Le forum ferme ses portes après 5 longues années d'existence.
Merci à vous tous de nous avoir suivi et qui sait, à bientôt sur d'autres forums ♥

Partagez|

Loin des yeux, près du coeur [Alec]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Loin des yeux, près du coeur [Alec] Jeu 5 Juil 2012 - 12:34

Loin des yeux, près du coeur



Alec L. Carter - Izzy Jackson


Le temps paraissait long. Très long. Même si à chaque kilomètre, elle se rapprochait un peu plus de lui... C'était très long. C'était un supplice d'attendre aussi longtemps... Dans ce train, elle n'avait qu'à fermer les yeux pour l'imaginer près d'elle, puis un sourire s'esquissa sur ses lèvres, rêveuse. La jeune femme savait parfaitement que si son fiancé était parti là-bas, c'était pour le boulot et que voilà, il n'y avait rien à y faire. Elle était même plutôt heureuse pour lui et l'encourageait même, puisqu'ils avaient la même passion et elle le comprenait totalement... Et même s'il lui manquait énormément, autant le prendre sur elle, et on savait tous que ce n'était qu'une petite séparation de quelques temps et c'était une séparation pour mieux se retrouver. Quand elle se levait le matin, ça lui était étrange de se réveiller dans un lit vide... Mais il fallait qu'elle prenne sur elle jusqu'au jour où elle décidera bien sûr d'aller le rejoindre par surprise. Ils étaient complices et inséparables et au fond d'elle, elle savait même bien qu'il savait pertinemment qu'ils finiraient par se rejoindre. Après des années à être ensemble, ils se connaissaient, n'est-ce pas ? Et c'était à quelques heures de train et non le bout du monde... Et même au bout du monde, elle l'aurait rejoint sans hésitation!!!
Et ce jour-là était aujourd'hui. Ce fut le cas ici où elle le rejoignait. Elle avait pris des jours de congé, le premier billet de train et voici qu'elle quittait Manhattan pour Quantico dans l'Etat de Virginie, bagage à la main et bien sûr, avec le « minimum »... Et non, elle n'allait pas non plus amener tout son chez elle... Elle avait également enfilé une de ces tenues habituelles... elle portait une tunique à rayures noires et blanches - où une bretelle menaçait de tomber de son épaule – et un jean à moitié délavé mais qui donnait sacrément un charme. Quant à ses cheveux, elle n'avait pas pris bien soir de les coiffer qu'ils étaient d'un naturel sur ses épaules, tout ondulés... Ses cheveux couleur blé de miel – si on pouvait bien sûr dire ça – sentant chaleureusement la vanille.
Peu de temps après, Izzy se trouvait à l'intérieur d'un taxi. La voix qui annonçait l'arrivée du train en gare l'avait doucement sorti de ses rêveries, lui annonçant qu'elle était presque arrivée, près de sa moitié de coeur qui vivait dans cette ville... Elle était sortie de la gare après avoir appelé un taxi dans le hall... C'était loin d'un taxi jaune qu'on pouvait voir habituellement à New York... Et la voilà profiter du paysage, en cette nuit tombée. Elle verrait un peu mieux le lendemain et elle comptait bien sur Alec pour lui faire découvrir quelques coins... Arrivant alors dans la rue demandée, Izzy demanda au chauffard de ne pas s'arrêter totalement devant la maison d'Alec. Oui, la jeune femme voulait totalement que sa surprise soit une réussite... Elle savait que son fiancé attendait patiemment son coup de fil et qu'il voulait être tranquille chez lui à ses moments là. Ils s'envoyaient de temps à autres des petits messages pour savoir quand s'appeler et tout ça, et puis finalement, ils avaient toujours leurs petites habitudes... Izzy composa alors son numéro sur le portable qu'elle sortit de sa poche et attendit alors que son Alec réponde... Elle voulait entendre le son de sa voix... Sa douce voix qui la fit toujours sourire et chavirer comme lorsqu'ils s'étaient rencontrés il y avait de cela des années... comme s'il n'y avait rien qui avait changé … La douce Izzy était toujours autant amoureuse.

Allô mon amour...
salua-t-elle lorsqu'elle entendit sa voix au bout du fil... Que fais-tu ? Je ne te manque pas trop ?

Presque cachée derrière un arbre, elle s'était arrêtée, un peu pensive... elle avait attrapé une mèche de cheveux avec quoi elle s'amusait avec un de ses doigts... Pendant cet échange, malicieuse comme elle était, elle allait avoir une petite conversation normale avant de lui dire d'aller jeter un oeil dehors... Toujours le téléphone à l'oreille, elle croisa son autre bras contre sa poitrine, il faisait certes doux à l'extérieur mais un peu frisquet.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Loin des yeux, près du coeur [Alec] Jeu 12 Juil 2012 - 0:45


Loin des yeux, près du coeur
Izzy & Alec




Cela faisait maintenant un moment qu'Alec était sur Quantico. Et il avait ses raisons. Vraiment, ces histoires de tueurs en série, ça intéressait tout le monde. Y compris la totalité des médias : journaux, télé, radio ... Et forcément, le boss d'Alec voulait être sur le coup. Ces meurtres, ça faisait plus qu'un grand bruit, à travers cette ville en Virginie. Et notre cher Alec avait été choisi pour l'un des plus grands tremplins de sa carrière : interroger un agent du Behavioral Analysis Unit. Et pas n'importe lequel ! Son patron était catégorique là-dessus : Aaron Hotchner, et personne d'autre. Une chance que Juliette le connaissait. En y repensant, notre homme avait encore du mal à croire que sa meilleure amie bossait pour lui. Ouais ... Une aubaine. Pour sûr !

