où je me permis de faire un peu de shopping et de prendre un café sur une terrasse pour paresser un peu. Mais une bande de gamins en skate me fit perdre mon équilibre et j'échappai mon café sur les cuisses d'une jeune femme. C'est quand je relevai le regard vers elle que je me sentis comme le pire con de la terre. J'étais figé, ne sachant quoi dire pendant qu,elle me regardait surprise. BOn ok je finis par éponger le tout et lui offrir de payer pour le nettoyeur même.

De toute ma vie, même avec Julia, c'était la première fois que je trouvais rien d'intelligent à dire. Mais imaginez ma surprise quand je sus qu'elle était apprentie profiler!! Enfin un terrain d'entente entre nous. Rapidement je l'invitai à souper et ce fut de loin la plus belle soirée de ma vie! Elle était arriver au petit bistro ravissante la brise du soir jouant dans sa chevelure et sa robe! Une petite robe noire à dos ouvert j'étais subjugué. On a mangé, on a bu et rit, on c'Est balader longuement sous le regard de la lune et après un moment on c'est embrasser. Je dois l'avouer là, c'était le plus beau moment de la soirée. Je n'aurais jamais cru un jour sentir ce sentiment de nouveau.

On est vite devenu inséparable. J'étais fou d'elle, je l'aimais à un tel point que je ne voyais plus rien quand elle était près de moi. Mais comme je l'ai dit je suis casse-cou enfin plus téméraire et impulsif et ça c'est un point majeur de notre relation. Disputes, discussions et il semblait que je ne comprenait rien. On en profitai chaque fois qu'on se voyait mais c'était l'atout majeur de nos dispute. Un soir elle en a eu marre et me quitta en me demanda de réfléchir, j'étais anéanti car je savais que je ne changerais pas... malgré ma grande volonté.

De la voir devant moi et de lui dire que notre relation finirai là malheureusement, me creva le coeur. Là je me dit encore une fois que le bonheur n'étais pas pour moi. Que j'allais finir seul et sans enfant. Ceci me déprima à un tel point que je faisais tout pour l'éviter et éviter de me retrouver seul avec elle soit dans les couloirs, soit à la cafétéria. La voir m'attristait.

Mais dans un moment difficile de ma vie que je raconterai plus tard elle vint m'annoncer que j'allais être papa. Moi? Moi Jack Sutton allait être papa? J'avais débuter un début de relation avec Lucy mais inconsciemment je savais que même celle-ci ne durerait pas. Enfin ceci dit ma réaction fut probablement loin de celle qu'elle attendait!

- Enceinte... de moi?

Oui je sais réponse stupide qui la blessa mais ce moment de ma vie était tellement merdique que je priais pour qu'il soit vrai et non pas qu'elle se foute de moi. Mais je la connaissais, elle n'était pas méchante ni mesquine. Je lui promis d'être là, pour elle, pour le bébé à venir et surtout de me maintenir en vie pour que notre enfant ai son papa auprès de lui. Quand elle me dit ça je sentis un élan d'amour pour elle que je réprimai, je me confortai dans ma position que c'était mieux ainsi, pour nous deux. Je sais je suis stupide mais à ce moment j'étais certain d'aimer Lucy...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
 Jack Sutton 





• • • • • • • • • • • • •


▌Messages : 977
▌Date d'inscription : 10/06/2012
▌Métier : Agent FBI spécialiste en explosifs// Chef intérim
▌Avatar : Keanu Reeves


MessageSujet: Re: Once upon a time... Lun 30 Sep 2013 - 5:00


26 Août 2011

J'ai encore de la difficulté à croire que il y a environ un an une petite fille frêle avait frappé mon coeur. Dans une enquête avec mon amie Kate nous avion attendu du bruit dans une ruelle. Elle alla en direction du bruit et je la suivit en sortant mon arme, on ne sait jamais quel connard se cache. Et on tomba nez à nez avec une fillette effrayée. Inutile de vous dire que je l'ai regretter longtemps d'avoir déboulé ainsi l'effrayant davantage. La pauvre elle était amochée, sale mais ce qui me frappa fut sa pâleur et sa maigreur qui me tordit le coeur.

À force de discuter, enfin discuter était vite dit car elle n'ouvrit jamais les lèvres; on l'amena à l'hôpital ou moi et Kate veillons sur elle. Mais bon après un moment Kate fut muté ailleurs donc c'Est moi seul qui lui rendait visite et à force elle parvint à me faire confiance. Mon but avait été de l'adopter et de faire d'elle ma fille, de lui offrir un toit, un entourage stable et surtout la chaleur humaine. J'avais tout tenter pour entamer les procédure me restait que le docteur qui s'occupait d'elle Declan Walker. Avec son aide je pus me préparer, et aussi faire un subterfuge aux services sociaux sinon je n'aurais jamais eu la garde légale. Marilyn Barker mon "amie occasionnelle" a bien voulu jouer le rôle de ma copine. Elle c'était montrée d'une candeur et d'un efficacité que moi-même j'y crus. Elle a restée chez mois quelques temps le temps que les papiers se signe et que j'ai pu avoir ma belle Lili, mon petit ange. Elle m'avait aidé à confectionner sa chambre, ma mère était venue de Los Angeles pour gâter sa nouvelle petite file.

Je l'avais donc accueilli chez-moi avec comme seuls personne moi et ma mère ainsi que Delphine.

- Et voilà, se sera ta nouvelle maison Lili. Tu as ta chambre à toi et j'ai même mis une veilleuse pour ne pas que tu ai peur. Tu es contente?

Elle ne parlait pas, même jamais. Mais le regard qu'elle leva vers moi me ravi, Des étoiles dansaient dans ses yeux et je fus le plus heureux des hommes sur terre. La première nuit fut difficile pour elle, elle tenait sa peluche contre elle et tremblait presque de me voir partir. J'ai donc resté là jusqu'à ce qu'elle s'endorme. Cependant au milieu de la nuit elle vint me rejoindre, chose disons assez curieuse mais je n'y fis pas de cas la laissant s'endormir au bord du lit.

Mais malgré ma grande joie il fut un soir où ma mère et elle étaient seules à la maison pendant que je bossai dur pour terminé le plus rapidement possible. Comme un film sympa s'annonçait elle avait été au dépanneur en bas de chez-moi pour aller chercher quelques grignotines et entre temps j'arrivai du boulot exténué mais trop content de retrouver Lili et ma mère. Je fus assez surpris de ne pas entendre ma mère discuter. Oui parce qu'elle lui parlait souvent et Lili l'avait adoptée et souvent je les retrouvaient lovés ensemble sous la même couvertures. Lili faisait plus confiance aux femmes qu'aux hommes.. enfin moi exclu.

- Salut je suis rentré! M'man? Lili?


J'arrivai au salon rien, que la télé qui diffusai une lumière mais pas de Lili ni même ma mère. Vous savez quand on bosse dans les forces de l'ordre plusieurs vous diront qu'ont sent quand quelque chose ne tourne pas rond. C'est difficile à expliquer, n le sent comme si tout était changé dans l'air. Je fis le tour des chambres regardai sous les lits rien. Aussitôt la panique me gagna, je revins au salon et vis la fenêtre ouverte et le rideau qui flottait doucement dans la brise du soir. Je fronçai les sourcils car je ne les ouvraient jamais, et encore moins ma mère Lili avait peur et était nerveuse juste à voir ça. En fait depuis quelques temps elle était nerveuse. Elle sursautai sur tout et rien, se nichai dans mes bras. Je pris donc mon arme que je mis à ma ceinture et allai dans les rues paniqué, horrifié.

Là, c'Est là que j'entendis ce cri aigu qui me déchira les tripes. Je me mis à courir comme un fou pour découvrir un homme gros sur une petite forme qui émettait de petits cris d'animal blessé. Son nom mourut dans ma gorge et je me hâtai comme jamais je n'avais fait dans ma vie. Mais en arrivant là je vis effectivement un homme avec un poignard dans le coeur. Mais également ma Lili, mon petit ange pleine de sang ses yeux bleus fixant le ciel. Instinctivement j'oubliai la scène de crime, les empreintes et autres trucs qui pouvait aider la police et me jetai sur elle. Je la pris dans mes bras et la serrai contre moi en pleurant, je savais qu'elle allait mourir et sérieusement ceci m'acheva.

- Lili allons tu peux pas faire ça à ton papa.

Ses yeux se plantai dans les miens sans rien dire encore une fois mais je vis toute la peine qu'elle avait de partir. Je lui avais laisser entrevoir une parcelle de ce qu'aurais pu être sa vie. Je la berçai contre moi en lui chantonnant sa berceuse préféré... enfin je le croyais.

Spoiler:
 

J'avais bien sûr remplacer les "mama" par des papa. J'avais pris sa petite main dans la mienne et je senti un léger serrement à peine perceptible. La vie quittai ma petite Lili et elle mourut ainsi dans mes bras alors que je me recroquevillai sur elle pour pleurer. Ma petite fille, je l'avais à peine eut quelques mois et son ravisseur l'avait retrouver pour la tuer. Je ne sais par quel hasard les secours étaient arrivé m'arrachant ma petite Lili des bras. On m'offrit bien sûr de me conduire à l'hôpital mais j'étais à ce point blessé et dans un état second que je déclinai l'offre leur disant que j'allais me changer d'abord. J'allais chez-moi et sorti tout mes fonds de bouteilles de fort et les bu un après l'autre. je tombai à même le sol dans un état d'alcool assez fort. Pathétique me direz-vous mais c'était insoutenable comme douleur je voulais seulement endormir ma douleur, la rendre plus supportable mais le fort m'a jamais fait.