Depuis qu'il était arrivé, Alec se sentait bien ici. Le seul truc qui lui manquait, c'était ... Izzy et Craig. Il pouvait avoir l'impression que ses souvenirs étaient loin maintenant et pourtant ... C'était comme s'il avait l'impression qu'il allait les revoir. Ça oui. Alec en était sûr. Évidemment, ça allait certainement prendre du temps, mais ça arriverait. Heureusement, il y avait encore le moyen de téléphoner pour prendre des nouvelles. Parce que bon ; même s'il avait l'air en forme et adorait ce qu'il faisait ici, sa famille et ses amis lui manquait tout de même. Izzy surtout. Le fait de ne pas la sentir près de lui, humer son parfum, admirer son sourire, toucher ses boucles dorés, entendre sa douce voix ... Ouais, y'avait pas à dire : c'était quand même cruel.

Alors du coup, notre homme se consolait en écrivant, en écoutant de la musique. Côté vie sociale, il avait même commencé à croiser du monde. Juliette qui - comme je vous le disais, était devenue plus qu'une simple amie, après leur premier rendez vous et ... Kelly aussi. Cette fille-là, il l'avait rencontré par hasard, par contre. Et contre toute attente, il s'agissait aussi d'une journaliste. Finalement, il ne se sentait pas vraiment dépaysé par rapport à New-York. Ah, la Grosse Pomme ... Il en avait de ces souvenirs, là-bas. Surtout dans Central Park notamment. Il adorait s'y promener, avec ou sans Izzy. Un véritable havre de paix ce coin-là. Et tout le monde s'y cotoyaient : hommes, femmes, enfants ... De toute classe sociale, de tout âge. C'était d'ailleurs en cet endroit qu'Alec puisait la majeure partie de son inspiration.

Alors qu'il se trouvait au niveau de la baie vitrée, il restait pensif à regarder le ciel. Ce fut d'ailleurs la sonnerie de son téléphone portable qui l'avait sortie de son état silencieux. Izzy. C'était Izzy ! Elle lui demandait des nouvelles. Cela faisait un petit moment qu'il ne l'avait pas entendu. Le sourire aux lèvres, il lui avait répondu :

« Oh, mon ange ! Si tu savais comme j'suis heureux de t'entendre. Tu me manques tellement ... » Avait-il lâché presque mélancolique, avant de reprendre : « Bien sûr que non. Tu ne me déranges jamais. Je, euh ... J'étais en train de penser, comme presque à chaque fois quand je suis seul, à la maison. J'pensais à toi, à Craig ... Ça me manque New-York, tu sais ? Et toi, ça ... Ça se passe bien, là-bas ? »

Alec était heureux. Il en tremblait presque. Ça faisait quoi ? Trois semaines qu'il n'avait pas eu de nouvelles d'Izzy ? Et encore ... La dernière fois, c'était par messages interposés sur leur répondeur.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Loin des yeux, près du coeur [Alec] Sam 14 Juil 2012 - 1:41

Izzy avait toujours ce sourire fixé sur les lèvres... et surtout, elle essayait de se contenir, d'avoir une voix plutôt calme pour éviter d'attirer le moindre soupçon de son fiancé... De prendre le temps des choses pour lui faire la meilleure des surprises... Elle imaginait déjà sa réaction à la voir débarquer ainsi, à l'improviste... Son coeur se gonflait de joie à l'entendre, surtout quand il l'appelait « mon ange ».

Tu me manques tellement aussi, tu sais … C'est dur d'être séparée de toi …
lâcha-t-elle tout en se mettant à bidouiller le pendentif qu'elle avait autour du cou, un petit cadeau d'Alec qu'elle ne quittait absolument pas.

Elle savait que ce sentiment d'éloignement était réciproque... ça se ressentait à sa voix. Puis la grande blonde détourna son attention sur la façade de la maison, voulant essayer de l'apercevoir derrière une fenêtre mais elle n'avait pas tellement envie de trop se pencher pour éviter d'être trop à découvert s'il regardait par la fenêtre comme un rêveur...

Il pensait à elle, à Craig... Craig qu'elle avait quitté justement à ce moment-là. Comment cet idiot pouvait manquer, sérieux ? Oui, c'était de leur meilleur ami qu'ils pensaient à ce moment-là... Mais ils pouvaient dire tout le mal de lui hein, chose qu'ils ne faisaient jamais, évidement, hein …. C'était grâce à lui qu'Alec et Izzy étaient ensemble donc ils étaient loin à s'en plaindre... Et Izzy ne serait même pas là à quitter New York comme ça pour le rejoindre ici. Comment c'était New York ? Comment ça se passait à là-bas ?

J'ai pu revoir Craig hier, il est passé à la maison malgré le chien de garde... fit-elle dans un rire.

Parlant de chien de garde, évidement, Izzy parlait d'Higgins... celui-ci n'aimait toujours pas Craig et ce sentiment avait bien l'air réciproque.…

Ils ne s'aiment toujours pas mais la seule chose dont ils sont bien d'accord, c'est que tu leur manques à tous les deux... Ils te passent le bonjour.

Bref oui, tout allait bien dans tout ça … n'est-ce pas? En plus, pendant que la jeune femme était ici, il fallait penser que... ben Craig avait la garde du chat à New York en ce moment et on pouvait deviner que ... ben y'avait de l'amour dans l'air. Bref, quant au boulot, Izzy enchaîna donc à d'autres nouvelles :

Sinon quant à l'article que je te parlais l'autre jour, j'ai pu enfin le boucler.

C'était sûr la bibliothèque du Musée Américain de l'Histoire Naturelle : L'American Museum of Natural History … l'un des plus grands musées de New York. Il est situé dans le quartier de l’Upper West Side à Manhattan, justement... Et vous imaginez que la bibliothèque contenait 485 000 volumes et disposait aussi d’un fond important de photographies, de films et de manuscrits ? Ca en faisait un paquet.

Le patron était plutôt satisfait.
Continua-t-elle enjouée...

Comme si le patron pouvait déprécier le travail d'Izzy... elle qui adorait l'écriture qu'elle avait son petit style bien à elle...

Dis-moi alors ? Toi ton étude a avancé depuis ? Racontes-moi tes nouvelles découvertes de Quantico...