C'est ma mère qui me trouva inconscient sur le plancher du salon et selon ses dires je répondais à peine à ce qu'elle me disait. De ce fait moi aussi je fus conduis à l'hôpital. Ça m'a pris plusieurs heures sortir de mon état d'alcool. Ma mère était là et je savais Lili morte de ce fait quand Declan me l'appris je fondis en larmes. J'étais tellement anéanti que je fis mal à Delphine en lui disant de ne pas m'appeler "papa" en public mais c'était plutôt le "papounet" que je ne voulais qu'elle dise. Depuis ce temps elle me regarde à peine et me parle pas du tout. Des semaines à avoir l'air d'un zombie, de me demander ce que je foutais sur cette terre. Je n'avais rien à y faire si le destin m'arrachai tout pour que je sois un tantinet heureux. Au boulot j'étais à moitié efficace mais je me lançai dans mes dossiers, lors des missions je me lançait à corps perdu. Lucy était inquiète pour moi, et j'avais mis fin à la relation peu de temps avant l'adoption de Lili parce que elle et moi enfin... je n'étais amoureux d'elle en fait.

J'avais une photo d'elle seulement une... mais beaucoup de ses dessins, alors soirs après soirs je le regardais, je feuilletait chaque dessins, chaque mot qu'Elle avait écris.

- Jack, ce n'est pas bon ce que tu fais...

- Et je peux faire quoi? C'est la chose qui me retient pour ne pas que je foute en bas d'un pont.

- Jacky... je sais que c’est difficile mais tu le surmontera...

- Comment? Pour une fois dans ma vie m'man j'étais bien, j'étais heureux... et... elle m'a été enlevée...

Je m'effondrai en larme et ma mère me pris contre elle en me berçant. Je ne sais combien de nuit je me suis endormi en pleurant sur mon sort qui s’acharnait sur moi. Ce foutu destin qui ne me permettait pas d'être heureux, qui ne permettait pas d'être père encore une fois. Bien sûr la douleur s'amenuisa et je parvint à reprendre le dessus mais ce fut difficile...et long.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
 Jack Hotchner 
Special Agent (SA)




• • • • • • • • • • • • •


▌Messages : 479
▌Date d'inscription : 20/09/2013


MessageSujet: Re: Once upon a time... Lun 30 Sep 2013 - 18:48

Toujours aussi bien ton roman ! j'adoooooooorrree !!! Hanlala Hanlala Hanlala Hanlala 

Bon il va falloir que je me motive pour refaire des signatures et des avas. Smile

Des suggestions ? siffle

Grosses bises et à toute.



Jack Hotchner

Je tiens à toi Papa et à tous tes collègues !  3CALIN 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://csi-rpg.forumactif.org/
avatar
 Jack Sutton 





• • • • • • • • • • • • •


▌Messages : 977
▌Date d'inscription : 10/06/2012
▌Métier : Agent FBI spécialiste en explosifs// Chef intérim
▌Avatar : Keanu Reeves


MessageSujet: Re: Once upon a time... Mar 1 Oct 2013 - 8:35


30 Août 2011

Petite erreur dans le temps mais à peine quelques semaines et je me demande comment j'ai fait pour sauter par-dessus! Qui n'a pas rencontrer Dexter Rader, le gentil légiste? Moi pour ma part il passait parmi les autres je ne l'avais pas vraiment remarqué en fait. Disons que je l'ai plus connu sur une scène de crime ou un pédophile c'était fait piéger et défoncer la tronche.. mais vraiment défoncé! Il y avait du sang partout et le visage... disons assez méconnaissable en fait. Pour ma part je me demandais ce qu'on foutais à enquêter sur le crime d'un salopard. Bon ok c'était mon job, je devais le faire mais franchement je m'en saurais passé. Je savais qu'un homme avait capturer et retenu Lili parce qu'elle avait dessiné, vaguement mais les yeux je savais qu'il étaient verts. On ne savait pas si mon petit ange avait été agressé sexuellement mais j'avais un énorme doute. Sinon pourquoi aurait-elle peur des hommes à ce point? J'avais même demandé à Dexter la couleur des yeux et il m'avait répondu "Brun" simplement. Enfin je dus également me coltiner le légiste qui m'accompagna pour recueillir des témoignages mais rien. C'était à hurler de rage... ou de rire c'Est selon. Quand je revint l'équipe était dans un état de stress et le chef de l'unité vint vers moi la mine grave.