Elle voulait absolument tout savoir … que ce soit son article ou les nouveaux coins de Quantico, ou les nouvelles rencontres... Que ce soit mêmes des rencontres féminines... Ca, Izzy lui faisait totalement confiance... elle était loin d'être une grande jalouse, sauf dans les grands cas alarmants, peut-etre mais bon, elle était loin d'être maladive... Bref après ces demandes, en même temps, elle se mordit la lèvre inférieure, de faire un pas de plus la démangeait, elle voulait de suite apparaître devant la porte d'entrée... Elle commença alors doucement et timidement à s'approcher dans l'allée, essayant de ne pas faire trop de bruits... enfin ça risquait d'être un peu difficile d'en faire... Quoique, elle ne devrait pas trop hausser la voix au risque de se faire entendre du jardin si ce n'était pas trop sonoriser à l'intérieur de la maison.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Loin des yeux, près du coeur [Alec] Lun 16 Juil 2012 - 17:46

Depuis tout ce temps où Alec n'avait pas entendu le son de sa voix, il était vraiment heureux d'avoir un appel d'Izzy. En arrivant ici à Quantico, ses proches avaient commencés à lui manquer dès les premiers instants. Certes, il était là pour le boulot, il en connaissait les conséquences avant de faire ses valises, mais il avait tout de même tenu à le faire. L'enjeu était gros et Alec ne voulait pas louper ça. Dans le fond, il savait qu'Izzy allait le rejoindre à Quantico, si il lui manquait de trop. Mais pour quand, ça Alec n'en savait rien par contre. Comme ils se l'étaient dit à peine quelques minutes après avoir décroché, l'un manquait terriblement à l'autre. C'était un coup dur, mais il fallait bien faire avec.

Pour faire la conversation, le journaliste avait demandé des nouvelles, à sa fiancé. Comment allait Craig ? Il allait bien, et justement Izzy l'avait vu hier, il était passé à la maison. En écoutant cela, Alec souriait. Quand elle lui avait dit qu'il s'était presque battu avec le chat, Higgins, et bien ça l'avait fait rire aux éclats. Comme il s'en doutait, lui et l'animal n'avait toujours pas fait ami-ami. Il aimait bien entendre de telles nouvelles. Et évidemment pour être franc, Craig et Higgins lui manquaient aussi. Le boulot l'éloignait d'eux tous, mais c'était plutôt convaincant avec le salaire qu'il y avait à la clé. Sans compter que ça donnait à Alec l'opportunité de parler à l'un des meilleurs profilers de Virginie, Aaron Hotchner.

« J'suis vraiment ravi de l'entendre. Ça me fait plaisir de savoir que vous alliez tous bien. Le boulot est prenant ici, j'ai pas le temps de m'ennuyer. »

Oh, que non ... Bon, il n'allait pas pouvoir parler à l'agent Hotchner tout de suite, cela paraissait évident. Mais dernièrement, Alec avait obtenu un rendez-vous avec l'agent Jareau, qui était l'agent de liaison de l'équipe. Un agent qui - comme elle le lui avait expliqué, au téléphone - s'occupait du relationnel entre les profilers et la police d'un côté, avec les médias de l'autre, donc journalistes, radios ou même les civils qui s'interrogeait. Ouais ... Alec se demandait bien quelle prime il allait toucher avec ça. Peut-être bien qu'il allait passer de rédacteur à rédacteur en chef. Ouais ! Ça, ça pouvait être cool.

Et justement en parlant de boulot, Izzy avait parlé à son fiancé de son article qu'elle avait pu boucler pour l'une de ses chroniques qui allait paraître la semaine prochaine. Un article parlant du Musée d'Histoire Natuelles, à Manhattan. Upper West Side était un quartier qu'il avait fréquenté pas mal de fois, depuis qu'il était au lycée. Y'avait pas mal de choses intéressantes, là-bas. Pour sûr. Surtout pour les exposés qu'il tenait à l'époque. Qui plus est, elle lui avait annoncé que le patron était satisfait, lui demandant ensuite de ses nouvelles. Ce qui était rassurant dans un sens. D'ailleurs à ce propos ...

« C'est une bonne nouvelle. Dis-moi ... En parlant du patron, je ... Est-ce qu'il t'as dit quelque chose, à propos de moi ? J'espère qu'il ne s'inquiète pas trop ou qu'il va envoyer quelqu'un d'autre. Enfin ... Je lui ai dit que ça allait prendre du temps. Le Département des Sciences du Comportement, est assez ... Débordé en ce moment, et ... J'ai eu un appel d'eux. C'était même pas l'agent Jareau qui était au bout du fil, mais un autre. Un homme d'ailleurs. Qui m'a assuré qu'elle allait me contacter. Il me faut juste ... Me faut juste du temps. »

Il osait espérer que tout se passe bien, du côté de New-York. Ce job que le Times lui avait confié, était plus qu'important. C'était un dénouement qui était en train de se jouer, après tout.

« Enfin, bref. Oublies ... J'vais éviter de parler boulot, en ce moment. Ça me stresse de plus en plus. Quoique, je tiens encore le coup, ça va. J'ai fais pas mal de rencontre, d'ailleurs. Dont celle de Juliette Riley et celle de Kelly Moore. »

Deux femmes ? Ça commençait à devenir intéressant. Quoique vu ce qui allait suivre, et étant donné la confiance qu'elle avait en Alec, la blonde ne s'en souciait pas. Alec s'était assis sur un fauteuil et s'était expliqué, plus en détails :

« Juliette était venu par hasard, dans le bureau que l'on m'avait amenagé à l'arrivée. J'ai ... J'avais écrit un article sur un certain Alexei Ivanovitch. Un type qui s'occupe du relationnel entre les Russes et les Américains. Il bosse à l'Ambassade et ... Elle avait voulu des précisions. Elle le connaissait. C'est un profiler de Quantico, justement. Et suite à ça, on s'est revus, ça a créé des liens. On se revoit souvent, depuis. Parce qu'apparemment j'ai ... Je l'ai aidée, d'après ce qu'elle dit. Bref, sinon pour Kelly j'ai su qu'elle était journaliste ici, à Quantico. Quand elle a su que je l'étais, elle a eu un grand sourire et je lui ai déballé mon histoire. Je lui ai parlé de toi, tout ça. Elle m'a dit qu'elle était heureuse pour nous deux, et qu'elle espérait te voir un jour. »

Ce qui était déjà pas mal pour à peine quelques semaines passés dans sa nouvelle ville. Alec n'en était pas peu fier pour quelqu'un qui croyait que ça allait être difficile de s'intégrer.

« Bref, c'est à peu près tout » Fit-il, en souriant encore une fois, avant de reprendre : « Qu'est-ce que j'ai vraiment hâte de te retrouver, c'est fou ... J'ai l'impression que ça fait six mois que l'on s'est quittés, alors que ça n'en fait qu'un à peine. »

Et oui, Alec n'en avait pas l'habitude. Mais il allait bien devoir s'y faire. À moins que ...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Loin des yeux, près du coeur [Alec] Ven 3 Aoû 2012 - 12:26

Isabel savait pertinemment que ce genre d'informations le ferait rire. C'était tout une histoire entre les deux énergumènes. D'ailleurs, Isabel se demandait vraiment depuis le temps qu'elle connaissait Craig si elle avait vu celui-ci avec un quelconque animal... Mais en y réfléchissant, le seul animal qu'elle verrait bien dans son appartement, ne serait-ce qu'un perroquet. Pauvre Craig ! Bref, sur ce, son sourire ne décrochait toujours pas de ses lèvres, surtout après avoir entendu ce rire au bout du fil, ce rire qu'elle avait déjà entendu mille et une fois.

En échangeant des nouvelles, Isabel était plutôt fière de son article... Et c'était un article tout à fait pour elle... tout ce qui touchait à la belle culture, elle était toujours aux premières loges... C'était une adepte des musées, des découvertes lors de ses voyages … et elle espérait bien un jour atteindre l'Europe où elle pourrait voir également un magnifique patrimoine qui régnait là-bas. Sur ce, et tout en la connaissant, partout où elle allait, elle avait un bouquin dans son sac et un sous le nez... Ca pouvait amuser la plupart à la voir passer son temps bouquiner mais voilà, c'était un peu tout elle tout craché... Revenant sur le sujet boulot, Alec demanda si le boss lui avait soufflé quelque chose.

Hey, rassures-toi mon coeur. S'il ne te croyait pas capable d'être à la hauteur de faire ce genre de mission, il ne t'aurait pas envoyé à Quantico. Aller rencontrer Aaron Hotchner n'est pas une mainte affaire...

Il ne fallait surtout pas qu'il stresse pour ça. Du tout ! Mais Izzy le connaissait par coeur depuis le temps et elle savait pertinemment que sa surprise de la voir ici, ça allait lui faire le plus grand bien. La distance qui les séparait devait bien l'affecter, aussi bien pour elle... Et heureusement, d'être envoyé dans une nouvelle ville inconnue, Alec avait pu soit-disant se faire de nouveaux amis et soit deux femmes... Comme d'habitude, Alec lui raconta alors toutes ses aventures. Non, pas qu'il se devait tout lui dire et lui faire un compte-rendu de ses faits et gestes... Izzy avait entière confiance en lui, elle n'était pas spécialement d'une nature jalouse maladive, sauf si pour trouver cette nature, il fallait vraiment gratter mais non, franchement, elle n'avait aucun crainte. Elle avait toujours été cool et limite s'il cherchait à la faire jalouser, ça ne lui faisait aucun effet. A ce point-là ! Bref, on n'allait pas non plus leur reprocher leur confiance qu'ils vouaient l'un envers et l'autre. Ils avaient toujours été honnête et se disaient tout...

Je serais ravie de les rencontrer alors et ça se ferait peut-être rapidement...

Izzy était alors plantée dans l'allée, près du perron de la maison, toujours le portable fixé à l'oreille... elle avait posé son sac à ses pieds et attendit alors... Hum, y'avait cette impression que ça faisait 6 mois, hein ? Alors que pas du tout. Oh, Alec n'allait pas être déçu s'il savait qu'elle était juste là devant, prêt à se retrouver. Isabel savait pertinemment qu'il était à la maison puisque lorsqu'elle avait demandé ce qu'il faisait de beau, il lui avait répondu comme à chaque fois qu'il était à la maison, il se perdait dans ses pensées... Donc, ça la rassurait. Il n'était pas parti en vadrouille et ça se serait entendu dans les bruits de fond.

Mon coeur... Tu sais, tu n'es pas obligé d'attendre autant de temps.

Oui, là, il devait rien comprendre mais elle aimait un peu jouer, même si ce n'était pas trop dans sa nature d'être sadique. Non, elle était loin d'être diablotine, en plus.

Tu veux bien me faire une faveur ?
Continua-t-elle dans un sourire. Ouvres ta porte.

Elle avait hâte de voir sa réaction … elle n'en pouvait plus. C'était dur de se retenir mais c'était le bon moment de lui dire qu'elle était là... Elle ne pouvait plus attendre... Non, ça devenait trop dur. Il fallait qu'elle le voie, qu'elle voit ce sourire qu'il avait toujours sur les lèvres, son regard posé sur elle... son odeur... ses bras protecteur autour d'elle... entendre son coeur chaviré avec le sien en même temps. Elle voulait Lui tout simplement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Loin des yeux, près du coeur [Alec] Mar 14 Aoû 2012 - 11:10

Depuis le temps qu'Alec se trouvait sur Quantico, ça avait l'air d'aller. Du moins, il y avait juste ses proches qui lui manquait. Et peut-être le fait de s'inquiéter légèrement avec son patron. Le journaliste espérait que son supérieur ne le trouve pas trop longuet. Parce qu'effectivement, Alec n'avait pas envie que l'on envoie quelqu'un d'autre sur le coup : cette interview d'Aaron Hotchner, allait être à coup sûr un sacré tremplin pour sa carrière. Et justement, Izzy croyait en lui. Sa fiancée l'avait rassuré, en lui promettant qu'il ne l'aurait pas envoyé là-bas, s'il doutait de ses capacités. Comme elle l'avait dit, rencontrer Aaron Hotchner ce n'était pas donné à tout le monde et c'était loin d'être quelque chose d'aisé. Voilà pourquoi c'était lui qui avait été envoyé.