- Grilpower12 ça vous dit quelque chose?

- Ben c'était le surnom que quelqu'un a pris pourquoi?

- Et vous êtes certain que ça ne vous dit rien Agent Sutton?


Je fronçai les sourcils et risquai un oeil vars le légiste qui me regardait avec une lueur moqueuse dans ses yeux mais ce qui me frappa c'était cette froideur, cette distance face a tout ça. Pas un brin de colère rien même pas du dégoût. Je fronçai les sourcils et retournai mon regard vers le chef qui me pressa du regard.

- Vous voulez en venir où?

- On a trouvé une adresse IP.

- Ouais et alors j'y connais rien moi en informatique, je suis agent du FBI alors pourquoi vous m'énervez avec...


- C'était votre adresse Agent Sutton.

- Quoi? Vous vous foutez de moi j'espère!


Le chef me regarda impassible et l'équipe feignait à être occupé sur le corps, les indices enfin tout pour éviter d'affronter mon regard qui c'était noirci.

- Agent Sutton, on connait votre passé, votre...tempérament ceci aurait pu aboutir à...

- Bordel mais c'est pas vrai!! Parce que je suis téméraire je tue les gens c'Est ça? C'est quoi cette logique à la con? Putin...

- Vous êtes relever de l'enquête. J'enverrai un mot à l'agent Evans vous comprendrez que nous devons vous mettre à l'administration le temps que ça se règle.


Je lançai un regard rempli de colère au chef de l'unité et arrachai ma veste pare-balle et la lançai sur le sol. Cependant le gentil légiste Dexter m'arrêtant me disant qu'il y avait un seul moyen de ma disculper, mon ADN. Je lui rit au visage lui disant de faire ça dans les règle avec mandat et tout puis quittait l'entrepôt puant
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
 Jack Hotchner 
Special Agent (SA)




• • • • • • • • • • • • •


▌Messages : 479
▌Date d'inscription : 20/09/2013


MessageSujet: Re: Once upon a time... Sam 19 Oct 2013 - 14:32

Toujours aussi sensationnel ton récit Roxy ! Bravo 

Du coup je ne vais pas tout de suite me lancer dans la création de la cousine de Jack car il y a deux ou trois trucs que j'aimerai améliorer avant. Du coup il s'agira de mon troisième personnage. Smile

En tout cas continue car ton récit va peut-être m'inspirer.

Grosses bises et à bientôt. Very Happy


Jack Hotchner

Je tiens à toi Papa et à tous tes collègues !  3CALIN 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://csi-rpg.forumactif.org/
avatar
 Delphine Moore Emia 
Special Agent (SA)




• • • • • • • • • • • • •


▌Messages : 2814
▌Date d'inscription : 21/04/2012
▌Métier : Employée dans une crèche mais rêve de montée sa propre crèche pour échapper à la violence de son actuel patronne.
▌Avatar : Selena Gomez - Bazzart © (Kit) & Sevnol © (Gif profil)


MessageSujet: Re: Once upon a time... Sam 19 Oct 2013 - 18:38

J'adooooore Coeur Hâte de lire la suite de ton récit mon cher papouuuu CHIBI xD


Il y a toujours un moment où le chemin bifurque. Chacun prend une direction différente en pensant que les chemins finiront par se rejoindre. Ce n'est pas grave, on est fait l'un pour l'autre, notre fin nous réunira. Mais à la fin n'arrive un putain d'hiver. ▵ ©️endlesslove.
hope isn't a dream but a way from of making dreams become reality ▵
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://one-tree-hill-oth.fr1.co/
avatar
 Henry Jareau LaMontagne 





• • • • • • • • • • • • •


▌Messages : 106
▌Date d'inscription : 01/08/2012
▌Métier : Aucun
▌Avatar : Mekhai Allan Andersen


MessageSujet: Re: Once upon a time... Sam 2 Nov 2013 - 14:59

A quand la suite ? CHIBI
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

 Contenu sponsorisé 





• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Once upon a time...

Revenir en haut Aller en bas

Once upon a time...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» [SOFT] REAL TIME TRAFFIC : Avertisseur de radars en temps réel [Gratuit]
» Les access prime-time
» Fin de Discovery Real Time en 2010 ?
» Doctor Who: Adventures in Time and Space
» Coup de coeur horloger ou choix raisonné : Lange Time Zone, Journe Chrono Souverain, IWC Perpetual Calendar ou Réserve Auto Noire ?
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Criminal Minds :: Créations littéraires-