« Oui, tu as raison. J'me fais peut-être un peu trop de souci. Je devrai prendre une pause. Cette histoire risque de me faire perdre la tête ! » Fit-il, sur le ton de la plaisanterie.

Pour parler d'autre chose d'ailleurs, Alec avait avoué à Izzy avoir rencontré pas mal de gens, dont deux femmes pour commencer : Juliette et Kelly. Sans en être jalouse, elle comprenait parfaitement son homme. Entre eux, tout allait bien et jamais l'un ne pouvait mettre en péril la confiance de l'autre. Sans compter que ces deux rencontres allaient être parfaitement bénéfique pour son travail. Même que l'une d'entre elle, l'avait presque pris pour une idole. Elle lui avait avoué adorer son parcours. Bref, dans l'ensemble Alec s'était parfaitement intégré en ville. Tout ce qui lui manquait en vérité, c'était Izzy ... Et pour le moment, il arrivait quand même à l'avoir au téléphone pour lui parler. Dans un sens, c'était mieux que rien.

« Tu les rencontrera sûrement. » Avait-il lancé, en souriant avant de réaliser : « Enfin, j'veux dire ... Tu ... J'espère que tu pourras les rencontrer, un jour. »

Et oui ... Le journaliste se trouvait tellement sur son petit nuage en parlant à la belle blonde, qu'il s'en sentait presque perdu. Il avait comme l'impression qu'elle se trouvait tout près, alors que ce n'était qu'une illusion. Et pourtant ... Quand Alec avait avoué que bien que ça ne faisait que six mois qu'ils ne s'étaient pas vus, l'homme ressentait un véritable manque. Et à ce propos, Alec cru mal entendre la réponse de sa chère et tendre. Comment ça : « ne pas être obligé d'attendre ? » Que voulait elle dire par là ?

« Tu veux dire que ... » Alec croyait rêver et en avait presque du mal à réaliser ce qu'il avait entendu.

En continuant, Izzy lui avait demandé d'ouvrir sa porte. Elle avait une surprise pour lui ? Elle lui avait fait apporter quelque chose ? Ou était-ce mieux que ça ? Il posa alors son téléphone pour se ruer vers sa porte d'entrée et l'ouvrir ... Quand la porte fut ouverte, c'était comme si Alec n'arrivait pas du tout à réaliser. Elle était là, devant lui ... Et notre homme en avait plus que du mal à y croire. Il avait l'impression qu'il se faisait des illusions. Et pourtant ... Il avait pris le visage de son amour entre ses mains, il en tremblait et en souriait en même temps. Il avait envie de pleurer ... De pleurer de joie. Le voeu qu'il avait depuis son arrivée, venait de s'exaucer devant ses yeux :

« Tu ... Enfin, te voilà. J'ai attendu ce moment depuis si longtemps, j'ai l'impression. J'ai eu tellement de mal à tenir, et maintenant ... »

C'était à peine si Alec allait trouver les mots pour continuer. Et certains gestes simple, suffisait bien mieux. C'était donc pour ça, qu'il avait entamé un baiser langoureux pour lui faire partager son bonheur. Ainsi donc, sa fiancée était venue le rejoindre. Voilà bien un évènement qui marquait son plus beau jour à Quantico. Il s'arrêta au bout de plusieurs secondes, voulant tout de même la laisser entrer :

« Viens, je ... Je ne vais pas te laisser là. » Fit-il toujours aussi souriant, à la limite de l'euphorie. « Tu veux quelque chose ? Un thé, un café ? Assieds toi, donc. La route a dû être longue, j'imagine. »

Enfin ... La venue d'Izzy était une véritable libération pour lui. Il avait eu cette impression de l'attendre depuis un éternité.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Loin des yeux, près du coeur [Alec] Lun 3 Sep 2012 - 11:50

Au bout du fil, Izzy se disait qu’elle faisait bien de venir – dans tous les cas, ce n’était que du bon – rien de mieux pour prendre son cher et tendre dans ses bras et le rassurer à sa manière à chaque fois qu’il avait ses moments de doutes. La seule chose qui devrait lui faire perdre la tête, c’était elle… Et pour ça, oui, elle arrivait à lui faire tourner bourrique avec ses sous-entendus. Oui, elle était réellement bien là, en chair et en os !

Tais-toi, mon cœur et embrasses-moi !
Lâcha-t-elle dans un sourire.

Ils en mourraient d’envie. Et franchement, de voir une telle réaction … Izzy n’échangerait ça pour rien au monde… Oh, déjà, même si Quantico n’avait pas été aussi loin, vous savez bien que la distance ne comptait pas ! Si ça avait été la Californie ou à l’autre bout du monde, elle aurait aussi pris le premier avion … C’était de la folie ! Mais c’était le cas, elle était prête à tout… Pour ces yeux qu’elle ne lasserait jamais de s’y noyer, pour cette bouche qu’elle ne s’ennuierait jamais d’embrasser, pour ces bras protecteur qu’elle aimait enlacer et s’y engouffrer… pour cette odeur qui la rassurait, pour sentir son cœur qui cognait fortement dans sa poitrine : c’était tout ces besoins vitaux pour sa vie et ce, depuis dix ans ! Le temps ne faisait rien, toutes ces sensations ne se diminuaient pas au fil des grains de sables qui s’écoulaient dans le sablier...
Reprenant son souffle de ce doux baiser langoureux, Izzy se laissa alors entraîner à l’intérieur, le cœur rempli de joie… Au passage, elle raccrocha son téléphone et le glissa dans la poche arrière de son jean délavé. Evidement, elle ne put s’empêcher au passage de lever son nez pour voir un peu où son Alec vivait. Enfin, elle voyait déjà ça en vrai même si elle avait pu recevoir quelques vagues photos, hein ! Mais bon, son nez redescendit vite sur son très cher fiancé quand la porte se ferma derrière elle.

Longue et trop loin de toi ! répondit-elle passant ses bras autour de son cou. Comme tu ne pouvais pas me revenir à moi … c’est à moi de venir à toi !

Si, à un moment où un autre, elle devrait le lâcher mais tout de même, hein ! Non, ne dîtes pas que la jeune Izzy était du genre étouffante.

Après toi, je veux bien un café ! ajouta-t-elle en lui déposant un baiser sur ses lèvres, puis elle le lâcha.

Et oui, c’était l’un après l’autre… et pour le café, Alec savait bien comment elle l’aimait : assez doux, avec une petite touche de lait… Le laissant allant dans la cuisine, Isabel se dirigea vers le salon donc, tout en levant les yeux sur la fenêtre, s’imaginant Alec au bord de celle-ci, au bord de ses pensées.

[HRPG: j'etofferai un peu plus dans ma prochaine rep CHIBI ]
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Loin des yeux, près du coeur [Alec] Mar 18 Sep 2012 - 14:27

Une fois qu'Alec avait fait rentrer Izzy en sa demeure, ça avait été comme une libération. Un mois ... Un mois d'absence qui avait été une véritable déchirure. Et voilà que sans qu'il ne s'en aperçoive, Isabel lui avait fait la douce surprise de venir jusque chez lui, de New-York. Sacré route, bien que ce n'était pas non plus comme si elle venait d'Europe. Mais tout de même ! Ça faisait un bien fou de la voir, là. Et pour cause ... Après une si longue absence, l'envie était telle que l'un s'était jeté sur l'autre. Ils s'étaient embrassés avec passion et amour. Cela faisait tellement longtemps qu'ils avaient voulus en profiter en maximum. Leurs retrouvailles avaient été marquées d'une façon la plus inoubliable possible. Maintenant, plus rien ni personne n'allait les séparer. Ils allaient rester ensemble, profiter de chaque instant dans cette nouvelle vie à deux qui se profilait.

Un baiser langoureux et tendre. Quelque chose qu'Alec n'avait pas pu apprécier pendant un si long mois. Une bien belle surprise, il fallait l'avouer. Il était fier d'être fiancé à une si belle femme qui en plus de ça, était plus qu'attentionnée et tendre avec lui. Parfaitement complémentaires, l'un n'allait pas sans l'autre. Depuis qu'ils s'étaient connus, ils s'étaient promis énormément de choses. Et tout ça n'aurait pas vraiment été possible, sans Craig. Certes, il ne manquait plus que lui pour ressasser les meilleurs souvenirs de New-York et retrouver la complicité qu'ils avaient toujours eu, cette fois ici, à Quantico. Mais pour le moment, c'était déjà bien assez. Il ne fallait pas que quelqu'un ne vienne rompre leur instant de bonheur que les deux tourtereaux avaient tellement attendus. Comme pour Izzy, le coeur d'Alec s'emballait. Il avait l'impression de se retrouver sur un nuage. Partagé entre la pensée du rêve et de la réalité. Était-ce vraiment ce qui était en train de se passer ? L'entrain qu'ils avaient mis dans leur baiser en était la réponse. Effectivement, tout était bel et bien réel. Ce qui ravivait Alec au plus haut point.

Revenant à leur discussion - après ce baiser des plus libérateurs - Izzy avait avoué à Alec que la route avait été bien trop longue et trop loin de lui. Ce qui avait été la même pensée pour notre homme. Dire qu'il ne s'y attendait même pas. Dans sa tête avant qu'Isabel ne lui fasse cette merveilleuse surprise, c'était comme si Alec s'attendait à ne pouvoir lui parler qu'au téléphone ou du moins, la voir par l'intermédiaire d'une webcam. Encore mieux, elle lui avait fait la joie de venir le rejoindre sur Quantico même. À partir de maintenant, c'en était certain, la tâche qui lui avait été confiée, allait se trouver moins difficile. En effet, Alec allait trouver en Izzy encore plus de courage et de volonté. C'était toujours comme ça, quand on savait nos proches jamais très loin. C'était psychologiquement prouvé. Alors qu'Izzy l'enlaçait toujours, elle lui avait expliqué que comme il ne pouvait pas bouger de Quantico, c'était elle qui était venue jusqu'à lui :

« Et je t'en remercies, mon ange. Grâce à toi, mes jours ici seront moins monotones. Pas qu'il soit difficile de se faire des amis. Mais c'est vraiment bon de te revoir. »

Oh, oui. Sentir son parfum, la douceur de sa peau ... Alec avait retrouvé toutes ces sensations et il était vraiment heureux d'être de retour, aux côtés de sa fiancée. Heureux l'un comme l'autre de se retrouver, ils n'allaient pas non plus rester comme ça. Évidemment, ils pourraient remettre un moment comme celui-ci à plus tard. Il ne fallait pas non plus abuser des bonnes choses. L'embrassant furtivement, Izzy avait avoué à Alec qu'après lui, elle allait bien prendre un café. Ce qui l'avait fait sourire :

« J'ai l'impression qu'avec toi, je passe pour la meilleure des sucreries. » Avait-il lancé, en riant.

La lâchant donc petit à petit, Alec s'était dirigé vers sa machine à café pour leur en servir. La laissant prendre ses aises, il était allé la retrouver sur le canapé, pour qu'ils puissent discuter de tout, maintenant qu'ils en avait le temps. Et puis, ça laissait au café le temps de refroidir un peu. Fallait pas non plus se brûler :

« Oh ... J'ai pas mal de choses à te raconter. J'ai fait la connaissances de plusieurs personnes depuis que je suis arrivé. Par hasard, quand je te parlais de Juliette tout à l'heure ... » Il fit une pause, puis avait repris : « Elle était venue me voir au bureau dans lequel je travaille. Elle avait l'exemplaire d'un journal dans les mains et toute affolé elle se demandait pourquoi j'avais écrit cette article. Il est l'Ambassadeur de la Russie, au sein du territoire américain. Apparemment, il bosserait en plus comme patron d'une équipe au Département des Sciences du Comportement. »

Rêveur, Alec y réfléchissait ...

« T'imagines si j'arrive à écrire un article plus détaillé sur son double-métier ? Ce type-là doit être génial ! Il bosse avec le FBI et il se trouve qu'il est le représentant de son pays, aux États-Unis. C'est impressionnant ... »

C'était comme s'il n'en revenait toujours pas. Prenant sa tasse pour souffler sur le liquide chaud avant de le boire, il posa une question à la blondinette :

« Et toi, dis-moi ... Ça fait longtemps que tu es là ? T'as rencontré du monde ? »

Parce que Quantico était vraiment assez grand pour faire de belles rencontres. Izzy avait sûrement croisé des gens sympathiques. À moins qu'elle venait tout juste d'arriver ...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Loin des yeux, près du coeur [Alec] Jeu 15 Nov 2012 - 0:34

C'était ça, non ? Se trouver face à son âme-soeur. Ce que tout le monde rêvait, recherchait. La solitude se faisant haïr, on avait toujours tendance à se fixer ce but en commun... avoir son double, son complément... la personne sur qui s'épauler jusqu'à la fin de ses jours... A travers toutes ses années passées ensemble, ce n'était jamais assez. Ils ne ressemblaient de loin à un vieux couple. Ils ne s'ennuyaient jamais, il y avait toujours un moyen pour maintenir cette petite flamme, continuer à se séduire... C'était p'tete le secret, la clé du bonheur... Le bonheur recherché. C'était vrai qu'on pouvait les envier, les jalouser... Mais Izzy n'en avait jamais fait attention. Le plus important était de profiter du moment présent... tant qu'ils n'étaient pas séparés.

Je t'aime...
lâcha-t-elle dans un sourire.

Oui, ce n'était jamais assez de le dire mais il lui avait sacrément manqué... Et évidement, c'était sa sucrerie. C'était que maintenant qu'il s'en rendait compte. Elle leva un petit sourcil avec un sourire joueur. Non, ne méprenez pas ça, Izzy perverse ? Peut-être un peu beaucoup. Comme si elle pouvait être pudique. Ou presque. Sacré Alec.

Tout en s'installant, Izzy écoutait alors tous les potins. Oui, c'était des potins. En tout cas, elle voulait tout savoir. Même pas besoin de poser un tas de questions et de lui soutirer les vers du nez, trop facile ! Non, c'était aussi ça la clé du bonheur : communiquer. Ils se racontaient tout. Y'a pratiquement pas de jardin secret, il faut dire... Dix ans de vie commune, ils avaient toujours un truc à se dire. Ils étaient fait l'un pour l'autre. Elle avait trouvé la personne avec qui elle communiait.

Merci !
Fit-elle furtivement quand il lui apporta le café, puis leva les yeux vers lui en l'écoutant. Elle aimait le voir ainsi, pétillant.... aussi passionné.

Oh je suis sûre que tu vas y arriver. Je sais que tu joueras les bonnes cartes. Si t'arrive déjà à rencontrer Hotchner, après, ça sera comme une lettre à la poste.


La jeune journaliste savait déjà que c'était un peu difficile de rencontrer ce genre de personnes au placé, surtout en train de voyager dans le pays à résoudre de lourdes affaires. Et même si ça prenait du temps, Alec était déterminé... et il avait bien raison. Izzy avait foi en lui, et ça ne risquerait pas de changer du jour au lendemain. Bref, si elle avait rencontré du monde ?

Je viens tout juste d'arriver, répondit-elle,
donc j'ai pas bien rencontré du monde... J'ai déposé Higgins chez Craig ce matin, si tu aurais vu sa tête … Je crois que tu t'en remettrais pas ... et je crois que je m'en veux même de le laisser tout seul là-bas. Il me manque déjà ...

Elle aurait presque envie de dire Higgins, pas Craig... Mais ça ne serait pas du tout son genre.

Mais depuis que je suis arrivé, je n'ai vu que le taximan un peu loufoque qui doit fantasmer sur Obama … Et ah cette charmante jeune femme dans le train... On a pas trop parlé longtemps mais elle est adorable... Elle revenait chez elle retrouver son mari...

Et non, Izzy ne devait pas être la seule à retrouver son être cher. et comme quoi, elle n'était pas seule à avoir rencontrer son âme soeur.

Son mari et elle cherche à fonder une famille... Je trouve ça magnifique.


Et ce détail la laissait un peu rếveuse dans le fond... Oh mais ça, ce n'était qu'une question de temps. Comme si ce n'était pas prévu... C'était sûr, ça se ferait un jour qu'elle porterait l'enfant de Monsieur Alec Carter... Pour le moment, elle se contentait de devenir bientôt Madame Carter. L'alliance qu'elle avait au doigt le confirmait. Elle but une gorgée de son café comme elle l'aimait avant de reprendre sur un autre sujet.

Et puis tu sais qu'il y a Ava... Je ne serais pas trop seule.


Et oh elle savait qu'Ava serait aussi heureuse de la voir. Elle l'entendait déjà au loin à trois kilomètres à la ronde.

D'ailleurs, elle ne doit même pas être au courant que je suis là … Elle va être hystérique,
fit-elle en riant à imaginer Ava complétement déjantée. Ava et elle étaient tout aussi à la fois opposée.

[HRPG : Désolée du retard et j'espère vraiment que ça ira... ]
Revenir en haut Aller en bas
avatar
 Invité 
Invité




• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Loin des yeux, près du coeur [Alec] Mar 11 Déc 2012 - 13:26

Ces derniers temps, Alec avait eu du mal à vivre sans Izzy. Et maintenant qu'elle se trouvait là, devant lui, c'était à peine si notre journaliste osait y croire. Et pourtant, c'était bel et bien la réalité. Se posant l'un et l'autre sur le canapé, ils s'envoyaient donc les dernières nouvelles. Depuis le temps, ils avaient bien des choses à se raconter. Comme Alec le lui avait dit, il était bien fier de revoir sa bien-aimée. Avec elle au moins, ses journées seraient bien plus ensoleillées. Parce qu'effectivement, n'importe qui pouvait vous le dire : « Un seul être vous manque, et tout est dépeuplé. » Ce proverbe marchait bien pour lui, comme pour beaucoup d'autre. Soulagée, heureuse, Izzy avait lâché un « Je t'aime ... » Ce à quoi, Alec n'avait pas pu s'empêcher de répondre :

« Et moi-donc, mon coeur. Tu sais ... Avant d'arriver ici, j'me demandais si je ne devais pas tout plaquer et dire à mon patron que je préférais laisser cette opportunité, à un autre journaliste. Je ... Bien sûr, c'aurait été très idiot de ma part. Une chance comme ça, on ne la laisse pas filer. C'est le genre de truc, qui ne t'arrive qu'une fois dans une vie, et ... Et donc, je t'avais laissé à New-York, avec Craig, à contrecoeur. J'dois bien l'avouer. En fait, je ... J'espérais pouvoir finir ce travail le plus vite possible pour te retrouver chez nous, et ... Plus j'attendais, plus ... Plus je trouvais le temps long, sans toi. » Il plongeait son regard dans celui de sa fiancée, et avait machinalement serré sa main, délicatement.

Dans ses paroles, on ne pouvait que ressentir que de la sincérité, mélangé à du soulagement. Du bonheur de la voir enfin, devant lui. C'était presque comme dans un rêve. Comme s'il avait peur que tout cela s'envole, au bout de quelques heures. Qu'il finisse par se réveiller et réaliser que tout ça, n'était que ce qu'il voulait. Pourtant ... Pourtant, tout avait l'air si réel. Tout avait l'air si vrai. C'était pour cela que - quand il lui avait proposé un café - Alec avait d'abord embrassé sa dulcinée, à sa demande. Un doux baiser, qui l'avait fait replonger des années en arrière. Quelque chose de franc et de bien réel. Ça, Alec le savait. À partir de ce moment-là, le journaliste s'était bien rendu compte que tout était vrai. La phrase à laquelle il s'accrochait souvent jusque-là - à savoir, loin des yeux, près du coeur - n'était plus d'actualité pour lui. Izzy était bel et bien ici, avec lui, et il allait en profiter à son maximum. Peut-être même allaient-ils s'installer à Quantico tous les deux, et repartir de zéro, quand le contrat d'Alec allait être rempli.

Se décollant des lèvres de la jolie blonde, Alec revenait à la réalité, lui servant donc ce café. Discutant alors de ses nouvelles découvertes, notre homme avait commencé enthousiaste. Alors que son journal l'avait envoyé ici pour interroger le très médiatisé Aaron Hotchner, un autre agent de la Behavioral Analysis Unit, avait attiré le jeune homme. Alexei Ivanovitch. Cet homme était le représentant de son pays, mais également un profiler au FBI. Travaillant au sein de l'Ambassade Russe, basée sur Quantico, il avait écrit un article sur lui. Il l'avait su quand Juliette Riley - l'une de ses amies proches, désormais - était venue demander des explications. C'était ce qui avait apporté une dose de stupeur dans l'histoire. Le journaliste savait qu'il était un homme lié à la politique, et la jeune femme savait seulement qu'il bossait pour le FBI, jusque-là. Du coup, Alec voulait jouer gros. En plus d'interviewer l'Agent Hotchner, il pensait ré-écrire un second article sur Alexei Ivanovitch. Seulement voilà, il ne savait pas dans quoi il s'embarquait, en faisant cela. En fait, c'était bien plus facile à dire qu'à faire, au final ... En tous les cas, Izzy avait l'air fier de lui et l'encourageait.

« J'espère bien, oui. » Fit-il déterminé, en buvant sa tasse de café.

Et elle, dans tout ça ? Alec lui avait demandé de raconter des choses, à son tour. Venant tout juste d'arriver sur Quantico, la jeune blonde se voyait déjà triste d'avoir laissé Craig avec Higgins. Mais bon ... C'était comme ça. Son coeur avait dû lui donner l'envie de rejoindre Alec, le plus vite possible. Elle espérait en tous les cas qu'il arrive à se débrouiller. Parce qu'évidemment, ce n'était pas l'amour fou, entre l'animal et lui.

« Tu as raison. J'aimerai le revoir, moi aussi. »

Une véritable histoire d'amitié, entre les deux hommes. Ils avaient vécus les 400 coups ensemble, depuis le lycée. Il espérait bien pouvoir le retrouver ici. Un jour, peut-être ...

HRP :
 
Revenir en haut Aller en bas

 Contenu sponsorisé 





• • • • • • • • • • • • •



MessageSujet: Re: Loin des yeux, près du coeur [Alec]

Revenir en haut Aller en bas

Loin des yeux, près du coeur [Alec]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Loin des yeux près du coeur (troisième partie) - Les petites histoires du Grand Conseil
» Loin des yeux, près du coeur [Alec]
» Loin des yeux, près du coeur...
» LA PENSEE DU JOUR.......!
» loin des yeux, loin du coeur (terminée)
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG Criminal Minds :: Divers :: RP terminés (ou abandonnés)-